Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Kharaal Gazar
Page 1 sur 1


 Sur la piste des "on-dit"

Meylan Lyrétoile
avatar
Jeu 1 Fév - 16:28
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
14 novembre 932, dans les rues de Busad

Toute ville qui se respecte possède, en dehors des événements marquants incontournables officiels et bien connus, des rumeurs, des légendes circulant par bouche-à-oreille à la fiabilité douteuse.  Certaines d’entre elles étaient surprenantes mais crédibles, d’autres étaient à aborder avec un esprit critique, et d’autres enfin étaient si fantasques qu’elles sentaient fort l’alcool consommé à trop forte dose en fin de soirée.  La dernière en date à avoir atteint les oreilles de Meylan était encore en suspens entre les deux dernières catégories, avec pour principal protagoniste un chat volant dompteur de feu vert violemment assassiné pour ses pouvoirs par une fanatique religieuse.  S’il y avait même un fond de vérité dans cette histoire, soit il était très bien caché, soit la réalité rattrapait la fiction.  Et en ménestrelle qui se respecte, Meylan était bien décidée à trancher la question.  Restait à trouver la source de la rumeur…

Dans l’absolu, la ménestrelle était plus qu’à l’aise dans un environnement citadin.  Elle n’avait pas passé les vingt-huit premières années de sa vie à Darga, ville cosmopolite par excellence, pour rien.  Et pourtant, elle était en train de réaliser qu’elle avait été un poil trop optimiste au sujet de ses capacités à s’orienter dans une ville totalement inconnue.  Après quelques jours sur place seulement, c’était la quatrième fois qu’elle devait demander son chemin.  Une chance que la timidité ne soit pas un trait qu’elle possédait.  Résignée, elle aborda un homme qui passait par là et n’avait pas l’air trop pressé.

"Excusez-moi, savez-vous où se trouve l’auberge du Chat Volant?"

L’interpellé s’arrêta, jeta à la ménestrelle un coup d’oeil qu’elle ne pouvait que qualifier de résigné et poussa un soupir avant de répondre.

"Non, je ne sais pas, je suis simplement de passage, et vous êtes la troisième personne à me poser cette question en un mois.  Bonne chance pour trouver, et un jour va falloir qu’on m’explique ce que cette auberge en particulier a de spécial."

Bon, pas de chance cette fois-ci, il lui faudrait tout simplement trouver quelqu’un d’autre à qui poser sa question.  Une chose que cette réponse lui apprenait cependant, était qu’elle n’était de loin pas la seule à avoir entendu cette fameuse rumeur.  Elle commençait même à se demander si ce n’était pas le tenancier de l’auberge qui l’avait répandue pour attirer des clients.  L’avenir le dirait.



x6



Dernière édition par Meylan Lyrétoile le Ven 9 Fév - 15:54, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Lun 5 Fév - 13:13
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Il était encore plus important que d’habitude de se montrer à la population à ses yeux après cette attaque incompréhensible de la mine. C’était tout récent mais déjà dans les bouches de tous. S’il avait pu, il y aurait consacré beaucoup plus de temps mais il ne pouvait être là à parler aux habitants et en même temps en train de prendre des mesures, à son grand malheur. C’était pour ça qu’il n’était dehors que le soir alors qu’il avait voulu sortir le matin. À cette heure, les commerçants avaient fermé boutique. Enfin, d’autres lieux étaient ouverts comme le Chat Volant. Le Chat Volant ?! Il revint sur ses pas pour s’adresser à la jeune femme qui demandait son chemin.

« Vous ne la trouverez pas, cette auberge a changé de nom suite à un malheureux concours de circonstance. »

Et on pouvait dire mortel même pour la pauvre bête. Enfin, là n’était pas la question.

« Je peux vous y conduire, je comptais m’y rendre entre autre. Cela fait longtemps que je n’ai pas vu le propriétaire. »

Il n’avait pu y aller personnellement pour prendre de ses nouvelles. Ce n’était pas faute d’y avoir pensé, quelques fois. Mais après l’histoire avec son chat, il y avait eu la recherche de Zora, l’armement à organiser et d’autres soucis innombrables inhérents à la gestion de la ville. Il avait beau avoir d’excellente raison de ne pas y être allé plus tôt, il se sentait coupable et ça transperçait dans sa voix.

« Cela fait longtemps que vous êtes arrivée dans notre ville ? Vous venez pour donner une représentation ? »

Curieux, comme toujours, et soucieux du bien-être de ses interlocuteurs, il questionnait la brune sur le chemin du fameux établissement. Deux minutes au plus, et ils y seraient. Les passants qui les croisaient le saluaient respectueusement comme toujours. Les médisants, comme les protestataires, ne l’étaient que très rarement ouvertement, c’était bien dommage !


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Ven 9 Fév - 17:48
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Il était rare que de l’aide vienne ainsi spontanément à Meylan, et elle gratifia donc son nouvel interlocuteur d’un sourire reconnaissant.  Même si elle avait entendu que les traits le plus reconnaissables du souverain de Busad étaient son jeune âge et ses tatouages, elle ne fit pas le lien entre le jeune homme face à elle et le gharyn.  Trop peu habituée à fréquenter de tels individus et, surtout, elle ne savait pas que le dirigeant de la ville avait pour habitude de se promener dans ses rues sans pompe ni protocole.  Elle le remercia donc et lui emboita le pas sans plus de formalités.

Dans un premier temps, elle resta silencieuse, trop occupée à s’étonner de voir l’attention respectueuse que son guide attirait.  Il devait s’agir d’une personnalité connue dans la ville, mais cette constatation était assez peu spécifique.  À creuser.  Enfin, d’abord elle-même avait deux questions auxquelles répondre.

"Je suis arrivée il y a cinq jours, donc assez longtemps pour m’être perdue dans un bon nombre de coins, et pas assez longtemps pour m’en sortir une fois que je me suis perdue."

Un sourire amusé accompagna cette annonce.  Clairement, se perdre ne posait pas plus de problèmes que ça à la ménestrelle.  Oh, bien sûr, c’était légèrement ennuyant sur le moment-même…mais c’était une manière comme une autre de découvrir la ville.  Busard n’avait pas la réputation d’être un coupe-gorge, si bien que Meylan ne s’inquiétait qu’assez peu quand elle se rendait compte qu’elle était incapable de retrouver son chemin.  Elle était prudente, certes, mais pas paranoïaque.

"Disons que je ne viens pas pour donner une représentation en particulier, mais que sans mes représentations je ne pourrais pas vivre."

Et c’était vrai à plus d’un titre.  Jouer était tout autant le gagne-pain de la ménestrelle que sa raison de vivre.

"Plus généralement, j’avais envie d’élargir mon répertoire, ce que je peux le mieux faire en voyageant.  C’est pour cela que je cherchais le Chat Volant: j’ai entendu une rumeur assez…intéressante à propos de cette auberge."

Elle ne précisait pas la rumeur en question, curieuse de voir si une autre version lui serait spontanément offerte.  Relever les similitudes et différences entre plusieurs versions d’une même histoire était une manière comme une autre de démêler mythe et réalité.  Il y avait autre chose, en revanche, qu’elle n’avait pas encore offert, ce qu’elle réalisa un peu tard.

"Navrée, je ne me suis pas encore présentée.  Meylan Lyrétoile, ménestrelle de Darga."

La moindre des choses quand quelqu’un était aussi serviable était bien de décliner son identité.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Lun 12 Fév - 8:18
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Il lui enviait un peu cette capacité à se perdre dans les rues, ça faisait longtemps que ça ne lui était plus arrivé. Maintenant quand il n’était pas à Busad, il avait un guide avec lui. Et au vu de sa dernière tentative de faire les choses seuls, ça ne se reproduirait pas tout de suite… Mieux valait écouter les mots de son interlocutrice que se plonger une énième fois dans les événements de la mine. Il était sortie pour s'aérer la tête entre autre, pas pour se tourmenter.

Était-ce une façon de dire qu’elle était bien ménestrelle ? Sa façon détournée de répondre était une preuve en soit. Les quelques ménestrels qu’il avait croisé avaient cette manie de s’exprimer de façon atypique. Il espérait qu’elle n’avait pas un sens de la plaisanterie aussi tordu qu’Odard, il s’en voudrait autrement de l’emmener à cet aubergiste qui avait déjà bien assez souffert aux mains du plaisantin.

« Je suppose que c’est inévitable. Ce genre de lieux est propice aux rumeurs. »

Pauvre homme qui devait supporter les racontars sur la mort de son chat. Il avait bien fait de renommer son établissement. Ce ne serait pas Zaël qui relaterait les événements, ni Zora ni Odard ne méritaient qu’on propagea des histoires à leur sujet. La punition, si d’apparence avait réussi, n’était qu’une illusion à n’en point douter. Du moins, les agissements de Zora quant à son autre punition le laissait supposer. Et le ménestrel, eh bien, sa mauvaise volonté dans tout ça avait été plus qu’évidente. Le rapport de Kazushi n’avait pas été tout noir mais… Enfin, celui qui avait fait le plus de bruit n’était pas le plus dangereux des deux et quoiqu’on en dise, il avait fait sa punition. Il n’aurait pas été correcte de lui faire de la mauvaise publicité.

« Enchanté Meylan et ne vous excusez pas, je ne me suis pas présenté non plus, vous pouvez m’appeler Zaël. »

Il n’était pas dans la salle du trône, ni en rencontre diplomatique, il pouvait bien se présenter simplement. Il arrêta ses pas à ce moment là. Ils étaient arrivés devant un établissement en pierre, comme tous les autres, surmontés d’un écritoire « Au royaume de Balthazar ». La porte battait alors que des gens entraient et sortaient tour à tour, laissant entrapercevoir l’intérieur déjà bien animé de rire et de chant.

« C’est ici. Je vais voir le tenancier, vous voulez lui parler ? »

Sinon leur route allait se séparer. Ce serait une bien brève rencontre.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 3 Mar - 16:24
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Le voile se leva sur l’identité de son guide, faisant hausser un sourcil surpris à Meylan.  Voilà donc ce que Mary voulait dire quand elle avait décrit le primo-gharyn de cette ville comme étant "super sympa".  En plus d’être serviable, il venait de se révéler assez souple par rapport au protocole.  Un sympathique personnage en effet.

L’arrivée à l’auberge ne tarda pas à lever le voile sur la cause des difficultés qu’avait eues la ménestrelle pour trouver l’établissement: un changement de nom.  Evidemment, elle aurait pu chercher pendant longtemps.  Il fallait le savoir.  Elle accueillit la proposition d’une rencontre avec le tenancier avec un sourire reconnaissant.

"Volontiers, merci."

Se faire introduire par une connaissance de celui ou celle qui tenait un établissement pareil était toujours un avantage, et c’était a fortiori vrai pour une référence telle que Zaël représentait.  Peut-être que quelqu’un capable de jeter un coup d’oeil dans leurs esprits respectifs aurait été amusé de remarquer que l’artiste faisait en ce moment plus attention aux formes et apparences que le politicien, mais cela n’avait somme toute rien d’étonnant.  Lui se trouvait en terrain familier, et elle était une étrangère.

"Savez-vous pourquoi cet établissement a changé de nom?"

Autant se renseigner en amont, si le primo-gharyn était un habitué de l’endroit.  Cela lui permettrait de plus facilement cibler les questions qu’elle poserait au tenancier, voire d’éviter les faux-pas.  Bien que Meylan ne voie aucun inconvénient à passer pour une excentrique (au contraire: elle considérait l’excentricité comme une part intégrante de sa profession), cela n’était en rien mutuellement exclusif avec le fait de se faire apprécier.  Par conséquent, les préoccupations de Zaël, bien que compréhensibles, n’étaient pas nécessaires.  D’ailleurs, si le nom d’Odard tombait lors de la conversation, il était probable que Meylan aurait l’une ou l’autre chose à dire à son sujet, et probablement rien de bien flatteur. C'est qu'elle avait la dent longue parfois.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Jeu 8 Mar - 9:11
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Bien sûr qu’il savait pourquoi l’établissement avait changé de nom, il avait été là le soir qui avait valu ce changement. Heureusement, peut-être, sinon les deux responsables s’en seraient tirés sans aucune punition pour se racheter mais aussi pour comprendre leur faute. Bien qu’au final on pouvait se demander si ça avait été utile : entre Odard qui avait été totalement réfractaire au tout et Zora qui s’était révélée par la suite être une fanatique dangereuse. Au moins, le chat avait-il bien fini avec une sépulture.

Zaël réfléchit avant de lui répondre, ragoter n’était pas son genre. Cependant la question était légitime et mieux valait qu’elle en parla avec lui qu’avec le propriétaire. Le mieux était de lui faire un récit sans fioriture. De toute façon, il n’avait pas tout vu lui-même, surtout l’acte de la rousse au final. Pour le ménestrel, aussi roux, c’est surtout de sa mauvaise volonté dont Zaël avait été témoin. Il préféra rester dehors pour lui répondre. Prêtant attention à ne pas bloquer la porte, il s’était mis de côté avec Meylan.

« C’est à cause d’un malheureux incident. Un de vos collègues ménestrel, Odard- je ne sais pas si vous le connaissez ? c’est un homme roux aux habits vifs, légèrement plus petit que moi – il n’alla pas plus loin dans la description et ne mentionna pas son caractère pour ne pas être plus désobligeant que nécessaire ; a eu la mauvaise idée de donner l’illusion que le chat du propriétaire, Balthazar, étai en feu pour plaisanter. La plaisanterie a mal tourné puisque Zora, une personne très dangereuse même si on l’ignorait à ce moment là, a tué le chat pour « abréger » ses souffrances. »

Il en avait dit plus qu’il n’avait prévu. Mais ne pas en dire assez aurait trop tronqué la vérité. Quitte à expliquer la situation autant bien le faire. Il n’y avait qu’un détail à ajouter pour terminer cette histoire.

« J’ai veillé à ce qu’ils reçoivent tous les deux une punition adéquate pour leurs actes puisque j’étais là ce soir là. Ils s’en sont acquittés avec la supervision d’une troisième personne. »

Inutile de mentionner les raisons de sa présence, ni tous les petits événements avant qu’il n’eut quitté l’auberge en laissant les deux roux sous la supervision de l’herboriste. Avec ça, la ménestrel était au fait des événements à ne pas mentionner au propriétaire. Ils pouvaient maintenant entrée dans l’établissement.

La musique provenait d’un petit groupe de musicien, fort probablement pas illusionnistes à leurs heures perdues. Quant au brouhaha, il provenait d’un peu partout, la salle étant comble chacun parlant plus fort que le voisin pour se faire entendre. Deux serveurs circulaient entre les tables rondes pour amener ou ramener des verres, à cette heure c’était un ballet incessant. Peu furent ceux qui remarquèrent leur entrée. Personne ne les empêcha d’aller en cuisine, le tenancier n’étant pas dans la grande salle, il devait se trouver à l’arrière. Il faillit entrer en collision avec une serveuse portant un plateau orné de divers beignets mais la catastrophe fut éviter de justesse. Pour se faire pardonner, il tint la porte à la demoiselle mi-surprise mi-embarrassée. Le tenancier en train de discuter avec le cuistot à leur entrée se tourna vers eux et ravala sa réplique lorsqu’il vit qui était venu ici.

« Bonsoir, Loïc, je venais voir si tout allait bien pour vous. Et voici, Meylan, une ménestrel qui venait voir votre établissement.

-C’est un honneur primo-Gharyn. Comme vous avez pu le voir les affaires tournent bien et j’évite les – il jeta un coup d’œil à la femme accompagnant le gharyn avant de terminer sa phrase – les énergumènes. »

Il s’était rapproché d’eux et les avait invité du geste à s’enlever du milieu. Il n’avait rien à voir avec le type éploré et apathique d’il y a des mois. Sa rondeur quant à elle n’avait pas changé, au contraire de son regard un poil méfiant et plus dur. Enfin, ce n’était que de vague impressions pour ces derniers points, Zaël n’avait pas été en sa présence bien longtemps.

HRP:
 


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Lun 12 Mar - 22:18
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Si le nom d’Odard ne disait absolument rien à Meylan, la description qu’elle reçut du personnage lui semblait cependant familière.  Elle frissonna en entendant le sort du pauvre félin, en partie parce que quelques mois plus tôt elle aurait pu se trouver à la place de la pauvre bête.  Après tout, Zora avait plus ou moins ouvert la conversation en lui annonçant de but en blanc qu’elle ne croyait pas que la moralité existe.  Même si sur le moment-même la ménestrelle n’avait pas été spécialement alarmée (bien que d’un avis différent), cela aurait dû lui mettre la puce à l’oreille à propos du personnage qui lui faisait face.

"Je ne connais personne nommé Odard, mais j’ai déjà croisé un barde qui correspond à votre description avec un humour assez…piquant."


Bon, d’accord, sur le coup il y avait prescription et garder une dent contre cet homme avait assez peu de sens.  Elle ne mentionna pas qu’elle avait également rencontré Zora parce que…eh bien elle ne savait pas pourquoi, mais elle garda cette information pour elle.

Elle était heureuse de savoir à quoi s’en tenir, sans quoi sa curiosité lui aurait très probablement joué de mauvais tours.  Son but n’était certainement pas de braquer le tenancier en heurtant une corde sensible.  Contrairement à d’autres, elle avait un certain tact.  Sachant quels écueils elle devait éviter, elle entra assez confiante dans l’établissement fraichement renommé.

Le temps qu’elle jette un coup d’oeil circulaire à la salle dans laquelle elle et son guide venaient de pénétrer, ce denier la mena vers une partie où même les habitués d’une auberge ne se risquaient en général pas.  Mais après tout, il ne s’agissait pas de n’importe quel habitué.  Elle supposait que Zaël savait ce qu’il faisait.  Supposition confirmée par l’interaction qui suivit entre le primo-gharyn et le tenancier.  À la mention de son nom, elle s’inclina pour saluer celui dont elle savait maintenant qu’il s’appelait Loïc.  Le sourire aimable qu’elle lui avait adressé se fit bientôt un tantinet chagriné quand elle vit l’accueil assez peu enthousiaste qu’elle reçut.  Evidemment, ça se comprenait.

"Vous m’en voyez navrée.  Sans le soutien de votre profession, les ‘énergumènes' comme vous dites ont bien peu de perspectives d’avenir.  Je trouve désolant d’apprendre que l’art a été ainsi sali par les actions d’un seul."


Evidemment, sa formulation était celle, recherché, si typique à ceux qui vivaient des bons mots au bon moment.  Son ton et son regard, en revanche, témoignaient d’une sincérité non feinte.  Comme toute personne passionnée, elle ne pouvait qu’être outrée quand quelqu’un entachait ce qui lui tenait tant à coeur.  Décidément, même absent, le barde roux n’avait pas fini de l’exaspérer.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Lun 19 Mar - 9:35
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
La rancœur du propriétaire tenait plus aux événements qui s’étaient déroulés après la mort et au principe. Cela faisait longtemps que les souvenirs du chat s’étaient évanouis, comme il se doit. Mais la méfiance envers les ménestrels restait bien ancrée. Ces derniers se retrouvaient invariablement exclu de son établissement. La seule raison que Meylan était toujours là n’était que dû à la présence du primo-Gharyn. C’était peut-être une occasion en or de prouver à ce dernier que ceux-ci n’apportaient rien de bon. Il croisa les bras puis répondit à la phrase toute faite de la femme de façon clairement sarcastique.

« Vraiment et vous seriez prête à lui redonner de l’éclat ou n’est-ce que des mots en l’air ?! Les musiciens seront ravis de prendre une pause si ce que vos propos ne sont pas que du vent. »

Zaël était bien conscient de la mésentente des deux mais il était bien en peine de proposer quoique ce soit pour désamorcer la situation. En fait, il trouvait l’idée du tenancier plutôt bonne. Même s’il venait juste de rencontrer l’artiste, il avait nul doute sur ses compétences. Et c’était une personne avec infiniment plus de tact qu’Odard même si ça, ce n’est pas difficile.

« Si vous y consentez, je resterais aussi pour voir votre spectacle. »

Il serait vraiment heureux que sa visite se termina sur une bonne note. Même si ça ne dépendait guère de lui. La musique leur parvenait par bouffé lorsque l’une des serveuses passait dans la cuisine. Un mélange d’instruments à corde, de chant, et de rire de la part des clients ou d’applaudissement. En tout cas, les gens avaient l’air plutôt satisfait par le soirée en cours. L’ambiance était bonne, l’alcool coulait à flot et la nourriture agrémentait le tout.

« Mais vous vouliez peut-être vous reposer ? »

La dernière des choses qu’il voulait, c’était d’imposer quoique ce soit à la jeune femme. Ce serait dommage, c’était quand même une belle occasion, mais le bien-être des deux comptaient à ses yeux. Qu’elle soit d’ailleurs, ait d’autres croyances, ne changeaient rien.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Mar 27 Mar - 22:50
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Même si Meylan pouvait comprendre l’animosité que le tenancier dirigeait en ce moment vers elle, cela ne voulait pas dire qu’elle l’appréciait.  D’autant plus que, comme toujours, le sarcasme lui donnait furieusement envie de répondre sur le même ton pour faire mordre la poussière à la mauvaise langue.  Mais elle se retint, car une telle réaction aurait été à l’exact opposé de son but.  Elle se contenta donc de pencher la tête sur le côté, gardant sur ses traits un masque avenant qui dissimulait ses pensées actuelles.  Une actrice?  Sans aucun doute, mais pour la bonne cause.

"Si les musiciens qui occupent en ce moment la scène n’y voient pas d'inconvénient, je serais ravie de les relayer."

Elle gardait un ton conciliant, soucieuse de ménager le quelque peu irascible tenancier.  Toutefois, elle ne put s’empêcher de réagir à une des nombreuses piques glissées dans son offre.  Rester aimable, d’accord, mais de là à se laisser marcher sur les pieds de bout en bout, il y avait une limite.

"Peut-être que si vous laissiez une nouvelle chance aux ‘mots en l’air’, vous constateriez qu’ils ne sont pas aussi insignifiants que vous le pensez.  Vous égalez mes propos au vent, mais que seraient nos navires, nos moulins sans son souffle pour les mettre en mouvement?"

Contrairement à son interlocuteur, Meylan se gardait toujours bien de laisser percer la moindre once de sarcasme, ou même d’ironie dans ses paroles.  Elle s’autorisait une pirouette verbale, comme pour ouvrir un spectacle qu’elle venait d’accepter de donner.  Une sorte d’échauffement ou d’avant-première.  Après…les Architectes seuls savaient comment l’homme y réagirait.

Le point positif à cette situation était que le primo-gharyn ne semblait pas partager l’a priori négatif de son compatriote.  Et pas besoin d’être un génie pour comprendre que l’appui d’un tel personnage comptait, et pas qu’un peu.  Elle lui adressa donc un sourire, véritable celui-là et dénué de toute trace de contrariété.

"Si j’avais voulu me reposer, je serais restée à l’auberge.  Sans compter que je prends trop de plaisir à mon art pour prétendre que jouer me fatiguerait."

Nulle trace d’arrogance dans cette déclaration, mais bel et bien un aperçu de la passion qui l’habitait.  Son visage s’était fait radieux et des étoiles s’étaient allumées dans ses yeux.  Parviendrait-elle à vaincre l’animosité de l’aubergiste?  L’avenir seul le dirait, mais elle ferait en tout cas tout ce qu’elle pourrait pour redorer le blason de sa profession.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Dim 8 Avr - 17:26
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
« Encore des mots, j’attends de vous voir agir. »

Son éloquence n’était bien sûr pas passée inaperçue mais on pouvait être éloquent et faire des choses abjectes. On ne pouvait pas dire que le responsable de cette situation en manquait un tant soit peu. Non, de ça comme de l’ego, il en avait à revendre. Toutes les personnes ici présentes n’avaient eu besoin que d’une rencontre pour le voir. Zaël n’avait rien à faire d’autre dans cette situation que d’essayer de diminuer la tension, ou au moins apporter son support à Meylan qui n’avait rien fait encore, qu’elle se sentit libre de refuser.

"Si j’avais voulu me reposer, je serais restée à l’auberge.  Sans compter que je prends trop de plaisir à mon art pour prétendre que jouer me fatiguerait."

Ah ? Il se sentit bête devant la réponse à son inquiétude. Et en même temps, il était heureux qu’il exista des gens tels qu’elle, assez passionnés par ce qu’il faisait pour ne pas y voir un travail mais une façon de vivre. Pour lui aussi son statut était indissociable de sa vie, à défaut d’être reposant. Il n’y avait rien à ajouter si ce n’était prendre un siège et observer son art. Il en profita pour détourner le propriétaire avant qu’il ne s’aventura dans d’autres piques, l’invitant à assister au tout depuis les places au bar. Les deux hommes s’installèrent donc en attente de la représentation. Loïc donna l’ordre a un des serveurs d’aller préparer de quoi rincer le gosier des musiciens au frais de l’établissement. Ces derniers ne se firent pas prier pour laisser la place quittant la scène sous les applaudissements de leurs auditeurs.

Un silence tout relatif revint dans la pièce lorsque la cithare, la viole et la flûte ne sortirent plus de sons les musiciens les ayant déposés à côté d’eux près d’une table pour devenir spectateur à leur tour, et que le dernier clappement de main fut frappé. La scène était assez rudimentaire et pas bien grande, une simple estrade de pierre accolé au mur en face de l’entrée. Tout autour étaient disposées les tables avec les clients curieux de ce changement d’artiste. Les discussions se turent même dans l’attente. Le primo-Gharyn lui même ne disait mot, regardant la jeune femme se mettre à l’œuvre. Bien heureux de pouvoir assister à un tel moment de détente tout en le combinant avec la bonne action qu’était la réconciliation de son voisin avec les ménestrels.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Jeu 19 Avr - 15:54
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Le seul inconvénient que Meylan voyait à cette situation (outre l’animosité de l’aubergiste), était qu’elle n’avait pas forcément prévu de jouer face à un public et portait donc une tenue assez simple.  Une erreur de sa part, mais elle ferait avec.  C’est donc vêtue d’une assez simple tunique verte et de chausses et bottes brunes qu’elle grimpa sur l’estrade faisant office de scène.  Une jeune femme parmi tant d’autres, en fin de compte, et pas bien grande qui plus est.

Et pourtant, elle occupait la petite estrade avec toute l’assurance d’une personne qui sait exactement ce qu’elle fait là.  Ses yeux sombres parcoururent rapidement la pièce, histoire de jauger l’espace et le public dont elle disposait.  Elle salua ensuite profondément l’assistance, comme tout artiste qui se respecte.  Dans sa main droite, elle avait saisi le seul élément un peu extravagant dans sa tenue, un petit chapeau du même vert que sa tunique.  Son entrée en scène ainsi exécutée, elle remit en place son couvre-chef et commença à caresser les cordes de sa lyre.  La mélodie qu’elle en tirait n’était encore qu’un prélude, une toile sur laquelle elle peindrait son introduction.

"Salut à vous, voyageurs des terres de Dehklii, habitants de cette ancienne cité où jadis Ethan vécut.  Mon nom est Meylan Lyrétoile, Voix des Contes qui planent sur nos contrées et chuchotent aux oreilles de tous ceux qui les traversent.  Avez-vous déjà entendu le murmure des légendes vous parler du fond des âges?  Avez-vous seulement écouté les mots portés par la brise?  D’ailleurs, écoutez, n’entendez-vous rien?"

Tendant son esprit vers son Architecte tutélaire, elle se tut et pencha la tête sur le côté, comme pour mieux écouter un soin lointain.  Pendant un moment, seule la mélodie de sa lyre se fit entendre.  Et puis…d’autres instruments semblèrent lui répondre.  Au fond de l’auberge, le chant chaleureux d’une flute s’éleva, à côté du bar, la cascade musicale d’une harpe se joignit au duo et de l’autre côté de la salle, le tintement joyeux d’une multitude de grelots lui répondit.  Des sons ténus, comme lointains et charriés par le vent.  Certains se retournèrent pour chercher leur origine, mais ils durent se rendre à l’évidence: il n’y avait ni flute, ni harpe, ni grelots en vue.  Maintenant serait le moment critique: avait-elle capté l’attention de son public, ou les verrait-elle retourner à leurs boissons et discussions?

HRP:
 



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Lun 23 Avr - 9:24
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Son entrée en la matière était réussite. Du moins, elle avait conquis Zaël autant par la tournure des phrases très belles que l’attention portée à leur culture. Mais le primo-Gharyn n’était pas forcément une référence ou représentatif de l’accueil dans l’ensemble de la salle. Il était très, peut-être même trop, bon public de part son caractère et aussi à cause du peu de spectacle qu’il avait l’occasion de voir. Son voisin, c’était une autre histoire, lui aussi pas forcément très représentatif. Il n’avait pour l’instant pas démordu de sa position de sceptique et de pessimiste. Il attendait presque le moment où Meylan ferait une faute pour s’en saisir et prouver ses dires. Pour l’instant il était mal parti suite à ses mots, sa dernière question, les gens souriaient en entendant d’autres sons provenant d’instruments inexistants, du moins en apparence. Même les musiciens accordèrent leur attention à cette jeune femme.

La magie de son spectacle et de son ambiance était plutôt bonne. Cependant, cela restait un bar. Le public aussi attentif fut-il était vite distrait par les accidents du lieu. Quant une chope à moitié remplie se renversa à cause d’un type réveillé, son voisin avait eu la meilleure attention du monde : permettre à ce dernier d’assister au spectacle, le bruit paru fracassant et les yeux se tournèrent vers eux ainsi que les esprits. Plus d’un lâcha un commentaire sur la maladresse et l’interruption ne se rendant pas compte qu’eux mêmes gênaient et brisaient de la même façon l’ambiance instaurée. L’une des serveuses se chargea prestement de récupérer la chope au sol et de mettre une serpillière sur la flaque. Sans pouvoir rien faire pour le bruit depuis déjà évanoui. Une interruption brève en somme mais très perturbatrice.

« Regardez, les incidents commencent déjà ! »

Ses mots étaient puant de mauvaise fois. Même le propriétaire s’en rendit compte et ne pu soutenir le regard dubitatif de Zaël. Au lieu de ça, il le reporta sur la scène là où il y avait la responsable de cette situation. Bien sûr, il ne fit strictement rien pour stopper les petits commentaires ou aider la ménestrel à récupérer l’attention dissipée de la salle. Pas plus que le primo-Ghary, bien que pour des raisons différentes, il ne voulait pas gêner l’artiste. Il l’aurait bien encouragé aussi mais de sa place il ne pouvait que lui offrir un sourire. Du moins sans devenir lui même une source de perturbation.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 5 Mai - 19:32
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
La première impression était souvent décisive quand il s’agissait de capter l’attention du public, et Meylan pouvait se détendre maintenant qu’elle savait qu’elle avait réussi.  C’était en général à ce stade-ci que la tension s’évanouissait et que seul le plaisir de jouer restait.  Mais un événement inattendu risqua de mettre des bâtons dans les roues de la ménestrelle, déviant l’attention vers une table de la salle.  Le personnel de l’auberge avait beau être efficace, le mal était fait.  Qu’importe, ce genre d’accidents arrivait dans les endroits comme celui-ci, et tout bon artiste s’y produisant était capable d’improviser pour rebondir.

La serveuse qui avait accouru n’avait même pas fini d’emporter la choppe, que déjà un autre bruit fracassant résonnait à l’autre bout de l’auberge.  Puis un autre, à quelques mètres de là, encore un autre, et encore un… En tout, sept coups de tonnerre semblèrent secouer les murs de l’établissement, tous aussi peu réels les uns que les autres, et pourtant terriblement réalistes.  Chacun était accompagné d’une gerbe d’étincelles colorées et crépitantes aussi inoffensives que fascinantes.  La dernière gerbe éclata derrière Meylan, la baignant brièvement dans une lumière surréaliste et ramenant l’attention de ses spectateurs vers elle.

"Mais qui a dit que la légende ne pouvait s’exprimer qu’à travers un murmure?  Elle gronde, tempête, veut se faire entendre, elle clame haut et fort son existence.  Les Zoliens ont entendu cet appel enflammé et y ont répondu sur le même ton.  Que vous soyez sédentaires ou nomades, devenez voyageurs et je serai votre guide.  Franchissez les monts qui veillent sur vos contrées et plongez-vous dans Losos la flamboyante."

À la mention du nom de la ville, ses doigts s’animèrent de nouveau sur sa lyre, entamant le premières notes d’un air entraînant originaire de là-bas.  Habituellement, cet air servait d’accompagnement à une danse hypnotisante par sa rapidité et sa légèreté, mais, faute de tels artistes, la musique devrait se suffire à elle-même.

"Le feu vorace un jour se dit
qu’il voulait cesser d'être maudit
et pouvoir se joindre à la fête lui aussi
sans que tout ce qu’il touche sente le roussi.

Le feu, la flamme et l’étincelle
unirent leurs forces un beau jour
pour rejoindre l’air qui ensorcelle
parés de leurs plus beaux atours.

La flamme chaleureuse et brillante
en eut assez d’être lueur ondoyante.
Elle voulait prendre part à la danse
et elle aussi marquer la cadence.

Le feu, la flamme et l’étincelle
unirent leurs forces un beau jour
pour rejoindre l’air qui ensorcelle
parés de leurs plus beaux atours.

L’étincelle pétillante et éphémère
trouvait son triste sort doux-amer.
D’une luminescence inégalée,
mais bien vite morte et oubliée.

Le feu, la flamme et l’étincelle
unirent leurs forces un beau jour
pour rejoindre l’air qui ensorcelle
parés de leurs plus beaux atours.

À trois ils créèrent un chef-d’oeuvre:
une merveille que le feu abreuve
par le biais de la flamme vive
pour que brille l’étincelle explosive.

Le feu, la flamme et l’étincelle
unirent leurs forces un beau jour.
Ensemble ils illuminent la fête
pour qu’enfin elle soit parfaite."


La musique était rythmée, joyeuse, et l’air fut repris en choeur par quelques clients dès le second refrain.  Au troisième refrain de nouvelles voix les rejoignirent, et quand arriva le refrain final c’est un groupe de taille tout à fait respectable qui se trompa comme un seul homme sur les deux dernières lignes.  Qu’importe: c’était l’ambiance qui comptait.  Pour ajouter tout de même une légère composante visuelle à sa représentation, Meylan avait fait danser chacun des trois protagonistes devant la scène durant le couplet qui lui était attribué.  Quant au couplet final, elle l’avait accompagné d’un bouquet d’explosions colorées dont elle avait étouffé le son histoire qu’il ne couvre pas sa musique.  L’incident malheureux de la choppe semblait parfaitement oublié.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
avatar
Lun 21 Mai - 18:38
Irys : 912219
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Crispé, Loïc regardait ces gerbes d’étincelles magiques, illusoires. Il observait attentivement la foule de peur de voir un débordement impromptu à cause de ses effusions. Pour l’instant, il ne voyait que le pétillement se refléter dans leurs yeux. Mais ce pouvait n’être que le calme avant la tempête. Et cette ménestrel qui parlait de feu ! Malheur ! Pire, elle en faisait son apologie. À côté de lui, dans une humeur bien différente, se trouvait le primo-Gharyn admiratif devant cette histoire incroyablement bien mise en scène. Et si sa voix ne se mêlait pas à celle des autres clients, il fermait par moment les yeux pour s’imprégner de l’ambiance. C’était magique ! Ses applaudissements se mêlèrent aux autres. Meylan les méritait amplement entre sa prestation et les conditions avec lesquelles elle était monté sur scène, même si les spectateurs l’ignoraient.

« Une autre !

-Ouais une autre !

-"Le whisky dans la chope !" »

La proposition vite reprise par nombre de client oublieux de leur chef si discret émanait d’un des musiciens, une plaisanterie tout comme une façon de tester leur comparse. Contrairement à l’aubergiste, ils ne lui étaient pas hostile, ils avaient même applaudi de bon cœur à son spectacle tout en sifflotant leur bière. Le primo-Gharyn bien ignare des chansons de ce type, attendait curieux de voir la suite. Dans l’établissement d’Oleg, un membre de son clan, il n’y avait pas ce genre de chose. Du moins, pas quand il y était. Il était vraiment novice dans le domaine des festivités. La dernière en date était celle où il avait été invité par la Khorog Ayael. Une belle soirée où il s’était presque senti comme chez lui grâce à l’accueil du clan même avec des coutumes bien différentes des siennes et de ses contrées. Là non plus aucune chanson de ce genre n’avait été chanté. Il était intrigué par la présence d’alcool dans le titre. Une chanson pour vanter ses mérites de façon aussi belle que les feux d’artifices ?

« Vous connaissez ce titre Loïc ?

-Heu, oui, je... »

L’interpellé interrompu dans son mouvement pour se lever et protester, se réinstalla sur son tabouret les bras croisés et gênés. Toute cette situation ne lui plaisait définitivement pas ! Un brin boudeur, il resta muet fusillant du regard la responsable de tout ça. Si jamais ça dérapait, il ne resterait pas sans rien dire, ça non ! Et le primo-Gharyn serait forcément de son côté ! Pas de doute.  Sûr de sûr !


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Mar 18 Sep - 11:03
Irys : 810318
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Quand la salve d’applaudissements salua sa prestation, Meylan s’inclina profondément, ôtant son chapeau au passage. Un geste théâtral au possible, et donc parfaitement à sa place dans une représentation pareille. Qu’importe l’accueil assez peu enthousiaste que le tenancier de l’endroit lui avait réservé, elle était parfaitement dans son élément et savourait son premier passage sur scène depuis qu’elle avait quitté sa ville natale. Le sourire qui éclairait son visage s’élargit quand son public réclama une nouvelle chanson, et se mua en un rire silencieux quand une suggestion fut reprise par une bonne partie du groupe. Elle jeta un coup d’oeil amusé à celui qui avait lancé le mouvement, puis reporta son regard sur la salle dans son ensemble.

"Est-ce un message pour moi ou pour les serveurs?"

La tête légèrement penchée sur le côté, un sourcil levé, elle se permettait de taquiner un public dont elle savait qu’elle avait gagné l’affection. Même si elle faisait mine de ne pas comprendre la demande qu’ils avaient reprise en coeur, elle ne tarderait pas à y accéder, et ils le savaient, et elle savait qu’ils le savaient.

"Ou encore un compliment destiné à notre hôte?"

Un pari risqué que de ramener même brièvement l’irascible aubergiste au centre de l’attention, mais qui pouvait arriver au moindre succès sans prendre de risques? Elle ne lui laissa d’ailleurs pas le temps de grommeler ou plomber l’ambiance d’une quelconque manière, puisqu’elle remplit bien vite l’air de l’auberge des premières notes de la chanson tant demandée. C’était un air entrainant et bien connu, et elle pouvait déjà voir dans les yeux de certains qu’ils joindraient leur voix à la sienne.

Ô toi, voyageur égaré,
sois le bienvenu dans nos contrées!
Qu’importe la poussière qui t’enveloppe,
verse une rasade de whisky dans ta chope!

Ah, le whisky dans la chope,
magie liquide couleur d’ambre!
Ah, le whisky dans la chope,
réchauffe les esprits et les membres!

Et qu’importe la compagnie,
car atour d’une chope tout s’unit.
Tombent les masques et faux-semblants,
il suffit d’un verre rassemblant!

Ah, le whisky dans la chope,
magie liquide couleur d’ambre!
Ah, le whisky dans la chope,
réchauffe les esprits et les membres!

Si alors que la nuit avance,
l’alcool brille par son absence,
sous l’attelage lunaire qui galope,
tavernier remplis nos chopes!

Ah, le whisky dans la chope,
et à côté le feu qui luit!
Ah, le whisky dans la chope,
réchauffe toutes les nuits!


Comme elle s’y attendait, de nombreuses voix s’étaient jointes à la sienne pour les couplets, et l’assemblée avait repris en coeur les refrains. C’était l’avantage des airs bien connus, qu’importe le sujet. L’aubergiste serait-il ravi qu’un tel chant ait été repris avec tant d’entrain dans son établissement en présence du primo-gharyn de la région? Peut être pas, mais on ne pouvait pas plaire à tout le monde et Meylan n’aurait pas pu faire autrement que d’accéder à la requête de son collègue musicien. Le public, en tout cas, était enthousiaste et le lui faisait savoir on ne peut plus clairement. Elle salua une nouvelle fois, attendant que la plus gros de l’agitation se calme pour passer à la suite.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé