Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist
Page 1 sur 1


 Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé]

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptySam 9 Déc - 2:01
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
La tempête commençait à peine à se calmer, là dehors, on pouvait à peine voir à plus de quelques kilomètres. Il était de toute façon inutile de chercher à voir trop loin, car ici, rien ne sortait du blizzard sinon des aéronefs Daenars.
Le colonel Hekmatyar sortis de son bureau, réajustant son épais manteau, pour affronter le blizzard de l’extérieur. Il avait une pile importante de dossier à traiter, d'ordre de mission à faire valider, et ce, sans compter les nombreux ordres de promotions à valider. Mais pour le moment, l'homme avait besoin de s'aérer l'esprit.
Un carillon sonna le début de soirée, ce qui indiquait également la rotation des patrouilles. Il fallait aussi compter la rafale qui devait arriver en gare dans la soirée. Le train blindé n'apportait pas grand chose de neuf, sûrement des munitions en provenances des usines, et peut être deux ou trois recrues de choix, enfin rien de neuf... Ce n'était pas exactement vrai. Il y avait un visiteur inattendu dans le train blindé
Il se frotta la barde, délogeant les quelques cendres de sa pipe qui s'y étaient nichée durant la journée.
Le colonel était en montagnard dans toute sa splendeur, immense, large d'épaules et à la barde broussailleuse bien que toujours parfaitement taillée. L'image même que l'on se faisait d'un haut gradé. Et pourtant comparé à beaucoup d'entre eux, Locke n'était pas un officier supérieur comme les autres.
Il était aussi père, pas de fils et de fille biologiques bien sur, il n'avait jamais trouvé le temps pour ces choses, mais bien d'un régiment tout entier. Si cette expression pouvait sembler imagée pour une grosse partie d'entre eux, cette affirmation, se trouvait bien plus exacte pour la compagnie Jormungand.
Tous des Hekmatyar comme lui, avec une histoire identique, seulement des dizaines d'années de différences.
Il connaissait chacun d'eux et les considéraient comme ses propres enfants, et c'est autant dans un rôle de père que dans celui d'un responsable qu'il partait sur les quais.

Le train blindé faisait route vers le régiment à bonne allure, sa carapace blindée fendant le blizzard sans réel souci, ses puissants moteurs la propulsant à hautes vitesses aux travers des plaines gelées du nord. Les tourelles de l'engin tournaient régulièrement sur elles même fixant les alentours comme si le convoi attendait une attaque. À son bord, les soldats étaient concentrés sur leurs taches, faisant bien peu attention aux passagers ou au cargo. La passagère en question avait été invitée dans le wagon des passages, une voiture un peu plus confortables que les wagons de transports de troupes, cette dernière possédait en effet des sièges rembourrés, et surtout elle était un peu mieux isolée des vibrations du train. Deux soldats en gardaient l'entrée, pas par méfiance, juste, car c'était leur travail, les deux hommes ne savaient à vrai dire pas vraiment si la voiture était occupée. Ils avaient juste à la garder et ne chercheraient pas plus loin.

Le train blindé finit par arriver près de la base et deux canons mirent en joue le train qui arrivait très précisément à l'heure prévu. Locke regarda cette petite répétition se dérouler, connaissant par cœur chaque enchaînement. Le train s'arrêta en gare et une petite section l'inspecta avant que les portes ne soient finalement ouvertes laissant les quelques passager en descendre.
Le colonel s'avança vers le wagon passager agitant sa pipe qui menaçait de s'éteindre, il cherchait quelqu'un, quelqu'un de spécial qu'on lui avait confié pour quelques heures, et cette personne il la trouva sur le quai, et se mis à marcher vers elle avec toute la prestance d'un commandant.

-Mademoiselle Terasu, si je ne m'abuse ? Oui, oui, pas, de doute, c'est vous ! Je reconnais bien là mon garçon ! Venez avec moi, je vous pris, il serait inconvenant de vous faire attendre plus longtemps sur le quai.

L'officier enjoignit donc la demoiselle à le suivre, montrant un visage bien plus amical qu'à bien des occasions

-Je suis le colonel Hekmatyar, responsable de la base. Oh, je vous vois déjà venir avec la première question, Hekmatyar c'est cela ? Toutes ces réponses vous seront données bien sur, mais pas par moi. Je suis là uniquement pour vous emmener, voyez vous notre cher petit Hex à du partir en urgence il y a quelques jours de cela, une triste histoire de mages rebelles, enfin une habitude par ici.


L'homme continua, doucement marchant au rythme de la jeune femme. Ils croisaient régulièrement des soldats, ces derniers saluaient Allys aussi bien que Loke, les prothèses n'étaient pas chose rare non plus sur cette base si bien qu'aucun regard déplacé ne se porta sur la jeune femme, bien au contraire. Les soldats semblaient presque la reconnaître à sa place ici elle qui portait les même marque qu'eux.
Les pas du colonel les emmenèrent à travers de nombreux couloirs, ces derniers remontant le long de la base jusqu'à un ensemble de bâtiments spartiates au-dehors desquels des adolescents faisaient des exercices dans le froid. L'officier s'arrêta un moment pour discuter avec un des responsables échangeant quelques plaisanteries avant d'entrer dans le bâtiment.

-Vous faire venir ici à été un vrai casse-tête administratif, entre les autorisations, les demandes en plusieurs exemplaires... je ne pensais pas que notre petit Hex arriverait à s'en sortir, à croire qu'il tenait vraiment à vous emmener ici.

Il la conduisit à l'étage, ou les couloirs spartiates faisaient place à des installations légèrement plus confortables, sortant une imposante paire de clé de sa poche déverrouillant la porte métallique avant de lui faire signe d'entrer.

-Il m'a demandé de vous accueillir personnellement, je vais vous demander d'attendre ici, oh ce n'est pas une cellule ne vous en faite pas, je crois même qu'il vous a laissé un petit mot.


Il laissa un petit moment de silence, fixant lui-même la chambre qu'il ne devait jamais avoir vue de sa vie. C'était une chambre pour le moins.... mal rangée... Il y avait des pièces de fusils qui traînaient un peu partout, et quelques cadavres de bouteille traînaient un peu partout. Un bureau mal rangé faisait office de repose pièces et l'air sentait la fumée de cigarette à plein nez, ce n'était à l'évidence par l'environnement le plus sain que l'on puisse trouver, mais en y réfléchissant bien, c'était bien la chambre d'Hex.
Certains souvenirs étaient accrochés au mur, et même si peu de souvenirs étaient réellement significatif pour les deux personnes, la présence d'un ruban clairement féminin qui devait appartenir à Allys était consciencieusement attaché autour de la manche d'une veste suspendu à un cintre.
Le colonel haussa les épaules en voyant l'état de la chambre reportant son attention sur la jeune femme.

-Voilà voilà... Le vol de retour est programmé pour dans une heure ou deux en fonction de la météo je me permets de vous laisser ici, il y a une douche dans la pièce là-bas, et sinon hum.... Je pense que vous pouvez faire comme si c'était chez vous... Ah oui ! Le fameux mot ! Le voici !


Il produisit une petite enveloppe dans laquelle tenait une feuille noircie par de la poudre, on pouvait clairement y lire quelques mots sans doutes tracés à la lueur d'un feu de camp.

"Ma Chère Allys

Je sais que je t'ai demandé de me rejoindre à la caserne, c'est une demande plutôt inhabituelle, j'en conviens, mais le temps me durait de te revoir, si cette lettre te parvient, c'est que Papa t'a conduit dans ma chambre, je m'excuse de l'état, j'étais quelque peu débordé ces derniers temps.
Prends tes aises, je crois qu'il doit rester un peu d'alcool local dans une des caisses sous mon lit
J'espère te revoir très vite ma chérie

Hex"


L'officier était déjà reparti vaquer à ses occupations laissant la jeune femme dans la chambre. Il sortit une petite montre à gousset de sa poche, observant l'horaire avec un froncement de sourcil. Ce froncement dura à peine quelques secondes et s'estompa lorsqu'un lointain bruit de moteur à peine audible se fit entendre.
Avec un petit sourire, il replia la montre et s'en alla dans le couloir en fumant sa pipe.


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12


Dernière édition par Hex Hekmatyar le Mar 23 Jan - 22:33, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyDim 10 Déc - 12:01
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys était épuisée. Littéralement. La jeune femme avait voyagé des contrées désertiques My'tra jusqu'aux confins blanchâtres de Vereistre pour la simple et bonne raison qu'elle avait reçut une lettre aussi énigmatique que fortement appréciable. Un courrier d'Hex. A peine remit les pieds à sa vieille demeure familiale, elle avait fourré un tas de vêtements chauds dans ses bagages et s'était élancée à la gare ferroviaire la plus proche, tournant en boucle dans sa tête l'étrange invitation de son amant. Il lui demandait de se rendre en Vereistre, dans les plus brefs délai. Et surtout... De se rendre à son régiment. Pourquoi une telle demande ? Était-ce grave ? La dernière fois qu'elle l'avait revue datait d'avant leurs voyages respectifs en My'tra. Leurs chemins s'étaient séparés et elle avait du rentrer seule. La jeune femme avait à la fois hâte de le retrouver et une peur grandissante qu'il lui soit arrivé quelque chose... Sinon comment expliquer cette étrange demande ? Hex lui avait expliqué ce que représentait son unité et l'aspect particulier de son régiment. Personne en dehors de ces soldats spéciaux ne pouvaient aisément y mettre les pieds.

C'est fortement nerveuse que l'ingénieure arriva à la gare, tenant fermement le billet que son amant lui avait glissé avec l'invitation. Sans hésiter, elle se dirigea vers l'agent en service et lui présenta son billet quelque peu particulier. Celui-ci lui fit signe de le suivre, l’emmenant vers les trains excentrés du chemin classique des trains de voyage. Celui-ci était particulièrement impressionnant avec son blindage et la haute sécurité formée par des soldats. L'agent ne s'en formalisa pas le moins du monde, se contentant de présenter le billet en guise de laisser passer, et guida la jeune femme à sa cabine, la laissa y rentrer puis referma la porte pour faire aussitôt demi-tour vaquer à ses occupations précédentes.

