Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Une rencontre fortuite et providentiel

Aamu Ylimäki
avatar
Dim 10 Déc - 16:43
Irys : 80587
Daënar 0
*J'ai froid*

L'air marin vînt chatouiller le nez en trompette de Aamu, qui ouvrit progressivement les yeux. Elle se redressa sur un sol dur. Paniquer, d'avoir dormi à même le sol, elle se mit sur ses deux jambes et regarda si elle était intacte. Quelques égratignures sur le visage et les genoux. Sa petite robe bleue préférée était déchirée et toute poussiéreuse. Ses cheveux en bataille faisaient peine à voir. Ce qui pourtant n'enlevait rien de sa beauté enfantine.

Elle regarda autour, elle ne reconnut rien de ce paysage, néanmoins elle resta ébahie par ce spectacle. La jeune fille voyait pour la première fois une nouvelle contrée et malgré sa situation prenait le temps d'observer son environnement.

Aamu se remémora les derniers jours avant son arrivée, non sans une pointe d'exaspération. Un malfrat l'avait enlevé en espérant recevoir une forte somme en échange de sa vie. Elle resta enfermée dans une pièce exiguë et noire, sans la moindre subsistance pendant 2 jours qui lui sembla une éternité. Avant d'avoir la possibilité de parler avec son ravisseur, furibond de n'avoir encore rien reçu de la famille de sa victime.

- Tu ne vaux pas un clou, personne ne nous verse la somme pour ta petite tête de princesse. Je vais me débarrasser de toi...

Il l'avait saisi avec une force impressionnante la soulevant de sa cellule, Aamu vif comme l'éclair savait ce dont il été question : sa mort. Une seule solution marchandée. Elle attira d’abord son attention sur l'argent qu'il pourrait obtenir grâce à ses connaissances en chimie explosive. Celui-ci se laissa berner. Elle le tint en haleine quelques heures supplémentaires en fabulant complètement. Elle n'allait surement pas lui donner ses expérimentations. Devant un tel niais sur le sujet, elle pouvait aisément lui mentir. Elle réussit même à soutirer habilement des informations sur sa "famille".

Elle apprit ainsi, l’existence d'un homme de main du mécène mystère. Il réalisait pour lui toutes les transactions possibles achat/vente d'objet rare, paiement de dette, etc. Ce qu'elle ne comprit pas, c'était la raison du retard de paiement. Il eut était possible que celui-ci ne voulant pas céder une somme à un malfrat . Il aurait engagé des mercenaires ou toute autre personne pour le liquider et sauver sa précieuse marchandise.

Une nuit passa, et le briguant reçut alors la somme attendue, laissant ainsi Aamu et le malfrat tout aussi désarçonné. Alors, il ne s'agissait que d'une bévue de l'homme de main ayant trop tardé pour remonter l'information a son supérieur. Elle était enfin libre ou presque... Le malfrat blessé dans son estime décida d'abandonner Aamu dans les contrées d'Alexandria au milieu de rien.

S'en suivit une longue marche, afin de trouver une ville et une route pour rentrer à Rathram. Aamu étant peu aguerri, se perdu plus d'une fois, la faim commença à pointer son nez ainsi que la soif.

Après ce moment de rétrospection, elle reprit sa marche, fatiguer, en espérant de tout cœur tomber sur une bonne âme.


Rose à 10 * 3
Voir le profil de l'utilisateur

Tashinär Vélacen Malphà
avatar
Ven 15 Déc - 20:23
Irys : 169971
Profession : Courtisane
Daënar +1
Une balade à cheval est toujours un bon exercice sur lequel je ne saurais que trop insister auprès des Cinquantes car il permet d'être gracieuse, élégante et majestueuse. On ne peut diriger un cheval sans tout cela. Alors une balade s'imposait ce jour-là et bien m'en pris car je pus voir une délicieuse créature chancelante et charmante. Avec un peu de chance, la former et ensuite l'emmener comme trophée à conquérir lors de l'exposition pourrait servir.

Je m'approchai donc de la jeune femme ou plutôt jeune fille. Bah ! plus elle commence tôt plus elles deviennent douer et peuvent être précieuse. Je lui tend une outre pleine d'eau et la lui donne.

- Vous avez l'air desséchée, tenez, un peu d'eau.

Une fois qu'elle a bu, je ne pouvais m'empêcher de lui dire d'une voix la plus douce et a plus charmeuse du monde :

- Suivez-moi, ma villa n'est guère loin. D'ici vous pourrez vous lavez, mangez et vous reposez. Ensuite, nous verrons.

