Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 1 sur 1


 Un tapis neigeux trompeur

Astère Dewlenn
avatar
Mer 6 Déc - 19:21
Irys : 74989
Profession : precepteur itinerant
My'trän +1
Comment avait-il pu en arriver là ? Lui-même ne parvenait pas à le savoir, tout s'était passé tellement vite. La neige avait soudain céder sous ses pas et il était tombé, une fraction de seconde, avant que ses réflexes ne prennent le dessus et qu'il parvienne à s'accrocher à une saillie rocheuse.
Et depuis il pendait dans le vide, la respiration rauque et rapide, le cœur battant la chamade dans sa poitrine. Bien sûr toutes ses affaires étaient restées sur sa selle, sur le dos de sa jument qui l'observait silencieusement, ses deux sabots bien plantés en haut du précipice. Kin quant à lui, était cramponné à ses cheveux et piaillait de joie, prenant la chute pour un jeu soudain.
Astère soupira, se concentra sur sa respiration pour reprendre son calme. Il sentait le froid engourdir ses doigts et les brûler un peu plus à chaque instant. Il fallait qu'il remonte, et vite, s'il ne voulait pas lâcher et tomber dans le vide qui s'étendait à perte de vue. Heureusement le temps n'était pas à la tempête et il remerciait silencieusement Orshin de ne pas l'avoir transformé en cadavre si jeune.

Une fois calme, apaisé, il se hissa maladroitement sur la saillie rocheuse à la force de ses bras. Elle était à peine assez large pour qu'il s'y tienne debout et lorsqu'il leva la tête pour regarder Cendre elle lui sembla bien trop loin pour qu'il puisse grimper jusqu'à elle. La paroi possédait de nombreuses aspérités mais la prudence lui conseillait de ne pas se risquer à grimper, la glace scintillant partout dans la lumière du jour.
Il démêla l'aitah de ses cheveux et le hissa au plus haut qu'il pouvait sur la paroi. Avec ses griffes, le petit animal escalada facilement la surface jusqu'à sa consœur.

"Allez chercher de l'aide mes amis, je ne peux me risquer à remonter seul."

Il envoya à chacun d'eux l'image mentale qui correspondait le mieux à ce qu'il venait de dire, serein et confiant.
La jument laissa Kin remonter en selle, secoua la tête en renâclant puis elle fit demi-tour et se risqua au galop dans les pentes hasardeuses du chemin qui retournait à Foreal.
A présent seul, il n'avait plus pour autre occupation que laisser divaguer ses pensées. Depuis qu'Erléhan s'était sédentarisé, il avait profité de sa nouvelle liberté pour visiter les zones où il n'était encore jamais allé, à la recherche, principalement, des animaux de légende dont les gens du coin lui parlaient.
Cela faisait dix jours qu'il cherchait à rencontrer un Matar et, le froid commençant à l'agacer, lui qui était plus habitué au climat tempéré des plaines, il avait décidé de rebrousser chemin et de remettre ces recherches sur ce spécimen à plus tard. Et alors qu'il faisait demi-tour, il lui semblait avoir aperçu un miroitement, l'éclat de quelque chose d'autre que la neige. Il s'était approché du bord puis il avait chuté, sans parvenir à savoir ce qui avait attiré son regard.
Un soupir franchit ses lèvres et il tenta de se concentrer pour faire corps avec Kin. Mais sa tentative fut veine, le froid était trop mordant et sa concentration insuffisante, malgré toutes ses années de pratique.

Cendre trottait, envoyant des gerbes de neiges de tous les côtés, secouant son petit cavalier à fourrure qui se cramponnait comme il pouvait à sa crinière. Elle était inquiète, la situation ne lui plaisant point. Elle aurait préféré que l'un d'eux reste en compagnie de son ami bipède, pour lui tenir compagnie. Qui mieux que l'aitah aurait pu tenir ce rôle ? Ses jambes étaient plus longues, elle courait donc plus vite, "aller chercher de l'aide" était donc une tâche parfaite pour elle.
L'odeur des hommes et le bruit caractéristique de leurs pas sur la neige attira son attention. Elle ralentit progressivement jusqu'à se tenir à quelques mètres à peine de l'inconnu. De petits nuages se formaient devant ses naseaux alors qu'elle l'observait. Kin était monté entre ses oreilles et ses yeux noirs détaillaient le moine de la même manière que la jument. Soudain celle-ci se mit à faire de grands signes de tête dans la direction où elle avait laissé Astère.
Il fallait que l'humain comprenne et qu'il la suive. S'il ne voulait pas, elle l'obligerait. Elle se souvenait comment son père rabattait sa mère et les autres juments du troupeau quand il fallait fuir. Elle ferait pareil.
[HJ : je tiens à précisé qu'elle ne te laissera pas monter en selle et qu'elle a un simple licol de corde sur la tête avec des rênes mais pas de mors dans la bouche.]


Astère ~ Kin ~ Cendre
Voir le profil de l'utilisateur