Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 1 sur 1


 Dès qu'le khoral soufflera, je repartira.

Keelin Mordha
avatar
Mar 19 Déc - 16:01
Irys : 32198
Profession : Préceptrice nomade
My'trän +2 ~ Khurmag
Frigorifiée, gelée, tremblante, couverte de plusieurs épaisseurs de vêtements. Voilà comment était la jeune Keelin en ce jour noir de fin novembre. Le khoral était arrivé depuis un peu plus d'une semaine et les périples s'avéraient toujours plus dangereux dans les montagnes khurmis. À son avantage, la jeune femme de 22 ans avait acquis un savoir non négligeable sur la région grâce à son père et l'intégralité de son clan. Elle connaissait ces terres enneigées, elles étaient siennes car elle y avait grandit, évoluée et parcouru plus d'une fois. Plus de cent fois, à dire vrai. Le secret des montagnes de Forëal et ses alentours n'en étaient plus, Keelin les connaissait bien même si il n'était pas rare qu'elle se fasse surprendre par la violence de la tempête my'tran.

Cadfael, son père, l'avait envoyée 1 mois plus tôt jusqu'à Eoril avec trois hommes chercher des outils, de la marchandises vestimentaires et quelques denrées pour tenir l'hiver si toutefois le khoral se montrait peu clément dans les semaines à venir. Ils avaient mis plus d'une semaine à cheval pour s'y rendre et étaient restés deux jours sur place afin de trouver leur bonheur. Sur le chemin du retour, entre Tarluru et Forëal, Keelin avait aperçu un groupe et s'était arrêtée, par curiosité et également pour savoir s'ils n'avaient pas besoin d'aide, laissant ses compagnons rapporter les biens achetés.

Prêtant main forte à la petite douzaine d'âmes qui composaient le clan nomade, Keelin avait apprit qu'ils se déplaçaient depuis le nord de Zagash pour rejoindre Nislegin et avaient établi un campement aux pieds des montagnes. Apparemment en difficulté car leur chef s'était fait mordre par un khyanalt quatre jours auparavant, le groupe semblait douter de leur capacité à se rendre jusqu'à leur destination finale. La jeune khurmi immisça dans les esprits les plus effrayés des ondes positives, utilisant son don de Khugatsaa, afin de leur redonner du courage car elle savait que les prochains jours risquaient d'être difficiles. Leur donnant un itinéraire à suivre afin de rejoindre Reoni sans trop d'encombre avant l'arrivée du khoral dans les jours à venir, la brune avait ensuite repris sa route, non sans un mauvais pressentiment.

Près d'une semaine s’étaient écoulées depuis son retour d’Eoril et la jeune femme n’avait de cesse de penser à ce petit clan de Zagash qu’elle avait croisé. Le khoral, cette année, était tranchant et vif, elle savait que des personnes non expérimentées pourraient se perdre, se blesser ou simplement mourir de froid s’ils ne trouvaient pas d’abri suffisamment bien placé. N’y tenant plus, Keelin pris la décision insensée de partir à la recherche du groupe nomade afin de voir si tout le monde allait bien, s’ils n’avaient pas besoin d’accompagnement ou de provisions. Chargeant une besace avec quelques victuailles sur le dos de Marrec, son cheval, elle s’habilla le plus chaudement possible et entreprit de descendre les montagnes bleues, seule.

Malheureusement, le périple s’annonçait plus compliqué que prévu. Marrec, bien qu’habitué aux conditions météorologiques khurmis et aux chemins escarpés des montagnes, montrait des signes de fatigues après seulement un jour de voyage. Par peur d’épuiser son cheval, sachant qu’il lui restait encore au moins 2 jours pour descendre aux pieds des montagnes et n’estimant pas qu’il était nécessaire de prendre un tel risque, Keelin préféra s’arrêter. Évidemment, au coeur des montagnes bleues, aucune taverne ou auberge ne pointait le bout de son nez. Alors elle prit la décision de s’abriter dans une grotte qu’elle avait déjà utilisé auparavant et que son clan avait légèrement aménagé afin de pouvoir s’y reposer.

« Allez mon grand, dit-elle en se penchant en avant, près de l’oreille de son fidèle compagnon, encore une petite heure et on s’arrête, promis. » ajouta-t-elle ensuite en tapotant son cou, n’obtenant qu’un ébrouement pour seule réponse.

La nuit était tombée depuis plusieurs heures sur Khurmag quand la jeune femme pénétra dans la caverne afin d’y trouver refuge. Le vent claquait contre son visage, bien qu’il soit protégé par un énorme châle et la capuche de son manteau de cuir qui la couvrait des genoux à la tête. Elle fit rentrer Marrec et l’attacha  quelques mètres plus profondément dans la grotte avant de lui fournir de quoi s'alimenter. La caverne était suffisamment grande pour accueillir un groupe de 4 personnes accompagnées de leur monture. Deux couvertures étaient cachées derrière un énorme rocher, au fond à gauche ainsi que de quoi allumer un feu.

Keelin sortit son talisman a l’effigie de son architecte de la sacoche qu’elle ne quittait jamais. Elle allait avoir besoin de prier la clémence de son Dieu ainsi que d’un peu de chance si elle voulait retrouver le clan de Zagash sans trop d’efforts. La jeune khurmi avait également quelques craintes pour Marrec qui n’avait pourtant pas l’habitude d’être fatigué aussi vite. Jetant un furtif coup d’oeil vers son cheval, Keelin soupira et sorti une flasque d’alcool de sa sacoche avant de retirer ses gants de cuirs et de s’attacher les cheveux, se réchauffant au mieux. Quelques heures de repos et il serait temps de continuer sa route vers la vallée, avant de poursuivre vers Reoni. Seule, à cheval, elle irait plus vite qu’un groupe non habitués à la région et la boule au ventre qui continuait de grandir en elle lui intimait qu’il fallait vraiment qu’elle retrouve ce petit groupe.
Voir le profil de l'utilisateur

Astère Dewlenn
avatar
Mar 2 Jan - 10:21
Irys : 74989
Profession : precepteur itinerant
My'trän +1
*Mauvaise idée. Nous ne devons pas aller par là*

La jument renâcla en secouant la tête. Le licol en corde sur sa tête et les rênes qui y étaient accrochées étaient humides. Les poils et les crins de Cendre brillaient légèrement dans la lumière de la fin du jour. Le vent pénétrait les vêtements d'Astère et le glaçait jusqu'aux os. Mais c'était trop tard, ils étaient pris dans l'hiver. Faire demi-tour ou avancer, quelle était la meilleure solution ? Quelque chose, son instinct peut-être, lui soufflait que rebrousser chemin ne les aiderait pas à échapper à l'hiver rude qui s'abattait sur cette région et qu'ils finiraient prisonnier. Voire pire.
Il avait été prévenu et pourtant il n'en avait fait qu'à sa tête, trop impatient de découvrir toutes ces zones inexplorées. Il n'avait encore jamais eu la chance d'aller en khurmag et ne voulait pas revenir dans cinq mois simplement parce que l'hiver y était rude. En réalité, le khoral était bien plus violent que ce qu'il avait imaginé.
Et à présent qu'il se trouvait dans ce qui ressemblait à un début de tempête, il s'en voulait terriblement d'avoir été aussi stupide ! Car il n'était pas seul dans cette aventure et ses deux familiers souffraient du froid avec lui.
Pas tant car les animaux avaient des méthodes pour se réchauffer qu'il ne possédait pas. Mais il était hors de question qu'il s'abandonne au froid pour autant. Il goûtait depuis trop peu de temps à la vraie liberté. Et il ne comptait pas laisser l'hiver lui reprendre ce privilège !
D'une pression de ses jambes il fit repartir la petite jument ronde qui avait suivi sans tout saisir ses dilemmes intérieurs. Il y avait beaucoup de choses abstraites pour elle dans les pensées de l'homme. Il réfléchissait trop et de manière trop complexe. Une pure perte de temps ! Mais elle continuait de lui signaler que sa décision était mauvaise !

Les sabots crissaient dans la neige mais le son étaient emporter par les violentes bourrasques du vent qui semblait s'intensifier d'instants en instants. Kin n'osait même pas sortir sa frimousse de sous les vêtements de son maître pour observer les flocons tourbillonnant, bien au chaud, confortablement installé contre sa poitrine, petite boule vibrant au rythme rapide des battements de son coeur. Il était comme une flamme dans cet océan glacé et permettait à son maître de tenir bon à sa manière, lui rappelant que ce froid n'était pas immuable.
Astère était devenu silencieux. Son corps n'était que douleur et tremblement. Le froid paralysait jusqu'à ses pensées les plus profondes et ses doigts s'étaient figés sur ses rênes. Depuis combien de temps avançaient-ils dans le blizzard ? Il n'avait aucune idée du temps et il ne lui venait même pas à l'esprit de jeter un oeil à sa montre.

Cet engourdissement du corps et de l'esprit le faisait-il halluciner ? Une odeur de fumée, dans le tourbillon des flocons, semblait flotter dans l'air. Etait-ce ses sens ou ceux de Cendre qui lui permettaient de s'en rendre compte ? Etait-il encore dans son corps ou dans le sien ? Il se força à cligner des yeux et à prendre une grande inspiration, réorganisant ses pensées, tentant de trouver de quoi gymnastiquer son esprit pour ne pas se laisser aller.
Il fallut encore quinze minutes à Cendre, à se frayer un chemin dans la neige, pour parvenir jusqu'à l'entrée de la grotte. Elle s'y engouffra sans la moindre hésitation. C'est ainsi que Keelin fit la connaissance d'Astère. Il avait son âge, n'était pas très grand et paraissait presque gros sous toutes ses couches de vêtements. Et un peu congelé aussi.
Le crépitement du feu lui fit relever la tête alors que sa monture s'était arrêtée, visiblement très intéressée par l'autre cheval présent dans la grotte. Elle n'était pas de ces chevaux aimable qui s'entendait avec tous les autres, plutôt du genre à imposer sa loi dès qu'on la laissait en compagnie de ses congénères. Son attitude était étrange mais l'esprit du cavalier était trop embrumé pour qu'il en tienne compte. Il avait posé ses yeux verts sur Keelin et semblait hésiter sur la manière dont il devait l'aborder. Il finit par choisir la simplicité, trop las et frigorifié pour prendre réellement le temps de réfléchir.

"Pardonnez mon intrusion Mademoiselle. Cela vous dérangerait-il de partager cette grotte et votre feu quelques heures ? Je ne vous importunerai pas plus"

Sa voix était plus rauque qu'elle n'aurait dû l'être, certainement dû au vent et au froid qu'il avait affronté précédemment. Il se racla légèrement la gorge, toujours à cheval, attendant la réponse de la brune. Il ne voulait pas imposer sa présence mais il n'avait pas plus envie de retourner affronter le blizzard dans son état. Il se sentait vraiment fatigué, et il tremblait des pieds à la tête. Cendre observait toujours Marec avec intérêt et attendait avec toute la patience dont elle était capable que les deux humains finissent leurs simagrées et qu'elle soit desseller pour aller voir ce camarade à sabot.
Il avait cet air abattu des chevaux soumis ou malade et dès qu'elle le pourrait elle attirerait l'attention du my'trän pour qu'il aille s'occuper de lui. Son don ne pourrait que lui servir dans ce cas-là n'est-ce pas ?


Astère ~ Kin ~ Cendre
Voir le profil de l'utilisateur