Je lui tendis la main pour l'aider à monter devant moi. Et non ! L'objectif n'était pas de l'ouvrir à sa sensualité. Le galop assis suffirait assez à donner quelques mouvements bassins qu'elle sentirait aisément. Mais enfin, l'objectif premier était de veiller à ce qu'elle ne tombe pas tandis qu'on se dirigerait vers ma petite villa.

hrp : description de la villa ici
Voir le profil de l'utilisateur

Aamu Ylimäki
avatar
Sam 16 Déc - 16:56
Irys : 80587
Daënar 0

Alors qu'Aamu marchait en titubant, une femme à cheval tel une amazone, fit sont apparitions comme le mirage d'un oasis. Celle-ci s'arrêta alors prête à venir en aide à une parfaite inconnue dans un sale état. Elle lui tendit une outre remplie d'eau, qu'elle s'empressa de saisir, sans aucune retenue d'étiquette. Une sauvageonne en somme, elle but avec avarice répandant dans sa trachée un torrent d'eau, dont un filet lui coula le long de sa gorge. Elle s'essuya d'un revers de la main, faisant fit des bonnes manières - après tout ce qu'elle avait vécue - elle n'allait pas minauder. Elle remercia tout de même sa sauveteuse du mieux qu'elle put et pris le temps de la détailler.


 


Elle paraissait d'une taille supérieure à Aamu - d'autant plus sur son cheval - elle la dominait, aussi bien que par sa beauté de feu, que par sa prestance. Aamu se dit qu'elle devait être une femme de haut rang.


La bonne samaritaine, lui avança sa main pour l'aider à monter sur le grand cheval albâtre, elle l'attrapa de sa main droite, blessée et étouffa un petit cri de douleur. Afin à califourchon, elle se laissa guider par le mouvement balancier du cheval, qu'il était bon enfin de ne plus marché.


 


Etait-ce par fièvre d'une blessure - au bras droit - mal soigné, ou par le contact si peu commun d'un autre corps - que se fut d'une femme - Aamu santé une chaleur anormal émaner de son être. Sa vue se brouilla et le paysage devint comme incertain, flou.


Elle discernait des champs cultivés d'un vert vif, des silhouettes les labourant et au loin un long mur. Aamu, demanda alors à sa bienfaitrice :




Madame, je vous remercie de votre aide, j’ai envers vous une dette que je ne manquerais pas d’honoré, somme nous encore loin de votre villa ? Je me sens fiévreuse je ne voudrais pas….”




Aamu n’eu pas la force de terminer sa phrase, sa tête suivit du reste de son corp alla choir sur sa bienfaitrice, laissant à celle-ci tout le loisir d’observer le décolleté  - bien que tout était encore à maturation - déchiré de sa robe.


Quelles minutes plus tard, elle reprit connaissance, se remit promptement droite




Je suis navré” bafouilla-t-elle “ j'espère ne pas vous avoir indisposé...”




Elle n'osa pas finir sa phrase trop honteuse d'avouer qu'elle ne sentait pas la rose, après les jours de captivités. Peut-être pourra-t-elle lui raconter plus tard.


Elle aperçut alors la grande bâtisse d'un bloc de trois étages, ce qui fit écarquiller les yeux d'Aamu, habituer aux hautes tour de Rathram. Elle ne put empêcher de laisser sortir un soupir d'admiration.




“Ouah, vous vivez seul ici ?, comme c'est grand…”






Rose à 10 * 3
Voir le profil de l'utilisateur

Tashinär Vélacen Malphà
avatar
Mer 27 Déc - 13:45
Irys : 169971
Profession : Courtisane
Daënar +1
Oh douce et adorable créature ! Quelle erreur n'as-tu pas faite en acceptant sans sourciller l'aide d'une courtisane. Il était dans mon objectif de lui faire payer cette dette d'une façon simple : en faire une courtisane. Elle était jeune et elle plairait à bien des clients qui adoreraient l'avoir, à être entre leur cuisse.

Sans un mot autre que le nécessaire pour la faire descendre de cheval, je l'emmenais à l'entrée. Nous entrâmes enfin dans la maison et j'ordonnais à ce qu'on lui prépare un bain et qu'on appelle un médecin.

- Je viendrais vous voir demain.

Je glissais un dernier ordre sotto voce : quelques gestes déplacées pour voir si la fille réagissait aux appels. Le médecin se devait même d'explorer un peu plus le corps de la fille et de voir sa réaction à l'approche douce et aimable d'un bel homme et encore plus de son bassin tandis qu'il la soignerait. Pas de geste mettant en cause son honneur. J'ignorais qui elle était et encore plus important, si elle avait des parents.

----------

Le lendemain, je me levais aux aurores et m'habillais le plus légèrement du monde, d'une simple nuisette transparente et je me dirigeais vers la belle endormie. On lui avait donné des vêtements, un bain et on l'avait nourri.

J'entrais donc dans sa chambre, ouvrit les volets et je déclarais :

- Bonjour, nous allons donc pouvoir nous présenter. Je suis Tashinär Vélacen Màlpha. Et tu te nommes ?
Voir le profil de l'utilisateur

Aamu Ylimäki
avatar
Mar 2 Jan - 14:29
Irys : 80587
Daënar 0
La femme fit donner des ordres, et ses petites fourmis y répondirent avec empressement. Aamu soulageais d’être en sécurité se détendis et observa avec plaisir l’intérieur de la bâtisse décoré avec raffinement. L’amazone forcer l’admiration de la jeune Aamu.
 

Je viendrais vous voir demain
Merci pour votre hospitalité Madame, je n’abuserai pas de votre bonté longtemps, juste le temps de me reposer et de me soigner.


L’amazone glissa quelque mot à l’un de ses serviteurs, qu’Aamu ne pouvait entendre, et partie, la laissant seule aux mains des serviteurs. Elle fut accompagnée dans une salle de bain, l’eau dans une grande baignoire en zing, laissé échapper des volutes de fumée, prêt à accueillir à bras ouvert le corps meurtri d’Aamu.
Deux femmes commença à déshabiller la jeune femme, Aamu peut habituer recula de crainte, et demanda qu’on la laisser seule le plus poliment et adroitement possible pour ne pas froisser les deux femmes. Elles indiquèrent alors à Aamu où se trouver le nécessaire de toilette ainsi que les vêtements de nuits, et partir.
Aamu se déshabilla et laissa tomber au sol ses vêtements souillés, mais garda précieusement le cœur d’or à son coup, elle glissa enfin son corps dans la baignoire, et profita de l’instant. Enfin nettoyée de la moindre parcelle de grâce, et sentant la rose, elle se changeait dans une nuisette en soi fine laissant ses jambes à la vue de tous.
Aamu s’extirpa de la salle de bain discrètement, espérant que personne ne la voit ainsi vêtue avant de pouvoir demander s’il n’y avait pas quelque chose de plus long. Les deux femmes plus tôt par chance se trouver derrière la porte.
Eummm… Excusez-moi…


Les deux femmes se retournèrent vers Aamu l’air interrogateur pour faire continuer la jeune fille
 

Je ne voudrais pas vous importuner ni abuser de Madame, mais… *Aamu tire sur le bas de la nuisette* il y a-t-il une chemise de nuit plus longue ?


Les deux femmes se mirent à rire de bon cœur, l’une d’elles prit la parole.
 

Mais enfin mademoiselle ! De quoi vous vous plaignez, ses ce qu’il y a le plus à la mode en ce moment, tout le monde en voudrait une !

La seconde femme reprit directement la parole, pensant que la réponse de sa consœur ne soit appropriée, elle se fut plus rassurante
 

Ne vous inquiétez pas, mademoiselle, vous êtes ravissante comme un cœur, et il est habituel de s’habiller ainsi. Venez donc avec nous, allons dans la chambre d’amie, un plat chaud vous attend.

Elles montèrent toutes trois des escaliers en colimaçon en pierre froide, afin d’arriver devant une grande porte de bois sculpter. Elles l’ouvrir et laissa Aamu rentré en première, elle vit sur une table un plateau d’argent poser, avec un plat fumant, Aamu sans cérémonie si précipita, et dévora le tout en quelques minutes. Ses yeux commencer à tomber elle n’avait plus qu’une envie dormir. Elle alla s’allonger sur le lit, tandis que l’une des femmes alla porter le plateau en cuisine, et l’autre ferma les rideaux, et alluma des lampes à pétrole un peu partout dans la pièce donnant une impression de chambre sensuelle.
 

Mademoiselle, le médecin est là, puis-je le faire entrer ?

Attendez quelque minute !


Aamu se glissa sous les draps afin que ses jambes soient cachées
 

Allez-y….


Le médecin entrant dans la chambre, Aamu fut surpris par la jeunesse du médecin, elle s’attendait plus un homme plus âgé connaissant tous les arcanes de la médecine.
 

Bonjour Mademoiselle, je serais votre médecin pour ce soir, appeler Dr Lion, pouvez-vous vous mettre au-dessus des draps que je puisse vous occulter comme il se doit ?

C’est-à-dire que…. *Aamu se met à rougir mal à l’aise* je ne suis pas présentable.


Le médecin sourit tendrement et mit en confiance Aamu,
 

Ne vous inquiétez pas mademoiselle, je suis médecin, à aucun moment je ne prête attention d’une façon indécente à mes patients…

Ce n’est pas ce que je…. Pardon


Aamu sortit des draps, avec une moue d’enfant sous l’autorité supérieure. Elle regarda le visage du docteur, avec intention, il n’était pas moche. Elle sentit les mains du docteur se poser d’abord sur ses bras, il se retourna et prit dans un sac en cuir, un bandage ainsi qu’une pommade. Pouvez-vous, vous mettre assis devant moi si vous plais ?
Aamu s’exécuta après tout il était médecin, elle s’assit sur le bord du lit, face au Dr Lion. Il s’approcha doucement, puis vint se caler entre les jambes d’Aamu sans vraiment la toucher directement. Il commença à appliquer le baume, mais laissa tomber sur le lit le pot, il se pencha pour le récupérer et par inadvertance la jambe droite de Aamu toucha l’entre jambes du docteur. Aamu tressaillit, elle se reculai comme elle le pu sur le lit.
Le médecin continua à soigner son bras comme si rien ne s’était passé, le bandage mis en place, il continua a observé Aamu. Il s’accroupit devant elle et sans prévenir lui attrapa son pied gauche, et le caressa,
 

Ma foi vous avez dû marcher longuement, vos pieds ont souffert

Il se retourna une nouvelle fois, et sortie une huile grasse qui sentait la rose, il en fit couler une noisette sur l’une de ses mains, et vint les frictionner entre elles, et retourna rapidement sur les pieds de Aamu pour les masser. La jeune fille gêner, se retira précipitamment de ses mains et se glissa dans les draps afin d’ajouter une distance bien que éphémère au médecin
 

Mademoiselle, vous m’empêcher de faire mon travail ainsi ! Remettez-vous assise

Il fut plus autoritaire que la première fois, sans doute n’avait-il rien de pervers à cela et Aamu ce fessait des idées, après tout elle ne connaît rien dans les choses-là. Elle s’exécuta les joues rouges et une fièvre latente. Il continua alors de masser les pieds d’Aamu, et remonta progressivement au mollet de celle-ci. Aamu frémit, le médecin continua, mais s’arrêta aux genoux ;
 

Mademoiselle, je remarque des cicatrices plus anciennes que votre mésaventure, êtes-vous bien traité chez vous

Bien sûr ! Je suis très maladroite c’est tout !


Bien, si vous le dites

Il s’approcha et prit le visage de Aamu dans ses mains et susurra
 

Je peux m’occuper bien de toi, je prendrais soin de ton corps…

Il tenta d’apposer sur les lèvres d’Aamu un baiser, mais par crainte celle-ci donna une forte gifle au docteur.
 

Il ne faut pas être si farouche, une si jolie fille comme toi aura de nombreux soupirants

Et il partit sur ses derniers mots laissant Aamu interdite, elle garda les yeux pendant un long moment afin d’être certaine qu’il ne revienne pas pendant son sommeil. Mais la douceur des draps et l’onctuosité du matelas eu raison de Aamu qui sombra dans le sommeil jusqu’au petit matin.
La bienfaitrice arriva dans la chambre d’Aamu, en tenu léger, effectivement les servantes n’avaient pas menti, même plutôt minimiser. Aamu ne savait plus où regarder.
Bonjour, nous allons donc pouvoir nous présenter. Je suis Tashinär Vélacen Màlpha. Et tu te nommes ?

Aamu pris quelque instant, elle ne souvenait pas d’avoir vu le nom de la femme dans les recueils de noblesse. Le nom Ylamaki y figurait, mais Aamu avait une réputation bien à elle, en tant qu’espoir de la chimie à Rathram. Tout en se levant de son lit et avançant vers Tashinar elle lui répondit.
 

Je m’appelle Aamu Ylamaki madame, je ne vous remercierais jamais assez pour votre hospitalité et votre aide


Aamu repensa à l’intervention du médecin, elle devait prévenir son hôte, les risques qu’elle pouvait encourir.
 

Le médecin est venu hier me soigner…. *Aamu gêné tira gentiment sa chemise de nuit* je dois vous dire qu’il… ne se contente pas de soigné…


Aamu espéra que son insinuation sera assez explicite sans paraitre dévergondé, et changea rapidement de sujet.
 

Je dois vous expliquer le pourquoi de ma situation…


Aamu expliqua le moindre détail de son enlèvement (HRP : http://irydae.forumactif.org/t1104-termineun-enlevement)
 

Voilà mon histoire, il faut donc que je rentre à Rathram rapidement…


Rose à 10 * 3
Voir le profil de l'utilisateur