La pièce dénotait fortement avec l'apparence extérieure du train. Plus chaleureuse, bien rembourrée et isolée des bruits extérieures. Allys était sans surprise seule. Le wagon passager ne devait pas en contenir souvent. N'ayant rien de mieux à faire, la jeune femme profita de la solitude et le confort pour se reposer dans les coussins moelleux mis à sa disposition. C'est donc dans les bras de Morphée que la belle commença son voyage. A mi-chemin, elle s'éveilla, l'esprit moins empêtré par la fatigue. Regardant par la fenêtre, elle réalisa que la météo clémente avait largement laissé la place à une blancheur éclatante. Ce qui expliquait la fraîcheur ressentie. Il était grand temps de se vêtir des habits chauds qu'elle avait empaquetés à la hâte.

Quelques heures plus tard, le convoi arriva à destination. Allys descendit prudemment, plissant les yeux à cause du vent, son long manteau de fourrure déjà glacé par le blizzard. La jeune femme était mal à l'aise. Autant à cause du froid mordant dont elle n'avait pas l'habitude que part l'aspect fortement inhospitalier et hostile de l'endroit... Heureusement pour elle, un homme à la stature imposante mais soignée l'interpella.


« Mademoiselle Terasu, si je ne m'abuse ? Oui, oui, pas, de doute, c'est vous ! Je reconnais bien là mon garçon ! Venez avec moi, je vous pris, il serait inconvenant de vous faire attendre plus longtemps sur le quai. »

La jeune femme n'eut pas le temps d'en placer une. L'homme, probablement un très haut gradé, avait répondut de lui-même à sa propre question. Allys ne s'était contentée que de hocher la tête à l'affirmative, l'expression légèrement revêche. Elle n'arrivait pas à cerner ce drôle de personnage. Il semblait extrêment proche d'Hex, qu'il appelait d'ailleurs son garçon. Qui était-il exactement ? Une sorte de père de substitution ? Plus ou moins... ? En tout cas, il se montrait particulièrement avenant pour un général, colonel... ou officier de quelque grade que ce soit. Elle n'eut pourtant pas longtemps à attendre avant d'avoir la réponse.

« Je suis le colonel Hekmatyar, responsable de la base. Oh, je vous vois déjà venir avec la première question, Hekmatyar c'est cela ? Toutes ces réponses vous seront données bien sur, mais pas par moi. Je suis là uniquement pour vous emmener, voyez vous notre cher petit Hex à du partir en urgence il y a quelques jours de cela, une triste histoire de mages rebelles, enfin une habitude par ici.  »

« Il va bien ? »

Bizarrement, c'était la seule chose à laquelle elle pensait. Tout le reste était occulté. Enregistré dans un recoin de sa tête, pour plus tard. La seule chose qui obsédait la belle était de le revoir, de savoir s'il allait bien et pourquoi l'avait-il fait venir ici. Allys savait que cet endroit était important à ses yeux et... C'était son espace privé, son univers, sa... Famille ? L'ingénieure n'avait pas sa place ici. Pourtant...

Au fur et à mesure qu'ils avançaient, les soldats les saluaient tout deux comme si la jeune femme faisait partie d décor elle aussi. Il y avait même une certaine forme de respect lorsqu'ils posaient leurs yeux sur les prothèses de la mécanicienne. Le regard de celle-ci en revanche voguait partout, sur les jeunes recrues qui s’entraînaient là dehors, sur les bâtiments, les alentours. Elle ne savait sur quel pied danser, se sentant comme une petite fourmi dans une immense fourmilière inconnue.

Le colonel la fit alors entrer dans un nouveau bâtiment, l'emmenant à l'étage. Il lui expliqua sur le chemin la difficulté administrative qu'avait représenté la présence d'une inconnue dans les locaux. Cela confirmait les pensées de la jeune femme. Hex avait bien fait tout cela pour une bonne raison... Il n'avait rien laissé au hasard, à commencer par la personne accompagnante. Ce n'était visiblement pas n'importe qui.

Le colonel ouvrit alors une porte métallique et enjoignit la jeune femme à y entrer. Allys pénétra dans la pièce sans hésiter. Ce n'était pas le genre de femme à réfléchir longuement avant de prendre une décision. Surtout si elle impliquait Hex. Elle s'arrêta alors brusquement au beau milieu de celle-ci, le regard arrondit par la surprise et l'émotion. C'était sa chambre. La pièce était à son image. Désordonnée, sentant le tabac froid. Il y avait un bazar monstre, des armes laissées là comme une collection mais surtout des souvenirs personnels trônaient sur son bureau et le mur...

Allys ne fit pas vraiment attention aux dernières paroles du colonel mais elle sursauta légèrement lorsqu'il déposa un papier dans la paume de sa main. Les yeux de la belle se fixèrent alors immédiatement sur les quelques mots écrits. Un doux sourire illumina alors le visage de la belle. Il lui tardait elle aussi de le revoir.

L'esprit revigoré par ces quelques mots couchés sur le papier, elle traversa la pièce, toucha le ruban  accroché à la veste avec une certaine émotion. Elle avait elle aussi quelque chose lui appartenant. Son badge reprit à la douce Aurore était depuis toujours auprès d'elle. Il y avait également d'autres choses dont la signification échappait à la jeune femme. Des souvenirs précieux cependant à ne pas en douter. Hex était quelqu'un de très sentimentale, contrairement à ce qu'il voulait laisser paraître. Il s'était attaché à bien plus de personnes qu'il ne se serait avoué lui-même.

Finalement, la jeune femme s'extirpa de sa contemplation pour se débarrasser de son long manteau de fourrure. A cet instant, elle entendit des bruits de pas se rapprocher. Etait-il enfin arrivé ?


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyDim 10 Déc - 18:34
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
L'habitacle de l'aéronef était pour le moins bruyant, les moteurs étaient sur le point de lâcher, et les trous dans la coque n'aidaient pas vraiment à calmer le bruit de la mécanique en train de mourir.
Malgré ce petit détail inconvenant, la majorité des soldats étaient en train de plaisanter, rigolant à chaque secousse de l'appareil. C'était une question d'habitude maintenant, et personne ne se souciait de ce désagrément.
J'étais dans le siège du copilote, échangeant régulièrement de place avec le pilote pour ce que dernier parte régler quelques problèmes mécaniques. Bien sûr, j'avais été formé à manipuler ces engins, mais jamais quand un moteur manquait de lâcher, et que la moitié de la structure tenait plus de la passoire que de la coque.
Légèrement crispé sur les commandes, je tentais du mieux possible de garder l'appareil droit, jouant sur le palonnier pour compenser un fort déséquilibre.

Le pilote revint assez rapidement, de l'huile partout sur sa tenue, au moins nous étions presque dans le même état pour une fois. À l'arrière les soldats en armures assistées étaient noirs, et ce à cause des mages pyromanes que nous avions attaqués, les flammes avaient léchées les armures sans leur faire plus de mal.
Dans mon cas j'étais aussi partiellement couvert de suie, le reste de la tenue étant entachée par du sang séché. Mais pour dire vrai ce n'était pas ce qui me préoccupait le plus. J'avais dû partir en urgence, laissant le soin à Papa d’accueillir Allys j'aurais aimé le faire moi même mais parfois le devoir primais et c'était précisément ce qu'il s'était passé. Une tribu hostile à neutraliser....
Fort heureusement tout, c'était bien passé pour nous, il n'y avait aucun mort, ni même de blessé, les seuls dégâts étaient sur l'appareil.
Mais la base était plutôt proche, et on pouvait même apercevoir les pistes qui nous attendaient sagement.
Soudainement, le pilote poussa un juron alors qu'il s'échinait à appuyer sur un bouton, les seuls effets visibles de cette action étaient une forte vibration dans l'engin ainsi qu'un grincement qui provenait des soutes. Il se tourna vers moi avec un air paniqué.

-On a plus d'hydraulique ! Le train ne descend pas !

J’accueillais l’événement avec un haussement d'épaules.

-Bah on a qu'à se poser sans, je ne vois pas le souci

-Vous avez déjà posé un transport plein sans patins ?

-J'étais passager la dernière fois donc... non pas vraiment

Il se mettait a paniquer, craignant visiblement de tous nous transformer en crêpe. Je lui tapais doucement sur l'épaule pour l'encourager passant la tête par la porte d'accès au compartiment de transport.

-Eh ! Qui c'est déjà écrasé à bord d'un engin comme ça ?

Les soldats se mirent à rire et levèrent tous la main, et je pus me retourner vers le pilote avec un petit sourire sur les lèvres

-On est bon alors, détend toi, si je me rappelle bien, il suffit juste de poser le ventre d'abords, et de larguer les explosifs s'il nous en reste.

Malgré sa pâleur, il prit une expression concentrée et se mit à actionner les commandes de purges des moteurs, et les deux maghilites furent éjectées des moteurs, les deux pierres filèrent à l’arrière de l'appareil tombant sur la neige. Ces dernières se brisèrent au sol libérant le reste de magie qu'il leur restait provoquant un souffle qui manqua de renverser l'appareil.
Les sirènes de la base se mirent à hurler et au sol, on pouvait commencer à voir des équipes anti incendie qui se précipitaient près de la piste.
Les dernières minutes du vol se passèrent en planant, car les deux moteurs privés d’énergie s’éteignirent, laissant la frégate continuer sur sa lancée.

La frégate se rapprochait vite du sol et alors que son ventre commençait à frotter le béton, un concert de grincement se fit entendre et une myriade d'étincelle apparut autour de l'engin.
Les deux hélices finirent par se briser en rencontrant le sol et les pales volèrent fort heureusement loin de l'appareil.
L'inertie de l'engin le fit continuer jusqu'au bout de la piste avant de finalement s'immobiliser au sol.
Un des soldats en armure assisté sortit de l'engin, en enfonçant l'écoutille latérale et bien rapidement tout le monde en sortis indemne, la plupart rigolaient comme des demeurés d'ailleurs.
Je sortis rapidement de l'épave, observant les techniciens en armures mécaniques qui venaient enlever l'épave de la frégate.
Les alarmes finissaient lentement par s'éteindre et sans plus d'explication, je laissais mes camarades, courant presque jusqu'aux baraquements.

Je n’adressais que quelques regards distrait aux gens que je croisais, finissant par courir malgré l'armure sur mon dos. Je finis par arriver à l'étage, et prenant une grande inspiration. je poussais doucement, la porte appréhendant ce moment.
Elle m'avait terriblement manqué, et j'avais fini par lui demander de venir, pourquoi ? Et bien depuis tout ce qui c'était passé, je n'avais pas parlé à grand monde et elle était la seule personne avec qui j'avais envie de parler... Et surtout de m'enfuir quelque temps...
La porte tourna lentement sur ses gonds, me révélant ma chambre dans un état aussi déplorable que lorsque j'étais parti.

Mais elle me révéla surtout la jeune femme que j'attendais depuis si longtemps, mon cœur fit un bond dans ma poitrine, et je finis par lâcher le casque que j'avais à la main qui roula dans la chambre alors que je sautais presque sur la jeune femme la prenant dans mes bras avant de l'embrasser amoureusement.
J'avais tant de choses que je voulais lui dire avant, mais voilà que je me retrouvais sans savoir quoi dire.
Elle était là ! Le reste avait-il la moindre importance ?

-Tu es enfin là ! Si tu savais comme j'attendais ça ! J'ai beaucoup hésité avant de te le demander, mais.... je ne tenais plus...


Je la relâchais un moment, prenant conscience de ma tenue peu adaptée et de l'état de ma chambre. Je finis par dire doucement.

-Et bien... Euh... Bienvenue chez moi, je suppose ?

C'était quelque peu hors du contexte, mais mon esprit avait fini par se court-circuiter lui-même à force de vouloir lui parler. Et je devais me retenir de ne pas replonger dans ses bras.
Il y avait sans doute beaucoup à dire beaucoup à montrer, mais je ne voyais plus autre chose qu'elle


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyLun 11 Déc - 21:50
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Les gonds grincèrent, accompagnant la lente progression de la porte. Et puis elle révéla alors la seule personne importante, l'unique raison de la présence inouïe de la jeune femme ici. Hex. Couvert de suie et de sang. Le cœur de la jeune femme fit un bond dans la poitrine comme s'il cherchait à en sortir. Elle avait beau vivre sa vie comme elle l'entendait, seule, feintant que rien n'avait plus d'importance que sa liberté, mais en le voyant il était clair que tout au fond de son esprit, il avait été omniprésent et ceux même loin d'elle et aussi longtemps. Et il était là, sous ses yeux, dans un état lamentable qui le caractérisait pourtant si bien.

Comme en écho à son émotion, il lâcha son casque, le laissant rouler dans le désordre de la chambre. Sans la quitter un instant du regard il laissa ses pas le guider jusqu'à elle, jusqu'à ce qu'elle se glisse dans ses bras et que leurs lèvres se rencontrent enfin à nouveau. La bouche du soldat avait un goût de brûlé pourtant Allys s'en moquait, rien n'avait plus d'importance si ce n'est qu'il était là, qu'il allait bien, et que leur lien était toujours aussi fort.

Pourquoi s'étaient-ils quittés ? Ou plutôt comment avaient-ils osés faire comme s'ils étaient capables de se passer l'un de l'autre ? Hex était spécial. Ce n'était pas juste un amant de passage ou une amourette futile. Il était une part de son être, une extension à son âme. Jamais sinon elle n'aurait fait tout ce chemin ni ressenti une telle explosion de sentiments à ce contact dont elle aurait rêver ne jamais prendre fin.

C'est avec un soupire déçu qu'elle laissa son compagnon se détacher d'elle.


« Tu es enfin là ! Si tu savais comme j'attendais ça ! J'ai beaucoup hésité avant de te le demander, mais.... je ne tenais plus... Et bien... Euh... Bienvenue chez moi, je suppose ? »

« Bien sûr que je suis là bêta » Lança-t-elle en guise de taquinerie, avant de reprendre plus sérieusement. « Dès que je suis rentrée et que j'ai vu ta lettre... Cela faisait si longtemps que je n'avais pas eu de tes nouvelles et une telle demande... Ici... C'est... »

Comment le décrire ? Allys tenta de chercher ses mots, se tournant vers la pièce en effectuant un mouvement large.

« Cet endroit, c'est ton univers à toi... D'autant plus avec tout ce que tu m'en as dis, je ne pensais pas ni que tu en aurais l'envie un jour ni que ce pouvait être seulement possible. »

Elle se tourna à nouveau vers Hex et lui prit les mains avec douceur. Il l'avait fait venir, elle comptait donc plus que n'importe qui et c'était la plus grande preuve d'amour qu'il aurait pu lui faire. Pour un couple banal ce n'était probablement rien mais le leur était spécial.

« Cette demande n'était pas anodine n'est-ce pas ? »


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyLun 11 Déc - 23:30
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
C'était une évidence pour elle ? À vrai dire j'avais vraiment eu peur en écrivant la lettre, peur que tout ce que nous avions vécu ai été quelque chose de passager, et cette même lettre avait été réécrite plusieurs fois et de nombreuses feuilles avaient été sacrifiées à cette cause.

-Oui j'aurai dû t'écrire plus tôt, mais... il s'est passé tellement de choses... J'ai eu mes réponses en Mytra et j'ai fini par y retourner peu de temps après.... C'est une longue histoire, mais je n'ai pas vraiment pu écrire avant d'arriver ici, je suis désolé. J'ai essayé de te retrouver en Mytra, mais... Tout s'est enchaîné tellement vite....

Je la regardais tourner dans la pièce incapable de détacher mon regard d'elle. La scène paraissait surréaliste, Allys ici.... C'était comme un rêve devenu réalité. Et pendant qu'elle marchait pensivement, je me mis à défaire les attaches de ma cuirasse, les plaques d'acier tombant une par une par terre, révélant une tenue bien moins invulnérable.

-Depuis que je te connais j'ai eu l'envie de te demander de venir ici.... J'avais juste...Peur.... Ce n'est pas quelque chose que je cache vraiment, l'avis des autres m'est bien égal, mais le tiens... C'est plutôt le contraire. Et comme tu as pu le voir ce n'est pas vraiment... C'est un peu particulier.


Particulier...Oui c'était le mot...
Je serrais doucement ses mains, une main d'acier, une main de chaire dans deux recouverte d'acier, ce qui m'empêchait d'en ressentir sa chaleur. Je défis rapidement les gantelets les laissant tomber au sol pour enfin avoir un vrai contact avec elle.
La raison de lui avoir demandé de venir... Non ce n'était pas anodin, ce n'était pas non plus très compliqué à vrai dire. Depuis que nos chemins s'étaient séparés... Je l'avais toujours eu dans un coin de ma tête, et le ruban qui était accroché à la veste qui pendait dans ma chambre avait été mainte fois serré en guise de bonne fortune.

-Non ce n'est pas vraiment anodin... En fait j'ai beaucoup réfléchi à tout ça... Tu sais à nous deux et...

Il y eu un silence alors que je cherchais les mots qui me paraissaient le plus juste possible, certains auraient voulu tenter de grandes phrases pleine d'éloquences... Mais j'était tout simplement incapable de faire autant de réflexions sur moi-même à l'heure actuelle, si bien que je ne trouvais rien de mieux à dire que ce que j'avais sur le cœur.
Je me rapprochais doucement d'elle avant de dire:

-Je ne veux plus qu'on se sépare comme ça... Je ne sais pas pourquoi, mais... Je ressens comme un manque quand tu n'es pas là... Et je n'ai plus envie d'être sans toi.


C'était ce qui devait se rapprocher le plus d'une déclaration d'amour sincère chez moi. Je poursuivais doucement, lui laissant à peine le temps de respirer, me rapprochant encore d'avantage.

-Je voulais aussi que tu voies mon univers, tu m'as vu hors de mon élément et... je voulais aussi te montrer qui j'étais quand j'étais... Chez moi ?

Je ne savais pas trop comment le dire, peut être qu'avoir eu une existence plus normale aurait aidé ? Reste que je voulais simplement qu'elle me connaisse mieux... voir entièrement. Je n'avais pas envie de lui cacher ce que je faisais ou ce que j'avais fait avant. Je la voulais... Mais il n'y avait pas que cette idée physique. Bizarrement, je voulais aussi lui appartenir, c'était le genre d'émotion que je tentais habituellement de chasser qui refaisait surface uniquement en sa présence.

-Même lorsque que l'appareil, c'est écrasé tout à l'heure, je n'arrivais pas à penser à autre chose qu'à te revoir... Je ne sais pas si ce sont des choses qui se disent... On m'interdit en général d'avoir beaucoup de contact avec les gens en dehors des opérations et j'ai dus beaucoup insister auprès de Papa pour que tu puisses venir.
Je ne veux juste pas passer un jour de plus sans toi...


La pierre était lancée, et c'était à la jeune femme désormais de décider ce qu'il allait devenir de cette pierre. Quant à moi, je ne pouvais qu'attendre de voir les effets que ça aurait. Mon expression avait été des plus sérieuses tout au long de cette petite déclaration, et j'étais bien plus sincère ici que dans bien d'autres situations auparavant


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyDim 17 Déc - 18:55
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Ils avaient passé leur temps à se croiser sans réellement s’attarder. Et si à chaque fois leurs retrouvailles ravivaient leurs sentiments et leur donnait plus de profondeur, jamais encore ils n'avaient placé leur relation au premier plan. Et pourtant, cette fois, les choses étaient différentes. Ils s'étaient réellement cherchés, manqués, si bien qu'ils s'étaient pour une fois donné la priorité.

Allys était là, bien réelle, aussi fou que cela puisse paraître et les mains jointes ils ne pouvaient pas nier l'évidence. Cela voulait tout dire sur la profondeur de leur relation.


« Non ce n'est pas vraiment anodin... En fait j'ai beaucoup réfléchi à tout ça... Tu sais à nous deux et... »

Et quoi ? La jeune femme scruta le visage de son amant en quêtes de réponses. Elle tempéra son cœur, se rappelant que son invitation et les paroles pleines de sens qu'il venait de prononcer. La suite ne pouvait être que positive, sinon pourquoi la dévorait-il ainsi du regard ? Elle connaissait son mode de pensée, il n'était pas le plus à l'aise lorsqu'il s'agissait de mettre à plat ses sentiments et donner de la cohérence à ses propos, alors elle attendit avec la patience dont elle savait faire preuve à son contact.

« Je ne veux plus qu'on se sépare comme ça... Je ne sais pas pourquoi, mais... Je ressens comme un manque quand tu n'es pas là... Et je n'ai plus envie d'être sans toi. »

Prise au piège de l'émotion que provoquait en elle de telles paroles et surtout du fait de sa soudaine grande proximité. Allys se noyait littéralement dans l'océan bleu-gris qui lui faisait face, la respiration lui faisant défaut alors qu'elle sentait le souffle frais de son amant au contact de sa gorge.

« Je voulais aussi que tu voies mon univers, tu m'as vu hors de mon élément et... je voulais aussi te montrer qui j'étais quand j'étais... Chez moi ? »

Aussi maladroitement que soient ses mots, Allys en saisissait pleinement le sens. Elle non plus n'avait jamais emmener quiconque chez elle et cet acte qui semblait si anodin ne l'était pas. D'autant plus dans la situation du jeune homme. La seule parcelle personnelle qu'il possédait se résumé aux quelques mètres carrés qui lui faisaient office de chambre. Tout le reste de son existence appartenait à son unité. Pour Allys, sa maison en Zochlom représentait son identité affective, sa liberté et les rares souvenirs heureux qu'elle possédait. Elle espérait pouvoir lui conduire elle aussi un jour.

« Même lorsque que l'appareil, c'est écrasé tout à l'heure, je n'arrivais pas à penser à autre chose qu'à te revoir... Je ne sais pas si ce sont des choses qui se disent... On m'interdit en général d'avoir beaucoup de contact avec les gens en dehors des opérations et j'ai dus beaucoup insister auprès de Papa pour que tu puisses venir.
Je ne veux juste pas passer un jour de plus sans toi... »


« Moi aussi j'ai beaucoup pensé à toi, à nous. »

Face à l'expression sérieuse de Hex, le visage de la jeune femme se referma. Malgré le torrent d'émotions qui la parcourait, aucune d'elles ne trahit sa présence lorsqu'elle prit la parole à son tour. Elle poursuivit, l'air tout aussi grave, essayant de lui expliquer la complexité de ses sentiments. Et ceux, même si elle risquait de lui faire peur au début.

« Aussi forts qu'aient été tout ces moments passés ensemble et même si je savais que je ressentais des sentiments envers toi je... J'ai toujours eu cette carapace, ce désir de quitter tout ce à quoi je suis attachée et j'ai... J'ai passé presque un an à fuir ce que je ressentais. Et pourtant le hasard n'a eu de cesse que de nous rencontrer à nouveau. Et j'ai profité de chaque instant, à chaque fois que je me suis trouvée près de toi c'était comme si rien d'autre n'avait d'importance. Pourtant... J'ai toujours trouvé un prétexte pour m'éloigner. Tu avais toi aussi tes impératifs et il était plus facile de nier mes sentiments si je te voyais pas. »

Aussi crues que soit ces mots, ils ne reflétaient que la réalité. Allys avait toujours eu peur de s'attacher à quiconque. Devant une passion aussi rapide que dévorante, elle avait prit ses jambes à son cou. Et puis, elle l'avait à nouveau revu, ses sentiments comme une bougie s'étaient rallumés, son intérêt s'était à nouveau porté sur le soldat, leur lien était réapparut. Et puis, tout aussi vite que la flamme s'était rallumée, Allys l'avait à nouveau masqué sous couvert du travail. A tord, car dès lors qu'elle avait recroisé le regard de son amant à ce bal en Zochlom, la passion n'en avait été que plus intense. Et puis, elle s'en est allées à My'tra et le désarroi avait brisé son cœur et soufflé le déni par la même occasion. Devant la séparation qui causa la perte d'un être cher, elle avait enfin réalisé qu'elle était dans l'erreur depuis toujours.

« J'avais tord. Tellement tord. Je suis tellement stupide de m'isoler, de pousser les autres à rester loin de moi. J'ai trop perdu à agir ainsi... »

C'est en les éloignant d'elle qu'elle les perdait et souffrait. N'aimer personne empêchait de souffrir mais il est impossible de ne s'attacher à personne. C'est inéluctable et elle ne peut que souffrir en faisant comme si cela lui était égale.

« Je ne veux pas te perdre toi aussi. Je... Je n'ai pas envie de te quitter. Encore. Je... Tu es tellement important. J'ai toujours tout gâché, avec tout le monde. Je ne sais pas pourquoi je ressens tant de choses à ton égard mais c'est ainsi, ça ne s'explique pas, et je ne peux pas le cacher et surtout pas le nier à moi-même. 

J'ai rencontré une femme sur les terres My'tran. Elle avait ceci en sa possession.
 » Elle lui montra le badge. « La pensée qu'une autre ait pu l'avoir en sa possession m'a été insupportable. Et pour une fois je n'ai pas nié l'importance que tu as à mes yeux. »

Chassant quelques larmes importunes sur revers de la main, elle termina enfin sa tirade.

« J'ai réalisé que je ne voulais plus passer un instant loin de toi. Je ne veux pas n'être qu'un amour de passage pour toi et de te perdre à cause de ma bêtise. Je ne peux pas revenir en arrière et réparer tout ce que j'ai brisé mais au moins maintenant j'aimerais faire les choses bien, nous laisser une réelle chance et pas simplement quelques instants volés. Je voudrais rester ici auprès de toi et que... Que tu n'en ai pas envie seulement à cause du manque ou le fait de me voir mais... Parce que notre histoire est importante. »


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyLun 18 Déc - 21:53
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
On appelait communément ça un plan de la dernière chance, une charge désespérée, ou une dernière tentative, mais le principe était toujours le même, faire un dernier effort, donner tout ce que l'on a.Il n'y en avait peut-être pas eu, mais dans mon esprit l'équivalent d'une vie d'homme avait du s'écouler. Je trouvais cela bien plus facile d'affronter des mages déchaînés qu'affronter le silence qui s'installa.
Il n'y en avait peut-être pas eu, mais dans mon esprit l'équivalent d'une vie d'homme avait du s'écouler.
Mes yeux ne cessaient de fixer Allys avec pour la première fois depuis qu'elle me connaissait une expression.

-Moi aussi j'ai beaucoup pensé à toi, à nous.


Enfin une phrase, tout aussi énigmatique qui me fit nerveusement me mordre la lèvre inférieure, mes dents s'enfonçant dans la chair molle pour oublier brièvement le tremblement dans mes mains, et le tambour dans ma poitrine.
J'avais le souffle court, et mon organisme commençait presque à entrer en mode de survie.

-Aussi forts qu'aient été tout ces moments passés ensemble, et même si je savais que je ressentais des sentiments envers toi je... J'ai toujours eu cette carapace, ce désir de quitter tout ce à quoi je suis attachée et j'ai... J'ai passé presque un an à fuir ce que je ressentais. Et pourtant, le hasard n'a eu de cesse que de nous rencontrer à nouveau. Et j'ai profité de chaque instant, à chaque fois que je me suis trouvée près de toi, c'était comme si rien d'autre n'avait d'importance. Pourtant... J'ai toujours trouvé un prétexte pour m'éloigner. Tu avais toi aussi tes impératifs et il était plus facile de nier mes sentiments si je ne te voyais pas.



Sa carapace, oui... Une armure d mépris que je l'avais déjà vu porter. Et ce désir de fuite... Pouvais t-on vraiment lui en vouloir ? Tout le monde fuyait quelque chose certains pour de bonnes raisons, d'autres pour des mauvaises. Et pourtant comme elle le disait, le hasard nous avait fait nous rencontrer encore et encore, comme si quelqu'un avait établi un plan, un plan précis composé de deux pions aimanté. Aussi habile soit-on, deux aimants opposés finissent toujours par se retrouver, et aucun de nous deux ne pouvait le nier nous étions attirés l'un par l'autre.
J'eus un sourire quand elle parla des moments passés ensemble, revoyant chaque seconde, mon esprit y attachant un immense sentiment de bonheur.

Elle avait cherché à éteindre cette petite flamme ignorant peut être sa propre conscience pour ne pas avoir à s'attacher à quelqu'un. Je ne pouvais pas dire grand chose à ce sujet. Il était bien trop compliqué pour moi de lui expliquer l'intégralité de ce que je pensais.
Comme elle j'avais tout d'abord cherché à oublier tout ça prenant cette accélération de mon rythme cardiaque comme une maladie quelconque, maladie qui n’arrivait qu'en sa présence. Comment lui décrire les nuits passées à espérer la revoir, rêvant d'elle sans comprendre ce qu'il m'arrivait.
Dans cette même chambre, j'avais passé de longues nuit éveillé, trouvant un étrange réconfort à tenir ce petit ruban dans ma main.
Chaque moment où je l'avais revu avait été un remède contre les insomnies, et chaque séparation un déchirement émotionnel qui m'avait bien plus affecté que ce que j'avais montré.

-J'avais tord. Tellement tord. Je suis tellement stupide de m'isoler, de pousser les autres à rester loin de moi. J'ai trop perdu à agir ainsi...



Que pouvais-je bien lui répondre ? Je n'était pas si différent, courant le monde vêtu d'une belle armure pour cacher un intérieur creux ? Elle avait perdu oui, et le simple fait de l'imaginer souffrir me mettait mal à l'aise. J'aurais voulu la prendre dans mes bras et lui dire qu'elle n'avait plus à souffrir pour rien, mais mes muscles tétanisés refusaient de bouger alors que son regard me clouait sur place.



-Je ne veux pas te perdre toi aussi. Je... Je n'ai pas envie de te quitter. Encore. Je... Tu es tellement important. J'ai toujours tout gâché, avec tout le monde. Je ne sais pas pourquoi je ressens tant de choses à ton égard mais c'est ainsi, ça ne s'explique pas, et je ne peux pas le cacher et surtout pas le nier à moi-même.



Cette phrase fit l'effet d'un électrochoc, et fut bien plus douloureux que ce que j'aurai pensé. Il enflamma mes nerfs engourdi et me vrilla la poitrine alors que mon cœur accélérait de plus en plus vite, c'était peut-être ça qu'on appelait l'amour ?

J'avais toujours pensé cette chose comme une utopie ou un stade de faiblesse qui empêche un être humain d'être indépendant. Mais maintenant que cela m'arrivait... Ou du moins je le pensais... Ce n'était pas si désagréable.
Comment nier ce sentiment ? Ce n'était pas qu'une pensée, mais bien quelque chose de physique...

-J'ai rencontré une femme sur les terres My'tran. Elle avait ceci en sa possession. La pensée qu'une autre est pu l'avoir en sa possession m'a été insupportable. Et pour une fois, je n'ai pas nié l'importance que tu as à mes yeux.

Avais-je eu ces même pensées ? Avais-je eu peur qu'elle appartienne à quelqu'un d'autre... Oui ça avait été une source d'angoisse... Et le simple fait de l'imaginer avec quelqu'un d'autre était... insuportable
Ce badge... Oui aucun doute, c'était le mien, et dans un premier temps, je ne compris pas pourquoi elle avait pu avoir une telle réaction pour un morceau de tissu, et ce, jusqu'à ce que mon regard se porte sur le ruban qui était accroché à ma manche.
Ce petit détail percuta dans mon esprit réalisant soudainement le geste que j'avais eu.
Pour un militaire, mettre un badge sur son épaule indiquait clairement son appartenance, cet écusson en tissus clamait haut et fort que j'appartenais à mon régiment, le ruban était lié au même endroit, simplement à une manche différente.
À l'époque je l'avais noué sans y faire attention mais cela prenait tout son sens.
Je fixais la jeune femme, la tête légèrement penchée sur le côté. Je lui appartenais, comme j'appartenais à mon régiment, et chose incroyable... Je ne m'en était même pas rendu compte.

Ma seule réaction à cette phrase fut de tendre la main vers la sienne pour refermer sa main sur l'insigne.

-Garde donc cet insigne, si quelqu'un a un plan pour nous il a sûrement dû vouloir que ce dernier tombe. Un militaire possède un insigne sur chaque épaule, traditionnellement le même, c'est notre façon de dire à qui nous sommes et d'où nous venons

Je lui fis discrètement signe de regarder son ruban noué sur l'épaule de la veste avant d'ajouter.

-Je sais d'où je viens... et je pense savoir à qui j'appartiens.


C'était très symbolique, après tout qui se souciait d'un morceau de tissu placé sur un autre morceau de tissu ? Surement peu de personnes, mais quand on grandissait avec pour seul repère ces symboles...
Cela devait être aussi difficile de remplacer cet insigne que pour un mage de renier son créateur....



-J'ai réalisé que je ne voulais plus passer un instant loin de toi. Je ne veux pas n'être qu'un amour de passage pour toi et de te perdre à cause de ma bêtise. Je ne peux pas revenir en arrière et réparer tout ce que j'ai brisé, mais au moins maintenant j'aimerais faire les choses bien, nous laisser une réelle chance et pas simplement quelques instants volés. Je voudrais rester ici auprès de toi et que... Que tu n'en ai pas envie seulement à cause du manque ou le fait de me voir, mais... Parce que notre histoire est importante




Tant de paroles, en si peu de temps, une vie qui bascule en quelques phrases. À mieux y réfléchir, les destins se décidaient d'avantages avec des mots qu'avec des armes...
Je ne pus que la serrer contre moi, incapable pour le moment de lui répondre convenablement. Le barrage, plutôt fin en sa présence, de mes émotions avait lâché, déversant en peu de temps tout les sentiments que j'avais refoulé pour elle.
Oui notre histoire était importante, et même si aux yeux des dieux elle était insignifiante, elle me paraissait au contraire être le centre même de l’existence. Oui nous aurions notre chance, et s'il fallait nous l'arracherions au reste du monde.
Cette histoire était la nôtre, pas celle du monde. Finis les jours volés au temps ou à la société, je ne supporterais plus de passer une minute sans elle.


Je la pris doucement, l'asseyant sur mon lit pour caresser doucement son visage, le trouvant à chaque seconde encore plus magnifique qu'auparavant . Une femme aussi jolie n'aurait jamais dû à verser la moindre larme et encore moins pour quelqu'un comme moi.
Mais ce n'était pas une femme fragile loin de là, une larme pour elle devait bien signifier des nuits entières de pleurs pour une personne normale. C'est une des choses qui me toucha peut-être le plus.
Je la fis asseoir doucement sur le lit prenant ses mains dans les miennes. Même si je ne voulais que la prendre dans mes il y avait d'autre chose à dire d'autres paroles à prononcer.

-Si c'est vraiment ce que nous souhaitons tous les deux... Il n'y a pas de raisons de se séparer, nous pourrions peut-être emménager ensemble qu'en dit tu ? Je suis sûr que je pourrais nous trouver une maison dans les quartiers des officiers en attendant de trouver... Mieux.



C'était envisageable, quelques papiers à signer et ce serait tout, mais quelque chose me disait qu'il nous faudrait quelque chose d'autre, un coin bien plus tranquille loin de tout... Peut-être en territoire neutre.
Je n'envisageais bien sur pas d'arrêter l'armée, mais rien ne m'empêchait d'avoir une vie sentimentale. À dire vrai je n'avais pas d'autres choses à lui proposer je n'avais pas grand chose.
A mieux y réfléchir j'avais peut être ce qui pouvait s'apparenter à une maison. L'idée me fit sursauter et je pris la jeune femme par la main l'attirant hors de la chambre pour l'emmener près des hangars.
Là une grande structure en béton recouverte de neige nous attendait et je me mis à ouvrir une petite porte, cette dernière débouchant sur un hangar contenant un unique appareil, l'engin était une frégate lourde modifiée pour les longs voyages. La voilure en chauve-souris avait été remplacée par une voilure droite bien plus solide et placée plus en hauteur.
Le train d’atterrissage droit élevait l'appareil plus que de normal lui donnant un air un peu plus trapu que d'habitude.

-Cela fait très longtemps que j'ai acheté cet engin, mes amis mécaniciens l'ont récemment terminé je pense qu'à part ma chambre c'est un petit peu mon chez-moi, c'est temporaire mais pourquoi ne pas en faire un chez nous ?
Ce n'est pas très grand, mais il y a de quoi dormir côte à côte dans un petit confort, laisse moi te montrer !



Je l'emmenais jusqu'à la trappe latérale tirant sur cette dernière pour déplier un petit escalier qui menait à l'intérieur de l'appareil.
L'intérieur n'était pas d'un grand luxe, et dès l'entrée il fallait s'écarter pour éviter le berceau de la tourelle dorsale. Le siège était positionné juste sous un bulbe mobile contenant une mitrailleuse qui permettait d'observer le ciel, et aussi de défendre l'appareil, à gauche, on accédait à un cockpit biplace qui donnait sur une petite verrière renforcée, une petite allée permettait de descendre dans le nez vitré de l'appareil, mais le principal se trouvait à droite, et une porte ouverte menait directement à une petite chambre aménagée avec ingéniosité par les techniciens.
Un lit double pliable était plié contre l'intérieur du fuselage et des casiers intégrés aux fuselages permettaient de ranger beaucoup d'affaire, cette petite chambre était éclairée par deux hublots qui donnaient sur l’extérieur.
L'ensemble était tout de même agréable et l'on pouvait s'y tenir debout sans trop de soucis, une table pliante avait même été aménagée . Le siège était positionné juste sous un bulbe mobile contenant une mitrailleuse qui permettait d'observer le ciel, et aussi de défendre l'appareil, à gauche, on accédait à un cockpit biplace qui donnait sur une petite verrière renforcée, une petite allée permettait de descendre dans le nez vitré de l'appareil, mais le principal se trouvait à droite, et une porte ouverte menait directement à une petite chambre aménagée avec ingéniosité par les techniciens.
Si l'on descendait dans le ventre de la bête on trouvait une salle génératrice exiguë qui donnait la puissance aux deux moteurs Merlin.

Je fis une petite volte face asseyant la jeune femme sur le lit déplié.

-Alors ? Qu'en penses tu ? C'est un petit début mais c'est plutôt pas mal et puis... rien ne nous empêche de partir quand on veux avec ça. Il manque juste de décorations et peut être d'un bon mécano à bords. J'ai appris à le piloter mais je reste une vraie bille pour tout le reste.


Je me frottais l'arrière du crâne en souriant, difficile de comprendre un traître mot à tout ces manuels. Je finis par me pencher vers la jeune femme.
C'était tout ce que je pouvais lui offrir pour le moment, la liberté à nous deux, pas de barrière pour nous arrêter sinon notre envie.
Et cette fois ne pouvant plus tenir je me mis à l'embrasser à nouveau, concentrant tout ce manque dans ce long baiser qui dura de longues minutes. Il était difficile de se retenir pour ne pas continuer plus loin.
Je sentais mon cœur se remettre à accélérer pendant cette folle embrassade, tout cela lui plairait t-elle ?

-Je ne veux pas être à quelqu'un d'autre qu'à toi...


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyDim 7 Jan - 12:47
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Le silence se fit alors, seulement brisé par le souffle court de la jeune femme. Elle avait tout lâché, son âme, son cœur, son esprit. Dans le seul et unique but d'être enfin complètement sincère avec leur histoire elle avait même du abandonné sa nouvelle amie en Cerka. Tout ce qu'elle venait d'exposer ainsi à Hex ne pouvait plus attendre, d'autant plus que ce besoin s'était accentué sur le chemin, rendu devenu douloureux alors qu'elle s'inquiétait pour lui.

Il l'aimait. Ça, elle le savait. Il fallait être idiot ou aveugle pour ne pas s'en apercevoir. Hex était un livre ouvert, simple et limpide. Il n'avait toujours exprimé que ce qu'il ressentait. Mais... Il n'avait jamais cherché non plus à la contacter avant cette lettre et il était possible qu'elle ne soit importante à ses yeux que lorsqu'il en avait besoin ou qu'elle se trouve avec lui. S'appartenaient-ils vraiment ? Ou bien, n'étaient-ils que des amants ? Bien qu'il l'ai affirmé, Allys avait besoin de preuves. Réelles. Tangibles. Quelque chose de bien plus signification que leur attirance l'un pour l'autre.

Avait-il vraiment compris ce qu'elle attendait ? Incapable de prononcer un mot, il s'était pourtant contenté de la prendre dans ses bras et la serrer contre lui. Prise dans une tempête émotionnelle, elle tenta de le repousser alors mais seul son esprit se débattait. Rapidement, elle se retrouva assise sur le lit du soldat. Ses yeux se fermèrent sous le contact doux de ses mains sur son visage. Mais. Ce n'est pas cela qu'elle désirait. Non... Ils avaient trop laissé leurs esprits s'éteindre et leurs passion s'exprimer. Pas cette fois-ci. Rouvrant les yeux, elle le dévisagea, dévoilant par la même occasion une fragilité dans son regard.

C'est cet instant qu'il choisit pour briser le silence.


« Si c'est vraiment ce que nous souhaitons tous les deux... Il n'y a pas de raisons de se séparer, nous pourrions peut-être emménager ensemble qu'en dit tu ? Je suis sûr que je pourrais nous trouver une maison dans les quartiers des officiers en attendant de trouver... Mieux. »

Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent légèrement mais finalement Allys secoua doucement sa tignasse argentée. Ce n'était pas parce qu'elle n'était pas emballée à l'idée d'emménager avec lui, bien au contraire il s'agissait même de ce qu'elle avait espérer. Mais elle n'avait pas sa place ici. Et elle avait elle aussi une maison. Le choix était un peu plus complexe que cela.

« Hex, je ne crois pas que... »

Commença-t-elle alors qu'il se saisit brusquement de sa main pour l'attirer hors de la chambre à vive allure. N'ayant d'autre choix que de le suivre, elle s'exclama, incrédule :

« Où tu m’emmène comme ça ?! »

Elle n'eut de réponse qu'un regard étincelant. Elle se renfrogna légèrement mais n'eut d'autre choix que de se laisser emporter et observer les environs en quête d'un indice. C'est finalement dans un grand hangar que leurs pas s'arrêtèrent. Là, Hex relâcha la main de l'ingénieure. Celle-ci entra à son tour à l'intérieur. Comment diable pouvait-il contenir la solution à leur problème ? Suspicieuse, elle leva alors la tête, remarquant alors l'énorme engin qui y trônait. La frégate était impressionnante, mais Allys ne voyait toujours pas où il voulait en venir. Qu'à cela ne tienne, Hex ne tarda pas à vendre les mérites de son deuxième domicile, enjoignant la damoiselle à monter à bord. Allys hocha la tête, intriguée et suivit le guide.

L'intérieur avait été aménagé du mieux possible, de façon à être à la fois fonctionnel et malgré tout confortable. Ce n'était certes pas l'endroit le plus agréable qui soit, mais il offrait malgré tout un cadre suffisant. La jeune femme, bien que fort riche, n'avait jamais vraiment baigné dans le grand luxe, n'y trouvant pas spécialement d'intérêt, aussi la perspective d'une maison aussi atypique et qui lui permettrait de voyager comme bon leur semblait lui avait redonné le sourire.


« Alors ? Qu'en penses tu ? C'est un petit début mais c'est plutôt pas mal et puis... rien ne nous empêche de partir quand on veux avec ça. Il manque juste de décorations et peut être d'un bon mécano à bords. J'ai appris à le piloter mais je reste une vraie bille pour tout le reste. »
«  C'est pas mal, tu t'es bien débrouillé. En faite, tout ce qu'il te manque c'est une femme mécanicienne. Tu as de la chance, il paraît que j'excelle en la matière. »

Brusquement alors, Hex se pencha vers la jeune femme et elle perdit soudain toute répartie. Happée par le regard si clair de son compagnon, elle sentit ses joues se réchauffer légèrement avant qu'ils ne se décident enfin à se laisser aller. Finalement, pourtant, Hex rompit leur baiser.

« Je ne veux pas être à quelqu'un d'autre qu'à toi... »
« Et moi à toi »

Lui souffla-t-elle à son tour.


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyDim 7 Jan - 20:23
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Tout allait pour le mieux et quand je finis par savoir qu'elle serait plutôt ravi de jouer les mécaniciennes pour l'appareil, je ne pus que sauter de joie. Le baiser dura longtemps, et comme cette fois personne ne risquais de nous empêcher de nous laisser aller à notre convenance, je pris tout mon temps pour profiter d'elle. Mes bras s'enlacèrent autour d'elle pour la serrer contre moi. Comme pour oublier que nous avions été séparés depuis plus longtemps.

-Peut être pourrions nous partir tout les deux ? Rien que tout les deux, loin de tout ça !


La suite ne fut que logique. La couchette de l'avion était finalement largement assez large pour deux amoureux, qui ne faisaient de toute façon plus qu'un.
Quelques heures plus tard, alors que je caressais doucement les cheveux de la jeune femme, les migraines qui le frappaient ces derniers temps revinrent, avec force. Je dus serrer les dents pour ne pas hurler de douleur sur le coup et mon visage se tordit brièvement en signe de douleur.
Comme d'habitude, du sang se mit à couler de mon nez, me faisant me redresser au-dessus de la jeune femme. Ma main se porta à mon visage découvrant une fois de plus ce satané sang.
Ces crises étaient de moins en moins fréquentes depuis la rencontre avec Dalaï et même si elles disparaissaient petit à petit chacune d'elle était foutrement douloureuses.
Je finis par essuyer cette trace avant de me retourner vers la jeune femme caressant ses contours avant de prendre un air pensif.
Il était peut-être temps de lui avouer, enfin plutôt de lui expliquer ce qu'il s'était passé depuis tout ce temps. Le point central était bien sur ma rencontre avec l'architecte. Je n'avais pas peur de lui dire... En fait j'avais peur de ce que cela ferait d'en parler aussi ouvertement, chose que je n'avais pas fait depuis.

-Tu sais je t'avais dit que je faisais souvent des bêtises quand tu n'étais pas là ?


Je laissais un petit moment passer , observant le hangar au travers du hublot de l'engin, détaillant les supports métalliques du toit avant de reprendre. Par où commencer...
"Chérie j'ai rencontré et parlé à un architecte et en voulant me parler il a presque failli me tuer." Ce n'était peut-être pas le meilleur angle d'approche. Peut-être qu'il valait mieux commencer ailleurs. Par quelque chose de moins violent.

-Enfin, il y a quelques mois, j'ai décidé d'aller voir quelque chose que j'avais entraperçu.


Pour commencer tout cela, il fallait sûrement remonter jusqu'à cette histoire de frégate écrasée dans les jumeaux. Ce que je fis rapidement, lui parlant de la superstitions des lacs. Ainsi que de ce tabou qu'était de pénétrer dedans.

-J'ai acheté un scaphandre de plongée.. Et sans réfléchir, j'ai sauté dans le lac...


Et j'y ai trouvé... Plus que ce que je cherchais, j'y ai trouvé le froid du vide, et l'épave d'un vaisseau représentant ma vie passé.

-J'ai vu bien des choses dans ces abysses... Le vide, la déchéance. Mais aussi.... Autre chose... quelque chose qui a changé ma façon de penser, et qui accessoirement cause ces crises.


Je pris son visage dans mes mains collant mon front contre le sien. J'allais prononcer quelque chose que je n'avais jamais cru possible auparavant, sûrement une phrase que n'importe quel Daenar réfuterait en bloc, accusant la personne l'ayant prononcé de fou.

-Les architectes... ils existent... Pas seulement spirituellement... j'en ai vu un... je lui ai parlé ma chérie...

Impensable pour un Daenar comme moi, impensable et impossible aurait dit un fidèle de Dalaï et pourtant je m'en souvenais encore, cette puissance, cette magie... Tout cela avait été bien réel, et malgré la violence de l'architecte, elle ne m'avait pas tué. Non, elle m'avait envoyé chercher des réponses. Les avais-je trouvé ? Pas pour l'instant mais cela avait déclenché quelque chose en moi.
Parler de ceci à Allys m'enleva un poids de la conscience, et avant qu'elle n'ai pu réagir, je lui déposais un court baiser sur les lèvre, attendant sa réaction.
je ne savais pas trop ce que tout cela allait changer, mais si ma vie se transformait, je voulais qu'elle se transforme avec elle.


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyLun 8 Jan - 22:13
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
« Peut être pourrions nous partir tout les deux ? Rien que tout les deux, loin de tout ça ! »

Dans l'euphorie, Allys ne fit pas attention à la proposition de son amour. Elle était simplement heureuse qu'ils aient enfin donné un sens à leur relation épisodique. Peut importe où cela les mènerait, la jeune femme désirait plus que tout la vivre pleinement. Et comment mieux commencer un nouveau départ qu'en baptisant leur nouvelle maison ? S'embrassant avec passion, ils prirent alors d'assaut le lit.
Ce n'est que quelques heures plus tard, alors qu'ils s'offraient un moment de tendresse que le jeune homme se redressa brusquement, serrant les dents avant de se voir saigner du nez. Allys s'assit aussitôt, la mine inquiète. Que diable lui arrivait-il tout à coup ?


« Tout va bien ?! »

Hex se tourna vers elle, l'air pincé, évoquant le fait qu'il fasse des bêtises sans elle. La jeune femme se contenta de froncer les sourcils pour toute réponse. De toute manière, elle savait comment il fonctionnait. Elle attendit qu'il s'explique. Hex lui relata alors la découverte étrange qu'il avait faite en suivant son instinct. Aller au devant des ennuis était sa spécialité et cette fois-là n'échappait pas à la règle. Bravant les avertissement, il s'était rendu dans les profondeurs du lac. Ce qu'il avait vu là bas dépassait l’imaginable...

« Les architectes... ils existent... Pas seulement spirituellement... j'en ai vu un... je lui ai parlé ma chérie... »

Allys resta interdite un moment, repassant en boucle la phrase lourde de sens. Elle ne tiqua même pas lorsqu'il déposa un furtif baiser sur ses lèvres. Paralysée, l'ingénieure était incapable de montrer la moindre trace d'émotion. Ce qu'il avait vu... Qui, il avait vu... Cela remettait à la fois en question l'ensemble des fondements de son éducation daënare mais aussi dépassait également celle prêchée par sa My'träne de mère. Allys avait toujours été divisée entre deux idéaux mais là. Cela dépassait tout. C'était réel, concret. Ce n'était pas une utopie derrière laquelle on pouvait se cacher sous n'importe quel prétexte. Et surtout... C'est ce qu'elle avait toujours souhaité en son fort intérieur. Qu'ils existent vraiment.

« J'en étais sûre... » Souffla-t-elle, le regard éteint. « La bonne réponse se trouve en nous. J'avais raison... »

Soudain, une lueur réapparut dans les pupilles de la jeune femme alors qu'un large sourire illuminait son visage. Avec aplomb elle frappa sa paume du poing.

« J'avais raison ! Nous avons vraiment tous tord. S'ils existent, cela remet tout en question. Ils ne sont pas juste un lien psychique, magique... Ils sont vrais, avec une personnalité, un but. Et si tu a pu en rencontrer un... Ils doivent tous exister ! Être quelque part sur ce monde, attendant qu'on daigne vraiment les voir. Et... Ah... Non attends... »

Au delà de sa franchise, la jeune femme avait la capacité d'être entière tout autant dans ses expression et ses actes. Aussi rapidement qu'elle s'était emballée, Allys se figea, son sourire se fanant avant de disparaître totalement. Elle reposa lentement ses mains sur ses cuisses avant de scruter le soldat, l'expression soudain sérieuse.

« Quand tu as parlé de partir loin de tout, c'est à ça que tu pensais ? Je m'en dis pas plus. Ne me raconte pas ce qu'il s'est passé. »

Elle secoua la tête doucement, la déception s'affichant clairement sur son visage un instant avant que son expression ne change à nouveau. La jeune femme était aux prises avec une multitude de sentiments contradictoires. D'un côté elle était surexcitée par l'annonce, pressée d'en savoir plus et l'envie de mettre les voiles. De l'autre elle devait modérer ses élans au risque de passer à côté d'une décision irréfléchie.

La moue pincée, Allys s'écarta légèrement d'Hex afin de replier ses jambes contre elle et les encercler de ses bras. Là elle rassembla ses esprits et par la même occasion le contrôle sur ses émotions. Au final, elle se contenta de laisser son regard dériver dans le vide qui lui faisait face et malgré que le ton de sa voix témoignait de ses hésitations elle ne montrait rien sur son état d'esprit.


« Il s'est passé des choses aussi de mon côté. Moins incroyable. Plus... Fataliste.

Je t'ai déjà parlé de ma famille atypique et de leur disparition. Cela faisait longtemps que j'avais une piste concrète mais j'ai attendu longtemps. Après l'exposition, je ne sais pas, j'ai trouve le courage de me rendre sur le continent des mages. De renouer avec cette partie de moi. C'est... Bien, dans un sens, je crois.
 »

L'ingénieur se passa la main sur le front avant de les glisser dans ses cheveux pour se dégager le visage et probablement pour ordonner ses idées confuses.

« J'ai traversé une bonne parti du continent et j'ai finalement retrouvé le village maternel et je me suis enfin confrontée à Mélëna. Elle était étrange. Radieuse de me voir comme si rien ne s'était passé. Pourtant les architectes-mêmes m'ont soient témoins que l'on ne s'étaient pas quittées en bon terme. Au fur et à mesure que la discussion a évoluée je me suis rendue compte que quelque clochait. Au delà de son attitude. »

Enfin Allys daigna tourner la tête vers son amant mais son regard était comme absent, vide de sens. Elle ne le regardait pas vraiment. Ce qui s'affichait devant ses yeux n'était autre que la pâle représentation de ce visage tant aimé et à présent disparut à jamais.

« L'oubli. »

Elle l'avait soufflé à mi-mot, comme si cela pouvait tout résumer. C'était le cas. L'oubli des my'trän n'avait qu'une seule signification. Pourtant, à présent aucune larmes n'apparurent aux coin des yeux de la jeune femme. Elle l'avait déjà pleuré. Dans la solitude. Dans ce pays dont elle appartenait mais qui lui était inconnu. Au lieu de cela, Allys laissa à nouveau dériver son regard.

« Je n'avais plus de raison de rester. Et puis, je suis tombée sur elle. Aurore. »

Un faible sourire apparu à l'évocation de ce nom malgré l'air absent toujours peint sur son visage. La mage avait été la bouffée d'oxygène de la métissée. C'était une femme bien qui était arrivée à point nommé. De guide elle était passée à connaissance et puis confidente. Allys connaissait son plus grand et douloureux secret et Aurore avait apaisé les craintes et la douleur vive qui brûlait dans le cœur de la femme du désert. Ce n'était pas rien.

« J'avais besoin d'un guide. Je dois avouer que je n'avais plus vraiment les idées clairs. Et tu connais mon amabilité. La pauvre avait ton badge accroché à ses vêtements. »

Son sourire s'agrandit un peu plus.

« Pourtant elle est passé outre mon sale caractère et nous avons voyagé ensemble jusqu'en Cerka. Je ne peux pas tout t'expliquer mais le temps que l'on à passé ensemble à eu un effet du moi et... Je lui ai fait une promesse. D'autant plus que cette traversée m'a rappelée que j'ai des obligations. »

A nouveau, Allys tourna la tête vers Hex mais cette fois-ci elle le regardait vraiment.

« Aussi doux que soit les moments passés avec toi et de tout ce que l'on s'est dits et ce que cela implique je... Il n'y a pas que toi que je fuis. J'ai beau dire que cela me lasse ou que je m'y refuse, c'est pourtant ce que j'ai fait le plus clair de mon temps. Il ne faut pas des paroles mais des actes et avant que je ne m'embarque dans je ne sais quelle aventure avec toi, tu comprend ? Je ne peux pas tout quitter comme ça. Je ne devais même pas. Je l'ai fait uniquement parce que c'était important. J'ai trop de choses à régler... Il s'est passé tellement d'événements. Je suis désolée il faut que je règle mes problèmes. Je ne peux pas éternellement fuir chaque fois que quelque chose change dans ma vie. »

Bien qu'elle se répète. Allys reformula malgré tout. Il fallait qu'il comprenne la position dans laquelle elle se trouvait.

« Tout se bouscule dans ma tête... Je dois faire mon deuil, aider Aurore, mettre un terme aux tourments de cette petite que nous avons rencontré à l'exposition... Si je tourne le dos à tout cela je sais que je ne serai pas en paix. Ça n'a jamais été bon pour moi de fuir. Je dois retourner à Cerka. Je te promet de revenir, de m'enfuir avec toi et vivre ces aventures folles avec toi, mais pas tout de suite. »


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyJeu 11 Jan - 18:27
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Son visage s'illumina à la mention des architectes. C'était une nouvelle d'une certaine importance, qui pouvait facilement faire chanceler les plus récalcitrant, même certains Mages. Croire en un dieu était une chose et même quand ce dernier donnais des pouvoirs comme les architectes était une chose, savoir que ces derniers existaient était une chose autrement plus importante. Ils vivaient presque parmis nous et devant enthousiasme d'Allys je ne pus qu'avoir un petit rire écartant sa brève inquiétude d'un mouvement de la main.

-Oui ils doivent tous exister, mais celui que j'ai rencontré n'était pas le plus sympathique je pense. Elle m'a renvoyé directement en Mytra, ce qui je t'avouerai ne l'arrangeais pas trop, ce fut un long chemin de retour mais j'ai réussi à rentrer presque entier !

Je vis soudainement la femme que j'aimais se replier sur elle même et ce simple petit mouvement créa un vide en moi. Comment accepter que la seule personne à qui l'on tenait se sente aussi mal ? Je l'écoutais patiemment n'osant trop m'approcher d'elle. Son voyage en Mytra avait été une catastrophe... sa famille l'avait pour ainsi dire oubliée. Et même si je ne pouvais réellement comprendre toute la douleur que cela pouvait lui causer, sa fragilité réveilla un sens que je pensais disparu... l'empathie.
Et si aucune larme ne coulaient depuis les yeux de la jeune femme, il n'était pas dur de deviner que c'était uniquement car elle l'avait trop fait auparavant.
Je m'approchais d'elle doucement, désireux de ne pas troubler sa position, avant de finalement me lover contre elle. La voir dans un état d’abattement pareil me rendait d'autant plus mal que je ne savais pas quoi faire pour lui redonner le sourire.
Et pourtant la réponse était aussi évidente que le soleil au dehors: Je devais être là, sans pour autant lui dire que tout irait bien. Etre là peut être sans parler, mais lui faire sentir qu'elle n'était pas seule.
Ma mains se posa doucement sur son bras alors qu'elle commençait à parler un peu plus de ce voyage relatant sa rencontre avec Aurore, ce simple petit souvenir réussis visiblement à lui faire gagner un peu de bonne humeur. Et pourtant cette fameuse Aurore je l'avais rencontrée, et elle ne m'avait pas paru si attachante que cela, elle avait même été jusqu'à me raccompagner à la porte... Ce n'était pas forcément le meilleur souvenir que j'avais de mon voyage mais si elle avait aidé Allys, alors je lui devais une fière chandelle car elle avait fait ce que j'aurai du faire moi-même.
Ce sourire était si beau...
mais ce fut rapidement le miens qui disparut en entendant la suite. Elle refusait que l'on s'échappe ? Elle parlait de fuir ses problème... Régler certains autres aider des gens... Je devais avouer ne pas tout comprendre encore trop aveuglé par ce refus que j'avais imaginé mais pas forcément anticipé.
Et si mon cœur se serra un moment tout s'arrêta brutalement grâce à une seule petite phrase, une phrase qui pour beaucoup n'aurait été qu'une chimère, un espoir fou auquel il ne fallait porter aucun crédit.
Mais elle me promettait de revenir, et de finalement s'enfuir. Je n'avais pas espéré autant malgré tout. J'avais simplement espéré qu'elle accepte ou qu'elle remette cela à plus tard de façon froide. Mais Allys n'avait pas dit ça pour se débarrasser de moi, j'avais plutôt l'impression qu'elle voulait se débarrasser du reste pour mieux revenir ensuite.
Comment en vouloir à l'élu de son cœur de toute façon ?
J'abandonnai donc mon rôle d'écoute, prenant mon amante par la taille pour l'allonger dans le lit, me plaçant à ses côté lui caressant doucement le visage.

-Je comprends, ce n'est pas le genre de décision qu'on peut prendre à la légère... Tu as encore tout un tas de choses à faire j'en suis conscient.

Je pris une petite inspiration, ne sachant trop comment formuler ce qui me passait par la tête

-Si tu me promet cela je t'attendrais le temps qu'il faudra un an, deux... Mille.... Je n'ai de toute façon pas la liberté de faire autrement car je n'imagine plus ma vie sans toi. Je pense... qu'il est important que je règles quelques histoires aussi tu as raison. Certaines choses n'ont que trop traînés et... si nous partons tout les deux, j'aimerai laisser tout le reste derrière pour être avec toi.

J'espérais que ce temps serait plus court car même si je l'attendait le temps qu'il faudrait, l'attente me paraîtrait interminable. Elle avait néanmoins raison, il fallait régler nos affaires qui j'espérais ne se compliqueraient pas. J'avais déjà une vague idée de ce qu'il fallait faire... Mais j'avais encore du mal à réaliser cela moi-même. Je lui pris la main alors que l'idée effleurait faisant remonter un frisson dans mon dos. Heureusement sa présence calmait cet excès, j'aurai surement besoin d'elle au moment fatidique....
Mais la simple évocation d'Aamu assombrit mon humeur... Comment rester joyeux ? Elle avait paru si..... Triste... La jeune femme ne m'avais pas beaucoup parlé, mais j'avais tout de suit eu de l'affection pour elle, et même si je ne savais peut être pas toute l'histoire, j'imaginais déjà ce qui pouvait la mettre dans cet état, je ne pouvais donc que la comprendre.

-Aamu.... Oui ça m'étais sorti de l'esprit... Comme je le pensais tu ne m'as pas tout dit au bal... Il y avait autre chose que simplement un malheur passager ?


Est-ce que je lui en voulais ? Non pas du tout ce bal avait été un espoir qui reprenait vie. Il était normal qu'elle ait gardé une certaine réserve.
Concernant son état d'esprit je ne le connaissais que trop bien. Il était insupportable de laisser les choses inachevées avant de partir...

-Mais cette fois j'aimerais que nous ne nous separions pas entièrement... Nous avons tout les deux à faire... Mais je ne veux plus laisser le hasard dicter nos rencontres encore une fois.


Je me penchais doucement près du fuselage ma main se portant à un petit compartiment dans lequel j'avais rangé une petite boîte en velours.
Je l'ouvris devant la jeune femme révélant une bague délicatement conçue
C'était un anneau en or blanc dont la moindre surface était gravée d'un motif Mytran. C'était un petit joyau à l'apparence sobre que j'avais été chercher directement la bas. L'ensemble dégageait une beauté discrète que j'avais trouvé parfaitement adapté à la jeune femme. Discrète mais magnifique.
Sans un mot je pris sa main lui passant la bague au doigt avec délicatesse.
La fixant avec un regard amoureux je ne pus m'empêcher de l'embrasser encore une fois.

-Je ne voulais pas que nous nous separions une nouvelle fois sans rien. Avec ça tu te souviendra de ta promesse et que peu importe ce que tu fera je t'aimerai toujours.

Une simple petite bague qui d'après selon moi était loin de rendre honneur à la jeune femme mais qui était pourtant un vrai petit trésor. Le marchand avait paru gêné en me donnant le prix et avait eu un air surpris quand la somme importante qu'il demandait c'était retrouvée sur la table
J'aimais particulièrement porter son ruban il me rappelait à chaque instant la chance que j'avais de la connaitre.
Revenant à la position initiale , je me contentait de la regarder avec un grand sourire attendant ce qu'elle allait penser de ce petit cadeau.

-D'ailleurs je t'ai fait venir ici, mais peut être que nous pouvons baptiser l'avion, tu as besoin d'aller quelque part ?


Je ne tenais pas à ce qu'elle parte maintenant, mais j’essayais de ne pas trop m'écouter car si je le faisais jamais elle ne repartirais. Et j'appréhendais déjà notre séparation même si j'avais dans l'idée qu'elle ne serait pas comme avant.

-Mais peut être veux tu rester ici quelques temps... pour que nous puissions profiter un peu de nous deux, au moins quelques jours...


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
Allys Terasu
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyMar 23 Jan - 21:11
Irys : 1032991
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Malgré la distance qu'elle avait mise entre elle et son grand amour, elle le sentait près d'elle. Il se contentait d'être présent, rassurant dans ses gestes sans pour autant la brusquer et surtout sans l'interrompre. Ce n'est que lorsqu'elle acheva ses explications confuses qu'il l'attrapa par la taille et lui caressa le visage avec douceur avant de finalement se montrer compréhensif. Plus même. Comme en écho aux paroles de la jeune femme, il s'était lui aussi rendu compte de l'importance de faire table rase de tout.

« Je te promet que je ferai au plus vite. Quelques mois, pas plus. Mais, toi, qu'as-tu à régler ? »

Malgré son air assuré, il semblait parcouru de frissons d'effroi. Qu'avait-il donc en tête ? Pourtant, Hex n'avait pas changé d'humeur pour cette raison, il changea brusquement de sujet à l'évocation d'Aamu. Allys soupira.

« Désolée, j'aurai du t'en parler. Enfin. Non, je ne le suis pas vraiment. Je te connais, tu aurais voulu t'en mêler et ça il n'en est pas question. Ce qu'il y avec elle, je le prend vraiment à cœur. C'est... C'est difficile à expliquer. Je le lui dois. Pour toutes les fois où j'ai fermé les yeux face à ce genre de chose parce que j'étais lâche. Et, puis... Aussi parce que cette petite fille si triste... J'aurai pu être elle. »

Devant le regard perdu d'Hex, Allys se contenta de poser un doigt impérieux sur ses lèvres. Il ne valait pas mieux s'étendre plus que cela. Oui, la jeune femme s'était montrée vague mais cela suffirait comme explication. Finalement, le soldat à capitulé. Laissant de côté ses incompréhensions, il se focalisa sur l'élément le plus important. Qu'ils cessent de laisser le hasard guider leurs rencontres. Là dessus ils étaient bien d'accord.

Soudain, il se pencha vers un petit compartiment afin d'en retirer un objet. Curieuse, Allys se redressa. Il s'agissait d'une boite dont la contenance créa en elle un tourbillon d'émotion. Ses yeux s'écarquillèrent à la vue de la bague, délicate et unique.

C'était un anneau en or blanc dont la moindre surface était gravée d'un motif Mytran. L'air hagard, Allys se laissa mettre la bague au doigt. Etait-il en train de lui faire une demande ? La question effleura son esprit comme une idée insidieuse. Non pourtant. Il ne s'agissait pas de cela. C'était un acte important. A la fois symbolique et intime. En regardant le bijoux, Allys était choquée de constater à quel point il était fait pour elle. Son alliage était parfait et de bonne facture et les inscriptions en langue maternelle étaient nouées comme les rouages qui l'avaient tant fascinée toute sa vie. Comment avait-il su ?


« D'ailleurs je t'ai fait venir ici, mais peut être que nous pouvons baptiser l'avion, tu as besoin d'aller quelque part ? Mais peut être veux tu rester ici quelques temps... pour que nous puissions profiter un peu de nous deux, au moins quelques jours... »

« Hex gros bêta. » Lâcha-t-elle finalement les yeux embués. « Mon gros bêta. »

Ces mots grossiers elle les avait prononcé avec une douceur incomparable et avant qu'il ne se lance à nouveau dans d'éternels discours à n'en plus finir elle se pencha vers lui, l'embrassant comme s'il était ce qu'elle avait de plus précieux et fragile. Comment pouvait-il être tout à la fois ? Un casse-cou, aventureux, violent et tête brûlée mais fort et assuré tout autant que cet être délicat, soucieux, naïf mais pourtant si réfléchi ?

« Emmène-moi à Ratham. Non pas que je veuille te fausser compagnie mais j'ai promis à Aurore de revenir vite. Et puis rien n'empêche que tu restes un peu non ? Moi aussi je voudrais te faire visiter un endroit qui m'est cher. Chacun son tour. »

Lui adressant un clin d’œil elle ponctua ses mots d'un baiser furtif avant de descendre du lit, un sourire assuré déjà planté sur son visage à nouveau illuminé.


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Allys_finale


Ma couleur : #9999cc
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Ue0uDes retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Rosex11
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
Hex Hekmatyar
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] EmptyMar 23 Jan - 22:32
Irys : 151589
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Qu'avais-je donc à régler de si important ? Et bien je n'aurais vraiment su lui dire, mais quelque chose me retenait encore ici, ce n'était pas l'armée car j'étais au final plutôt libre. C'était simplement qu'un grain de sable venait perturber cet ensemble si parfait. Depuis qu'elle était là, la simple pensée d'avoir été marié à Alises m'avait quittée, et elle ne me revint pas vraiment, cet engagement dont je n'étais pas au courant avait été comme un cour de balistique trop long et j'avais cessé d'écouter très tôt me désintéressant de l'affaire sitôt cette dernière conclue.
Et pour être franc pas une seule fois cette cérémonie sans importance me revint à l'esprit. Ce dernier était bien trop occupé par Allys.
Si bien que je finis par hausser les épaules, j'avais quelque chose à faire, quoi ? Aucune idée, mais je devais pour autant m'y mettre.

Quand au cas d'Aamu, je m'arrêtai de parler à l'instant même ou le doigt de la jeune femme se posa sur mes lèvres. Il n'y avait pas tant que ça à dire dessus, et je ne voyais pas d'objection à ce qu'elle garde une part de mystère dans sa vie, mon assentiment muet se traduisit donc par un simple petit hochement de tête ponctué par un clignement d’œil.
Allys était la femme pour laquelle j'aurai tout donné, si bien que simplement la laisser faire ce qu'elle voulait s'en m'en mêler n'était pas un véritable sacrifice.
Mais mon cœur bondit dans ma poitrine en voyant le regard que la jeune femme portait à l'anneau que je lui avais offert. Cela avait été long et convaincre l’artisan de créer précisément ces motifs avait été un véritable calvaire, mais le résultat en valait largement la chandelle.
Le simple fait de la voir heureuse suffisait à tout justifier.
Sa petite moquerie me fit doucement sourire, déclenchant même un petit rire, et avant même que je puisse répliquer je sentis les lèvres chaudes de la jeune femme se poser sur les miennes. J'eus un instant de résistance a cause de la surprise avant de finalement me laisser aller, fermant doucement les yeux pour profiter de ce baiser donné avec amour.
Finalement elle finit par s'éloigner doucement, sortant délicatement du lit avec tout l'élégance féline que je lui connaissait me demandant de l'emmener à Rathram.
Mais plus que cela elle aussi voulait me montrer quelque chose et ce simple fait eu le mérite de me rendre encore plus joyeux.


Son joli minois déposa un baiser furtif avant de rayonner une fois de plus. Je ne pus que la suivre ramassant ses vêtement pour la rhabiller moi même, tranchant sur l'habituel cliché des amoureux ne faisant qu'aider à se déshabiller avant d'enfiler moi même des vêtements plus légers.
Je m'absentait quelques minutes, le temps de transférer le contenus de ma chambre à mon avion installant tout soigneusement avant de me glisser aux commandes.

-Ok, c'est partis, démarrage moteurs un et deux !


Quelques secondes plus tard, les deux hélices se mirent à tourner lentement avant de s’accélérer alors qu'un grondement commençait à se faire entendre. D'un geste je dégageait les freins pour permettre à l'engin de rouler sur le tarmac avant de gagner la piste. Je fis signe de la jeune femme de s'asseoir dans le fauteuil à côté du miens avant de pousser les manettes des gaz à fond propulsant l'engin le long de la piste dans une successions de petits chocs alors que le train reliait encore l'avion au sol.
Puis soudainement les ailes finirent par aspirer l'avion hors du sol les chocs cessèrent bientôt remplacés par les vibrations des deux moteurs.
J'eu un petit sourire satisfait en tirant doucement le manche. Nous étions partis pour Rathram, et pour la première fois de ma vie je ne voyageais pas seule, mais avec la femme que j'aimais


Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Hex_al14

Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Chance16

Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty
Des retrouvailles trop longtemps retardées [PV: Allys] [Terminé] Empty

Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Vereist