Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 1 sur 1


 La négociation est un jeu comme les autres.

Laura L. Greyson
avatar
Sam 17 Fév - 4:58
Irys : 519128
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ La négociation est un jeu comme les autres.


Le 29 Novembre 932, dans une mine de magilithe Greyson au nord de Reoni

ϑϑϑϑ La neige crissa sous son pas lorsqu'elle quitta la voiture. Sa main venait de sortir du manchon de fourrure, pour se poser dans celle de l'homme qui l'aidait à descendre de la voiture où elle avait fait le chemin depuis Reoni où elle avait dû s'arrêter pour retrouver Ludwig. La chaleur qu'elle avait emmagasiné jusque là dans l'étui réchauffant se dissipa en quelques secondes avant qu'elle ne puisse retrouvé sa protection réconfortante une fois les deux pieds au sol.

ϑϑϑϑ Laura releva les yeux sur la mine principale de ses parents. Quelques maisons entourait partiellement un bâtiment bien plus imposant, regroupant les appartements des propriétaires, les bureaux et surplombant l'entrée de la mine. Ici, les illusions n'étaient plus comme en ville. On voyait le froid, la neige, la difficulté de vivre sans fierté de ceux qui travaillé ici depuis trop longtemps pour hercher à le dissimuler. Les bâtiments en bois et en pierre étaient pourtant en très bon état malgré les assauts répétés des vents du Khoral chaque année. De grosses charrettes étaient en train d'être chargée pour transporter la magilithe hors de la mine à quelques centaines de mètres, mais ils pouvaient tout de même entendre le fracas des pioches et des pelles qui se répercutait en échos jusqu'au dehors.

ϑϑϑϑ Laura se tourna un instant vers Ludwig pour voir la réaction sur son visage. Etait-ce à ça qu'il s'attendait en venant ici ? Personne n'aurait pu le dire avec certitude. Un homme à la tenue toute daénare, et impeccable marchait à toute vitesse à leur rencontre alors que le froid venait dangereusement fouetter leurs visages, restés apparemment trop longtemps protégés pour ne pas constituer un défi irrésistible.
ϑϑϑϑ Mademoiselle Greyson ! Un plaisir de vous rencontrer enfin. Vos parents vous attendent au salon. Ils sont ravis de vous accueillir ici ! Votre voyage s'est-il bien passé  depuis la capitale ?
ϑϑϑϑ Tout a été parfait. Monsieur Strauss ici présent a eu l'amabilité de me faire plaisir de son navire qui est tout à fait plaisant.
ϑϑϑϑ Monsieur Strauss ! Bienvenue aux mines Greyson de Khurmag ! Je fais tout de suite préparer une chambre pour votre invité mademoiselle.
ϑϑϑϑ Le ton du domestique est à la fois étonné et heureux. Il est facile de deviner qu'il ne doit pas avoir beaucoup l'occasion de saluer du monde dans un endroit pareil. Surtout que connaissant son père Laura imagine qu'il ne négocie qu'avec les mêmes personnes encore et encore depuis des années. Une difficulté de confiance qu'il devra surmonté d'une façon ou d'une autre. Elle ne sait pas comment les choses se passeront, ou même ce que Ludwig fera si elle ne sont pas ... si simple mais peu importe. Elle repartira d'ici avec un homme aux commandes et lui répondant directement, elle en est persuadée.

ϑϑϑϑ Ils quittent le froid en passant par une lourde porte de bois qui débouche sur un escalier. Les appartements de ses parents sont eau premier. Ça, elle s'en souvient et peut guider son employeur jusqu'au salon qui ne demande pas beaucoup d'effort pour être trouvé. Depuis l'entrée, on peut voir une décoration Daénare légèrement datée mais de bon goût pour une famille de ce niveau. Il aurait été inutile de mettre les objets à jour avec la mode de la Capitale de toute façon. Ça et là, une tapisserie, une verrerie rappelle que les parents Greyson ont pourtant quitté leur patrie depuis très longtemps. Le feu qui ronfle et crépite dans la cheminée, projette la silhouette de son père jusqu'à la porte qu'il passe. Plongé dans ses pensées en regardant les flammes dansaient, il se retourne vers les arrivants alors que son épouse plus alerte s'est déjà levée pour embrasser la fille qu'elle n'a pas vu depuis presque vingt ans.
ϑϑϑϑ Laura ma chérie ! Monsieur, je vous en prie entrer, installez-vous, le thé est chaud. dit-elle avec des manières qui bien que gracieuses, ne sont plus aussi exercées.
ϑϑϑϑ Mère, Père. Je suis ravie de vous revoir. Je vous présente monsieur Ludwig Strauss. Propriétaire des industries renommées du même nom qui a bien voulu m'accompagner jusqu'ici.
ϑϑϑϑ Enchanté de vous rencontrer. Je suppose que votre présence confirme que ma fille n'est pas venue ici qu'en vacances. J'avoue que je suis rassuré. Je suis Arthur Greyson et voici ma femme Evelyna.
ϑϑϑϑ Laura ne rajoute rien alors qu'une domestique est déjà -et heureusement- en train de discrètement posé les tasses de thé sur une table basse autour de laquelle tout ce beau monde a pris place. Même si l'ingénieur ne connait pas bien ses parents, elle sait de par son grand père que ce couple de cinquantenaire vieillissant a l'aspect calme et posé, n'est en fait qu'un duo de requins qui nagent en territoires My'trä depuis la guerre. La pomme n'est pas tombé loin de l'arbre de l'ambition c'est certain. Même le regard perçant et intelligent de sa mère, ces yeux bordés d'un or qu'on souhaite tant acquérir lui rappel le reflet de sa glace tout les matins. Son père semble penser qu'il gardera l'ascendant de ce territoire conquis en restant debout à côté de son siège.

ϑϑϑϑ Le sourire de la brune s'étire avec un plaisir carnassier. Elle aime finalement plus qu'attendu ce jeu du chat et de la souris, où ils ne savent pas ce qu'elle veut, ni ce qu'elle est prête à faire pour l'obtenir.

Memo:
 


Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur