Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Hinaus
Page 1 sur 1


 Hinaus

Bolgokh
avatar
Lun 24 Oct - 17:23
Irys : 50028
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Hinaus

Topographie

Dire que Hinaus n’est en réalité qu’une grande portion de territoire livrée au givre et au blizzard serait réducteur, et peu respectueux de ses habitants. Mais on ne peut pas vraiment dire que c’est une chose fausse. La région d’Hinaus nécessite que l’on se penche pour voir les détails, et c’est alors que tout sa beauté nous apparaît. De superficie plutôt moyenne, le territoire d’Hinaus est allongé du Nord vers le Sud, créant de ce fait des frontières avec trois des quatres autres régions de Daënastre.

La frontière avec Vereist est sans doute la plus infranchissable des trois. Séparée par de hautes montagnes couvertes d’un manteau de neige éternelle. Là où certaines autres frontières naturelles, même montagneuse, permettent un déplacement d’un côté à l’autre du territoire, celle séparant Hinaus de Vereist est un mur infranchissable, à moins d’être équipé de piolets et de corde, et d’être prêt pour un peu d’escalade. Du moins c’est vrai pour la majorité de la chaîne de montagne ! Celle-ci présente cependant des affinements au sud et au nord, de sorte que les montagnes se font moins hautes, et surtout plus praticable. Bien que la passe sud soit moins abrupte, et plus utilisée par les flux de population, les marchandises et déplacements d’affaires sont tous dirigés vers la passe nord, en raison de la proximité avec les villes de Celeist et Roceas.

Aux abords de cette chaîne de montagne sont placés nombre de petits villages et de villes, qui profitent ainsi de la présence de ces hautes montagnes pour se protéger du vent glacial qui vient fouetter la région. On note par ailleurs que les villes et villages placés au pied des montagnes ont la particularité de creuser dans celles-ci, autant pour avoir accès à des ressources minérales qu’en guise de protection contre le climat rude.

Plus en avant, Hinaus est coupée en deux par une diagonale presque aussi longue que la région en elle même. Diagonale nommée “Les Plateaux” par les habitants de la régions, cette zone correspond simplement à de grands plateaux couvert de neige qui s’étalent sur une bonne partie de la région. Ces plateaux ne sont pas stériles pour autant, il n’est pas rare d’y trouver quelques arbres, voir même de plus impressionnant regroupement, comme la forêt de sapins non loin d’Änkar. Ces plateaux sont cependant peu habités et l’activité d’Hinaus se concentre surtout autour des chaînes de montagnes, à l’extérieur de celle-ci, car bien que les plateaux soient praticables et habitable, le climat y est particulièrement rude et implacable.

A la frontière entre Hinaus et sa voisine Rathram on assiste à une formation très semblable à celle de de la frontière nord avec Vereist. En effet là encore on retrouve de hautes montagnes aux allures infranchissable. Malgré la beauté du paysage, bien peu ont eu le courage de s’y essayer, et la plupart ne sont d’ailleurs pas rentrés indemne. C’est pourquoi la frontière entre Hinaus et Rathram est sans doute la moins fréquentée de Daënastre, elle est simplement infranchissable, et ceux qui souhaitent se rendre en Hinaus depuis les villes de sa région voisine doivent forcément contourner un peu jusqu’à Unellia. Autant dire que la frontière n’est pas tendre avec les commerçants, c’est également la raison pour laquelle c’est une zone un peu moins fréquenté, mais toujours plus habité que Les Plateaux.

Enfin, nous avons la frontière séparant Unellia, grande région au combien importante de Daënastre, de la région d’Hinaus. Encore une fois, et presque sans surprise, la frontière est en réalité une frontière naturelle faite de hautes montagnes recouvertes d’épaisses couches de neige. Mais elle, néanmoins, reste franchissable. Pas en tout lieu, il est vrai, mais à l’image des passes permettant le déplacement d’Hinaus à Vereist, un vallée est dégagée dans la muraille rocheuse séparant les deux régions au nord de la frontière. Passage devenu l’un des plus important dans l’histoire daënar et surtout dans l’histoire de la région d’Hinaus. C’est par cette voie que les colons, non content du sort qui leur était destiné auprès des hauts colosses des plaines d’Unellia, se sont déplacés jusque dans les terres glacées pour y habiter. Ce passage reste donc le seul passage de Daënastre vers Hinaus de toute sa frontière Ouest. Très fréquenté par les populations, autant que les marchandises, cette passe est devenue avec la capitale régionale, Änkar, la zone la plus densément peuplée d’Hinaus.


Climat

Et pourtant, au départ il en était tout autrement. Lorsque les Daënars franchirent le passage d'Ünellia, ils tombèrent nez à nez avec des terres fertiles, encadrées par les montagnes. La température n'était, certes, pas des plus douces, mais il y avait moyen d'exploiter ce territoire. Ainsi fut fondée la ville d'Ankâr, aujourd'hui encore capitale de la région. Mais au fur et à mesure des générations, la neige -qui ne recouvrait jusqu'alors que les montagnes- se mit à tomber en abondance sur les plaines de la vallée, toujours davantage. La neige éternelle de l'est se mit à gagner du terrain sur l'ouest d'Hinaus, et de nos jours, Ankâr et tous ses alentours baignent dans un manteau blanc presque toute l'année, et les routes -autrefois sans risque- sont souvent rendues impraticables par les tempêtes.

L’Architecte Amisgal devait être de mauvaise humeur pour créer une région telle que Hinaus, dont les paysages et les plaines qu’elles soient blanches de neige, ou grises de roche, sont si majestueux qu’on en oublierait presque le second tranchant de la lame. En effet, malgré des paysages pour le moins exceptionnel, la Nature semble avoir pris plaisir à faire de cette région une zone où le climat serait rude, très rude. Et où les hivers seraient légendaires. Aux abords des montagnes, où se trouvent les villages et mines, la température ambiante de l’air peut parfois monter jusqu’à 8 voir 10°. A l’inverse, plus l’on s’éloigne des montagnes, et que l’on s’enfonce dans les plateaux, plus la température chute. On atteint alors une température proche de celle de Zuhause aux alentours d’Änkar et une température bien plus basse au coeur des Plateaux.

Mais la Nature ne semble pas s’être contentée de rendre cette partie du territoire froide. En effet, un vent violent, et glacial, y souffle presque en permanence. Les effets du vents étant ceci dit bien limité par la présence des montagnes, les villages qui les bordent en sont plus ou moins protégés, à l’inverse, les quelques rares villages situés dans les Plateaux sont eux à la merci des vents violents.


Villes & Villages

Une chose importante à prendre en compte est la faible population d’Hinaus. En effet malgré son dynamisme économique, les Daënars vivant en Hinaus sont moins nombreux que leurs confrères dans d’autres régions, chose qui n’est pas tant visible par le fait que la population Hinaris est regroupés autour des montagnes, donnant ainsi une impression de nombre par la densité. En revanche, à partir du moment où l’on s’éloigne des bordures pour approcher du centre d’Hinaus, dans les Plateaux, on se rend alors compte d’un vide de population flagrant, et de la rareté des villages et villes.
  • Celeist : Sans doute la plus froide des villes d’Hinaus. Celeist est une ville qui a su aussi bien se protéger des intempéries que des remarques désobligeantes. En effet, malgré une histoire remplie de sombres intrigues, Celeist a su se montrer indispensable à la Nation Daënar par sa position plus que avantageuse pour la récolte et la sublimation de pierres de magilithes. Les mines de Celeist sont en perpétuelle activité, et les habitants de cet ancien village, qui a de nos jours acquis le statut de ville, sont mitigé sur la question de la magilithe, mais aucun ne niera la bénédiction qu'elle fut et la richesse qu'elle apporta à cette région hostile.

  • Roceas : Située aux abords de la frontière avec Vereist, Roceas est sans doute la ville la plus impressionnante de la région d’Hinaus. Après la découvertes d'intéressants et précieux filons courant à travers la roche, (tel que du fer, de l’argent, mais également d’autres minéraux tel que l’étain, le cuivre, et même l’or), elle a connu une évolution spectaculaire. En réponse à la demande grimpante, elle s’est agrandie, en proposant toujours plus de place pour les mineur et les marchands. A l’heure actuelle, Roceas possède plus de la moitié de sa superficie dans les montagnes, à même la roche. Également, vous n’entendrez que rarement parler de Roceas sans que le nom de “Compagnie Minière de Zechräm” ne soit prononcé avec. Cette compagnie figurant parmi les plus anciennes de Roceas est aussi la plus productive, et la moins respectueuse de ses employés. Malgré une activité minière spectaculaire, il ne faut pas oublier que Roceas est également en train bonne place par rapport à la passe nord séparant Hinaus de Vereist. C'est également par cette ville que passent toutes les ressources à destination de cette dernière. Autant dire que Roceas sait montrer son importance, que ce soit sur la plan de la productivité, ou encore du transport et du commerce.

  • Lurcir : Placé sur le littoral sud d’Hinaus, Lurcir aurait dû être oubliée et laissée à l’abandon. Mais c’était sans compter sur les talents de ses dirigeants, qui en firent une ville incontournable dans la région d’Hinaus. Placée comme principale productrice de nourriture par sa récolte toujours abondante de poisson, Lurcir a su se démarquer des villages alentours par une main d’oeuvre nombreuse, et polyvalente. Qui a su se déplacer et se déplace encore à la demande des différentes villes et villages de la région. Lurcir est aujourd’hui une ville importante pour la région, directement liée à Änkar par plusieurs voie d'accès maintenues sécurisées pour la plupart. En outre, et il ne faut pas l'oublier, Lurcir reste encore aujourd'hui le seul port réellement important d'Hinaus. C'est par cette ville que circule toutes les marchandises, aussi bien que les populations, qui ont pour destination les autres régions Daënar, et plus particulièrement Alexandria et Skingrad.

  • Änkar : Là où Roceas a su se montrer indispensable grâce à ses mines, et Lurcir pour sa production de nourriture. Änkar est incontournable pour sa position et sa production. En effet c’est vers Änkar que converge les minéraux et ressources récoltées dans Hinaus. A l’image de certaines autres villes, Änkar est en faite une capitale “carrefour”, qui centralise les ressources excessives de sa région et les utilise dans le but de produire le nécessaire au bien être de la région, ainsi qu’au bien être de son économie. Sa position, proche de la passe, lui permet d’être en place avantageuse pour directement commercer avec Unellia. Änkar a également une grande valeur historique auprès de bon nombre de Daënar, et surtout des Hinaris. Elle représente la ville créée par les Daënars qui ont fuit les monstruosités d’Unellia, à la recherche d’une vie paisible, et de la prospérité.



Architecture

[url=s-media-cache-ak0.pinimg.com/564x/72/7f/3c/727f3c87208d9e2c05627249b21c5671.jpg]Cliquez ici ![/url]

Le style architectural Hinaris s’est peu à peu imposé après l’arrivé des colons Daënars, et s’est très vite modifié pour s’adapter aux conditions climatiques de la région.

A l’arrivée des premiers Daënars dans les terres encore verdoyantes d’Hinaus; ils érigèrent des bâtiments de bois, et des palissades fragiles. Les routes étaient faites de terres labourées et les villes et villages de Hinaus ne ressemblaient guère à des chef d’œuvres autant d’architecture que de sécurité.

Les temps ont bien changés depuis que le manteau blanc de l’est s’est doucement approché pour couvrir le territoire entier. Et à présent le bois a laissé la place à des pierres extraites et taillées dans les mines à flanc de montagne. Les bâtiments ne possèdent pas plus d’un étage pour éviter les effondrements et les dégâts matériaux dû aux tempêtes et autres intempéries devenu trop fréquent pour être dis rare. Änkar par exemple est donc une ville occupant énormément de superficie, par le fait qu’aucun bâtiment n’a d’étages.

Également, les Hinaris ont développé au fur et à mesure des générations, des moyens pour éviter les vents violents, et la neige trop envahissante. Le moyen le plus fonctionnel étant bien sûr celui de creuser dans la roche, comme c’est le cas à Roceas. Autre cet exemple particulièrement démonstratif. Les autres villes, tel que Änkar voient leur bâtiments équipés de soucoupes de bois et de métal placés contre les murs et les toits, de sorte à limiter le passage du vent dans les rues de la ville.

Une autre des mesures mises en place est celle de la composition spécifique des rues. Elle n’est pas tant différentes de celles des autres villes. Mais les pavés de la ville d’Änkar son taillés de sorte à laisser entre chaque assemblage un espace assez grand pour y laisser entrer la neige, sans pouvoir y mettre le pied. Le but étant de limiter le dépôt de neige sur les rues, et donc les risques de chutes et d’accidents.

Il ne faut cependant pas oublier que malgré que de grands efforts effectués à la surface pour se protéger des intempéries, de grandes améliorations ont été également faite sous terre. En effet, bien que la magilithe à fait un peu d’ombre à cette optique, le coeur même d’Hinaus reste les mines. Et leur aménagement n’a pas toujours été, et n’est toujours pas, aussi sécurisé que les grandes compagnies de l’extraction minière voudraient le faire croire.

En effet une mine peut parfois s’allonger sur des dizaines de kilomètres et certains filons sont si bas que des puits doivent être creusée pour y accéder. Tous ces aménagements ont pour but d’être temporaire, et donc uniquement stable le temps d’en extraire les minéraux. Ce qui signifie que les aménagements ne sont pas fait en pierre, mais en bois. Bien plus simple à descendre, et bien moins coûteux. Les mines sont donc soutenues par des poutres de bois disposés verticalement tous les six mètres en moyenne.

Mais les innovations des Hinaris ne s'arrêtent pas là. Avec la découverte de la magilithe et de son utilisation, les Hinaris ont développé de puissantes armures permettant de transporter des charges, ou d'aller à des vitesses qui n'étaient auparavant qu'idée et rêveries. De par cette innovation, initialement prévue pour les mineurs, les hinaris se sont rendu compte qu'elles pouvaient leur permettre de transporter tes matériaux bien plus lourd, et donc bien plus solide, pour construire leurs bâtiment. C'est du moins le cas à Änkar, ou tout un nouveau quartier est fait de lourds blocs solides semblant assez spéciaux pour interpeller les visiteurs les moins avertis.


Habitants

Bien que enclavés par les hautes et infranchissables montagnes qui l’entoure, les Hinaris (Habitant de Hinaus) n’ont jamais cessé de se considérer comme des Daënars. Malgré cette isolation forcée de plusieurs des régions soeurs d’Hinaus, les Hinaris possèdent cette force de caractère qui irait presque jusqu’à devenir un cliché. Là où les plus médisants diront qu’ils sont d’une nature très têtue et fermés d’esprit, les plus réalistes soulignerons le fait qu’ils font preuve d’une grande détermination, et qu’ils sont très sûr d’eux.

De part l’agencement et l’organisation de la région, on reconnaît aux Hinaris une certaine efficacité pour la coopération et le travail de groupe. Bien sûr, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas la moindre criminalité en Hinaus, ni qu’aucun de ses habitants n’ira abuser de votre confiance. Ceci étant dit, les Hinaris sont plus efficace en groupe. Que ce soit dans les mines, ou dans d’autres secteurs tel que la chasse. On voit souvent la création de groupes de chasseurs, ou simplement de groupes autour d’une même activité.

Comme vous pouvez vous en douter, une partie non négligeable de la population d’Hinaus est composée de mineurs et d’ouvriers. Bien que nombreux, le poids politique et économique de cette catégorie est si dérisoire qu’il en seraît même négligeable. Cependant les mineurs et ouvriers sont généralement respectés pour leur travail et la dureté de leur tâche. En effet, peu de personnes abordent le sujet, encore sensible dans la région, de la condition des mineurs. La raison de ce silence est pour le moins simple, étant donné que les mineurs travaillent très durs, longtemps, et sont payés excessivement peu pour leur dur labeur. Les accidents sont plus fréquents que ne voudraient le faire penser les dirigeants des compagnies minières, et les mineurs sont à la limite de l’exploitation.

Étant une région des plus exposés aux effets de la magilithe (autant économique que physique, d’ailleurs). Aucun Hinaris ne peut ignorer le problème posé. Aussi, chacun a un point de vue sur la chose. La grande majorité se montre favorable à son utilisation. Pour plusieurs raisons. Comme par exemple le fait que leur simple mécontentement ne changera en rien l’utilisation qui en est faite. Mais également, ils n’oublient pas que la magilithe, malgré tout ses mauvais côtés a apporté prospérité à leur région, et a rendu leur vie meilleur.


Commerce

On distingue deux types de commerce en Hinaus. Tout deux très important. Cette séparation est apparu après la découverte des effets de la magilithe et est faite de sorte à séparer les marchandises que l’on peut qualifier de communes, et les déplacements de pierres de magilithes raffinées, ou brutes. Ainsi, les deux types de cargaisons sont reçu séparément et celles de magilithes peuvent être traités avec un matériel adéquate.

Le commerce de ressources communes a surtout lieu entre Änkar et les autres régions. En effet les minéraux à Roceas, ou encore les matières premières autre à Lurcir ne sont pas sujette à un commerce indépendant (sauf bien sûr en ce qui concerne leur propre population). Et tout le “surplus”, ce qui n’est donc pas nécessaire à la vie de sa population est exporté par train vers le nord, et le sud, et desservie les quelques villages et villes sur la route, pour finir soit à Änkar, dans le premier cas, il continue vers Roceas et Celeist, où il n’y a qu’assez rarement un surplus de nourriture. Pour les minéraux en revanche, la récolte fait le chemin inverse, et se divise en deux parties. Une partie des minéraux sont raffinés et réutilisés directement dans Roceas, puis exporté vers Vereist. Et le reste est envoyé sous sa forme brut à Änkar pour être ensuite exporté ou utilisé sur place pour les besoins des Hinaris. Après la réception et la fabrication à Änkar, une partie des produits à exportés sont chargés dans des trains à destination de Lurcir, où les ressources seront chargés dans de grands bateaux dans le but d’être déplacés et vendu à Skingrad, ou Alexandria.

Le commerce de magilithe lui est légèrement différent, bien que similaire dans son fonctionnement à l’échelle de la région. En effet la magilithe est extraite à Celeist et dans les villes alentours. Le fruit de ces extractions sont centralisés à Celeist, qui en plus de s’occuper de la récolte va raffiner une partie de la pierre de magilithe. Une partie de ces pierres va ensuite être vendu sur le marché de Celeist, le fameux “Marché aux Pierres”, connu pour sa grande diversité de vente, et ses prix avantageux puisque les produits sont fait sur place. Et l’autre partie est expédiée directement vers Änkar par une voie protégée, et un chemin de fer différent. Ces voies dites “sécurisée” sont en réalité construite un peu plus loin que les “voies” utilisées pour les ressources communes. Chaque compartiment d’un train est clos avec un habile système de verrous, et ne peut être ouvert que par les deux chargés de transport qui montent également dans le train.

Mais les nouvelles ne font rien pour réjouir l'économie d'Hinaus. En réalité, la découverte et l'exploitation de magilithe a été pour la région comme une grande bouffée d'air, et un dynamisation de son territoire. Certaines villes ont été sauvées de la misère, et la région en elle même a pu prospéré. Cependant cela fait maintenant bien longtemps que les Hinaris mine et exploite la magilithe sans la moindre interruption, et certains filons commencent à se tarir, là où d'autres ne donnent plus que de la pierre d'une qualité bien inférieure aux attentes Daënars. Le taux de réussite du raffinage de ces pierres devient si peu élevé que le bénéfice n'en est plus que peu rentable. Autrement dis, alors que la magilithe a sauvé l'économie de la région, et permis à Hinaus de créer et d'innové, non seulement dans sa région, mais aussi dans toutes les régions de Daënastre par la conception et la vente de matériel à usage militaire, anti-magique et même civil, cette source d’intérêt et de prospérité semble commencer à décliner, et les Hinaris voient l'attention de leur gouvernement se tourner doucement vers les territoires My'Träns plutôt que vers leurs exploitations.
Voir le profil de l'utilisateur