Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Hinaus
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Arrestation

Allys Terasu
avatar
Sam 10 Fév - 18:00
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys ne se remettait pas de son échec cuisant, et pourtant cela faisait un mois déjà. Lorsqu'elle fermait les yeux, elle revoyait le visage de cette fillette apeurée et ceux de ses bourreaux. Malgré tout leurs efforts, ceux de l'ingénieure et ses compagnons inespérés, la finalité de leur sauvetage avait laissé un goût amer à la jeune femme. Certes, ils avaient sauvé la vie à cette jeune mage, et oui, ils avaient réussi à donner une sacrée leçon aux habitants mais cela à du se passer dans la violence et le sang, le tout couplé à une fuite des deux camps pour toute finalité. Ce n'était clairement pas suffisant.

Depuis ce jour, l'ingénieure n'avait plus eut que cette envie de rendre justice. Amplifiée par la fierté éprouvée de se contrôler. Car malgré la difficulté, la jeune femme est parvenue à contenir sa rage, peut être même un peu trop, mais tout de même. Doucement, elle prenait conscience de son évolution positive. Après tout, finalement, elle n'était pas un monstre. Elle était une fille bien, qui s'était seulement perdue dans une rage qu'elle ne désirait pas si bien qu'elle s'était retrouvée engloutie par sa force. L'accepter avait atténué ses excès. Et pourquoi ne pas s'en servir autrement ? Pour faire le bien ? Pourquoi pas.

C'est pour cela que ses pas l'avaient menée ici. Dans un petit village d'Hinaus, non loin de la capitale. Il y avait une prime sur la tête d'un individu fort peu recommandable. Apparemment il s'agissait de l'un des auteur de l'attaque ayant fait vaciller les fondations d'Änkar. Il aurait fui au nord, à l'Ouest du Lac Yoah d'après les informations qu'elle avait recueillit. Celui qui le ramènerait, vivant, aux autorités serait grassement remercié. Allys se moquait bien de la récompense mais en revanche elle avait des envies de rendre justice. Cela tombait très bien.

La seule chose qui lui manquait était un compagnon d'aventure. L'homme pourchassé était dangereux et Allys se connaissait bien. Elle pourrait très bien déraper. Tant tout les cas, il lui fallait quelqu'un. Il pourrait recevoir la récompense à sa place, elle s'en moquait. En résumé, voilà pourquoi elle se trouvait dans cette taverne. Assise dans un coin de la salle, elle scrutait les visages environnants à la recherche du profil qui lui conviendrait.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Sam 10 Fév - 19:18
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Cela faisait quelques jours que le jeune Hypérion était partis des mines emmenant avec lui de nombreuses blessures ainsi qu'un début de vie remplis de bien plus de malheurs que bien de personnes âgées. Cela lui était encore étrange de marcher dans la direction qu'il voulait et d'avoir autre chose au-dessus de la tête que le plafond d'une mine plus ou moins soutenue par des étais.
Mais au-delà de ce sentiment de vertige il avait emporté sa seule réelle possession, possession de laquelle il ne se défaisait jamais: l'armure assistée qu'il avait fabriquée : un géant colossal dépassant plus que facilement les deux mètres et dont la largeur aurait fait passer un maître de Kharaal Gazar pour un maigrichon.
Il se déplaçait avec cette "tenue" comme s'il ne portait rien, ayant passé sans doute bien plus dedans qu'en-dehors, les mains colossales qui étaient celle de l'armure étaient d'ailleurs sans doute bien plus habiles que ses mains de chair.



Descendant des montagnes au rythme de ses pas géants, il avait fini par atterrir dans un petit village au pied des géantes. Le village n'avait rien e particulier en soit, à peine un point de passage pour les convois minier, et pourtant... C'était la première qu'il voyait ainsi, il s’émerveilla un petit moment en apercevant des chevaux passant par là, ainsi que des dames bien vêtues.
Ces dernières eurent un regard impressionné en voyant le géant débarquer ainsi dans la rue
Un cliquètement se fit entendre sur son armure, et en levant la main il s'aperçut que cette dernière était mouillée, pire que de l'eau lui tombait dessus.
Habitué des mines, il leva les deux bras en l'air pour préparer la chute de l'étais qui allait sans doute survenir. Mais nulle poutre ne vînt faucher le garçon en armure et au bout de quelques secondes, il s'aperçut simplement que ces fuites d'eau provenaient du ciel.
Le géant de fer s'arrêta soudainement pour contempler ce phénomène naturel qu'il n'avait encore jamais vu.



Un éclat de voix provenant d'un bâtiment se fit entendre alors qu'un homme était projeté de ce qui se révélait être une taverne.
Le jeune homme tourna la tête sur le côté en signe d'incompréhension s'avançant vers le lutteur au sol avant de le ramasser  par le col de sa chemise. L'homme en apercevant l'armure s'urina dessus alors que l'alcool lui fit un voir un monstre encore plus terrifiant se saisir de lui.
Il ne se débattit pour autant alors que la poigne mécanique le soulevait du sol.
Hypérion rentra dans la taverne se baissant pour passer l'entrée avant de se redresser de toute sa taille devant des regards ébahis.
La voix déformée et amplifiée par l'armure habituellement utilisée pour se faire entendre dans les mines tonna comme un coup de tonnerre qui figea tout le monde sur place alors que le jeune homme venait de se rappeler d'avoir oublié de désengager l'amplificateur.




-Excusez-moi, mais je crois que vous avez perdu un de vos hommes





Il laissa tomber l'homme sur le sol ne sachant trop quoi en faire, quelqu'un s'en chargerait sûrement. Cette restitution faite, il se retira de la même manière abaissant sa carapace pour repasser sous la porte s'arrêtant une fois de plus sur le palier pour admirer la pluie qui commençait à tomber
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 11 Fév - 12:46
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys commençait à désespérer. Aucun profil ne semblait convenir pour une telle mission. Il y avait certes des gabarits intéressants mais ils ne faisaient rien de plus que des bagarres de coqs. D'autres paraissaient trop fluets, ou encore certains avaient l'allure d'arracheurs de dents. Secouant sa tignasse argentée, la jeune femme laissa échapper un soupire. Elle commençait à se dire que finalement il valait mieux traquer seule ce psychopathe plutôt que d'être mal accompagnée. Manquerait plus que son acolyte ne lui plante une dague dans le dos ou s'évanouisse à la moindre difficulté.

C'est alors qu'un géant d'acier fut irruption dans la taverne, ployant son dos mécanique afin de passer tant bien que mal l'encadrement de la porte. Il tenait dans sa main un homme, le soulevant dans les airs tel une plume délicate... Même s'il s'agissait plutôt d'un ivrogne au pantalon souillé d'urine. L'ingénieure leva vers le géant des yeux ébahie lorsqu'elle le vit se redresser. Deux mètres... Oui, il devait au minimum faire deux mètres. Impossible de discerner la personne qui se trouvait à l'intérieur de cette impressionnante structure. Un homme ? Une femme ? L’architecture n'était pas aussi propre que ce que fabriquait Allys mais elle était tout bonnement spectaculaire et ingénieuse. Impossible pour la jeune femme de détacher son regard de cette merveille d’ingénierie.

Soudain, l'imposant personnage laissa porter sa voix dans la pièce. L'amplitude et la force du son eut pour effet de scotcher sur place les clients de la taverne et le personnel. Un silence olympien régnait alors. Tous semblaient effrayés. Tous ? Non, Allys s'était levée d'un bond.


« Excusez-moi, mais je crois que vous avez perdu un de vos hommes »

S'était contenté de dire l'homme à l'armure intégrale, car, oui, il était évident à présent qu'il s'agissait d'un homme. D'un geste peut assuré, il avait simplement relâche l'ivrogne alors de se détourner à nouveau vers la sortie. C'était très exactement ce qu'il fallait. Un costaud, que dis-je, un colosse, avec de bonnes intentions. C'était même inespéré. Avec un tel partenaire, le fugitif ne lui échapperait pas.

Attrapant l'affiche de recherche, elle se dirigea en trombe vers la sortie. Des regards sidérés se posèrent sur elle lorsqu'ils réalisèrent qu'elle allait droit vers le monstre. Allys n'en avait que faire, ils ne comprenaient pas toute la beauté de cet inconnu. Après tout, la mécanicienne était une amoureuse du métal, des engrenages, elle était une façonneuse tout comme cet étranger. De quoi pouvait-elle avoir peur ? Hélant l'impressionnant personnage, elle brandit l'affiche.


« Hey, toi ! Attends ! »

A quelques pas de l'armure assistée, Allys sentit un long frisson la parcourir. Pas un frisson dû au froid mordant de la région ou par peur. Un frisson d'excitation. L'armure était encore plus magnifique vue de près. Son concepteur avait pensé à tout. Il avait même façonné de manière à l'améliorer à l'avenir, pour la compléter par des gadgets, de la magilithe peut être même.

« C'est toi qu'il me faut. Et je te préviens tout de suite je n'accepterai aucun refus de ta part. J'insisterai jusqu'à ce que tu accepte ma demande. »

Elle brandit l'affiche vers le haut pour qu'il puisse voir le portrait du fuyard et la prime pour celui qui le ramènerait vivant aux autorités.

« Je cherche cette personne et j'aurais besoin de quelqu'un de fort comme toi. Quant à la prime, je te la laisse. »

Bien qu'elle n'arrive pas à voir ce qui se cachait derrière cette visière unique, elle le fixait intensément. La détermination se lisait clairement sur son doux visage.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Dim 11 Fév - 13:10
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Alors qu'il regardait fixement la pluie tomber par terre, Hypérion entendit une voix raisonner derrière lui, en faisant attention à ne rien cogner, il fit pivoter son armure pour faire face à une jeune femme qu'il n'avait alors pas remarquée dans la taverne. Le heaume d'acier descendit vers elle alors qu’il l’écoutait attentivement.
À vrai dire c'était la première fois qu'il allait s'adresser à quelqu'un du monde extérieur. Mais son attention fut happée instantanément par le bras de la jeune femme qui tenait une affiche étrange.
La main géante agrippa avec délicatesse la prothèse de la jeune femme s’approchant doucement d'elle il eu un soupir d'admiration.
L'armure siffla presque joyeusement en réponse aux sentiments de son propriétaire.



Oubliant totalement l'affiche, il s'abaissa sur les genoux à la hauteur de la jeune femme relevant son heaume pour la regarder dans les yeux, son regard passant de la prothèse à la jeune femme successivement. Cette fois-ci, il prit la peine de déconnecter son amplificateur et la voix qui s'échappa du heaume fut la voix métallique d'un géant à un volume bien plus audible. Et même malgré la déformation de l'armure, on pouvait entendre de l'admiration dans sa voix


-Quelle magnifique machine....



Il détailla les rouages et les pistons du bras mécanique admiratif devant un travail si fin qui devait sans doute être l'œuvre de quelqu'un d'extrêmement talentueux, la main géante fit doucement pivoter la main de la jeune oubliant totalement la proposition de plus tôt.
Son regard était admiratif, même si cachée comme il l'était personne ne pouvait le voir.
Il resta ainsi de longue seconde avant de se rappeler que la jeune femme lui avait parlé auparavant. Hypérion reconnu son affirmation comme un ordre, et formaté comme il était, il ne risquait tout simplement pas de refuser.



-Fort.... Comme moi ? Il doit y avoir une erreur...




Car le colosse ne se voyait nullement comme fort, à vrai dire la puissance terrifiante de son armure lui apparaissait comme des plus naturelles, dans son esprit n'importe qui était capable de déployer une puissance comme celle de son armure. Mais il finit tout de même par hocher la tête.
Sa main relâcha le bras de la jeune femme n'ayant absolument laissé aucune marque sur l'élégante prothèse, à la place il pointa de son doigt le portrait qu'elle tendait, l'énorme membre mécanique recouvrant presque entièrement l'affiche.

-Cet homme..... À fait quelque chose de mal ?



Il n'avait pas pris le temps de lire, s'étant uniquement concentré sur la prothèse et la voix de la belle jeune femme, il avait simplement lu beaucoup de détermination dans son regard. Hypérion était encore quelqu'un de facilement impressionnable, une sorte d'enfant que l'on aurait lâché dans la nature, encore bien inconscient du bien et du mal.
On ne pouvait pas dire qu'elle l'avait convaincu, mais il se soumit instinctivement à la jeune femme baissant la tête comme on le lui avait appris.
La scène pouvait paraître étrange : qu'un si imposant colosse se soumette ainsi à quelqu'un qui lui avait simplement adressé la parole, mais c'était un réflexe conditionné qu'Hypérion ne comprenait pas et ne maîtrisait absolument pas.



-Mais si vous n’acceptez aucun refus.... Je suppose que je n'ai pas le choix.


Il ne savait pas vraiment ce qu'elle attendait de lui, mais comme tout bon chien obéissant, il allait obéir, il risqua juste une petite question innocente qui même si elle aurait pu lui valoir le fouet à la mine restait primordiale



-En quoi puis-je vous être utile ?
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 11 Fév - 16:46
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
L'homme machine pivota vers la frêle jeune femme. Non pas qu'elle le soit vraiment, mais en comparaison à l'imposante armure, Allys paraissait aussi fragile qu'une poupée de porcelaine. Pourtant, du haut de son mètre soixante quinze, de ses formes généreuses et sa fine musculation, l'ingénieure avait un corps robuste. Son katana accroché à la ceinture et son air revêche lui donnait même un air sauvage et dangereux.

Devant une petite créature aussi têtue, l'occupant de l'armure semblait piqué au vif de curiosité. Mais pas par l'affiche, non, par le bras tendu de la jeune femme. Hoquetant de surprise, Allys se mit à loucher sur cette gigantesque main qui venait de se saisir de son bras de métal. Mais alors qu'il s'approchait d'elle, il eut alors un... sifflement de... d'admiration ? L'ingénieure posa un regard stupéfait sur son bras littéralement bloqué. Une brindille. Oui, elle était une brindille à côté de ce géant. Cependant, elle ne senti pas la moindre hostilité dans ce geste. C'est à peine si elle sentait le contact de cette drôle de main, comme s'il osait à peine y toucher en réalité.

Elle resta interdite, incapable de formuler la moindre phrase tant elle se trouvait abasourdie d'un tel geste. Le géant de métal se mit alors à sa hauteur, faisant ployer ses genoux. Elle fixa cette visière, à présent face à son visage, tentant de percer derrière cette vitre teintée. Impossible. C'est alors que l'homme fit à nouveau entendre sa voix, bien que moins amplifiée, pour la gratifier de compliment. Allys senti alors un léger far lui monter aux joues. Ce n'était pas son genre d'être impressionnable et intimidée ou tout simplement sensible à une possible cour... Elle rougissait parce que quelqu'un, un inconnu, reconnaissait la valeur de son travail. Et ce n'était visiblement pas un compliment à prendre à la légère. Pas d'un homme capable d'une telle prouesse de création. Aussi, elle ne s'offusqua pas de se faire détailler ainsi.

Allys attendit qu'il eut fini son observation et reprit ses esprits, si tant est qu'il se soit vraiment perdu dans une contemplation des rouages. La question qu'il posa eu le mérite de tirer un sourire à l'ingénieure. Il ignorait à quel point il était fort ? Cela sautait aux yeux comme le nez au milieu de la figure. Au moins, elle ne s'était pas trompée en le choisissant. Il avait quelque chose de particulier. Cette naïveté venant d'un colosse était stupéfiante. Et c'était un trait de caractère qu'elle appréciait. L'image d'Hex apparut alors à son esprit mais elle la chassa d'un mouvement de tête. Ce n'était clairement pas le moment de s'égarer à de telles pensées.

Le géant relâcha alors le bras de la mécanicienne, lui rendant ainsi sa liberté de mouvement. Il leva un doigt imposant qu'il plaqua contre l'affiche, masquant ainsi la quasi totalité du message. Répondant enfin à la jeune femme, il l'interrogea sur l'homme qu'elle recherchait.


« Oui, cet homme s'en est prit à notre nation. C'est un criminel. »

Allys tenta de soutenir son regard, fixant sa visière avec intensité. Elle s'attendait à un refus ou en tout cas à plus de questionnement ou au moins une possible protestation. Après tout qui était-elle pour lui ordonner de l’accompagner ? C'était culotté de la part de la jeune femme d'oser s'affirmer ainsi devant une mécanique capable de lui broyer les os en une poignée de secondes. Pourtant, l'homme machine inclina la tête. Il lui donnait sa reddition, affirmant que parce qu'elle n'acceptait aucun refus il ne pouvait avoir le choix. Allys resta tout simplement interdite.

« En quoi puis-je vous être utile ? »

C'était tellement inespéré... Trop facile même. Elle venait de faire ployer la volonté de ce géant. Il était à ses ordres ? C'était... Ahurissant, sidérant. Battant des cils, elle reprit tout de même contenance.

« Bien, alors déjà commence par me tutoyer. Ensuite... et bien merci. Je ne m'attendais pas à ce que tu accepte aussi facilement. Mais j'en suis rassurée. »

Elle lui adressa un sourire.

« Comme je te l'ai dis c'est un criminel. Il est décrit comme extrêmement dangereux. Avec des acolytes il a commit un attentat non loin et prit la fuite. Les autorités le recherchent vivant. Jusqu'ici j'ai pu apprendre vers où il se trouve. Il faut monter vers le lac Yoah. Et je t'avoue que c'est là que j'ai besoin de ton aide. On ignore de quoi il est capable et on ne serait pas trop de deux pour le trouver et le capturer. Seule j'en serai incapable. En plus de ça il faudra bien le transporter jusqu'à Änkar... »

Tendant son bras à nouveau vers lui, elle enchaîna :

« Alors, partant pour lui régler son compte ? Comme je te l'ai dis, la récompense ne m'intéresse pas, je te la laisse. »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Dim 11 Fév - 18:17
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Tutoyer ? Voilà qui semblait bien étrange pour quelqu'un de son rang de lui demander de faire cela.... Pourtant il n’offrit aucune objection hochant la tête dans un grincement alors que la cuirasse mécanique peinait à suivre le mouvement. Il allait falloir un certain effort et un peu de temps mais avec suffisamment de temps il s'y habituerait.



-Euh d'accord.... et puis vous save.... Enfin... tu sais c'est normal de s'entraider non ?




Il eu un sourire innocent sous sa cuirasse qui bien que nullement visible put être ressentis par le ton de sa voix et par l'inclinaison du casque sur le côté.
Un criminel donc ? Ça au moins il voyait ce que c'était. Cependant, il ne voyait pas vraiment de quels attentats elle parlait. Il faut dire que perdu dans les entrailles de la montagne, on ne savait pas grand chose du reste du monde, à peine s'il connaissait l'existence d'un autre continent et encore... Seulement car des contremaîtres en avaient parlé quelques fois.
Son petit monde à lui c'était toujours arrêté à l'ascenseur de la mine, parfois jusqu'à l'entrée mais guère plus loin.
Hypérion était tout de même heureux de trouver quelqu'un pour lui dire quoi faire, car sans indications il aurait probablement erré dans la région sans but voir même serait resté sur place à regarder la pluie tomber et les gens passer. C'était sans doute étrange pour beaucoup de monde, mais pour lui c'était un nouveau monde qui venait de s'ouvrir et il le découvrait bien plus vaste qu'il ne le pensait.

La jeune mécanicienne lui indiqua des noms de lieux qu'il ne connaissait pas et incapable de cacher son incompréhension il dit doucement.

-Je dois avouer ne pas être très....Familier de la région, je me contenterai de suivre vo.... Tes indications si ça ne vo...Te dérange pas.



Quant au sujet de la récompense, il ne sut trop quoi dire, ignorant de quel genre de récompense on parlait, peut être un peu de nourriture, peut être du matériel neuf... Difficile à dire. Mais de toute façon ce n'était pas vraiment ce qui comptait pour le moment, le jeune homme avait un objectif à accomplir et quelqu'un à suivre, il ne demandait pas mieux, surtout pour découvrir ce monde dont il ignorait beaucoup de chose.
Il fit quelque pas au-dehors, avisant la pluie qui tombait avant de serrer la main de la jeune femme en guise d'accord.
La main gigantesque engloba complètement la sienne, la serrant doucement pour signifier que le contrat était validé. Ça avait été simple, car Hypérion était pour le moment incapable de dire non quand il n'était pas sous les ordres de quelqu'un.
Il observa les chevaux passer à côté de lui, et le cavalier le regarda bizarrement alors que même du haut de sa monture il arrivait à peine au torse de la machine.

-Je suppose que ces créatures ne supporteront pas mon poids... Mais... vo... Tu ne vas pas marcher tout de même.

Il réfléchit quelques secondes scrutant la jeune femme des pieds à la tête pour estimer sa taille. Dans la mine il transportait souvent ses camarades, et ces derniers avaient toujours été contents de voyager sur le mastodonte.
Il tendit donc le bras, l'abaissant jusqu'au sol pour laisser à la jeune femme suffisamment d'appuis pour grimper sur la machine.

-Inutile de te fatiguer à marcher, et autant profiter du Centurion pour avancer.

La pluie cessa au même moment, ce qui assurerait un voyage un peu moins dérangeant à tout le monde. Il lui suffisait de prendre place sur le bras mécanique de l'engin, et s'asseoir soit contre l'articulation du coude soit directement dans la main gigantesque de la machine.
Une autre option pouvait être de se tenir debout dans cette dernière en s’accrochant à une des poignées d'accès. Cela aurait pu être utile pour avoir une meilleure vision, mais probablement moins pratique .
Il la laissa prendre place à sa guise avant de se relever.
L'armure regagna sa stature de deux mètres et demi-levant la jeune femme à une hauteur privilégiée pour observer les alentours et profiter de la vue.
Le heaume pivota pour la regarder.

-Si quelque chose ne va pas n'hésite pas à me le dire !


Il n'était de toute façon pas question de courir tout de suite, la jeune mécanicienne n'ayant pas précisé s'il fallait se dépêcher ou non. Ainsi il partit donc d'un pas tranquille, tranquille, mais exagérément rapide vu l'envergure des foulées du géant.


-Par contre pour la direction je suivrais tes indications
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Ven 16 Fév - 20:24
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys dut se retenir d'un rire amusé lorsqu'elle constata que l'homme-machine se retrouvait soudainement prit au dépourvu par sa demande incongrue. Visiblement, tutoyer était presque au delà de ses forces. D'un côté c'était une réaction naturelle puisqu'ils étaient de parfaits inconnus, surtout lui, bien masqué sous une carapace de métal. Mais la jeune femme n'était pas du genre à suivre les convenances. Cela devrait chambouler les habitudes du jeune homme qui se trouvait face à elle car elle n'avait que faire du rang social de ceux à qui elle s'adressait. Même si rien n'indiquait qu'il s'agissait d'un mineur. En tout cas, l'ingénieure n'en avait jamais vus.

Lui offrant alors un large sourire, Allys hocha la tête ravie. A vrai dire, elle était soulagée de constater qu'il n'avait rien d'un fou furieux mais plutôt de quelqu'un d'humble. Enfin, elle le supposait. N'importe qui dans une machine aussi impressionnante aurait été sûr de lui voir sûrement imbu de sa personne. Or, lui, semblait timide et impressionnable. C'était touchant même, à vrai dire. Ne restait plus qu'à voir son comportement sur le terrain car malgré la force impressionnante qu'il possédait, Allys ne savait pas encore s'il avait une force d'esprit. Mais soit, cela lui suffisait déjà amplement.

L'homme-machine serra alors enfin la main de la jeune femme. C'était un contact étrange et quasi surréaliste de voir ainsi sa main disparaître sous cette poigne de métal et l'ingénieure oscilla entre la fascination et une pointe de stress. Elle ne put s'empêcher d'éprouver du soulagement lorsqu'il lui rendit sa main. Son amour des machines avait une limite tout de même. Se faire broyer les os par un geste aussi simple serait vraiment une idée angoissante. Son acolyte, lui, était passé à autre chose depuis un moment car il lui tendait le bras pour bien autre chose.


« Inutile de te fatiguer à marcher, et autant profiter du Centurion pour avancer. »

Grimper sur lui ? C'était une proposition surprenante et... Tellement atypique qu'elle ne pouvait que lui plaire. Monter sur une machine, c'était presque un rêve d'enfant qui devient réalité pour cette mécanicienne. Des étoiles fourmillant dans la prunelle de ses yeux, elle se hissa sans attendre sur la grosse main de métal. Alors qu'il la soulevait dans les airs, elle sentit son cœur faire des bonds dans sa poitrine. La sensation de grandeur l'envahie, et l'euphorie que cela déclenchait en elle masquait son vertige habituel. La vérité était qu'elle se sentait en parfaite sécurité, si bien qu'elle se laissa tomber sur les fesses, les jambes balançant dans le vide. Solidement agrippée aux doigts, elle observait les alentour avec un œil nouveau. Le monde semblait plus vaste mais aussi plus petit aussi à la fois, c'était tout à fait unique.

« ]Si quelque chose ne va pas n'hésite pas à me le dire ! »
« Tu rigoles ?! » S'exclama-t-elle. « Je ne me suis jamais sentie aussi bien de ma vie ! Wouaw... La vue est... Je n'ai pas de mots. C'est juste agréable. »

Alors que le géant effectuait quelques foulées d'un pas tranquille, elle secoua sa tête, chassant son euphorie pour se concentrer un peu. Dans ce drôle de duo, il serait ses jambes et elle la tête. Un sourire s'afficha à nouveau sur ses lèvres. D'ordinaire solitaire, son combat le mois dernier lui avait ouvert les yeux sur quelque chose d'important. Le travail en équipe n'était pas une faiblesse mais une force. On se complétait. Là encore, c'était apparemment le cas. Profitant de son confort, Allys sorti une carte de la région de son sac. Elle l'étala dans la paume métallique, l'observant avec attention, et grâce à quelques coups d’œils aux alentours, elle parvint aisément à trouver leur position.

« Mhh... Suis le sentier qui mène vers la droite. Tu vois ? On est à la sortie ouest de la ville, il faut qu'on monte un peu plus. La carte est vague, on demandera notre chemin si jamais on s'y perd. »

Elle le guida sur les premiers changements de direction jusqu'à ce qu'ils arrivent sur un sentier plus long les menant enfin vers la bonne direction. Profitant du calme avant la tempête, elle leva les yeux vers le casque impénétrable.

« Je m'appelle Allys au faite. » Lança-t-elle, l'air de rien.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Möchlog
avatar
Sam 17 Fév - 19:11
Irys : 214958
Administrateur
Victor, sacré Victor. Cet homme devant lequel tout le monde s’accordait pour dire qu’il était étrange. Mais pas cette étrangeté qui fait rire, qui fait grimacer, pas plus, mais vraiment de celle qui réveille notre inconscience pour qu’elle nous commande de reculer, de s’éloigner d’une personne si inquiétante. C’est l’instinct de survie qui nous commande d’éviter cet inconnu à la tignasse grise et grasse et à l’épaisse barbe de même acabit. Et pourtant, bien souvent on a besoin de ce que l’on repousse ardemment. Victor est guide de montagne. Il vient d’une famille de mineurs, humble. Mais un jour, voilà que de la poussière submerge le tunnel dans lequel il aidait ses compagnons en leur donnant de quoi manger. La plupart de ceux présents lors de l’évènement ont subis suffisamment de séquelles pour être soit aveugles, soit muets, soit mourants. Par chance, lui s’en tira en ne perdant qu’un œil, mais depuis il n’avait eu d’autre choix que d’aller chercher du travail à la ville. Là, son apparence de vieux pirate borgne l’avait obligé à gagner son beurre en aidant ceux qui le voulaient bien à franchir les montagnes contre quelques pièces.

Alors évidemment, quand il entendit cet improbable duo parler de s’aventurer là-haut, il sauta sur l’occasion. Le petit vieillard suivit un temps l’énorme armure et la femme perchée dessus à la sortie de la ville. Depuis toutes ces années, il avait réussi à développer une compétence particulière pour trouver le moment parfait où ces potentiels clients auraient besoin de son aide. Quand Allys descendit de son perchoir pour voir avec son compagnon l’itinéraire qu’il était bon de suivre, il accéléra le pas afin de les rejoindre. Là, à seulement quelques mètres d’eux, Victor fit un grand geste du bras. Il portait un bon attirail pour se protéger du froid. Une parka brune épaisse, des gants, et un large sac se trouvait dans son dos pour y stocker les affaires importantes.

- Eh ! Madame, monsieur ! Vous essayez d’aller là-haut, nan ? Je peux vous aider ! Moi c’est Victor, je guide les gens dans la montagne ! Je peux vous aider contre quelques p’tites pièces, ça vous dit ?

Se sentant en bonne veine, il pressa le pas pour se retrouver un peu plus près d’eux.

- C’est surtout pour vous, dans votre armure, que je m’inquiète. Y’a des chemins sur c’te carte que vous ne pourrez pas prendre. Mais je pense savoir par où vous pourriez passer. C’est où que vous voulez aller précisément ?

Sa voix rocailleuse était appuyée par la respiration forte d’un vieil homme qui n’avait plus l’habitude de courir après le profit, littéralement. Mais, pour sûr, quelqu’un aussi lourdement équipé payerait bien ! Et puis, Victor ne savait pas la raison de leur virée montagnarde, mais les rumeurs allaient vite par ici, et il avait tout de même quelques hypothèses intéressantes.

Victor, le guide.:
 


Une question, une requête, une tasse de café ? Envoyez-moi un MP ! Je suis à votre disposition.
Möchlog
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Lun 19 Fév - 17:55
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Le jeune homme sourit sous son heaume en entendant la femme s’exclamer, cette sensation de grandeur il la connaissait, et même si elle ne le quittait jamais c’était plutôt le sens de la réalité guide rattrapait quand il en sortait.
Allys n’était pas plus lourde qu’une plume dans la main démesurée de l’armure, et il convenait surtout de ne pas oublier qu’elle était effectivement présente dans cette dernière. Par sécurité, il avait bloqué les mécanismes de fermetures pour empêcher un accident de broyer la jeune femme. Pour le reste il n’y avait pas grand-chose à faire sinon d’écouter ses instructions. Régulièrement il suivait ses instructions, l’élevant au-dessus de sa tête pour lui fournir un point de vue privilégié.
Ce n’est qu’au bout d’un moment qu’il apprit son nom et hocha la tête avant de répondre.

-Enchanté Allys, je suis Hypérion


Il baissa les yeux vers la jeune femme dans un cliquetis de pièces mécaniques avant de croiser son regard, ne pouvant le soutenir trop longtemps il finit par relever les yeux, embarrassé. C’était tout de même son premier contact avec le monde extérieur, et le contact humain n’était définitivement pas sa spécialité.
La route continua encore un temps jusqu’à ce que le binôme prenne une pause pour regarder la carte. Là, le colosse entendit une voix s’élever de derrière lui et en se retournant il aperçut un homme plutôt âgé, un homme étrange, dont le bandeau sur l’œil, et la barbe graisseuse n’inspirait aucune confiance à Hypérion, d’un autre côté il ne semblait pas non plus hostile et parlait d’une voix joyeuse qui réussis à rétablir la situation.
Son équipement semblait être celui d’un montagnard, ce qui aida grandement quand il proposa aux deux personnes de les aider pour se rendre dans les montagnes.
Un guide ne serait pas de trop, mais le colosse se tourna plutôt vers Allys, lui disant doucement.

-Un guide nous serait certainement utile dans ces montagnes, qu’en dis-tu ?


Et le vieil homme confirma ce fait en parlant des chemins de montagnes. Il n’y avait pas pensé… Il était vrai que Centurion était colossal par sa taille, et que certains chemins seraient surement impraticables. A ce simple rappel logique, le jeune homme eu un tic qui le fit fermer la main inoccupée d’un sifflement.
Cela avait été tellement évident qu’il avait oublié ce détail…
Hypérion reprit donc un peu plus convaincu cette fois, son imposant heaume s’abaissant pour observer le guide

-Ça ne me pose pas de problème surtout si vous connaissez des chemins plus praticable, mais ce sera mon compagnon qui décidera de tout cela.


Il se tourna alors vers Allys, c’était après tout elle qui faisait office de cerveau dans leur duo improbable et c’était donc à elle que revenait la décision finale. De plus il était fort à parier qu’elle connaisse mieux les gens qu’elle, Hypérion n’étant qu’à sa première sortie dans le monde réel.
Le regard d’acier passa donc du guide à la jeune femme.

-Alors Allys qu’en penses-tu ?

S’il fallait retrouver le terroriste échappé de nulle part, gagner du temps ne serait pas un luxe et en perdre pour changer de route serait inacceptable. La décision reposait donc sur les épaules de la jeune femme, Hypérion se rangerait de toute façon à son avis, bien trop effacé pour prendre une décision pour lui même



Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Dim 25 Fév - 18:57
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Hypérion.

Le visage de la jeune femme s'illumina. Il n'était plus une armure géante, impersonnelle, à la voix robotique mais bien quelqu'un. Ce nom, elle s'en souviendrait. Le regard fixant l'impénétrable visière elle espéra que leurs regard se soient croisés malgré l'obstacle. Car même au delà de cette mission, Allys tenait à en savoir plus sur lui et tout particulièrement échanger leurs connaissances respectives. La mécanique avant tout.

Soudain, alors qu'ils s'étaient arrêtés pour faire le point sur le trajet, un homme les héla de loin. Allys leva alors le nez de la carte pour voir le vieil homme borgne agiter la main. Elle lui lança un regard scrutateur. De prime abord, il n'inspirait pas vraiment confiance mais il était équipé comme un guide, effectivement. De lourds vêtements épais, un sac de voyageur et une proposition d'aide intéressée bien sûre.

L'ingénieure plissa des yeux, la confiance n'était pas son pointy fort, d'autant plus qu'il se dégageait de lui une drôle d'impression. De celles qui vous hérissent le poil. Son bandeau lui donnait un air de pirate et cela n'était pas sans lui rappeler sa mésaventure avec un certain Pedro. Hypérion, quand à lui semblait partant pour l'inviter à rejoindre le groupe.


«Je ne sais pas trop, il ne m'inspire pas confiance.»

Le vieil homme se rapprocha alors des deux aventuriers, arguant qu'ils rencontreraient des difficultés seuls, notamment à cause du gabarit de l'armure. Allys croisa les bras, clairement un signe d'hostilité passive, mais elle prenait le temps de réfléchir, d'analyser la situation. Le fait est que l'homme avait probablement raison. Ni l'un ni l'autre n'était familier de la région. Devait-elle pour autant prendre le risque ?

La moue pincée, elle regarda en direction de son compagnon. Il faisait confiance au guide de son côté et voyait la chose d'un bon œil mais pourtant, il laissait à la jeune femme le choix d'accepter ou non.  Finalement, la mécanicienne soupira, relâchant ses bras. Après tout ils étaient pressés par le temps. En revanche, s'il s'avérait les rouler dans la farine il aurait affaire à son bras de métal.


« Soit, vous pourriez nous être utiles. Nous nous rendons au lac Yoah. Enfin, dans un premier temps. Nous recherchons un homme qui s'y est dirigés mais la piste s'arrête là.» Elle lui présenta le portrait sous le nez. « Si vous avez vu cet homme ou si vous avez entendu quoi que ce soit à propos de lui, cela ne serait pas de refus.»

Après tout au point où en étaient, les informations ne faisaient pas légion. La moindre piste serait utile. Arriver au plus vite sur les lieux où le foyard avait été aperçu en dernier et connaitre d'autres informations n'était pas négligeable. Le guide avait l'air dans le besoin, l'appât du gain le pousserait peut être à participer activement.

« Evidemment, toute aide sera récompensée. Si cela s'avère efficace je vous paierais grassement.»

Le gros porte-monnaie, c'était elle après tout. Et elle n'étais pas avare.

« La priorité étant de nous rendre là-bas au plus vite. Et pour vous prouvez que je n'ai pas les poches vides, voilà un début.»

Elle attrapa sa bourse et en sorti une grosse pièce dont seule elle et son oeuf magique -qu'elle avait fabriqué alors qu'elle était torchée comme jamais et dont elle était incapable de reproduire depuis - avait le secret et la déposa dans la paume parcheminée du guide.

« Vous pensez pouvoir vous surpasser ?»



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Möchlog
avatar
Mar 27 Fév - 18:16
Irys : 214958
Administrateur
Les lèvres gercées du vieillard s’étirèrent malgré elles en un sourire par trop inquiétant, mais qui traduisait une sincère satisfaction. Victor, malgré ses airs bourrus, avait une conscience professionnelle aiguisée, et lorsqu’il s’engageait dans une tâche, il la menait à bien du mieux qu’il le pouvait. Sur le peu de clients qui avaient eu le courage de l’engager, aucun n’avait vraiment émis la moindre critique sur ses compétences. Morale de l’histoire, les apparences sont parfois trompeuses. Alors comme ça, ce petit couple recherchait un fugitif ? C’était cohérent avec tout l’attirail que portait l’homme et son armure. Victor s’en fichait un peu au final, les guider là-haut ne signifiait pas se battre avec eux pour capturer cet homme…

- Je sais c’que tout le monde sait, c’est un des salauds qui a ravagé le centre-ville. Après, ça ne m’a empêché de travailler jusqu’ici. Il s’est vraiment planqué là-haut ? Je pense qu’il doit être vers le Pic de Nore alors.

Puis Allys dégaina une de ses meilleures armes, une de ces pièces si précieuses dont elle avait seule le secret. En la voyant, le vieil homme écarquilla les yeux. Précautionneusement, il attrapa la pièce qu’on lui tendit et eu le réflexe de la mordre avec force pour vérifier que c’était bien de l’or. Elle ne s’était pas tordue, pas même un peu abimée. Et qui elle représentait ? Pas moyen de le savoir… Mais d’où venait cette pièce ? En tout cas, il avait décroché le jackpot avec ces deux-là ! Il répondit à la jeune femme avec enthousiasme.

- Oh oui bien sûr ! Je vous mènerai là-haut, pour sûr ! Montrez-moi votre carte.

Victor fit alors le tour de l’immense armure assistée qui, au final, ne l’intimidait pas plus que de raison. Lui aussi avait un passé dans les mines, il avait donc connu et côtoyé ce genre de machines, même si celle-ci était réellement impressionnantes. Plus que dans ses souvenirs qui s’étiolaient jour après jour, au grand dam de leur propriétaire. Le bout de papier déplié dans l’énorme main de l’armure avait l’air certes, de facture récente, mais dès le premier coup d’œil le guide s’aperçut d’un problème. Fronçant les sourcils, il traça le chemin avec ses doigts.

- Hmm… Vous voyez là ? Logiquement ce chemin est praticable par votre armure, vous voyez il est assez large et monte bien en altitude. Le problème c’est que la semaine dernière y’a eu une avalanche par ici, et maintenant la route est complètement impraticable. Y’a même des rochers au milieu d’toute cette neige. Il faut passer par un autre chemin.

Réfléchissant un instant, le vieux Victor marmonna quelques nota bene incompréhensibles, et essaya d’imaginer quelle route ils pourraient véritablement emprunter. Sans aucun doute, elle comporterait des détours. Et puis, ce n’était vraiment pas la bonne saison pour aller vadrouiller là-haut…

- Pfff… Je vois deux solutions. Ou alors on monte tout doucement, mais on prend un chemin qui est obligatoirement praticable par votre armure là, mais ça nous fait faire limite tout le tour du pic et on en a jusqu’à ce que la nuit tombe, donc faudra camper. Soit, on passe par là, vous voyez, c’est une route plus direct à travers la forêt. Donc pas d’éboulis, pas d’imprévus non plus, à part deux-trois bestioles, mais c’est à ça que servent les fusils. Par contre là faudra s’équiper de raquettes, et ça veut dire… pas d’armure, monsieur.

Le guide lança un regard désolé à Hyperion.

- Y’a au moins un mètre de neige sur certains passages, vous ferez pas dix pas et vous serez quand même obligé de sortir à un moment ou à un autre. Y’a des gars dans la ville qui peuvent vous garder votre bijou comme si c’était les reliques des anciens rois si vous voulez. Et je vois que vous avez pas de problème d’argent… Enfin, c’est vous les chefs, à vous de choisir.  

Carte du site:
 


Une question, une requête, une tasse de café ? Envoyez-moi un MP ! Je suis à votre disposition.
Möchlog
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Mer 28 Fév - 16:49
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
L’homme semblait sûr de lui et Allys ne voyait pas vraiment d’objection à continuer avec lui. Si c’était bon pour elle, c’était bon pour lui de toute façon. Il n’avait qu’à la suivre, même au bout du monde et la tâche serait accomplie. Il vit la jeune femme produire une pièce de sa poche. N’y connaissant strictement rien, il vit simplement l’éclat dorée de la pièce, mais cela ne lui fit pas le moindre effet tant l’argent était un concept aussi inconnu qu’inintéressant. Non lui se concentrait uniquement sur la tâche qu’il y avait à accomplir.
Penchant son corps au-dessus de la carte il observa les deux chemins possibles, exhalant un soupir sifflant quand le guide leur proposa un chemin qui nécessitait d’abandonner Centurion.
Cette armure était sa seule possession et voilà qu’on lui demandait de l’abandonner comme ça à des gens qui ne la connaissait pas.
Non cette proposition n’était pas acceptable, cela aurait été demandé à la jeune femme de laisser ses prothèses ici. Mais un autre chemin était possible, plus long certes mais qui lui permettrait de passer avec son colosse. Il c’était de toute façon préparé à de telles complications.

-Si vous voulez que je vienne, il faudra que nous passions par le chemin le plus long, s’il le faut je vous porterais tous les deux. Avec l’envergure de mes pas, je peux parcourir la distance plus rapidement que vous, ce sera toujours plus long mais nous avons besoin de l’armure pour accomplir notre contrat…. Non ?


Le colosse se tourna vers Allys, dans une posture qui trahissait clairement son hésitation. S’il fallait abandonner l’armure il faudrait aussi abandonner Hypérion car il ne se voyait pas autrement qu’avec elle. Hors ce celle-ci il était complètement inutile, à peine capable de tenir une épée droite, et encore moins de courir après un terroriste

-Après Allys si tu veux aller plus vite… je comprendrais que tu veuille me laisser là… mais je ne compte pas abandonner Centurion simplement pour gagner du temps.


Il y avait plus que de l’attachement à cette machine, elle était un protecteur vigilant du jeune homme qui l’avait sauvé bien trop de fois des dangers des mines, et elle se révélait maintenant être également son plus grand allié dans le monde extérieur.
La jeune femme allait elle le comprendre ? Ce n’était pas qu’une armure faite pour impressionner, elle était pour certains comme une prison mobile, mais pour lui c’était d’avantage son seul repère.
Son énorme doigts suivit le tracé de la carte, ce chemin n’était pas le plus direct, mais peut être que le fugitif passerait lui aussi par ce col et comme il était en fuite il y avait peut-être une chance qu’il n’ait pas de raquette et soit fortement ralenti, de fait, faire le tour permettrais éventuellement de le coincer alors qu’il redescendait le col.

Le jeune homme se redressa, faisant jouer les articulations et les pistons de ses jambes pour en vérifier leur état qui sans surprise était dans le meilleur état possible.

-Si je me dépêche je peux doubler ma vitesse de marche et donc facilement compenser une partie du temps perdu, ce sera toujours plus long mais s’il faut se dépasser pour…

Il était quelque peu attristé imaginant déjà ses deux camarades s’en aller sans lui, mais abandonner son compagnon de route dès le début de son aventure…. Il n’en était pas question, c’était tout simplement un sacrifice qu’il n’était pas prêt à faire, et qu’il ne serait probablement jamais prêt à faire.
Il se tourna donc vers l’ingénieure, se résignant à accepter sa décision.

-A toi de voir Allys, s’il est si important d’aller plus vite je ne t’en voudrais pas d’y aller sans moi

Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mer 28 Fév - 20:31
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Ainsi donc ce méprisant personnage s'était réfugié au Pic de Nore ? Pas de chance pour lui, les gens avaient de bons yeux et les ragots étaient monnaie courante. Allys laissa un sourire carnassier étirer ses lèvres alors qu'elle accueuillait la nouvelle. Qu'il soit de la partie ou non, le vieillard avait déjà offert un avantage au groupe. Cependant, l'ingénieure possédait une arme redoutable pour le commun des mortels : Des pièces valant leur pesant rien qu'à l'unité. Et l'homme était de nature cupide. Cela ne faisait pas exception pour le vieillard qui, après avoir écarquillé les yeux, testait la solidité de la pièce avec les dents. Et bingo ! Le voilà plus motivé que jamais à aider les chasseurs d'homme.

La femme lui tendit la carte, le laissant réfléchir à la solution la plus plausible. Le chemin le plus rapide était infranchissable, donnée qu'ils n'avaient pas eu à la base. Loin de s'affoler pour autant, le guide leur trouva deux autres solutions. La première était de faire un détour mais la seconde impliquait de laisser l'armure au placard. Allys fronça les sourcils, le dilemne ne lui plaisait pas du tout. La jeune femme savait que le temps leur était compté mais de l'autre côté elle avait choisi Hypérion pour sa puissante armure. Elle se mordit les lèvres, jetant un regarde vers le colosse.

Il prit la parole le premier. Pour lui il était de toute manière impensable de quitter son armure, c'était donc soit avec celle-ci soit il les quittait. La jeune femme était bien placée pour le comprendre, cela lui aurait été intolérable de quitter quelque chose d'aussi précieux. C'était comme de lui dire de détâcher ses prothèses. Impossible. Seul un mécanicien pouvait comprendre l'importance de ces pièces de métal, c'était comme un morceau de leur âme. Car, oui, ils mettaient bien plus que quelques coups de clés dans leurs inventions. C'était précieux et très personnel.

La jeune femme se prit la tête entre les mains, sourcils indélébilement froncés. Lorsqu'elle releva son visage il était assombri mais trahissait toujours une détermination absolue. Elle secoua la tête négativement, chassant les idées sombres de son compagnon d'un revers de la main.


« Non. J'ai voulu effectuer cette mission avec toi, je ne renoncerai pas à cette idée. J'ai besoin de ton aide et celle de ton armure. Il est vrai que nous devons aller au plus vite pour éviter qu'il nous échappe mais j'ignore de quoi il est capable. Je ne veux pas que l'on court à un suicide non plus. »

De plus, Allys ne revenait jamais sur une parole donnée. Jamais. Elle lui avait promi la récompense. Il n'en avait peut être que faire mais c'était une excuse supplémentaire pour elle de le garder avec elle. L'ingénieure refusait obstinément de se séparer de son colosse. Glissant à présent son regard vers le vieillard, elle lui lança un regard autoritaire.

« On prend le chemin détourné. Je fais une pleine confiance en mon camarade pour faire au plus vite. »

Ni une ni deux elle grimpa sur la grande main du centurion et tendit la sienne pour aider le guide à monter à son tour. Là, elle s'assit au rebord de la paume, bien calée entre les doigts de métal. Lorsqu'elle fut assurée que le vieil homme était bien installé lui aussi elle engagea son ami à s'élancer. Inutile de perdre plus de temps à tergiverser... Le chemin serait long, soit, autant le réduire le plus possible.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Möchlog
avatar
Jeu 1 Mar - 9:56
Irys : 214958
Administrateur
En tout cas, l’homme en armure l’affirmait sans appel : il ne se séparerait pas d’elle. Pour Victor, cela importait peu au final. Lui non plus n’était pas spécialement enjoué de passer par la forêt. C’était des routes mal connues, imprévisibles, et le danger rodait toujours dans les bois. Il était donc plutôt rassuré que les deux chasseurs de prime se mettent d’accord sur la route la plus longue. De ces deux-là, il semblait d’ailleurs que ce fusse Allys qui prenne les décisions finales. C’était un spectacle bien étrange à voir, cet immense colosse d’acier suivre chaque directive de la jeune femme. En même temps, elle semblait pétrie d’autoritarisme, et le regard qu’elle lança au vieux guide était suffisamment éloquent sur ce point.

- C’est vous qui décidez. Répondit-il simplement.

Ensuite, Allys grimpa prestement dans la main de la grande machine et tendit la main vers Victor qui ne sut pas bien quoi faire. On ne pouvait pas dire qu’il était rassuré de monter là-haut. Et puis il ne serait pas trop lourd ? Et puis il pourrait glisser, tomber, ça allait trembler de partout et faire mal à ses vieux os, non ? Eh bah, faites qu’ils arrivent entiers… Le guide attrapa la main qu’on lui tendait et prit appui sur les épais doigts du Centurion pour se hisser tant bien que mal aux côtés d’Allys. Toujours peu rassuré, lorsque la machine se mit en marche en direction de leur destination, il ne put retenir une exclamation de surprise en s’accrochant -ou du moins en essayant de le faire- aux aspérités et articulations de la main de métal. Quoique ce soit qui lui permettrait de ne pas tomber. Avec tout ça, il essayait également de garder un œil sur la route pour faire tant bien que mal ce pourquoi il était payé à la base.

Au départ, il s’agissait de traverser une portion de forêt, mais sur une route large, réservée aux convois de transport, donc régulièrement damée par les différents voyageurs. La pente était douce, donc on pouvait espérer que l’armure ne glisse pas. Il fallait néanmoins qu’elle ralentisse un peu le pas, car déraper entrainerait une potentielle chute aux conséquences… malheureuses pour ceux qui se trouvaient dans la main du colosse. Fort heureusement, ce passage du voyage se passa sans encombre. Le ciel était clair et aucune chute de neige n’était à prévoir, au moins pour aujourd’hui. Le but de cette ascension était d’arriver sur une large hauteur, surplombant la forêt et la ville, que le groupe pourrait suivre pour contourner les bois sur quelques kilomètres et ensuite continuer à grimper à flanc de montagne jusqu’au pic de Nore.

C’était un chemin long, mais qui avait l’avantage de ne pouvoir souffrir de chutes de neige inopinées qui bloqueraient le chemin, vu que tout est amené à glisser en contrebas. Le seul inconvénient, c’était l’exposition probable à des vents violents, des tempêtes de neige et peut-être de malheureuses rencontres avec des bestioles aussi amicales qu’une bande d’ovchins, de yamaanys, bref de quoi se régaler pendant le voyage. Mais ils pourraient simplement avoir de la chance et ne rencontrer que le sifflement lyrique du vent montagnard dans leurs oreilles. C’est tout ce qu’on leur souhaitait au final. Finalement, Victor c’était résolu à essayer de briser la glace avec ses employeurs. Au moins essayer d’en apprendre un peu plus sur le pourquoi ils voulaient absolument courir après cet homme.

- Mais, dites-moi m’sieur-dame, pourquoi vous courrez après ce type ? C’est un mage, vous savez. On raconte qu’il fait trembler le sol d’un simple geste de la main ! Il a fait de gros dégâts dans le centre-ville ! Bon, moi j’étais là-haut quand ça s’est passé, mais j’aurai pas envie de le croiser, pour sûr, et même pour la prime j’irai pas le débusquer…

Ah ça, il y avait une chose à laquelle il fallait s’habituer avec le vieux guide, c’est qu’il était bavard. Il n’avait pas la conversation insupportable, mais c’est sûr que lorsque ses clients étaient là pour capturer un ennemi aussi dangereux que celui affiché sur cette prime, sûrement qu’ils n’apprécieraient pas forcément de faire la conversation comme si de rien n’était.


Une question, une requête, une tasse de café ? Envoyez-moi un MP ! Je suis à votre disposition.
Möchlog
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Jeu 1 Mar - 17:49
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
La décision avait donc été prise de lui faire confiance, et c’est avec soulagement qu’il sentit Allys monter sur son bras rapidement accompagnée par le guide qui lui semblait beaucoup plus réticent. Et il était facile de le comprendre car de tels engins pouvaient paraitre ridiculement maladroits dans leurs manipulations. Mais si Hypérion n’était pas doué en grand-chose comme la diplomatie, la stratégie ou les massages, au moins pouvait on compter sur lui pour manier l’énorme machine comme son propre corps.
Il s’élança donc sur la route à bonne vitesse comptant sur le guide pour lui indiquer les chemins à prendre. Toute la subtilité était de garder un bon rythme tout en maintenant une bonne stabilité sur le terrain qui pouvait parfois se révéler traitre, le plus dur fut simplement de s’habituer au relief et de prendre la mesure de ce qui pouvait être fait ou pas, mais passé ce temps, le jeune homme accéléra pour conduire sereinement son équipage jusqu’à la prochaine étape du voyage.
Il faisait de son mieux pour ne pas trop les secouer, compensant les pas en effectuant un mouvement de balancier et évitant au maximum les creux de la route.
Plutôt rapidement le terrain changea pour devenir non pas plus hostile, mais plus hasardeux. Le genre d’endroit ou une sale bestiole risquait de vous sauter dessus à n’importe quel moment.
Ce n’est qu’arrivé là que le guide finit par briser la glace, tentant d’avertir le duo du risque que pouvait représenter le mage pour eux.
Hypérion marchait sans se retourner lui répondant finalement.

-Je suis simplement là parce que l’on m’a demandé d’être là, je ne cours pas après la justice car des attentats dont tout le monde parle, je n’en sais strictement rien… Quant à la récompense je ne m’y intéresse pas vraiment non plus.


Il laissa passer un petit moment, prenant le temps de réfléchir pour résumer ce qu’il faisait là. A vrai dire il n’avait pas de grande motivation héroïque à proposer sinon le fait qu’on lui avait demandé d’être là. C’était une raison qui en valait une autre de toute façon.

-Je…. Je suis là simplement car Allys m’a demandé de l’accompagner, elle à juger qu’une armure assistée serait probablement utile pour capturer le mage en fuite. Et s’il peut faire trembler la terre, il suffira simplement de ne pas le combattre dans une mine non ?


Les phénomènes pareils étaient une véritable terreur pour un mineur… qui ne craignait pas de se faire enterrer vivant ? Mais hors du sol, le jeune homme était plutôt confiant, ce n’était pas comme si le sol allait l’engloutir non ?
Et puis vêtu comme il l’était, pulvériser une muraille de pierre n’était pas au-delà de sa portée. Il finit par transmettre la question à la jeune femme qui menait le groupe ne se demandant que maintenant qu’elle motivation pouvait la pousser à poursuivre cette traque.

-Et toi Allys ?

Et alors que le groupe avançait, Hypérion finit par sortir son immense pavois pour protéger le groupe du vent, l’imposant bouclier épargnant au moins l’air frai, même s’il devait le lever de temps en temps pour permettre au guide de faire son travail correctement.

-Il y a des dangers autres que l’environnement dans le coin ? Des loups ? Ou peut être pire ?

C’était après tout la première fois qu’il m’était un pied dehors, et même s’il avait entendu parler des choses rodant à l’extérieur, elle n’était pour lui que des rumeurs.
Et n’ayant eu que des bruits de mines sur ces dernières il les voyait comme affreusement menaçante même s’il pouvait sans doute en écraser plus d’une sans faire le moindre effort.
L’ignorance était souvent la pire des faiblesse
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Sam 3 Mar - 18:23
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Le vieux guide n'était pas à son aise et c'était pas peu dire. Il s'accrochait à ce qu'il pouvait ses mains crispées comme jamais. L'ingénieure en revanche était au mieux de sa forme, ses yeux scrutant les environs tel un faucon sur sa branche près à s’envoler pour piquer sur une proie appétissante. L'excitation qui faisait battre son cœur lui faisait même presque oublier le froid mordant de la région. Pour autant, la jeune femme était bien équipée avec son lourd manteau, ses gants, ainsi que quelques épaisseurs de vêtement supplémentaires. Elle avait de plus un bonnet bien vissé sur sa tête surmonté de grandes lunettes qu'elle abaissait pour se protéger les yeux lorsque le vent et la neige se montraient trop intrusifs. Seuls ses prothèses étaient un peu moins engoncés dans les tissus, elle les avaient protégées des intempéries mais seulement de tissus souples lui permettant de les mouvoir aisément.

Le chemin se passait sans encombres. La neige n'était pour le moment pas au rendez-vous et aucune créature hostile ou bandits ne faisaient obstacle à leur traversée. Allys aurait même put se faire bercée par les mouvements du centurion et le doux sifflement du vent si leur guide n'avait pas voulu se montrer bavard. Rompant gaiement le silence apaisant, il les questionna sur leurs motivations tout en les informant du type de mage qu'ils poursuivaient. Celui-ci était capable de faire trembler le sol d'un geste de la main. Allys fronça les sourcils. Et alors ? Ce n'était pas parce qu'il était redoutable qu'il fallait fuir la queue entre les jambes et surtout le laisser s'en sortir impunément. La lâcheté ne faisait pas parti du vocabulaire de la jeune femme. Appelez cela du suicide peut être ou tout simplement de la bêtise mais elle n'était pas du genre à craindre le danger. Au contraire, elle allait souvent au devant des ennuis... Mais la mort n'avait jamais voulu d'elle. Pourtant nombreux ont essayé et elle-même avait échappée de peu à des chutes mortelles. Il y avait de quoi se sentir protégé par les architectes.

Hypérion prit alors la parole et ses mots firent tiquer la jeune femme. Ce n'était que parce qu'elle l'avait décidé qu'il se trouvait ici. Aussi têtue que soit Allys, elle ne comprenait toujours pas comment elle avait réussi à le persuader aussi vite de l'écouter. Qu'avait-il à y gagner puisque la récompense de l'intéressait pas non plus ? L'esprit de justice ne l'avait pas non plus gagné. Il avait juste foi en elle. Touchée, la mécanicienne peina à garder secrètes ses émotions. Elle fut sauvé par sa dernière question.


« Ce n'est pas la première fois que j'effectue une mission comme celle-ci. Mais n'allez pas croire que je m'acharne contre les mages. J'ai sauvé la vie d'innocents My'träns la dernière fois. Si je le fais ce n'est pas pour la gloire, l'argent ou quoi que ce soit du genre, c'est simplement parce que c'est la meilleure chose à faire. Si personne n'agit, bientôt il sera trop tard pour éviter une guerre. On devrait tous remettre à leur place ces dégénérés de terroristes et leur montrer qu'on ne cédera pas à la panique. Sinon on va tous droit au mur. »

Allys soupira. Elle n'était qu'une aiguille dans une botte de foin, une poussière dans une tempête infernale. Les terroristes avaient frappé et les peuples des deux nations commençaient bel et bien à s'échauffer. Mais malgré tout, même si cela n'éviterait probablement pas l’inévitable, Allys y croyait et elle essaierait de se battre pour maintenir la paix. Et puis... Après cette fausse victoire du mois dernier son cœur était agité.

Soudain, Allys perçu un bruit au loin. Le terrain était devenu plus difficile à traverser, Hypérion faisait plus attention où il posait les pieds et les environs semblaient moins hospitaliers. Et pour cause, les lieux n'étaient pas déserts. Le groupe avait fait irruption sur le territoire de quelqu'un ou quelque chose et il n'était pas ravi de cette présence malvenue. L'ingénieure fit signe au colosse de la déposer au sol. Elle sauta souplement dans la neige, les sens en éveil et le regard à l’affût. Sans hésité, elle sorti son katana.


« Nous ne sommes pas seuls et quoi que ce soit, ça à l'air hostile. Hype, si les choses tournent mal, tu protège le guide en priorité, compris ? »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Möchlog
avatar
Jeu 15 Mar - 18:35
Irys : 214958
Administrateur
Victor écoutait attentivement le récit de ces deux jeunes gens. D’une, cela lui permettait d’oublier, pour un temps, la stabilité précaire de son perchoir, mais il pouvait également, par ce biais, se renseigner sur ceux qu’il avait accepté d’escorter. Ce n’était pas la première fois que ceux qu’il guidait avaient des buts pas très nets une fois là-haut, mais peut-être qu’il préférait ce genre de clients à ces deux-là. Entre l’autre dans sa grosse armure qui ne savait visiblement même pas pourquoi il se trouvait sur cette montagne, et sa voisine éprise d’une espèce de sentiment de justicière… Il aurait pu tomber sur des clients plus ordinaires. Enfin, espérons qu’ils sauront se battre au moins. Le guide donnait pas cher de sa peau si, une fois là-haut, le mage les allumait et s’en prenait ensuite à celui qui les a escortés jusqu’à lui… Bref, là où ça aurait dû le rassurer de parler avec le duo, c’est tout le contraire qui se produisit, et Victor balbutia un « … très bien… » avant de se résoudre à regarder l’horizon, un sourire contrit sur les lèvres.

Malheureusement, Allys n’avait pas tort sur toute la ligne. Le guide aurait préféré. Elle n’était peut-être pas inexpérimentée dans ce genre de chasse à l’homme, puisqu’elle parvint à sentir tout le danger qu’il y avait à se balader par ici. Victor abandonna sa contemplation quelques instants pour observer le chemin qui s’étalait devant eux. Ils étaient toujours à flanc de montagne, mais plus loin la route semblait descendre, s’enfoncer dans une espèce de gorge entourée par la roche du pic des Combes. Effectivement, ça ne sentait pas bon du tout. Mais au lieu de continuer à avancer, la jeune femme préféra poser pied à terre, ce qui n’était pas pour déplaire à Victor qui se sentait enfin revivre, les deux pieds dans la neige. Lui avait l’air un peu plus en confiance qu’Allys, profitant de cette pause pour s’étirer.

- Vous inquiétez pas… Devrait pas y avoir grand-chose qui résiste à votre armure t’façon. Des ours, peut-être, et encore, peut-être un ovchin, à part ça…

Visiblement il semblait sûr de lui. En même temps, il connaissait ces montagnes comme sa poche. Un point aussi haut… aucun risque de croiser un gros prédateur. Mais bon, voir Allys avec son épée sortit le rendit tout de même un peu nerveux. Ils avaient la gâchette facile, ceux-là. Vraiment, il avait intérêt à être bien payé… le fait est que, en position de combat, aucun ne semblait décidé à bouger. Au bout d’un moment, le vieillard haussa le ton.

- Mais rooh, je vous dis qu’il n’y a rien sur ces montagnes. Vous avez juste peur du vide, c’est normal. Aller, faut avancer sinon on n’y sera pas avant…

Un hurlement raisonna soudain autour d’eux. Impossible de savoir d’où il provenait, tant son puissant écho rebondissait contre chaque paroi alentours. Victor en écarquilla les yeux, s’agitant fébrilement sur lui-même, guettant de son œil unique la source de cet horrible son. Puis, un deuxième hurlement retentit, plus proche, derrière la montagne à leur droite. C’était un hurlement étrange, comme celui d’un loup, mais qui se répandait dans le ciel. Le genre de vision qui excite l’imagination et permet de produire des visions terrifiantes, mais heureusement chimériques au possible… Quoique.

Il est une créature, fort rare dans ces montagnes, mais qui cristallise à merveille ces cauchemars qui nous hantent au plus profond de nous. Une créature semblant sortir tout droit de l’imagination tordue d’un savant fou, décidé à créer un prédateur ultime. Un mélange homogène de griffon et de loup. Le tsookhor. Un mammifère gigantesque, plus grand au garrot que l’armure d’Hypérion, aussi long que la moitié d’un wagon de train. Un animal solitaire, carnivore et farouche. Allys et son compagnon venaient de pénétrer sur son territoire, dans lequel il venait d’arriver depuis quelques jours. Autant pour se nourrir que pour imposer sa loi, l’énorme bête se devait de montrer l’exemple en chassant ce trio de primates. Voilà pourquoi, planant silencieusement dans le ciel, il s’apprêtait à pousser son dernier hurlement d’avertissement avant de fondre sur la compagnie de justiciers d’un jour. Le vieux borgne, lui, était terrifié, et manifestait vigoureusement sa peur en hurlant des jurons dont on jurerait que certains n’étaient pas dans la langue connue de tous les hommes.

- Putain de merde… Mais c’est quoi cette horreur ?!


Une question, une requête, une tasse de café ? Envoyez-moi un MP ! Je suis à votre disposition.
Möchlog
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Dim 18 Mar - 3:34
Irys : 379872
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
La peur paralyse les hommes aussi surement que le feu les brûles. Mais la peur est issues d'une série de traditions, de mythes, ou de croyances populaires qui sont savamment inculquées dès le plus jeune age. En somme la notion de peur pourrait être un réflexe destiné à prévenir les hommes qu'une situation est dangereuse.
Sur ce dernier point, Hypérion arrivait à s'en rendre compte, mais de peur... il ne ressentait pas une once de cette émotion. La peur des animaux... elle viens en général après des mauvaises rencontres, ou dans des comptes, mais le jeune homme n'en avait jamais lu aucun, ni même n'avait entendu la moindre histoire. Ce qui lui fit ignorer cette peur paralysante, cette dernière remplacée par la conscience du danger, mais aussi un peu d'admiration devant le titan qui était apparut.
La créature était majestueuse, une véritable prouesse de la nature dont la taille rivalisait sans peine avec Centurion. Mais même derrière cette fascination, il perçu un danger. Même un ignorant et un idiot finit se serait douté que ce regard de prédateur n'était pas pacifique.

En guise de réponse, le colosse de fer sortit sa propre arme.
Le fauchard était une arme presque mythique par son ancienneté, et l'arme d'une armure assistée se devait d'être de la taille correspondante à son possesseur géant. Longue de plus de 3 mètres, cette dernière arborait une lame massive dont le fer était massif, suffisamment pour fracasser la roche.
Cette arme démesurée tenait dans la main du colosse, les énormes doigts de fer se serrant autour du manche renforcé pour tenir les chocs.
Il y a peu de chose qu'un homme en armure assistée peut craindre, et peut être que cette créature en faisait partie, mais la panique ne ferait ici que rendre les choses plus compliquées.

-Je croyais que rien ne nous poserais problème guide ! Quelle est donc cette créature ?


Comme pour répondre à cette question, il entendit un nouveau hurlement. Par réflexe il leva son bouclier pour protéger ses compagnons. Il devait de nouveau être la barrière entre le danger et eux, et s'il acceptait ce rôle sans discuter, il ne savait si cette fois il s'en tirerait aussi facilement.
Un bref coup d’œil vers Allys, dont l'arme était déjà tirée suffit à le rassurer avant que celui-ci ne dise.

-Cette créature semble vouloir faire de nous ses prochaines proies ! Mieux vaut répondre !



Répétant l'inverse exacte de l'opération faite à la taverne, le jeune homme réactiva l'amplificateur, ne le dirigeant cette fois pas sur la voix, mais sur un système de sirène à vapeur qui s'actionna sous l'action de la pression interne.
Le son monta lentement, mais s'amplifia via la caisse de résonance.
Comme pour répondre à son cri d'avertissement, la sirène de Centurion s'activa, noyant les oreilles de tout le monde dans ce qui ressemblait au hurlement assourdissant d'un dieu mécanique qui répondait au défit. Le son grave roula sur les flancs de la montagne avec une onde sonore conséquente.
Hypérion avait pris soin de vérifier leurs location avant de le faire pour ne pas provoquer d'avalanche non désirable, mais une de ces dernière se déclencha, fort heureusement bien plus en amont de la pente, la neige se déversant sur un flanc de montagne vide sans aucune voie.

Centurion venait de répondre aux cris de la créature, et ses deux pieds massifs venaient de frapper le sol dans de grosses ondes de choc pour ancrer l'armure dans le sol. L'arme d'hast fut pointée vers la créature, la pointe effilée tendue comme une promesse de mort certaine.
Fuir n'était pas une option, pas au vu de la capacité de vol du monstre, et si Hypérion n'était pas forcément des plus assuré, il risqua quand même quelques mots à la jeune femme.

-Il semblerait que ton instinct soit vraiment exceptionnel.

Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mar 20 Mar - 16:58
Irys : 961403
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Le vieillard semblait bien ignorant des dangers que pouvaient receler la nature. Il mit pied à terre bien plus dans l'objectif de se dégourdir les jambes que parce la situation allait l'imposer. Allys roula des yeux devant l’absurdité d'une telle nonchalance. Contrairement aux deux autres, la jeune femme connaissait les dangers de la nature. Allez vivre en Zochlom tient, vous verrez bien combien de temps vous tiendriez. L'instinct de survit doit être assez acéré. Entre les difficultés de survie basique, les esclavagistes qui vous prennent à la gorge, et les dangers multiples des traversées du désert, il valait mieux rester sur ses gardes et apprendre à suivre son instinct. Vous n'aimeriez pas croiser des Nohkoi ou autre Zarimdaa en pleine traversée, croyez-moi. Bref, Allys ne prêta pas attention aux paroles du vieillard jusqu'à ce que qu'un hurlement raisonne autour du groupe.

Serrant les dents, Allys jeta des regards nerveux aux alentours. Impossible de savoir d'où provenait ce bruit mais cela signifiait bien qu'elle avait raison de se méfier. Un deuxième cri leur averti alors de se méfier de leur droite. Très vite, la créature leur apparut. Il s'agissait d'un Tsookhor, une sorte de loup ailé extrêmement imposant, mais surtout dangereux. De nature plutôt charognarde, s'il s'était montré c'était uniquement car le groupe avait pénétré sur son territoire, or ces animaux-là ne supportent pas la présence des autres... Il était furieux, bien décider à faire partir le groupe ou les éliminer s'il le faut. Malheureusement il était hors de question de faire demi-tour, pas maintenant. Ignorant le dernier avertissement, ils se préparèrent à l'assaut. Contrairement à certains mages, aucun d'entre eux n'était en mesure d'expliquer gentiment à cette grosse bestiole qu'ils ne faisaient que passer et non lui voler sur territoire. Non, vraiment, il était hors de question de faire demi-tour. Hypérion était du même avis. Sortant sa propre arme, tout autant imposante que son possesseur d'ailleurs, il posa le premier la question fatidique.


« Je croyais que rien ne nous poserais problème guide ! Quelle est donc cette créature ? »
« Putain de merde… Mais c’est quoi cette horreur ?! »
« Un Tsookhor » Répondit rapidement Allys devant l'ignorance de ses deux comparses. « On est chez lui et ça ne lui plaît pas du tout... »

Allys fronça les sourcils. Elle était petite comparée à ce monstre de puissance et ne possédait pas d'autre arme que son épée. Un arc ou une arbalète ou même tout type d'arme de jet aurait été très utile contre une créature volante. Elle allait devoir compter sur Hypérion. A terre, elle pourrait aider, certes, mais ce n'était pas un animal à sa mesure.

« Cette créature semble vouloir faire de nous ses prochaines proies ! Mieux vaut répondre ! »
« Pour l'instant elle nous met en garde mais on n'a pas le choix il faut qu'on traverse... Donc oui, elle va nous attaquer. J'espère que t'es de poids parce que personnellement j'ai l'air un casse-croûte pour elle. »

Hypérion enclencha alors son amplificateur, déclenchant ainsi un son qui montait crescendo. Par réflexe, Allys posa ses mains sur les oreilles et grand bien lui fit car la sirène de Centurion lui aurait d'autant plus vrillé les oreilles sinon. La jeune femme ne savait pas vraiment si c'était ou non une bonne idée. Elle avait lu que ces créatures étaient plutôt des charognards plutôt que des chasseurs mais ignorait s'il interpréterait le son comme un défi ou une menace tout autant que la réponse que la créature formulerait.

Se cramponnant solidement au sol, le géant de fer s’apprêtait à recevoir une réponse physique hostile en tout cas, lame prête à fendre l'air à l'approche de la majestueuse créature. Quant à Allys, elle se plaça devant le vieillard. Ce serait finalement à elle de le défendre si la créature s'en prenait au plus faible du groupe. Si celle-ci passait la défense musclée d'Hypérion, ce serait donc Allys qui l’accueillerait comme il se doit.


« Il semblerait que ton instinct soit vraiment exceptionnel. »
« Ce n'est pas le moment de lustrer mon ego Hype, concentre-toi sur le volatile. »

Allys, elle, ne le quittait pas du regard. Elle attendait sa réponse de pied ferme. Oh, elle n'en menait pas large non plus, sachant qu'elle était minuscule pour la créature du haut de son mètre soixante-dix à peine rallongé par son arme tranchante, mais elle ferait de son moins pour lui montrer que même les petites choses ça pique et fort.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Möchlog
avatar
Jeu 22 Mar - 3:45
Irys : 214958
Administrateur
- Oh putain… putain de merde ! Aidez-moi ! Je vous en prie !!

Une réaction somme toute logique lorsque l’on se trouvait face à une créature si cauchemardesque que la simple idée de la rencontrer semblait davantage relever de l’affabulation d’un ivrogne que du réel récit. Pourtant, ce que Victor n’assumait pas –et il ne le ferait sûrement jamais- devant ses compagnons d’infortune, c’est qu’il avait été mis au courant de l’arrivée du tsookhor dans la région. Certains chasseurs, en rentrant prendre du repos dans la métropole du coin, avaient prévenus qui voulait bien l’entendre qu’ils avaient perdu un de leur compagnon à cause de cette créature. Alors un peu aviné, le vieux guide avait vu son esprit partagé entre la complète indifférence d’un être solitaire glissant doucement vers le coma éthylique et la pensée logique d’estimer que ces chasseurs étaient probablement aussi ivres que lui et qu’ils racontaient des sornettes. Mais le voilà maintenant face à cette horrible chose ailée, bien vivante, et prête à tout pour chasser les trouble-fêtes de son territoire.

Parlons de la bête maintenant. Un bon gros tsookhor comme on fait plus, qui, depuis quelques années, avait eu tout le loisir de s’engraisser sur ce territoire de chasse où il avait, en réalité, fort peu d’ennemi, étant donné que des spécimens de son espèce, sur Daënastre, sont d’une rareté chotgorienne. Donc il était plus gros que réellement taillé pour le combat, mais il ne fallait pas s’y méprendre non plus, ce combat s’annonçait quand même rude. D’autant plus que Victor, dans sa grande bravoure, était venu s’approcher très près de la jeune bretteuse, venant quérir un secours qui était bien illusoire face à pareille bestiole.

Hyperion, quant à lui, s’employa à faire tout le bruit qu’il put, déclenchant même une avalanche à quelques lieues d’ici. Pourtant, le tsookhor, planant toujours au-dessus de la troupe comme un gigantesque vautour, ne manifesta pas le moindre signe d’inquiétude visible. Il continua de jauger les intrus avec une vue, certes imparfaite, mais son odorat lui transmettait les bonnes informations. Il y en avait un, de ces trois humains, qui était presque en train de se faire dessus devant lui. Eliminer le plus faible, c’était le moyen de bien commencer. Les tsookhor étaient des animaux territoriaux, mais n’avaient pas la fierté ridicule d’un griffon. Si Hyperion se préparait à un face-à-face titanesque, le charognard, lui, cherchait juste le meilleur moyen d’en finir rapidement avec ces gugusses.

Histoire, tout de même, de rappeler qui était le maître des lieux, le tsookhor s’employa à faire une première descente en piquée. Repliant ses ailes le long de son corps, il passa derrière le centurion, bien hors de portée de son immense lance, et souleva force poudreuse en faisant battre ses ailes afin de reprendre un peu de hauteur et d’atteindre une corniche à flanc de roche. Il s’y posa en souplesse, dans un équilibre tendu, preuve qu’il n’escomptait que faire une très courte pause avant de piquer de nouveau vers le groupe. Il avait suffisamment bien jaugé le gros tas de métal pour comprendre que tourner sur lui-même n’était pas un domaine où il excellait. Se laissant tomber de son perchoir, il amortit sa chute avec bon nombre de battements qui soulevèrent encore plus de neige, formant comme une brume épaisse et éphémère autour de son point de chute. Les pattes désormais fermement posées sur le sol, l’animal se lança dans une charge guidée uniquement par ses narines. Il visait, bien évidemment, le pauvre Victor, qui était facilement identifiable vu la quantité de sueur que produisait son vieux corps bedonnant.


Une question, une requête, une tasse de café ? Envoyez-moi un MP ! Je suis à votre disposition.
Möchlog
Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2