Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 L'information du bas quartier [Terminé]

Eylohr Lothar
avatar
Dim 25 Fév - 15:56
Irys : 933778
Profession : (Officielle) : Forgeron et Armurier (Officieuse) : Corsaire/Pirate
Pérégrins -2

  • Tandis qu’il entreprit de s’éloigner d’elle, la noiraude le gratifia d’une requête qui, dans d’autres conditions, aurait été des plus intéressante. Ainsi, elle voulait l’accompagner jusqu’à la demeure de cette Eshfeld, récupérer des documents et, accessoirement, lui montrer le chemin. Cette requête transpirait une motivation plus simple que toute la mesquinerie dont elle pouvait faire preuve. Si le géant osait aller assez loin dans sa réflexion, il pourrait deviner là un attachement et des sentiments naissants, ou presque. Peut-être seraient-ils réciproques ?

    Si le géant avait déjà été affaibli par le passé à cause de ses sentiments pour une donzelle, il s’était juré de ne jamais recommencer. Mais il ne faut jamais dire jamais. Et l’attrait qu’il possédait pour cette femme envoutante ne faisait que se renforcer. Après un court grondement provenant du profond de sa poitrine, il dit :

    - Ça m’va, féline.

    Mais elle ne comptait pas s’arrêter là. Du bout de ses doigts, elle effleura la gorge blessée du colosse, sa peau frissonnant à chaque passage, faisant redresser tous les poils de son corps. Sa voix envoutante laissa échapper quelques mots dont le message était on-ne-peut-plus clair.

    Tandis qu’elle se dirigeait vers ses appartements privés dans une démarche tout aussi attrayante et naturelle, elle laissa tomber au sol son corset que la lame aiguisée du géant avait commencée à dévoiler un peu plus tôt. Dans un dernier moment enivrant et aguicheur, elle se tourna à moitié vers Eylohr offrant à ses yeux un dernier moment privilégié, comme un avant-propos, une introduction à ce qui allait suivre dans les appartements privés de la tenancière.

    Comme pour se donner du courage dans un combat difficile, Eylohr se servit un verre de l’alcool qui était resté sur le comptoir de la tenancière et le bu d’une seule traite, dans un frisson à peine voilé. Passant sa main dans sa barbe dans un ultime moment de réflexion, il prit sa décision. Elle allait subir les assauts du géant, et pas qu’un peu !

    D’un geste rapide, il ouvrit les derniers boutons de sa chemise avant de la laisser tomber sur le tabouret qu’il avait occupé plus tôt. Elle s’y posa doucement, tandis que le géant maintenant libéré d’une partie de ses vêtements s’avançait vers la chambrée de la donzelle qui l’attendait très certainement. Les reflets des lumières tremblantes laissaient apparaître la multitude de cicatrices qui marquaient la peau endurcie du géant du nord.

    Muscles saillants, démarche assurée et intimidante, il s’empressa de suivre la donzelle et, lorsqu’il arriva à sa hauteur, s’employa à placer ses larges mains autour de sa taille dénudée, avant de refermer la porte derrière eux, et de l’emmenée jusqu’au lit afin de régler quelques… Comptes, apparemment.


    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


    Le soleil était déjà levé lorsqu’Eylohr ouvrit à nouveau la porte de la chambre qui fut le théâtre d’un combat des plus savoureux durant les dernières heures écoulées. L’appétit de sens avait été largement rassasié, maintenant, il fallait s’atteler à rassasier les corps. Le visage encore envouté par la donzelle et fatigué par la courte, très courte nuit qu’il avait vécu, il reprit la direction du comptoir du pub, seulement habillé de son pantalon de tissu et de cuir dont la braguette était toujours ouverte sur un sous-vêtement sombre, au-dessus de laquelle trônait une ceinture également défaite, qui pendait dans un bruit de cliquetis métallique, accentué à chaque pas que faisait le géant.

    Fourbu, il s’appuya sur le comptoir, de ses avants bras, son large dos masquant tout devant lui. Baissant sa tête jusqu’à ce que son menton se retrouve à quelques centimètres de son sternum, il prit une grande inspiration, râcla sa gorge et prit, encore une fois et pour ne pas changer, un verre de cet alcool fort qui attendait toujours sur le comptoir.

    Il se redressa de toute sa hauteur, basculant sa tête en arrière dans un soupir de satisfaction, ses longues tresses tombantes fouettant l’arrière de ses lombaires, et termina de s’étirer et de réveiller son corps dans de larges mouvements typique d’une nuit trop courte. Il chercha ensuite des yeux une source de nourriture qui pourrait satisfaire son appétit d’ogre tout en attendant que la belle aux cheveux noirs de jais ne revienne avec lui, curieux de voir la suite des évènements.


Let the night come, before the fight's won,
Some might run, against the test.
But those that triumph, embraces the fight's cause,
Their fear then proove that courage exist.
Hope.


Spoiler:
 


Voix d'Eylohr (Ronan l'accusateur):
 


Dernière édition par Eylohr Lothar le Dim 25 Fév - 19:48, édité 1 fois
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Kelmina Dirhaël
avatar
Dim 25 Fév - 19:26
Irys : 482698
Profession : Gérante d'un Pub / Informatrice / Assassine
My'trän +2 ~ Mistral
L'appartement n'avait certainement pas été l'attraction principale de la soirée bien au contraire, le géant aurait à peine remarqué la pièce où il avait mit les pieds tant la soirée fut mouvementé après qu'il ait passé le pas de la porte. Un certain désordre y régnait habituellement, la noiraude n'était pas très ordonnée dans ses affaires personnelles. Mais si le géant n'avait pas eu d'yeux que pour la belle et ses formes durant cette nuit torride, il aurait pu remarqué quelque chose de plutôt particulier, pas une seule technologie ne trainait dans cet antre, pas une seule horloge ou lampe qui userait de magilithe. La mage s'était assurée que son appartement en soit entièrement dépourvu afin de fuir la plupart du temps ses nausées causées par son intolérance à ce poison que c'était pour un mage.

Mais passons ces détails, car nos lecteurs auraient préféré certainement avoir des détails croustillant sur la danse érotique qui s'était déroulé le reste de la nuit entre les deux protagonistes. Hors ils n'en sauront rien, la porte était verrouillée. Quelques cris de plaisir ainsi que de meubles qui avait subit quelques mouvements brusques, avaient résonné dans la ruelle d'habitude calme, décrivant certainement la bestialité de ce qui avait du se passer. L'aube vint calmer les ardeurs et la nuit avait été courte pour les deux, mais des plus délectable.

La noiraude était partit se doucher alors que le géant avait prit possession des lieux en retournant vers l'étage du comptoir. Alors que l'eau coulait sur son corps pulpeux qui avait été torturé de plaisir durant les derniers instant, elle souriait en se perdant dans ses pensées. Si ses désirs venaient d'être assouvis avec plaisance et que sa béatitude se lisait certainement sur son visage quand elle était seule, une fois ressortie de sa salle de bain, elle reprit un air détaché, remplaçant son sourire par une mimique maligne habituelle. Ses émotions ne se laissaient jamais lire facilement sur son visage mais alors qu'elle repensait à la soirée, son cœur lui faisait de drôle d'effet dans sa poitrine. Elle avait une sorte d'attachement à l'égard de la montagne, c'était certain, mais une tel faiblesse ne devait se montrer, pourtant, alors qu'il l'attendait sagement en bas, elle ressentait un manque déjà.

Le petit nez de la belle se plissa dans une moue presque agacé contre elle même, avant qu'elle n'enfile sa tenue de habituelle, attrapant un nouveau corset pour remplacer celui dont les rubans trainaient encore en dessous. Elle fini par enfiler ses cuissardes en se recoiffant d'un geste désinvolte puis descendit les marches afin de rejoindre son invité, la tête un brin ailleurs. Quand elle atteint le pas de porte inférieur, elle s'y adossa quelques secondes en apercevant la montagne qui ne s'était pas encore entièrement habillé. Elle se délecta de la vue, se mordillant la lèvre tout en le dévorant du regard, suivant les courbes de ses muscles dorsales avec malice avant de secouer la tête pour sortir de ce rêve. Elle s'approcha de lui alors sans un bruit et vint passer une main le long de son dos offert en une caresse chaude, alors qu'elle contourna ensuite le comptoir tout en lui lançant un léger regard mesquin.

Elle voyait bien qu'il cherchait quelque chose et sans un mot alors qu'elle se surprenait à vouloir venir passer ses bras autour de lui, elle sortit une miche de pain ainsi qu'une pâte à base de viande et servit le tout avec une cervoise matinale, n'ayant rien de plus fin à proposer mais cela devrait faire l'affaire pour le nordique. Elle se servit un verre de Whisky pour chasser ses idées et tenter de reprendre une attitude plus simple, avant de poser son fessier sur le comptoir tout en observant le géant d'un oeil attentif. Sa voix vint alors résonner dans sa gorge avec douceur, tandit qu'elle parlait d'un ton des plus naturel.


"On part dans 10 jours si cela te va. D'ici là... tu sais où me trouver si l'ennui te gagne dans cette cité."


Plus qu'une invitation à la rejoindre, elle venait d'ouvrir sa porte à quelqu'un, de manière naturelle, en oubliant qu'il la connaissait en premier lieux comme informatrice. Elle se terra dans le silence afin de ne pas partir dans un dialogue inutile où l'emprise que le géant avait sur elle aurait pu se discerner. Assise du haut de son comptoir, elle croisa ses longues jambe, tandis que son regard océan fixait Eylohr, un petit sourire au coin des lèvres. Elle semblait légèrement fatigué et pour ce, son partenaire ne l'avait pas ménagée, ayant d'ailleurs mal refermé son corset, son décolleté était toujours aussi offert aux regards. Alors qu'elle replaça son bustier d'un geste peu pudique, elle termina son verre juste après, laissant l'homme se rassasier avant qu'il ne quitte les lieux, quittant la belle pour ouvrir son commerce malgré une volonté de flâner des jours dans les bras musclés de l'homme.

Les jours qui suivirent coulèrent lentement, et rien ne faisait plus plaisir à la noiraude que de voir passer le géant le pas de porte une fois la nuit tombée. C'était son refuge d'une certaine manière après de longues journées pénible, elle apprécier s'abandonner à lui en oubliant ses tracas quotidien et si la passion charnelle qui habitait les deux amants, les discussions s'ajoutèrent peu à peu, bien qu'elles n'étaient encore que vague. Mais elle appréciait échanger avec celui qu'elle avait soigné, s'assurant de sa guérison à chacune de ses visites, changeant le bandage qui laissaient une cicatrice large s'ajouter à celle que la montagne portait déjà. Quelque chose était différent mais la belle ne voulait s'avancer et s'appliquait alors à ne pas laisser la tendresse gagner en puissance chaque jour. Si cette faiblesse elle ne l'a connu qu'une fois, la trahison qu'elle en avait subit fit qu'elle ne pu jamais oublier ce qu'un homme pouvait être capable de faire, aussi, malgré une garde bien baissée, elle craignait de retomber dans ce piège... Mais l'avenir et Amsigal seul guideront ses pas.



Thème de la furie

x2x12

Elle s'exprime en #6699ff
Voir le profil de l'utilisateur

Eylohr Lothar
avatar
Lun 26 Fév - 21:42
Irys : 933778
Profession : (Officielle) : Forgeron et Armurier (Officieuse) : Corsaire/Pirate
Pérégrins -2

  • L’arrivée de la nourriture donnée par la tenancière clairvoyante était comme une bénédiction pour le géant affamé, dont la lutte nocturne avait achevé de consumer ses forces. Il avait eu du mal à se lever, et une fois fait, il en eut encore plus pour marcher et atteindre le comptoir. L’estomac vide couplé au manque de patience du géant avaient provoqué un léger vertige comme lorsque l’ont se lève trop vite après être resté trop longtemps allongé.

    Il accueillit la nourriture avec joie et s’en empiffra sans vergogne et sans politesse. La propreté était affaire de perspectives, et dans des moments comme celui-ci, l’idée de manger était plus forte que celle de propreté. Un autre appétit s’éveilla soudainement lorsqu’il vit la poitrine à moitié cachée de celle qui avait fait battre ses reins toute la nuit. Cet appétit fut encore plus creusé lorsqu’il posa ses yeux sur la croupe attablée sur le comptoir, comme un dessert après ce plat de fortune. Le feu de ses reins lui rappela soudainement l’intensité de la nuit à peine terminée, et bien qu’il fût fourbu, son appétit était insatiable, pour sûr.

    Elle le gratifia alors d’une parole de confiance et d’une invitation lourde de sens. Il pourrait revenir à l’envie. Et l’envie, il en avait à revendre. Une nuit comme celle-ci, il ne l’oublierait pas de sitôt, ni celle grâce à qui tout ça fut possible. Kelmina… Il la garderait dans son cœur, c’est sûr. Mais à quelle place, et de quelle façon ? Rien n’est moins sûr cette fois-ci.

    - J’reviendrai t’voir féline, ta pas encore eu ta punition Dit-il d’un ton joueur et graveleux.

    Mais il pensait réellement à la revoir. Il en avait envie. Et cette envie était partagée sans doute. Tandis qu’il terminait d’assouvir une faim prosaïque, il vit la bouteille d’alcool et le verre de cervoise qu’elle lui avait servie. Il but la cervoise rapidement malgré la taille de la chope. Puis, il prit un des verres emplis de whisky, plus petit certes, mais plus puissant, et le but également d’une seule traite.

    Les jours suivants se levèrent dans l’envie brulante de voir la nuit arriver et de rejoindre l’informatrice devenue amante. Les moments torrides furent ensuite accompagnés de moments plus doux et plus constructifs. Discussions, échanges, rire… Et parfois même, un peu de douceur. Oh, la belle n’avait pas encore la même place que la femme qui avait mit Eylohr à genoux bien des années auparavant, mais plus ils se voyaient, et plus cette femme du passé se voyait balayée par la féline du présent. L’avenir était des plus incertains, mais la vie ne vaut d’être vécue, sans un peu d’incertitude et de danger.


Let the night come, before the fight's won,
Some might run, against the test.
But those that triumph, embraces the fight's cause,
Their fear then proove that courage exist.
Hope.


Spoiler:
 


Voix d'Eylohr (Ronan l'accusateur):
 
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2