Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 1 sur 1


 [Terminé]Jouer à la marchande

Laura L. Greyson
avatar
Mer 21 Fév - 7:53
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ Jouer à la marchande

Le 2 mars 933, dans la boutique Eshfeld à Blumar

ϑϑϑϑ A nouveau que dire de ce voyage? Un voyage en train qui aurait pu être banale si elle en avait eu l'habitude. Laura se rend compte alors qu'elle voit les plaines de Daénastre en contre-bas défilée de plus en plus vite, qu'elle fait bien plus de déplacements depuis qu'elle est partie à My'trä. Un gout pour le voyage ? Voilà une chose inattendue, s'il en était dans son fort intérieur. Pourtant à chaque fois, elle a une bonne raison. La visite à My'trä ? Une occasion inratable dans tous les domaines. Le voyage à Cerka ? Une très bonne rencontre et des affaires à venir.  Monter à Hinaus aussi. Elle avait aimé, malgré le froid. C'était l'un des plus amusants au final. Le capitaine la faisait rire. L'intriguer parfois alors qu'elle avait l'impression de l'avoir enrouler autour de son doigt comme une simple jouet. Et ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il y avait quelque chose de plus chez cet homme.

ϑϑϑϑ Durant le voyage, elle est perdue dans ces réflexions. Les répercussions de ce stupide évènement mondial encore ? Elle s'était promis de ne pas laisser cette évènement envahir sa vie. Mais les rouages de l'esprit humain semblent moins facile à maîtriser qu'attendu. En même temps, elle sait qu'une opportunité va s'ouvrir d'ici peu. Et pour cela, il faudrait qu'elle noue quelques relations avec des armateurs de la région du Sud d'Unellia. Et pour cela, ce premier voyage est une bonne opportunité. Peut-être qu'aller visiter sa capitale serait aussi une bonne chose.

ϑϑϑϑ Mais avant tout cela, une visite bien plus plaisante l'attend. Elle sourit en relisant mentalement la lettre de l'horlogerie pour la prévenir que son bien était enfin terminé. Elle pourrait à nouveau discuter avec la jeune horlogère qu'elle avait rencontré quelques mois auparavant, de la façon dont était faite la montre, de ses aspirations, de son avenir peut être aussi ? Il y avait très longtemps que Laura ne s'était pas reconnue chez quelqu'un de plus jeune et d'aussi passionnée. Mais pouvoir partager un peu de cette amour pour la Technologie n'était pas désagréable après tout.

ϑϑϑϑ Enfin, le train s'arrêta et une voix hurla le nom de la ville entre les sifflements de train et les cris sur le quai des garçons de gare et autres personnes venus accueillir les voyageurs de leur connaissance. Laura avait pensé à réserver une chambre dans un hôtel de la ville, mais honnêtement, elle était trop pressée pour d'abord s'y arrêter. Une excitation de petite fille qui allait chercher son nouveau jouet. Une attitude enjouée, un sourire charmeur. Elle héla un taxi après avoir charger quelqu'un de ses affaires pour son séjour. Visiblement la présence de la milice n'était pas anecdotique ici. Laura se vit trimballer dans des quartiers fréquentés et pourtant personne ne semblait en prendre soin. Ou est-ce que les habitants de la ville était trop habitués à la saleté inhérente à leurs culture pour y faire encore attention ?

ϑϑϑϑ Enfin, la voiture s'arrête devant une boutique dont l'en-tête lui laisse savoir qu'elle est au bonne endroit. Elle paye le chauffeur avec un sourire puis lui donna un petit quelque chose en plus pour l'attendre le temps de sa course. Cette fois, elle va enfin pouvoir voir et toucher ce bijou de précision qu'on lui a promis et pousse le battant de bois avec une certaine impatience.
ϑϑϑϑ Bonjour, Excusez-moi. Il y a quelqu'un ?
ϑϑϑϑ Elle n'a pas pu retenir ses mots à peine entrée. Est ce que la cloche reliée à la porte avait seulement fini de signaler son entrée ? Elle n'y a même pas fait attention.



Couleur de parole : #cc6600


Dernière édition par Laura L. Greyson le Sam 7 Juil - 15:13, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Jeu 22 Fév - 19:15
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Grâce à l’aide providentielle de son jeune ami mécanicien, Sanaë ne croulait plus sous les commandes. Chacune d’entre elle se voyait à présent traitée,  confectionnée, soignée, emballée puis expédiée dans un ballet savamment orchestré. Il faut dire que deux paires de mains valent mieux qu’une et Hypérion apprenait si vite qu’il pouvait à présent réaliser les montres Eshfeld de la même manière que la jeune horlogère. Sinon mieux...

Aussi, ce jour-là, elle se permit de se concentrer sur un autre projet bien plus personnel. Trop occupée, la jeune femme s’était vu contrainte de l’abandonner quelque temps, contrainte de devoir gérer d’autres affaires bien plus professionnelle. Sanaë vouait un amour sans borne à ces petites créatures qui peuplaient les étagères de l’armoire située dans un recoin de son atelier. De ce fait, elle était heureuse de pouvoir enfin se consacrer entièrement à cette passion si débordante qu’elle en devenait obsédante après un certain temps....

Sur son établi, bien encombré de divers dessin et autres pièces mécaniques, se trouvait sa dernière création, encore inachevée.  Il s’agissait d’une petite créature, directement sortie de l’imagination fertile de l’horlogère. Concentrée sur sa tâche, équipée de ses loupes et de son tournevis de précision, Sanaë s’évertuait à régler les articulations des ailes de l’animal. Pour varier des oiseaux qui avaient tant plus à Gwen, cette fois, elle s’était directement inspiré de celles bien majestueuse des dragons, ou des chauve-souris. Selon les points de vues, les avis divergeaient sur le sujet, même si pour elle, tout cela revenait au même, à quelques infimes détails près.

Après quelques tours, l'horlogère tira légèrement sur la pointe de l’aile qu’elle venait d’achever la faisant ainsi se déployer entièrement. Quelques mouvements, toujours doux pour ne pas endommager le mécanisme délicat, imitant ensuite de mouvement de battement l'aile avant de la replier…

-Parfait, se dit-elle avec satisfaction en voyant que l’ensemble des articulations semblaient fonctionner à merveille.

Comme il lui tardait de donner le premier tour de clé pour voir la petite machine fonctionner. Une vie mécanique bien illusoire, mais qui la rendait pourtant tellement heureuse… Perdue dans ses pensées, Sanaë n’avait pas entendu le tintement de la cloche, celle servant à annoncer la venu d’un client, mais qui, étrangement, passait souvent inaperçu. C’est une voix, au timbre bien féminin qui tira l’horlogère de ses songes mécaniques.

Sanaë abandonna alors sa tâche, laissant tout en plan pour accueillir la cliente attendant déjà depuis bien trop longtemps dans la boutique… L’horlogère n’était guère douée avec les relations humaines. Préférant la compagnie des machines à celles puis capricieuse et instable des humains, elle préférait laisser la gestion de la boutique à son aîné malheureusement absent ce jour-là… Ce qui, avouons-le, n’arrangerait pas les affaires puisque continuellement absorbée par son travail, Sanaë en oubliait facilement la boutique et donc… les clients. Heureusement donc, que celle-ci eut l’intelligence de se faire entendre, signalant ainsi sa présence à la blonde facilement distraite.

Aussi, c’est d’un pas relativement pressé que Sanaë déboula dans la pièce, tombant presque nez à nez avec une jolie brune aux traits familiers… Où l’avait-elle rencontré ? Ses yeux… Ses cheveux, la jeune femme en était certaine, elle l’avait déjà vu, néanmoins le contexte lui échappait.

-Euh… Bonjour ma...madame, marmona l’horlogère en essayant de cacher tant bien que mal sa gêne. Pardonnez-moi pour l’attente, j’étais affairée à côté. En quoi puis-je vous être utile?


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Jeu 12 Avr - 6:52
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ La boutique lui plaisait bien. Dommage qu'il n'y est que des mécaniques terminées. Elle aurait aimé voir quelque chose de moins... fini. Un peu plus à l'intérieur, un peu plus dans les rouages et les petits boulons. Mais tant pis, c'est tout de même intéressant d'observer tout cela, et surtout cela lui permet de patienter les quelques minutes que met la personne dans la boutique à arriver. Une patience qui s'épuise malgré elle.

ϑϑϑϑ Le temps s'égrainent... les horloges et montres passent devant ses yeux, sans réellement retenir son attention. Il faut qu'elle pense à faire d'autres choses tant qu'elle est en ville. Elle n'y arrive pas, quelque chose maintient son attention à une ligne trop haute. Elle se sent vraiment comme une enfant qui attend son jouet, c'est ridicule. Mais soudain des pas pressés se font entendre. Enfin une bonne nouvelle, elle va pouvoir avoir ce qu'elle est venu chercher.
ϑϑϑϑEuh… Bonjour ma...madame. Pardonnez-moi pour l’attente, j’étais affairée à côté. En quoi puis-je vous être utile?
ϑϑϑϑBonjour, je viens chercher une commande.
ϑϑϑϑ Son sourire est sincère en se retournant vers la jeune femme qui lui a vendu la montre. Elle s'approche du comptoir en sortant le bon de réception récupéré lors de l'exposition. Le papier sort de son sac toujours bien conservé et nettement plié. Elle le pose devant la demoiselle Eshfeld, avec douceur.
ϑϑϑϑUne montre avec un boitier particulier et un mécanisme apparent, que je vous ai demandé le premier jour de l'exposition tragique de Monsieur Wilson en Zochlom. Au nom de Laura Greyson.
ϑϑϑϑ Sa voix est calme, cachant son impatience de découvrir l'objet. Après tout, il serait très mal venu de parler avec entrain de l'exposition. Le souvenir est plutôt douloureux pour toutes les personnes présentes. Un cauchemar sourd qu'on essaye d'oublier ou au moins de faire disparaître au fond de sa mémoire. Laura pince ses lèvres dans un ultime effort pour se contenir. Elle veut sa montre après tout, mais elle n'a aucune raison d'en vouloir à cette jeune fille pour quoique ce soit.
ϑϑϑϑCependant, si vous êtes occupé, je suis en ville pour quelques jours... je pourrais toujours essayer de repasser.
ϑϑϑϑ Un mensonge de politesse, elle n'a pas du tout envie d'attendre. Mais la fragile horlogère a l'air tellement surprise de sa visite qu'elle s'est sentie obligée de le formulée. La demoiselle lui a semblait plutôt intelligente et très commerciale. En toute logique, elle devrait refusée sa proposition avec facilité. Du moins l'espère t elle très sincèrement !



Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Sam 14 Avr - 14:07
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Sanaë écarquilla les yeux en entendant la jeune femme décrire la nature de la commande qu’elle était venue chercher. Enfin, elle la remettait. Il faut dire que la chose ne fut pas aisée puisque la seule fois où l’horlogère avait croisé sa cliente, celle-ci était accommodée d’une tenue peu commune. Sans son costume de lapin, l’ingénieure alexandrienne était tout bonnement méconnaissable. Finalement, heureuse de pouvoir recroiser une jeune femme aussi brillante, Sanaë sourit en lançant un “Oh!” passionnée, empreint de son impatience à lui montrer son œuvre.

- Mademoiselle Greyson ! s'exclama-t-elle en lui serrant la main avec entrain. Pardonnez-moi, je ne vous ai pas reconnue immédiatement sans vos longues oreilles.

Elle accompagna ses mots d’un geste évoquant les fameux attributs en plaçant ses deux mains au-dessus de sa tête, tout en souriant joyeusement.

- Votre commande est prête depuis plusieurs jours, dit-elle en se dirigeant vers le comptoir pour se saisir d’une boîte en cuir noir estampillée d’un “E” gravé en lettre d’or, symbole de sa maison.

Cette montre, si particulière, fut un véritable plaisir à façonner. Sanaë l’avait conçu en sa totalité, concevant de A à Z, chacune des pièces la composant, ce qui était, en soi, relativement rare. Peu de ses commandes se révélaient aussi ambitieuse et novatrice que celle-ci, la plupart de ses clients manquant cruellement d’imagination…

Sanaë déposa doucement la boîte devant sa cliente avant de l’ouvrir délicatement. L’écrin révéla une petite montre représentant un aéronef aux formes allongées. Le cadran se cachait sous le ballon composé d’argent brut et teinté pour donner une impression de profondeur aux reliefs délicatement gravés.

- Mécanisme apparent, déclara-t-elle en ouvrant le capot pour révéler ce qui restait d’ordinaire un secret d’horloger. J’ai gravé les chiffres directement sur le boîtier du mécanisme, la lecture reste facile et ceux-ci ne risquent pas de se ternir avec le temps. L’entretien se fait également par l’avant, contrairement à un modèle plus classique. Un vrai jeu d’enfant… Et cela m’a aussi permis de pourvoir améliorer le système de l’enrouleur à l’arrière.

Tout en parlant, Sanaë désigna du bout du doigt chacune des parties évoquées avant de la tendre à la demoiselle face à elle. L’horlogère attendait le verdict. Sa cliente n’était pas une femme ordinaire et l’avait strictement rien à voir avec les bourgeoises qui venaient habituellement commander des montres toujours plus classiques et ennuyeuse sans rien y connaître. Cette fois, le boîtier avait été soigneusement travaillé afin de laisser apparaître les détails délicats comme les cordages jusqu’aux discrètes veinures du bois composant le navire suspendu au ballon.

- Elle est aussi plus légère qu’elle n’en a l’air… J’avoue m'être beaucoup amusée sur ce modèle… Vous convient-elle ?

Sa joie laissa place à la nervosité. Celle de savoir si la cliente était satisfaite ou non de son travail… De son œuvre… Elle la laissa donc observer le petit appareil, attendant quelques hypothétiques questions ou commentaires tout en observant le regard de mademoiselle Greyson.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Mar 8 Mai - 7:07
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ L'impatience était semblait-il à l'ordre du jour et communicative dans la jolie horlogerie de Blumar aujourd'hui. Un petit bouillon de culture pour des femmes captivée par la technologie et avide de partager un amour commun des engrenages, rouages et autre remontée à ressort. Laura ne put empêcher qu'une légère grimace amusée prenne possession de ses traits à l'évocation de son costume forcé lors de sa rencontre avec la jeune blonde. Effectivment, sa robe de la journée, bien que taillée pour être suffisament confortable lors d'un voyage en train ne lui donnait pas tout à fait la même allure que son cosutme de lapine si appréciée par la gente masculine.
ϑϑϑϑ Mécanisme apparent. J’ai gravé les chiffres directement sur le boîtier du mécanisme, la lecture reste facile et ceux-ci ne risquent pas de se ternir avec le temps. L’entretien se fait également par l’avant, contrairement à un modèle plus classique. Un vrai jeu d’enfant… Et cela m’a aussi permis de pourvoir améliorer le système de l’enrouleur à l’arrière. Elle est aussi plus légère qu’elle n’en a l’air… J’avoue m'être beaucoup amusée sur ce modèle… Vous convient-elle ?
ϑϑϑϑ Surement, le temps qu'il avait fallut à la nouvelle pour atteindre sa maison, à ses domestiques pour organiser le voyage et à la brunette pour se décider à partir. Lara venant de la capitale, il n'était pas toujous évident pour elle d'aller dans les autres régions de Daénastre, d'autant plus que son emploi du temps n'était pas le plus léger de tout Unellia, mais passons, il fallait maintenant découvrir le trésor, qui était l'objet véritable de sa visite. Elle regarda avec grand intérêt chaque geste de la jeune Eshfeld alors qu'elle ouvrait l'écrin. Immédiatement, un sourire en coin se fixa sur les fines lèvres de l'ingénieur.

ϑϑϑϑ Bien qu'elle ne perde pas une miette des explication de l'horlogère, elle détaillait chacun des éléments désignés avec délectation. Le tout s'harmonisait en un ensemble à la fois simple, délicieusement travaillé et tellement si simplement féminin. Une complexité dans la mécanique allié à cette évidente forme d'aéronef qu'elle affectionnait tant. Le détail qu'avait mis la jeune femme dans la réalisation des chiffres étaient parfait. U n accessoire à la fois intime dans sa personnalisation, pratique dans sa conception et élégant pour sa cliente, comment ne pas être ravie ?
ϑϑϑϑ Je peux ?
ϑϑϑϑ Pourtant bien que la lueur du bonheur pointe dans les yeux mordorés de la pâle ingénieure, Laura n'allait pas s'exprimer toute de suite. Elle n'attend pas la réponse à sa demande pour prendre l'objet entre ses doigts fins. Elle le tourne, le retourne, regarde chaque détail, habitue ses doigts aux mécanismes à actionner comme à la forme  particulière de la montre qu'elle trouve d'exception. Placer sa confiance en cette jeune fille avide de se faire connaître ? Elle n'a jamais fait meilleur choix.
ϑϑϑϑ Honnêtement, miss Eshfeld, elle ne me convient pas. Elle m'émerveille. Vous avez tout à fait su capturer ce que je souhaitais et si cela a été pour vous un plaisir de la confectionner alors je suis vraiment comblée. dit elle en relevant enfin les yeux vers la vendeuse et horlogère. Il y a assez peu de femme à mon goût qui savent apporter des choses aux mondes de la science, Beaucoup se contentent de vouloir égaler les hommes alors que notre sensibilité est si... différente pour ne pas dire meilleure. Je suis certaine que vous touchez du doigt de grandes choses.
ϑϑϑϑ Une flatterie ? Non, les paroles de Laura n'en ont pas le tintement. Elle est plus calme, plus sérieuse que ça. Elle ne se  souvient pas avoir croisée quelqu'un avec une vision si alignée à la sienne dans le domaine qui l'intéresse au moins. Parce que pour le reste, soyons honnête, la belle dame s'en moque éperdument. Que Sanaë prenne un mur, se ramasse parce qu'elle est trop gentille, qu'elle soit trop faible pour la vie ? Tout cela on peut y remédier de son avis. Il faut juste se secouer et apprendre à se foutre des choses qui ne sont pas essentiel. Ce n'est pas plus compliqué que cela dans ce monde. Mais bin puisque le hasard ou les lois du monde ont mus une perle si innocente sur son chemin, elle a envie de se laisser aller et de faire comme elle le sent. Laura garde ce precieux souvenir du jour où son grand père l'a vu s'amusé pour la première fois avec ses outils, Il ne faut pas laisser s'assécher ce genre de soif avait il dit alors qu'elle était encore trop petite pour comprendre.
ϑϑϑϑ Dites moi, vous avez pensé à ouvrir un boutique dans une ville un peu plus grande ? Je ne doute pas que celle ci a un intérêt sentimentale, mais j'ai les moyens de vous aider si vous avez d'autres ambitions... avec un talent et une passion comme les vôtres ce serait dommage....



Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Jeu 10 Mai - 9:36
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Malgré une certaine fierté, l’horlogère se sentait atrocement nerveuse de laisser l’ingénieure juger son travail. Sanaë aimait les défis et prenait grand soin de les relever aussi souvent que possible. Pour cette montre-ci, outre le côté esthétique original, la partie mécanique avait été conçue pour être à la fois belle et fonctionnelle. Pas de rouages inutiles, tout était calculé, mesuré pour s’accorder en une délicieuse symphonie de clic-clic délicat. Soucieuse de connaître le précieux avis d’une connaisseuse, Sanaë la laissa s’emparer de l’objet, l’observer avec attention et curiosité en la retournant en tous sens pour mieux la juger, sans jamais détourner le regard du sien.

Serrant ses mains l’une dans l’autre pour les empêcher de trembler, l’horlogère patientait. Son cœur inquiet avait accéléré sa course, rendant chaque inspiration presque pénible. Nerveuse, inquiète, la blonde cherchait inlassablement dans les yeux dorés de sa cliente le moindre signe de satisfaction, tout en attendant le verdict qui ne tarda pas. Miss Greyson semblait réellement satisfaite, presque emballée par la petite création de l’horlogère. En entendant ses compliments, Sanaë s’autorisa enfin à respirer avant de se mettre à rougir, passant nerveusement la main dans ses cheveux emmêlés.

Le ton calme et posé de sa cliente indiquait une franchise évidente, et même sans la connaître, Sana savait qu’elle n’était pas le genre de femme à parler pour ne rien dire. Chaque mot prononcé avait un sens, un détail important pour l’horlogère qui attachait à ces derniers une importance particulière… Chose évidemment étrange pour la plupart des gens, une autre bizarrerie dont était dotée la jeune femme évoluant depuis toujours en marge d’une société relativement fermée. Blumar avait beau être une ville, elle n’en était pas moins petite ne rassemblant finalement que plusieurs générations d’hommes et de femmes liées de prés ou de loin à l’agriculture… La technologie, ne trouvait pas sa place en ces lieux, si bien que Sanaë peinait à trouver pièces et outils, se voyant donc contrainte de les fabriquer elle-même. La cité se trouvait donc figée hors du temps, à une époque depuis bien longtemps révolue… Chose frustrante donc pour la daënare depuis longtemps amoureuse de la mécanique, même si tout cela constituait autant de raison de la faire pousser son imagination et son ingéniosité à l’extrême.

-J’en suis ravie, Miss Greyson, bredouilla-t-elle nerveusement tout en essayant de se donner une certaine contenance. Il faut dire que vos indications étaient assez claires pour m’aiguiller au mieux… Et puis, j’ai aimé ce défi, c’est tellement agréable de pouvoir innover et de laisser parler son imagination, c’est quelque chose que je ne me permets, d’ordinaire, qu’en-dehors du travail. Pouvoir allier les deux est extrêmement agréable.

Son sourire s’élargit lorsque ses pensées glissèrent vers ses animécaniques, ses enfants faits de pièces de récupérations façonnés avec tout son amour pour la mécanique. Son imagination débordante s’exprimait à travers eux plutôt que dans ses montres, même si celles-ci restaient différentes de celles fabriquées par ses collègues. Jaread, son frère, soucieux de ne pas perdre d’argent, l'exhortait de rester simple dans ses créations, ne lui laissant de liberté que lors de quelques commandes originales, comme ce fut le cas, cette fois-ci.

- Oh, vous savez, je ne connais rien en la science. En réalité, je ne connais même pas le nom des outils que j’utilise. Je ne me soucie pas réellement de tout ceci, je crée, c’est tout. Vous êtes la première ingénieure que je rencontre et qui daigne me parler. Certains pensent que les horlogers se contentent d’appliquer encore et encore le même mécanisme sans jamais rien apporter de nouveau… Ce qui peut-être vrai pour certains, mais ici, nous aimons nos montres et nous veillons à le montrer, même si les choses ont changé depuis quelque temps. En cela donc, je ne peux que vous croire sur parole.

L’ingénieure lui demanda alors si elle avait déjà songé à ouvrir une autre boutique ailleurs. Il serait faux d’affirmer le contraire, elle y pensait régulièrement depuis sa visite d’Alexandria. La capitale daënare, berceau de la technologie sous toutes ses formes l’avait conquise si bien que la jeune femme s’émerveillait toujours lorsque ses pensées s’égaraient dans ses souvenirs. Elle s’y était imaginée, avait rêvé d’un appartement situé au-dessus d’une autre boutique portant son nom. Elle avait rêvé de tout ce que la cité pouvait lui offrir en terme d’innovation sans qu’elle n’ait plus à se soucier du manque d’outils ou de pièces puisque tout existait là-bas.

Néanmoins, tout cela resterait de l’ordre de l’imaginaire et du rêve. Jaread ne pourrait jamais faire tourner la boutique tout seul, car même s’il excellait dans la création d’horloge, il n’avait pas la dextérité nécessaire pour s’atteler aux mécanismes délicats des montres. Et puis… Il s’agissait là d’un commerce familial, trois générations d’Eshfeld s’y étaient succédé et les lieux portaient encore les empreintes de ses fondateurs… Sanaë pouvait y sentir l'énergie de son père, un peu comme si celui-ci veillait toujours sur elle. Aussi, l’horlogère était grandement attachée à cet endroit empli de souvenirs.

- Votre intérêt me touche miss, sincèrement. Mais je suis ici chez moi, je m’y suis habituée et je m’y sens bien. Je sais me contenter de peu, vous savez, et ce que je ne possède pas, je me le fabrique… à dire vrai les montres ne sont pas mes seules créations… Je peux vous montrer, enfin, si vous le désirez évidemment. Je sais que vous êtes une femme occupée et je ne voudrais pas vous retarder inutilement.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Jeu 17 Mai - 10:39
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ La réaction candide de l'horlogère lui paru adorable. Elle était certaine que cette demoiselle avait tellement a apprendre tout en sachant  plus qu'elle ne se l'admettait a elle même... Savoir faire la différence entre le plaisir, le travail rébarbatif et l'art était déjà le plus grand pas qu'on pouvait franchir. Laura savait parfaitement que la direction qu'elle avait demander pour ce petit bijou n'était pas si clair que Sanae voulait lui faire croire. Il fallait bien plus de talent pour comprendre les demandes du client et les concrétiser ainsi qu'il n'en fallait pour suivre un bete cahier des charges. Le reste du travail devait lui paraitre si barbant. Mais la'ing2nieur était bien placée également pour savoir qu'une grosse partie du travail etait souvent fatiguant, peu intéressant, répétitif, et parfois même un peu bête. N'était-ce pas ce a qui elle était confrontée chaque jour ? Et encore plus depuis le retour de son voyage ou elle avait tellement découvert dans un certain sens.

ϑϑϑϑ La modestie dont elle faisait preuve était une marque humble, elle ne pouvait pas le nier. Même si cela ne collait véritablement pas au style de Laura qui accueillit la déclaration avec un simple haussement d'épaule. Elle regarda a nouveau autour d'elles. Cette boutique trop petite, pour contenir l'esprit de la jeune blonde. Elle en était certaine maintenant un endroit ou elle devait étouffée sans s'en rendre compte. Mais elle comprenait qu'elle n'aurait jamais le cœur d'en sortir sans personne pour la pousser. Comme un oisillon est coince de peur dans le nid perche jusqu'à ce que ses parents le lance de la haut pour qu'il déploie ses ailes. Sauf que personne n'avait eu la présence d'esprit de jeter cette oiseau la du haut de sa branche.
ϑϑϑϑ Votre intérêt me touche miss, sincèrement. Mais je suis ici chez moi, je m’y suis habituée et je m’y sens bien. Je sais me contenter de peu, vous savez, et ce que je ne possède pas, je me le fabrique… à dire vrai les montres ne sont pas mes seules créations… Je peux vous montrer, enfin, si vous le désirez évidemment. Je sais que vous êtes une femme occupée et je ne voudrais pas vous retarder inutilement.
ϑϑϑϑ Je ne suis pas occupée aujourd'hui, on pourrait même dire que je suis en vacances. Alors je serai ravie de voir a quoi vous vous consacrait quand vous n'avez pas de commande de ce genre. Même si je reste persuadée que vous pourriez explorer bien d'autres horizons.
ϑϑϑϑ Prendre non pour une réponse se faisait peut être dans la bonne société. Mais Laura ne s'arrêtait pas avant d'avoir vu un panneau lumineux et criards comme en avait crée certains de ces My'trans lors de l'exposition ou les deux jeunes femmes s'étaient rencontrées.  Parfaitement qu'elle était allée voir. Au moins un peu. Juste pour satisfaire la curiosité de ceux qui lui poseraient des question dans les meilleurs salons d'Unellia en réalité. Mais elle devait avouer que ce cinérama lui avait laisse une certaine impression.

ϑϑϑϑ Elle décida cependant de suivre la jeune femme vers cette arrière boutique qui semblait lui servir d'atelier de créativité. Tout y était effectivement crée manuellement, parfois elle remarqua même quelques outils qui semblaient relativement arrière par rapport aux améliorations que certains ingénieurs leur avaient apporte dans d'autre région, mais la jeune fille ne pouvait pas rejouer en une vingtaine d'années a peine toute l'histoire de Daenastre n'est ce pas ?
ϑϑϑϑ Alors qu'il y a t il d'autre que des montres et des horloges dans votre cabinet de curiosité ma chère ? Peut etre que je vais dépenser plus que prévu....
ϑϑϑϑ Le ton était a la fois intéressé et joueur. Laura était de la meilleure humeur malgré le refus de la blonde, et pas décidée a se laisser faire, elle lui arracherait surement une visite avant de partir !



Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Sam 19 Mai - 8:07
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
L’arrière-boutique de l’horlogerie Eshfeld ne ressemblait en rien au magasin à la devanture propre et aux étagères bien organisées. Si la partie utilisée par Jaread restait parfaitement rangée, celle de Sana prenait des allures de décharges. Malgré les apparences, chaque chose se trouvait à sa place particulière dans une organisation à l’image de sa propriétaire. Personne n’était réellement capable de comprendre l’horlogère, elle évoluait depuis toujours dans un monde parallèle. Son mode de fonctionnement jusqu’à ses réflexions se trouvaient en marge des autres… Cet atelier reflétait parfaitement tout ceci, représentant le désordre pour les autres et organisation méticuleuse pour elle.

L’établi sur lequel Sanaë travaillait à ses montres restait vierge de tout fouillis. L’inutile, le trop, n’existe pas en horlogerie, alors ce poste de travail restait toujours propre… Néanmoins, celui plus grand, disposé dans un recoin de l’atelier comprenait tout un tas de pièce détachées, d’automates inachevés ou quelques objets obscures aux secrets soigneusement gardés par leur créatrice. De nombreux croquis ornaient les murs. Ceux-ci allaient du simple assemblage de rouages inédits au divers animécaniques et autres créations tout droit sorties de son imagination. Sur le plan, se dressait l’animal mécanique aux ailes repliées sur lesquelles elle travaillait un peu plus tôt.

D’un geste de main, la blonde guida l’ingénieure jusqu’à ce dernier.

-Actuellement, je travaille sur celui-ci. Je l’ai entièrement imaginé en m’inspirant de divers créatures existantes. D’ordinaire, j’utilise un mécanisme à ressort, j’en ai d’ailleurs installé un juste ici, déclara-t-elle en tournant la clé du remontoir, ce qui eut pour effet de faire se redresser l’animal encore inachevé pour battre lentement des ailes, comme s’il cherchait à réchauffer quelques muscles engourdis. Néanmoins, j’aimerais trouver un nouveau système, probablement à vapeur… Mais à si petite échelle, cela s’avère un peu compliqué.

Elle abandonna son invité pour se rendre jusqu’à son imposante armoire, celle qui renfermait le reste de sa collection, grandement amputée depuis la visite de Gwen. Sanaë se saisit d’une petite automobile équipée d’un minuscule moteur à vapeur. Avec minutie, l’horlogère remplie le réservoir avant de placer de récupérer un petit morceau de charbon ardent dans le poêle pour le placer à l’emplacement dédié. Ceci fait, elle remonta la clé du remontoir placé à l’avant du véhicule qui se mit à vrombir. Elle le déposa ensuite sur le sol pour le laisser rouler.



-C’est le premier prototype couplant les deux moyens d’alimentations. Les deux s’alternent en réalité, le ressort fait démarrer l’appareil le temps que l’eau boue et que la vapeur prenne le relais… Mais il faut bien l’avouer, c’est inutile, railla-t-elle en riant légèrement. Ce n’était qu’un test sur un jouet… Comme le reste. Ma fierté se trouve ailleurs.

Oubliant l’automobile qui alla buter contre un mur, Sanaë alla chercher l’un de ses oiseaux mécanique que Gwen semblait tant apprécier. Elle le plaça ensuite dans la main de l’ingénieure avec des gestes doux avant de lui tendre une clé.

-Allez-y, remontez-le, je vous montrerais ensuite le mécanisme. Cette fois, je doute que vous ayez déja vu ça, déclara-t-elle en souriant.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Ven 15 Juin - 8:02
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ Laura cherchant une raison au désordre apparent ? Non, elle avait passe bien trop de temps petite a tenter de trouver cet ordre cache dans l'organisation de son grand père pour retenter l'expérience, une des plus frustrante de sa vie. Car rien ! Absolument RIEN ne pouvait donner de raison valable de jeter les vis proches des marteaux, ou les pinces plus proches des agrafes que des rouages. Ou peut être... mais a force les raisons s'étaient perdues au changement de génération et Laura avait juste pris l'habitude du chaos de son aïeul, le seul dans lequel elle se retrouvait maintenant. C'était la même chose, le même schéma étrange qui régissait toute pensée tordue de createur, Un labyrinthe desagreable pour les autres ou leur propre créativité pouvait s'éveiller et fleurir sous leur meilleur jour.

ϑϑϑϑ Et dans ce dédale, Laura reconnut sans mal l'objet qu'elle devait retrouvée comme la création propre de l'horlogère. Bon certes, elle n'avait jamais eu cet instinct de femme qui consistait a trouve tout animal mignon, a croquer, ou majestueux. Même... en fait il était beaucoup plus joli maintenant qu'il avait été transforme en assemblage mécanique. Quelque chose de plus juste, plus prometteur a ses yeux n'en déplaisent aux adorateurs de ces boules de poils ou de plumes sans aucune éducation innée. Bon, Laura pouvait quand même reconnaitre l'intérêt de chercher a s'inspirer des mécanismes de la nature. Histoire d'efficacité.
ϑϑϑϑ Actuellement, je travaille sur celui-ci. Je l’ai entièrement imaginé en m’inspirant de divers créatures existantes. D’ordinaire, j’utilise un mécanisme à ressort, j’en ai d’ailleurs installé un juste ici. Néanmoins, j’aimerais trouver un nouveau système, probablement à vapeur… Mais à si petite échelle, cela s’avère un peu compliqué.
ϑϑϑϑ L'ingénieur, se baisse un peu sur ses jambes, sans faire attention a l'horlogère qui est probablement partie illustrée son propos sur les moyens d'alimentation de ses petites créations, pour mieux observer l'objet qui déploie paresseusement ses ailes. Par habitude, elle approche la main avec précaution pour tester la résistance des petites ailes sans les casser. Elle ne voudrait pas l&abimer, mais le poids des pièces lui parait être un problème bien plus important que la taille du moteur en réalité. Bien qu'avec la forme de l'oiseau assez élancé, elle imagine qu'il serait assez difficile de trouver l'endroit ou faire bouillir l'eau sans ajouter un petit socle dédie.

ϑϑϑϑ La voix de la jeune blonde la tire de sa réflexion pour se concentrer sur le nouveau modèle réduit qui se ballade maintenant sur le sol de l'atelier. Pourtant, la mécanique de celui ci ne lui semble pas plus importante que cela. Difficile de ne pas le voir, les moyens de locomotions n'ont pas l'air de retenir l'attention de la jeune fille. Laura entend le bruit du métal contre le bois du mur sans y faire attention, et reporte vite son regard sur Sanae.
ϑϑϑϑ Vous n'avez jamais pense a simplement utiliser de très petites magilithe pour faire tourner vos modèles ? Je ne connais bien que les aeromagilithes pour les aéronefs, mais une pyromagilithe pour la vapeur ou une autre pour faire tourner les rouages, je pense que c'est tout a fait faisable et ça ferait passer vos petits animaux pour des objets de luxe, vous pourriez tout a fait en tirer une petite fortune pour les riches enfant de bourgeois ou des fonctionnaires de l'UNE...
ϑϑϑϑ Ce qui scientifiquement n'avait aucun intérêt, elle devait l'avouer. Mais chacun a besoin de manger et d'équipement pour continuer a créer de nouveau petits modèles de plus en plus extraordinaires ! Alors, Laura était aussi payée chaque jour penser au rendement et a la commercialisation en plus de la logistique. Un réflexe acquis peut être aussi durant les rares visites de son père.

ϑϑϑϑ Elle regarda avec un sourire intéressé -surtout parce que l'animal était purement métallique et qu'elle pouvait le vérifier entre ses doigts- l'objet que lui avait donne l'horlogère. Avec douceur, elle inséra la clef dans le petit trou qui donnait accès au mécanisme, avant de la faire tourner dans le sens horaire par habitude. La chose lui faisait penser a ces petites boites a musiques qui diffuse toujours le même air. Une chanson a découvrir pour l'enfant et une rengaine entendue des milliers de fois pour les parents. Sauf que cette fois, Laura était l'enfant qui allait pouvoir être émerveillée par la création !  



Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Jeu 21 Juin - 17:08
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
L’horlogère écoutait avec attention les suggestions de l’ingénieure. Elle avait effectivement songé à utiliser ces fameuses pierres, néanmoins, Sanaë n’avait pu s’y résoudre que ce soit par manque de moyens ou de matériel que par conviction.

-Bien sûr, répondit-elle en souriant. Seulement, tout ce que vous pouvez voir ici est fait avec des pièces de récupération. J’en ai modifié beaucoup, créé quelques-unes, aussi… Mais ici, nous sommes à Blumar, la technologie y est presque inexistante et je n’ai pas les moyens d’acheter pareils objets.

Ne connaissant pas assez son interlocutrice, Sanaë évita de mentionner son refus d’utiliser la magilithe dans ses créations. On en disait tout et n’importe quoi, mais l’horlogère en avait surtout retenu le caractère divin et dangereux… Aux conditions d’extraction pour le moins révoltante. Rien ne valait un pareil prix pour la petite mécanicienne.

-J’avoue préférer m’appuyer sur la technologie brute et sur mes propres connaissances. Cela demande certes plus de travail et de réflexion, mais c’est tellement plus amusant.

Et puis, elle ne les fabriquait pas dans l’optique de les vendre, ce n’était qu’un passe-temps comme un autre, lui permettant de jouer avec son ingéniosité et son imagination. Cela lui changeait également des montres, car même si elle appréciait son travail, celui-ci ne représentait plus aucun défi, si bien que Sanaë en était venu à le voir comme une tâche des plus rébarbative, même si certaines de ses montres lui permettaient encore de s’épanouir un minimum dans son art… Comme ce fut le cas pour la montre de l’ingénieure.

-En attendant de trouver la solution miracle, ceux-ci fonctionnent avec un mécanisme semblables à celui des montres… Un simple ressort à remontoir. Ce ne sont que de simples automates, en l’état, ils ne valent pas grand-chose, mais j’ai l’espoir que cela change avec le temps et que la solution mécanique ne m’apparaisse.

Tout en parlant, Sanaë s’éloigna pour se rendre prés de son établi et d’en ouvrir l’un des tiroirs. Elle en tira un calepin assez usé, à la couverture marquée çà et là de tache de café. L’horlogère l’ouvrit à la page qui l’intéressait, celle-ci couverte de croquis représentant une sorte de boîte.

- Elle en tira un calepin assez usé, à la couverture marquée çà et là de tache de café. J’ai trouvé cela plutôt ingénieux. L’homme parlait également de créer une source d’électricité grâce à une réaction chimique… Je ne m’y connais pas assez pour tout comprendre, mais j’ai gardé l’idée du moteur. Ce ne sont pas les combustibles qui manquent de nos jours, même si l’huile de baleine reste la plus commune… et cela me permettrait aussi de fabriquer des automates plus grands.[/color]

Combien de fois avait-elle rêvé de voir apparaître des cheveux de taille grandeur nature? Évidemment, l’idée était osée et peut-être un peu trop ambitieuse pour une personne comme elle habituée aux mécanismes minuscules…

-Dans ce carnet, se trouvent plusieurs schémas de ce type, néanmoins, je n’ai pas encore eut la possibilité de créer un prototype...

Personne ne connaissait l’existence de ces croquis, Sanaë l’avait gardé secret par crainte que l’on ne se moque d’elle une fois de plus. Après tout, ce n’était qu’une simple horlogère, un peu loufoque, rien de plus. Peut-être que l’ingénieure trouverait cela hilarant elle aussi, ou peut-être que cela pourrait l’intéresser...


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Ven 6 Juil - 4:24
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +2 ~ Alexandria (homme)
ϑϑϑϑ C'était un fait, Laura n'avait pas l'habitude d'être limitée dans sa créativité. Elle habitait à Alexandria d'abord, bassin de l'aéronautique daénare et capitale de leur grand pays, desservie à la fois par l'air et par les mers et travaillait dans les entrepôt de l'U.N.E. Autant vous dire que quand l'ingénieure avait besoin d'une pièce, la réponse instantannée éttait "Oui madame, avec quelle spécification ?" et ensuite on seuleent on s'occupati de savoir où commander le bout de métal, de cuir ou de caoutchouc correspondant. Et quand, elle n'était pas au travail, sa naissance lui donnait toutes les ressources dont elle avait besoin pour acheter ce dont elle aurait besoin. Ô certainement qu'elle avait déjà dû inventer elle même une nouvelle pièce où un outils spécifique, mais disons qu'elle était loin de la bidouille ou de l'économie que mentionnée l'horlogèe. Ce qui était désolant quelque part. Elle voyait en Sanaë un potentiel de génie que les murs étriqué de Blumar ne saurait et ne pouvait tout simplement pas exploiter à sa juste valeur.

ϑϑϑϑ La remarque de l'horlogère avait un certain mérite d'humilité et d'honnêteté cependant. Etre obligée de faire avec des moyens si… limitant avait très certainement permis à son ingénisité et son esprit pratique de s'épanouï au point où ils en étaient aujourd'hui. Mais maintenant, de l'avis de Laura c'était assez d'enfantillage. Pas parce que ces objets étaient inutiles, du tout, elle étaient même certaine que les dévaloriser ainsi ne leur rendez pas vraiment justice Mais parce que passait au modèle supérieurs devenaient une nécessité qui mènerait, elle en étit persuadée à d'autre découverte.

ϑϑϑϑ Vous savez… je suis certaine que ces petits objets auraient leur place sur le marché. Vous n'avez peut être pas l'habitude ici, mais à Alexandria je suis certaine une nouvelle fois, que les astraux par exemple pourraient vous payer une petite fortune. Si un jour, vous vous rendez compte des limitations de cet endroit, je renouvelle mon invitation, une lettre et je vous ouvre les porte d'un véritable atelier… Ce serait dommageable à la science entière que vous restiez ici.

ϑϑϑϑ Une flatterie honnête, jour à marquer d'une pierre blanche s'il en existait. Si Laura n'était jamais avarde de compliment bien sentie celui-ci avait une saveur de vérité toute particulière. Et qu'il aurait été dommage de ne pas savourer jusqu'à la dernière note sucrée miss Eschfeld. Laura se penche une dernière fois sur les mécanismes miniatures que renferme les petites figures de métal avec un sourire. Vraiment, ingénieux… vraimentsi minuscule et précis que c'en est juste magnifique. Elle se redresse pour porter une attenion toute particulière au carnet que Sanae vient de sortir avec ses schémas. Si elle trouve que c'est un rêve démesuré, Laura voit dans ces quelques pages griffonées au fusain, l'avenir que pourrait être celui de la jeune horlogère assurément.

ϑϑϑϑ C'est magnifique miss ! Vraiment, vous ne devriez pas avoir honte, au contraire, vous pourriez participer à une foire avec une de ses idées et votre ascension serait assurée, je vous assure.
 
ϑϑϑϑ Laura reposa le carnet légèrement pensive. Il lui fallait un coup de pouce c'était indéniable, mais comment ? Et surtout sans l'effrayée, elle sentait bien que l'horlogère avait encore besoin de ce cocon protecteur de vétusté et d'habitudes de bois qui l'entourait.

ϑϑϑϑ Vous devriez prendre quelques mois pour réfléchir à un véritable prototype avec ces idées, peut importe la forme que vous voulez lui donner. Au contraire ! Epatez moi ! Envoyez moi vos croquis, si vous avez des doutes, vous savez où me contacter. Et je financerai la réalisation par vos soins ici, si vous acceptez de venir la présenter à Alexandria… Ne répondez pas tout de suite je sais que c'est beaucoup de pression et de nouveauté.

ϑϑϑϑ Et puis, si elle ne répond pas tout de suite, elle aura le temps de rêver, d'avoir des ambitions, et de voir plus de bons côtés que celui effrayant de la nouveauté. Laura retourne avec un sourire espiègle dans la partie plus publique de la boutique. Comme si son intrusion dans le sanctuaire de sa jeune amie était maintenant suffisante à ses yeux. Elle reviendrait peut etre pour en voir plus. Mais tout de suite elle lui rendait son espace.

ϑϑϑϑ Merci encore pour cette broche parfaite. Je ne manquerai pas d'en faire une grande promotion. Assure t elle a nouveau pour marquer son départ.



Couleur de parole : #cc6600
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Sam 7 Juil - 11:41
Irys : 625446
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Silencieusement, la jeune horlogère écouta les recommandations de l’ingénieure. Il est vrai que pour Sana, habituée depuis l’enfance à l’extrême simplicité de Blumar, toute cette histoire de marché paraissait invraisemblables. Certes, dans cette cité agricole par excellence, ses automates prenaient des allures innovantes, mais pour l’horlogère, ce n’était certainement pas le cas. Pas en l’état, tout du moins. Pour elle, il ne s’agissait que d’un passe-temps pour tromper l’ennui tout en faisant fonctionner son imagination, rien de plus. Jamais elle n’aurait pensé à les vendre, même si elle en offrait de temps à autre à ses nombreux neveux et nièces.

Elle avait toutefois conscience de l’existence de ces fameuses limites. Ici, il n’y avait aucun inventeur, aucun mécanicien osant s’éloigner de la fabrication ou de l’entretien de machines agraires… Puisque cela faisait vendre. L’horlogère s’était longtemps interrogée sur les raisons qui avaient poussé son grand-père à s’installer dans cette ville si loin de pouvoir satisfaire son inventivité… Peut-être était-ce là un défi personnel, ou peut-être aimait-il tout simplement la région et ses beautés… Jamais Samuel n’avait éprouvé le besoin ou l’envie de s’exprimer sur le sujet, cela restera donc un mystère pour Sanaë.

Il était donc évident qu’Alexandria, dans toute sa splendeur technologique, pouvait offrir maintes possibilités nouvelles à la jeune femme. Des perspectives auxquelles jamais elle n’aurait eut l’audace de penser. Elle ne doutait donc pas des paroles pleines d’assurances de miss Greyson… Elle savait qu’elle avait raison, sur toute la ligne… Mais pourtant, tout cela lui parut inaccessible… Impossible. Simplement parce qu’elle craignait d’abandonner son frère et la boutique familiale… Il existait une sorte d’engagement silencieux lié à un attachement viscéral directement imprégnée dans ses gênes… Et une peur évidente de l’inconnu.

-Vous avez raison, miss Greyson, déclara-t-elle timidement en portant son regard sur ses bottines. Ce n’est pas encore le moment pour moi, mais je vais y réfléchir très sérieusement. Merci pour tous vos conseils, ils me sont précieux.

Elle sourit en entendant ses remerciements concernant la broche qu’elle avait tant aimé concevoir. Remerciements doublés d’encouragement évident qu’elle savait sincères. Tout cela lui allait droit au cœur et la marquerait probablement un long moment.

-Je vous en prie, comme je vous l'ai dit :ce fut un plaisir, déclara l’horlogère en baissant humblement la tête.

La jeune femme raccompagna son importante invitée jusqu’à la porte de la boutique. Elle la salua d’un sourire aimable, se promettant intérieurement de prendre le temps de réfléchir à tout cela et, peut-être, envisager de changer de vie.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

Voir le profil de l'utilisateur