Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 Tous concernés

Joël Neara
avatar
Lun 16 Avr - 16:44
Irys : 339857
Profession : Ex-Commandant d'aéronef de marchandises
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
Malgré tout ses efforts pour garder les yeux ouverts, l'intense fatigue qui était en train d'envahir chacun de ses muscles eut raison de sa volonté et Joël sombra dans l'inconscience. Les sons lui parvenaient de manière diffuse et il était incapable de savoir s'ils étaient bien réels ou s'il s'agissait d'une autre défaillance de son esprit malade, jusqu'à ce qu'une voix bien plus franche et métallique que les autres l'extirpe de sa torpeur. Il gémi de douleur en rouvrant les yeux, éblouit par la luminosité ambiante. Visiblement il n'avait pas dormi longtemps. Le soldat en armure s'était rapproché de la jeune femme qui avait visiblement était plus réactive que l'Anomalie, mais il finit par s'intéresser à lui.

- Hmpf, ça devrait aller. dit-il en laissant tout de même le militaire l'aider à se relever. Merci.

- Nous sommes en train de dresser une camp de fortune sur l'esplanade pour venir en aide aux blessés. Le voyage jusqu'à l'hôpital de Cerka serait trop risqué pour eux. Si vous désirez vous y faire soigner vous y êtes les bienvenus. Par ailleurs, vos témoignages pourraient grandement nous aider dans l'enquête qui va suivre toute cette histoire. Si cela vous intéresse, adressez-vous à n'importe lequel d'entre nous, nous vous conduirons jusqu'à l'État-major.

- Merci soldat. Vous pourrez compter sur moi. Juste le temps que je reprenne un petit peu mes esprits.

En tant normal et en accord avec son plan d'origine, Joël avait espéré conserver l'anonymat jusqu'à son arrivée à My'trä, mais les événements de cette journée "exceptionnelle" n'allaient en rien dans ce sens. Ce qu'il s'était passé aujourd'hui était trop grave, trop important pour qu'il puisse s'enfuir le cœur léger sans apporter son maigre soutien aux défenseurs d'Ünellia. Pour l'heure, trop de questions lui torturaient l'esprit, et il ne savait pas par où commencer : fallait-il s'intéresser au "Pourquoi ?", au "Comment ?", il n'en savait rien. Les rixes daënar-my'trän étaient relativement fréquentes dans les capitales, mais ce qu'il s'était produit à Tellora n'avait rien d'une bagarre de rue qui avait dégénéré. Le lieu comme l'heure semblait avoir été calculé, à un moment de la journée où la gare grouillait de monde. Un attentat ? Peut-être, mais l'héritier allait devoir attendre plusieurs jours avant d'en savoir plus.

L'homme en armure reprit sa fouille, inspectant les bâtiments en périphérie de la gare à la recherche de blessés ou d'autres agresseurs qui se seraient dissimulés. Joël quant à lui se tourna vers la jeune femme, cherchant la meilleure façon de lui annoncer ce qu'il savait.


- Je ... pour votre gamin ... j'ignore si cela pourra vous rassurer mais, il n'y avait aucun corps sur l'esplanade. Je suppose qu'il a dut être recueilli par l'armée ou qu'il s'est réfugié quelque part en ville. Je vais rejoindre le campement dont parlait le soldat, vous devriez faire de même. J'ai fait ce que j'ai put pour votre ... il désigna la tête de la blonde, ne trouvant plus le mot à cause de son esprit embrumé, mais cela reste rudimentaire.


Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Mar 17 Avr - 13:27
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
L’horlogère égarée perçue l’échange entre les deux hommes derrière un voile trouble. Tout cela lui parut flou, obscur, voir même totalement incompréhensible. Ils parlaient de blessés, au pluriel, d’un camp destiné à les accueillir… De Cerka, une ville bien loin de chez elle où la jeune femme pensait pourtant être… Intriguée, Sanaë cherchait à comprendre, suivant la conversation avec le peu de capacité d’attention qui lui restait.

Sa tête la faisait atrocement souffrir, si bien que leurs voix semblaient étouffées dans une cacophonie de sifflement désagréables. Le cœur déjà au bord des lèvres depuis son réveil, la jeune femme fut à présent prise de bouffées de chaleur… Non… Ça n’allait décidément pas, rien n’allait, que ce soit son état ou cette situation presque ubuesque. Pour elle, toute cette histoire n’avait ni queue, ni tête… Elle n’était pas à sa place, loin de là, même. Sanaë aurait dû se trouver chez elle, dans son atelier à travailler aux côtés de son frère… Pas … ici…

L’horlogère perdue ne cessait de cligner des yeux, essayant de se concentrer ou de faire disparaître ces hommes qu’elle ne connaissait pas… L’intention y était sans qu’elle ne puisse réellement la déchiffrer. Tout était flou, improbable et irréel… Une hallucination peut-être, ou plutôt un cauchemar aux allures bien réelles, la douleur dans son crâne sonnant comme une preuve bien cruelle. Elle observa le milicien partir et l’homme inconnu, à son côté, se retourner vers elle, la mine désolée.

Il semblait choisir ses mots, soigneusement, avec attention pour ne pas la brusquer avec une révélation toute aussi irréelle que le reste.

- Mon… Gamin ? demanda-t-elle en écarquillant les yeux, surprise par une telle annonce. Mais… euh… C’est que je n’ai pas d’enfant. Je ne comprends absolument rien à ce que vous me racontez...

Entendant la suite de sa phrase, Sanaë porta une main hésitante à sa tête douloureuse, visiblement pansée avec les moyens du bord. Une plaie à la tête… Ceci expliquait beaucoup de choses…

- Vous avez raison… Je pense que nous en avons tous deux besoin… Pour cela, dit-elle en désignant le bandage de fortune. merci...

Elle se releva péniblement, luttant contre ses nausées persistantes et le monde qui semblait vouloir se dérober sous ses pieds. Malgré tout, la jeune femme tandis la main vers l’homme qui lui avait porté secours, simplement, car il lui était impossible de ne pas l’aider en retour. L’inconnu semblait blessé, peut-être plus qu’elle, malgré un traumatisme crânien évident. Les signes ne manquaient pas : céphalées, nausées, vertiges… amnésie… Il lui fallait trouver un médecin au plus vite.

- Allons-y, lança-t-elle en l’aidant à se relever comme elle le pouvait. Je pense que nous serons tous deux la béquille de l’autre. Vous savez où se trouve l’endroit dont le milicien parlait ?

Lentement, mais sûrement, ils se diffèrent vers le lieu indiqué. L’endroit regorgeait de corps éparpillés dont certains étaient recouverts de linges blancs déjà souillés de tache écarlate. La jeune femme cligna des paupières plusieurs fois, essayant de comprendre ce qu’il s’était joué ici. Elle ne connaissait pas les lieux, ou tout du moins, n’en avait aucun souvenir…

- Que s’est-il passé ? murmura-t-elle en retenant un énième râle de douleur.

Soutenir un poids pareil alors qu’elle ne tenait qu’à peine sur ses propres jambes devenait de plus en plus pénible. Et ce qui devait arriver arriva, l’horlogère chancela pour finir sur les genoux, entraînant forcément l’inconnu avec elle. La scène attira l’attention d’un des médecins présents, qui se précipita vers eux pour les prendre en charge. Sanaë ne vit rien de la suite. Prise d’un nouveau vertige, plus fort que les précédents, la jeune fille tomba une nouvelle fois dans l’inconscience pour ne se réveiller que plusieurs jours plus tard dans un hôpital de sa région natale. De cet épisode, elle ne garda absolument rien en mémoire, oubliant absolument tout.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2