Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 [TERMINE]Un enlèvement ?

Aamu Ylimäki
avatar
Lun 11 Déc - 13:42
Irys : 80587
Daënar 0
Aamu se réveilla ce matin-là, avec la satisfaction de ne pas travailler, le soleil au beau fixe,  une belle promenade en ville l’attendait. Elle prit le temps de se pouponner, en coiffant ses cheveux roses de quelques petites tresses fines entourant sa tête de façon à former une couronne. Elle y ajouta des pinces multicolores. Elle s’arrêta un moment devant sa penderie, apportant à sa bouche ferme et rosée, son index replier afin de le mordiller doucement.
*Que vais-je mettre aujourd’hui ? Avec un soleil pareil, le blanc ou le bleu sera de bon ton...*

Elle jeta son dévolu, sur sa robe préférée bleue représentant les constellations, agrémentant le tout de sa paire de bottine blanche et de petite chaussette en dentelle.
Elle entreprit de prendre l’ascenseur privé de son appartement. Celui-ci a été soigneusement décoré dans un style rococo par la directive de Aamu, seul privilège, autre que l’argent, qu’elle a pu s’octroyer auprès de son mécène. Après  la conception d'une bombe à mécanisme facile à dissimuler dans n’importe quels objets de moins de 10 cm de hauteur, et 5 cm en longueur. C’est ainsi que sa vie était rythmé, donnant donnant, si elle souhaité une chose, elle devait crée de nouvelle bombe ingénieuse.

Arrivant dans la rue, elle sortit de la poche de sa robe, un petit livre sur la chimie explosive, et plus précisément, le mécanisme d’action d’une bombe à retardement. Son prochain objectif crée une bombe capable de se déclencher à distance par le propriétaire. Elle commença à marcher le long de la rue, le livre entre les mains, sans prêter attention à ce qui l’entouré, avec un joyeux sourire aux lèvres.

Les passants ne pouvaient que voir une joyeuse enfant, une petite poupée, amuser par un livre. Mais en réalité, il s’agissait d’une façade, elle comblait son temps, avec ce qu'elle pouvait. Toujours en ayant l'affreuse sensation d'être épiée afin qu’elle corresponde aux attentes de son éducation basée sur la chimie explosive.

C’est alors, au détoure d’une ruelle peut fréquenter, qu'elle sentit des mains puissantes sur sa bouche avec un mouchoir blanc, d’une odeur puissante qui lui fit perdre connaissance.

Elle se réveilla étriquée, dans ce qui lui sembla une valise imposante de transport. Elle ne voyait rien d’où elle se tenait, néanmoins elle crut reconnaitre le bruit caractéristique d’un aréonerf. Elle essaya de bouger donner des coups sur la valise afin de signaler sa présence aux passagers, cependant elle comprit qu'elle était entravée. Et son agresseur n’avait rien omis, il avait ajouter sur le pourtour de la caisse de petit picot qui la griffer.

Elle passa ce qui lui sembla presque 1 jour dans cette valise, sans pouvoir bouger ni même dormir. Après autant de temps dans cette valise, elle ne put se retenir plus longtemps. Pour elle se fut la pire des dégradations physiques jusqu’alors, devoir se soulager sur elle même.

Quelque minutes plus tard, sa rage ravaler envers son agresseur impuissante, elle sentit la valise bahuter sur le côté sans ménagement. Sa peau délicate se trouva alors percer par plusieurs picots et sentit un liquide chaud lui couler le long de son bras. Épuisée, soufrant le martyr, elle s'évanouit.

Elle reprit connaissance, sur un sol dur, et humide. Elle sentait la douleur le long de son bras droit. Elle n’était plus attachée.
*Il faut que je fasse une reconnaissance du lieu, et trouver de quoi me défendre*

Elle se leva tant bien que mal, après avoir passer une journée sur ses jambes, en titubant rechercha à téton une porte. Elle sentit sous le bout de ses doigts les murs froids, tout aussi humides que le sol, se trouvait telle dans une sorte de cave ?
Tout était nu, rien au sol, ni même au mur, rien de quoi espérer se servir. Elle regretta alors de ne pas posséder d'arme discrète près du corps, comme en ont la plupart des personnes.

Elle sentit enfin sous ses doigts, une porte, elle tambourina sur celle-ci d’une force phénoménale, ses points commençaient à en saigner. Mais personnes vint lui ouvrir, ni même de lui dire de la fermé.

Elle resta ainsi des minutes, des heures à hurler, prit de fatigue avec un mal de gorge elle s’allongea sur le sol pour se reposer. Recrovier en position fœtal, elle s’endormit en pleurant.

Elle dut, totalement épuiser, dormir plus d’une journée entière, ses lèvres étaient devenues sec par le manque d’eau et son ventre la tirailler. Elle tenta une nouvelle fois de frapper la porte, mais il ne lui rester plus aucune force. Aamu resta sur le sol, vide...

*Mon cher mécène, va venir, il va me sauver, j’ai une valeur à ses yeux, je le sais je le sens... *

Elle ne put réprimer un sourire ironique, elle qui voulait s’en éloigner, maintenant elle espérer retourner dans ses griffes. Ses fils de pensée furent interrompus par un filer de lumière qui vint lui arracher un hoquet de surpris.

Un homme d’une corpulence impressionnante vint la saisir par la gorge, les yeux révulsés de colère
Tu ne vaux pas un clou, lui cracha-t-il au visage, personne ne nous verse la somme pour ta petite tête de princesse. Je vais me débarrasser de toi.

Aamu comprit vite qu’elle devait réagir pour ne pas finir dans un fossé, son corps démembré. Il la lâcha violemment au sol afin de prendre à sa ceinture ce qui semblait la lame d'un couteau.
Si c’est de l’argent que vous souhaiter, je peux vous en fournir, je suis ingénieur née en chimie explosive. Vous connaissez sa valeur au marché noir, ça peut vous rapporter gros. Dit-elle le plus rapidement possible, avec une voix complément enrouée.

Le malfrat stoppa, prit le temps de réfléchir, tourna les talons et referma la porte. Elle avait gagné du temps, mais combien ? Elle resta dans l’expectative, sur ses gardes, prit une pince de ses cheveux, peut-être qu’elle pourrait lui enfoncer dans l’œil et s’enfuir.
Elle entendit des pas qui revenaient vers la porte, le verrou qui s’ouvre. Elle retint son souffle, et vit enfin son ravisseur de nouveau, moins menaçant, un verre d’eau à la main.

Il s’agroupit à son niveau, lui tendit le verre,
 Boit et parle, je veux savoir comment fabriquer une bombe explosive à retardement.

Hors de question de donner de telle information, à un malfrat qui pouvait faire un attentat, ou la vendre à des MY TRAS, pour gagner encore plus d’argent.
Elle tenta le tout pour le tout, un gros mensonge pour savoir immédiatement s’il connaissait le sujet.
Il vous faudra de nombreux rouages en silex, un retardateur, une horloge compacte...

Son ravisseur n'avait pas l'air de tiqué concernant les fausses informations qu'elle lui donner. Après tous, des rouages en silex c'était quand même en peu gros. Mais tout heureux de pensé à ce qu'il pouvait en faire, prit un carnet et nota, en invitant Aamu de continué sur sa lancé.
Je veux bien continuer, cependant après tout ce que je viens de vivre, je n’ai pas la force, avez-vous de quoi manger ?

Elle sortit son plus beau sourire d’enfant, avec la force qui lui resta, le ravisseur paru un instant déstabiliser comprenant qu’il parler à une personne innocente et pure. Il grogna et repartit en prenant soin de refermer la porte, revint quelque plus tard avec une boite de conserve. Le contenu n’avait rien d’un menu de restaurant réputé, mais Aamu ne fit pas la fine bouche et remerciait des la façon la plus élégante son ravisseur.
–Dit moi, Monsieur... vous dites ma « famille », malheureusement j’ai était adopter, vous avez contacter la bonne personne ?

–Bien sûr je ne suis pas stupide


* Oh que si! *

– Je vous dis ça parce que je ne connais que de nom mon père de substitution...

Elle fut coupée par le ravisseur,
– Ta vie de petite gamine ne m’intéresse pas, donne-moi la recette que je la vende

– Et si je vous donne plus, pouvez-vous me dire avec qui vous traiter ?

– Je peux te menacer pour avoir plus, qu’est-ce que je gagne ?

– Plus d’argent et la conviction que je ne vous mens pas, après tout sous les menaces les informations ne sont pas certaines...

Il prit le temps de réfléchir et répondu, il n’était peut être pas si bête que ça,
Je ne le connais pas non plus, mais mon patron traite avec l’un de ses hommes de main. Je l’ai vu qu’une seule foi,

–Pouvez-vous me donner une description ou même un nom ?

–Un nom non, mais il avait deux prothèses dynamiques, l’un au bras droit, et l’une à la jambe gauche, une canne avec un genre de lézard et de pierre précieuse à la place des yeux. C’est tout... Alors à toi maintenant


Aamu avait réussi a inverser les rôles, qui peut se méfier d’une enfant terrifier, elle continua à mentir et donna de fausses informations sur la chimie explosive. Celui-ci satisfait et heureux d’avoir tout de même obtenu se qu’il voulait commença à partir.
–Attendez, Monsieur, allez-vous me libérer maintenant ?

– Je vais déjà vérifier ce que tu viens de me donner, j’aviserai après...

Et il claqua la porte, Aamu se sentit bien bête, elle l’avait sous-estimer, il ne lui rester plus que d’espérer un revirement de situation. Elle alla se mettre dans un coin de sa cellule et attendit, que la mort arrive.

Une journée de plus passa, l’homme furibond rentra dans sa cellule, prêt à lui arracher sa tête.
*Je vais mourir... *

– Tu as de la chance petite garce, l’incolite de ton père et venu, avec l’argent, il me demande de te libérer. Mais il n’a pas l’air bien scrupuleux, je vais bien te ralécher, il se débrouillera pour te retrouver. Ça lui fera les jambes...

Il se mit à rire férocement fier de ses représailles, après tout il en avait mis du temps.
Il asséna un coup violent qui fit défaillir Aamu. Elle ne reprit plus tard ses esprits, au pied de ce qui lui sembler des montagnes enneiger. Seul.

Déboussolée, elle prit quelque instant pour réfléchir, elle devait marcher vers la chaleur pour espérer trouver, une ville et regagner Rathram. Elle marcha, et marcha des journées entières ses jambes la fessaient souffrir.

Arrivera-t-elle à rentrer « chez elle » ?


Rose à 10 * 3
Voir le profil de l'utilisateur