Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 1 sur 1


 Jouer à la marchande

Laura L. Greyson
avatar
Mer 21 Fév - 7:53
Irys : 469137
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ Jouer à la marchande

Le 2 mars 933, dans la boutique Eshfeld à Blumar

ϑϑϑϑ A nouveau que dire de ce voyage? Un voyage en train qui aurait pu être banale si elle en avait eu l'habitude. Laura se rend compte alors qu'elle voit les plaines de Daénastre en contre-bas défilée de plus en plus vite, qu'elle fait bien plus de déplacements depuis qu'elle est partie à My'trä. Un gout pour le voyage ? Voilà une chose inattendue, s'il en était dans son fort intérieur. Pourtant à chaque fois, elle a une bonne raison. La visite à My'trä ? Une occasion inratable dans tous les domaines. Le voyage à Cerka ? Une très bonne rencontre et des affaires à venir.  Monter à Hinaus aussi. Elle avait aimé, malgré le froid. C'était l'un des plus amusants au final. Le capitaine la faisait rire. L'intriguer parfois alors qu'elle avait l'impression de l'avoir enrouler autour de son doigt comme une simple jouet. Et ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il y avait quelque chose de plus chez cet homme.

ϑϑϑϑ Durant le voyage, elle est perdue dans ces réflexions. Les répercussions de ce stupide évènement mondial encore ? Elle s'était promis de ne pas laisser cette évènement envahir sa vie. Mais les rouages de l'esprit humain semblent moins facile à maîtriser qu'attendu. En même temps, elle sait qu'une opportunité va s'ouvrir d'ici peu. Et pour cela, il faudrait qu'elle noue quelques relations avec des armateurs de la région du Sud d'Unellia. Et pour cela, ce premier voyage est une bonne opportunité. Peut-être qu'aller visiter sa capitale serait aussi une bonne chose.

ϑϑϑϑ Mais avant tout cela, une visite bien plus plaisante l'attend. Elle sourit en relisant mentalement la lettre de l'horlogerie pour la prévenir que son bien était enfin terminé. Elle pourrait à nouveau discuter avec la jeune horlogère qu'elle avait rencontré quelques mois auparavant, de la façon dont était faite la montre, de ses aspirations, de son avenir peut être aussi ? Il y avait très longtemps que Laura ne s'était pas reconnue chez quelqu'un de plus jeune et d'aussi passionnée. Mais pouvoir partager un peu de cette amour pour la Technologie n'était pas désagréable après tout.

ϑϑϑϑ Enfin, le train s'arrêta et une voix hurla le nom de la ville entre les sifflements de train et les cris sur le quai des garçons de gare et autres personnes venus accueillir les voyageurs de leur connaissance. Laura avait pensé à réserver une chambre dans un hôtel de la ville, mais honnêtement, elle était trop pressée pour d'abord s'y arrêter. Une excitation de petite fille qui allait chercher son nouveau jouet. Une attitude enjouée, un sourire charmeur. Elle héla un taxi après avoir charger quelqu'un de ses affaires pour son séjour. Visiblement la présence de la milice n'était pas anecdotique ici. Laura se vit trimballer dans des quartiers fréquentés et pourtant personne ne semblait en prendre soin. Ou est-ce que les habitants de la ville était trop habitués à la saleté inhérente à leurs culture pour y faire encore attention ?

ϑϑϑϑ Enfin, la voiture s'arrête devant une boutique dont l'en-tête lui laisse savoir qu'elle est au bonne endroit. Elle paye le chauffeur avec un sourire puis lui donna un petit quelque chose en plus pour l'attendre le temps de sa course. Cette fois, elle va enfin pouvoir voir et toucher ce bijou de précision qu'on lui a promis et pousse le battant de bois avec une certaine impatience.
ϑϑϑϑ Bonjour, Excusez-moi. Il y a quelqu'un ?
ϑϑϑϑ Elle n'a pas pu retenir ses mots à peine entrée. Est ce que la cloche reliée à la porte avait seulement fini de signaler son entrée ? Elle n'y a même pas fait attention.


Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Jeu 22 Fév - 19:15
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Grâce à l’aide providentielle de son jeune ami mécanicien, Sanaë ne croulait plus sous les commandes. Chacune d’entre elle se voyait à présent traitée,  confectionnée, soignée, emballée puis expédiée dans un ballet savamment orchestré. Il faut dire que deux paires de mains valent mieux qu’une et Hypérion apprenait si vite qu’il pouvait à présent réaliser les montres Eshfeld de la même manière que la jeune horlogère. Sinon mieux...

Aussi, ce jour-là, elle se permit de se concentrer sur un autre projet bien plus personnel. Trop occupée, la jeune femme s’était vu contrainte de l’abandonner quelque temps, contrainte de devoir gérer d’autres affaires bien plus professionnelle. Sanaë vouait un amour sans borne à ces petites créatures qui peuplaient les étagères de l’armoire située dans un recoin de son atelier. De ce fait, elle était heureuse de pouvoir enfin se consacrer entièrement à cette passion si débordante qu’elle en devenait obsédante après un certain temps....

Sur son établi, bien encombré de divers dessin et autres pièces mécaniques, se trouvait sa dernière création, encore inachevée.  Il s’agissait d’une petite créature, directement sortie de l’imagination fertile de l’horlogère. Concentrée sur sa tâche, équipée de ses loupes et de son tournevis de précision, Sanaë s’évertuait à régler les articulations des ailes de l’animal. Pour varier des oiseaux qui avaient tant plus à Gwen, cette fois, elle s’était directement inspiré de celles bien majestueuse des dragons, ou des chauve-souris. Selon les points de vues, les avis divergeaient sur le sujet, même si pour elle, tout cela revenait au même, à quelques infimes détails près.

Après quelques tours, l'horlogère tira légèrement sur la pointe de l’aile qu’elle venait d’achever la faisant ainsi se déployer entièrement. Quelques mouvements, toujours doux pour ne pas endommager le mécanisme délicat, imitant ensuite de mouvement de battement l'aile avant de la replier…

-Parfait, se dit-elle avec satisfaction en voyant que l’ensemble des articulations semblaient fonctionner à merveille.

Comme il lui tardait de donner le premier tour de clé pour voir la petite machine fonctionner. Une vie mécanique bien illusoire, mais qui la rendait pourtant tellement heureuse… Perdue dans ses pensées, Sanaë n’avait pas entendu le tintement de la cloche, celle servant à annoncer la venu d’un client, mais qui, étrangement, passait souvent inaperçu. C’est une voix, au timbre bien féminin qui tira l’horlogère de ses songes mécaniques.

Sanaë abandonna alors sa tâche, laissant tout en plan pour accueillir la cliente attendant déjà depuis bien trop longtemps dans la boutique… L’horlogère n’était guère douée avec les relations humaines. Préférant la compagnie des machines à celles puis capricieuse et instable des humains, elle préférait laisser la gestion de la boutique à son aîné malheureusement absent ce jour-là… Ce qui, avouons-le, n’arrangerait pas les affaires puisque continuellement absorbée par son travail, Sanaë en oubliait facilement la boutique et donc… les clients. Heureusement donc, que celle-ci eut l’intelligence de se faire entendre, signalant ainsi sa présence à la blonde facilement distraite.

Aussi, c’est d’un pas relativement pressé que Sanaë déboula dans la pièce, tombant presque nez à nez avec une jolie brune aux traits familiers… Où l’avait-elle rencontré ? Ses yeux… Ses cheveux, la jeune femme en était certaine, elle l’avait déjà vu, néanmoins le contexte lui échappait.

-Euh… Bonjour ma...madame, marmona l’horlogère en essayant de cacher tant bien que mal sa gêne. Pardonnez-moi pour l’attente, j’étais affairée à côté. En quoi puis-je vous être utile?


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Jeu 12 Avr - 6:52
Irys : 469137
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ La boutique lui plaisait bien. Dommage qu'il n'y est que des mécaniques terminées. Elle aurait aimé voir quelque chose de moins... fini. Un peu plus à l'intérieur, un peu plus dans les rouages et les petits boulons. Mais tant pis, c'est tout de même intéressant d'observer tout cela, et surtout cela lui permet de patienter les quelques minutes que met la personne dans la boutique à arriver. Une patience qui s'épuise malgré elle.

ϑϑϑϑ Le temps s'égrainent... les horloges et montres passent devant ses yeux, sans réellement retenir son attention. Il faut qu'elle pense à faire d'autres choses tant qu'elle est en ville. Elle n'y arrive pas, quelque chose maintient son attention à une ligne trop haute. Elle se sent vraiment comme une enfant qui attend son jouet, c'est ridicule. Mais soudain des pas pressés se font entendre. Enfin une bonne nouvelle, elle va pouvoir avoir ce qu'elle est venu chercher.
ϑϑϑϑEuh… Bonjour ma...madame. Pardonnez-moi pour l’attente, j’étais affairée à côté. En quoi puis-je vous être utile?
ϑϑϑϑBonjour, je viens chercher une commande.
ϑϑϑϑ Son sourire est sincère en se retournant vers la jeune femme qui lui a vendu la montre. Elle s'approche du comptoir en sortant le bon de réception récupéré lors de l'exposition. Le papier sort de son sac toujours bien conservé et nettement plié. Elle le pose devant la demoiselle Eshfeld, avec douceur.
ϑϑϑϑUne montre avec un boitier particulier et un mécanisme apparent, que je vous ai demandé le premier jour de l'exposition tragique de Monsieur Wilson en Zochlom. Au nom de Laura Greyson.
ϑϑϑϑ Sa voix est calme, cachant son impatience de découvrir l'objet. Après tout, il serait très mal venu de parler avec entrain de l'exposition. Le souvenir est plutôt douloureux pour toutes les personnes présentes. Un cauchemar sourd qu'on essaye d'oublier ou au moins de faire disparaître au fond de sa mémoire. Laura pince ses lèvres dans un ultime effort pour se contenir. Elle veut sa montre après tout, mais elle n'a aucune raison d'en vouloir à cette jeune fille pour quoique ce soit.
ϑϑϑϑCependant, si vous êtes occupé, je suis en ville pour quelques jours... je pourrais toujours essayer de repasser.
ϑϑϑϑ Un mensonge de politesse, elle n'a pas du tout envie d'attendre. Mais la fragile horlogère a l'air tellement surprise de sa visite qu'elle s'est sentie obligée de le formulée. La demoiselle lui a semblait plutôt intelligente et très commerciale. En toute logique, elle devrait refusée sa proposition avec facilité. Du moins l'espère t elle très sincèrement !


Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Sam 14 Avr - 14:07
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Sanaë écarquilla les yeux en entendant la jeune femme décrire la nature de la commande qu’elle était venue chercher. Enfin, elle la remettait. Il faut dire que la chose ne fut pas aisée puisque la seule fois où l’horlogère avait croisé sa cliente, celle-ci était accommodée d’une tenue peu commune. Sans son costume de lapin, l’ingénieure alexandrienne était tout bonnement méconnaissable. Finalement, heureuse de pouvoir recroiser une jeune femme aussi brillante, Sanaë sourit en lançant un “Oh!” passionnée, empreint de son impatience à lui montrer son œuvre.

- Mademoiselle Greyson ! s'exclama-t-elle en lui serrant la main avec entrain. Pardonnez-moi, je ne vous ai pas reconnue immédiatement sans vos longues oreilles.

Elle accompagna ses mots d’un geste évoquant les fameux attributs en plaçant ses deux mains au-dessus de sa tête, tout en souriant joyeusement.

- Votre commande est prête depuis plusieurs jours, dit-elle en se dirigeant vers le comptoir pour se saisir d’une boîte en cuir noir estampillée d’un “E” gravé en lettre d’or, symbole de sa maison.

Cette montre, si particulière, fut un véritable plaisir à façonner. Sanaë l’avait conçu en sa totalité, concevant de A à Z, chacune des pièces la composant, ce qui était, en soi, relativement rare. Peu de ses commandes se révélaient aussi ambitieuse et novatrice que celle-ci, la plupart de ses clients manquant cruellement d’imagination…

Sanaë déposa doucement la boîte devant sa cliente avant de l’ouvrir délicatement. L’écrin révéla une petite montre représentant un aéronef aux formes allongées. Le cadran se cachait sous le ballon composé d’argent brut et teinté pour donner une impression de profondeur aux reliefs délicatement gravés.

- Mécanisme apparent, déclara-t-elle en ouvrant le capot pour révéler ce qui restait d’ordinaire un secret d’horloger. J’ai gravé les chiffres directement sur le boîtier du mécanisme, la lecture reste facile et ceux-ci ne risquent pas de se ternir avec le temps. L’entretien se fait également par l’avant, contrairement à un modèle plus classique. Un vrai jeu d’enfant… Et cela m’a aussi permis de pourvoir améliorer le système de l’enrouleur à l’arrière.

Tout en parlant, Sanaë désigna du bout du doigt chacune des parties évoquées avant de la tendre à la demoiselle face à elle. L’horlogère attendait le verdict. Sa cliente n’était pas une femme ordinaire et l’avait strictement rien à voir avec les bourgeoises qui venaient habituellement commander des montres toujours plus classiques et ennuyeuse sans rien y connaître. Cette fois, le boîtier avait été soigneusement travaillé afin de laisser apparaître les détails délicats comme les cordages jusqu’aux discrètes veinures du bois composant le navire suspendu au ballon.

- Elle est aussi plus légère qu’elle n’en a l’air… J’avoue m'être beaucoup amusée sur ce modèle… Vous convient-elle ?

Sa joie laissa place à la nervosité. Celle de savoir si la cliente était satisfaite ou non de son travail… De son œuvre… Elle la laissa donc observer le petit appareil, attendant quelques hypothétiques questions ou commentaires tout en observant le regard de mademoiselle Greyson.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur