Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 1 sur 1


 Dommages et intérêts !

Enoch Norgrim
avatar
Lun 29 Jan - 23:53
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Skingrad dormait paisiblement dans une nuit digne des récits de romans policiers où une scène de crime allait frapper telle une foudre inattendue s’abattant sur une malheureuse victime. Un épais manteau de brume envahissait docks et ruelles de sa couverture vaporeuse, donnant à Skingrad l’apparence sordide et inquiétante d’une ville fantôme bien trop paisible pour être rassurante. Pas un chat ne feulait dans les ruelles, pas un ivrogne n’errait en chantonnant dans les quartiers pauvres, pas une mouette ne poussait son étrange ricanement. Le temps lui-même semblait s’être figé afin d’assister à une scène des plus passionnantes.

Une chasse se déroulait dans la jungle urbaine. La proie était une bête terrifiante arborant une apparence humaine, mais à la voir de loin, sous la faible lumière d’un réverbère, on jurerait avoir vu un spectre grimaçant ou un démon monstrueux. L’individu en question portait un uniforme de médecin déchiqueté, ressemblant plus à une cape en lambeaux enroulée autour de son imposante carrure. Des muscles exorbitants apparaissaient, veineux et surhumains. Le monstre se retourna, dévoilant son visage aux multiples cicatrices cousues et la mâchoire inférieure en métal clouté. Grognant tel un chien enragé, il avisa une des nombreuses bâtisses et bondit, plantant ses doigts épais dans le mur de brique avec aisance avant de grimper jusqu’au toit. Il fixa le sol et détecta la présence de son poursuivant.

En contrebas apparut Enoch, affublé d’un manteau d’un noir grisonnant et d’un long chapeau qui ne pouvait cacher ses prunelles couleur amende où une flamme déterminée brûlait ardemment. Le pourchassé fit un geste obscène à l’attention du chasseur de primes qui ne réagit nullement à la vulgaire provocation. Le disciple de Dalaï avisa son environnement, cherchant un moyen de parvenir au niveau de son adversaire moqueur qui se croyait en sécurité. Puis son regard s’arrêta au niveau d’une bouche d’égout et la suite lui sembla tout à fait simple et efficace. Se plaçant rapidement sur le cercle de métal, il s’accroupit et posa fermement la paume de sa main contre le métal froid. Mais ce n’était point cet objet qu’il comptait manipuler mais bel et bien l’élément qu’il cachait tout en bas. Dans un grondement sonore, un geyser d’eau surgit, élevant la plateforme métallique et le mage jusqu’au toit sous les yeux ébahis de l’ogre.

Bondissant sur les tuiles, Enoch se redressa lentement et rabattit son manteau derrière lui, la bouche d’égout s’écrasant à quelques pas de lui.

« Docteur Lawson, recherché par les autorités pour expérimentations illégales sur la magilithe et homicides multiples, ainsi que pour cannibalisme. T’es un sacré morceau. »

Le principal intéressé roula des mécaniques, un sourire cruel aux lèvres, se dressant de toute sa taille monstrueuse.

« Vil flatteur, hah ! Et qui t’envois, hein ? Le gouvernement ? La mafia ? Des proches d’une de mes victimes ? »

« Je viens pas pour te livrer à la justice, mais parce qu’on m’a payé pour te faire taire à jamais. Certains souhaitent que tu emportes tes secrets dans ta tombe, on dirait. »

« Et ils envoient un vieux pèlerin à ma poursuite, moi le bijou de la science daënare ? »

Le docteur s’esclaffa bruyamment et Enoch en profita pour passer à l’attaque. Ce fut un furieux duel opposant la magie de l’eau face aux muscles augmentés par des produits chimiques à base de magilithe. Seuls les oiseaux assistaient au combat sur les toits, et quel combat ! Fouets aqueux, lancer de tuiles, esquives et parades. Si le docteur bénéficiait d’une force herculéenne ainsi qu’une résistance à toute épreuve, Enoch comblait cet écart de force par son agilité et son sang-froid qui lui permettait de réagir convenablement aux attaques retorses et sauvages de son opposant.

Parvenant à créer une ouverture dans la garde de son adversaire, le chasseur de primes appliqua une forte pression à l’élément liquide qu’il manipulait, le transformant en lame aussi tranchante qu’un rasoir, puis il porta une furieuse botte qui eut pour effet d’ouvrir une large plaie dans l’abdomen de Lawson. Mais son ennemi, loin d’être vaincu, le saisit par la taille comme une poupée de chiffon avant de le jeter furieusement sur le plafond. Poussant un hoquet de douleur, le vieux vétéran porta sa main sur ses côtes douloureuses, les muscles ankylosés et la tête bourdonnante.  Grognant d’un air triomphant, l’ogre enjamba Enoch dans l’optique de bondir vers un autre toit, mais le mage n’allait pas s’avouer vaincu pour si peu. Il avait connu pire, bien pire. Dans un grand effort, il matérialisa un lien liquide qu’il enroula telle une corde autour d’un des pieds du docteur.

Coupé en plein élan, il trébucha dans un glapissement et tomba avant de s’accrocher in-extremis à la fenêtre d’un établissement particulier. Le tueur en série fracassa la fenêtre et y pénétra, suivit de prêt par un mage bien déterminé à en finir.

« C’est ici que ça se termine, Lawson. »

« Dans tes rêves, cloporte ! »

Le monstre jeta une chaise sur son agresseur et se dernier l’évita de justesse, lui envoyant en retour une salve nourrie de projectiles aqueux qui repoussèrent le colossal ennemi qui se sentait bien en désavantage dans un environnement étroit où ses mouvements étaient limités. Après une échauffourée qui mit à mal la décoration alentour, Lawson finit par s’écrouler lorsque ses blessures, couplées par les effets secondaires de sa science impie, mirent à mal son corps. Saisissant sa chance, Enoch bondit vers son adversaire, son couteau de chasse en main.

« Dalaï ! »

Il y’eut un éclair d’acier, un cri étouffé, puis le son d’un corps lourd qui s’écroula sur le plancher. Le monstre venait de succomber, non pas de la main d’Enoch, mais de celle de Dalaï, car après tout il n’était que son épée, sa main vengeresse. C’était la volonté de l’architecte qu’il parvienne à terrasser cette abomination et il remercia silencieusement sa protectrice de lui avoir accordé la force de vaincre le mal hérétique.

Le seul souci, à présent, c’était que le pub où lui et Lawson venaient de livrer leur duel épique et apocalyptique du bien contre le mal était dans un état lamentable. Le propriétaire risquait d’avoir une bien mauvaise surprise à la vue de ce chaos et quelque chose lui disait que tout ce vacarme avait surement attiré l’attention du maître des lieux.



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Mar 30 Jan - 0:31
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
A l'étage d'un Pub à son habitude tranquille, la jeune barmaid avait trouvé le repos depuis quelques heures après avoir fermés boutique et s'étant évidemment assurée que tout était parfaitement bien rangé. Pour elle tout avait un ordre précis, que certain appellerai routine, avec pour résultat à la fin de chaque service: Un Pub en parfait état, propre comme un sous neuf et chaque verre à sa place. Elle avait rejoint les bras d'Amisgal dans des songes qui relevaient presque de la prière tant ils étaient proche de son Architecte, allongée dans son grand lit au sein de son appartement toujours aussi bordélique mais qui contrastait pour la peine à merveille avec l'étage inférieur. Elle avait à peine retiré ses vêtements avant de rejoindre ses draps et dormais à poings fermés quand soudainement un fracas l'arracha à son repos bien mérité. Cela avait été tant une longue journée que quand elle entendit cela, elle se dit avoir oublié à nouveau de fermer à clé. Pour la jolie noiraude, on pouvait la taquiner sur bien des points, mais toucher à son Pub était un erreur à ne pas commettre. Son sang ne fit qu'un tour et une brise vint rejoindre à sa colère alors qu'elle se leva d'un bond pour descendre voir ce qu'il se passait...

Elle voulu d'abord entrer en trombe en hurlant sûrement sur le voleur que cela aurait pu être, peu craintive qu'il ne lui arrive quoi que ce soit car lui aurait sûrement retiré tout envie de revenir. Mais elle attrapa au passage sa dague posée à côté de ses cuissardes et ce pour simplement dissuader, n'usant de ses pouvoirs qu'en grande nécessitant et s'assurant que la personne qui aurait pu les voir ne puisse jamais en parler. Quand elle atteignit la porte inférieur, elle entendit alors un mot qu'elle ne connaissait que trop bien, l'arrêtant dans son élan pour faire place à un brin de bon sens... un brin seulement.


-Dalaï !

Ce n'est que quand elle aperçut, en entrouvrant discrètement la porte, le massacre dans ce qu'elle avait bâtit depuis quelques années que sa rage se fit plus forte que sa raison. Au centre de la pièce un inconnu venait de se redresser, il semblait d'un calme serein alors que le cadavre d'une chose trônait à ses pieds, autour d'eux les débris de la baie vitrée brisée ainsi que les tables et tabouret qui avaient eux aussi été touché par les sauvages, donnant au Pub un air apocalyptique. Elle avait à peine eut le temps d'analyser la situation que sa haine décrite par son geste léger mais qui provoqua un véritable souffle puissant, vint envoyer valser l’inconnu encore debout violemment contre un mur, entrant dans la pièce la main tendue vers lui. D'après ses mots il n'était pas la bienvenue dans cette ville non plus, donc autant user de ses pouvoirs, il ne parlerait pas non plus et si il se montre trop coriace elle s'en chargera.

- Donne moi une seule une raison de ne pas t'écraser la tête tout de suite !

Ses mots et le ton utilisé tranchèrent totalement avec le physique que venait de voir apparaître le chasseur de prime. Elle s'avançait lentement vers lui, sa silhouette pulpeuse couverte uniquement d'un corset et d'un short de nuit un peu trop court, dévoilant d'abord de longues jambes fines. Son visage lui était serein, aucun trait semblait ne pouvoir le déformer dans quelque colère mais c'est son regard qui en disait le plus, un regard des plus indescriptible, à commencer par la couleurs de ses pupilles mais aussi de par l'émotion qu'ils laissaient transparaître. Finalement ses longues boucles d'ébène flottaient autour de ce visage, dans une aura étrange de magie presque palpable.

Elle garda sa main tendue en sa direction comme pour le déconseiller de bouger, le fixant dans la pénombre en essayant de le décrire du regard, mais ne voyant finalement pas plus qu'une silhouette bercés par les quelques lueurs des réverbères de la ruelle. Soudainement la femme détourna le regard en levant la tête vers la fenêtre brisée, craintive de voir débarquer la milice en cet instant, d'un geste de la main, les longs rideaux revinrent prendre leur place devant la baie vitrée désormais en morceaux. Elle évitait les regards de l'extérieur quand elle usait des ses pouvoirs et avec le boucan provoqué, elle pourrait étriper l'homme devant elle si il lui attirait des ennuis.





Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Mar 30 Jan - 17:03
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
En une fraction de seconde, Enoch fut emporté par un souffle surnaturel, le prenant de cours. Alors qu’il examinait le monstre à ses pieds en essuyant la lame de son couteau de chasse sur ses vêtements, il ne s’attendait nullement à être agressé en un clin d’œil par une force invisible, et quelle force ! Le coup de vent le souleva avec une aisance déconcertante avant de le projeter sans ménagement contre le mur le plus proche, lui arrachant un hoquet de douleur suivit d’un long grognement.

Se redressant légèrement, il s’adossa contre le mur avant de se laisser lentement glisser dans une position assise pour le moins confortable, massant sa tête endolorie en toussant à plusieurs reprises. Levant les yeux, il fixa son agresseur, ou plutôt la vengeresse attaquante à en juger par la charmante demoiselle qui venait de faire son apparition dans une tenue peu adéquate pour une première rencontre.

Avisant son chapeau qui reposait à ses côtés, il le reposa sur sa chevelure poivre et sel avant de soupirer longuement, massant sa nuque douloureuse. Voyant que la propriétaire des lieux le menaçait toujours avec un regard de braises et une main inquisitrice, il se permit de répondre à sa sinistre question par un simple :

« Bonsoir à vous. »

Mettant la main dans son manteau, il en sortit ce qui semblait être une petite cigarette qu’il glissa lentement avec ses lèvres avant de fouiller à nouveau à la recherche de son briquet.

« Vous permettez ? »

Puis il alluma son petit cigare et tira une longue bouffée qui lui permit de se détendre doucement, ses muscles se décontractant presque aussitôt et son regard se fit moins sévère. Soufflant lentement un petit nuage de fumée, il poursuivit.

« Navré pour votre établissement, mais le monstre ne voulait pas se laisser tuer gentiment et ça a finit jusqu’ici. Les voies des Architectes sont bien mystérieuses. »

Fixant la carcasse massive de Lawson effondré sur une table fendue en deux, il remarqua qu’une bouteille de liqueur déversait lentement son liquide sur le crâne du scientifique possédé. Effectivement ils avaient provoqué une sacrée pagaille ici.

« J’imagine que prétendre avoir sauvé votre pub d’un plus grand mal en tuant ce malfrat n’apaiserait pas votre fureur, alors soyons directs. Je suis prêt à rembourser les dégâts, du moins autant que possible. Si vous me laissez récupérer la prime sur la tête de cette abomination, du moins. »

Savourant à nouveau une nouvelle bouffée de son poison, il fixa avec plus d’intérêt la jeune demoiselle. Sa maîtrise du vent ne laissait aucun doute sur son appartenance, elle était my’tränne tout comme lui et une adepte d’Amisgal qui plus est, l’Architecte amie de sa protectrice. Elle devait donc être son alliée dans cette cité d’infidèles et de païens vénérant la technologie comme une divinité usurpatrice. Du moins, elle était sensée l’être. Mais la demoiselle semblait plus prête à déchaîner ses pouvoirs sur l’intrus plutôt que l’aider à dissimuler le meurtre qui risquait de faire des vagues si jamais on venait à découvrir ce qui venait de se produire. Pourvu que les voisins n’aient pas trop entendu le boucan de leur terrifiant duel à l’intérieur de l’Alisé.

« Et si on commençait par débarrasser votre établissement de cette carcasse puante, hm ? Je m’en voudrais de laisser sa puanteur imprégner les lieux. »



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Mar 30 Jan - 17:55
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
Le calme revenait dans la pièce désormais lugubre, de par son cadavre en son centre, le manque de lumière et finalement son état pitoyable. La jolie barmaid toisa un instant l'inconnu du regard, presque offusquée par sa réaction si calme, ce qui créa en elle une forme d'agacement proche d'un caprice finalement. Elle baissa sa main en le voyant s'allumer une cigarette et l'écoutait d'une oreille, alors qu'elle s'approcha de la fenêtre pour observer la ruelle et s'assurer que personne ne viendrait. Quand elle reposa son regard étrange sur la chose informe qui traînait au centre de la salle, elle alluma les quelques lampes pour y voir plus clair, amenant dans la pièce une lumière douce et apaisante. Elle balaya la salle du regard et s'arrêta sur l'invité peu désiré qu'elle analysa du regard l'espace d'un instant. Loin de ne pas être à son goût, elle rougit immédiatement en remarquant la tenue dans laquelle elle était, ses joues pâles se colorèrent alors d'un léger rose et la noiraude plissa légèrement son petit nez.

-J’imagine que prétendre avoir sauvé votre pub d’un plus grand mal en tuant ce malfrat n’apaiserait pas votre fureur, alors soyons directs. Je suis prêt à rembourser les dégâts, du moins autant que possible. Si vous me laissez récupérer la prime sur la tête de cette abomination, du moins.

Non en effet cela n’apaisa pas sa colère, ce qui la calma en revanche était sa crainte quand à voir débarquer en effet la milice et se voir poser des questions auxquelles elle même ne saurait répondre. Elle ne l'avait pas étripé sur place pour cette raison notamment mais aussi car elle avait rapidement comprit que si il venait d'abattre ainsi une aussi grande pièce, il ne serait pas aisé de le mettre hors d'état de nuire. Loin d'être timide ou même pudique, elle chassa alors sa gêne d'un battement de cil et s'approcha de l'inconnu, lui usurpant sa cigarette alors qu'il allait la porter à ses lèvres. Elle en avait sûrement plus besoin que lui, tirant dessus une longue bouffé d'air avant de souffler la fumée noircie en sa direction, son regard toujours aussi dur et son ton presque autoritaire en acquiesçant à ses mots.

-Et si on commençait par débarrasser votre établissement de cette carcasse puante, hm ? Je m’en voudrais de laisser sa puanteur imprégner les lieux.

-En effet, vous allez me faire le plaisir de me débarrasser de ça immédiatement. Et j'ouvre dans 8 heures, le Pub devra alors être parfait.

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre qu'elle se dirigea vers le porte manteau pour en prendre un, se couvrant rapidement avant d'aller enfiler sa paire de cuissarde, y rangeant sa dague par la même occasion. Elle ne comptait pas le laisser s'en sortir ainsi et encore moins fuir les dégâts qu'il avait causé, c'est donc naturellement qu'elle se servit un verre d'alcool ambré et vida immédiatement dans son gosier, avant d'attendre le My'trän à l'entrée, les bras croisés en terminant la cigarette empruntée. Il n'avait pas l'air d'un simple voyageur et ce qui venait de se passer souleva bien des questions dans la caboche de la noiraude, mais l'heure était plus à l'extraction d'un cadavre qu'aux questions... particulière soirée. Elle tapotait des doigts son bras en attendant qu'il se charge de sa victime, la clope au bec et le regard vif.

-Je vous déconseille tout coup foireux, contentez vous de réparer vos conneries et tout se passera sans violence.

Elle pencha la tête de côté en remarquant qu'elle l'avait sûrement sonné un peu, mais elle avait simplement réagit à l'instinct. Si il n'avait pas fait autant de bruit elle l'aurait même fait regretté un peu plus son acte, souriant légèrement alors à l'idée. Elle se replaça une boucle ébène qui était tombé devant son visage tout en restant aux aguets des quelques bruits extérieurs. Le calme pour unique réponse elle se détendait légèrement, son regard aquatique suivant les gestes de la brute en détail.



Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Ven 2 Fév - 17:04
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Enoch resta un instant immobile, fixant sa précieuse cigarette qui avait changé de maître en un clin d’œil, puis pinça des lèvres, préférant se murer dans son habituel silence. De toute façon le guerrier était bien trop épuisé pour ronchonner suite au vol (car oui, il s’agissait d’un terrible larcin !) de son outil de détente, de son poison quotidien. Poussant un long soupir, il se releva lentement, étirant sa longue stature en roulant des mécaniques. Ses grognements indiquaient que l’affrontement ainsi que la furieuse bourrasque envoyée par la tempétueuse tenancière avaient laissé quelques douleurs qu’il fit taire en son fort intérieur. Enoch était un bloc d’acier solide et il avait déjà expérimenté douleurs plus atroces et pénibles durant sa longue existence.

« À vos ordres, ma dame. »

Époussetant son manteau couvert de débris et autres kyrielles de morceaux et de poussière, il avisa le corps épais et lourd du monstrueux docteur. Généralement il se serait contenté de garder sa tête dans un sac de cuir qu’il rapporterait alors au client contre la juteuse prime promise et la satisfaction d’avoir prouvé une fois de plus à Dalaï qu’il était son digne bras vengeur. Mais cacher toute cette masse de muscles n’allait pas être de tout repos. Le vétéran saisit la carcasse imposante et tira de toutes ses forces, usant de chaque parcelle de sa musculature pour faire bouger la bête humaine.

Lentement mais surement, il finit par atteindre la porte d’entrée où l’attendait la jeune mage des vents dont le regard était toujours aussi sévère et impétueux. Un sacré caractère qui ne manquait pas de plaire au chasseur de primes.

« Je vous conseille de détourner les yeux, ce qui va suivre va nous faciliter la tâche mais ce sera peu ragoutant. »

Posant lentement la paume de sa main débarrassée de sa mitaine sur le torse du cadavre, il ferma lentement les yeux en inspirant profondément. Dans son esprit, il s’imaginait les cours d’eaux, les rivières et les cascades, les flux liquides de la vie qui circulaient dans chaque être vivant bénit par la bonté de la protectrice. Puis il visualisa les déserts asséchés et privées de cette bénédiction, abandonnées et bannis de la grâce de l’architecte. Atteignant ce niveau particulier de concentration, il mit en œuvre le don de Dalaï dans sa nature la plus terrible, celle de priver un corps de sa source de vie ou comme l’appelaient certains de ses mentors le pouvoir de bannir un être de la grâce de la Protectrice.

L’effet commença à se faire voir, terrifiant et minutieux. Le docteur perdait petit à petit de sa masse tandis que sa peau se craquelait et s’effritait. Au-dessous de lui une flaque se formait, une flaque d’eau limpide qui s’écoulait lentement vers la bouche d’égout la plus proche à mesure que son corps d’origine se vidait de toute humidité. En moins d’une minute le corps de colosse de Lawson s’était ratatiné, se changeant en véritable momie dont seule la tête avait été épargnée par le terrible pouvoir du mage d’eau.

Saisissant la tête ronde, Enoch l’arracha d’un coup sec comme s’il déplantait une rose de son support de terre. Puis il la glissa calmement dans un sac accroché à sa ceinture avant de donner un petit coup de botte sur la carcasse desséchée qui s’écroula en un tas de poussière.

« Une petite bourrasque de votre part devrait suffire à débarrasser l’entrée de votre établissement de ce triste sir. »

Faisant mine de rentrer dans le pub en agitant lentement la main gauche, il ajouta d’une voix détachée :

« Je peux me servir ? Un bon verre de whisky devrait aisément me requinquer, il faut dire que passer des heures à traquer un criminel géant, ça donne soif ! »

Enjambant les tristes restes de la grande table, il avança en direction des nombreuses bouteilles, avisant déjà celles qui se mettaient naturellement en valeur devant son regard. Le repos du guerrier ! La charmante brune n’allait guère s’opposer à un petit verre, si ?



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Ven 2 Fév - 17:39
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
La jeune femme l'avait observé déplacer le cadavre sans lever le petit doigt, sa maîtrise du vent aurait certainement pu l'aider en allégeant quelque peu le poids du cadavre massif, mais elle préféra croiser les bras en le fixant sans rien laisser paraître. Il avait eu de la peine à arriver jusqu'au pas de porte mais cela ne fit que ravir les yeux aquatique de la noiraude qui observait simplement ses muscles en plein travail, elle n'allait pas se priver de ce spectacle, c'était un peu sa récompense après un événement pareil. Oh et puis pour elle, toute excuse était bonne à prendre. Elle esquissa un fin sourire malicieux puis quand il l'avertit de détourner le regard elle hausse un sourcil, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire du corps. Elle le voyait en effet mal le traîner ainsi au sol dans les ruelles. Elle ne posa pas de question et se détourna du macabre spectacle, s'assurant qu'au loin personne ne vienne déranger, laissant alors le cadavre à son triste sort. Quelques instants dans le silence, puis d'étranges bruits parvinrent à ses oreilles, comme si le cadavre se rétractait sur lui, s'auto détruisait, cela la fit grimacer rien qu'à l'idée. Une fois qu'il eut terminé elle tourna la tête pour contempler le résultat, "surprenant" souffla t elle, son regard laissant paraître une certaine surprise cette fois ci. L'homme était déjà retourné à l'intérieur, ne laissant pas le temps à la barmaid de comprendre ce qu'il venait de se passer.

-Une petite bourrasque de votre part devrait suffire à débarrasser l’entrée de votre établissement de ce triste sir.

Elle leva les yeux au ciel, observa un instant les alentour puis lâcha le mégot de cigarette à côté des restes du mort avant de dessiner d'une main des formes géométriques légères, le vent emportant le tout au loin, laissant la poussière se dissiper et les quelques restes disparaître dans une nuit profonde. Elle entra en retirant son manteau dans un soupire, le laissant négligemment sur une chaise encore debout puis referma la porte de son pied tout en contemplant les dégâts. Elle plissa le nez, faisant claquer sa langue sur son palet en guise de mécontentement puis releva son regard vers l'homme qui fouillait déjà les bouteilles. Elle serra la mâchoire, puis vint le rejoindre en suivant son regard sur les bouteilles. Elle en avait bien besoin aussi et l'inconnu semblait ne pas vouloir fuir les réparations, elle ne pouvait pas en attendre plus de sa part pour le moment. Elle le bouscula légèrement comme pour le déconseiller de se servir, détestant que l'on touche à son gagne pain. Elle attrapa alors une bouteille de Whisky ainsi que deux verres et vint poser le tout sur le comptoir avant de les servir, observant l'homme du coin de l'oeil.

-J'espère que vous comptez payer votre verre aussi. Les boissons hors service valent cher.

Lui lança t elle avec ironie, c'était sa manière à elle de se détendre d'une part. Elle fit un léger bond pour venir s’asseoir sur le comptoir, fixant l'homme alors que son calme était revenu maintenant que le cadavre avait été emporté par les vents. Elle croisa ses longues jambes et appuya un coude dessus pour venir poser se tenir la tête d'une main en prenant son verre dans l'autre, faisant rouler le liquide ambré à l'intérieur.

-Je ne vais pas vous laisser partir facilement je vous préviens, vous pouvez être déjà bien rassuré d'être encore en vie ou en bon état. Donc je ne vous relâcherai que quand les dégâts seront entièrement réparés.

Son ton était tranchant, mais ses mots ne valait rien, si elle avait déjà eu affaire à de la casse, cela s'est rarement terminé en bain de sang. Elle savait se défendre et aurait bien aimé se défouler un peu sur l'homme si il s'était montré plus résistant et moins... impressionnant. Mais ce n'était pas le cas et la raison l'avait donc rattrapée. Son regard analysait alors son interlocuteur en détail, essayant d'une part par elle même de dénicher des informations, sa curiosité se réveillant à son tour. Elle porta alors une gorgée à ses lèvres puis reprit, esquissant un fin sourire mesquin et taquin.

-Considérez que je vous fais une fleur en vous gardant comme mon prisonnier au lieu de vous achever.


Ce genre de paroles traduisait à merveilles le caractère bien trempé de la jeune femme et le pire certainement était qu'elle pensait presque chaque mot qu'elle disait. Elle lui adressa un clin d'oeil qui relevait plus de la provocation qu'autre chose puis reprit une gorgée, un brin amusé.




Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Lun 5 Fév - 0:07
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Avisant le verre au liquide ambré, il s’en saisit doucement entre ses doigts couverts de poussière et de sang séché avant de porter le verre à ses lèvres pour récolter une première gorgée qu’il savoura pleinement. Reposant son verre encore plein sur le comptoir, il s’humecta les lèvres avant de souffler doucement :

« Si j’avais su que je finirais entre les griffes d’une pingre. »

Se retournant, il s’adossa contre le comptoir, sirotant sa boisson durement acquise tout en contemplant les dégâts occasionnés par son duel de boxe mortelle, plus intéressé de voir l’étendu des dommages dans la salle plutôt que la tenue quelque peu légère de la tenancière qui semblait vouloir jouer les rôles d’esclavagiste.

« Par Dalaï, si vous êtes si attachée à moi, inutile d’y insinuer une menace de mort à chaque fin de phrase. »

Souriant légèrement à sa petite plaisanterie, il perdit son regard sur la table de billard qui l’intrigua, s’approchant d’elle pour mieux l’examiner, curieux de savoir pourquoi cette table disposait d’une couverture qui rappelait le gazon ainsi que de trous. Peut-être s’agissait-il d’emplacements pour y glisser des verres d’une forme spécifique ? Et qu’était-ce que ces grosses boules colorées, là ? Leur utilité lui échappait complètement et c’est avec la plus grande curiosité qu’il s’empara de l’un de ces globes solides qu’il soupesa en les jetant légèrement avant qu’elles retombent sur la paume de sa main.

« Vous avez un bien étrange goût en matière de décoration. Pourquoi ces boules ? Elles cachent quelque chose ? »

Remarquant aussi des sortes de longs bâtons taillés, il posa son verre sur la table de billard et se saisit du bâton. Après l’avoir examiné d’un regard expert, il commença à mimer quelques frappes avec, exécutant des moulinets puis des bottes contre un ennemi invisible.

« Ils semblent plutôt fragiles, vos gourdins. Je vous conseillerais un bois plus épais si vous souhaitez vous défendre avec. Hmpf, cette brindille se casserait en un coup solide. J’ai connu meilleures matraques à Marnaka. »

Reposant le bâton sur son emplacement d’origine, il prit place sur la table mystérieuse aux trous multiples et finit son verre d’une lampée, poussant un râle de plaisir. Le chasseur de primes se permit alors de fixer avec plus d’intérêt la tenancière avec son regard de faucon sévère et sa mine de statue inquisitrice. Nulle lueur malicieuse ou indécente ne vint troubler son masque de rigidité, le visage d’un vétéran qui en avait vu des choses durant sa longue existence. Des yeux profonds et expressifs, seuls indices qui pourraient vous donner un aperçu de l’âme du mage des eaux.

Plus que l’aspect général de la dame, c’était ses yeux qu’il explorait du regard, semblant chercher à s’y perdre comme s’il escomptait y découvrir des secrets enfouis, des mystères à résoudre, des trésors cachés qui n’attendaient qu’à être tirés hors de leurs cachettes. Le cinquantenaire d’apparence garda ainsi un long silence, le temps lui-même semblant se figer. Seuls les aboiements de quelques chiens errants ou le feulement d’un chat de gouttière troublait le silence de la capitale du Tyorum.

« Je peux connaître votre nom ? Je suppose qu’après ce fâcheux imprévu, on a commencé sur de mauvaises bases. »

C’était pas son habitude, d’être du genre à parler ouvertement plutôt que de rester cloitré dans l’antichambre de son silence presque sacré. Et pourtant le voilà qui conversait avec cette étrangère avec un calme olympique, à croire que cette gorgée d’alcool lui avait quelque peu délié la langue. Et puis on ne pouvait lui en vouloir alors qu’il avait frôlé la mort face à une engeance de ce qu’il y’avait de plus abominable dans la science.



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Lun 5 Fév - 16:25
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
La noiraude observait l'ours s'approcher de la table avec intrigue, tel un animal qui découvrait une nouvelle proie, alors qu'il pensait tenir une arme entre les mains, n'étant rien de plus qu'une queue de billard. Elle laissa échapper un rire, presque moqueur, ne faisant pas cas de sa remarque concernant ses menaces, la furie qu'elle était avisait cela comme de l'attention. Sa tête se secoua dans un air de dépit, un sourire au coin des lèvres en le voyant tester avec une certaine maîtrise, l'épée improvisée ou du moins quelques chose qui s'y apparentait. Elle se redressa et d'un bond descendit de son bar tout en s'approchant de la table au tapis émeraude. Le voir réagir ainsi le rendait presque plus docile sous ses airs de sauvages et de meurtrier.

-Vous ne sortez pas beaucoup vous, je me trompe ?

Elle attrapa une des longues tiges de bois sombre, la faisant rouler entre ses doigts avant de lui mettre une légère tape sur la hanche pour qu'il se retire de son piédestal. Elle avait pour habitude d'expliquer les règles du billard, mais souvent les quelques participants connaissait de près ou de loin, un minimum le principe. Elle fit rouler les boules sur la table, les plaçant dans un triangle à une extrémité, puis la dernière, unique blanche, à l'autre avant de se pencher sur la table et de briser d'un coup précis le jeux en faisant glisser son arme entre ses doigts agiles, laissant les boules courir sur le tapis, alors que deux d'entre elles avaient déjà rejoint les trous. Elle se redressa et prit appuie sur le bâton tout en toisant l'homme dur regard un instant.


-Ce n'est rien de plus qu'un jeux, le but étant de faire rentrer les boules de son camps en premier, la noire fermant la marche. Et pour une arme en effet, ce serait bien inutile...

Elle apporta quelques précisions à ses explications quand aux règles des couleurs ainsi que la fonction de la boule blanche puis tendit une nouvelle queue à l'intention de la brute en face d'elle. Cela n'était pas bien compliqué pour la noiraude, elle y jouait depuis des années et avait plus d'une fois ridiculisé ces clients, d'où le fait qu'elle préférait rester par habitude en retrait, ne voulant les froisser. Elle releva son regard étrange vers lui, voyant qu'il cherchait à y capter quelque chose, mais ses yeux étaient un réel mystère pour bon nombres de personnes. A la fois doux et inquisiteur, ils semblaient briller en permanence d'une lueur magique, comme si les reflets d'un lac s'y étaient perdus et s'amusaient à créer des ombres sans aucun sens. Son regard aquatique, semblait effacé, comme si la couleur azure s'était perdu et avait vieillit à l'intérieur pour n'y laisser que des mirages d'un cours d'eau terne, dont les étincelles animait cette étrange spectacle. Plus que cela encore, c'est un étrange caractère qui s'y cache derrière, on pourrait y lire une curiosité perpétuelle pour nombreuses choses mais aussi une tristesse enfouie, comme si un manque inconnu l'habitait un passée regorgé de voyages, une détermination à toute épreuve et un goût certain pour le danger, comme si rien ne pouvait l'effrayer. Elle détourna un instant le regard vers la table, ayant reprit un calme et une sérénité des plus improbable, alors qu'elle se posait des questions sur l'homme présent dans cette pièce.

-Kelmina. Il est vrai que je n'ai que rarement l'occasion de voir débouler un cadavre et son assassin au milieu de mon Pub, mais cela explique certainement ma réaction. Vous m'avez l'air cependant moins nuisible que je ne le pensait, étant prêt à réparer vos actes. C'est déjà bien plus que la plupart des gredins qui mettent un pied dans mon Pub. Et donc, quel nom porte ce cher... chasseur de tête ?


D'une question elle en venait à une autre, faisait il donc partit des assassins dont elle avait entendu parlé à maintes reprise et qui semblaient avoir une certaines mains posée sur la ville ? Ou travaillait il à son compte... ou à quel compte ? La jeune femme se pencha une nouvelle fois sur la table, envoyant quelques boules valser à plusieurs reprises tout en échangeant enfin quelques mots plus courtois, puis se redressa seulement quand elle rata un de ses coups, se tournant vers le grisonnant.


-Qu'est ce qui vous force à rester réparer vos dégâts ? J'imagine que si vous faites cela régulièrement vous y perdrez un temps fou.

Sa tête se pencha sur le côté, replantant son regard dans le sien alors qu'une main vint se poser sur sa hanche, lui donnant un petit air arrogant. Elle savait pertinemment, que si il l'avait souhaité, il s'en serait déjà allé, bien que la tornade d'accueil l'avait un peu assommé, elle n'aurait sûrement pas réussi à le mettre hors d'état de nuire avant qu'il ne se décide à prendre ses jambes à son cou. Elle était rassurée malgré tout de ne pas avoir à remettre tout en place, seule, mais sa nuit risquait d'être des plus courtes avant le prochain service. Il dégageait malgré tout quelque chose d'étrange, comme si à chaque mot qui s'échappait des sa bouche, il aurait préféré ne rien dire, cela décrocha un sourire narquois aux lèvres de la jeune barmaid.





Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Ven 9 Fév - 16:38
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Un jeu ? Sans doute une invention des daënare. Mais il s’attendait à quelque chose de plus extravagant de la part de ce peuple à l’inventivité fantasmagorique. Le jeu de billard, par contre, semblait simple, sans aucun artifice ni gadget, facile à comprendre et plutôt intéressant. Se laissant tomber sur ses bottes avant de laisser la demoiselle à la chevelure de jais lui faire une petite démonstration. Avec une frappe chirurgicale, elle ébranla l’harmonie triangulaire des boules, les repoussant un peu partout à travers la table et en faisant tomber quelques unes dans les trous circulaires.

Saisissant donc la queue de billard tendue par la tenancière, il tenta tant bien que mal de réitérer l’action de la demoiselle, essayant de se calquer sur ses mouvements. La prise était difficile pour une première fois et il constata bien vite qu’il devait s’exercer au maniement de ce fin bâton. Par trois fois, il tenta de faire glisser la queue entre son index et majeur, manquant généralement son coup pour venir se buter contre la surface de la table.

« Hm. »

Reprenant une posture moins rigide, il se concentra sur le jeu, sourcils froncés. On aurait dit un archer essayant de tendre un arc pour la première fois de sa vie, serrant fermement la flèche qui devait atteindre un but pourtant proche, mais si difficile à atteindre. Prenant une longue bouffée d’air, il s’immobilisa, visa … et enfin, il parvint à porter un coup respectable, réajustant à nouveau l’ordre chaotique des boules. Un tout petit sourire éclaira l’espace d’une seconde le visage sévère du vétéran, rare signe de satisfaction chez un personnage au passé lourd et à la vie de solitaire errant. Puis il reprit sa mine renfermée et reporta son attention vers la fille d’Amisgal.

Quand cette dernière se présenta, il se contenta d’hocher légèrement la tête et de répondre, en toute simplicité :

« Enoch. »

Avare en mots, on pourrait le croire rustre et peu enclin à la politesse. C’était toujours l’aspect qu’il donnait, cet homme de pierre, solide et dur, peu bavard, ne tournant jamais autour du pot. Un homme d’action qui avait le mérite d’être franc et direct.

Tapotant la queue de billard entre ses mains, il pianota des doigts contre la surface de bois lisse tout en méditant sur la question de la dénommée Kelmina. Question tout à fait légitime et qui avait du sens. Effectivement, pourquoi souhaitait-il réparer les dégâts occasionnés ? Par principe ? Par honneur ? Pour se trouver un petit refuge ? Ou souhaitait-il arracher à la brune quelques objets de valeur comme un vil cambrioleur ?

C’est d’une voix profonde qu’il répondit, le regard porté vers les boules colorées :

« J’ai cassé votre établissement, je suis responsable, je répare. C’est simple, non ? »

Humant un refrain dont lui seul en avait le rythme dans son esprit, il se pencha à nouveau vers la table, semblant attendre le tour de la dompteuse des vents. Hésitant à couper le précieux silence qu’il affectionnait tant, il finit par ajouter lentement :

« À quoi bon courir après le temps ? Il finit toujours par nous rattraper, non ? Moi je vis au jour le jour. J’apprécie mon repas du jour, un verre d’alcool, une bonne chasse. Je ne me soucie pas de l’avenir et je laisse le passé derrière moi. Ce qui compte, c’est maintenant. Et je n’aimerais pas jouer aux trouble-fêtes, mettre le bazar et me tirer comme un coyote. C’est ainsi, y’a rien de sorcier derrière. Honnête. »

Avisant son verre vide, il fixa un moment la tenancière avec un regard des plus mystérieux puis finit par dire :

« Un autre verre, ce serait pas de refus, Kelmina. Mais j’y pense, que fait un mage en plein milieu d’une grande ville technologiste, hm ? Et tenant un bar en plus, c’est pas banal.»

Oui, il était soudainement curieux de savoir comment une my’tränne avait réussit à s’intégrer si facilement au sein de cette large cité peuplée d’athées technologistes généralement peu bienveillants envers ses semblables du continent ouest. Et ils avaient tout le temps d’en discuter.



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Dim 11 Fév - 10:35
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
La pièce sombre venait de reprendre vie, au centre la table émeraude laissait échapper sa mélodie, les claquements des boules résonnant doucement alors que quelques mots commencèrent à être échanger. Cependant le froid intégrait doucement la pièce, et pour cause, l'une des baies vitrées étaient encore en morceaux et un simple rideaux pourpre couvrait ce trou béant. La jeune barmaid n'avait d'ailleurs toujours pas troqué sa tenu légère contre quelque chose de plus chaud, et le froid venait parcourir sa peau, sa chaire s'hérissant au contacte de l'air. Elle se frictionna un instant le bras, puis attrapa son manteau qu'elle remit par dessus sa tenue, observant du coin de l’œil les essais de l'homme. Quand il parvint enfin à placer son coup, qui était plus précis que nombreux débutant elle pencha la tête de côté dans un léger sourire, laissant échapper un "Jolie..." des plus doux.

Elle appréciait d'une certaine manière sa façon de ne pas dire plus que ce qu'il fallait, il allait droit au but dans ses paroles et ne perdait pas son temps avec quelconques fioritures. Bien qu'un sourire malicieux était toujours gravé au coin des lèvres de la furie noiraude, elle avait cessé d'envoyer ses railleries, remarquant qu'elles avaient non seulement peu d'impact, mais que le publique n'était pas très réceptif. Elle vint alors se pencher une nouvelle fois, d'une grâce féline, sur la table de jeux, pour placer un coup plus stratégique qu'autre chose, permettant aux boules de s'éparpiller de manière plus accessibles, pour son adversaire aussi d'ailleurs, il fallait lui laisser une chance de placer quelques coups finalement. Elle se redressa satisfaite, puis vint attraper son verre qu'elle descendit d'une longue gorgée, avant d'aller rechercher du ravitaillement, attrapant une bouteille pour resservir les deux verres. Elle posa le tout sur la table voisine, venant y poser une fesse au passage, la longue tige en bois posée derrière elle.


-Oui c'est logique, mais pas pour tous le monde. Je suis rassurée de voir que vous avez quelques principes.

Elle l'observait dans une sérénité, son regard brillant suivant l'inconnu du regard alors qu'elle l'écoutait parler. Il ne disait pas grand chose certes, mais à chaque mot prononcé la noiraude appréciait écouter cette voix qui vibrait, profonde et rocailleuse. La question lui vint alors à l'oreille, la question que la plupart de ces frères des vents s'étaient posé lors de son départ. Sa tête se tourna doucement en direction de la baie vitrée brisée, son regard se faisant soudainement plus mélancolique, la rendant presque douce sous ses airs de peste arrogante.


-Ma curiosité et mon don pour me mettre dans des problèmes m'ont mené ici. La taverne était au début pour le côté: citoyenne banale. Maintenant c'est devenu mon gagne pain, un lieu que j'affectionne et qui me plait. Puis les gens sont moins coincés que je ne le pensais ici... M'enfin tout dépend. Mais je pourrais bien vous retourner la question, bien que j'imagine pas que vous comptez restez sur place bien longtemps...


Un doux sourire vint remplacer le malin quelques instant, repensant à ses terres natales, puis elle reposa son regard plus étrange encore sur le grisonnant. Le froid gagnait d’avantage la pièce, puis des bruits de pas se firent entendre à l'extérieur, se qui fit relever le nez de la noiraude et tendre l'oreille. Elle craignait par dessus tout de voir entrer des militaires, avec leurs questions trop intrusives et surtout leurs manie à fouiner le moindre détail. Elle fronça légèrement son regard, ne bougeant plus, comme paralysée pour mieux percevoir le moindre bruit, la bouche légèrement entrouverte. Une fois les bruits de pas éloignés, elle reprit son verre dans un léger soupire de soulagement, en vidant le contenu d'une traite. Elle pinça entre ses lèvres une clope qu'elle venait de tirer de sa poche et l'alluma tout en disparaissant derrière une grisaille l'espace d'un instant.

La noiraude avait sûrement raison de s'inquiéter, mais cela brisait un peu ce côté imperturbable qu'elle donnait, la rendant certainement plus humaine au passage. Depuis son arrivé en ville, les quelques questions qui revenaient la plupart du temps avait déjà trouvé des réponses bien ficelées, mais elle n'était à l'abri de rien. D'autant plus qu'avec son caractère certains, elle avait froissé plus d'un de ses clients quand ils se montraient un peu trop insistant sur certains points. Ainsi ses inquiétudes étaient fondées et il lui était arrivés quelques mauvaises surprises déjà... Quand elle reprit une bouffée de son poison, elle reposa son regard sur l'homme, presque rassurée qu'il soit là finalement, car tant que cette vitre ne serait pas remplacée, elle savait qu'elle aurait de la peine à être tranquille.






Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Lun 19 Fév - 12:27
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Un simplement hochement de tête fut la seule marque de remerciement qu’exprima le vétéran tandis que ses mains se refermaient sur le verre nouvelle réapprovisionné en liqueur ambrée. Certaines harpies à la peau humaine auraient préféré garder leurs précieuses réserves dans un excès d’avarice, accusant le vagabond guerrier d’avoir causé suffisamment de dégâts pour que l’idée d’escompter un rafraichissement soit une pure marque de moquerie. Fort heureusement la dénommée Kelmina n’était nullement adepte de cette mentalité morose et s’exprimait d’autant avec une voix douce et un sourire enjoué qui avait l’effet de détendre l’atmosphère, réduisant l’incident à l’état de simple petit contretemps.

S’offrant donc une gorgée de sa boisson, son goût n’en sembla que plus savoureux à mesure qu’il commençait à apprécier ce jeu daënar qui, il devait l’admettre, avait ces pré requis en dextérité qu’il appréciait.

Haussant un sourcil quand elle retourna sa propre question contre lui, il amorça un coup de sa queue de billard, pensif, concentré, plongé dans ses réflexions. Un moment délicat pour le grisonnant chasseur de primes. Se dévoiler un peu, juste un peu, face à une parfaite inconnue ? Ou garder complètement hermétique le voile de mystère qui l’imbibait ? Enoch ne s’ouvrait que très rarement aux gens, préférant enterrer ses plus lourds secrets dans l’antichambre du silence. Tout expliquait son attitude solitaire et peu sociale, ses manières un peu franches et brutes et sa tendance à ne dire que le strict nécessaire, s’épargnant l’exercice des mots.

La queue de bois piqua de son bout arrondi une des solides boules, l’envoyant s’acharner sur ses sœurs dans un bal chaotique qui eut pour résultat de plonger deux des globes de couleur dans des trous. Un joli coup qui, imperceptiblement, lui donna un peu plus l’humeur de s’ouvrir à Kelmina. Ou était-ce l’alcool qui déliait les langues les plus rancunières ?

« Je voyage constamment. Mes activités m’empêchent d’escompter une position sédentaire. Daënastre, Als’Kholyn, My’trä … qu’importe la destination, tant qu’il y’a moyen de se payer le strict nécessaire en pourfendant ce qui échappe à la loi. »

Un sourire amer se dessina sur son visage sévère, son regard brillant un court instant d’une lueur qui semblait indiquer des visions terribles.

« Hmpf, ou plutôt l’épave qu’on appelle Loi. »

Se sentant d’humeur à discuter un peu avec la demoiselle, il croisa les bras sur son torse bombé, s’appuyant légèrement sur le long bâton taillé. Sa voix profonde résonna à nouveau, à la manière d’un narrateur las et désabusé :

« Bandits, pirates, assassins, voleurs et esclavagistes. Plus les années passent et plus la vermine croit comme une tumeur en ce monde. On m’a souvent craché dessus, murmurant derrière mon dos que je ne valais pas mieux que ces coupe-jarrets. Amusant, quand on sait que ce sont les personnes dans mon genre qui aident leurs protecteurs à se débarrasser de ces truands. »

Passant sa main sur sa barbe poivre et sel, le regard plongé dans le contenu de son verre, il ajouta, mélancolique :

« Le prix de l’or est bien futile en comparaison de la mission divine de purger ces terres de ces fléaux. »

Déposant soudainement son outil de jeu sur la table de billard, il se massa l’épaule gauche avant de s’approcher de l’une des chaises brisées, commençant sans cérémonie à ramasser les morceaux épars de bois pour les empiler dans un coin, mettant ainsi en œuvre sa promesse d’aider la tenancière à réparer les dommages et dégâts occasionnés.

« Si vous avez une cheminée, vous avez au moins de quoi l’alimenter. »

Une sorte d’humour, peut-être. Ou une simple remarque pratique. Difficile d’avoir une conclusion avec le ton désabusé du chasseur de primes. Quoi qu’il en soit, notre cinquantenaire débarrassait la salle des meubles endommagés sans exprimer le moindre signe de colère, de fatigue ou de regret. C’est presque à la manière d’un automate qu’il se donnait à la tâche, efficace et efficient.

Ainsi débuta la phase de rangement, de réparations. Cela promettait d’être long et fastidieux, mais peut-être que le destin réservait une subtile compensation aux peines de l’individu ?



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Jeu 22 Fév - 18:20
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
La jeune My'träne, adossée à son comptoir impérieux, trônant dans cette pièce comme étant le meuble le plus important des lieux, elle tirait sur sa cigarette, qui se consumait, allumant une étincelle qui se reflétait au sein de son regard qui scrutait l'inconnu s'essayer au billard. Un bras croisé sur sa poitrine, soutenant le second qui tenait son poison fumant, elle écoutait les réponses données dans un calme particulier, certainement aidé par l'alcool. Un courant d'air frais vint caresser la nuque de la jeune femme, lui signifiant que cette bais vitré devra être remplacer au plus vite, lui rappelant alors un instant la raison de ce tournois nocturne autour de quelques verres. Elle haussa les épaules pour elle même, profitant d'entendre un peu là voix caverneuse et pourtant précieuse du grisonnant, qui ne semblait pas avoir la langue très pendue contrairement à elle.

Elle avait raison, l'ours était bel et bien l'un de ces hommes qui tuait au nom d'une chose ou non d'ailleurs, en échange de quelques Iris, autrement nommés les chasseurs de tête. Cela l'intriguait, comment un mage avait il pu finir ainsi... Qu'est qui l'avait poussé à faire de sa vie une traque permanente après le sang ? Et puis purger une terre dont les pires phénomènes vivent en parfait anonymat au sein d'une civilisation ignorante, était pour elle un étrange concept de ce qui se rapprochait le plus d'un but personnel. Mais il n'était pas si différent d'elle finalement, elle courait après les dangers, comme un oiseau toujours en quête d'une nouvelle brise pour s'élever un peu plus, c'est ce qui la faisait tenir dans un quotidien morose et ternit par une routine banal et sans saveur. C'est pour cela qu'elle avait d'ailleurs commencé son petit réseau d'information, bien maigre encore pour le moment, mais qui ne tarderait pas à prendre une ampleur des plus importante... Alors qu'il venait de placer un coup intéressant sur le petit duel qui se déroulait par dessus cette table émeraude, la jeune femme haussa un sourcil plutôt impressionnée, avant de reprendre, comme pour répondre à ses dires sans qu'il ne lui ait demandé, pensive.


"Nos terres seront toujours peuplés d'abrutis... Les plus malins sont les plus dangereux, ils vivent cachés et pourtant sont tout aussi nuisibles."


Ses doigts fin se glissèrent le long du mégot pincé entre ses lèvres pour en extirper une dernière bouffée, alors qu'elle l'écrasa dans le cendrier posé dans l'un des coins de table, reposant son regard étrange sur le ravageur devenu nettoyeur.

"Vous avez donc un goût pour le danger ou vous pensez sincèrement rendre justice en massacrant quelques truands qui le méritent ? Car d'après moi la justice est un terme que chacun s'approprie plutôt facilement... Ma définition de la justice est sûrement plus égoïste que la votre d’ailleurs."

Elle se pencha une nouvelle fois sur la table, venant alors placer ses dernières boules dans des coups précis et calculés, laissant alors tous le loisir à l'homme de s'attarder à sa tâche. Il fallait bien que la partie se termine un jour, puis elle avait cette sale manie d'apprécier gagner, il fallait se le dire, d'autant plus que maintenant qu'il était concentré sur autre chose, elle pouvait se permettre de jouer avec plus de précisions, ne l'ayant pas fait pour ne pas le décourager. Alors que les boules dansaient au rythme des bruits de déménagements, la jeune femme plaça la dernière boule noire qui vint résonner dans l'un des trous de la table avant de poser le bois dessus, observant alors attentivement l'inconnu faire le ménage. Elle le décrivait du regard, de haut en bas, esquissant un léger sourire de reconnaissance, caché derrière un sourire malin, alors qu'elle savourait les muscles au travail. La petite vanne lancée lui avait fait échappé un léger rictus, répondant alors en levant les yeux au ciel dans une attitude faussement lassée.

"Malheureusement pas ! Mais bon... vous pourrez le mettre à vendre au marché si vous souhaitez, je vous en fait cadeau."


Un sourire doux vint éclaircir son visage, puis finalement elle fila attraper de quoi balayer les débris au sol, rejoignant alors l'homme dans les réparations de dégâts, l'observant parfois du coin de l’œil avant de briser un silence qui s'était installée doucement, qui avait été plaisant.

"Vous êtes de ceux qui apprécient le silence visiblement... Il n'est pas meilleur compagnon en solitaire n'est ce pas ? J'en viens à me demander en quel honneur vous me faites la conversation. C'est des plus plaisant en tout cas."

Sa voix avait vibré doucement dans sa gorge, comme un murmure alors qu'elle détourna son regard de l'homme en observant ce qu'elle balayait, un sourire sincère aux lèvres, appréciant simplement de pouvoir échanger en toute simplicité, elle qui, si elle ne se terrait que rarement dans le silence, se cachait derrière bien des comportements, des facettes et des masques de provocation. Ce soir c'était différent, elle en avait oublié totalement que la présence de cet inconnu avait été fortuite et intrusive...





Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Enoch Norgrim
avatar
Dim 4 Mar - 14:21
Irys : 134975
Profession : Chasseur de primes
My'trän +2 ~ Zagash
Avait-il un goût pour le danger ? La question était bien délicate quand on la posait à celui qui se considérait comme une lance face au mal. Un homme de foi, un pèlerin-guerrier, ne pouvait déclarer ressentir un plaisir malsain et inapproprié dans sa tâche de délégation divine. Il était de son devoir sacré de purger ce monde des malfrats, bandits, assassins et tous les loups qui s’amusaient à dévorer et martyriser les faibles et démunis avec mesquinerie et malice. Il lui suffisait de voir les quelques éclats de cristaux plats comme des écailles translucides fleurissant sur son torse et son épaule gauche pour se remémorer son fardeau et sa mission.

Justice devait être faite là où les forces de l’ordre avaient échoué. Quand la loi ne parvenait pas à rattraper les coupables les plus intouchables, quand les chaînes de leurs codes venaient à les empêcher de mettre hors d’état de nuire les plus habiles des maîtres du crime, le bras-armé de Dalaï venait à prendre la justice dans ses propres mains, vigilant infatigable, prédateur implacable, chevalier sans terre ni gloire.

« Il faut bien que quelqu’un fasse quelque chose. Par exemple, si on avait laissé la police des lieux s’occuper du monstre que je viens de pourfendre, je vous laisse imaginer les dégâts qu’il aurait occasionnés dans sa folie meurtrière à cause de l’incompétence des hommes de loi. Autant prendre le rôle du méchant de l’histoire si c’est le prix à payer pour sauver quelques vies. »

Enoch se considérait donc comme un mal nécessaire, ne s’attendant pas à avoir la gratitude ou les remerciements du commun des mortels. Pour lui, la seule vraie récompense était son abnégation infaillible envers Dalaï. Peut-être, alors, que sa protectrice lèvera la malédiction qui corrompait lentement sa chaire … et son âme.

« L’orfèvre du coin pourrait vous préparer quelques barres de métal à placer sur votre fenêtre. Cela évitera au futur que d’autres visiteurs désagréables comme moi viennent troubler le repos de votre antre. »

Le vétéran ne serait pas radin au point de ne pas alléger sa bourse de quelques irys afin de payer les dégâts et réparations, mais il préférait toujours donner des indications qu’i jugeait utile, alliant plus l’utile que l’agréable.

Haussant légèrement un sourcil quand elle fit part du fait qu’il était du genre peu bavard, il se contenta d’hausser légèrement des épaules tandis qu’il remettait en place les tables et chaises renversées par l’échauffourée sauvage. Elle appréciait faire la conversation avec lui ? Voilà quelque chose qu’il n’avait guère l’habitude d’entendre et curieusement cela le fit sourire, très subtilement et brièvement.

« Peut-être que je suis un loup solitaire, cependant … ça fait du bien d’hurler avec une meute de temps en temps. »

Étrange déclaration, mais peut-on en vouloir à un guerrier dur et désabusé de tenter d’exprimer une idée par quelques métaphores ? Le chant d’un coq lui fit soudain relever les yeux vers les fenêtres d’où un faible éclat de lumière s’échappait, signe que l’aube s’installait lentement mais surement. Le temps passait bien vite quand on s’adonnait aux tâches les plus pénibles. Mais cela signifiait surtout que les clients les plus fidèles de la tenancière allaient bientôt arriver.

Devait-il quitter les lieux immédiatement en s’acquittant de sa dette par remboursement ? Ou continuer à aider la jeune mage à réparer son pub ? Mais alors devait-il rester discret pour éviter d’attirer l’attention ou se faire passer pour un employé provisoire ?

La décision ne lui appartenait pas et de toute façon le manque de sommeil en compagnie de la fatigue de la chasse rendait ses capacités d’analyse et de pensée bien précaires. Clignant lentement ses yeux, il se retint de bailler longuement, se contentant d’étirer ses muscles dans un grognement épuisé.

Croisant les bras, il préféra laisser la décision finale à Kelmina. Après tout c’était son territoire, son foyer, ses règles. À lui de s’y plier, dans le meilleur comme dans le pire.



Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Dim 4 Mar - 17:13
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
La noiraude avait écouté avec attention les réponses du grisonnant, l'observant parfois tandis qu'ils remettaient tout deux de l'ordre dans ce bazar. Les débris se ramassaient peu à peu et les tables reprenaient leurs places si elles n'étaient pas brisées comme quelques chaises. Le plus gros avait été évacué, au rythme d'une discussion emplie de curiosité. Alors il s'imaginait réellement faire le bien en se débarrassant lui même des ordures que la ville laissait filer entre ses doigts. Cela intriguait d'une certaine manière la femme au regard enchanteur, ne pouvant s'empêcher de comparer ce qu'elle faisait elle à une forme de justice aussi. La différence ? Il n'y en avait aucune, tout deux s'adonnait à des pratiques illégales en pensant faire le bien à sa façon, vivant caché de tous et à l'abri des remerciements qu'ils pourraient parfois mériter. Elle savait qu'Amisgal la protégeait et c'était largement suffisant pour braver les dangers qui pourraient se mettre sur son chemin, aussi elle comprit rapidement qu'il devait en être de même pour lui, bien que leurs architectes différait, cette notion de confiance et de dévouement ne changeant pas.
Mais une question lui vint tout de même en tête, alors qu'elle observait l'homme qui terminait peu à peu son œuvre promise. Cependant il la coupa dans ses pensées en lui conseillant quelques barreaux à placer sur le trou béant qu'avait laissé les baies vitrées en miettes, qu'elle s'était appliqué à ramasser jusqu'à la dernière poussière. Elle se contenta d'hocher doucement la tête, tandis que sa question lui brûlait les lèvres mais, elle sortie un instant de ses pensées en remarquant l'homme attendre sagement la suite des ses ordre visiblement. Elle observa un instant le pub en lui lançant.


"Hurler en meute sans casser tous sur son passage c'est faisable ?"


Elle le dit d'un ton taquin en souriant légèrement, tandis qu'elle fila se changer après cette nuit étrange qui était passé bien trop vite à son goût, n'ayant ni eu l'occasion de se reposer, ni de terminer les réparations qui demanderaient certainement une journée de plus. Alors qu'elle disparaissait à l'étage, elle l'avisa d'attendre sagement son retour, ne partant que quelques minutes, avant de redescendre enfin en une tenue descente. Loin d'être vêtue comme une nonne, la noiraude avait simplement mis ses vêtements habituelles, un corset sombre des plus ouvert sur un décolleté plongeant, un pantalon sombre et ses longues cuissardes qui venaient se refermer sur ses cuisses, le tout recouvert d'un manteau sombre qu'elle laissait ouvert. Elle replaçait encore quelques boucles ébènes autour de son visage tandis qu'elle revenait dans la pièce où avait eu lieu le carnage nocturne, son air fatigué camouflé sous quelques traits subtils de maquillage.

Son regard se posa sur Enoch qui n'avait pas bouger, du moins pas beaucoup et alors qu'elle ingurgita un nouveau verre au passage comme pour se donner du courage, elle se dirigea vers la porte d'entrée où trônerait malheureusement pour le reste de la journée le panneau "fermé", ne pouvant se résoudre à ouvrir son Pub aux allures si parfaites habituellement, dans un état pareil, une baies vitrée en moins.


"Venez avec moi, on va voir si on peut trouver des vitres sur mesure à installer au plus tôt. Si c'est pas le cas, me faudra votre aide pour placer les barreaux en attendant qu'ils me livrent."


Elle comptait l'emmener avec elle, non pas pour le taquiner, mais bien parce qu'elle savait qu'il y avait un risque à laisser son Pub dans cet état trop longtemps, les curieux avaient bien vite la main sur les Irys de sa caisse. Sans parler des quelques brigands qu'elle s'était certainement mis à dos suite à différents litiges. Et puis se charger de tel travaux seul, lui aurait été compliqué. Alors qu'elle s'apprêtait à sortir du Pub, sa tête pivota en direction de l'homme, s'arrêtant dans son mouvement pour poser sa question qui trottait dans sa tête depuis tout à l'heure, le plus simplement du monde, plantant son regard cristallin dans le sien.

"C'est pour votre Architecte que vous faites ça ? Ou simplement pour vous ? On sait pertinemment que les protégés de Dalai sont un peu... sanguins et ont une idéologie inférieur à nous, mais cela vous permet véritablement d'ôter des vies sans ressentir une once de regret parfois ?"


Loin l'idée pour elle de l'offenser ou de l'agacer, c'était sa façon de voir les choses, elle n'avait pas choisit le chemin d'Amsigal pour rien, c'était bien parce qu'elle trouvait les idéologies qui lui étaient reliés plus importantes et avec un réel sens. Et puis, bien qu'elle s'appliquait à jouer parfois un jeu, celui qu'elle ne jouait jamais était ce tempérament à ne rien retenir de ses pensées, une langue bien pendue que nombreux aurait aimé couper suite à quelques paroles déplacées.



Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur