Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Des circonstances troublantes

Kerrah
avatar
Sam 6 Jan - 19:41
Irys : 50420
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
La porte de la résidence s'ouvrit devant Kerrah, alors qu'un majordome à l'aspect impeccable l'observait du regard. Reconnaissant la légionnaire, il hocha la tête, sans rien dire, son expression d'un neutre absolu ne dévoilant aucun sentiment ni opinion.

Kerrah entra calmement. Elle était vêtue d'une son uniforme militaire. Si ses gallons étaient loin d'égaler la personne qu'elle venait visiter, ils trahissaient cependant une riche expérience militaire, et une certaine reconnaissance, fait assez rare chez une légionnaire.

Elle pénétra dans la maison bourgeoise, scannant par habitude son environnement et l'analysant.

L'aspect était coquet, et chaleureux, démontrant d'une évidente richesse, mais sans l'extravagance absurde des nouveaux riches. Ici, tout donnait l'image d'une maison aux fondations solides et faite pour durer.

La légionnaire se laissa guider dans les couloirs, jusqu'au bureau de Afforio.

Son regards perçant semblant analyser jusqu'à la moindre parcelle de son être.

Une voix résonna de derrière la porte, dans le bureau :

" C'est bon Afforio, laissez-là rentrer. "


Sans plus de cérémonie, la légionnaire s'écarta, gratifiant Kerrah d'un hochement de tête poli. Les légionnaires n'avaient jamais été à cheval sur l'étiquette, la plupart se saluait de la plus sobre façon. Ce simple signe de tête était pour eux une marque de respect. Kerrah réciproqua, et pénétra dans le bureau.

Henry lui fit signe d'un geste de main de s’asseoir.

Kerrah le salua d'un salut militaire simple, reconnaissant ainsi un supérieur hiéarchique, mais sans s’appesantir sur la cérémonie ni l'étiquette. Son statut assez particulier, sans pour autant rompre tout lien militaire hiéarchique, lui permettait de s'adresser à son interlocuteur comme un égal selon les circonstances, même si Kerrah conservait une attitude très réservée quant à cet égard.

De son point de vu, le militaire grisonnant était loin d'être simple, et faisait parti des officiels envers lequel elle avait le plus d'égard. Même si Kerrah évitait de mettre son pied en politique, quelqu'un avec son job ne pouvait totalement s'écarter des machinations du pouvoir. Avec les années, elle avait appris à respecter les compétences et la prise de position du Colonel sur le sujet, en faisant un allié officieux.

" Salutation Colonel, c'est un plaisir de voir qu'aucun de vos opposants n'est encore parvenu à vous planter une lame dans le dos "


Dit-elle simplement avec un sourire.

De façon évidente, le sujet de sa visite était lié au sac qu'elle tenait dans sa main droite, néanmoins elle ne précipita pas la chose, la politesse demandait de conserver quelques formes.


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Henry Farstadt
avatar
Lun 8 Jan - 20:51
Irys : 165975
Profession : Colonel en chef de Rathram / Haut-fonctionnaire
Daënar +3 ~ Rathram (homme)
L'odeur de tabac régnait dans le bureau personnel du colonel Farstadt. La fenêtre ouverte permettait d'évacuer l'âcre fumée de son cigare mais les parfums durs du tabac taillé se répandaient dans ce véritable petit salon, s'accrochant à chaque parcelle de matière pour ne plus la quitter. Sans doute, Séverine, son épouse, tempêterait à son retour des achats au nouveau grand magasin, à propos de l'inconséquence de fumer d'aussi puissants arômes à l'intérieur de la maison. Aussi Henry redoublait-il d'effort pour profiter de la vie durant son absence.
D'autre part, les dossiers sur lesquels il devait travailler étaient tout sauf passionnants. Une énième missive de la part de l'Etat-Major demandant un énième rapport sur l'état des stocks de munitions à Rathram. Pourtant ça devait être le troisième rapport en moins d'un an! De quoi l'administration avait-elle peur? Que les soldats reniflaient de la poudre noire?

Il lui restait encore quarante dossiers similaires à traiter pour la fin de semaine et cela l'ennuyait déjà. Fort heureusement, la présence de RC pour quelques jours en vertu de garde du corps lui remontait le moral .Non que la présence de la jolie blonde lui donnait des idées mal venues pour un homme marié, mais cette femme dégageait une aura de sérénité qui aidait à bien réfléchir.
Un bruit dans les escaliers lui fit lever la tête et bientôt le domestique vint lui ouvrir la porte pour lui signifier la venue de Kerrah. Henry soupira, en voilà bien une qu'il aurait préféré ne pas revoir. Il évitait au maximum les rencontres avec les anciens légionnaires, ces gens-là n'étaient pas stables. En un sens, même s'il avait regretté leur extermination inhumaine, il ne pouvait s'empêcher de penser que c'était la solution la plus pragmatique.

Quand il entendit les pas dans l'escaliers, il soupira et se préparer à sortir pour la faire rentrer sans passer par l'ex-légionnaire qu'était RC. Au vu de l'attitude habituelle des légionnaires de la première génération, tout cela se finirait avec une Kerrah vaporisée et de la tapisserie à refaire. Henry soupira en ouvrant la porte et en retirant à sa capitaine préférée son rôle de protection. Intérieurement, le colonel songea que cela aussi il devrait éviter de trop le faire.

Finalement, il se ré-installa derrière le bureau et offrit à Kerrah une chaise rembourrée couverte de soie rouge. Cela contrastait, à son grand plaisir, avec le chêne ocre qui composait l'essentiel de son bureau.
Le manque de salutations formelles lui fit hausser un sourcil. S'en suivit alors une blague d'une qualité assez douteuse, bien que compréhensible, autant répondre et ne pas s'offusquer.


-"Beaucoup voudraient me voir refroidit, certains ont essayés. Heureusement mes gardes du corps sont des plus efficaces. La capitaine Afforio en fait partie d'ailleurs, un véritable atout dans ma manche."

Il se cala dans son fauteuil, tira une bouffée de fumée amère et fixa son interlocutrice dans les yeux.

-"Mais je suis un homme très occupé et l'armée attend mes ordres dans les plus brefs délais. Alors, dites-moi, madame, qu'est-ce que vous venez faire dans ce bureau? Je doute que ça soit parce que je vous ai manqué."
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
avatar
Lun 8 Jan - 22:51
Irys : 50420
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah souris avec un petit rire de gorge.

" Un homme selon mon coeur ~ Pourquoi tant de fraîcheur cependant mon colonel? Ne vous ai-je pas plusieurs fois livré des informations utiles et actionnables? ... "

Kerrah secoua doucement la tête. Être craints, détestés, voir haïs partout où ils allaient, tel était le destin des légionnaires. Elle soupira :

" Agente spéciale Kerrah au rapport : Veuillez excuser mon intrusion dans vos quartiers, je me doute que l'endroit n'est sûrement pas le plus propice pour parler boutique, cependant, c'était la seule façon de vous informer en priorité "

Kerrah, se racla la gorge : sa tournure de phrase, bien que ne l'impliquant nullement, sous-entendais clairement que l'information qu'elle allait lui communiquer était à destination de centrale. Informer le colonel en avant première, à défaut de constituer une brèche du protocole compte-tenu que l'évènement était rattaché à Rathram, constituait une irrégularité notable, un geste de courtoisie auquel elle n'était pas tenue, et qui pourrait lui attirer le désaccord d'opposant politique du colonel. Elle reprit enfin :

" En votre responsabilité Supreme Leader de Rathram, je pense qu'il est de mon devoir de vous notifier d'un fait concernant. J'ai été missionné d'intervenir récemment sur votre territoire pour éliminer quelques évadés, et extraire un scientifique lié au programme militaire Hinas intacte. Jusque là rien qui n'ai du échapper à votre propre réseau d'information. "

Kerrah jeta au sol son sac, dont une telle tranchée roula. Par soucis d'hygiène, Kerrah l'avait fait emballer dans un linge transparent, ne cachant en rien les traits du visage.

" Cependant, nous avons rencontré une légère irrégularité. Deux mercenaires Daënastre d'élite, des tueurs à gage chevronnés, engagés par un mage My'Tran ... "

Kerrah laissa l'information faire son chemin quelques secondes en conservant le silence. Si les relations entre My'Trans et Daënastre demeuraient tendues, les actes de guerres étaient encore rare, surtout sur leur sol. Ici, il s'agissait même d'une conspiration vouée probablement à analyser la technologie de l'UNE.

Si cet évènement semblait anodins, ses ramifications et leurs significations étaient lourdes de sens, ce qui n'échappa pas à l'oeil du Colonel.

" En tant que premier officiel averti de la situation, il vous appartient donc la décision quant à la démarche à suivre. "

Kerrag attendit calmement, au garde à vous, attentive à chacune des réactions du colonel.


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Henry Farstadt
avatar
Sam 13 Jan - 1:45
Irys : 165975
Profession : Colonel en chef de Rathram / Haut-fonctionnaire
Daënar +3 ~ Rathram (homme)
Comme s'attendant à écouter un de ces rapports interminables qui commençaient mal et se finissaient en catastrophe. Levant les yeux au ciel avec cette moue qui caractérise les gens qui en ont marre avant même que ça commence, le colonel attrapa une feuille, un stylo et se prépara à écrire les données importantes. L'expression "Suprême Leader de Rathram" lui fit lever un sourcil. Déjà qu'il trouvait "Colonel en chef" pompeux, mais alors avec un titre comme pareil, d'ici deux mois il se serait fait roi sans le moindre remord. Cette pensée le fit pouffer, tant tout cela semblait ridicule! Décidant finalement qu'un poil de sérieux était indispensable pour ce genre d'entretien, le vieux se contenta, plutôt que de briguer un titre impérial, de patiemment écouter le rapport avec l'air le plus neutre possible, du moins il essaierait.

-"Alors faites. Je n'ai pas toute la journée, même pour vous."

Pourtant, il ne fallut pas plus d'un petit débit de parole et de quelques bouffées d'air pour que l'officier supérieur finisse estomaqué. Alors que l'ex-légionnaire lui racontait la suite, Henry se massait les tempes, affichant derrière ses doigts l'air sévère des grands jours. Des têtes allaient tomber et des culs être bottés, il s'en faisait le serment. Toutefois, il attendit patiemment qu'elle ait terminé, préparant d'avance l'avalanche à venir. Cette histoire de scientifique, il l'avait entendue même s'il n'y avait pas tellement prêté attention, attendant plus de résultats sûrs. Tout cela sentait mauvais, très mauvais.

-"Merci agent Kerrah. Vous êtes donc en train de me dire, dans le plus grand des calmes, que vous avez été mandaté sur mon territoire. MON territoire. Sans ME prévenir à l'avance. Que vous commettez des meurtres sur des évadés et que vous extradez un scientifique renégat hors du territoire."

Sur la fin il s'était levé, mains sur son bureau, la métallique provoquant un horrible crissement sur le bois fin. A la fin, il hurlait à pleine voix, aspergeant son interlocutrice sous un déluge de postillons et d'haleine de tabac froid.

-"Mais vous vous foutez de ma gueule?! Vous savez pour combien d'années je pourrais vous coller en taule avec tout ça? Mais qu'est-ce qu'il vous a pris Kerrah, qui est le con qui vous a donné cet ordre?!"

Il se laissa retomber dans sa chaise, incroyablement fatigué par ce qu'il venait d'entendre. Pourquoi être surpris? Ce n'était pas la première fois que le Conseil considérait Daënastre comme son terrain de jeu personnel. Il n'y aurait rien à faire, à part écrire une missive qui se perdrait dans un dédale administratif et n'arriverait jamais. Comme d'habitude. Voulant se redonner une prestance, il posa ses coudes sur le bureau et joignit ses mains, parlant à l'ancienne militaire par-dessus les paluches.

-"Je veux tout. Les détails, leurs noms, le nom de vos collègues, l'identité précise du scientifique, tout sans exception. Et surtout je veux que tu me parles un peu plus de ces... mercenaires d'élite... Si c'est vraiment un mage my'trän qui les a engagés, nous allons au devant de graves problèmes..."
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
avatar
Sam 13 Jan - 23:56
Irys : 50420
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah épousseta d'un geste désinvolte les postillons sur sa joue avant de répondre, visiblement pas spécialement surprise par la cours des évènements :

" Vous connaissez la musique, mon Colonel, "Ce que le Conseil veut, sa main exécute". Si vous adressez une lettre au conseil à ce sujet, je suis sur qu'ils vous gateront d'une myriades d'excuses polie en promettant de ne pas recommencer avant au moins une semaine."
Ajouta Kerrah avec un ton ironique.

Elle n'avait, quant à elle, pas d'opinion particulière sur la rivalité entre les "Services de sécurité interne" et l'armée. Les deux organes servaient des fonctions différentes, et certains Colonel étaient trop obtus pour que la collaboration soit fructueuse. Elle conservait une opinion favorable d'Henry, ce pour quoi elle essayait néanmoins de lui permettre de conserver la face.

" Le compte rendu et le détail de ma mission ont été adressés au conseil, en l'absence de consignes contraires, je ne suis autorisée à dévoiler les détails exact de ma mission, uniquement son but et son déroulement sur le plan opérationnel... "


Le "red-tape", la passion de l'administration Daënastre, diviser et contrôler qui a accès à quelle partie de l'information. Si, en tant qu'autorité locale, Henry avait bien entendu le droit de savoir pourquoi des gens se faisaient zigouiller sur son territoire, c'était uniquement les grandes lignes, pour le détail, il devrait faire une requête et remplir des formulaire pour avoir une petite chance d'avoir accès au rapport complet.

" ... Bien sur, si vous m'ordonniez de vous faire un compte-rendu détaillé inventoriant mon rapport d'éclaireur sur une menace interne mettant en danger la sécurité de vos opération sur le territoire Rathras, je serais bien entendu obligé d'obtempérer. "

Ajouta-t-elle avec un sourire. Le règlement, la loi, autant d'organes essentiels pour créer un modicum d'ordre dans un monde chaotique. Kerrah était particulièrement pointu sur le respect de la procédure, surtout que les règles s'appliquant à son travail étaient assez laxes usuellements. Néanmoins, la procédure est par définition un système figé dans un monde en mouvement, créant autant d'angles morts dans leur application.

Suite au geste d'Henry l'encourageant à continuer, Kerrah poursuivi :

" Très bien mon colonel. J'ai, lors de mon opération, accompagnée par le Sergent Hex Hekmatyar, pu constater, comme je vous lai brièvement expliqué, une opération irrégulière sur votre sol. Si je ne peux accéder à votre demande quant au nom du scientifique, disons simplement que son enlèvement aurait causé une crise majeur dans la confidentialité de la recherche en armement Hinas.

Il ne va sans aucun doute qu'il s'agissait d'une attaque direct contre les intérêts militaires de la nation. Element plus inquiétant encore, la qualité de l'ennemi. Le sergent Hekmatyar et moi avons du ... recourir à des tactique inusuelle pour parvenir à obtenir la victoire. Il se peut à cet effet que vos constituants se plaignent dans un avenir proche que le col du pic blanc soit "légèrement" encombré.

Quant à l'ennemi, et la raison de ma visite aujourd'hui, deux mercenaires domestiques, lourdement équipés, probablement ressortissant de Marnaka, même si je ne peux le déterminer avec certitude. Plus inquiétant : Leur leader, un mage dont je n'ai pu déterminer l'affiliation exacte, car il est mort avant de pouvoir manifester ses pouvoirs surnaturels. Un expert en culture My'Tran sera sûrement plus à l'aise que moi dans l'identification des tatouages faciaux de celui-ci. "


Ajouta Kerrah en donnant un léger coup de botte dans la tête coupée.

" Dans le cadre de mon compte-rendu, je suis tenu de vous notifier plusieurs points inquiétant, remettant en cause la sécurité de votre opération : La précision de leur attaque indique plusieurs choses, ils savaient très exactement qui ils cherchaient, où il serait, et quand, indiquant une brèche dans notre système pénitencier. De plus, même le système pénitencier n'était pas exactement au courant de l'identité du détenu, ce qui amènerait à se poser deux questions : Soit l'existence d'une deuxième faille, possible, mais peu probable, soit l'existence d'un réseau en interne qui est capable de venir recruter des partisans jusque dans nos prisons, ce qui corroborerait l'idée d'une faille au niveau pénitencier, à minima."

Kerrah inspira, avant d'ajouter avec une voix lourde de sens :

" Vous connaissez tout aussi bien que moi l'horreur que représente la puissance de combat brute des sauvages My'Trans. J'ai l'inquiétude cependant qu'ils soient en train d'assimiler notre façon de faire la guerre à leur arsenal. "


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Henry Farstadt
avatar
Mer 24 Jan - 1:29
Irys : 165975
Profession : Colonel en chef de Rathram / Haut-fonctionnaire
Daënar +3 ~ Rathram (homme)
Pensif dans son fauteuil, le colonel saisit un crayon le temps de noter les grandes lignes des informations données ainsi que le nom de ce lieutenant: Hex Hekmatyar. Ce nom ne lui disait rien mais si ce freluquet s'était amusé à jouer de la gâchette à Rathram, alors son supérieur direct en entendrait rapidement parler.
Pour le reste, bien que Kerrah semblait aussi étonnée qu'inquiète à propos des mercenaires et du mage, Henry ne s'émouvait guère. Non pas que la possibilité que les sorciers étudient la technologie daënare ne l'inquiète pas, au contraire, mais simplement parce que c'était un fait acquis depuis au moins quarante ans.

Chaque année des rapports filaient à propos de caches d'armes et de reliques de 898 retrouvées dans des "laboratoires" my'träns. Ils essayaient de comprendre ce qui leur avait causé du tort et c'était bien normal, après tout les daënars ne faisaient pas autre chose de leur côté. Par contre, et c'était plus gênant, la présence d'un mage à Rathram signifiait que certains bravaient l'interdit de territoire et ne se gênaient pas pour kidnapper les personnes les plus susceptibles de les aider. Quoique, kidnapper...


-"Je récapitule: vous vous êtes retrouvés, le lieutenant Hekmatyar et vous, à devoir éliminer des évadés de prisons parmi lesquels se trouvaient deux mercenaires Marnakas de haut-vol, le tout guidé par un mage, tout en ayant pour objectif de libérer un scientifique militaire important? Arrêtez moi si je me trompe..."

En passant, il ralluma son cigare en tirant un jet de flammes de sa main mécanique, une habitude qu'il avait prise depuis quelques années, bien pratique d'ailleurs. Après quoi il regarda la tête du mage qui gisait non-loin, observant les traits. Rien qui ne frappait directement son souvenir. Dalaï peut-être? Ou Süns? Il n'aurait su dire. Avec un peu de chance RD saurait les reconnaître, si on parvenait à l'attraper. Cet ancien explorateur avait la sale manie de partir en vadrouille aux frais de la princesse...
La tête blonde de RC apparue après qu'Henry ait fait sonner une petite cloche à côté de son bureau, visiblement peu amusée, elle couva l'ex-légionnaire d'un air suspicieux.


-"Afforio, veuillez contacter le lieutenant Ionos. Il doit être au QG, le télégramme suffira. Faites bien préciser que c'est urgent."

Présent ou non, il lui faudrait bien une demi-heure au pas de course pour arriver.

-"Je ne m'inquiète pas de voir des my'träns avec des fusils, j'ai déjà vu ce que ça donnait pendant la guerre et je ne crois pas qu'ils retenteront l'expérience... Par contre, ce que vous dites à propos de notre système carcéral m'interroge. Si ce que vous avancez est vrai et vérifié, alors il y a des traîtres parmi nous et depuis un moment déjà.

Ce qui m'amène à une seconde question: comment est-ce possible? Est-ce que les my'träns ont directement négocié avec nos fonctionnaires ou est-ce qu'ils ont utilisés une mafia, comme l'Ordre de la Pénitence, comme intermédiaire?"


Anxieux, le colonel tira quelques bouffées de tabac supplémentaires.

-"Il va falloir faire des inspections jusque dans les moindres recoins, ça prendra du temps. Est-ce qu'il y aurait eu des indices vis-à-vis d'une nouvelle attaque? Avec ces barbares, tout est possible."
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
avatar
Ven 26 Jan - 1:21
Irys : 50420
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah répondit calmement :

" Si vous souhaitez mon humble avis, je ne pense pas qu'il s'agisse de My'Trans proprement dit. De la même façon que nous ne sommes jusque-là arrivés à introduire le moindre espion dans leurs rangs faute de pouvoir contrôler, même de façon la plus élémentaire possible, la magie, leur propre aversion aux produits de l'industrie Daënastre les rendent relativement identifiable. "

Kerrah se gratta le menton, pensive :

" Si nous écartons une adhésion culturelle inné, ou religieuse fanatique, donc, cela laisse deux solutions : Soit le profit, soit des sympathisant à la cause My'Trane. "


Les fameux "sympathisants" que Kerrah mentionnait étaient un revers de la culture Daënastre. Une culture encourageant la pensée libre, la recherche scientifique et culturelle, et sans aucun ciment religieux pour faire tenir le tout, était vouée à générer son lot de "traîtres" et de punk anti-systèmes.

" Quoi qu'il en soit, après avoir écarté l'hypothèse d'une véritable adhésion dites "forte", je pense qu'il est assez probable de partir sur l'idée que notre taupe est au mieux lié à la cause My'Trane par un esprit de rébellion, et au pire par l'appel du gain. Deux moteurs qui m'encouragent à penser qu'il est possible à le ou les faire craquer sous la pression. "

Un vrai espion, preux nationaliste, est une véritable plaie à dénicher car il est capable, au moindre risque, de complètement s'assimiler dans la population et d'attendre son heure. Un traître de bas étage par contre tend à paniquer quand les chiens commencent à flairer sa piste.

" La meilleurs solution serait d'avoir une action à la fois officielle, pour dénicher un maximum de chose et créer une énorme pression psychologique, et à côté de ça une action dans l'ombre, en infiltrant quelqu'un de chez nous ... "

Maintenant le soucis serait de savoir comment, et surtout qui. Son statut de légionnaire était difficilement dissimulable, et quant à infiltrer le colonel en chef de Rathram, autant rêver. Quoi que ça ferait un titre sympathique dans les journaux le lendemain.

Le contrôle de l'information dans ce type d'opération requérait de maintenir les personnes dans la confidence au strict minimum.

" Nous avons besoin de notre propre taupe mon colonel. Je peux vous établir une liste de potentiels candidats, à moins que vous ayez bien sur vos propres contacts. "


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Henry Farstadt
avatar
Lun 5 Fév - 22:57
Irys : 165975
Profession : Colonel en chef de Rathram / Haut-fonctionnaire
Daënar +3 ~ Rathram (homme)
Devant les nouvelles questions qui se posaient, le colonel se gratta la barbe, circonspect. La pensée qu'il existait dans son propre pays des traîtres capables de vendre jusqu'à leurs compatriotes pour une puissance étrangère le dépassait. Dans son patriotisme forcené, il ne parvenait pas à comprendre le pourquoi de la chose? Qui étaient donc ces fous qui prétendaient pouvoir aider impunément l'ennemi? Faudrait-il essayer de les comprendre ou alors en faire des exemples au risque de les transformer en martyr?
L'hypothèse de simples bandits étaient à écarter malgré tout à cause des mercenaires d'élites. Une troupe de criminels de bas étages n'auraient pas eu les moyens de s'offrir leurs services. La solution la plus probable était un fonctionnaire, un scientifique, en bref un rond de cuir, militaire ou civil... Le mystère demeurait insoluble pour le moment et Henry dû se rendre à l'évidence: Kerrah avait raison, il leur faudrait une taupe.


-"Je dois avoir quelques soldats capables de faire ça, des gens discrets et rigoureux, mais je ne serais pas contre une liste de votre part..."

Il se calla de nouveau dans son fauteuil, les traits plus fatigués qu'auparavant. Cette histoire le torturait déjà. Un ennemi sur le terrain daënar c'était une chose, mais alors un traître... Il n'y avait rien de plus horrible, de plus abject qu'un traître. Pourtant il devait se rendre à l'évidence: le pays en était rempli.

-"Il va falloir que je réfléchisse à tout ça avant de prendre les décisions qui s'imposent. Les temps vont être difficiles et je crains que ça ne fasse qu'empirer... Dans tous les cas, aviez-vous autre chose à me dire ou allez vous quitter les lieux et retourner voir vos maîtres?"
Voir le profil de l'utilisateur