Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 Une chasse perturbée

Ydril Iki'Shiro
avatar
Sam 3 Fév - 10:31
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Dejà plus d'une semaine qu'il était bloqué à Suhuri à cause de cette pluie qui ne voulait pas en finir. Sa monture détestant l'eau, il préférait la laisser attendre sous une grotte tout en lui amenant suffisament de roches pour qu'elle puisse manger.

Lui allait tous les jours chasser dans la forêt juste au près pour pouvoir se nourrir. Il allait aussi parfois dans la ville juste au près notamment pour s'occuper. Après, il faut dire qu'il en avait marre de ne pas bouger et qu'il réfléchissait à un moyen de correctement utiliser sa magie de sorte à libérer un passage suffisament sec pour que la monture puisse traverser facilement.

Ce matin-là, il avait du passer une bonne heure et demi à prier les Architectes tranquillement. Comme à son habitude, il insistait sur l'Architecte qui lui avait offert sa magie : Amisgal. Il lui demandait aussi de changer le temps qu'il faisait pour qu'il puisse continuer sa route, qu'il puisse continuer son voyage.

Mais pour le moment, il préférait alors repartir dans la forêt pour aller attraper le repas de la journée. Marchant lentement, silencieusement il repérait alors des pas d'animaux. Des lapins et des renards avaient dû passer par là il n'y avait pas si longtemps. Bon encore du lapin, ça faisait bien une semaine qu'il en mangeait et il commençait à s'en lasser, mais avec un peu de chance, c'est le renard qu'il attraperait. Alors il suivait silencieusement ces traces, dans le seul but de trouver quelque chose à manger.

Au bout d'une centaine de mètres, im repéra alors des perdrix au sol. Il s'en approchait silencieusement, il ne fallait surtout pas se faire repérer et il jouait alors avec les gebs pour éviter que son odeur n'arrive à l'odorat des oiseaux et qu'il soit alors repéré ainsi.

Fixant toujours sa proie, la volaille la plus grosse du groupe, il sortit délicatement sa dague de son étui, se préparant alors à attaquer et à achever l'animal en un seul coup.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Dim 4 Fév - 13:28
Irys : 406589
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Le corps du pauvre homme roula en bas de la pente avec violence. Après plusieurs secondes de rouler-bouler il finit par rejoindre le bas de la cuve, faisant s'envoler au passage un groupe de perdrix tranquillement installées là. Avec un grognement de dédain, Eléonore descendit à son tour la côte pour rejoindre l'infortuné. Elle le poussa d'un coup de talon et l'homme se retourna sur le dos dans un gémissement mêlé de douleur et de peur. L'anomalie s'accroupit juste à côté de lui, un sourire sadique ancré sur le visage. Son sabre pendait nonchalamment à sa ceinture, toujours dans son fourreau. Elle n'en aurait pas besoin pour s'occuper de ce déchet. Aussi enfoncés dans la forêt, personne ne viendrait à son secours. Et dans le pire des cas, la Zagashienne avait repéré un petit ruisseau quelques mètres plus loin, source d'eau largement suffisante pour qu'elle puisse utiliser ses pouvoirs sans retenue au besoin, en plus du rideau de pluie qui leur tombait dessus depuis des heures.

Son regard de jade était posé sur l'homme avec un mélange de dégoût et de curiosité. Eléonore avait croisé ce daënar quelques temps plus tôt, alors qu'elle traversait la forêt dans l'espoir de trouver du gibier avant de reprendre sa route vers le sud. Son attention avait été attirée par l'objet étrange dont il avait l'air de se servir pour se repérer dans l'espace. Comme une sorte de boussole, mais bien plus élaborée, bourrée des petites roues s'imbriquant les unes dans les autres caractéristiques de la technologie hérétique. Son sang d'anomalie n'avait fait qu'un tour, et Eléonore s'était donnée comme devoir de récupérer cet objet étrange et d'interroger son possesseur sur les secrets de son fonctionnement. C'était un exemple typique de ce que sa transformation avait fait à son comportement. Dès qu'elle se trouvait en présence de technologie, la jeune blonde perdait toute notion de bien et de mal. Son obsession en faisait une femme dangereuse, prête à tout pour obtenir ce qu'elle voulait. Combiné à ses connaissances militaires, cela compromettait grandement l'avenir des malheureux qui avaient la malchance de croiser son chemin en possession de technologie.

-Ton peuple et toi, vous n'êtes bons qu'à fabriquer ces objets. Tu dois forcément savoir comment ça fonctionne. Crache le morceau.

Malgré la malveillance de ses mots, la voix d'Eléonore était posée, calme, emplie d'autorité. Pour l'instant. Le pauvre gars tremblait comme une feuille et il était évident qu'il ne savait absolument rien de ce que l'Adepte de Dalai voulait savoir. Mais cette dernière, trop enfermée dans sa psychose, n'avait plus la lucidité d'envisager cette éventualité. Selon toute vraisemblance, le Daënar allait se faire torturer pendant un long moment, jusqu'à ce qu'Eléonore ne se rende compte qu'il disait la vérité et qu'il ne pourrait rien lui apprendre. Ce qui se passerait ensuite... restait indéterminé. Soudain, le regard de sa victime se porta sur quelque chose derrière elle. D'un bond, l'ex-militaire fit volte-face et se releva, une main sur la garde de son arme, pour se retrouver nez-à-nez avec un drôle de type encapuchonné, une dague à la main. Ses sourcils se froncèrent alors que le bout de son nez se mettait à frétiller en signe de contrariété.

-Eh... T'es qui ?


Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Dim 4 Fév - 17:59
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Alors que sa dague allait partir, un homme arriva en roulant descendant de la pente et effrayant les perdrix sous l'oeil surpris de l'adepte d'Amisgal qui ne su pas quoi dire ni faire avant qu'une femme ne rejoint la personne au sol. Elle le fixait, comme si elle cherchait une réponse à une question. Lui tremblait, sûrement un mélange de froid et de peur. Qu'avait-elle bien pu faire pour le mettre dans cette état-là? Impossible de le discerner pour le moment.

Elle avait pourtant une allure guerrière, elle savait se battre et elle savait comment retenir au sol quelqu'un ayant une plus grande carrure qu'elle mais elle semblait différente, voir perturbée. Quelque chose était anormal chez elle mais quoi? Elle était quasiment la seule à attirer le regard du My'trän, après tout, l'homme avait l'air d'être un homme sans importance, certainement un Daënars qui n'avait aucune réponse à offrir à la femme.

Alors elle parla, parler d'un peuple bon qu'à fabriquer des objets. Il était donc bien un Daënars. Mais pas assez vigilent, Ydril se fit repérer par l'homme à terre qui avait alors alerter le regard de son agresseuse. Elle fit alors un bon en arrière, main sur la garde, prèt à engager le combat s'il devait en être ainsi. Ydril rangeait alors sa dague, montrant alors ses mains à celle qui venait de lui demander qui il était.


- Je suis simplement le chasseur dont vous avez effrayé les proies. Et vous, qui êtes-vous?


Il s'était présenté comme un simple chasseur, surveillant la jeune femme et ses moindres faits et gestes. Qui était-elle? Une semaine qu'il était dans les environs et il ne l'avait pas encore aperçue. Il jeta alors un oeil à l'homme à terre qui semblait chercher un peu d'aide.

- Au passage, il ne vous donnera aucune information car il n'en a aucune. Si votre but est de le tuer, faites le donc, ou laissez ce pauvre homme partir.

Il avait alors relevé les yeux vers la jeune femme, venant fixé ses yeux en ne lui montrant aucune agressivité, juste en étant le plus neutre et le plus vrai possible.

- J'ai déjà été plusieurs fois à Daënastre, j'ai parfois observé ce qu'ils appellent leur "technologie", avec un peu de chance, je peux peut-être vous aider.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Lun 5 Fév - 23:25
Irys : 406589
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
L'importun marqua un temps d'arrêt face à la réaction d'Eléonore, avant de ranger son arme et de montrer ses mains en signe de paix. Celle-ci n'en baissa pas moins sa garde, jetant de temps à autre un œil à l'homme à terre pour le surveiller. Il était certes en piteux état, mais cela n'enlevait en rien la possibilité que tout ceci soit un piège. Il aurait très bien pu avoir un complice et la situation se serait alors retournée à son désavantage. C'est donc sans modifier d'un pouce sa posture de combat que l'anomalie observa le nouvel arrivant. Pour sûr, il ressemblait à un chasseur. Un vieux vagabond, un rôdeur sans domicile qui parcourait les forêts en se nourrissant d'amour et d'eau fraîche (Comment ça « Venant d'une fugitive bannie de son pays, c'est l'hôpital qui se fout de la charité »?). Pour autant, cela ne le rendait pas inoffensif, bien au contraire.

L'homme l'accusa d'avoir fait fuir son gibier -ce qui n'était clairement pas impossible, avant de lui affirmer que le type qu'elle était en train d'interroger n'aurait aucune information à lui fournir. Déjà, de quoi il se mêle, Aragorn ? Et ensuite, il n'en savait strictement rien. Les Daënars étaient des hérétiques ayant vendu leur âme en échange de cette fameuse technologie, crachant ainsi au visage des Architectes qui les avaient mis au monde et donné une raison d'exister. Ils étaient probablement tous de mèche, et la Zagashienne était persuadée que chacun d'entre eux possédait -au moins en infime quantité- le savoir sur la conception de leurs machines. Et dans le pire des cas, elle aurait un tout petit peu amoché un Daënars, personne n'allait lui coller un procès pour ça (si?). Il n'y avait pas mort d'homme (encore si?). Eléonore dodelina de la tête, un air faussement tiraillée sur le visage.

-Hum... Le truc c'est que j'ai toujours pas décidé si oui ou non j'allais le tuer... Ce serait dommage de se priver d'une source d'informations précieuses, tu ne crois pas ?

Son faux dilemme en était en fait un vrai. L'ex-militaire ne savait toujours pas ce qu'elle comptait faire de son prisonnier une fois son interrogatoire terminé. Le fait était que pour l'instant, elle voulait juste s'amuser un peu avec lui. Elle n'avait même pas encore eu le temps d'utiliser sa magie pour pimenter un peu leur conversation, son outil de prédilection pour ce genre de situation. Le nouvel arrivant lui soutint ensuite qu'il pourrait sans doute l'aider dans sa quête, monsieur ayant séjourné en Daënastre à plusieurs reprises. Pendant une seconde, Eléonore sembla considérer cette éventualité, avant que son esprit déraillé de revienne à la déraison et qu'elle n'éclate d'un rire franc doté d'une pointe de moquerie volontairement perceptible.

-J'en doute, bonhomme. Maintenant tu m'excuseras, j'ai une conversation à finir avec monsieur. Désolé pour ton pigeon mais j'aimerais bien que tu nous laisses régler nos affaires entre nous, tu seras mignon.

Ce après quoi elle se retourna pour délivrer un nouveau sourire carnassier à sa victime du jour, ignorant royalement la présence d'Ydril sans une once de culpabilité.


Voir le profil de l'utilisateur

Ydril Iki'Shiro
avatar
Mer 21 Fév - 9:05
Irys : 145472
Profession : Nomade // voleur
My'trän +2 ~ Mistral
Ydril regardait la jeune femme, blasé en entendant son rire moqueur. Elle avait décidé de jouer avec le pauvre homme.à terre qui n'avait peut-être rien demandé. Le pauvre avait juste avec lui cet objet venant d'une contrée plutôt lointaine. Il soupirait alors, laissant la femme s'en prendre à sa victime qui subirait sûrement des choses qu'il ne voudrait pas, peut-être des choses pire que la mort après tout cat il faut le dire, la torture peut s'avérer pire que la mort.

Ydril rangeait ses bras dans sa tunique, fit dos à la scène, faisant juste un geste de la main provoquant la coupe d'un morceau de branche qui se situait au-dessus de la jeune femme et de sa proie. Il avait calculer la chose et dirigeait aussi ce morceau de bois vers la gorge de celui qui était peut-être un Daënars. Ydril avait fait attention d'utiliser une minimum sa magie tout en provoquant une coupe paraissant naturelle sur le bois, comme si l'usure avait fait son travail. Et la branche avait visé un endroit qui n'achèverait pas directement la cible de l'attaque mais qui allait le tuer petit à petit, en quelques secondes, simplement pour que la jeune femme voit sa proie mourir sans ne pouvoir rien faire.

Pourquoi avoir fait ça? Ydril n'appréciait simplement pas qu'on lui manque de respect. Elle ne devait pas forcément payer, mais c'est normal pour lui. Après tout, une mauvaise action ne devait t'apporter que de la malchance. On peut parler de "karma" mais ce n'était pas vraiment ça pour le mage de l'air qui avait reprit sa route, s'éloignant de la scène en ignorant ce qu'il pouvait se passer tout en surveillant l'air environnant. Après tout, elle pourrait très bien s'en prendre à lui, il était le seul ici qui avait pu faire quelque chose qui pourrait contrarier ses plans.

Sur le visage d'Ydril, pas d'émotions, simplement un visage neutre. Il murmurait simplement pour lui-même :


- Ça ... C'est quand même pas de bol.

Un sourire en coin, il s'éloignait toujours se dirigeant simplement vers son camp de base, prêt à retourner proche de sa monture tout en attendant que la pluie se calme ou même s'arrête tout en restant suffisament sur ses gardes quand à la réaction de la femme insolente.


#819FF7
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Mer 28 Fév - 16:33
Irys : 406589
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Dans un premier temps, Eléonore eut l'espoir que son empêcheur de tourner en rond écoute ses conseils -ou recommandations- et foute le camp. En tout cas, c'est ce qu'il sembla faire en lui tournant le dos et en commençant à s'éloigner. Parfait. La blonde avait eut peur pendant un moment de devoir s'occuper de lui avant de pouvoir retourner à son apéro. Non pas qu'elle aurait eut peur de l'affronter en combat singulier ou qu'elle aurait éprouvé des remords à lui ôter la vie, mais l'ancienne militaire ne connaissait absolument pas le niveau de son adversaire, aussi il aurait été relativement stupide d'encourir un risque inutile, même si elle était clairement en position favorable avec son don d'hydromancie étant donnée la météo.

Un craquement sec retentit soudain, suivi d'un râle de douleur dans son dos. Le temps de se retourner, Eléonore comprit immédiatement ce qu'il s'était passé. Son prisonnier avait une main plaquée contre la gorge et entre ses doigts s'écoulait un mince filet pourpre venant ensuite s'écraser dans l'herbe mouillée, dont le son de « ploc, ploc » était couvert par celui de la pluie battante. Il ne lui fallut pas longtemps non plus pour réaliser qu'elle ne pourrait rien faire pour sauver l'homme. Ydril avait visé juste, et l'avait égorgé suffisamment proprement pour qu'en quelques secondes, tout soit fini. Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent alors que son nez était saisi de frémissements de rage.

-Espèce de...

Dans un geste rageur, Eléonore se retourna, la main gauche sur le pommeau de l'épée à sa ceinture. Son autre main s'empara d'un long fouet aqueux qu'elle venait de matérialiser à l'aide de son don et de l'eau ambiante, avant de le faire claquer et venir essayer d'attraper la cheville du fuyard -car c'est ce qu'il était à ses yeux- pour le faire tomber. De quel droit l'avait-il privée de son divertissement ? Divertissement qui aurait pu s'avérer extrêmement instructif qui plus est. Les mots sifflèrent à travers ses lèvres, son visage déformé par une grimace de colère.

-Je sais pas c'est quoi ton problème, Mais t'aurais mieux fait de t'occuper de tes affaires.

Maintenant qu'Ydril avait cassé son jouet, l'anomalie allait devoir s'en trouver un nouveau pour passer ses nerfs...


Voir le profil de l'utilisateur