Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Bataille navale

Laura L. Greyson
avatar
Mer 21 Fév - 7:54
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +3 ~ Ünellia (femme)
ϑϑϑϑ Bataille navale

Le 25 Mars 933, proche des côtes d'Unellia

ϑϑϑϑ L'ambiance entre les marins étaient plutôt bonnes. Il fallait dire que la terre n'était pas loin et les débuts de voyage était en général la meilleure partie. Les quelques jours où les hommes n'avaient pas encore totalement retrouvé les habitudes de la mer. Où la mécanique bien huilée de l'équipage n'était pas tout à fait en place, mais où tout le monde s'en fichait encore parce qu'on n'était pas non plus sur un bateau militaire. La marine marchande c'était un peu autre chose, même si hors du bateau on se ventait tout autant.

ϑϑϑϑ Dans la cabine principale également, l'ambiance était bonne. Bien sur l'invité de marque à bord et le capitaine avait partagé pour le déjeuner une bouteille de vin, mais c'était surtout les suivantes qui participaient à cette belle discussion. Il s'agissait simplement d'un voyage pour prendre des nouvelles et assuré les partenaires de la Compagnie des Échanges Libres de la bonne continuation des alliances. La cargaison ? Des cadeaux pour les tribus de Zochlom et de Nislegiin où ils avaient prévus de s'arrêter au cours des mois de voyage suivants. L'homme était confiant, même assez soulagé que la compagnie lui ait confié une telle mission. Après l'enquête qui avait piétiné à Ünellia, il était de bon goût de changer d'air. Et puis, cela lui apporterait peut être enfin la promotion qu'il attend depuis quelques années maintenant.
ϑϑϑϑ Alors Capitaine que pensez-vous de ma cuvée personnelle ? Il y a de bonnes chances que le bateau s'alourdissent un peu en passant à proximité des zones du Prorig également. Je suis certains que nos voisins seront très heureux de ce genre d'échange. Le vin Daénar n'est absolument pas comparable avec celui de notre continent d'origine.
ϑϑϑϑ Vous êtes un homme avec un gout parfait, monsieur Schirsch. Nous, qui écumons souvent les tavernes des ports, je dois avouer que j'ai rarement été aussi satisfait!
ϑϑϑϑ Il faut bien profiter de ces quelques jours en mer mon ami, avant les négociations sans fin qui sont plus l'objectif de mon voyage. Je ne suis pas fâché de quitter la capitale, et ma famille autant en profiter !
ϑϑϑϑ Ils rient ensemble à cette mauvaise plaisanterie, s'enchaînant avec une autre d'un goût tout aussi sujet à controverse. Même ce notable se lâche de plus en plus. Jusqu'à ce qu'en réalité un violent coup s'abattent sur la porte de la cabine du capitaine, faisant presque sursauter ce dernier. Ce n'est ni l'heure du dîner, ni celle de son inspection à son bord.
ϑϑϑϑ Entrez ! Qu'est ce qu'il se passe ?
ϑϑϑϑ Capitaine ! Nous croisons un navire à quelques lieues à peine.
ϑϑϑϑ Et alors nous ne sommes pas seuls sur cette mer !
ϑϑϑϑ Il... il ne présente aucun pavillon monsieur !
ϑϑϑϑ Le capitaine se lève d'un bond, désaoulé par la nouvelle. Le notable lui le regarde comme un démon sortit de sa boîte soudainement entrainé par un ressort. Mais le chef de bord ne prend pas le temps de lui expliquer lui intimant seulement de rester ici jusqu'à ce qu'il en ait le cœur net. Il fallait bien être sûr qu'il ne risquait rien ! D'autant que le bateau était assez richement chargé et que leur départ du port n'avait pas du passer inaperçu.


IconI wanna roll with him a hard pair we will be A little gambling is fun when you're with me (I LOVE IT) Russian Roulette is not the same without a gun And baby when it's love, if its not rough it isn't FUN, FUN
   
mechanic's queen
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mer 21 Fév - 11:27
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
De Sousa avait une dette à payer, une importante dette de jeu et l'homme avait une cible à abattre pour le compte de Laura L.Greyson, ce petit bout de femme étonnement attachante et qui n'avait nullement décliner la requête du pirate quand à la confection d'un exosquelette de première catégorie. Le duo s'était séparé il y a de cela un peu moins d'un mois, laissant s'achever le mois de février et passer une bonne partie du mois de mars. Le Vieux Loup avait un nom, un puissant personnage de la Compagnie des Echanges Libres et son employeur lui avait laisser carte blanche du moment qu'aucun lien quand à sa participation ne soit connu. D'ailleurs, Pedro n'en avait lâcher aucun mot à son équipage.

Jouant de son modeste réseau à Laurgal, il s'était tapis dans l'ombre, dans l'attente que sa proie se montre à couvert ou découvert d'ailleurs. L'information lui avait été transmise, l'homme allait prendre la mer sur un navire marchand, l'occasion idéal pour satisfaire les besoins de sa commanditaire. Arguant ces matelots alors que son vaisseau mouillait dans une crique à l’abri des regards, sa frégate était prête à prendre en chasse le vaisseau-cible. Jouissant d'une Mer plutot calme, il aurait tôt fait de rejoindre le bateau commercial en transite et semer la terreur à son bord, mais tout venait à point à qui savait attendre.





A toute voiles déployées, le vaisseau glissa dans le sillage du navire de la Compagnie des Echanges Libres. Dans sa cabine, de Sousa analysait la carte maritime avec attention, utilisant son compas pour réaliser quelques calculs mentaux quand à la trajectoire qu'allait prendre sa proie pour rejoindre le port d'attache. Quoi? Ca vous surprend? C'est pas parce qu'il est rustre que c'est un imbécile fini pardi! Bref, il tenait son vaisseau hors de vue avant de choisir de prendre de la vitesse et contourner l'ennemi.

L'équipage était galvanisé par l'enjeu, un navire rempli de richesse, il ne fallait pas leur dire deux fois! Usant de courant marin favorable, de Sousa avait finalement réussi sa manœuvre, ordonnant alors à sa vigie de retirer le pavillon pirate pour entretenir l'effet de surprise et aussi l'anxiété dans le camp adverse. La frégate se montra finalement à vue du vaisseau marchand, fonçant droit sur lui tandis que ces hommes se cachait soigneusement sur le pont du vaisseau pour n'éveiller aucune peur, tout du moins jusqu'à ce que la distance soit suffisemment proche pour que le navire de la Compagnie ne puisse rebrousser chemin!

Là, de Sousa dans son plus fier costume de Capitaine Pirate, s'afficha prêt de la barre du vaisseau, longue vue dirigé vers sa cible, ces hommes sortant de leur cachette, fusils, pistolet et coutelas aux dents. Dans les tréphone de la coque, on préparait les canons. Bombant le torse, le Vieux Loup se mit à rire au éclats tandis que la vigie hissait le drapeau noir, floqué d'une tête de mort blanche, couteau à la mâchoire.

- AHAHAH! TENEZ- VOUS PRET LES GARS! J'PARI MON BARIL DE RHUM QU'ILS VONT CHERCHER A FILER! LAISSONS LES S'AFFOLER ET S’ÉPUISER UN PEU A TENTER DE FUIR!!! AHAHAH!!! ILS VONT RAPID'MENT S'PISSER D'SSUS!!!

D'un seul homme le forbans acclamèrent leur capitaine. Tous, tels des félins, adoraient jouer avec la souris avant de l'achever, cela faisait parti des rituels que la piraterie aimait à s'adonner, sinon où en serait le plaisir?



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Jeu 12 Avr - 6:52
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +3 ~ Ünellia (femme)
ϑϑϑϑ Une fois sur le pont, la longue vue en main mais le visage toujours un peu rouge , le capitaine était aux premières loges pour admiré l'approche des pirates sur son navire. Le bateau d'abord dépeuplé lui tira un instant un regard curieux, surpris du calme apparent. En réalité, le capitaine n'aurait ps eu besoin d'attendre car le commandant de bord avait tout juste eu le temps d'arriver et de se rassurer pour voir les forbans sortirent de leur cachette.

ϑϑϑϑ Il se mit alors à crier des ordres dans tous les sens pour qu'on fasse avancer le navire le plus vite possible. Cependant même si les marins se mettaient à faire tout leur possible pour avancer le plus vite possible, vu la taille des deux bâtiments respectifs et le chargement important du bateau de la compagnie, il était évident qu'il n'arriverait pas à distancer le navire pirate.
ϑϑϑϑ Mon ami que se passe-t-il ? demanda la voix hagarde du négociant qui s'était, malgré les ordres donnés, traînait jusqu'au premier pont. Avec la vitesse dès qu'ils eurent resserrées les voiles, le bateau se mit à trembler bien plus, donnant au visage de l'homme une teinte plus livide à moins que ce ne fus-ce l'annonce du capitaine ?
ϑϑϑϑ Des pirates, monsieur ! Et ils nous attaquent c'est certains !
ϑϑϑϑ A peine eut-il fini sa phrase qu'un violent coup de canon retentit suivi presque immédiatement par le bruit d'un objet lourd qui tombe dans l'eau. L'accélération soudaine du bateau les avait sauvé cette fois, mais ce ne serait certainement pas suffisant. Le capitaine se retourna pour mesurer la distance déjà rattrapée par la frégate pirate, il ne naviguait plus pour la Compagnie à cet instant, mais bien pour leurs vies.
ϑϑϑϑ Plus vite ! Serrez moi ces voiles encore ! Continuez à changez de cap pour éviter les coups de canons ! Monsieur, retourner dans la cabine ! SORTEZ LES CANONS ! cria le Capitaine vociférant dans tous les sens à présent.
ϑϑϑϑ Bien qu'un matelot esseulé ait emmené l'homme vers sa cabine, il ne cessait de jeter des coups d’œil inquiet vers les portes du bateau. Pourtant il ne pouvait pas se permettre pareille distraction. Ils allaient très probablement être rattrapé par les pirates, et son équipage n'avait aucune formation au combat. C'était l'ennui avec ces hommes de la Compagnie qui préféraient le confort, à la sécurité; de bons marins, mais inutiles lors d'un affrontement.

ϑϑϑϑ Malheureusement, le jeu des pirates fonctionnait, et la distance entre les deux navires réduisaient comme peau de chagrin. Finalement au bout de plusieurs minutes, un nouveau coup de canon retentit et une violence secousse remua le navire. Les phalanges du capitaine blanchirent sur le bastingage qu'il tenait pour se maintenir debout. A l'intérieur de la cabine, le négociant de la compagnie avait finit les quatre fers en l'air.
ϑϑϑϑ Prenez des armes ! Ils vont aborder dans quelques instants ! cria le Capitaine à ses hommes.
ϑϑϑϑ Autant mourir l'arme à la main... Mais il doutait que ce serait le cas de tout le monde ici. Sans parler qu'ils ne connaissaient pas encore l'identité de ceux qui allait prendre leur bâtiment.


IconI wanna roll with him a hard pair we will be A little gambling is fun when you're with me (I LOVE IT) Russian Roulette is not the same without a gun And baby when it's love, if its not rough it isn't FUN, FUN
   
mechanic's queen
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 12 Avr - 11:26
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Le combat serait inégal, cela ne faisait l'ombre d'un doute. Le vaisseau pirate réduisait la distance assez facilement d'ailleurs, mais le Capitaine de Sousa avait demandé au responsable de la barre, le timonier Grégore ainsi qu'aux matelots en charge de gonfler les voiles, de ne pas tirer le Shooner à pleine vitesse, campant sur sa position de faire naître peur et angoisse chez son ennemi. Maintenant donc une distance respectable, il ordonna à l'un de ces canonnier dans la soute à faire parler la poudre pour ainsi vérifier le matériel mais surtout pour continuer de semer l'angoisse sur le pont du vaisseau qui tentait de fuir la menace. Satisfait, De Sousa passa ses directives et lorsqu'il sifflerait un coup, l'un de ces canonnier referait parler de ces talents et au signal du "FEU", se serait l'ensemble des canons qui feront trembler l'air et l'océan de leur projectile mortel.

Revenu sur le pont, le Vieux Loup se saisie d'une longue vue pour admirer le spectacle à bord du navire marchand, la panique semblait gagner les rangs des matelots trop peu initié aux affres de la bataille navale, c'était du pain béni pour Pedro de Sousa qui intérieurement jubilait non sans se rappeler de son objectif prioritaire, ses pensées un instant tourner vers cette créature bienfaitrice mais tout aussi tentatrice qu'incarnait Laura L.Greyson. Malgré les incessants changements de cap de sa souris, le chat des Mers, qu'on appelait le Red Pearl (ok c'est pas très original ^^) ne semblait commettre la moindre erreur dans sa traque et le timonier rappela finalement son capitaine alors que le vaisseau pirate n'était plus qu'à quelques nœuds de sa cible.

- C'bien mon gars! Glisse lentement sur leur flanc, le vent à babord va nous aider à aborder dans les meilleurs conditions.

L'homme acquiesca avant de faire tourner le gouvernail à 45 degré. Puis, soudainement, Pedro siffla et son sbir dans les cale alluma la mèche avant qu'une exposition retentisse, le boulet de canon faisant voler un bout du bastingage ennemi. Tout se déroulait comme prévu. Reprenant sa longue vu, il arbora alors un sourire carnassier en voyant les maigres canons ennemi apparaître et les matelots à bords commençant à s'armer. Le vaisseau de la Compagnie des Echanges Libres ne semblait plus se faire d'illusion. Jaugeant avec une précision presque militaire l'approche de son vaisseau, en quelques seconde il se rua en dessus des cales avant de beugler.

- FEU SUR LEURS CANONS!!

Vouant une confiance aveugle en leur Capitaine, les six timoniers embrasèrent de leur canon le ciel, six puissantes détonations assourdissant l'environnement à des kilomètres à la ronde. Biensure, les pirates s'étaient tous bouché les oreilles au préalable. Les canons avaient reculé de quelques mètres, fort heureusement accrochés par des chaines épaisses et finalement trois des boulets atteignirent les soutes ennemi, détruisant leur canons, tandis qu'un quatrième boulet déchira une voile, un cinquième touchant le grand mat qui manqua de s'effondrer sur le pont ennemi dans un grincement de bois des plus inquiétant. Très vite le navire pirate était en passe de venir frotter sa coque à celle du navire marchand, sur le pont les sanguinaire forbans étaient prêt à en découvre tandis que els timonier remontaient les rejoindre, s'armant de fusils.

Accroché à une corde, au dessus de la voile principal, Pedro de Sousa pointa finalement son coutelas vers le vaisseau marchand avant de hurler à plein poumons.

-  A L'ABORDAAAAGGGGGE!!!!!!!!!!!! PAS D'QUARTIER!!!!!!!!!!!!

Une dizaine de pirates s'élancèrent dans les cieux, lâchant finalement leur corde lorsque leurs bottes n'étaient plus qu'à un bon mètre du sol et la seconde plus tard les deux coques se percutèrent, offrant d'impressionnantes secousses sur les deux ponts, moment propice pour le reste de l'équipage de de Sousa pour investir le vaisseau ennemi et semer la mort. Certes, il y aurait quelques pertes comme toujours, mais c'était la les aléas de cette vie atypique en Mer. Alors que les combats faisaient rage, Pedro s'entoura de deux fidèles forbans, traversant le pont ennemi pour déloger sa cible. Il ne devait faillir dans sa mission. D'instinct, les pas du trio les amenaient vers l'arrière du navire là où se trouvait les cabines. Provocateur et dans un timbre de voix des plus cruel, le Vieux Loup appelait sa proie.

- Monsieur Schirsch! On sort de sa cachette! Monsieur Schirsch! AHAHAH!!! Monsieur Schirsch, ne soyez pas timide, voyons! Petit, petit, petiiiiiiiit... vient voir papy Pedro! Petit... petit... petiiiiiiiiiit.




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Jeu 19 Avr - 4:46
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +3 ~ Ünellia (femme)
ϑϑϑϑ Ce n'était pas une surprise, les forbans qui allaient leur donner l'assault savaient exactement ce qu'ils faisaient. Le capitaine serrait les dents autant qu'ils pouvaient, tentant de donner le change pour que les matelos les moins courageux ne passent pas simplement par dessus bord pour tenter leurchance à la nage. Une stratégie qui avait probablement plus de chances de succès que de rester sur le bâteau, il se l'avouer intérieurement, mais un capitaine n'abandonne pas son bâtiment... jamais et certainement pas pour une bandes de pirates assouaffés de sang. Si le navire devait être coulés et pillés, alors il en irait de même pour son équipage, ni plus ni moins. Ce n'était pas parce qu'on était dans la marine marchande que ces honneurs ne seraient pas fait à la fière silloneuse des mers.

ϑϑϑϑ Par miracle, peut être, tout le monde tint bon. Surement quelques uns avaient ils profiter des premiers coups de canons et du remue ménage pour setenter de se faufiler dans les cales à l'abri, mais il n'était pas l'heure de chercher les déserteurs. Le capitaine s'arma de son épée et de son pistolet, autant les marins improvisaient des armes avec ce qu'ils pouvaient quand le navire pilleurs finit par s'approcher de leur flan. Les dés étaient jetés. Le capitaine hurla de lâcher les voiles, laissant quelques pirates volants dépasser le bâteau et finir à la mer l'espace d'un instant, mais le reste était bien à bord maintenant !

ϑϑϑϑLe fatras du combat atteignait évidemment la cabine où s'était retranché l'invité de marque du bateau. Les coups de canon, les cris de douleur, les rugissements de rage parvenait au bourgeois comme un vacarme lointain qui ne se rapprochait que beaucoup trop rapidement. Caché sous la table comme un enfant lord d'une nuit d'orage, armé d'un lustre, l'objet le plus lourd qu'il ait pu trouvé, le riche lâche attendait que la tempête passe, priant dans le vide des divinités auxquelles il n'avait jamais cru jusque là. Mais bon, à temps désespéré, mesure désespéré. il paraissait que l'exposition de la fin d'année avait bien confirmé la présence des architectes, alors ils pouvaient bien sortir de leur trou et venir le protéger lui aussi ! Pourtant toute prière cessa et ll'homme tresaillit assez peu discrètement, lorsqu'il entendit une voix qui se rapprochait derrière la porte.
ϑϑϑϑ Monsieur Schrisch! On sort de sa cachette monsieur Schrisch! AHAHAH!!! Monsieur Schrisch, ne soyez pas imide voyons! Petit, petit, petiiiit... Viens voir papy Pedro! Petit, petit, petiiiiiiiiiit...
ϑϑϑϑ Comment ... Combien voulez vous ?
ϑϑϑϑ C'était la seule réplique logique qui lui était venue. REsserant sa prise de ses deux mains sur son armes de fortune. Plus fort encore que la peur de se montrer, l'espoir de pouvoir acheter sa vie. Si ces pirates avaiaent son nom, alors c'était forcément un kidnapping ! La compagnie paierait, sa famille aussi ! Surrement, c'était sa meilleure chance! Le marchand souleva tout de même le chandelier sur son côté, prêt à frapper le premier qui sulèverait les pans de la nappe pour discuter. Certes ce n'était pas une technique de négociation traditionnelle ! Mais rien de tout cela ne l'était. Il allait gagner du temps ! C'était la meilleure chose à faire de toute façon dans cette situtation désespérée !
ϑϑϑϑ Vous voulez de l'argent ? des choses de valeurs ? Des pierreries ? J'en ai plein, je pourrais vous rendre riche ! Tous !!! se mit il à geindre gardant son bras armés.
ϑϑϑϑ Oui dès que le pan de tissus bougerait, il swingerait de toute ses forces. C'était décidé ! Ils allaient voir qu'il était sérieux comme ça. Il poussa à nouveau un cri frèle de terreur quand il entendit le bruit de la gorge du marin qui l'avait ramené à sa cabine. L'avait il brisé ? Simplement ouverte ? Il ne savait pas. Ce n'était pas son job ça ! Il n'avait jaais signé pour tout ça ! C'était un simple voyage de marchand !


IconI wanna roll with him a hard pair we will be A little gambling is fun when you're with me (I LOVE IT) Russian Roulette is not the same without a gun And baby when it's love, if its not rough it isn't FUN, FUN
   
mechanic's queen
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 19 Avr - 13:44
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Les pertes en hommes semblaient inévitables, mais c'était le dur labeur des pirates qui abordaient un vaisseau et donc devaient inévitablement engager le combat ce qui mettait généralement leur première ligne en fâcheuse posture face aux mousquets adverses. Mais comme à chaque fois, le nombre  et l’agressivité donnait rapidement l'avantages à ces forbans sans foie ni lois. Un véritable champ de bataille avait transformé le pont du navire marchand. Le bruit et l'odeur de la poudre se mêlait au cris de guerre, aux insultes, aux gémissement de douleurs et aux balais des épées et autre coutelas qui se percutaient inlassablement dans une dans macabre. Les pirates sous bannière rouge et noir investissaient donc le bâtiment ennemi qui vendait chèrement sa peau et en cela c'était faire honneur à leurs sanguinaires adversaires.

Hurlements, explosions, homme sautant ou jeté à la mer, de Sousa s'était donc rendu jusque devant la cabine où devait s'être réfugier l'homme à abattre. Après l'avoir appeler d'une façon bien moqueuse, le considérant comme une petite souris apeurée, c'était effectivement le cas à la lueur des mots que le Capitaine reçu en retour. Le représentant de la Compagnie des Echanges Libres tenait fébrilement la négociation, il transpirait la trouille à n'en pas douter alors qu'il finissait ses pourparler en geignant! Ricanant aux éclats Pedro n'en avait que faire de sa proposition, s'il pouvait l'acheter, l'individu ne savait pas que quelqu'un d'autre voulait sa tête. Ordonnant à l'un de ses matelots de défoncer la porte, le trio fut finalement irruption dans la cabine alors que le bateau tanguait nerveusement.

- J'veux pas d'tes richesses poule mouillée! Montre toi couille molle!

L'un de ses sbirs qui venait d'égorger le pauvre marin qui avait porté secours et caché l'invidivu fut égorger sur place dans des sons gutturaux abominable avant que l'on le jète non loin de la table où s'était dissimulé la proie de De Sousa. Une marre de sang se forma et un minuscule ruisseau carmin coulait jusque sous la table. Dans le plus grand silence, pedro ordonna à ses deux hommes de fouiller la cabine de fond en comble avant de reprendre de la voix.

- Allez montre toi ou alors tu finira comme c'stupide matelot qui était bien trop jeune pour mourir! Vient expier tes fautes, notable véreux! AHAH! Ton jug...

Soudain alors qu'un forban vérifiait sous un large pan de tissu, quelque chose y surgit et le membre d'équipage reçu sans crier gare un sacré coup de chandelle sur la tempe, s'effondrant inconscient. Un sourire satisfait, le barbue n'avait même pas eu besoin de s'approcher et régler son compte à l'homme que Laura L Greyson voulait voir puni que sa seconde sentinelle désarma le bourgeois et lui bloca les mains dans le dos pour l'amener face à son ravisseur.

- Ahhhh t'voilà enfin... Monsieur Schrisch, représentant de la Compagnie des Echanges Libres! T'as comprit, j'suis venu pour toi, mais t'aimerais savoir pourquoi? Hein! Parle-moi d'madame Greyson, comment ça s'passe entr'vous? Hm?

Pour le forcer à parler le forban qui le maintenait par l'arrière pressait sur les poignées du malheureux tandis qu'au meme moment le Second du capitaine déboula dans la pièce.

- Capt'ain! L'bateau est à nous! Encore une poche d'résistance en cale, ça nous prendra pas bien long!

Pedro de sa haute stature, inclina la tête sur le coté, observant son second un sourire carnassier et cruel aux lèvres.

- Le rafiot m'intéresse pas, balance des explosifs dans les cales et ferme l'accès. Le temps qu'la flotte remplisse l'bas, on s'ra déjà parti. Vamos!

L'homme obéit sans poser de question. Sur le pont, un dénombrait une dizaine de victimes dans les rangs du Capitaine de Sousa et chez leur adversaire ne restait captif que le Capitaine et son Second, la demi douzaine restante qui s'était réfugié dans le compartiment inférieur fut déchiqueté suite à une énorme déflagration, un bruit assourdissant, quelques instant plus tard. Reportant alors son attention sur sa proie, Pedro continuait de prendre plaisir à jouer avec sa victime, attendant qu'il réponde à ces questions au sujet de sa partenaire, Madame Greyson.




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Mar 8 Mai - 7:00
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +3 ~ Ünellia (femme)
ϑϑϑϑIl n'est pas de meilleur moment pour se rendre compte de son impuissance que celui où un pirate menace de vous étriper. On revoit ses priorités, on repense à ce qu'on a bien fait, mal fait, ce que l'on a accompli et ce dont on se souviendra après notre départ. A la meilleur manière de s'en sortir ou à la plus noble de mourir et de disparaître. La vérité c'était que Monsieur Schrisch lui ne pensait à rien du tout si ce n'était à la quantité d'or ou de biens qui pouvait le sortir de là. Si la grosse voix et les insultes du pirate le faisait tressaillir, il tentait de retenir sa respiration le plus possible. Après tout, c'était qu'il ne l'avait pas encore trouvé, qu'il avait encore un avantage. Il ne pouvait quand même pas disparaître ! Pas comme ça, pas ici ! Après tout ce qu'il avait fait pour la compagnie, ce qu'il avait réussi à amasser ! Non, il n'allait tout de même pas laisser gérer à sa femme ! Elle n’était pas capable de garder le sous plus de quelques heures. Et ses enfants alors ! Des petits merdeux qui n'avaient aucun sens du commerce et des sacrifices à faire pour pouvoir rester à la pointe. Il n'y avait que lui qui savait, qui pouvait gérer tout cela !  

ϑϑϑϑDès qu'il vit le pan de tissus bouger, il laissa le chandelier faire le plus beau swing de chandelier qu'on ait jamais vu. Il fallait dire que ces objets étaient rarement utile pour défendre sa vie. Et pourtant il prouva rapidement son efficacité quand le forban termina sa misérable vie au pied de son propriétaire du moment. Mais voilà, le liquide carmin qui tachait les chausses du bourgeois mélangeait à d'autres fluides répandues par la terreur ressenties était en train de signé à l'ancre rouge son arrêt de mort. Il n'avait pas pu avoir le capitaine. Ce de Sousa qui le traité de tous les noms depuis son arrivé. Mais le capitaine allait bien lui faire une proposition n'est ce pas ? C'était ce que voulait tout le monde de toute façon.

ϑϑϑϑAvant qu'il ait pu reformuler une nouvelle proposition cependant, un second homme arriva. Lui blessant les bras à la première occasion, c'est en gémissant de douleur pour son épaule tordu qu'il arriva devant le vieux loup des mers. Le spectacle devait être plus que pitoyable, mais il fit face au barbu le regard plein d'espoir. Qu'avait il à gagner après tout ? Rien, il allait juste lui donner tout ce qu'il faudrait, personne d'autre n'était là pour lui barrer le chemin. Il soudoierait celui qui lui tordait les bras aussi si il le fallait.
ϑϑϑϑ Ahhhh t'voilà enfin... Monsieur Schrisch, représentant de la Compagnie des Echanges Libres! T'as comprit, j'suis venu pour toi, mais t'aimerais savoir pourquoi? Hein! Parle-moi d'madame Greyson, comment ça s'passe entr'vous? Hm?
ϑϑϑϑGrey... Greyson? Ce nom, cette.... pétasse, il n'y avait plus pensé depuis des semaines ! Comment cette mégère de scientifiques palotte avait pu réussir à venir le hanter jusqu'ici ? La douleur de ses poignets le sortit de sa pure stupeur.Aaah ! Si... si c'est ça que vous voulez, j'connais des gens qui....
ϑϑϑϑMais il n'eut pas le temps de finir cette nouvelle offre. Est-ce que la sirène des aéronefs avaient vraiment soumis ces marins ? C'était inconcevable! Pourtant elle avait bien réussi à échapper une fois à son homme. Un abruti, un incapable plein de muscles. Penser à lui lancer des pirates aux trousses, la suite prouverait qu'il aurait dû avoir l'idée en premier. Mais c'était beaucoup trop tard pour en parler. Il venait de comprendre quelque chose, le pirate ne connaissait pas son nom par hasard, et il se foutait malheureusement des richesses renfermées par la cale du navire. C'était fou ! Il n'y avait donc aucune logique dans ce monde de merde ?

ϑϑϑϑLe soleil lui éblouit les yeux quand il réapparu à l'air libre, simple marionnette taché entre les bras de la brute qui ne cessait de faire souffrir ses membres sans répit. Le négociant poussa le cri aigu d'une pucelle en plein ébat, couvert par l'explosion de la cale. Il jeta un regard paniqué vers le capitaine, qui regardait résolument, l'homme qui le tenait en joue et l'empêchait de défendre son navire, condamné à jonché le sol de l'océan. Qu'avez donc ces hommes stupides et leurs fierté bon sang ! Quand monsieur Schirsch tourna à nouveau la tête ce fut pour voir à nouveau le regard goguenard de de Sousa. Que voulait-il encore? Ce fut un coup sec de l'homme derrière lui qui lui rappela sa question.
Laura Greyson ? Je la connais, une femme de la bonne société d'Unellia, j'ha... j'habite à quelques rues de chez elle ! Vous la voulez ? Je vous la serre sur un plateau ! Elle vous construira un aéronef de pirate ! Elle vaut une grosse rançon aussi ! Je suis certain que je peux vous aider ! Je vous en prie ! finit il en gémissant.
ϑϑϑϑLe spectacle arracha même une grimace méprisante aux deux prisonniers. Il n'y avait plus rien d'honorable, ou de goût chez cet homme qui offrait la vie d'une autre, et tout ce qu'il possédait pour sa misérable vie. Non, eux sombrerait avec leur navire ! C'était certain mais au moins, si un jour, les pirates parlaient de cet événement dans les ports, leurs famille n'auraient pas à rougir.


IconI wanna roll with him a hard pair we will be A little gambling is fun when you're with me (I LOVE IT) Russian Roulette is not the same without a gun And baby when it's love, if its not rough it isn't FUN, FUN
   
mechanic's queen
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Ven 11 Mai - 14:47
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Revenu avec sa proie sur le pont du navire après la déflagration qui avait semer la mort dans les cales du navire marchand, De Sousa jubilait de voir la peur transpirait de tous les pores de ce bourgeois dont les richesses lui montaient à la tête. Il couinait comme une putain de bordel après avoir vendu crânement sa chance en mettant au tapis l'un de ses hommes de la manière la plus sournoise possible. Ainsi, Pedro le fit traîné jusqu'au mat central à quelques mètres de la cale où une épaisse fumée noire s'en échappait, donnant une atmosphère apocalyptique à la scène. En plus de cela, ça commençait à sentir clairement le cochon grillé, l'odeur significative de la chair et la peau humain en train de brûler, de se faire dévoré par les flammes, d'ailleurs, les pirates et les trois prisonniers purent entendre quelques derniers râles de terreurs s'éteindre sous leur pied.

Le Vieux Loup souhaitait jouer avec sa proie, comme le chat le faisait avec la souris. Claquant les talents de ses bottes sur le plancher du vaisseau, il joint les mains dans son dos et tournait tranquillement autour de Monsieur Schrisch, du capitaine rescapé et de son dernier matelot encore vivant. Comme il s'en doutait, c'était une marque de fabrique chez les riches de ce Monde, il laissa l'imbécile tenter de le corrompre une dernière fois, lui offrant mont et merveille, seulement l'homme ne savait pas que madame Greyson lui avait fait des promesses similaires mais aussi que Pedro cherchait à gagner le cœur de cette jeune femme qui malgré une naissance bien plus raffiné, faisait chavirer ses sentiments encore inavoués. Il le laissa donc exposé sa risible offre comme espoir d'ultime porte de sortie alors que le capitaine du shooneur le gratifiait à chaque ponctuation de sa part de "Hm... hm" d'approbation, laissant ainsi au représentant de la Compagnie des Echanges Libres l'espoir de survie.

Finalement, il se figea devant lui, levant son menton et lissant les tresses de sa barbe avant de retirer son tricorne qu'il vint déposer sur le crâne du capitaine prisonnier qui se trouvait tout à coté de Monsieur Schrisch. Discrètement, dans son élan, il sorti de sous le revers de sa veste un pistolet et lorsqu'il se redressa, observant son tricorne sur le chef du navire ennemi, il pointa son arme sur son coeur et fit parler la poudre, abattant à bout portant le pauvre homme. Soufflant sur la canon encore chaud, il reporta son attention sur sa cible un sourire carnacier aux lèvres.

- Tsssssssssss... Pourquoi, pourquoi as-tu prononcé le nom de Madame! Voyons! Moi qui souhaitait laisser le capitaine et son matelot en vie...

Il mima sur son visage la tristesse alors qu'il en était rien, tout en récupérant son chapeau à large bord sur le cadavre chaud, mais Pedro aimait se mettre en scène et jouer comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre alors que la réalité n'était que trop vrai en cet instant. Il pointa alors son pistolet sur lui sans pour autant faire parler la poudre, comme s'il se montrait seulement inquisiteur, juge et le désignait du doigt ou du marteau de justice, seulement celui-ci était remplacé par l'arme à feu.

- Me l'offrir sur un plateau dis-tu? AHAHAHAH! Juste j'y compte bien! J'compte bien sur toi pour profiter d'sa p'tite croupe, d'ses p'tites tenues afriolante et... ptète... su'remnt plus si affinité.

Il vint lui alors offrir au creux de l'oreille dans un murmure un terrible aveux qu'il voulait encore gardé secret auprès de son équipage.

- J'crois... qu'j'l'aime t'vois... cocasse pour un Loup d'Mer nan?! Hmmm... son parfum... sa culture... sa classe... elle m'fait frissonner pas qu'le goujon... ohh non... r'garde, mes poils s'en dressent à sa douce pensée... héhé...

Il se redressa avant même que Schrisch ait la possibilité de lui mordre l'oreille ou lui cracher au visage. Il croisa alors le regard du matelot qui pleurnichait tout à coté et lui logea une balle entre les deux yeux.

- L'est con c'type, j'allais lui proposé une place dans mon équipage! Mais bon... j'aime pas les fiottes qui pleurniches. C'comme toi, ta pas d'couilles au cul! D'ailleurs j'suis sure qu'on t'fourerait un bâton dans l'cul qu'on en r'sortirait une glace au chocolat! AHAHAH!!

Ouai non, ok j'ai pas été très glamour sur ce coup! m'enfin j'ai une réputation à tenir bordel! Bref, la scène finale allait bientôt arrivée et Pedro réclama à l'un de ses pirate de lui ramener de quoi écrire. Ceci fait, il s'accouda à un tonneau et trempa la plume dans l'encrier avant d'aviser son dernier prisonnier.

- Bon... allez tu dois avoir d'la famille. Tu dois bien avoir quelqu'mot à lui dire nan? J'suis d'bonne humeur aujourd'hui, alors avant d'te refroidir j'te laisse c'ptit plaisir. Tes derniers mots s'teuplais et m'fait pas écrire un romain hein?

Bien entendu si Schrisch émettait la moindre tentative de divulgé à l'équipage de de Sousa les révélations qu'il lui avait confié au sujet de Laura L Greyson, il le fumerait avant même qu'il ait pu finir sa phrase et en cela, il lui indiquait clairement en laissant sa hanche dégagé de son manteau pour en saisir son pistolet dans l'instant.



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Laura L. Greyson
avatar
Mer 16 Mai - 5:38
Irys : 564119
Profession : Ingénieure aéronautique
Daënar +3 ~ Ünellia (femme)
ϑϑϑϑA nouveau le bourgeois eut une lueur d'espoir. Le capitaine avait l'air décidé a réfléchir a sa proposition après tout. Comme quoi il était toujours possible de négocier, même avec les pires forbans d'Irydae. Il était doué après tout, au moins dans ce marchandage indéfinissable mélange de tromperie et d'honnêteté. O aujourd'hui il ne se serait jamais risque A promettre des choses au capitaine de Sousa qu'il n'aurait pas été capable de fournir. Assurément, il aurait vendu la tête de l'ingénieur sans hésiter, quitte a se dépatouillé avec la milice d'Alexandria et a y passe sa fortune ! Tout plutôt que de finir ici, sur ce pitoyable bout de bois flottant avec son capitaine et ...

ϑϑϑϑLe coup de feu intempestif tua a la fois le capitaine et les derniers espoirs de Mr Schirsch dont les yeux révulsés faisait des allers retours entre le capitaine et le corps encore chaud de l'homme avec qui il partageait un repas quelques minutes plus tôt. Son epsrit essayant comme il le pouvait de faire le lien entre les dégustations de vin et la situation présente. Comment? Comment était il passe de l'un a l'autre ? Comment la descente pouvait elle être aussi rapide. Même les paroles et les geste du pirate ne lui semblait plus faire aucun sens. Cette tristesse feinte, cette amitié représentée par le tricorne, et l'horreur et les rires autour de lui. Il n'y avait plus rien de cohérent dans cette cohue.

ϑϑϑϑMais plus que tout, ce qui ne collait pas c'était les murmures du capitaine a son oreille. Amoureux ? Amoureux ! C'était une blague ? Il n'aurait même pas eu le réflexe de faire payer son approche au pirate, trop estomaque par ce pseudo aveu. Il venait surtout de comprendre, de comprendre pourquoi il était la et qui avait commandite tout cela. La capture, pourquoi le capitaine connaissait son nom, tout ca, prenait un sens effrayant et une haine sourde prenait lentement place dans sa tete, une haine profonde qui ne pourrait malheureusement et vraisemblablement jamais se déchainer. Il avait perdu, et voila qui etait a cette instant le sommet de la frustration.
ϑϑϑϑ Bon... allez tu dois avoir d'la famille. Tu dois bien avoir quelqu'mot à lui dire nan? J'suis d'bonne humeur aujourd'hui, alors avant d'te refroidir j'te laisse c'ptit plaisir. Tes derniers mots s'teuplais et m'fait pas écrire un romain hein?
ϑϑϑϑ Des derniers mots, dites simplement a cette salope d'aller se faire exploser dans son garage pourri !
ϑϑϑϑLa peur était toujours la, et c'était bien pour cela qu'il n'avait pas été plus loquace, mais après tout, il n'avait aucun mot pour sa famille. Ce qu'il aurait voulu lui dicter c'était simplement un ordre de meurtre et rien d'autre. Ce qu'il n'était malheureusement pas en état d'exiger. Mais s'il y avait bien une chose qu'il aurait voulu voir avant de mourir aujourd'hui cela aurait été cette bourgeoise de bas étage se retrouver a devoir payer en nature sa mort au Capitaine de Sousa. Il ne pouvait pas imaginer plus sale et plus humiliant pour elle, ne prenant pas du tout en compte les sentiments de l'animal en face de lui. Non ce qu'il voulait étrangement c’était que ce soit le plus rapide possible et pour ça il y avait un moyen de terminer tout cela très vite.
ϑϑϑϑ Vous n'aurez rien d'elle elle est trop imbue d'elle même pour cela. ricana t il avec une moquerie tremblante. Et vous n'avez même pas pille ce navire... Les mecs vous etes en train de vous faire rouler pour que votre capitaine tire son coup!


IconI wanna roll with him a hard pair we will be A little gambling is fun when you're with me (I LOVE IT) Russian Roulette is not the same without a gun And baby when it's love, if its not rough it isn't FUN, FUN
   
mechanic's queen
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mer 16 Mai - 13:15
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2
Avec un regain de sérieux et de solennité, Pedro de Sousa faisait donc face à son dernier prisonnier aux porte d'un funeste destin. Lui offrant la possibilité de faire parvenir ses dernières paroles à ses proches ses êtres chers, le représentant de la Compagnie des Echanges Libres ne semblait avoir la moindre pensées pour sa famille révélant ainsi à son bourreau qu'il n'était pas une homme attaché à ses racines, il était finalement comme nombre de riche notoire et marchants, poussé par cette avidité de s'enrichir plus encore, et Pedro ne serait même pas étonné que Mr Schirsch vende sans scrupule sa Mère et ses enfants s'il en avait! Pour toute réponse, l'homme à l'article de la Mort porta ses dernière pensées vers la commanditaire de cet abordage et de cette tuerie. Injurieux, le Vieux Loup aurait pu lui faire rabattre son clappé, mais après tout sa réaction n'était que de bonne guerre. Alors, contre toute attente, le barbu rédigea à l'encre de sa plume les dernières paroles de sa proie. Puis lentement, il posa l'objet reportant son attention sur Mr Schirsch qui se voulait alors provocateur.

Tout semblait indiqué qu'il réclamait enfin de pouvoir mourir. Et s'il en ricanait de moquerie, sa voix tremblante semblait tout indiqué qu'il n'était pas prêt à embrasser son funeste sort. Il avait peur et tous les pores de sa peau en transpiraient l'évidence. Et si l'homme croyait pouvoir remettre en cause l'autorité du prestigieux pirate, c'était bien mal connaître ce qui liait l'équipage à son capitaine. Comme tout meneur, il œuvrait pour ses matelots certes mais aussi pour son propre compte et ça nul homme ou femme sur son rafiot n'en était sans l'ignorer. Un sourire carnacier illumina soudainement son visage alors qu'aucun de ses hommes de réagisse et quittant son estrade de fortune, il attrapa le malheureux au col avant de le plaquer contre le mât. Intimant l'ordre qu'on le fixe par des cordes à la structure en bois, il fit alors remonter l'ensemble de ses hommes sur son vaisseau après les avoir laisser piller ce qu'il restait à bord du navire marchand. Déversant ensuite plusieurs bouteille d'alcool sur Mr Schirsch, il lui mit le feu au vêtement et retourna sur le pont de du shooner pour assister à la lente mort de l'homme qui hurla rapidement de douleur, gémissant alors que les flammes léchaient ses entrailles pour finalement le carboniser tandis que l'incendie se propageait sur le navire.

Satisfait, il donna l'ordre à son maître de barre de reprendre la direction d'Unellia alors qu'un nuage de flammes et de fumé noire brisait le panorama d'une mer bleu turquoise et calme. S'en retournant le travail accompli, il ne manquerait pas de reprendre contact avec Laura L.Greyson qui serait sans doute ravi de savoir un ennemi de moins à compter dans son entourage. Ses espoirs de la conquérir s'en trouvaient renforcé, même si dans un coin de son esprit subsistait le doute, celui qu'elle soit comme cet homme, seulement intéressée par la richesse, mais il en aurait bientôt l'infirmation ou la confirmation.



C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé