Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Rathram

Bolgokh
avatar
Lun 24 Oct - 17:21
Irys : 170027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Rathram

Les écrits ci-dessous ne sont qu'un résumé de ce qu'est la région de Rathram. Ce sujet sera étoffé dans les semaines qui viennent pour vous fournir des descriptions plus complètes.
Merci de votre compréhension.


Synthèse

Il n'a pas manqué grand chose aux Rathras -habitants de Rathram- pour que leur région ait le privilège de devenir le cœur politique, économique et culturel de Daënastre. Peut-être n'ont-ils pas eu les dents assez longues face à la mégalomanie d'Ünellia. En effet, cette partie du monde s'est trouvée relativement épargnée des monstruosités des autres territoires. Les créatures y sont bien moins imposantes qu'au sud en raison des immenses forêts qui parsèment la région, et de ce fait bien moins dangereuses pour les villes et villages de Rathram, à moins qu'elles se sentent menacées. C'est peut-être ce havre de paix qui a contribué à rendre pacifiques ces Daënars, qui ont préféré utiliser leur ingéniosité pour orienter la technologie vers le confort des habitants, mais aussi et surtout pour assurer un soutien médical efficace à ceux qui sont dans le besoin.
Rathram s'est donc spécialisée dans la création de prothèses, d'abord mécaniques, puis magithèques après la découverte de la magilithe, afin d'offrir une nouvelle chance à ceux qui le méritent. Mais l'ingénierie médicinale reste terriblement chère en raison du travail minutieux imposé par les composants utilisés, ce qui a permis d'élever Rathram en tant que rivale naturelle d'Ünellia, à la fois d'un point de vue économique, mais également politique, puisque Rathram s'impose en tant que fervente défenseur du traité de paix signé trente-huit ans plus tôt.


Villes
  • Cerka - Capitale
  • Onaël
  • Mynith
  • Ranviel
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
avatar
Dim 5 Nov - 19:49
Irys : 170027
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Onaël - Rathram

L'atelier de Siméon Suuïsz

Ancienneté : 23 ans (création en 909)
Structure :
Dans une ruelle de l'extrémité du quartier des boutiques d'Onaël, près des docks, se trouve cette petite boutique. La peinture mériterait d'être rafraîchie et la pancarte indiquant "S. Suuïsz, prothèses et outils", reclouée, car elle menace de tomber sur la prochaine personne qui ouvrira la porte. La vitrine est tellement poussiéreuse qu'on n'aperçoit de l'intérieur que des formes floues et sombres. Si toutefois l'on s'aventure à y entrer, on arrive dans une petite pièce jonchée d'outils, de morceaux de prothèses, de vis et de clous et autre méli-mélo de plans et tiges de métal. Contre les murs, des bibliothèques remplies de livres techniques aux pages écornées et d'archives mitées. Des tâches de sang que l'on a pas réussi à faire partir résident à jamais sur le parquet grinçant. Au fond de la pièce, devant une porte entrouverte, se trouve le comptoir massif sur lequel est posée une vitrine impeccable, sans aucune trace de poussière, certainement car on l'utilise trop souvent pour qu'elle ait le temps de se déposer. A l'intérieur de celle-ci se trouvent d'étranges ustensiles en métal, posés sur un carré de vieux velours déformé par leur poids. D'un côté de ces petits rectangles se trouve une lame de canif rétractable, de l'autre, divers outils que l'on peut ranger à l'intérieur. Les mécanismes et rouages sont apparents, dans un rendu assez brut mais apparemment fiable.

Le couteau Suuïsz:
 

Sur le comptoir, nul sonnette mais un petit marteau en bois qui permet de frapper sur un morceau de métal déformé fixé sur le meuble afin de faire remarquer sa présence. On est alors accueillis par Siméon Suuïsz en personne, ou parfois par son assistante, Naya, une jeune femme pleine d'énergie. Les prothèses de Siméon ne sont pas les plus belles, mais il sacrifie l'esthétique par le côté pratique et confortable. Inventeur du couteau Suuïsz, que l'on a pu admirer dans la vitrine, Siméon a la réputation d'accepter les clients de tout horizons, même les plus grands malfrats, et sa boutique est à cause de cela peu fréquentée à part par les marins venus acheter le fameux couteau, ustensile de voyage très pratique.

Si l'on passe la porte derrière le comptoir, on arrive dans l'atelier de Siméon. Sur toute la longueur du mur s'étend son banc de travail, avec ses matières premières au bout, et des outils accrochés et posés un peu de partout. Une petite fenêtre au milieu du mur lui offre un peu de lumière quand il travaille. En face de ce banc, derrière un vieux rideau en lin bruni par le temps, se trouve la salle d'opérations de Siméon. Une petite desserte avec encore quelques outils est posées à côté d'une couchette à position modulable. On accède depuis l'atelier à une petite cour intérieur où poussent les mauvaises herbes, et de là, par un escalier sur le point de s'effondrer, aux appartements de Siméon au-dessus de la boutique.


Propriétaire : Siméon Suuïsz
Sexe : Homme
Age : 44 ans

Histoire : Siméon Suuïsz, apprenti prothésiste auprès du maître Wilbur Rockbell à Cerka, revient chez lui à Onaël en 908 à l'âge de vingt ans pour prendre soin de sa mère gravement malade alors qu'il était sur le point d'obtenir son diplôme d'ingénieur. Obligé de vivre de petit travail en petit travail, il continue les soirs à bricoler dans sa chambre. A la mort de sa mère, il devient le tuteur de ses deux jeunes soeurs et ne peut se résoudre à reprendre son apprentissage. Il ouvre alors la boutique grâce à un prêt d'argent d'une source inconnue, et passera les années suivantes à travailler pour nourrir sa famille et rendre l'argent qu'il doit.

Pas particulièrement impliqué dans la politique de son pays, Suuïsz acceptera pour cela de prendre tous les clients se présentant à sa porte, lui attirant la mauvaise réputation d'abriter et de soigner des malfrats. La seule chose comptant pour cet homme étant de réparer les gens, il ne fera fi de ces rumeurs et continuera à travailler toutes ces années. Il prend épouse quelques années plus tard, mais celle-ci meurt en couches, et leur petite fille à la santé fragile ne survivra pas très longtemps. Ses soeurs mariées et partie loin d'Onaël, Siméon s'enferme dans sa solitude, n'acceptant de prendre que des apprenties, dans l'espoir de trouver un jour la fille qu'il a perdu.


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Asmigal, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur