Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 Un chasseur sachant chasser ou presque

Aurore Seraphon
avatar
Mar 30 Jan - 19:59
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag

L’automne était enfin là, véritablement, avec lui la pluie, le vent léger et les feuilles mortes colorés qui s’échappent délicatement des branches, pour recouvrir le sol humide d’un panel orangé, marron, ou simplement d’un vert clair délavé. L’atmosphère était très légèrement plus sombre, plus froide et les habitants de la région commençaient lentement à se couvrir de vêtement un peu plus chaud, de laine, de fourrure ou simplement de capuche et bonnet pour s’épargner les gouttelettes dégringolant du sol brumeux, grisonnant. Un peu trop même au goût de la my’tränne.  Aurore était de sortie, non pas pour vendre les fruits et les légumes de la ferme produits par sa mère, mais pour s’aérer l’esprit. La rouquine semblait avoir de plus en plus de mal à rester immobile, ou tout du moins enfermer dans son quotidien qui la tourmentait de plus en plus. La jeune femme rêvait de voyage, de découverte, d’aventure et surtout de rencontres qui marqueraient tous sa manière de voir le continent d’une façon différente. Prenant une légère inspiration, les mèches rousses de la longue chevelure de la jeune femme se faisaient emporter par le vent, s’humidifier dans une certaine douceur, alors que la pluie, sa précieuse allé commençait à tomber dans une mélodie harmonieuse.

Le sol commençait à être boueux, laissant les empreintes de la my’tränne derrière chacun de ses pas. Des flaques commençaient à se former ici et là toujours accompagner par ce flic-floc agréable. Aure était en plaine chasse, pas une bien complexe ou épique qu’elle aurait pu raconter à des clients curieux, non. Simplement une envie de faire une surprise à sa mère, de ramener de la viande fraîche, un lapin, un oiseau, qu’importe, juste de quoi pouvoir prétendre à un semblant de fierté dans les prunelles de sa génitrice avec qui elle était en conflit depuis sa prise un peu trop violente de liberté. Son arc dans la main, une flèche toujours posée entre ses doigts le long de la corde, la rouquine progressait tout en effleurant le sol, posant parfois genoux à terre pour mieux surveiller son environnement. La plaine était d’un calme remarquable, presque dérangeant pour celle qui avait l’habitude d’être souvent entourée d’animation. Était-ce le froid arrivant peu à peu qui annonçait la future hibernation de certains animaux, ou simplement l’heure tardive de la sortie qui ne la faisait croisée absolument aucune proie digne d’intérêt. Aurore ne le savait pas vraiment, ce n’était dans le fond pas bien important.

Ses deux émeraudes finirent par trouver un intérêt soudain pour une action plus éloignée sous la protection et l’ombre des grands arbres dénudés de toutes feuilles, de tout habillement quel qu’il soit. Le silence omniprésent et une nouvelle danse qui débutait lentement, une multitude de lapins qui ne semblait pas bien vieux, s’amusaient dans les feuillages des arbres, découvrir un monde nouveau. Comment avaient-ils pu naître hors période ? Aurore s’interrogea, avant de se persuader que c’était contre nature, que par conséquent, il ne serait nullement néfaste d’en éliminer quelques-uns. Un pas plus rapide, un geste plus vif et la silhouette à la chevelure de braise s’étaient rapidement retrouvés proches de ses cibles encore bien trop insouciantes à son goût.  Les feuilles collaient sous ses chaussures, rendant parfois sa position instable, mais la rouquine ne semblait guère s’en soucier, elle était suffisamment proche à présent pour pouvoir cibler parfaitement les petites proies. Un lapereau avait fini par relever les oreilles, se redresser légèrement pour surveiller les environs. La flèche fusa, sifflant dans les airs, accompagnée par un courant d’air important maîtrisé par la my’tränne. Peu de temps après, la bestiole s’écroula sur le sol, transpercé par la flèche. Les trois autres ne tardèrent pas à tenter de prendre la fuite, mais dans un mouvement tout aussi rapide, deux autres flèches avaient fini par atteindre leurs cibles, laissant qu’un seul petit être sur la portée survivre et s’en aller.

Fière d’elle, la rouquine n’avait nullement imaginé et prévu qu’en se redressant, pied droit en appui, elle glisserait sur le tas de feuilles tout juste humidifié par la pluie étant en train de tomber qu’elle perdrait l’équilibre et chuterait en arrière sur son fessier, s’écroulant de manière ridicule dans une multitude de crottins de lapin fraîchement posé et à l’odeur et la texture cha
ude qu’elle sentait sous la paume de sa main, ce n’était pas uniquement des excréments de lapin.

- «  Beurk » maugréa-t-elle en ouvrant les yeux tout en avisant le ciel

Plissant le regard, la rouquine releva doucement sa main victime, afin de l’aviser, sentant l’odeur désagréable lui piquer les narines. La pluie elle, continuait à faire son œuvre, son arc et ses flèches se trouvaient à ses côtés et la jeune femme ne semblait pas encore pleinement décider à se relever. Consciente certainement que le constat ne l’emballerait pas et que faire un masque, ou un entretien de ses vêtements avec de la crotte n’avait été nullement dans ses plans, le tout étant évidemment mélangé sur au feuillage, à l’humus et toutes les joyeusetés de l’automne.



x5
Aurore s'exprime en #ff9999


Dernière édition par Aurore Seraphon le Mer 31 Jan - 13:36, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Mer 31 Jan - 13:22
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Octobre 932. Le froid arrivait. L'humidité était beaucoup plus présente. Ydril en avait l'habitude même s'il préférait le froid sec qu'on pouvait avoir dans les régions froides de My'trä par exemple, là où le jeune mage de l'air avait vécu.

Ydril, dans sa tunique noir avait passé la matinée sur une grande pierre, sous la fine pluie qui ne dérangeait pas le moins du monde, à prier les architectes. Comme à son habitude, il avait commencé par prier Amisgal avant de remercier chacun des architectes pour finir par revenir par celle qui lui avait offert sa magie. Il s'était bien passer 1h à 1h30 pendant ce moment et avant que le jeune homme ne se décide a se lever. Il jetait alors un oeil sur sa monture, caché non loin d'ici dans une grotte. Il faut dire que cet animal avait peur de l'eau et avait préféré se cacher plutôt que d'affronter les quelques gouttes d'eau qui pouvaient tomber du ciel. D'ici la fin de cette pluie et la disparition des flaques, il serait impossible de se déplacer avec le géophage. La première idée venant dans la tête du mage ne fut sue retourner vers l'eau, vers les régions plus chaudes et plus arides. Seulement, cela voulait aussi dire se rapprocher du conflit My'träns/Daënars. Un soupir sortit alors de sa bouche.

Il regardait autour de lui, il n'y avait pas grand chose hormis une forêt même s'il savait que de l'autre coté de la forêt il y avait une ville dont il avait oublié le nom. Peu importe, il n'avait pas spécialement l'envie ni le besoin d'y aller. Il se décidait alors à partir vers la forêt, là où il pourrait perdre un peu de temps à chasser et à attraper un gibier qui lui servirait de repas pour la journée voir les plusieurs jours à venir en fonction de l'animal qu'il pourrait attraper.

D'un pas lent et silencieux comme à son habitude, il évtait alors les flaques, les feuilles et tout ce qui pouvait lui permettre de faire du bruit. Du regard, il analysait le sol, surveillant les traces, qu'il s'agisse de traces de pas ou d'excréments par exemple. Mais assez rapidement, il remarquait alors une trace de pas appartenant à un homme ou une femme puis tout un chemin. Il les suivit petit à petit, curieux de vokr ce qu'il trouverait. Un promeneur? Un autre chasseur?

Ces traces le menèrent à une silhouette féminine. Elle guettait, il s'agissait donc d'une chasseuse. Il se décala sur le côté sans un bruit, juste pour voir ce qu'elle avait repéré. Il la vit bander son arc avant de remarquer que ce qu'elle visait n'était autre que 4 petits lapereaux qui semblait jouer avec des feuilles mouillés. L'un, sûrement le plus d'entre eux, commençait à lever ses oreilles avant qu'une flèche ne vienne le transpercer le laissant pour mort devant ses frères. Une seconde de réaction, une seconde précieuse que perdirent les 3 restants, mais ils tentêrent de s'enfuir. L'un ne fit pas un mètre avant qu'une flèche toujours tirer de la même main le transperça. Puos une autre flèche un peu plus tard, ne laissant alors qu'un rescapé. Ydril tendit tout de même sa main vers ce petit lapin, réussissant à l'enfermer dans une cage d'air.

Ayant suivi la scène, son regard se retournait sur la jeune femme qui cachait bien son jeu finalement. Derrière ce petit bout de femme se cachait une chasseuse hors paire, précise et rapide. Sans compter qu'elle n'avait eu qu'à tirer une flèche par victime pour l'achever d'une seule et même traite.

Cependant lorsqu'elle se relevait complêtement, il la vit glisser sur feuilles et tomber, main dans un mélange d'humus et d'excréments de lapin. Il faut bien avouer qu'elle venait d'avoir le don de perdre toute sa dignité et de se ridiculiser en un quart de seconde. Amusé, il ne pu s'empêcher de sourire très légèrement avant de commencer à se diriger vers la rousse, reprenant un visage plutôt neutre. Arrivant légèrement derrière elle, ayant fait un peu de bruit pour qu'elle n'ait pas peur en l'entendant, il prit la parole.


- J'ai tout vu, c'était une belle chasse.

Assez proche d'elle, il retirait alors sa capuche de sa tête, dévoilant notamment son visage.

- Il faut avouer que la chute était pas mal non plus. J'espère que vous ne vous êtes pas fait mal.

Il se baissait alors vers elle tendant son bras.

- Besoin d'un coup de main pour vous relever?


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Mer 31 Jan - 14:52
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
Allongée sur le sol, Aurore avisait le ciel, clignant quelques fois des yeux au contact des gouttelettes qui s’abattaient sur son visage. La my’tränne avait eu cette envie de rire, de se moquer d’elle-même tant la situation était navrante. La chasse, la perfection de ses tirs sur ses cibles pour finalement se retrouver dans un mélange qu’il ne fallait mieux pas identifier. Heureusement que personne ne l’avait accompagné, heureusement qu’aucun témoin n’avait vu la scène sans quoi, la rumeur risquait de très vite se propager dans son petit village et tous aurait pris un malin plaisir à la taquiner. Pas sûr en revanche que celle à la chevelure de feu aurait réellement apprécié cet état de fait ou aurait réussi à conserver sa patience. Finalement, la situation n’était en soit pas si complexe, pas si ridicule que ça. Lâchant un bref soupir, elle essuya doucement sa main sur le tas de feuilles se trouvant sur sa droite, afin de réduire au maximum la substance qui se trouvait sur la paume de sa main. Un bruit derrière elle, la fit légèrement pencher la tête en arrière afin de constater la présence d’une silhouette qu’elle n’identifia pas immédiatement. Se pinçant la lèvre inférieure Aurore se redressa quelque peu, tachant de faire bonne figure. Son sourire s’envola cependant rapidement à l’évocation de la première phrase de l’inconnue. Il avait tout vu ? Tout vu quoi ? La chute, la chasse ? Fronçant les sourcils, la rouquine se demandait s’il ne pouvait pas être plus précis.

- « Je ne vois pas de quoi vous voulez parler » grommela la chasseuse «  J’avais juste besoin de m’allonger un peu » compléta-t-elle un sourire amusé sur les lèvres.

La vision de la jeune femme n’était pas parfaite, d’autant plus dans sa position qui ne lui permettait que de voir de manière « à l’envers » son interlocuteur. Les paroles qu’elle venait de prononcer n’étaient pas dites sérieusement et cela pouvait parfaitement se sentir à l’intonation de sa voix.

- « Rien de cassé, rassurez-vous, je me suis laissée surprendre par l’humidité » Finit-elle par admettre en agrippant la main qu’il venait de lui tendre.

Une fois remise sur ses deux pieds, la rouquine tapota sa tenue vestimentaire afin de retirer au maximum les feuilles, les saletés, la poussière et la terre. Ceci étant fait, elle garda le silence quelques minutes supplémentaires le temps pour elle d’analyser à qui elle avait à faire. Ce n’était pas un homme du coin, Aure pouvait en être certaine elle ne l’avait jamais vu. Ce n’était pas non plus une personne de la région, du moins, elle le supposait fortement. Un voyageur sans doute, quelqu’un de passage. Il était grand, portait des vêtements larges, n’avait plus sa capuche sur le visage. Ses yeux étaient bruns. Un my’trän certainement, ou un homme à la moralité moins défini. À cette pensée, la rouquine eut un mouvement de recul, léger, mais bien réel. Elle fronça de nouveau les sourcils, avant de ronchonner d’une manière purement défensive :

- «  Qui êtes-vous ? Vous n’êtes pas du coin pas vrai ? Un voyageur je suppose, vous vous êtes perdus ? » questionna-t-elle avec ce débit de parole rapide, qui lui était propre.

Aurore abandonna rapidement sa position face à l’inconnu, simplement pour se déplacer jusqu’à l’endroit où les petites proies se trouvaient encore. Son regard s’arrêta sur le dernier survivant, visiblement emprisonné dans une prison d’air. Coulant un regard vers l’homme qui se trouvait toujours quelques pas derrière, elle le questionna du coin de l’œil, sans réellement poser la moindre question oralement. Naturellement et sans même imaginer une seconde qu’il pouvait être dangereux, elle lui tendit son arc et une flèche. Une seule. Elle pourrait suffisamment tôt découvrir les talents de cet homme, dont la présence avait quelque chose d’intrigant.

- «  Je doute que vous soyez un assassin » confirma-t-elle comme pour conclure sa pensée « Vous ne seriez pas venue en aide à une femme en difficulté n’est-ce pas ? » dit-elle en offrant une belle preuve des préjugés qu’elle pouvait avoir vis-à-vis des hommes de l’ombre.

Tout en conservant un regard, une attention sur la silhouette masculine, Aurore récupéra les proies bien mortes, retirant les flèches des petits corps, rangeant le tout dans son carquois, accrochant les bêtes mortes à sa ceinture. D’un coup d’œil elle avisa la réussite ou non de son interlocuteur.



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Mer 31 Jan - 18:39
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Elle attrapait alors sa main pour se relever tout en profitant pour lui dire qu’elle n’avait rien de cassé. Elle se relevait alors avant d’essayer visiblement de retirer un maximum de matière humide à ses vêtements. Puis elle regarda sans gêne à quoi son interlocuteur pouvait ressembler. Deux choses surprirent alors le jeune homme : d’abord le pas que la jeune femme venait de faire en arrière, puis aussi son débit de parole, qui était aussi rapide que la vitesse à laquelle elle décochait ses flèches. Elle finit par se détendre physiquement avant qu’il ne vienne lui répondre :

- Mon nom est Ydril, Ydril Iki’Shiro. Je ne suis pas du coin certes, et on peut dire que je suis un voyageur, ou plutôt un nomade. Et pour finir, non, je ne suis pas perdu.

Comparé à elle, son débit était plutôt lent. Enfin, il était presque normal mais il était facile de deviner que le My’trän n’était pas du genre à se presser. Puis elle se déplaça vers ses proies, et lentement, il la suivi. Il eût un sourire lorsqu’elle remarqua le survivant emprisonné. Alors elle retourna un regard interrogateur vers lui. Que pouvait bien être sa question ? « Que fait-il ici ? », « Que compte-t-il faire ? ». Elle attrapait alors son arc et sa flèche. Voulait-elle achever cette petite bête innocente qui n’avait rien demandé à personne. Non. Elle lui tendit. Son arc et une flèche. Une unique flèche. Comme un défi. Alors qu’elle lui parlait, il souriait tout en refusant l’offre d’un geste de la main. Il sortit alors de sa tunique, une simple dague ayant une lame d’une quinzaine de centimètres. Une dague bien sculptée, d’un matériau suffisamment cher pour avoir coûté des mois et des mois de troc au jeune mage.

- Vous avez raison, je ne suis pas un assassin.

Fixant la femme, il fit disparaître la cage d’air autour du lapereau restant, qui ne perdit pas de temps à prendre la fuite. Il fit un sourire avant de lancer un regard au lapereau qui tentait de toutes ces forces de s’enfuir. Puis, tenant la lame entre son index et son pouce, Ydril venait alors doucement déposer ses lèvres sur la partie tranchante du couteau. Alors il murmura, très bas :

- Bolgokh, dieu des dieux. Puisses-tu récupérer cette âme innocente, et lui offrir une vie meilleure.

Il fit un geste dans son dos, puis un deuxième vers l’animal en relâchant sa prise sur la lame. La dague fusa alors à toute vitesse avant de venir prendre sa place dans le cou du petit lapin qui s’arrêta net avant de tomber lourdement. Ydril lâchait alors un petit sourire satisfait. Il regardait alors la jeune femme en face de lui, reprenant :

- Je suis un adepte d’Amisgal, je suis donc un mage de l’air. Et même si je peux paraître sombre, et je m’en excuse, j’ai toujours appris à œuvrer pour le bien. Aider une femme en difficulté fait donc partie de mes prérequis.

La voyant alors ramasser ses proies, il partit alors lentement vers celui qu’il avait lui-même tuer. Toujours avec ce pas lent. Quelques secondes plus tard, car il avait tout de même fait quelques mètres le bougre, il se retrouvant alors à hauteur de l’animal. Le My’trän se baissait alors en faisant attention que sa tunique ne touchait pas le sol. Il retira d’abord la dague qu’il nettoya à l’aide sa magie, utilisait un filet d’air pour retirer le sang et les poils qui avaient pu se mettre sur la lame. Il rangea alors soigneusement l’objet tranchant avant de regarder et d’attraper l’animal, l’inspectant très rapidement. Pas le plus petit de la portée, mais certainement pas le plus gros, ce serait à se demander s’il suffirait à rassasier l’homme pour un repas, une fois épiaulé et vidé. Il soupirait alors doucement avant de regarder vers la jeune femme voir ce qu’elle comptait faire.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Mer 31 Jan - 21:58
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
- «  Aurore. Juste Aurore. » Fit-elle dans une tonalité légère «  Chasseuse de la ville d’Énetari, une ville non loin de la capitale de Darga. »

C’était tout ce qu’elle avait formulé, pas de précision vis-à-vis d’un quelconque talent en une magie ou un architecte particulier. Aurore était de celle qui préférait conserver l’effet de surprise, bien qu’en observant suffisamment, il avait bien dû remarquer en la regardant chasser, que la flèche qu’elle avait utilisée avait eu une rapidité bien trop forte pour que cela ne soit dû qu’uniquement à la force dans la corde. Affichant une moue plus ou moins perplexe, la jeune femme détailla une nouvelle fois son interlocuteur, non pas qu’elle était impressionnée par sa carrure et sa taille plutôt imposante, mais simplement curieuse comme intriguer par cet aspect sombre, mystérieux. Le résumé qu’il fit de lui-même était tout à son image, plein de questionnement. La rouquine se contenta d’hausser simplement les épaules et de récupérer son arc et sa flèche qu’elle rangea. L’homme retira une dague de son vêtement, bien forgée, d’une qualité rare. Soit il avait de l’argent, soit c’était un sacré bon voleur, du moins, ce sont les uniques suppositions qui vinrent dans l’esprit de la my’tränne.


- « Pourtant vous en avez l’apparence » souffla-t-elle dans une douceur contrastée

Sa maîtrise de la magie d’Amisgal était supérieure à celle de la jeune femme, largement. Le comportement et l’action qu’il réalisa le prouvèrent, sans pour autant tirer une admiration quelconque chez celle qui n’aimait guère utiliser certaines techniques de l’air. La pauvre petite créature avait elle aussi tiré son dernier souffle, dans une précision identique à celle de la rouquine. Petite proie en main, les siennes uniquement, Aurore ouvrit le ventre des petits afin de vider les bêtes, mais aussi de dépecer la peau dans un geste rapide et surtout particulièrement maîtrisé. Ceci étant fait, elle réajusta les animaux à sa ceinture, prenant une légère inspiration. La my’tränne n’avait pas entendu le murmure de l’homme, heureusement, parce qu’elle n’aurait certainement pas compris de quel dieu il parlait. N’existant que les différents architectes.

- « Vous devriez observer plus alors » dit-elle «  Je n’étais pas une jeune femme en difficulté qui nécessitait d’être sauvé par un chevalier. Je n’ai d’ailleurs, jamais cru à ce genre d’histoire » rajouta-t-elle en roulant des épaules «  Adepte alors. Et qu’est-ce qui vous amène sur les terres de notre région ? Une envie de profiter des couleurs du paysage, une recherche particulière ? »

Parce qu’on ne voyageait pas simplement comme ça, non, il y avait toujours un but, un justificatif. Une façon différente de voir les choses. Passant juste à côté de l’homme, la rouquine poursuivit d’avancer, sans même faire attention aux restes. La pluie avait fini par redoubler d’intensité rendant le sol beaucoup plus boueux.

- «  Si vous ne voulez pas finir par vous transformer vous-même en goutte d’eau vous feriez mieux de me suivre, il y a une grotte pas loin » souffla-t-elle

Sa chevelure était particulièrement humide et quelques mèches venaient se coller sur son visage. Abandonnant définitivement la vallée pour rentrer plus profondément dans la forêt. Difficile de douter en la connaissance des lieux d’Aurore qui n’avait aucune hésitation sur le petit chantier qu’elle empruntait sans réellement se soucier du suivi ou non de son interlocuteur :

- « Dites-moi, Ydril, savez-vous vous battre, j’entends, contre des humains réactifs ? Pas nécessairement contre des petites bêtes sans défense » souffla-t-elle avec de descendre dans une tonalité plus grave moins perceptible «  Nous suivi et si vous voulez mon avis, eux, nos poursuivants non nullement l’envie de nous venir en aider ou de sauver la veuve et l’orphelin si vous voyez ce que je veux dire. »

Dernièrement des pirates parcourraient la région et si Aure n’en avait jusque-là jamais croisé et simplement entendu parler, il semblerait que le destin en ait soudainement décidé autrement. Ne restait plus qu’à savoir si son partenaire d’un jour allait décider d’essayer de fuir ou au contraire de faire face à leurs futurs adversaires.



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Jeu 1 Fév - 13:30
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
La rousse s'était présentée sous le nom d'Aurore. Une enfant d'Enetari, "une ville non loin de là" comme elle l'avait précisé, certainement la ville qui se trouvait juste derrière les bois. Elle ne s'était pas présentée comme une mage ou quoi que ce soit, simplement comme une chasseuse, ce qui ne donnait pas énormément d'indice sur la jeune femme. Après tout, il fallait bien avouer que lui non plus n'avait pas offert d'indices à la jeune femme. Mais il ne connaissait pas vraiment à quel architecte elle était affiliée. Pourtant, il ressentait un potentiel magique en elle sans avoir à quel architecte la relier.

Il souriait alors doucement suite paroles de la jeune femme.


- Je ne voulais pas paraître comme un preux chevalier allant sauver une princesse. Vous étiez juste tomber je voulais m'assurer que vous ne vous étiez pas fait mal. Et pour ce qui me fait passer dans votre région c'est que je dois aller à l'est de My'trä, dans les terres les plus arides pour me monture. Mais cette dernière n'aime pas l'eau alors impossible de la sortir de sa grotte pour le moment ... Ce qui fait que je bloquer ici ....

Il esquissait un sourire lorsqu'elle lui proposa de se cacher à l'abri d'une grotte prenant pour prétexte de ne pas se transformer en goutte d'eau, mais il la suivi, après qu'elle l'ait dépassé, suivant la démarche de la jeune femme, plutôt rapide par rapport où il allait habituellement. Cependant, plus le temps passait plus une présence, ou plutôt plusieurs présences, derrière eux, comme si des animaux plus gros, ou plutôt des humains, les suivirent. Ydril avait remis sa capuche, reprenant un visage neutre. Alors elle lui demanda s'il savait se battre comme des humains.

Le mage comprit assez rapidement qu'ils étaient tout deux passés de chassurs à proies. Qui pouvaient être leurs poursuivants? Aucune idée. Mais visiblement, les personnes ne seraient pas là pour leur souhaiter la bienvenue. Ydril ne répondit à la dénommée Aurore que par un bruit : le son d'une de ses dagues qui se décochait simplement de son étui. Il était hors de question pour l'adepte d'Amisgal de fuir contre des personnes qui ne pratique certainement pas la magie, ou alors une magie de bas étage.

Malgré que le My'trän préférait régler les problèmes diplomatiquement, mais parfois, il n'y avait pas moyen de discuter et il l'avait bien compris. Cependant, il faut bien avouer que ça faisait un petit moment qu'il ne s'était pas battu contre un humain.

Il finit par murmurer doucement à l'intention de la rousse :


- Ils sont suffisament nombreux pour que je ne puisse pas avoir sur toutes les personnes, j'espère que tu pourras t'en sortir tout aussi bien qu'avec les lapins, en évitant la chute cette fois.

Il terminait sa phrase en retirant sa dague de son étui, laissant vibrer le bruit de la lame, comme pour annoncé à la jeune femme qu'il était prèt et n'attendais que le pas de trop de l'un de leurs poursuivants pour attaquer.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Jeu 1 Fév - 18:45
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
- «  Un familier qui n’aime pas l’eau et qui vous contraint de rester dans la région ? Plutôt cocasse comme situation » souligna la rouquine un peu perplexe « D’autant plus pour un adepte d’Amisgal, n’êtes-vous pas en mesure encore de faire la pluie et le beau temps ? » questionna-t-elle un brin espiègle «  Une bonne bourrasque de vent et les nuages prendraient la fuite, à moins que vous ne soyez trop respectueux de notre environnement pour le modifier en fonction de votre arrangement ? »

Une conversation simple, plutôt agréable pour deux jeunes gens venant à peine de se rencontrer. Une fois passée la surprise de la rencontre, une fois passé l’échange un peu maladroit, étrange, ne restaient plus que deux humains dans la même tranche d’âge, qui semblait profiter d’un moment de répit pour converser simplement. L’instant de pause ne perdura guère très longtemps, plus que rapidement, au fil des pas, une constations fut sans appel, autant pour l’un, que pour l’autre. Le duo était suivi, étrangement, discrètement. Difficile pour l’heure de discerner avec exactitude les adversaires, l’unique chose évidente était qu’ils étaient en groupe, visiblement. My’trän, étranger, pirate ? Impossible à définir pour l’heure. Seule cette sensation étrange, d’être observée, regardé, analyser. Son compère s’était déjà renfermé dans sa capuche, dégainant une nouvelle fois sa lame d’une qualité supérieure. Difficile pour Aurore de ne pas sentir ses muscles se contracter et la tension s’installer doucement dans son esprit. Prenant une légère inspire, la jeune femme avisa de nouveau son binôme, de plus en plus perplexe.

- « Je ne chute que très rarement » piqua la rouquine tout en dégainant son arc.

La flèche fusa rapidement dans une direction plus éloignée, alors que la jeune femme avait pivoté très légèrement. Elle s’était plantée dans le tronc d’un arbre et seul le silence offrit une réponse au comportement de la jeune femme. Pas un bruit, pas une attaque, pourtant Aurore était certaine d’avoir touché sa cible, certaine d’avoir perçu un individu à cet endroit quelques instants plus tôt. La my’tränne reste sans réaction, perdue entre sa sensation et la réalité. Est-ce qu’ils étaient seuls, est-ce qu’il y avait d’autres personnes qu’eux ? Aure avait fini par abandonner sa position d’attaque pour en obtenir une autre, beaucoup plus défensive. Elle ne voyait rien, rien qui justifiait son comportement, ce geste, pourtant son cœur s’emballait lentement, sa respiration se saccadé avec la désagréablement sensation d’avoir troqué son rôle de chasseuse pour celle de la proie.

- «  Je ne vois rien » grogna-t-elle «  Il n’y a rien ? » finissait-elle par réellement se demander.

Coulant un regard à l’adepte d’Amisgal, la jeune femme avait fini par penser que c’était tout simplement la présence non prévue de son interlocuteur qui la faisait quelque peu angoisser inutilement. Pourtant, Aurore ne se trompait rarement vis-à-vis de ses présentiments, d’autant plus que son partenaire de chasse semblait tout autant sur ses gardes qu’elle. Alors ? Idée ou réalité ? Quoi qu’il en soit quelques choses de surprenant se passa, la pluie s’intensifie et un brouillard étrange sembla venir entourer le duo, provoquant une quinte de toux de la jeune femme. Ce n’était pas naturel, nullement d’ailleurs. Un brouillard n’a absolument aucune odeur, alors que celui-ci en avait une plus ou moins désagréable. Aurore s’était mise à tousser, dévoilant à son interlocuteur le partage de sa croyance, plus qu’elle leva un léger vent, tournant autour d’eux pour les protéger de ce nuage blanc.

- « Sans visibilité ce n’est pas possible de toucher qui que ce soit... » affirma-t-elle de façon purement logique.

Aurore n’avait pas tort elle visait juste, surtout qu’en dehors de son cercle d’air, le nuage blanc s’intensifiait, prenait de plus en plus de place, rendait toute visibilité absolument nulle, si bien qu’il était même complexe de distinguer l’arbre qu’elle avait touché précédemment. Autour d’eux des cris commençaient à se faire entendre, plusieurs signes que les attaquants approchaient à vive allure. Ce fut plusieurs flèches se plantant juste aux pieds du duo qui confirmèrent la supposition des my’träns. Ils étaient définitivement et véritablement attaqués.



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Ven 2 Fév - 17:12
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Elle fut la première à se retourner, tirant une flèche assez rapidement pour ne pas laisser le temps à l’adversaire de réagir. Seulement, lorsqu’ils se retournèrent tous les deux, il n’y avait personne, et la flèche était venue se planter dans le tronc qui se trouvait dans sa direction. Tout ça paraissait louche, c’est aussi ça de sous-estimer son adversaire. Mais Ydril en était certain, il y avait du monde autour d’eux. Silencieux, il ne répondit pas à sa camarade rousse, restant aux aguets de la moindre chose qui pouvait arriver. Après tout, pour que ce qui venait de se passer arrive, il devait y avoir un ou deux cerveaux dans la bande. La supposition fut prémonitoire car il fallut peu de temps pour qu’un grand nuage blanc ne vienne les envelopper tous les deux. N’en connaissant pas la nature, l’adepte d’Amisgal s’était rapidement fait une bulle d’air pur autour de sa bouche et de son nez pour éviter que quoique ce soit ne vienne pénétrer ses bronches. Mais il en avait oublié la rousse et l’entendit lorsqu’elle toussa. Avant qu’il ne réagisse, il sentit un léger vent provenant de la jeune femme créant alors un espace respirable autour d’eux. Elle avait donc aussi une magie de l’air.

Il ne se laissait pas déconcentrer et forma lui aussi des vents autour d’eux pour aider Aurore à tenir ce brouillard loin d’eux. Seulement, il devait y avoir ici un autre adepte d’Amisgal et il empêchait les deux compères de voir suffisamment loin pour discerner leurs attaquants. Une nouvelle fois, il entendit la voix féminine qui l’accompagnait et il s’en était rapproché. Elle semblait plus adepte au combat à distance, il pourrait alors être présent en cas de besoin.


- Reste sur tes gardes … Surveille les sons et les vents comme une bonne chasseuse … Oubli ta vue … Sers toi de tes autres sens … C’est notre seul moyen de nous en sortir indemne.

Il voulait simplement la rassurer, l’aider à se concentrer et lui permettre d’être prête à se battre, car ceux qui étaient avec eux n’allaient certainement pas en rester là. Preuve en est que des flèches sortirent du nuage venant se planter devant eux. Ils avaient attaqué au seul moment où Ydril leur avait accordé moins d’attention mais l’attaque n’avait certainement pas eu l’effet escompté. Des pas se firent entendre à la gauche de l’homme, puis un saut avec un cri. Ydril se retournait alors rapidement, stoppant les lames de l’homme qui venait d’attaquer par des épais murs d’air formé par une pression fortement augmenté. Il profitait alors de l’effet de surprise pour sortir l’une de ses dagues, une lame différente de celle de tout à l’heure, une vingtaine de centimètres pour un élément bien plus commun que celui de l’autre lame. Cette arme vint alors se loger rapidement dans le cou de celui qui avait attaqué en premier. Ydril fit tourner la lame à 90° dans le cou de l’homme lui faisant lâcher un dernier cri de douleur avant de le laisser tomber au sol sans vie.

Ydril lâchait alors un dernier regard à l’attaquant avant de se remettre dans une position défensive pour annoncer tout ce qu’il pouvait savoir sur ce qu’il venait de se passer et ce qu’il se passera :


- Des pirates. Celui-là ne devait pas être le plus intelligent. Ils doivent être encore 5 et 7 restants dont l’un d’eux largement plus fort que les autres, sûrement un adepte d’Amisgal. Si on suit la logique pirate, il attaquera dans les derniers … Mais restons sur nos gardes … On peut encore avoir des surprises … L’important est de ne pas se laisser une nouvelle fois surprendre.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Sam 3 Fév - 18:06
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
Aurore n’était pas une adepte de l’air, simple novice maîtrisant les basiques et encore, cela lui demandait un effort de concentration surhumain. Gérer deux courants d’air en même temps n’était tout simplement pas envisageable pour la jeune femme qui se concentrait uniquement sur l’air circulaire qu’elle ventilait autour d’eux. Permettre au duo de respirer, de surveiller l’environnement proche. La jeune femme n’était nullement une force de la nature, ou un professionnel du corps à corps, bien au contraire, sa spécialisation, son truc à elle, c’était la distance uniquement. Ainsi ne se contenta-t-elle que d’opiner à la phrase qui paraissait si simple pour le mage qu’elle avait en coéquipier. Se concentrer sur les autres sens que la vue. Impossible pour Aure de se concentrer sur autant d’éléments importants et différents. Elle préféra donc faire confiance à son instinct qui ne l’avait jusque-là, jamais déçu. Un attaquant avait fini par passer la barrière de vent, attaquant Ydril, sans que la jeune femme ne puisse faire autre chose que surveiller les éléments, elle fut soulagée de constater que son partenaire était un bon combattant au corps à corps. Unique chose qui allait permettre au duo de s’en sortir.

- « Ça va ? » demanda-t-elle dans un premier temps avant de dévisager le cadavre «  5 ou 7 personnes, rien que ça » ronchonna-t-elle «  Juste pour nous, nous sommes horriblement chanceux dites-moi. Vous pouvez gérer autant de personne ? Sinon… J’ai une idée. »

Une idée qu’elle n’était pas entièrement certaine de pouvoir réaliser, mais qui méritait au moins d’être essayée.  Elle fixe un long moment l’homme qui était sur le sol, s’imprégnant des traits de son visage, s’imprégnant de sa façon d’être, puis petit à petit sa propre apparence changea, pour ne laisser finalement que voir la carrure d’un homme, à l’identique que le pirate qui était sur le sol. Ne lui restait plus qu’à moduler sa voix pour avoir l’air purement réaliste. L’objectif était simple créer la confusion et lorsqu’il y aurait plus ou moins, moins d’agresseurs il suffirait de faire passer le voyageur pour un otage et prendre par surprise ceux restants. En attendant, ce changement d’apparence ne serait utile que lors des attaques, créant un moment d’hésitation suffisant pour ceux arrivant pour permettre à l’adepte d’Amisgal d’avoir un avantage. Ce fut d’ailleurs le cas de l’attaquant suivant, qui hurlant de la même façon, passa la frontière d’air des deux jeunes gens, l’homme sembla avoir un moment d’hésitation entre l’apparence d’Aurore et celle de l’homme sur le sol. Permettant sans doute au partenaire de la jeune femme d’éliminer l’individu. Les deux suivants furent plus complexes à gérer, l’un sauta directement vers l’homme, l’autre avisa Aurore d’une façon bien moins agréable :

- «  Tu penses pouvoir me maîtriser avec une simple petite illusion ? » questionna-t-il dans un sourire carnassier.
- « Moi non, mais alors, lui peut-être… » dit-elle en faisant un mouvement de tête vers le cadavre.

Rompre son illusion pour donner la sensation que le mort allait se relever, une seconde, une toute petite seconde suffisante pour mettre à la rouquine de se jeter sur l’individu et de planter sa dague directement dans la jugulaire de l’inconnu, qui chuta inévitablement avec la my’tränne dans un cri atroce, avant de s’étouffer dans son propre sang. Le temps de cette action provoqua une autre difficulté la diminution du cercle de vent qu’elle avait mis en place pour protéger le duo du brouillard étrange, le champ d’action des deux jeunes gens s’était donc rétrécie. Malgré le fait d’être parvenue à gérer trois nouveaux assaillants, si l’homme avait juste il en restait encore trois ou quatre. Dont deux qui n’allait réellement pas a tardé à venir dans la zone de sécurité.  



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Sam 3 Fév - 20:55
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Il l'écoutait alors attentivement tout en restant concentré. Elle avait une idée, mais laquelle pouvait-elle être. Il sentit alors une magie venir de la jeune femme avant qu'il ne lui jette un regard, voyant l'homme qu'il venait de tuer debout à côté de lui. Il fut légèrement surpris mais il sentait bien qu'il s'agissait de la jeune chasseuse, elle avait donc une autre magie. Métamorphose? Il ne savait pas trop mais se remit sur ses gardes rapidement en entendant un nouveau cri.

Seulement, l'homme qui venait d'apparaitre et voyait son collègue debout s'arrêtait avec un regard surpris. Lâchant un sourire, Ydril se servit de sa magie invoquant une lame d'air pour venir couper la tête de l'homme, laissant alors le corps tomber lourdemment devant eux. Et il fut peu de temps pour que deux autres apparaissent. Ydril se débarrassait rapidement de son agresseur se servant de sa magie pour le faire chuter et lui planter sa lame dans la jugulaire le laissant s'étouffer dans son sang. Jetant un regard derrière lui, il remarquait assez rapidement que sa collègue avait utilisé la même option.

Mais ils avaient moins fait attention à leurs magies et la bulle protectrice avait rapetissé. Il utilisa alors sa magie pour repousser d'un seul coup le brouillard loin d'eux. On pouvait alors repérer ceux qu'il restait. 4 hommes. Visiblement un mage, son sous-fifre et deux autres au potentiel bien inférieur. Les 4 encerclaient les deux personnes restés en défense. Ydril fut le premier à agir, lançant sa dague sur l'un d'eux, l'un des deux plus faible, visant ses poumons. Il se servit de sa magie pour faire la lame partir sur la gauche, venant découper le système respiratoire du pirate qui s'effondrait. Sa magie toujours en action, la lame du My'trän revenait dans sa main.


- Celui a ta droite est le chef, certainement un mage. Le plus proche de moi est son second, il sait se battre mais n'est pas détenteur de magie. Tu penses pouvoir t'en sortir?


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Dim 4 Fév - 15:56
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
Tout allait vite, bien trop vite pour que la rouquine puisse prendre pleinement conscience de ce qui était en train de passer. La mort, encore. Omniprésente, douloureusement violence, difficile à encaisser. Le monstre de ses craintes refaisant lentement, mais sûrement surface. Aurore n’avait pas le temps de réfléchir, pas le temps de prendre conscience que la suite serait difficilement acceptable psychologiquement pour elle, d’autant plus lorsque ses deux billes émeraudes effleuraient le sol de terre se gorgeant de sang. C’était eux ou elle, choix simple, égoïste, primaire. Vivre ou mourir. Attaquer la première ou se faire attaquer. Pas le temps pour les sentiments ou les regrets, pas le temps de négocier, d’essayer, d’espérer, il n’y avait aucune corde à laquelle se raccrocher. Son instinct de survie était omniprésent, prenant possession de sa façon de penser, de respirer d’agir. Pas d’hésitation visiblement, pas de songe, pas de sentiment douloureux de regrets, juste des actes et des corps inertes qui commençaient à sérieusement s’accumuler.

Coulant un regard à son partenaire, ou victime d’aventure, la my’tränne sembla avoir du mal à réaliser combien il lui était supérieur. Tout du moins en combat, si elle semblait avoir plus que quelques difficultés à gérer un adversaire, lui, ne semblait qu’à peine essoufflé d’en tuer une petite brochette. Relevant les yeux vers la multitude de corps sans la moindre espérance de vie, la jeune femme se mordilla la lèvre, perdant un peu le fil de ses pensées et de cette capacité à vouloir survivre coûte que coûte. Après une quinte de toux provoquée par la sorte de brouillard non naturel mis en place par les assaillants, elle se reconcentra sur son partenaire qui en plus de tuer, venait de donner une vision globale de la zone. Était-il seulement adepte ou bien plus que ça ? Elle avait largement de quoi s’interroger. L’homme avait tué –encore-, si bien qu’il ne restât plus que deux assaillants, deux hommes, dont un visiblement détenteur de magie. Si Ydril était capable de le ressentir, c’est que l’adversaire était également un adepte d’Amisgal, sans quoi, il ne pourrait pas déterminer la présence de la magie. Forcément, Aurore avait grimacé alors qu’il lui demandait si elle était en mesure de finir les deux restants toute seule.


- «  Non. » dit-elle brusquement et spontanément « Laissez tomber » hurla la rouquine en direction des  survivants « Vous allez finir comme vos amis, mort, tout ça pour quoi ? Des lapereaux ? On n’a pas d’argent. »

Les adversaires c’étaient lancé un regard, se questionnant visiblement mutuellement, sans qu’elle ne puisse saisir réellement de quoi l’accord en question était constitué. Que faire ? Attaquer, ou bien rester simplement ainsi, à attendre qu’il prenne l’ascendant. Se pinçant la lèvre inférieure, la jeune femme eut tout juste le temps de stopper une flèche venant en sa direction. Prise dans ses pensées, elle n’avait nullement vu l’homme non connaisseur de magie dégainer son arc pour la cibler. Alors ils avaient choisi la mort ? Elle ne pouvait être responsable des choix de ces êtres stupides.

- «  Je prends le non-adepte. Je te laisse contre l’adepte d’Amisgal. »

C’était la stratégie la plus raisonnable, la plus sérieuse à adopter pour offrir une chance définitive de survie aux deux autres adversaires. Rapidement, Aurore avait décidé de s’offrir une possibilité d’avoir l’avantage, elle se précipita vers l’homme se laissa glisser sur le sol humide pour passer entre les jambes de sa victime, planta une flèche avec une force dans le pied de l’individu qui s’était mis à hurler. La dague qu’elle avait manqué de se voir planter dans son épaule fut évitée de justesse et ce fut une véritable bataille d’une violence extrême qui avait fini par se jouer. Roulant l’un sur l’autre dans le sol humide, les cris avaient fini par se faire entendre, jusqu’à ne laisser plus que percevoir le silence extrême intense. La silhouette féminine sous le corps masculin, sans mouvement, sans geste, sans rien. Après quelques secondes supplémentaires d’écoulées, elle finit par pousser légèrement le corps masculin, dévoilant sa petite silhouette complètement recouverte de la substance rougeâtre. Aurore sembla complètement dépassée par tout ça, réalisant petit à petit ce qu’elle avait. Soudainement, l’idée de vivre ou mourir lui sembla complètement différente.



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Dim 4 Fév - 18:45
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Il surveillait la jeune femme. Quelque chose n'allait pas, il le sentait. Elle ne devait pas avoir l'habitude de tuer des gens. Elle ne devait pas avoir l'habitude de voir la mort d'aussi près. Elle lui répondit brusquement avant de lancer une parole à leurs adversaires. Ydril surveillait simplement, sachant qu'avec ces gens, la discussion était inutile. Après tout, ils aimaient se battre, faire passer la peur et la crainte dans les rangs ennemis. Mais aujourd'hui, c'était différent. Ils étaient tombés sur des personnes qui les mettait en échec et ça ne faisait qu'augmenter leur rage. La preuve en fut que le non-mage lança l'offensive en tirant une flèche que la jeune rousse avait brillament su bloquer.

Elle donna alors les directives avant de se lancer sur son assailant alors que le sombre mage se retrouvait en face d'un autre adepte d'Amisgal. Ydril prit alors la parole, voulant attirer celui qui serait son adversaire, voulant tout faire pour qu'il oublit la chasseuse. L'homme à la.capuche avait beaucoup utilisé de magie ces dernières minutes et il savait que les prochaines minutes seraient les plus précieuse.


- Alors, tu es plus intelligent que tes camarades n'est-ce pas? Tu ne veux pas finir dans le même état qu'eux.

Ydril lui envoyait alors une.lame d'air que l'adepte n'eut pas de mal à bloquer tandis qu'il contre-attaquait, utilisant sa magie pour attaquer l'homme à la tunique noire de tous les côtés. Ydril souriait, c'est ce qu'il voulait, affaiblir magiquement son adversaire et attirer son attention un maximum. Il bloquait sans cesse, minimisant un maximum l'utilisation de ses ressources.

Mais il surveillant aussi les vents autour de sa camarade, la sentant se relever, il utilisait d'ailleurs quelques filets d'air sur l'arc de la rousse pour lui montrer qu'elle devrait s'en servir rapidement pour aider son camarade d'une bataille.

Attendant son arrivée, il restait simplement sur ses gardes, bloquant les attaques magiques de son adversaire qui ne voulait visiblement pas attaquer au corps-à-corps celui qui s'était entraîner des années durant à se battre contre des animaux au physique.

Lorsqu'il la vit suffisament proche, il cria comme pour alerter la femme qu'il fallait qu'elle agisse maintenant.


- AURORE !!!

Alors pour destabiliser l'adepte, Ydril lança une attaque magique pour bousculer l'homme et l'empécher d'arrêter une flèche qui devrait sceller son destin.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Dim 4 Fév - 21:25
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
Aurore se massa doucement l’arrière de la nuque, la vision encore un peu trouble, le visage légèrement tuméfié par endroit et une douleur importante au niveau du ventre. La lame de son adversaire semblait lui avoir entaillé les côtés, sans que cela ne soit une blessure grave. S’essuyant d’un revers de la main le front, poussant le corps inerte, plus lourd que sa petite silhouette. Une fois le cadavre allongé à côté d’elle, la rouquine se releva avec plus ou moins de difficultés, ayant quelques difficultés à retrouver son équilibre. L’altercation avait été violente, trop pour celle qui n’était nullement habituée à tuer de l’humain, cela ne lui était arrivé qu’une seule fois et la jeune femme avait tout fait pour l’oublier. Un vent léger s’était levé autour d’elle, caressant sa peau, mais aussi du coup, involontairement sa blessure, Aure grimaça, se mordant l’intérieur de la joue avec une certaine force. La my’tränne avait du coup porté son attention sur l’adepte d’Amisgal, comprenant un peu trop lentement à son goût qu’il était en difficulté, sans réellement saisir ce qu’il attendait d’elle. Du moins sur l’instant, l’esprit de la rouquine s’était rapidement mis en route, imposant la méthode à suivre. Ydril était en train de distraire l’assaillant, offrant donc une ouverture à la jeune femme.

Aurore récupéra son arc et la flèche plantée dans le pied du cadavre, le reste était sur le sol beaucoup trop loin, donc trop long à récupérer. Elle encocha naturellement, tout en restant genou au sol, s’offrant ainsi une meilleure stabilité. Parfaitement en place, la jeune femme cessa sa respiration, empêchant ainsi ses mains de trembler, ferma un œil pour se concentrer sur une cible unique, la jugulaire parfaitement visible – à moins que ce ne soit elle qui identifie trop vite cette zone précise-. La flèche avait fusé, tout en étant accompagnée par un vent que la rouquine avait elle-même provoqué sans pour autant que ce soit perceptible. L’homme aurait pu évidemment l’éviter avec une simplicité déconcertante, cependant, avec la distraction et les attaques d’Ydril, l’attaque fut une réussite sans grande difficulté. Tout du moins dans l’action, psychologiquement ce fut beaucoup plus complexe, beaucoup plus douloureux dans l’esprit de la jeune femme. L’homme était tombé genoux sur le sol, les mains sur la flèche plantée dans sa gorge, commettant la grave erreur de la retirer dans un mauvais réflexe, provoquant une gerbe de sang impressionnante. Une quinte de toux, et il commençait à se noyer dans son propre sang, jusqu’à ce que son corps s’écroule dans une convulsion et des bruits particuliers choquants.

Aurore était restée juste là, sans bruit, les yeux brillants, le même mot raisonnant en boucle dans sa tête. Monstre. Meurtrière. Encore. Douloureuse constatation de recommencer un acte qu’elle s’était juré de ne plus jamais faire, son ventre se tordit, une nausée manqua de franchir la barrière de ses lèvres alors qu’elle avançait au milieu des corps. Plus jamais. C’était ce qu’elle s’était dit, plus jamais… Pourtant, elle venait de tuer encore, le sang avait coulé, elle était d’ailleurs recouverte de cette substance rougeâtre, sa crinière rousse s’était teintée de rouge, des perles dégoulinaient du long de son front descendant jusqu’à ses lèvres, offrant le goût de la
substance en plus de la vision.

- «  Ils sont morts ? »

C’était tout, tout ce qu’elle avait besoin d’entendre, ou tout du moins, besoin qu’on lui confirme qu’elle était un monstre. Un être capable de supprimer la vie égoïstement, de décider qui méritait plus qu’un autre de vivre. Elle releva le regard vers son interlocuteur, ou plutôt celui qui avait vécu la même chose qu’elle sans pour autant la ressentir de la même façon. La rouquine se força à avancer, certaine qu’il ne fallait pas rester ici :

- «  On devrait partir, il ne fait pas bon de rester là, on ne sait pas s’il n’y a pas d’autres personnes. »



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Mar 6 Fév - 21:37
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Une flèche venait de foncer rapidement sur l'homme qui s'était tenu ces dernières secondes en face de lui. Il posait alors les genoux à terre avant de tomber lourdement, laissant autour du mage de l'air un spectacle effrayant qui ne le dérangeait pas tant que ça. Une respiration. Avant de sentir une légère douleur au bras. Une des lames d'air de son adversaire l'avait touché, ne lui faisait qu'une blessure légère. Il lâchait alors un juron, avant de regarder autour de lui. Il ne restait plus que des cadavres, ici sur le sol, d'hommes qui avaient décidés d'en attaqués d'autre.

Un soupir. Ce n'était pas appréciable à voir mais il fallait resté fort. "C'était nous ou eux" qui résonnait dans sa tête et Ydril n'avait aucune intention de laisser la jeune chasseuse mourir ici. Aurore? Son regard se fixait alors sur la jeune femme alors qu'il allait très rapidement la rattraper. Elle ne vivait pas cette expérience de la même manière que lui. Premier réflexe, il posait alors les mains sur les épaules de la rousse.


- Aurore, tout va bien? Juste une chose. Dis toi bien que c'était nous ou eux et qu'on a jamais voulu ça. Ils étaient devenus plus animal qu'homme.


Il fixait les yeux de la jeune femme, cherchant à y lire ses pensées. Ce qu'il craignait, c'était les réactions qu'elle pourrait avoir durant les prochaines 24h. Il prendrait sûrement le choix de la raccompagner chez elle, il ne fallait pas la laisser seule.

- On va y aller, je vais te raccompagner chez toi, d'accord? Attends moi juste un peu plus loin ... Je vais juste retirer les corps du chemin ... pour eviter que n'importe qui tombe dessus.

Il parlait d'une voix chaleureuse, rassurante, voulant simplement que la jeune femme se sente bien malgré ce qu'il venait d'arriver mais il fallait s'y attendre dans ce monde. Ce n'était pas la première fois qu'Ydril dû donner la mort à un homme, mais ça devait être la première fois qu'il y en avait eu autant en si peu de temps.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Jeu 8 Fév - 19:21
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
L’homme était venu se placer face à la my’tränne, l’avisant, sans pour autant que la jeune femme ne perçoive le moindre sentiment de douceur, ou de regret, peut-être un soupçon d’inquiétude, tout au plus. Les deux billes vertes de la rouquine s’étaient déplacées très légèrement pour détailler l’individu qui lui faisait face, avec une question qui n’obtiendrait certainement jamais de réponse : comment ? Comment l’homme pouvait à ce point bien vivre le fait de tuer, comment pouvait-il être aussi calme, aussi non touché par la situation, comment pouvait-il réfléchir normalement, alors qu’autour d’eux, une pile de cadavres gisaient. Le fait d’être maintenu sans pour autant que ce soit douloureux l’empêchait de laisser davantage traîner son regard sur les morts. Aurore n’était pas en forme, son visage palissant a vu d’œil, plus elle prenait conscience des actes, de ses actes, plus elle semblait être mal en point. Aurore prenait la vie oui, d’animaux, pas d’être humain, avec pour unique but de se nourrir, nullement pour le plaisir. La situation faisait remonter des souvenirs désagréables, des souvenirs qu’elle avait tout fait pour oublier, un seul déclencheur et tout refaisait surface dans une douloureuse violence.

- « Tu es certain qu’on n’a pas voulu ça ? » demanda-t-elle de sa voix pleine d’honnêteté « Je n’ai pas l’impression qu’on a tout fait pour l’éviter, je ne vois pas des animaux là, mais des humains.» Dit-elle avec sa tonalité pleine d’amertume.

Il lui parle, lui murmure qu’il va la raccompagner, elle fronce les sourcils, se demande pourquoi il fait ça, de quoi il a peur ? Elle était déjà un monstre avant de le rencontrer, par le passé, elle avait déjà tué des hommes, se raccrochant à l’idée que ce n’était pas des my’träns. Là, c’était différent, certains faisaient partie de son peuple, possédant même la même croyance. Qui était-elle pour décider de la vie et de la mort, qui était-elle pour s’imaginer sa vie plus précieuse qu’une autre ? Aurore opina simplement, hochant la tête de bas en haut pour confirmer qu’elle avait bien compris, qu’elle était capable de se déplacer un peu plus loin le temps qu’il s’occupe des corps. Ne devaient-ils pas prévenir quelqu’un ? N’importe qui, une personne qui protégeait les villes ? Des autres chasseurs ? Le Khorog ou le Gharyn de la ville la plus proche ? Secouant doucement la tête, Aurore abandonna cette idée mentale, certaine qu’elle ne conviendrait pas à son accompagnateur. La rouquine s’était finalement éloignée du lieu des meurtres, prenant une longue et profonde inspiration. La jeune femme retrouvait petit à petit un calme plus avancé bien qu’elle reste convaincue d’avoir fait une erreur, une grave erreur. L’homme ne pensait pas être responsable, il avait certainement raison, cependant rien ne pourrait jamais affirmer définitivement ce fait ou même le contraire. Il avait fini par la retrouver, sans que Aurore ne puisse imaginer ce qu’il avait fait des corps, ne préféra-t-elle ne pas aborder le sujet, ne pas poser la moindre question.

- « J’habite dans la petite ville Énetaria » dit-elle simplement sans être certaine qu’il puisse connaître « Ce n’est pas très loin, c’est une petite ville à quelques kilomètres à peine. » Ajouta-t-elle « Ne vous souhaitez nullement obligé de m’accompagner, je me débrouille très bien toute seule vous savez, vous n’avez aucune dette envers moi. » Conclut-elle en coulant un dernier regard vers son interlocuteur.

Elle était sincère, du moins autant qu’elle le pouvait. La jeune femme avait beaucoup de questions en tête, sans pour autant avoir le courage ou la réelle envie de formuler le tout. Non. Aurore n’était pas d’une curiosité maladive comme elle aurait dû l’être, la rousse semblait sincèrement affectée par tout ça, réellement déstabilisée.

- « Je ne comprends pas les Hommes » souffle-t-elle dans une certaine maladresse « Nous sommes déjà dans un certain conflit silencieux, pourquoi vouloir à tout prix s’entretuer ? »



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Mer 21 Fév - 9:45
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Il partit alors rapidement vers les corps, les déplaçant hors du chemin tout en les cachant sous des feuillages. Et si des enfants passaient par là? Ydril irait certainement voir des personnes pouvant s'occuper de ces corps, éviter que n'importe qui puisse tomber sur ces cadavres. Au passage, il fouillait rapidement les corps des hommes qui furent leurs assaillant. Il récupérait quelques bijoux destinés à la revente mais aussi 4 lames différentes : 3 dagues et un couteau. Rien de très bon, trop lourd, bas de gamme, mais avoir plus de lames, et ce gratuitement, pourrait être pratique, notamment pour quelqu'un qui apprécie pratiquer le lancer de dagues.

Il ne perdit pas trop de temps cependant, rangeant habilement les objets récupérés sous son habit avant de retrouver la jeune rousse qu'il ne voulait pas laisser seule. Lorsqu'il la.retrouvait, elle reprit la parole, lui indiquant le village où elle habitait tout en lui indiquait qu'il n'était pas obliger de l'accompagner. Il reprit alors la route, pour la raccompagner, tout en marchant lentement.


- Je préfère ne pas vous laisser seule après ce qu'il vient de se passer. Vous semblez après tout prendre à coeur ce qu'il vient de se passer comparé à moi ...

Il marchait, regardant devant lui, sans sa capuche sur la tête, les bras gardés dans sa tunique.

- Je vous rassure, je n'ai pas l'habitude de tuer des hommes ... Juste ... J'arrive à me faire à l'idée. Nous sommes vivants contrairement à eux ... C'est peut-être égoïste mais pas autant que de vouloir tuer quelqu'un pour s'enrichir comme ils ont voulu faire. Enfin ... Je serais peut-être mort et tu aurais sûrement servi d'esclave ou d'objet de revente.

Il tournait la tête vers elle, lui offrant un léger sourire.

- Après tout, je dois aussi te remercier. Sans toi, mon corps serait peut-être actuellement en train de giser sur le sol, mourrant, si tu n'avais pas été là.

Il la regardait d'un regard bienveillant. Ce qui le préocupait le plus n'était pas le fait d'avoir tué à peu près 5 hommes il y a quelques minutes mais plutôt la façon dont Aurore semblait prendre ce qu'il venait de se passer à coeur.

Il jeta alors un regard vers le ciel à la dernière phrase de la rousse.


- Je t'avoue que j'ai du mal à comprendre aussi ... J'aimerais tant que la paix soit de règle dans notre monde ...


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Aurore Seraphon
avatar
Mer 21 Fév - 16:18
Irys : 938007
Profession : Agriculture/Chasse
My'trän +2 ~ Khurmag
La phrase prononcée laissa dubitative la my’tränne, qui se contenta de balayer l’air de sa main. Comme si la situation pouvait réellement inquiéter quelqu’un, comme-ci ce n’était pas normal de prendre très à cœur la mort d’un individu –qu’on avait d’autant plus provoqué-. Un soupir avait fui ses lèvres alors qu’elle laissait ses bras retrouver leurs positions initiales le long de son corps, alors qu’elle laissait son esprit vagabonder vers le lointain et son regard se réapproprier l’environnement qu’elle connaissait pourtant sur le bout des doigts. D’une oreille distraite, Aurore écoutait les paroles prononcées par son interlocuteur, ruminant comme une vache au milieu d’une prairie le fait que trop de sang avait coulé. Comment était-il possible de ne pas être habitué à tuer et le faire si facilement ? Tout ceci semblait dépasser largement la my’tränne qui secoua une nouvelle fois sa main en l’air, comme pour lui signifier qu’il n’avait aucunement besoin de se justifier en sa présence. La rouquine avait fait le choix depuis bien longtemps d’accepter chaque individu comme il était dans sa globalité. Personne ne pouvait être tout blanc ou tout noir après tout, donc personne ne pouvait être foncièrement mauvais ou bon. C’était ainsi que se faisait l’équilibre de la vie.

- «  Peut-être ou peut-être pas, peu importe, cela ne change rien au fait que ces hommes sont morts et que nous sommes en vie. » Répliqua-t-elle un peu trop brusquement «  Il y avait peut-être un moyen de raisonner le groupe, sans pour autant faire couler le sang » elle laissa sa phrase ce suspendre dans l’air puis conclut pour elle-même « Je n’en sais rien au fond. »

Avançant en direction de son petit village natal, la jeune femme empruntait les sentiers qu’elle connaissait sur le bout des doigts, même les yeux fermés, elle était en mesure de s’orienter ici. C’était une sorte de satisfaction rassurante et dérangeante, douce et amère à la fois. La routine était une bonne chose pour certain, pour d’autres s’étaient une véritable condamnation à l’ennui mortel. Roulant doucement les épaules, elle secoua cette fois-ci délicatement sa chevelure, laissant entendre un petit rire forcé. Si elle espérait encore à une paix, elle n’était pas encore suffisamment insouciante ou crédule pour y croire sincèrement.

- « Elle arrivera et on ne pourra rien faire pour l’éviter… À moins qu’un événement dramatique oblige les deux peuples à s’entendre, à travailler ensemble. » Elle roula des yeux « Chose qui n’est pas prêt d’arriver, soyons réaliste… Il faudra donc choisir, ou fuir dans un endroit à l’abri. »

Aurore n’était pas fuyarde, elle essayait simplement de se convaincre mentalement qu’un jour, comme l’avait déjà fait par le passé, elle devrait tuer pour protéger son peuple, son continent, sa région ou plus encore. Ce jour-là, elle était certaine qu’elle répondrait à l’appel et qu’elle irait jusqu’à donner sa vie. Même si le fond ne serait pas justifié, elle ne pourrait pas abandonner son peuple, regarder les siens perdent la vie, inutilement, sans lutter, sans essayer de protéger le plus grand nombre. Au loin, le petit village se dessinait déjà, ce n’était pas très grand, cependant tout de même suffisant pour abriter une ferme, une éleveuse, pas mal d’habitants, des commerces, la ville avait largement de quoi s’autosuffire, sans pouvoir rivaliser avec les grandes évidements. Un léger sourire s’afficha sur ses lèvres et d’un signe de tête elle montra la silhouette des bâtisses plus loin.

- « Nous arrivons presque, je voudrais prévenir les protecteurs de la ville… Il y a en pas beaucoup et au fond, ce ne sont même pas réellement des protecteurs… mais.. C’est tout comme. » Elle avisa son interlocuteur «  Comment faites-vous pour ne pas être affecté par la mort ? Et pourquoi vouloir une paix ? Elle ne serait pas réellement profitable à des nomades comme vous, je me trompe ? »



x5
Aurore s'exprime en #ff9999
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé