Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Arnel Supin contre Ginger Holmes

Eskarina Hellaraxë
avatar
Dim 7 Jan - 12:30
Irys : 322600
Profession : Assassin
Guilde +1 (femme)
« Alexandria ! Dix minutes d’arrêt ! »

Eskarina posa un pied un peu vacillant hors du wagon. Cela avait été sa première expérience du train, et elle n’avait pas été des plus heureuses. Aucun problème de mal des transports, non, elle avait vécu bien pire lors de sa traversée entre Aildor et Shüren. Ce qui en revanche ne la mettait pas très à l’aise, c’était la technologie du train. Elle ne comprenait pas comment il marchait, et puis, il allait si vite !

Elle était partie de Skingrad un peu plus d’un jour plus tôt. Une petite fille avait couru jusqu’à elle et lui avait remis un message de l’Ordre :

« Train de dix heures ce soir, disait le mot. »

Eskarina s’était donc embarquée. Dans la nuit, elle n’avait pas bien distingué la silhouette impressionnante du train, et elle avait passé une nuit relativement paisible. Ce n’est que le lendemain matin, lorsqu’elle se réveilla, et qu’elle se mit en quête du wagon restaurant, remontant le train à contre-sens de la marche, que le malaise commença à poindre. Elle avait l’impression que le train était gigantesque, qu’elle le remontait depuis une bonne heure, et qu’elle n’arriverait jamais au bout. Enfin, elle arriva dans le wagon restaurant, mais l’envie de vomir était telle qu’elle ne put rien avaler.

Elle retourna donc dans son compartiment, et passa la journée à se distraire comme elle put : elle potassa pendant un bon moment un livre sur les plantes et leur propriétés, des révisions nécessaires. Elle s’amusa à essayer de deviner le plus de choses possibles sur les voyageurs qui partageaient son compartiment. La jeune femme assise devant elle, passait son temps à soupirer et à sourire. Elle était amoureuse. Elle allait certainement le rejoindre, sinon des larmes auraient remplacé les sourires. L’homme assis à sa droite, la quarantaine, feuilletait sans relâche une sorte de dossier rempli de chiffres et de schéma. Il semblait nerveux, comme l’indiquait certains de ses tics : il se grattait machinalement la main et clignait anormalement souvent des yeux. Peut-être un comptable qui devait soumettre un bilan infructueux à son patron…

A la fin de la journée, elle ne pouvait tout simplement plus tenir en place : rester toute la journée sans bouger l’avait rendue nerveuse, à croire que le stress de son voisin l’avait contaminée. Son jeu de devinette avait fini par se muer en un autre jeu, bien plus morbide, à savoir comment les tuer rapidement sans en être inquiétée. C’était mauvais signe.

Ce fut avec soulagement qu’elle vit la nuit tomber et monta rapidement dans sa couchette, après avoir avalé - en se forçant - un repas léger. La nuit fut particulièrement agitée. Elle ne parvint pas avant de longues heures à se calmer et se retournait sans cesse dans les draps. Elle finit cependant par s’endormir, pour se réveiller une paire d’heures plus tard. Quelqu’un avait profité de son sommeil pour déposer un autre mot sur l’oreiller :

« Descendre à Alexandria. »

Elle consulta sa carte et en tira un grand soulagement : plus que deux heures.


La gare était immense. Les gens allaient, partaient, arrivaient… Tout le monde se bousculait, certains pressés de prendre leur train ou de rejoindre un rendez-vous, d’autres regardant avec émerveillement autour d’eux. Soudain, Eskarina sentit une main dans sa besace. Pensant à un pickpocket, elle attrapa rapidement le poignet du fouineur et se retourna pour voir son visage. Ce dernier était recouvert par un capuchon et Eskarina lâcha le poignet.

A la sortie de la gare, Esk chercha un hôtel pas trop coûteux. Elle en trouva un miteux, mais qui lui convenait très bien : elle ne pouvait pas se permettre du luxe. Elle s’assit sur le lit qui grinça sous son poids - elle allait passer des nuits merveilleuses, bercée par ces doux grincements - et ouvrit sa besace. Une enveloppe contenant un dossier s’y trouvait. Eskarina passa le reste de la journée cloîtrée dans sa chambre à l’étudier : elle l’apprenait par coeur. La mission qu’on lui avait confiée était de surveiller un gang, de répertorier leurs activités, leurs lieux de prédilection et de faire un rapport quotidien à l’Ordre. Elle ne devait surtout pas rentrer en contact avec des membres du gang, juste les surveiller, et voir s’il représentaient un réel danger pour la communauté.

Le dossier appris dans les moindres détails - les noms, les visages, les familles…, elle le brûla, avec les deux autres mots qu’elle avait reçus auparavant. Aucune trace de sa mission ne devait subsister.

Le lendemain matin, elle se rendit en ville pour commencer ses recherches. Un des membres du gang, Larry, travaillait également chez un bijoutier, et fournissait des informations sur les clients à détrousser aux autres bandits. Elle pénétra donc, vêtue de riches habits et maquillée pour se vieillir, dans l’échoppe et demanda à voir leurs plus belles pièces.




Esk parle en 33cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Ginger Holmes
avatar
Jeu 11 Jan - 16:56
Irys : 334939
Profession : Enquêtrice
Daënar +1
« Messieurs... nous avons une nouvelle affaire sur les bras. Le petit Eddy nous a donné des information sur un gang. Des informations en or qui serait capable de démonter le gang définitivement. Notre objectif c'est de vérifier la véracité des informations et quand nous seront prêt on va passer a l'arrestation de masse. »
« Ou le gang agit actuellement ? »
« Un peu partout dans le quartier ouest de la ville. Bon voici la répartition Paul avec Marie vous irez au hangar a dirigeable. Ginger vous irez chez un bijoutier du quartier, essayer de parler a un certain Larry. Edward vous irez au refuge de sans abris... ils ont sans doute des informations. "
« A vos ordres capitaines ! »

Ginger se trouve actuellement dans la salle de briefing du commissariat de police. La nouvelle enquête va emmener la Lady a démanteler un nouveau gang de la capitale. Certain membre de la rue les appelles « les vestons noirs »... le gang se compose d'individu en marge de la société, souvent des drogués, des violents voir des extrémistes radicaux. Le cassier de ses membres les plus actifs vont du simple vol au meurtre. Il est évident cependant que lors de l'arrestation certain vont se faire pendre et ils ont tout intérêt a ne pas vouloir se faire arrêter.

L'enquêtrice repart avec le dossier complet rédigé par l'officier en charge de la réception du témoignage de Eddy. Une vingtaine de feuilles scellées dans un dossier bleu.. Le soir, devant l'âtre, couchée dans sa couverture verte en chaussette rouge, une tasse de thé noir a la main a regarder des lignes et des lignes d'informations.

Le lendemain.. fort de ses nouvelles informations, Ginger décide de partir en mission. L'habit fait le moine et pour passer pour une cliente d'une bijouterie rien de telle que de ressortir les robes de lady fortunée. Ginger sur son 31 pénètre dans la boutique observant diverses bagues en argent, or avec des rubis diamants ou encore des émeraudes... Des bagues de mariages, un jour peut être Ginger aura se genre d'anneau au doigt. A côté, des collier toujours aussi luxueux et de l'autre.... une jeune femme d'une quinzaine d'année peut être. Que vient-telle faire dans cette bijouterie ?



Mon théme






Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Eskarina Hellaraxë
avatar
Mer 17 Jan - 19:53
Irys : 322600
Profession : Assassin
Guilde +1 (femme)
Les bijoux étalés devant elle, Eskarina contemplait la beauté et la minutie des pièces qui lui étaient présentées. Elle n'en avait jamais vu autant à la fois. Des chaînes travaillées avec précision, ouvragées et fines. Des pierres de toutes les couleurs, toutes plus grosses les unes que les autres, brillantes, étourdissantes, alléchantes. Normal que de telles merveilles attirent la convoitise de personnes peu scrupuleuses.

Tout en admirant et essayant les bijoux, Eskarina s'appliquait à minauder, endossant le rôle d'une petite fille à papa :

"Daddy m'a dit que je pouvais avoir ce que je voulais pour mon anniversaire, répétait-elle d'une voix aiguë tout à fait insupportable. Daddy a dit que je pouvais dépenser tout l'argent que je voulais pour mon anniversaire."

Elle voyait avec malice les yeux du bijoutier briller de cupidité. Le pauvre allait faire un ulcère quand il la verrait quitter son échoppe sans avoir dépensé le moindre petit Irys. Mais son attention n'était cependant pas focalisée sur le vieil avare, mais plus sur son assistant, Larry, qui venait, comme elle l'avait espéré, de passer le rideau de l'arrière boutique, attiré par sa voix stridente de petite enfant gâtée. Lui aussi étudiait Eskarina avec attention, calculant du regard le potentiel financier de la jeune fille.

Esk ne se fit pas prier pour en rajouter une couche supplémentaire, se pavanant dans toute la boutique, riant aux éclats, alourdie le poids des bracelets, colliers et boucles d'oreilles rehaussés de diamants. Parfait. Il ne la quittait pas des yeux. Elle avait ferré le poisson. En effet, sa mission n'était pas seulement d'espionner la bande, elle était aussi censée servir d'appât à un des khamga de l'Ordre, et attirer le gang dans les filets de l'organisation. La procédure était déjà bien entamée. Larry la suivrait sans doute quand elle sortirait de la boutique, et rapporterait à la bande le "bon coup" qu'il venait de flairer. Il n'y avait plus qu'à attendre. La bande la suivrait à la trace et ce serait encore plus facile de l'espionner.

Fière de son coup, Eskarina enleva délicatement chacun des bijoux, sous le regard de plus en plus soucieux du vieil homme. Décidément, elle détestait les bijoutiers. Une fois qu'elle eut tout rendu, l'homme était à l'agonie et elle l'acheva d'une dernière réplique :

"Je m'attendais à mieux venant de votre bijouterie… Enfin, je suppose que les temps sont durs…"

Avec un petit sourire cruel, et toisa une dernière fois l'homme, qui était au bord des larmes, et quitta la boutique hautaine. En passant la porte, elle jeta un regard en arrière, juste le temps de voir Larry se précipiter dans l'arrière boutique, apparemment peut soucier de l'état de choc de son patron.




Esk parle en 33cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Ginger Holmes
avatar
Jeu 18 Jan - 22:54
Irys : 334939
Profession : Enquêtrice
Daënar +1
Ginger n'en croit pas ses yeux ni ses oreilles, la petite garce vient d'attirer tout l'attention... « Daddy » qui en 933 appelle son papa comme ça ? Cette gamine doit bien être pourrie gâtée jusqu'à l'os. La situation devient très vite embarrassante quand l'un des vendeurs de la bijouterie se barre subitement a l'arrière laissant son chef bouche bée. Ginger comprend bien bite que Larry vient de trouver une cible intéressante et ce n'est pas la malheureuse enquêtrice mais bien « Pestila »... C'est un bien jolie sobriquet « Pestila » pour désigner la gamine.

Néanmoins, il n'est pas bon pour l'enquêtrice de s'attarder dans cette bijouterie. Pour ne pas trop attirer trop l'attention elle va acheter un collier de perle d'une moyenne valeur avant de quitter la boutique et de suivre discrètement Larry qui tente de suivre discrétement « Pestila ». Dans un premier temps, il est bon de garder un œil sur le brigand mais aussi sur la gamine qui risque bien de se faire rançonner. Mais pour que l'arrestation soit utile, Ginger doit le prendre en flagrant délit... et même une fois le flagrant délit établi l'arrestation ne va pas se faire tout de suite. Le but de l'enquête du jour n'est pas d'arrêté un homme mais tout un gang.

Bon est la petit « Pestila » a son cher Daddy ? L'espace d'un court instant en passant proche de la place de la Mairie, Ginger perd sa première cible. Ce n'est pas bon ça.. heureusement que Larry est efficace en filature. La situation devient un peu chaude, si ça complique, l'enquêtrice possède un revolver Strauss attaché à la jarretière et caché sous la robe qui lui sert de camouflage en milieu fortuné.

- «  O Daddy donne moi du pognon... je vais te donner deux paires de calotte ma petite.. rien que pour t'apprendre a te pavaner dans les quartiers pourries de la ville en exhibant ta grosse fortune.. » Se dit Ginger un peu énervée par l'inconfort de cette fuite discrète. La robe n'est pas vraiment un habit de travail adéquat pour les filatures.



Mon théme






Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur