Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 [Contrat] Tout se résume à la peau

Ingrid & Sigurd
avatar
Mar 3 Avr - 9:41
Irys : 689869
« Et, vous croyez quoi ?! Qu’on est des... »

Fred fit un geste pour la couper. Ce n’était pas à elle d’accepter ou de refuser, il était à la tête du groupe. La décision avait déjà été prise de faire un marché. Il n’avait peut-être pas prévu de passer deux marché différents, ou même de faire de la chasse, mais l’ensemble lui semblait raisonnable. Leur piste, et la mission qu’ils avaient entamé, en valait le coup. Par contre, la partie transporter posait un problème de logistique. Tuer des Khyanalts pendant qu’eux cherchaient leur homme était tout à faisable, les amener jusqu’à Variel et être de retour ici à temps pour le suivre à la trace, c’était plus compliqué. À moins d’en envoyer un seul pour ça, si la jeune femme pouvait le faire, un mercenaire aguerri aussi ! Ou mieux, en envoyer avec la forgeronne pour assurer le transport quand le duo leur aurait délivré l’information convenue.

« Vous l’aurez, on s’occupe des Khyanalts pendant que vous vous occupez de notre homme ! Je crois qu’avec ça nous sommes tous tombé d’accord. Loen nous réveillera quand il y aura une accalmie, profitez-en pour vous reposer ! »

Le nommé acquiesça de la tête, le chef s’allongea proche du feu et Orah regarda ostensiblement les étrangers, elle comptait attendre un peu avant de fermer les yeux. Ils n’avaient pas l’air bien dangereux mais il n’y avait pas besoin de beaucoup pour s’occuper de l’adepte d’Amisgal quand il était concentré sur sa magie et eux seraient inconscients.

Sans incident majeur, quelques heures plus tard, ils purent enfin sortir de cet abri de fortune. Le calme était revenue sur la plaine. Si ce n’était le sol blanc qui avait pris de l’épaisseur, la tempête aurait pu passer pour un simple rêve.

« On n’a pas de temps à perdre ! Il faut bouger avant que le Khoral revienne. Si on est chanceux, comme on est encore tôt dans la saison, il ne reviendra pas avant deux ou trois jours. Mais on en sait rien. Je vous conseille de partir tout de suite et de ne manger qu’une fois en ville, je vous laisse Simon comme convenu, à bientôt. »

Ceci étant énoncé, les trois mercenaires s’enfoncèrent dans la neige pour aller à l’ouest vers le début de forêt, c’est là qu’ils trouveraient leur proie. Simon resté derrière, enfin debout et les yeux ouverts, montra le type recherché. Sous les yeux du duo, il se transforma en un homme d’un mètre soixante dix plus râblais, la peau un ou deux ton plus blanche avec des yeux bleus et des cheveux noirs. Le manteau en cuir était celui qui lui avait vu, les vêtements étaient de bonne qualité comme les chaussures, pas d’armes visible dans cette image mais ça ne voulait pas dire qu’il en possédait pas. Quant à son visage, rien de bien marquant, assez banale, le menton un brin trop reculé et sa bouche trop fine pour être agréable.

« Allons-y nous aussi. »

Simon avait de nouveau changé d’apparence, ce n’était plus leur proie ni le dormeur de la veille. Il avait conservé sa taille, un mètre quatre-vingt-dix, toutefois le reste était différent : son visage arborait d’autres traits mais le plus visible était ses cheveux passés du blond au roux. Sa large épée quant elle ne se voyait plus du tout. Il n’avait laissé que son couteau de visible, enfin si on veut, ce dernier étant sous son manteau.

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Nergüi Alhazred
avatar
Jeu 5 Avr - 15:46
Irys : 139974
Profession : Archiviste
My'trän +1
Qu'il était bon d'enfin revoir la lumière du jour. Cette petite pause avait revigoré l'érudit, ensuqué mais revigoré. Il réalisa soudainement quelque chose: Me reposer ? Cela faisait combien de temps que je ne m'étais pas reposé ? Quand je n'étais pas en train de trier et ranger des parchemins aux archives, j'y consacrais mon temps libre à y lire, encore et encore. Une fois chez moi, je continuais mes expériences sans répit.. Il avait beau avoir frôlé la mort, il se sentait mieux que jamais.

Cependant cet entrain ne l'empêchait d'être à la traîne dans ce nouveau groupe de 3 personnes. Il tentait tant bien que mal de suivre leur rythme mais c'était dure avec son paquetage, cette carapace de pierre était adapté aux pèlerins solitaire, surtout dans la neige. Il n'était pas vraiment intéressé par le mercenaire khurmagien mais fît un effort pour rattraper son sauveur et commença enfin la conversation, essoufflé.

"Encore désolé pour tout à l'heure, il semblerait que vous ayez eu raison tout à l'heure, ces mercenaires ne sont plus les bêtes assoiffées de sang qu'ils étaient autrefois, ça donne de l'espoir pour être franc. Evidemment, je vous suis infiniment reconnaissant pour votre sauvetage, sans vous je ne serais plus de ce monde. J'aurais bien voulu exprimer ces remerciements plus tôt mais la situation n'était pas vraiment propice. Je viens de me rendre compte que je ne sais ni votre nom ni votre histoire. Pour ma part, je me nomme Nerguï Alhazred, archiviste de Réoni, érudit et alchimiste à ses heures perdues. Comme vous avez pu le comprendre ma situation n'est pas banale, plus jamais je ne passerais de marché avec des quelconques contrebandiers ou mercenaires.

Nerguï Alhazred était toujours déterminé à obtenir la Magilithe du contrebandier, peu importe les moyens. Cette incursion lui donnerait le temps de réfléchir à la marche à suivre. L'heure était désormais à la traque.


"L'histoire est la philosophie enseignée par l'exemple"




Nerguï s'exprime en:#848484  
Voir le profil de l'utilisateur

Lycinia Aurès
avatar
Ven 6 Avr - 13:29
Irys : 261810
Profession : Forgeronne itinérante
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar
Le marché accepté, Lycinia et l'homme qui voulait sauver sa tête, purent apprécier un repos grandement attendu. Il lui fut tout de même difficile de s'adonner complètement à son sommeil, tant les regards de la femme mercenaire étaient insistants et perçants. Dans leur état, croyait-elle vraiment qu'ils étaient de taille à affronter des mercenaires ? Ce fut seulement une fois acclimatée et ses propres suspicions calmées qu'elle sombra dans une lourde somnolence. Quelques heures plus tard, son feu intérieur brûlait d'une vie retrouvée. Elle remerciait sa constitution Kharaalienne qui, dans ce genre de situation, se révélait très utile car elle lui permettait de récupérer rapidement.

Réveillée, elle informa leur sauveur de l'emplacement de sa luge destinée à transporter les Khyanalts. Une fois ceci fait et les mercenaires en charge de la chasse, parties, le dénommé Simon leur montra leur cible grâce à son don d'illusion. Cette façon de faire ne manqua pas de faire tiquer Lycinia qui se remémora, non sans désabusement, Sylvia et ses illusions convaincantes. Quoiqu'il en fut, l'homme qu'ils recherchaient ne possédait pas la plus enchanteresse des apparences. Son visage ordinaire n'inspirait aucune sympathie. Ce sentiment était certainement renforcée par ses yeux bleus. Simon, quant à lui, était bel homme, du moins avait-il adaptée une apparence en ce sens. Mais, l'opinion de la forgeronne était biaisée. En matière d'homme, ses préférences allaient pour ceux de grande taille aux cheveux roux. Pile poil ce à quoi ressemblait le disciple de Khugatsaa à ce moment même. Elle ne se laissa pas duper, cependant. Quelques heures plus tôt, Simon avait une toute autre apparence. Sa fatigue du moment ne lui avait pas fait manquer ce détail. Ça n'empêcha pas son regard de s'arrêter plusieurs fois sur le profil du mercenaire, alors qu'elle marchait à ses côtés dans la neige.

Dans son dos, les sons de neige écrasée s'accélérèrent et quelques secondes plus tard, l'érudit à la grosse coquille de pierre marchait à ses côtés, essoufflé. Nul doute que son fardeau rendait sa progression dans la poudreuse beaucoup plus difficile. Elle aussi possédait un sac de voyage, mais bien heureusement, celui-ci était beaucoup moins lourd qu'à l'accoutumé. Marcher était donc une véritable promenade de plaisir, même avec cet épais manteau de neige. Elle ralentit tout de même son allure histoire que l'homme reprenne son souffle. Cependant, celui-ci n'attendit pas que le souffle lui soit revenu pour engager la conversation. Il semblait nettement plus léger maintenant que son problème était devenu celui des mercenaires. Il s'excusa, la remercia et se présenta d'une traite. Se navrant de ne pas en connaître plus sur elle et pour finir, jura qu'il ne passerait plus de marchés avec des contrebandiers ou des mercenaires. Ce qui tira un mince sourire ironique à la forgeronne.
    Je suppose que ce marché ne compte pas, pensa-t-elle.

Elle nota qu'elle avait eu raison de considérer l'homme comme un érudit, même si, à ses dires, il était bien plus : Alchimiste et archiviste. Elle lui sourit aimablement, reprenant, par respect, le vouvoiement qu'elle avait abandonné plus tôt  :
    « Ne me remerciez pas pour votre vie, remerciez Süns. Je n'ai fait que la prier pour qu'elle accorde une chance à un fils de Khugatsaa. Même si je n'étais pas certaine que vous l'étiez.  Je suis Lycinia du clan Aurès, je viens des Tsagaan Oi et je suis forgeronne. »

Le clan Aurès avait une assez grande renommée en Khurmag, tout autant qu'en Kharaal Gazar et Zolios, aussi Nergüi devait-il en avoir entendu parler, bien qu'il ne soit pas un homme d'arme. Lycinia jeta un coup d'oeil au grand mercenaire qui avançait sans broncher, puis un peu plus loin. Devant eux, Nalan n'était plus qu'à quelques pas.
    « Je crains qu'on ne doive remettre notre conversation à plus tard. »


Lycinia s'exprime en : #ff9900
@}->- x 9

Forge une lame, forge ton âme.
signature_lyc
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Jeu 12 Avr - 9:25
Irys : 689869
Ils n’avaient pas eu une si longue marche à faire pour avoir Nalan en vue. Dès que cette dernière se dévoila, imposante dans cette étendue glacée, Simon ralentit l’allure pour être à leur niveau. Il était temps de parler de chose sérieuse et de cesser les bavardages. Passer la porte de la ville ne devrait pas être un problème, surtout avec le Khoral qui avait commencé à souffler. Non, ce qu’il fallait déterminer c’était où commencer les recherches et le mercenaire était le mieux placé pour les aiguillonner. Ils avaient eu le temps de fouiner un peu avant d’être éjecté sans ménagement de la ville. Pas grand-chose, mais quelques pistes à éliminer.

« Bon, c’est un voyageur ici, notre bonhomme sera donc dans une auberge. Ce n’est pas le Kharaal ici, tout le monde n’offre pas son toit et il n’est ici que pour nous semer. On a eu le temps de faire les deux auberges au Sud de la ville, les plus proches de la porte qu’on va passer et celle plus au centre. Ça en laisse quelques unes mais on le trouvera forcément. Et ouvrez les yeux, il y a toujours une petite chance qu’on le croise dans la rue ! »

Ils passèrent la porte après avoir essuyé des moqueries de la part des gardes pour s’être laissé prendre au piège du temps. Ils s’enquirent de la raison de leur venue aussi et Simon se chargea de leur raconter une histoire de chasse, celle de Lycinia, appuyé d’un poil de magie pour qu’ils ne s’interrogèrent pas trop de leur équipement plutôt hétéroclite.

« Suivez-moi »

La vénération de Dalai était prégnante, visible par les fontaines bien présentes et fonctionnelle malgré le temps, par les raies gravé dans les maisons ou sur les pavés. Ou même les statues. Les Zagashiens avaient rendu très claire l’appartenance de cette ville. Il était encore tôt et les rues étaient plutôt calme. Personne ne vint les embêter ou entraver leur progression. Il y avait quelques groupes d’enfants qui jouaient dehors malgré le froid, égayant un peu l'aspect terne de la ville à cette heure. Ou alors agressant les oreilles avec leurs cris, tout dépendait du point de vue.

Ils arrivèrent devant l’établissement, l’Auberge du Centre, la deuxième qui se trouvait là. Pour trouver les autres il faudrait questionner le tenancier ou la tenancière. Simon ne connaissait pas les emplacements de toutes les auberges de la ville évidemment.

« La discrétion est de mise. Aldgrim ne doit pas savoir qu’on est en ville, ou de retour sur sa piste. Je peux faire un petit travail de suggestion sur nos interlocuteurs mais pas si vous faites quelque chose de trop marquant. »

Mieux valait prévenir que guérir. Autant l’érudit que la forgeronne était une inconnue pour lui. Ça pouvait être un atout comme un défaut dans cette mission. Une fois son avertissement donné, il pénétra dans l’établissement. Calme évidemment, il n’y avait qu’un couple et un vieux bonhomme à une table. Leur entrée attira forcément des coups d’œils, mais sans plus. Un homme d’age moyen les salua depuis le comptoir où il faisait visiblement le ménage les manches retroussées. Dans la pièce il faisait bon, un bon feu de cheminée réchauffait le tout. Rien de bien notable en somme, une auberge comme on en voyait beaucoup et qui s'effacerait vite de la mémoire des membres de la petite troupe.

« C’est pour vous loger ? »

Simon avait répondu au salut et c’était rapproché du type en entraînant les autres à sa suite, le regard balayant les alentours malgré la tranquillité apparente des lieux. L'aubergiste les avait questionné lorsqu'ils étaient arrivés devant lui. Lui non plus n'avait rien de bien marquant, les cheveux bruns, les yeux marrons. L'air un peu sec et pas du tout rondouillard. Bien que ça ne l'empêchait pas d'avoir une mine sympathique et un sourire aux lèvres.

Indications:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Nergüi Alhazred
avatar
Mar 17 Avr - 12:50
Irys : 139974
Profession : Archiviste
My'trän +1
C'était une ville bien étrange que le groupe venait de pénétrer Les ornements à la gloire de Dalai, les fontaines inexplicablement actives dans ce froid glacial, tout ces éléments recouvraient les bâtiments de pierre austères, typiques de l'architecture Khurmagienne, comme pour cacher l'ancienne appartenance à Khurmag de cette ville. Cette alliance contre-nature rendait l'érudit mal à l'aise, pour lui la présence des disciples de Dalai dans ces régions glaciales n'était qu'intrusive et ambitieuse.

Il pénétra l'auberge en dernier, pas très fréquentée apparemment, l'homme qu'ils cherchaient devait se trouver ailleurs. Il était bon de retrouver un endroit aussi calme et chaleureux après toute les épreuves qu'ils avaient subis. Était ce vraiment une bonne idée d'interroger immédiatement le tenancier ? cela pourrait vite éveiller les soupçons, les aubergistes sont les premiers à connaitre les rumeurs, c'est bien connu, il pourrait vite faire le lien avec les litiges qui ont récemment eu lieu entre les gardes de la ville et les mercenaires. Si le bruit venait à courir qu'un groupe d'inconnus fait le tour des auberges à la recherche d'un homme, cela pourrait compliquer l'affaire. Peu être valait il mieux s’arrêter pour l'instant et réfléchir à la marche à suivre, de plus l'érudit mourrait de fin après ce voyage, il prit l'initiative et répondit.

"Le couvert suffira, nous attendons quelqu'un"

Il s'installa à une table, invita le reste du groupe à faire de même puis sortit de son paquetage un flacon d'encre, une plume et un livret vierge. Il se tourna vers Simon et lui dit à voix basse

"Nous n'aurons qu'a prétendre qu'Aldrigm était censé nous rejoindre ici, lui faire une petite description du bonhomme et lui demander si il sait quoi que ce soit, il est peut être déjà passé par ici. Les gens discrets sont ceux que les taverniers repèrent le plus facilement. "


"L'histoire est la philosophie enseignée par l'exemple"




Nerguï s'exprime en:#848484  
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Sam 21 Avr - 17:21
Irys : 689869
Simon hocha imperceptiblement la tête à l’annonce de l’érudit. Il avait bien compris le message, la discrétion était le mot d’ordre. Faire mine d’attendre le traqué était une bonne option, surtout quand ce dernier ne risquait pas de les reconnaître à son entrée dans l’auberge. C’était aussi un bon moyen de s’enquérir de sa présence sans éveiller les soupçons ou de laisser des souvenirs trop prégnants. Un bon plan en somme. Il hocha de nouveau la tête lorsque Nergüi leur fit part de ses intentions, assez prévisibles quant on connaissait leur mission. Il n’avait rien à rajouter à ce sujet. Il n’aimait pas parler plus que de besoin. D’ailleurs lorsqu’il ouvrit la bouche pour parler de façon badine ce n’était que pour le bien de la mission. Tout comme les gens discrets attiraient l’attention, un groupe de trois personnes muettes le faisait aussi.

« Vous êtes déjà venu ici ? Vous connaissez un peu la ville et les environs ? »

Bon, ce n’était peut-être pas tout à fait un hasard s’il posait ses questions. Autant allier l’obligatoire à  l’utile. Il regardait vaguement l’homme et la femme, prêtant particulièrement attention aux mouvements d’entrées et sorties en face de lui. Lorsque le serveur, pas le même qu’au bar, vint les trouver pour les servir, il laissa une nouvelle fois le duo s’en charger.

« Vous voudrez quoi messieurs, m’dame ? Là c’est encore un peu tôt, la cuisine tourne pas mais on doit avoir des restes ! »

C’était une petite jeune qui leur parlait, les regardant tour à tour. Une tenue sobre et adaptée à la chaleur de l’endroit, il faisait meilleur que dehors mais on était loin d’un endroit tropical. C’était confortable avec un pull. Ses cheveux rassemblés en une couette haute se balançaient en même temps que sa tête. C’était agaçant.

« Et on a de la bonne eau ici ! Vous pouvez nous faire confiance sur ça ! Et d’autre chose si vous voulez une boisson plus forte.  

-Amenez nous ça alors ainsi qu’un morceau de pain ou quoi qui vous reste ! Un pour chacun et si vous voyez Aldgrim, un grand brun pas du coin comme nous vous pouvez le diriger vers notre table. »

Finalement, il s’était chargé de répondre. Il n’avait pas envie de rester plus que nécessaire avec l’autre qui les regardait et ne cessait de bouger en périphérie de sa vision. De toute façon, ils devraient probablement tenter leur chance ailleurs. Leur cible ne se logeait pas ici sinon la serveuse l’aurait dit. Mais là, elle était partie avec un acquiescement enthousiaste vers les cuisines.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2