Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


 Un pour tous et tous pour la mécanique !

Allys Terasu
avatar
Lun 26 Fév - 19:47
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Quelles étaient les probabilités pour le rencontrer à nouveau ? Le monde était-il si petit ou la chance avait-elle finalement tourné en sa faveur ? Après avoir aidée son amie à réaliser son vœu le plus cher, retrouvé sa sœur par le plus fou des hasard, voilà qu'elle retombait sur ce personnage haut en couleur ? En tout cas il n'y avait pas de doute. D'aussi loin dans la foule du marché sa tête dépassait largement au dessus de ces dizaines d'inconnus.

Allys eut un large sourire et c'est peu de dire si ses yeux ne s'étaient pas illuminés. Elle lui avait bien dit qu'elle finirait par recroiser sa route un jour. Pas de chance pour lui, la folle l'avait déjà retrouvé. Elle tenta de l'appeler mais le vent emporta ses paroles dans le brouhaha de la rue. Alors elle fondit dans la foule, jouant des coudes pour traverser cette marée de gens.


« Poussez-vous ! » Gronda-t-elle à une femme sur le chemin, celle-ci, lui décocha un regard désapprobateur. « Je ne fais pas la queue comme vous merde, je ne vais pas la piquer votre place, aller bougez votre cul ! »

Devant le sale caractère de cette importune qui n'était vraiment pas décidée à faire un geste, Allys la bouscula de bon cœur, créant au passage un joli effet domino lorsque la cliente tomba lourdement sur celui qui se trouvait devant elle, lui-même tombant sur celui d'avant et ainsi de suite. Les yeux de l'ingénieure s'arrondirent mais elle n'eut ni le temps ni l'envie de s'excuser. Elle était pressée ! C'est que le géant avançait vite avec ses grandes jambes ! Et en plus, Allys était chargée. Elle traînait derrière elle un vieux planeur à l'état de quasi poubelle que, au passage, elle avait trouvé parmi les détritus. Quel gâchis, il suffirait de le retaper pour faire fonctionner à nouveau ce petit bijoux. Enfin bref, le fait est qu'elle avait décidé de charger comme un taureau dans la foule épaisse du marché de Skingrad.

Inutile de préciser le bazar qu'elle créait sur son passage entre les cris de protestations et le couloirs qu'elle avait finalement réussi à avoir devant elle alors que les plus malins reculaient de peur de se faire renverser eux aussi. Parce qu'on arrête pas une amoureuse de la mécanique, ça non, surtout quand le plus grand chef d'oeuvre d'ingéniosité se trouvait à porté.


« Hype ! Hey ! Attends ! Heey ! La boite de conserve j'te cause arrête-toi ! »

Elle n'était plus très loin de lui et ce n'était pas bien étonnant d'ailleurs vu la discrétion absolue dont elle avait fait preuve. Un Melki en charge n'aurait pas fait mieux, ça non. Il s'était probablement arrêté pour savoir ce qu'il se passait ou bien avait-il entendu ses propos. En tout cas il n'eut pas le temps d'en savoir plus qu'elle fondit sur lui telle une ninja survoltée. La jeune femme bondit en s'appuyant sur sa prothèse pour augmenter l'amplitude de son saut et attérir tout droit sur un bras du géant de métal.

« Je t'ai eu ! » Clama-t-elle avec la fierté d'un paon malgré l'essouflement. « Si tu pensais pouvoir échapper à mes griffes d'acier c'est raté ! »

Allys redescendit de son perchoir, se tenant bien droite dans une posture enjouée, lui tirant la langue avec malice avant de lui adresser un grand sourire.

« Je savais pas que tu étais du coin. Je suis super contente de te revoir. »

En quelques mois la jeune femme avait bien changé. Elle n'avait plus rien à voir avec cette fille paumée qui se lance à corps perdu dans une aventure sans se soucier des conséquences. Elle était visiblement devenue plus apaisée et bien que sa détermination restait une caractéristique forte, elle avait visiblement évolué depuis leur première rencontre.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Mar 27 Fév - 16:59
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Plus grand... Centurion était plus grand qu'avant et si sa taille le faisait déjà dépasser la foule, les récents ajouts lui faisait désormais attendre les trois mètres de haut. Ainsi le géant de fer dominait littéralement la foule, et dans cette cohue ce n'était pas de trop. La dernière chasse avait été fructueuse, et les composants si abondant que le marchand lui avait demandé d'aller les déposer au marché chez son acheteur. C'était donc avec son armure harnaché de sac qu'il avait pris le bateau en direction de Skingrad.
La ville était nettement moins accueillante que le village et les gents se bousculaient sans cesse, le visage fermé et plus prompt aux insultes qu'autre chose. Mais quand on était dans une armure géante, les perceptives étaient bien moins sombre alors que la foule s'écartait précipitamment comme apeurée par un prédateur géant, un prédateur qui n'aurait pas fait de mal à une mouche.
L'immense lancecanon dans le dos, Centurion retournait simplement vers le bateau de ses grandes enjambées, ignorant aussi bien la foule que tout ce qu'il pouvait se passer aux alentours.
Maintenant dégagé de son fardeau il était bien plus libre d'aller à son rythme, et les commandes du colosse étaient bien plus souples.

Ce fut un bruit qui le fit s'arrêter net, son immense pied frappant le sol avec une note final qui claqua contre le pavé. Le torse de la machine pivota pour balayer la zone à la recherche du son. Finalement ce fut un mouvement du heaume qui révéla quelque chose sur son bras, une jeune femme qu'il ne reconnu pas tout de suite. Mais une demi seconde après, le colosse reconnu les traits et les prothèses de la jeune femme.
Son cœur mécanique fit un bond moins important que celui de chair, et comme toute réaction, il s'abaissa sur ses genoux, les deux articulations manquant presque de faire éclater les pierres et aussi étrangement que cela puisse paraître pris la jeune femme dans ses bras dans un câlin mécanique. Et même si la scène était démesurée, il fit attention à ne pas compresser la jeune femme.
L'armure elle même se mit à ronronner, comme si cette dernière était également heureuse de revoir l'ingénieur. Finalement, il mit fin à l'étreinte, restant au niveau de la jeune femme pour lui répondre.

-Je suis très heureux de te revoir Allys, je ne pensais pas que je te reverrais pour être honnête, oh bien sur je l'espérais mais le monde est tellement vaste...

Il reprit doucement, observant les deux magnifiques prothèses de la jeune femme.

-Et non je sais très bien que t'échapper est hors de propos, je ne t'avais simplement pas remarqué

La jeune femme avait bien entendu tourné cela comme une blague mais mis à part avec Sanaë, Hypérion était toujours lent à comprendre les gens. Oh il faisait d'énorme efforts et de gros progrès mais il restait tout de même un infime décalage, décalage qui allait plutôt bien avec le personnage géant qu'il était actuellement.
Il finit par se relever, baissant à nouveau son casque assez bas pour l'apercevoir.

-Je ne suis pas du coin, j'avais des biens à livrer ici, je m'apprêtais simplement à retourner...

Il y eut un moment de silence alors qu'il cherchait le mot juste. Puis finalement, comme une révélation il finit par lâcher

-Chez moi



S'en suivit un moment de réflexion pendant lequel il observa la jeune femme et le planeur endommagé qu'elle avait avec elle. Son énorme poing de métal frappa violemment dans son autre main, provoquant un claquement de canon alors qu'il s'exclamait.

-Mais comme tu es là ! Autant que tu vienne avec moi ! Il faut que je te présente quelqu'un ! Et que je te montre plein de choses ! Et aussi que l'on s'occupe de ton planeur ! Ne t'en fait pas ce n'est pas loin !



Il désigna l'engin avant de se saisir de la jeune femme sans attendre son accord, l'embarquant sur sa main comme auparavant avant de partir pour le port.
Là il embarqua sur le bateau du village, posant sa passagère sur le pont du Chnaler avant de demander à ce que le bateau parte. Là, le trajet fut relativement rapide jusqu'au village de chasse et le colosse repris Allys sur la bras l'emmenant en vitesse vers la maison du couple. Hypérion était bien plus heureux que son masque de fer pouvait le montrer.

Les maisons du village fortifiés passèrent rapidement et le duo se retrouva rapidement au pied de la hauteur sur laquelle s'élevait leurs maisons.


-Nous nous somme installés ici ! Sanaë avait besoin de changer d'air et ce village de chasse était parfait ! Peu de monde, ouvert à tous....

Bien sur il avait totalement oublié de présenter Sana, ni même sa relation avec elle. trop enthousiaste il sautillait à l'idée de montrer sa vie à son amie, la première personne qu'il avait vu en sortant des mines. Comme à son habitude il en oubliait la moitié, mais l'intention était là.
Il appela donc Sana joyeusement, agitant l'immense colosse de métal dans un excès de joie.



-On regardera ton appareil plus tard si tu le veux bien, je peux même te prêter mon atelier


Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mar 27 Fév - 17:58
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
L'immense armure se mit au niveau de la jeune femme ouvrant des bras accueillants avant de l'y enfermer dans une étreinte contre toute attente chaleureuse. Allys était au comble du bonheur et pardon pour Hex mais une étreinte robotique avait de quoi électrifier cette fondue des machines. Cela dit, son cœur ne battait qu'en toute amitié pour Hypérion. C'était un peu comme un grand frère, voyez ?

Lorsque le contact se rompit, Allys constata que les gens autour d'eux s'étaient arrêtés et les fixaient avec intensité, les yeux arrondit tels des hiboux éberlués. La jeune femme leur décocha un regard méprisant et mit la main sur la garde de son épée, effectuant un mouvement dans le seul but d’intimider ces imbéciles. Effet obtenu puisque après un sursaut, ils reprirent leurs occupations. Non mais de quoi se mêlaient-ils ces idiots ? Oui, elle était amie avec un géant de trois mètre, qu'ils détournent les yeux plutôt que de lui donner des envies de leur botter les fesses.

L'ingénieure tourna la tête vers son ami alors qu'il lui répondait. Heureusement pour lui il n'était pas de la ville. Une vie paisible pour un géant tel que lui ici serait impossible et il y aurait largement de quoi s'en arracher les boulons. Cependant, il était déjà sur le chemin du retour. Allys ouvrit la bouche, hésitant à lui demander si elle pouvait l'y accompagner mais elle n'eut pas le temps de prendre une décision qu'il décida pour elle. Elle eut même du mal à suivre le flot de mots qui lui arrivèrent en pleine figure telle une tempête. Ni une ni deux, elle se retrouva, ainsi que l'ensemble de ses bagages, dans l'immense paume de métal.


« Wow, dis-moi, tu n'aurais pas pris quelques centimètres depuis la dernière fois ?! »

S'exclama-t-elle, surprise de se trouver si haut dans les airs. A moins que ses souvenirs soient déformés, elle ne se rappelait pas qu'il ait été si grand. En quelques enjambées à peine, le géant les avaient menés au port et la suite du voyage se passa également avec une rapidité déconcertante. Après tout, Allys avait passé la majeur partie du voyage à observer les nouveaux gadgets de l'armure, fascinée de la complexité des assemblages. S'il l'avait voulu, il aurait pu être ingénieur lui aussi, peut être même aurait-il été plus doué qu'elle ? Cela dit, peut être ne voulait-il pas connaitre le revers de médaille de la célébrité.

Ils arrivèrent finalement aux abords d'un petit village aux proportions bien plus agréables que l'usine que représentait la capitale. Le colosse reprit Allys dans sa main afin d'arriver au plus vite à sa maison. Lys sourit à la vue de la charmante bâtisse. C'est qu'il avait fait du chemin lui aussi, elle était heureuse pour lui et s'il lui permettait de rester, ils en auraient pour des jours à relater tout ce qu'ils avaient vécu.


« Nous nous somme installés ici ! Sanaë avait besoin de changer d'air et ce village de chasse était parfait ! Peu de monde, ouvert à tous.... »
« Sanaë ? »

Le nom lui disait quelque chose. Elle l'avait entendu de la bouche de sa sœur mais elle ne l'avait pas rencontrée en personne. Se pourrait-il que le monde soit aussi petit que cela ? Décidément, la vie avait décidé de lui réserver bon nombre de surprises. A moins que ce ne soit qu'une coïncidence.

Hypérion appela la fameuse Sanaë et le temps qu'elle ne se décide à aller voir, il lui fit une proposition fortement intéressante. Prêter son atelier ? Ce devait être une mine d'or, une caverne d'Ali Baba pour ingénieur. Était-il conscient qu'elle risquait d'y rester à vie ? Allys eu un sourire éblouissant à cette idée et ses pensées revinrent à la réalité lorsque Hypérion réalisa enfin que sa compagne de maisonnée ne les avait clairement pas entendus. Il invita alors la jeune à déposer ses affaires et visiter l'antre de ses rêves : L'atelier.

Le chemin pour y descendre était particulier. Il fallait se rendre dans une annexe de la maison et utiliser une plateforme élévatrice. La jeune femme fut perplexe sur le moment mais lorsqu'elle arriva à destination ses yeux s'arondirent de surprise et son coeur s'amusa à quelques loopings dans sa poitrine. C'était immense. Autant en hauteur qu'en largeur. Il y avait tout un atirail... D'imposantes machines capables de réaliser le moindre souhait de leurs créateurs. Des prototypes trainaient par-ci par-là, propablement en cours de réalisation mais Allys était incapable de savoir où poser son regard. Four, forge, outils divers et variés... Dire que la jeune femme s'embêtait à faire des partenariats pour utiliser des machines alors que... Tout à porté. C'était complètement fou.

Mais elle devait faire quelque chose avant de se jeter sur ce matériel, de pointe qui plus est. Se présenter.

Au fond de l'atelier se trouvait une baie vitrée donnant à ce qui devait être un bureau. Une femme y était assise, concentrée sur du travail probablement car elle ne fit pas attention à la présence de l'ingénieur. Celle-ci s'avança alors jusqu'à l'entrée de cette partie du sous-sol. Elle salua alors de la main son hôtesse avec une moue gênée.


« Bonjour, excusez-moi de débarquer ici à l'improviste, c'est le grand dadais qui m'a pour ainsi dire kidnappée... héhé... Je m'appelle Allys, je suis une vieille amie. J'espère que cela ne vous dérange pas. »

La jeune femme laissa son regard balayer la pièce avec curiosité. La jolie blonde était comme la mécanicienne visiblement car un joyeux bazar organisé inondait les lieux. Il y avait de nombreux plans d'un peu tout et n'importe quoi. Mais un détail attira l'attention de la nouvelle venue. Le joli panier et son occupant. Un petit ourson endormi sur les genoux de Sanaë.

« Oh.... Oh..... ! » Allys leva le bras, pointant la créature de son index, les yeux écarquillés. « C'est... C'est c'est... Trop.... »

La jeune femme avança, la main pointant toujours le petit animal, et ce n'est qu'arrivée devant le duo qu'elle termina sa phrase.

« TROP MIGNON ! »

Allys le prit dans ses bras, le câlinant avec amour et tendresse. Elle n'était pas seulement amoureuse de la mécanique, elle aimait profondément les animaux, d'autant plus s'ils étaient jeunes et aussi inoffensifs que des nourrissons.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Mar 27 Fév - 19:49
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Il ne fallut guère de temps à Sanaë pour s’approprier le bureau et reprendre ses bonnes vieilles habitudes, à savoir : s’étaler. L’endroit regorgeait de feuilles éparpillées, remplies de plans aux traits de plus en plus sûrs. Ce lieu lui laissait la liberté de s’exprimer, à sa façon bien particulière puisqu’il s’agissait de créer. Le papier avait remplacé les rouages d’antan, mais le résultat était le même. L’ancienne horlogère en avait fait son nouvel antre, son lieu de création qu’elle ne quittait que rarement. Hypérion ne l’utilisait que très peu, la laissant en disposer à sa guise sans jamais désorganiser son désordre personnel… Désordre, probablement pour tout autre qu’elle, Sanaë s’y repairait à merveille, car évidemment, chaque chose avait sa place logique… Sa logique à elle, certes, mais c’est tout ce qui comptait.

Comme à son habitude, lorsqu’elle s’asseyait à sa table, la jeune femme se laissa totalement absorber par sa tâche, oubliant tout le reste, ne sortant de sa transe créative que pour s’assurer que Shaïa se portait bien ou pour lever les yeux vers Hypérion. Néanmoins, cette fois-là, son compagnon était absent et l’oursonne dormait paisiblement sur ses genoux, aucune raison donc de relever la tête… Si ce n’est une petite voix inconnue qui la surprit.

« Bonjour, excusez-moi de débarquer ici à l'improviste, c'est le grand dadais qui m'a pour ainsi dire kidnappée... héhé... Je m'appelle Allys, je suis une vieille amie. J'espère que cela ne vous dérange pas. »

Encore un peu étourdie pour avoir été ainsi tiré de ses rêveries, Sanaë fixa la jeune d’un air un peu hébété, avant de se reporter à Hypérion, ou plutôt Centurion dans l’atelier derrière elle.

-Euh… enchantée Sanaë, je suis Allys… euh, non c’est l’inverse il me semble, répondit-elle en passant une main nerveuse dans ses cheveux.

Les visites étaient plutôt rares, voir totalement inexistantes, l’atelier étant jusque-là leur domaine personnel, de ce fait la jeune femme peinait à réaliser la présence de leur invité.

Puis elle tiqua sur le terme “ vieille amie”, autrement dit une amitié qui ne datait pas de la veille et que Hypérion n’avait jamais mentionnée… Comme beaucoup de choses. La jeune femme ne savait rien du passé de son compagnon et ce constat l’affligeait quelque peu. Malgré tout, elle fut ravie d’apprendre qu’il avait quelques amis parmi ses connaissances, au moins une du moins, représenté en la personne d’Allys ici présente. Une jolie fille, plutôt grande et visiblement d’un dynamisme encourageant.

Elle l’observa un instant, s’amusant de sa réaction lorsqu’elle aperçut la petite bête paisiblement lovée sur ses genoux.

« Oh.... Oh..... !C'est... C'est c'est... Trop....TROP MIGNON !»

-Ah, et elle, c’est Shaïa, notre petite mascotte, annonça-t-elle en offrant un sourire à leur invitée.

Sanaë attrapa avec tendresse le petit animal dans ses bras, celle-ci ouvrit brièvement les yeux avant de se rendormir tandis que sa maîtresse se relevait pour saluer dignement la nouvelle venue. L’ancienne horlogère se posait nombre de questions à son sujet, entre autres l’origine de leur rencontre, les deux semblaient après tout si différents l'un de l'autre. Et connaissant son compagnon, lui qui vouait une admiration sans borne à la technologie sous toutes ses formes, une seule chose pouvait les relier : la mécanique. Toutefois, la timidité de la jeune femme la poussait à attendre que le principal concerné ne lui raconte tout, en attendant, elle se contenta de tendre une main amicale à Allys.

- Bienvenue.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Mer 28 Fév - 16:50
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Hypérion laissa les deux jeunes femmes faire connaissances, laissant le bureau pour rester dans l’atelier. Quatre chaine pendaient depuis une petite grue au plafond, et le colosse les saisis une à une avant de les accrocher via des points d’arrimage sur sa carapace.
La tache effectuée, le jeune homme entreprit une action qu’Allys n’avait encore jamais dû voir : une par une, les sécurités se retiraient de l’armure et les immenses mécanismes qui la composait s’arrêtaient. Le cœur de métal pulsant fut ralentit, puis arrêté, cessant de même le bourdonnement inaudible de la plupart des personne. Et alors que les membres de fer se rigidifiaient, la carapace arrière segmentée se souleva pour laisser voir une nouvelle série de plaques qui s’ouvrirent à leur tour, laissant voir  le dos du pilote qui finit par s’extirper de l’imposante machine. Laissant sa tignasse blanche lentement  redevenir libre avant de mettre un pied dehors.
L’ingénieure ne devait encore jamais l’avoir vu, mais depuis le temps où ils avaient chassés ce mage dans les montagnes. Désormais le mécanicien sortait de sa carapace pour s’ouvrir au monde, et le voir de ses propres yeux.
D’un geste habitué, il fit se lever les chaines actionnant une manivelle contre le mur qui fit monter le géant de métal vers le plafond, ses deux immenses pieds se retrouvant à hauteur de visage désormais.
Hypérion réajusta sa tenue, époussetant les parties en contact avec l’armature pour en chasser les copeaux de métal  décrochés par les frottements avant de prendre la direction du bureau.
Il observa un moment les deux jeunes femmes converser, et prendre la petite oursonne, ce petit animal faisait décidément l’unanimité, et apportait une présence bienvenue à Sanaë. L’animal passait ses journée à dormir mais faisait une parfaite petite peluche, et permettait à l’ancienne horlogère de ne pas se sentir seule.
Finalement il rentra dans la pièce, contournant la table pour enlacer Sanaë et déposer un petit baiser sur ses lèvres. Là encore ce ne fut pas un étalage de bonheur gratuit pour prouver à son amie qu’il était heureux, en fait c’était simplement que sur ce territoire, les deux amoureux avaient pris l’habitude de ne pas respecter les normes de bienséances de la société. Et de toute façon, qui se souciaient de ces dernières lorsqu’ils étaient dans leur monde.
L’atelier était un petit coin de paradis arraché aux architectes, ou chaque partie de ce dernier avait été réalisé pour remplir leurs critères de bonheur.
Il finit donc par réaliser ce qu’il faisait et s’éloigna doucement de son amour  passant une main sur la fourrure naissante de Sahïa avant de finalement retourner à son invité.
Il devait être bien moins impressionnant maintenant, privé de la carrure que lui donnait son armure. Et c’est presque avec l’impression de décevoir son ami qu’il releva ses yeux bicolore vers elle, tendant une main blanche vers elle.

-Je crois bien que c’est notre première rencontre ainsi… donc euh…. Enchanté Allys je suis la personne qui se cache sous Centurion


Il eut un petit rire nerveux, secouant sa crinière blanche avant de se reprendre doucement, faisant un large geste pour englober l’atelier.

-J’espère que notre petit paradis te plait.


Son regard détailla ses prothèses une nouvelle fois, admirant encore le travail qui avait été réalisé dessus, mais il remarqua qu’une main maladroite avait touché à ces dernières, sans nul doute quelqu’un qui avait essayé de bien faire, mais qui manquait d’une réelle expérience.
Il se pencha donc vers les membres mécaniques avec une pointe de curiosité.

-Ils ont des traces d’usures, mais quelqu’un à toucher à tes prothèses pas vrai ? Je vois que certains petits détails ont été oubliés


Des détails insignifiant, mais qui lui sautait aux yeux et qui lui faisait encore une fois oublier les convenances. Les détails en question étaient d’ailleurs insignifiants, comme l’application de protection sur les vis ou l’application de graisse sur les jonctions du capot.
Mais fasciné comme il était par la mécanique, passer à côté semblait compliqué. Il finit
par laisser les mécanismes tranquilles avant de reprendre.

-Enfin comme je te disais voilà notre petit atelier, si tu as besoin de quoi que ce soit n’hésite pas, ce sera presque gratuit !

Presque, car il ne comptait pas la laisser repartir avant d’avoir pu regarder les prothèses de la jeune femme
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mer 28 Fév - 21:26
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
La jolie Sanaë leva vers l'ingénieur un regard d'une douceur absolue. C'était une femme d'une beauté ingénue. Elle ne payait pas de mine à première vue avec ses cheveux grossièrement attachés et sa corpulence menue mais il se dégageait de son visage et de ses attitudes une grâce légèrement hypnotique. Sa voix était tout aussi douce, d'autant plus qu'elle s'était mise à bafouiller en accueillant la nouvelle venue. Si Allys n'avait pas été happée par le pouvoir irrésistible de la boule de poils, elle lui aurait certainement fait une remarque à ce propos, probablement une plaisanterie pour détendre son hôtesse.

Sanaë présenta le petit animal avant de se relever dans l'intention de saluer. Une fois debout, elle paraissait encore plus frêle, d'autant plus devant cette femme qui faisais une quinzaine de centimètres de plus qu'elle. Elle lui tendit une main amicale, lui souhaitant la bienvenue. Allys tiqua légèrement à ce geste. Elle n'était pas très friante des poignées de mains mais elle ne tenait pas à offusquer la jolie blonde. Alors elle lui attrapa délicatement la main entre ses deux paumes.

Un bruit attira alors l'attention de l'ingénieure et elle ne put s'empêcher d'observer le désossage de l'armure. Elle n'avait certes pas pu tout voir mais elle put être témoin de la fin du processus malgré tout. Elle cligna des yeux, éblouie par les enchaînements précis qui avaient dû demander un travail titanesque. C'est même avec cet air coincé entre l'euphorie et la fascination qu'elle quitta à regret les yeux de l'amure à présent endormie pour les poser sur son propriétaire venu les rejoindre.

Un blondinet à la chevelure aussi blanche que la sienne, plutôt bien bâti malgré son air peu assuré. Il était légèrement plus petit, de trois ou quatre centimètres peut être ? Environ tout du moins. Mais surtout il possédait des yeux vairons. Allys cligna des yeux à nouveau, fortement surprise par ce regard intense et magnifique. N'ayant visiblement pas remarqué le regard posé sur lui, il s'avança dans la pièce jusqu'à rejoindre Sanaë et l'embrasser. Contact finalement rompu alors qu'il s'éloignait de sa compagne avec une certaine gêne. Allys, elle, affichait un sourire à cette vision adorable de cette famille. Il avait bien changé ce grand dadais solitaire, c'était bien. L'ingénieure était véritablement heureuse pour lui.

A nouveau, une main se tendit vers elle alors qu'il se présentait enfin en bonne et due forme cette fois-ci. L'ingénieure attrapa la main tendue et de l'autre ébouriffa les cheveux de son ami.


« Mais dis-moi, tu t'étais bien caché de me dire qu'en faite t'étais tout petit ! » Rit-elle de bon cœur. « Enchantée m'sieur Hype. »
« J’espère que notre petit paradis te plait. »
« Et comment ! C'est toute une usine ici, je n'ai jamais vu autant de technologie en un seul endroit, c'est complètement dingue... »

Allys ne savait même pas où poser les yeux. Elle pourrait mourir dans un tel endroit que la seule chose que l'on verrait sur son visage serait un sourire béa d’extase. Mais son sourire se fana quelque peu lorsque l'attention se porta sur l'état de son bras. Elle grimaça. Il est vrai qu'elle n'avait pas eu l'occasion de le réparer correctement. Épuisée, elle avait préféré laissé son compagnon s'en occuper mais il était novice en la matière et depuis... Elle n'avait eut ni le temps ni l'envie de s'en occuper. Et l’œil avisé du mécanicien ne pouvait passer à côté d'une telle catastrophe.

« Euh, oui. Elle à un peu souffert dernièrement... J'ai juste pu la bricolée vite fait et encore... »

Elle se passa la main nerveusement dans les cheveux. Allys était un peu gênée de montrer à un tel génie un travail aussi bâclé que cela, elle qui d'ordinaire se montrait impeccable à ce niveau là. Son bras avait pris tellement cher ces derniers temps et elle avait fait passé sa vie personnelle avant sa maniaquerie pour une fois. Roulant des yeux, elle se dit qu'il était temps de pointer autre chose que son état lamentable.

« Sanaë, j'ai une question qui me turlupine... Tu ne connaîtrais pas Gwen Feien par hasard ? C'est surement mon imagination qui me joue des tours mais... »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Jeu 1 Mar - 7:23
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)

Se plaçant volontairement à l’écart pour ne pas empiéter sur ces retrouvailles bien atypiques, Sanaë observait cette rencontre avec une bienveillance évidente. Elle repensa également à leur propre rencontre, la timidité, sinon la crainte du jeune homme qui l’empêchait de l’observer directement dans les yeux. L’ancienne horlogère était réellement heureuse de voir que cette peur de l’autre, lorsqu’il se retrouvait hors du cocon Centurion, ne s’exprimait plus que par une gêne minime, une simple timidité, somme. Hype avait grandement gagné en confiance depuis leur rencontre, de quoi être fière de le voir ainsi libérer des barrières qu’il s’était lui-même imposé et fière, Sanaë l’était clairement. Pour preuves la petite larme discrète qui perlait doucement sur sa joue et son sourire qui ne cessait de grandir.

La façon d’agir d’Allys lui rappelait la sienne, celle d’autrefois. Sans le vouloir, parce qu’elle ne pouvait absolument pas le savoir, jeune femme répétait ses propres gestes, ceux d’avant les baisers qui les avaient aujourd'hui remplacés. Combien de fois sa main avait ainsi maltraité la chevelure d’Hypérion ? Geste ensuite adopté par son frère… Soucieuse de laisser un mauvais souvenir entacher ce moment de douce retrouvaille… Aussi touchant qu’amusant, Sanaë balaya toutes ses pensées parasites avant de se reporter sur les deux jeunes gens aux cheveux blancs.

De là où elle se trouvait, l’ancienne horlogère n’avait aucun mal à les imaginer frère et sœur. Hype agissant alors comme un grand frère visiblement contrarié par l’état de la prothèse de sa petite sœur… Prothèse… Une nouveau sourire se dessina sur le visage de Sanaë, petit rire silencieux en imaginant sans aucune difficulté, les pensées de son compagnon toutes portées sur “faut réparer ça, vite”.

Hypérion vouait un amour bien particulier à la technologie… Et s’il s’était senti mal à une époque pour une simple montre écrasée… elle n’avait donc aucun mal à l’entendre pester intérieurement… Seulement pester puisque la prothèse semblait fonctionner correctement, tout du moins c’est ce qui lui semblait, bien que trop loin pour en juger par elle-même. Et si curiosité lui donnait envie de venir voir le tout, Sanaë n’osait pas, préférant les laisser profiter de leur premier vrai moment d’humain à humain.

Dans tous les cas, elle avait à faire. L’ancienne étant particulièrement heureuse de recevoir Allys, elle tenait donc à l’accueillir correctement… Ce qui n’était pas forcément puisque Sanaë n’avait rien d’une ménagère… C’est à nouveau la voix de sa jeune invitée qui la tira de ses pensées. Quelle ne fut d’ailleurs sa joie en entendant le prénom de son amie… Tout du moins, si elle pouvait qualifier leur relation de la sorte.

Une rencontre dans un lieu improbable… En particulier pour Sanaë qui ne buvait jamais… Une prise d’otages à l’arrière de sa boutique… Puis des retrouvailles à un bal qui semblait avoir mal fini pour son organisatrice…

-Je la connais oui, répondit-elle avec entrain avant de se reprendre. Enfin… Connaître est peut-être un bien grand mot, je n’étais même pas certaine que ce soit son vrai nom avant que vous ne le mentionnez. Comment va-t-elle ?

Sanaë posa délicatement l’oursonne dans son panier avant de récupérer sa canne afin de s’approcher du duo. Soucieuse de ne pas laisser son compagnon dans l’ignorance l’ancienne horlogère lui expliqua.

-C’est la jeune fille dont je t’ai parlé. Celle qui est partie avec une caisse pleine d’animécanique.

Son sourire se voila légèrement à l’évocation de ses petites créatures mécaniques qu’elle affectionnait tant jadis. Il ne plus en restait aucune, toutes étant parties en fumée avec le reste.

-Saluez-là pour moi lorsque vous la croiserez la prochaine fois. Et n’hésitez pas à lui donner cette adresse, je serait plus que ravie de la revoir.



Sanaë appréciait beaucoup cette jeune fille au regard exprimant une intelligence rare. Évidemment, elle se doutait bien que celle-ci ne devait guère l’employer de façon très légale, mais l’ancienne horlogère ne s’arrêtait pas à ce genre de détail, surtout quand la personne en question lui avait sauvé la vie.

-Bon, puisque nous avons une invitée, je vais devoir m’éclipser quelques heures de temps de préparer un repas, probablement mauvais, je m’en excuse par avance, mais la cuisine est une science qui m’échappe encore.


Plaçant sa main délicate sur l’épaule de son compagnon, Sanaë lui adressa un franc sourire.

-Tu peux en profiter pour t’occuper de cette prothèse, je ne voudrais pas que tu t’en rendes malade par obsession, lança-t-elle en déposant un tendre baiser sur ses lèvres. On se retrouve plus tard.

Elle se tourna cette fois-ci vers Allys, lui offrant un nouveau sourire.

-Vous êtes ici chez vous, restez autant de temps que vous le voudrez, vous êtes la première amie de Hype que je rencontre... Vous êtes la bienvenue



Après quelques pas encore maladroits, Sanaë quitta l’atelier pour aller signaler à l’agent Neal qu’elle se rendait au village avec l’intention de faire quelques courses. Ce pauvre homme s'ennuyait ferme à rester assis toute le journée sur les marches du perron de la maison, car la jeune femme ne sortait pour ainsi dire jamais et ne recevait personne… À croire que sa mission était en fait une punition.

Elle se rendit donc au village, à la boucherie, Sanaë demanda le “plus difficilement ratable”, ce qui fit rire à gorge déployée le boucher et son épouse. Il lui proposa donc un gigot, ce qui effrayait tout de même légèrement celle capable de faire carboniser un poulet. La jeune femme écouta donc avec attention les conseils de l’épousa, allant jusqu'à prendre des notes pour mettre toutes les chances de son côté.

Parée de son panier, elle regagna la maison, ne retrouvant les deux amis que plus tard. En attendant, elle avait un gigot à cuisiner… Enfin...


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Sam 3 Mar - 1:26
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Le jeune homme sourit en voyant l'élue de son cœur se rappeler des bribes heureuses de sa vie passée, signe qu'au moins tout n'était pas négatif pour elle. A vrai dire il ne connaissait rien de la personne en question, mais cela ne le dérangeait pas vraiment car le simple fait de voir la jeune femme avoir un souvenir heureux était suffisant. Et surtout elle avait l'air heureuse d'avoir de la visite.
Hypérion la regarda donc poser leur enfant par adoption avant de se diriger vers eux.
Il hocha la tête en repensant aux fameux animécaniques de la jeune femme... de vrai petites merveilles qui avaient le dont de le tenir émerveillé, même si ceux-ci étaient en grande partie réduit à l'état de rouages brisés dans une ruine. Au moins certains avaient échappés à la folie et cela réchauffa son cœur de savoir que de tel être existaient encore. Il fit un petit signe en guise de remerciement à son propre dieu avant de retourner à la conversation.
C'est avec une pointe de regret qu'il la vit presque battre en retraite pour aller se servir de la cuisine. Ce simple fait le laissa un moment muet, ses deux yeux battant en signe d'étonnement, Sanaë n'avait jamais vraiment aimé cela, et le fait de la voir soudain se diriger la bas le fit momentanément s'arrêter. Ce n'était pas une mauvaise chose, il adorait la cuisine de l'ancienne horlogère contrairement à ce qu'elle ne cessait de répéter, mais la voir ainsi partir le rendais quelque peu triste. Il lui fit un dernier baiser avant de la laisser monter sur l'ascenseur. Rigolant à sa dernière phrase en avouant sans peine qu'elle avait une bonne partie de vérité.
Voir une perfection mécanique pareille abîmée me rendait presque malade.

-Cela va me rendre malade maintenant que tu t'en vas ma chérie, merci en tout cas, et il faudra que tu me parle de cette histoire avec cette Gwen !



Lança t-il gentiment en la voyant s'éloigner. Il était vrai qu'elle n'avait pas encore beaucoup parlé des bons côtés de son ancienne vie, des côtés qu'il n'avait pas connu. C'est avec un peu de chagrin qu'il vit la plate forme monter pour laisser la jeune femme vaquer à ses occupations.
Le simple fait de la voir s'en aller déclenchait déjà un petit manque chez le mécanicien, mais il le fit passer d'un soupir avant de finir par s'échauffer tournant les bras et les poignets dans une série de petits craquement.
Avec un sourire en coin il se tourna vers la jeune femme.

-Bien ! Maintenant à nous deux ma chère Allys !



Il la fit passer du côté de l'atelier, évitant l'immense armure qui pendait au plafond avant de l'asseoir sur un tabouret placé devant un établi suffisamment garni pour laisser rêveur n'importe qui. Enlevant la cape monastique rouge qui couvrait une partie de l'établi, il sortis une série d'outils de précision qu'il disposa soigneusement avec plusieurs burette d'huile et de graisse, le tout accompagné d'un petit chiffon blanc.

-Sana à certes la gentillesse de préparer à manger pour notre hôte de marque mais je ne compte pas te laisser repartir avec des prothèses mal agencées.



Il fit passer une main timide sur le bras de métal, sentant du bout des doigts la solidité du métal, mais également grâce au calme de l'atelier, il entendit les rouages internes, détectant notamment ceux qui avaient été mal ré-assemblés.
C'était un beau travail, du genre que l'on ne pouvait qu'admirer, et Hypérion, fanatique de la technologie comme il était ne restait pas indifférent face à ces dernières. Effleurant ses outils du bout des doigts il demanda timidement.

-Bon... je peux me permettre de regarder ça de plus près ? Je sais que ce sont tes créations, mais.... elles sont tellement plus fines que les rouages grossiers de centurions... Je devine le principe aisément, et je pense savoir précisément ce qui ne va pas...


C'était tout de même une partie de son corps et il ne pouvait se permettre de l'ouvrir sans la permission de la propriétaire. Il détailla donc en attendant l'épave d’aéronef. C'était un modèle plutôt intéressant, qui nécessitait quelques réparations mais qui pourrait sans doute être fonctionnel en très peu de temps surtout au vu du matériel présent ici.
Jouant nerveusement avec une mèche de cheveux, il finit par demander.

-Mais parle moi un peu de ce que tu as fais jusque-là, ça fait tellement longtemps que nous ne nous somme pas vu, la dernière fois tu m'avais semblé bien plus... Instable... enfin pas dans le sens négatif du terme, mais tu semble avoir gagné une sorte d'objectif... je me trompe ?

Conscient qu'il en demandait beaucoup, il se permit de parler un peu de sa propre situation.

-Enfin après t'avoir quitté je suis allé à Vereist avant de finir au Tyorum, la-bas j'y ai rencontré Sana, c'était une véritable génie de la mécanique ! Une horlogère de talent, elle l'est toujours d'ailleurs. Elle m'a recueilli et permis de vivre avec elle jusqu'à.... enfin... ce n'est pas important....

Le simple fait de se rappeler de l’agression de la jeune femme lui faisait encore avoir des sueurs froides... Imaginer quelqu'un faire du mal à la jeune femme arrivait encore à le pousser au malaise. Il camoufla cette réaction passagère avec un sourire contraint avant de poursuivre.

-Je ne pense pas que tout t'intéresse mais nous avons finit par emménager ici, c'est un chouette village qui vit grâce à la chasse, beaucoup de composant de monstres sont prélevés dans la forêt et revendu partout dans l'UNE, ça fait une sacré source de revenu.

Il pointa du doigt Centurion et l'immense lancecanon accroché au mur à côté ne pouvant empêcher une certaine bouffée de fierté.

-Et je suis chasseur ici ! Enfin Centurion est chasseur, le petit Hypérion que je suis fait surtout de la construction et de la maintenance dans le village, c'est d'ailleurs l'objectif secondaire de l'atelier.


Tout content, il tapota sur le bras métallique de la jeune femme.


-Bon maintenant à toi, le temps passera plus vite si tu parle pendant que je travaille non ?
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Sam 3 Mar - 20:47
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys opina de la tête, satisfaite de la réponse de Sanaë. Elle avait vu juste, Gwen et elle se connaissaient. Mais pas autant que la jeune femme ne l'avait imaginé. Pas sûre que ce soit son véritable prénom ? La réponse était étonnante. L'ingénieure avait certes très vite remarqué le mode de vie peu orthodoxe de sa sœur mais elle était de nature franche malgré la couche de méfiance qui l'englobait. Si elle appréciait un tant soit peu la jolie blonde, il paraissait évidement à l'ingénieure qu'elle lui avait décliné son véritable nom.

Sanaë s'approcha alors des deux jeunes gens à la chevelure argentée, qui, en effet, se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. La belle hôtesse avait subit un traumatisme visiblement puisqu'elle se mouvait à l'aide d'une canne. Allys lui adressa un sourire pincé et une moue compatissante. Elle était familière de la rééducation et ce souvenir restait pénible lorsqu'elle y repensait. Malgré tout, elle ne voulut pas gêner la jeune femme par un regard insistant ou des paroles malavisées. Elle se contenta de répondre à ses questions à son tour.


« Dans l'ensemble oui, mais j'ai peur qu'elle ait une vie aussi agitée que moi à mon grand désespoir. En revanche aux dernières nouvelles il me semble qu'elle vous cherchait. Je crois qu'elle s'inquiétait... Je lui enverrai votre adresse avec grand plaisir. »

Étrangement, Allys n'osait pas se montrer trop familière avec la jeune femme. Il se dégageait d'elle une aura particulière, comme celle d'une mère douce et aimante. Contrairement à Hypérion qu'elle avait tout de suite jugé son égal -malgré son armure impressionnante- elle s'estimait légèrement en dessous de cette frêle femme qui devait pourtant cacher au fond d'elle une force capable de soulever des montagnes. Allys la salua avec respect alors qu'elle s'éclipsait pour préparer le repas, la laissant aux mains d'un Hypérion qui trépignait littéralement devant sa prothèse endommagée.

C'était même pas peu de le dire. Son visage attristé du départ de sa bien-aimée changea littéralement lorsqu'elle eut totalement disparu. C'est même un frisson qui parcouru l'échine de l'ingénieure alors qu'elle vit son visage se métamorphoser lorsqu'il posa les yeux sur elle.


« Bien ! Maintenant à nous deux ma chère Allys ! »

Cette phrase avait quelque chose de terrifiant. L'ingénieure était une maniaque pointilleuse toujours en quête de perfection mais le mécanicien qui lui faisait face était littéralement en état de frustration extrême de voir un tel gâchis sur une prothèse de qualité. Allys n'osa même pas le contredire ni même lui lancer une pique d'humour, trop effrayée à l'idée d'une réaction disproportionnée du garçon dont le second degré n'était pas son fort. Elle le suivit donc docilement jusqu'à son atelier, s'asseyant sur un tabouret.

L'appréhension de la jeune femme face à l'étincelle du regard de Hype laissa vite place à un émerveillement total à la vue des instruments remplissant l'établi. Ils étaient tous neufs, brillants, et les dernières versions créées. Rien ne manquait à l'appel. Les burettes d'huile, les chiffons, les outils de précisions, il y avait même un ensemble de loupes allant de la plus grossière à la plus précise. Allys était au paradis. Elle-même possédait un arsenal d'outils de pointe mais pas toute une usine rien qu'à son service et même si elle tenait souvent à perfectionner ses prothèses elle-même, elle ne pouvait malheureusement pas tout faire, physionomie oblige. Elle avait donc souvent recours à un spécialiste. Mais là... C'était le mécanicien rêvé. Il était clair qu'elle reviendrait l'embêter souvent s'il faisait autant de merveilles que ce que ses doigts de fées et son matériel promettaient.


« Je te ferais confiance les yeux fermés Hype. »

Allys lui fit un clin d’œil, un sourire aux lèvres. De toute manière s'il faisait n'importe quoi, elle avait du matériel à n'en plus finir à lui lancer à la figure telle la furie qu'elle savait être parfois. Et elle faisait peur quand elle le voulait. Cependant, il ne risquait pas grand chose, doué qu'il était. La mécanique, il l'avait dans le sang. De toute manière dans le domaine il n'y avait que deux catégories de personnes : les passionnés et les amateurs. Les premiers vouaient un culte aux rouages et les entendaient presque parler au creux de leurs oreilles, les seconds travaillaient pendant des années pour ne finir que par effleurer l'étendue de ce qu'il pouvait être possible de faire. Hypérion était de la première catégorie.

Celui-ci était assez adorable d'ailleurs. Il trépignait d'avance d'y toucher mais n'osait rien faire sans sa permission. Pour ne pas lui mettre trop de pression, bien qu'elle ait pourtant d'une certaine façon déjà donné son aval, il l'interrogea sur sa vie passée. Il est vrai qu'elle avait beaucoup changé depuis ce temps-là. Lui aussi. Il lui relata rapidement ses épopées qui l'avaient menés à Sanaë. Elle n'était autre qu'une horlogère. Allys tiqua, surprise. Dans le bureau se trouvaient une pile de plans mais elle n'avait rien vu concernant l'horlogerie. Hypérion lui parla également de leur vie ici, de leurs métier paisible et prospère. Au vu de son double métier, la jeune femme comprenait mieux pourquoi il pouvait se permettre une telle qualité de vie.


« Bon maintenant à toi, le temps passera plus vite si tu parle pendant que je travaille non ? »
« Tu as raison, je t'en prie amuses-toi je te laisse le champ libre. »

Elle lui adressa un nouveau clin d’œil complice avant de se passer un doigt songeur sur les lèvres.

« Eh bien, on dirait que tu as fait un sacré bout de chemin mon p'tit Hype. Quand on s'est rencontrés tu étais déboussolé, ça me fais vraiment plaisir de voir que tu t'es trouvé des buts dans la vie, autre que de suivre aveuglément une folle furieuse ! »

Elle rit, repensant à la manière dont elle l'avait embringué dans une aventure folle qui les avaient pourtant liés d'une forte amitié. Allys avait toujours été directe et le jeune homme était si influençable à l'époque. Si cela ne leur avait pas permis de devenir bons amis, elle aurait eut quelques regrets de lui avoir ainsi forcé la main.

« Enfin, plus sérieusement, je te souhaite beaucoup de bonheur avec Sanaë. Moi de mon côté ça à été bien agité. Je n'ai pas eu une minute à moi entre mon travail éparpillé aux quatre coin de Daënastre, mon passage à Zochlom où j'ai faillis y passer à cause d'un attentat et ce début d'année tout aussi riche en émotions. »

Elle souffla, lui adressant un regard entendu. Sur le ton de la confidence, elle lui relata la suite, qui était bien plus palpitante.

« Je me suis donnée de sacrés objectifs cette année et je pense commencer à en avoir fait le tour. Je suis allée en My'trä voir ma mère et c'est là que tout à vraiment changé. J'ai appris la mort de mon père, me suis embringuée dans une autre aventure pour aider une amie, ensuite je suis allée sauver ma relation, je suis revenue faire mon deuil et j'ai appris que mon père m'a caché un énorme secret. J'ai une sœur. Alors, ni une ni deux j'ai profité pour me rendre ici au Tyorum pour la retrouver et aider mon amie aussi par la même occasion. Et je l'ai trouvée. Figure toi que c'est cette même personne dont j'ai parlé avec Sanaë, ce qui est assez drôle en y pensant. Bref, du coup j'ai rattrapé le temps perdu avec elle et c'est aussi pourquoi je reste dans les parages en ce moment... Et voilà, je suis tombée sur toi. »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Dim 4 Mar - 23:17
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Rassuré d'avoir l'accord de la jeune femme, le technicien se mit au travail, saisissant le membre métallique avec douceur, le tournant vers la lumière pour ne rater aucuns détails. Se munissant d'un tournevis de précision, il enleva le capot du mécanisme, révélant des entrailles d'apparence propre mais qui, il le savait cachaient une dissonance qui était plus que déplaisante à ses oreilles.
Et alors qu'il commençait à œuvrer, il prêta aux dires de la jeune femme une attention particulière, ne pouvant retenir un sourire quand elle parla de lui.

-Je n'ai réellement pas fais grand chose seul, j'ai toujours été un chaton effrayé là dehors, et je le serais encore si Sanaë n'avait pas été là, nous nous somme rencontré presque par hasard au Tyorum alors que j'errais dans les rues... Tu l'aurai vu.... un peu comme toi la première fois. Elle s'est cognée contre Centurion mais au lieu d'être effrayée elle à été... subjuguée par la beauté de la machine... Et elle à eu la bonté de m’accueillir chez elle.
Enfin sans elle je serais probablement encore enfermé dans mon sarcophage de fer, coupé du monde.


Il en avait presque les yeux humides car à chaque fois qu'il y pensait, il ne pouvait s'empêcher de remercier le dieu machine de l'avoir fait rencontrer l'ancienne horlogère. Si au début leurs relations avait été sur une base plus chaste, cette dernière avait finit par évoluer naturellement pour devenir ce qu'elle était.
Tout en parlant il désossait la prothèse sans la retirer, sortant avec grâce les entrailles de la machine qu'il déposait délicatement sur son plan de travail pour les examiner.
Encore une fois Hype écouta calmement, inspectant par la même les pourvoyeurs de puissance fronçant les sourcils en détectant un défaut

-Pas une minute à toi ? Ça se voit, les câbles sont complètements mort !


Il se reprit soudainement en réalisant qu'il avait pensé à voix haute, le jeune homme reprit donc son travail en ajoutant.

-J'ai entendu parler des attentats oui... sale affaire... mais je suis heureux que tu t'en sois tiré, perdre ma première amie aurait été difficile.

Il accordait une attention égale à ses paroles et à son travail bien évidement, mais parfois son fanatisme pour les machines prenait le dessus et lui faisait dire n'importe quoi, et le il espérait qu'elle n'ait pas mal pris son commentaire
Pendant le reste de la conversation, il prit le temps d'ouvrir ses tiroirs sortant des pièces identiques à celles démontées mais fabriquées par ses soins pendant son temps libre et les compara attentivement. Ses souvenirs n'étaient pas si mauvais car les pièces étaient compatibles, comme quoi les prothèses d'Allys étaient resté aussi importante que tout les autres systèmes qu'il avait pu voir.

-C'est un emploi du temps sacrément chargé dit moi ! J'aurai tendance à dire un peu trop mais tu as l'air heureuse finalement et c'est ce qui compte, je suis content d'apprendre que tu as une sœur, surtout si c'est une amie de Sana ça doit être quelqu'un de bien !

-Ça doit être difficile de te suivre, j'espère que ton homme est accroché




Ajoutât-il en riant doucement. La nouvelle du deuil le surpris et pendant un moment il focalisa son attention sur la jeune femme, posant une main sur son épaule, une main hésitante mais compatissante, sans pitié d'aucune sorte.

-Je... je ne sais pas ce que c'est de perdre un proche mais.... je suis désolé pour toi....


Chassant ce bref passage émotionnel il se remit au travail, installant les nouvelles pièces dans leurs logements avec une infinie précaution.

-Avec ces gaines blindées, tu ne risque pas de faire de surpression, et avec les engrenages renforcés, on peut espérer que tu tienne mieux les chocs, je ne peux pas encore les caler parfaitement, car il faut qu'ils se fassent un peu, mais d'ici un jour ou deux on pourra se pencher sur tes prothèses encore une fois.

Hypérion tourna la tête vers un coffre au fond de la pièce, passant successivement de la prothèse au coffre avant de declarer

-Et on pourra même l'améliorer un peu si tu veux.



Huilant précisément chaque partie, il marmonna le rythme de l'éveil de la machine avant de fermer les capots et de donner une petite tape sur le bras ainsi réparé, essuyant l'huile sur ses mains en rangeant ses outils

-Et te voilà retapée, prête à nous faire dix milles kilomètres supplémentaires sans révisions ! Chose que tu ne fera évidement pas car ton technicien attitré, c'est à dire moi, va faire une syncope si tu ne la fait pas entretenir.

Ce fut dit avec un pointe d'humour et les yeux vairons du jeune homme se plongèrent dans ceux d'Allys

-J'espère que ça n'a pas été trop long, que dirait-tu de remonter maintenant ?
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Mar 6 Mar - 22:05
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys jetait de temps à autre des regards sur son bras par curiosité. Elle l'écoutait mais elle était aussi absorbée par les gestes précis du mécanicien. Elle ne pouvait s'empêcher de lui sourire en écoutant ses paroles. Cette Sanaë, la jeune femme ne la connaissait pas du tout mais au vu de ce qu'il lui racontait elle était en assez haute estime pour Allys. Une fondue de mécanique elle aussi avec un grand cœur. C'était parfait pour Hype.

La jeune femme se passa nerveusement la main dans les cheveux à l'évocation de l'état pitoyable des câbles de sa prothèse tout autant que pour sa remarque sur les attentats. Hypérion était de nature maladroite mais très franche. A vrai dire il avait de nombreux point communs avec Allys, à croire qu'elle avait un jumeaux ou un frère aussi finalement ! Cependant, après ce qu'il s'était passé fin mars, l'ingénieure avait fini par se moquer de tout cela. Sang ou pas sang, elle accordait une place spéciale pour ceux qui lui importait. Qu'elle le considère comme un frère alors qu'ils n'avaient sûrement pas de liens n'avait aucune importance. Buvant ses paroles, elle lui souriait gentiment.


« Ça doit être difficile de te suivre, j'espère que ton homme est accroché. »
« Oh ça il l'est rassure toi ! »

Rit-elle de bon cœur. Son sourire resta même aussi doux lorsqu'il lui témoigna quelques mots réconfortants au sujet de son père, lui montrant ainsi que tout allait bien. Elle l'avait pleuré, l'avait haï, et puis finalement elle avait simplement fait son deuil. Hypérion changea de sujet pour passer à bien plus croustillant : les prothèses. Il avait effectué quelques changements mais essentiellement de la réparation.

Cependant, il avait laissé sous-entendre qu'elle risquait de pouvoir rester un moment avec eux. Il escomptait y remettre son nez voir même de l'améliorer. Et par dessus le marché, il espérait bien devenir son mécanicien personnel.


« Ça, c'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde ! Merci Hype, j'accepte la proposition avec grand plaisir. »

Il était grand temps pour les deux amis de remonter voir Sanaë. Allys sauta souplement du tabouret et entama quelques mouvements du bras. C'était largement mieux, plus fluide et surtout, les rouages avaient cessé de protester. Une fois son petit check-up terminé, ils reprirent le drôle d'ascenseur et se dirigèrent vers la maison. Un doux fumet arrivait déjà aux narines de la blonde, faisant gargouiller son ventre.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Mer 7 Mar - 13:31
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
D’aussi loin qu’elle se souvienne, Sanaë n’avait jamais su trouver d’intérêt dans le fait de cuisiner. Il faut dire aussi qu’être dépourvu de tout sens gustatif n’aidait en rien… Enfin… Elle était tout de même capable de sentir l’amertume d’un aliment trop cuit, le sel aussi, lorsqu’il y en avait trop, tout comme le sucre, même si de façon clairement plus subtile toutefois… Ce qui expliquait aussi pourquoi elle ne s’adonnait jamais à la pâtisserie…

Sanaë se nourrissait surtout d’odeurs et de parfums, son odorat compensant grandement le manque de goût. Elle était d’ailleurs capable d’associer avec une facilité déconcertante les parfums à quelques souvenirs plus ou moins agréables, et les gardait en mémoire durant de longues années. Les pommes lui rappelaient le parfum du jardin de son enfance dans la maison familiale située à l’extérieur de Blumar entourée d’un verger odorant… Ils avaient tant de pommes à la saison venue que sa mère ne savait plus qu’en faire une fois les avoir cuisiné à toutes les sauces. Tartes, compotes, pommes cuites, en jus, etc. Il s’agissait là d’ailleurs de son parfum favori qui lui apportait chaque fois un certain réconfort et moult souvenirs agréables...

C’est d’ailleurs ce qui l’avait poussé à préparer une tarte aux pommes ce jour-là et lorsque les deux mécaniciens pénétrèrent dans la cuisine, Sanaë se tenait fièrement devant une table dressée couverte de mets qui ne semblaient pas ratés… Tout du moins en apparence, puisqu’elle ne pouvait nullement en juger par elle-même. Elle les accueillit avec un immense sourire avant d’aller embrasser tendrement son compagnon. Elle se reporta alors vers la jeune fille qui semblait bien timide en sa compagnie qu’elle ne devait l’être en réalité, ce qui désolait l’ancienne horlogère.

-Puis-je ? demanda-t-elle en désignant la prothèse du doigt.

Pourtant, c’est sans attendre de réponse que Sanaë alla observer le dispositif. Et comme à chaque fois qu’elle se retrouvait face à un bijou technologique, elle ne put s’empêcher de l’observer sous toutes les coutures, allant même jusqu’à oublier l’être humain auquel il était rattaché.

-C’est du beau travail, dit-elle en pliant et dépliant l’articulation. Et je ne parle pas que des réparations, même si visiblement elle ne demandait que ça. Qui l’a fabriqué ?

Elle parlait vite, presque comme une enfant excitée devant un nouveau jouet, chose qu’elle n’avait plus fait depuis bien longtemps. Sanaë ne cessait de s'émerveiller devant les différentes parties métalliques reliées entre elles pour former cette merveille mécanique. La jeune femme se tourna alors vers son compagnon, un sourire radieux illuminant son visage encore bien pâle.

-Je suppose que tu lui as proposé de l’améliorer n’est-ce pas ? interrogea-t-elle Hypérion en souriant.

L’ancienne horlogère connaissait bien son compagnon, tout du moins cette partie-là de sa personnalité qui s’accordait généralement avec la sienne. De ce fait, elle n’avait aucun mal à l’imaginer face à la prothèse, ni même d’entrapercevoir les idées qu’il pouvait avoir en tête… Puisqu’elle y avait elle aussi pensée.

-J’ai préparé la chambre d’ami pour toi Allys, déclara-t-elle en souriant, décidant également d’abandonner le vouvoiement afin de la mettre plus à l’aise. Comme je te l’ai dit, tu es ici chez toi et puis… Je suis réellement curieuse de te connaître. Mais… vous devez avoir faim tous les deux, allez-y, mangez… En espérant que ce soit bon cette fois.



Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Jeu 8 Mar - 22:42
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Le chemin mena les deux jeunes gens vers la maison et Hypérion observait soigneusement le bras d'Allys, ne pouvant réprimer un frisson doublé d'un sourire quand il repensa à ce qu'elle lui avait dit. Il était devenu son mécanicien personnel, et ce titre lui faisait quelque peu peur. Il allait devoir se dépasser pour faire en sorte que la jeune femme n'ai jamais de soucis avec ses prothèses, et il imaginait déjà l'entretien complet qu'il allait devoir faire avant de l'autoriser à repartir.
Ce n'était pas une simple machines, mais bien une partie de la jeune femme, qu'il considérait comme toute aussi vivante que ses autres membres dont il allait devoir s'occuper. Et si cela le remplissait d'une joie sans borne, cela comportait une certaine pression.

Mais l'important n'était pas à la mécanique pour tout de suite, et il retrouvèrent vite Sana dans la cuisine ou une table dressée dans les règles et avec suffisamment de plat pour combler le trio était disposé sur la table. Il écarquilla les yeux en voyant que la jeune femme avait fait un réel effort et eu un sifflement admiratif
Mais ce qui le fit le plus sourire fut l'intérêt de l'ancienne horlogère pour les prothèses d'Allys. Dans cette maison, la femme aux cheveux d'argent n'était pas considérée comme un monstre de foire, mais bien comme une égale et ses membres mécaniques étaient vues avec une réelle admiration et non de la pitié ou du dégoût.
Il chuchota doucement à Allys


-Comme je te disais, il se peut que Sanaë et moi partagions une certaine passions communes pour tout ce qui est mécanique, et je la pense plus douée que moi dans certains domaines

Ce n'était pas vrai partout et depuis l'accident, le travail manuel n'était plus son fort, mais Hypérion la considérait tout de même comme une experte, louant sans hésiter son travail. A cette simple pensée, il toucha la montre qui ne le quittait plus, ressentant une pointe de nostalgie.
Le technicien eu un petit regard gêné devant la question de sa compagne... elle lisait en lui comme un livre ouvert et encore c'était peut dire. Il répondait doucement tachant de garder un air détaché et pas trop impatient.

-J'ai suggéré que nous pourrions regarder quelques petits détails oui... rien de trop drastique mais connaissant Allys ça ne sera probablement pas de trop...


La jeune ingénieure avait, il le savait maintenant une vie agitée et un peu d'aide ne serait surement pas de trop, et douée comme elle était avec les machines, lui offrir de quoi améliorer son quotidiens lui ferait surement plaisir. Et en entendant Sana parler de la chambre d'ami, il sauta presque de joie.

-Et tu va rester ici le temps qu'il faudra ! Cela me fait très plaisir de te retrouver. Mais comme dit Sana, ne restons pas trop longtemps planté là, un bon repas nous attend !



Il tira la chaise pour faire s'asseoir Allys avant de répéter l'opération pour Sana ne prenant place qu'en dernier avant de soupirer pour la dernière remarque de la jeune femme

-Voyons c'est toujours très bon je te l'ai dit, tu cuisine bien, et bien mieux que beaucoup de gens


Et lentement le jeune homme commença à manger, trouvant sans réelle surprise des aliments au gout agréable qui lui tirèrent encore une fois une petite larme au coin des yeux.
Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Ven 9 Mar - 21:47
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Allys pénétra timidement dans la cuisine. A vrai dire, elle constatait avec une certaine stupéfaction qu'elle n'avait jamais osé pénétrer dans l'intimité de qui que ce soit. C'était une indépendante, avec un mode de vie simple malgré ses nombreux voyage et elle était plutôt solitaire d'ordinaire. La seule fois où elle s'était retrouvée dans un lieu appartenant à quelqu'un d'autre c'était dans la chambre militaire d'Hex. Et après tout ce chemin parcourut, la voilà dans la cuisine de quelqu'un d'autre, pouvant prendre place comme une simple invitée et profiter sans la moindre contrepartie en retour.

La table était couverte de mets aux odeurs enivrantes, ce qui n'était d'ailleurs pas sans lui rappeler les plats de sa propre mère lorsqu'elle était plus jeune. La seule différence étant que même enfant, Allys avait toujours mit la main à la patte. Ce n'était pas dans sa nature que de recevoir comme si les choses lui étaient dûes. De fait, la jeune femme était vraiment touchée par le travail colossale que la compagne de Hypérion avait produit simplement parce qu'ils avaient une invitée. Elle eut un rougissement d'embarras qui se remarquerait à des kilomètres.

Fort heureusement, l'attention se focalisa très vite sur quelque chose de plus familier, sa prothèse. Sanaë, en bonne fondue de mécanique qui se respecte, n'avait pas pu résister à l'envie de toucher son bras tout juste réparé. Et il était vrai qu'il avait plus fière allure désormais bien que les gravures personnelles avaient été partiellement effacées du fait de ses nombreuses mésaventures. Ce n'était pas si grave cependant, car elle avait d'autres choses à calligraphier depuis.


« C’est du beau travail, et je ne parle pas que des réparations, même si visiblement elle ne demandait que ça. Qui l’a fabriqué ? »

Hypérion se pencha alors vers Allys pour lui chuchoter à l'oreille une information intéressante. Sanaë était même plus douée que son compagnon d'après ses dires. La jeune femme leur sourit à tout les deux.

« C'est moi-même. J'ai pu le faire entièrement en portant une prothèse de rechange. Tout les détails sont fait maison en gros. Que ce soit la forme, la manipulation des matériaux, mais surtout la calligraphie incrustée. J'y ai mit toute mon âme, ça me fais plaisir de constater que cela plaît à deux mécaniciens de talents. »

Allys suivit alors l'échange des amoureux sur la suite des opérations de cette chère prothèse sans tenter de s'y incruster. Elle roula légèrement des yeux à la pensée qu'il n'avait même pas encore vu l'état de sa jambe. Elle n'était vraiment pas prête de repartir d'ici. Enfin, pas vivante tant qu'ils n'auraient pas réalisé un chef d’œuvre sur sa petite personne. Il n'était donc que tout à fait naturel pour le couple de faire rester leur amie à domicile. Sanaë avait même préparé la chose d'avance en s'occupant de rendre la chambre d'ami disponible. Elle avait tout autant envie d'apprendre à connaître Allys que de faire plaisir à Hypérion. C'était vraiment touchant.

Allys n'eut pourtant pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'elle se fit dirigée vers la table à manger se fit asseoir bien galamment par un Hypérion soucieux du bien-être de ces dames. Décidément, elle n'était pas habituée à recevoir autant d'attention. Il y en avait tellement qu'elle ne savait plus quoi en faire ni où se mettre, hormis à table où sa présente était exigée.


« Je vous remercie tout les deux, c'est vraiment gentil de m’accueillir, je n'attendais vraiment pas tant. Si vous avez besoin de quoi que ce soit surtout dites-le moi, je me sens vraiment redevable. »

Toujours très gênée, elle préféra diriger son attention vers ce repas qui lui chatouillait les narines depuis le début. Elle prit alors une bouchée de l'entrée, goûtant ce plat que Sanaë n’était pas sûre d'avoir réussi. Ce fut pourtant le contraire. Une explosion de saveur envahit le palais délicat de l'ingénieure, lui rappelant à nouveau les saveurs d’antan de la cuisine d'exception de sa mère. Il était impensable que cette jeune femme ignore ses dons culinaires.

« Sanaë, c'est excellent. Et je ne te le dis pas juste pour être polie, c'est vraiment bon. Je pense que tu as un don pour ça, tu arrive très bien à équilibrer les arômes. »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Ven 9 Mar - 23:05
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Sanaë ne put retenir un sourire mêlant admiration et bienveillance à l’entente des explications de la jeune fille. Si jeune et déjà si talentueuse, ce qui n’était pas sans lui rappeler un certain jeune homme aux cheveux blancs de sa connaissance. Ils se ressemblaient tant tous les deux, autant physiquement que mentalement et en un sens, l’ancienne horlogère s’en sentit presque exclus. Ressentant alors comme un léger pincement au cœur qu’elle éluda aussitôt pour répondre à son invitée.

- C’est un talent extraordinaire que tu as là, Allys. Tu peux être fière de ton travail, j’en suis sincèrement admirative,déclara la jeune femme avec enthousiasme avant de s’éloigner.

Tous prirent place à table, Sanaë découpa soigneusement la viande pour que chacun puisse se servir à son aise. Puis, une fois cela fait, elle s’installa à son tour afin de pouvoir manger à son tour. Manger... Plutôt se nourrir en réalité puisque tout avait le même goût. Toutefois elle fut tout autant heureuse que surprise de les voir tous deux se régaler…

- Vraiment ?s’étonna-t-elle en observant le petit morceau d’agneau accroché à sa fourchette. Écoutez, je suis touchée… Mais je ne peux vous croire que sur parole.

C’est en rougissant qu’elle avoua ce qu’elle n’avait jamais dit à quiconque. On la qualifiait d’étrange depuis si longtemps que Sanaë avait préféré cacher cette bizarrerie supplémentaire. Enfant, elle simulait la sensation de plaisir lorsque sa mère déposait doucement une assiette contenant des mets qu’elle avait passé des heures à préparer simplement pour régaler sa grande famille. La fillette d’alors n’avait jamais eut le cœur d’exprimer son désintérêt pour le contenu de son assiette… Mais cette fois, Sanaë avait décidé de changer et de ne plus cacher celle qu’elle était réellement.

-En réalité, je ne possède pas le sens du goût, donc je me base à mon odorat… Mais je n’ai vraiment commencé à cuisiner que très récemment. Avant cela, je me contentais d’œufs, de fruits et de pain. Je suis contente que cela vous plaise.

Elle leur lança un regard gêné, un peu honteux avant de se remettre à manger en silence. De temps à autre, Sanaë les observa, trouvant quelques similitudes dans leurs traits, dans leur façon de bouger. Une ressemblance légère, délicate, mais pourtant indéniable à qui sait prendre le temps de les observer. Aussi, c’est avec une curiosité évidente qu’elle demanda:

- Comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux ?

De ce qu’elle en avait comprit, ils ne s’étaient jamais réellement vu avant ce jour. Hypérion, en jeune homme timide, avait à leur rencontre beaucoup de mal à quitter son armure. Elle le revoyait d’ailleurs installé dans son atelier en train d’essayer de remonter le mécanisme de quelques-un de ses animécaniques...Sans succès évidemment. Si Centurion pouvait se montrait utile pour tout ce qui nécessitait une certaine force, il se retrouvait bien pataud devant la délicatesse des rouages minuscules qui constituaient sa spécialité d’autrefois. Pourtant, il n’avait mis que quelques heures à immerger de son cocon, abandonnant sa carapace protectrice simplement pour pouvoir travailler sur une montre en triste état. Peut-être n’en avait-il pas eu l’occasion avec Allys. La réponse l’intéressait, grandement, simplement pour mieux connaître la jeune femme fascinante assise en face d’elle, mais aussi pour mieux le connaître lui, qui taisait soigneusement son passé pour quelques raisons obscures que Sanaë peinait encore à comprendre.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Hyperion Radchen
avatar
Sam 10 Mar - 0:48
Irys : 354877
Profession : Chercheur/Mecanicien
Daënar +2 ~ Zuhause (homme)
Sanaë appréciait également les talents de la jeune femme ce qui ne pouvait qu'inaugurer une parfaite entente entre passionnés de mécanique. Il n'était pas question ici de profiteurs cherchant un savoir éphémère pour quelque objectif obscur, mais bien d'une réunion informelle de personne de talents.
Un talent non pas sous la forme d'objets dorés et frivoles, mais bien le vrai talent, celui qui concevait des œuvres d'arts accessibles et dont l'apparence extérieur n'aurait su rendre justice à la perfection de leurs réalisations. Le bras d'Allys n'en était qu'un exemple, et Hypérion possédait un objet à la perfection similaire sur lui sous la forme de la montre que Sana lui avait donné lors de leurs premières rencontre.
Sans un mot supplémentaire, le jeune homme se mit à table mangeant joyeusement en écoutant les deux jeunes femmes discuter, et ce ne fut que lorsque que l'ancienne horlogère prit un air plus grave pour parler de son problème de goût qu'il s'arrêta, laissant brièvement son sourire s'effacer. Il s'effaça non pas par pitié envers la jeune femme, mais plus au vu de la honte qu'elle ressentait.
Mais que pouvait-il dire au juste "Ce n'est pas grave " ? Car la dernière chose au monde qu'il voulait était la prendre en pitié, et encore moins la considérer comme différente d'avant.
Certes elle n'avait pas ce sens, mais peu de personne pouvaient tout avoir à la fois, si bien qu'il se contenta de poser une main rassurante sur celle de sa compagne, essayant de simplement de la rassurer.
Elle n'avait pas à avoir honte, et encore moins à se sentir différente des autres, elle avait de toute façon tellement offert qu'il aurait été cruel de la voir autrement après cela.
Mais avant qu'il puisse dire quelque chose, quelque chose qui aurait sans doute été mal compris, Sana reprit la conversation comme si de rien n'était, leurs demandant comme les deux êtres à la chevelure d'argents c'étaient rencontrés.

Le technicien posa ses couverts dans son assiette, buvant un grand verre d'eau avant de commencer son histoire.

-Allys est la première personne que j'ai rencontré, je me suis.... échappé ? Mmmmh disons plutôt que je suis partis de la mine ou je "travaillais" avec Centurion. Et ne sachant trop ou aller j'ai suivis la première route que j'ai croisé pour finir dans un petit village dont je ne me rappelle plus le nom.
Reste que grâce à un soûlard rencontré sur le chemin j'ai pu faire la connaissance d'Allys qui m'a en quelque sorte sauté dessus et insisté pour que je l'accompagne pour régler un contrat.
C'est à vrai dire une histoire de hasard... mais ce n'est qu'aujourd'hui qu'elle ma vue réellement !


L'histoire se voulait plus longue mais dans son esprit elle était quelque peu flou car il ne se rappelait que des bons moments passés avec la jeune femme, oubliant le guide qui avait été avec eux. Le principal était simplement qu'ils c'étaient rencontrés.
Et alors qu'il continuait son récit, Hypérion remarqua le regard de l'ancienne horlogère qui passait successivement d'Allys à lui sans qu'il ne trouve de raison évidentes à cela.

-Et étrangement je l'ai rencontré presque de la même façon aujourd'hui, elle m'a encore une fois sauté dessus, à la différence près que c'est moi qui l'ai embarqué ici !

Il termina sa phrase avec un petit sourire, se rappelant du saut qu'elle avait fait. Le technicien eu alors le souvenir de l'autre prothèse de la jeune femme et ne pus étouffer un

-Mince ! Ta jambe... j'ai oublié de la vérifier ! Demain sans faute tu me confie ta jambe !


Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Sam 10 Mar - 18:08
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
Sanaë se révéla vraiment gênée par les compliments de ses compagnons. Il semblait vraiment qu'elle n'ait aucune idées de ses talents culinaires. Ce qui était étrange d'ailleurs même si Allys n'irait pas se formaliser pour si peu. Après tout, ce n'était qu'un repas, même s'il n'avait pas été aussi bon elle l'aurait apprécié de la même manière. C'est alors qu'elle se mit à rougir, leur révélant la raison de ses doutes quant à la réussite de ses plats. La jeune femme était dépourvue du sens du goût. Cette révélation semblait lui peser d'une quelque manière car elle parut gênée voir honteuse d'elle-même. Allys reposa alors ses couverts, lançant un regard compréhensif à son égard.

« Tu sais, c'est peut être grâce à ça que tu arrive à associer les aliments. Le corps à le don d'amplifier les autres sens afin de compenser ceux absents, et visiblement tu t'en sort grâce à ton odorat. Ce n'est pas une mauvaise chose, c'est juste quelque chose qui fait parti de toi. C'est un peu comme mes prothèses, au début elles handicapaient plus qu'autre chose alors qu'à présent elles font entièrement partie de moi. Il ne faut pas avoir honte de nos différences. »

Elle lui sourit gentiment puis reprit une bouchée de viande. Au bout de quelques instants, la jeune femme reprit la parole pour leur poser une question tout à fait naturelle. Ce fut Hypérion qui prit la parole bien que ses explications durent embrouiller quelque peu l'esprit de sa compagne. Allys, elle, trouvait cela hilarant. Têtue voir obstinée, tête brûlée et autoritaire sur les bords quand elle s'y mettait, elle avait fait une sacrée impression au jeune homme qui l'avait suivie sans protester.  C'était très amusant de se voir dépeindre ainsi par son ami. A l'époque tout comme aujourd'hui, la jeune femme se comportait avec lui comme s'il elle pouvait tout se permettre avec lui. Pas une seule fois elle n'avait eut de crainte à son égard mais bien une sensation plaisante comme lorsque l'on revient à la maison après une longue période, bien que cela n'ait pas vraiment de sens.

Elle hocha doucement lorsqu'il évoqua brusquement sa jambe de métal. Aïe il s'était rappelé ce détail. Elle se contenta de lui signifier qu'elle le laisserait exprimer ses talents à son souhait, préférant rebondir sur l'histoire atypique de leur rencontre et la relation d'amitié qui avait suivie.


« Si mes souvenirs sont bons, il s'agissait d'un village dans le nord, en Hinaus pas très loin de la capitale. A cette période on venait de subir des attentats et tout le monde avait les nerfs à vifs. Comme j'étais dans la région, j'avais entendue que l'un des responsable du drame s'était enfuis et il y avait un contrat sur sa tête pour qui le ramènerait en vie aux autorités. J'ai sauté sur l'occasion et j'ai suivi sa trace. En chemin je suis tombée sur Hypérion et je dois bien avouer qu'il tombait bien parce que vu l'énergumène que je traquait il n'aurait fait qu'une bouchée d'une brindille comme moi. »

Elle avait prit un air à la fois songeur et sérieux, relatant l'histoire en effectuant des gestes, plus particulièrement lorsqu'elle évoqua l'entrée fracassante de son ami.

« C'est alors qu'il pénétra dans la taverne où je m'étais arrêtée. C'était incroyable de voir une armure haute de deux mètres se déployer dans ce bâtiment pittoresque... D'autant plus qu'il tenait dans sa main un ivrogne. Le bougre s'était quasiment évanoui quand Hypérion l'a reposé au sol. Tout le monde était effrayé je crois bien. Et aussitôt entré, il en est ressorti comme si de rien n'était. »

L'immense sourire et les yeux brillants de la jeune femme sous-entendaient clairement son point de vu sur l'énorme machine qui avait pénétré sur les lieux. Elle ne faisait clairement pas partie des gens apeurés.

« Je n'avais jamais vu une armure aussi grande et si complexe. Comment laisser passer une occasion pareille ? Ni une ni deux je l'ai suivit et je lui ai proposé de m'accompagner. Enfin, disons que je n'aurais pas non plus accepté de refus je doit dire. » Rit-elle. « Comme je l'escomptais, il a accepté et nous voilà partis en quête de ce mage en fuite. »

Elle continua alors le récit tout le long du repas, entrecoupant ses explications pour manger elle aussi de temps à autres. Elle n’omettait pas ou que peu d'éléments, lui racontant la chance qu'ils avaient eu de tomber sur un guide ainsi que les mésaventures de leur voyage, puis enfin elle raconta la confrontation avec le mage, le dénouement de leur aventure et les moments qu'ils passèrent ensuite, débuts convaincants de leur amitié.

« Cela dit je suis bien contente d'avoir enfin vu le visage sous l'armure ! »

S'exclama-t-elle afin de ponctuer la fin de son récit.



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Dim 11 Mar - 13:03
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Sanaë se retrouva déconcertée face à leur mine sincèrement désolée, elle n’avait pas voulu cela. Et même si elle se trouvait reconnaissante et touchée par leurs délicates paroles de soutiens, la jeune femme ne pouvait pas les laisser s’inquiéter de la sorte. La honte tenait avant tout d’avouer une nouvelle différence qu’elle avait depuis déjà bien longtemps accepté... Toutes ces particularités plus ou moins originales faisaient d’elle la femme qu’elle était et de celle-ci, Sanaë n’en avait nullement honte. L’ancienne horlogère comptait simplement s’affirmer un peu plus et commencer à se livrer aux autres, chose qu’elle n’avait jamais fait jusque là. Voilà pourquoi elle se mit à rire, simplement parce qu’elle ne voulait pas qu’ils s’inquiètent pour elle en particulier lors de retrouvailles aussi joyeuse.

Elle écouta ensuite leur récit, racontant leur rencontre pour le moins original. Sanaë en apprécia d’autant plus Allys pour sa vivacité et sa détermination qui faisaient d’elle une jeune femme pour le moins remarquable. L’ancienne horlogère aimait les personnes naturellement enjouée leur trouvant un côté rafraîchissant qui avait tendance à être contagieux. Elle-même se laissait aller à rire de bon cœur, affichant un sourire constant tout en suivant leur histoire commune.

-Elle t’as sauté dessus ?s’esclaffa Sanaë en manquant de s’étouffer. Je n’ose imaginer ta tête.

Hypérion avait toujours eut du mal avec le contact humain et ne savait pas vraiment comment agir avec les autres. Évidemment, beaucoup de choses avaient changé depuis leur rencontre et le jeune homme s’était plus ouvert aux autres allant jusqu’à se balader sans Centurion, chose impensable quelques mois auparavant. Elle ne put donc s’empêcher d’imaginer l’air perplexe de son compagnon enfermé dans son cocon.

Sanaë suivit avec attention le récit d’Allys, en oubliant même de manger tant l’histoire était intéressante. Elle se dit alors que la jeune fille devait avoir une vie trépidante, pleine d’action et de rebondissement. Bien loin de la quiétude celle qu’elle vivait depuis toujours… A une exception près dont elle se serait bien passée, même si cet événement l’avait conduite vers une existence qu’elle n’aurait jamais imaginé avant cela.

-C’est une sacrée aventure ! s’exclama-t-elle lorsqu’Allys acheva son histoire. Tu en as d’autre ?

Depuis toujours l’ancienne horlogère raffolait de ce genre d’histoire, ces fameuses aventures que certains vivaient au quotidien. De ce fait, en entendre une réelle et contée par deux de ses connaissances éveillait d’autant plus sa curiosité et l’envie de connaître l’amie de son compagnon. Tout comme elle avait envie de mieux le connaître lui, même si elle n’avait jamais osé lui poser de question… Il suffisait qu'elle se souvienne de ses cicatrices encore bien visible pour certaines, même si cachées sous ses vêtements. Puis elle repensa au mot qu’il venait d’utiliser… Loin d’être anodin, bien au contraire...

-Tu t’es échappé ? l’interrogea-t-elle en l’observant avec un regard inquiet.

Échapper… Quel terme atroce réservé à ceux qui furent jadis prisonnier ou esclave. Des êtres privés de leur liberté, en somme, chose tout à fait impensable pour la jeune femme. Mais tout cela collait avec son comportement habituel, ses regards, sa façon de se tenir, sa peur parfois bien visible. Pourquoi ne réalisait-elle ça seulement maintenant ? Elle se sentit égoïste de n’avoir fait que regarder son propre traumatisme sans réellement penser aux siens.

Mais était-ce réellement une conversation qu’ils pouvaient avoir à ce moment-là ? Peut-être était-ce trop douloureux pour vouloir l’évoquer devant Allys alors qu’il gardait tout ça secret depuis des mois… Ou peut-être était-ce à elle seule qu’il ne voulait pas se confier… Avant de se laisser submerger par autant de questions que son esprit troublé semblait vouloir produire, Sanaë dévia la conversation sur un sujet qui leur convenait à tous.

-Tu as aussi une prothèse à la jambe ? Bon sang, mais que t’est-il arrivé ?


Sanaë avait entendu parler de ces personnes capables de se faire volontairement couper les membres afin de se doter de prothèses, bien qu'issues de la magitech celles-ci. Quelques histoires purement abracadabrantesques de personnes désireuses de se doter de force extraordinaire ou de pouvoirs liés à la magilithe. Hors, ce ne pouvait être le cas pour Allys, ses prothèses étaient entièrement mécaniques... Sanaë ne put s'empêcher d'observer ses mains, comparant dans sa tête les mouvements des muscles et des os avec ceux des mécanismes tout en se demandant quelle en était la précision... La pression aussi... Puis sans réfléchir elle attrapa sa main mécanique, observant plus précisément les phalanges d'acier... Avec une folle envie de tout démonter pour trifouiller à l'intérieur. Les mécanismes délicats avaient toujours été sa spécialité et ses dernières recherches l'avaient mené à s'intéresser à diverses utilisations possibles... Même s'il faudrait faire quelques adaptations dans ce cas-là... Finalement, l'ancienne horlogère se souvint qu'elle se trouvait face à un être humain et relâcha doucement la prothèse de la jeune femme.

-Oups, pardon… Je réfléchissais... déclara-t-elle en passant la main dans ses cheveux tout en affichant un sourire gêné. J’ai légèrement tendance à tout oublier dans ces cas-là. En fait je me demandait quelle pression la main pouvait exercer, était-elle précise, etc.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Allys Terasu
avatar
Lun 12 Mar - 15:57
Irys : 946406
Profession : Ingénieur mécanique
Daënar +1
« C’est une sacrée aventure ! Tu en as d’autre ? »

S'était exclamée Sanaë à la fin du récit épique de la jeune femme. Si Allys pouvait répondre sans hésiter à l'affirmative, la question allait bien au delà de savoir si tel était le cas. La jolie blonde avait de toute évidence envie d'entendre une nouvelle histoire. Mais laquelle l'ingénieure serait en mesure de lui relater ? Certaines d'entre elles étaient malheureusement trop sombres ou délicates à relater. Sa vengeance était à proscrire. Sa rencontre avec le pirate de renom également. Malgré tout, elle en avait tout de même quelques unes de sympathiques. Quelques anecdotes à propos de son voyage en My'trä, le sauvetage de la jeune mage peut avant l'aventure qu'elle avait relatée ou bien quelques mésaventures dans le désert aride de Zochlom ? Il est vrai qu'elle avait une vie bien animée. Le pire était qu'elle adorait cela même si cela lui apportait son lot de cicatrices... Un bras, une jambes notamment pour sa plus grande mésaventure, quelques unes sur le corps dues à des combats et la dernière en date lui barrait la joue jusqu'à finir sous son œil gauche. Mais ça, c'était à cause de l'attentat à Zochlom. Une égratignure qui lui rappelait la chance qu'elle avait d'être en vie après ce drame.

« Quelques unes, oui. »

Fini-t-elle par confirmer en hochant la tête, déclenchant probablement un nouvel intérêt de sa comparse. Cependant, quelque chose l'interpella également. Il est vrai que Hypérion avait parlé du fait de s'être échappé de la mine. A l'époque, Allys et lui n'en avaient pas vraiment parlé, peut être juste survolé le sujet, quoi qu'il en soit le jeune homme n'avait alors pas évoqué la chose sous cet angle. Allys savait seulement qu'il travaillait dans les mines avant leur rencontre. L'ingénieure n'avait pas insisté à ce sujet. Cette fois-ci, la mécanicienne y témoigna un intérêt particulier, surtout que Sanaë accentuait l'information par son inquiétude. Y avait-il quelque chose de grave là-dessous ?

Encore une fois, Sanaë changea de sujet, sauvant la mise du jeune homme, pour l'instant du moins... Les deux femmes garderaient l'information en mémoire pour sûr. Mais l'attention s'était à nouveau reportée sur l'ingénieure et tout particulièrement sur ses prothèses, cette fois-ci pas pas fascination mais par... Compassion ? Curiosité ? Sur ce coup-là, Allys ne savait pas vraiment. Sa voix trahissait au moins une surprise inquiète mais ses mains se contentaient d'offrir à son regard toute la complexité de la mécanique.


« Oups, pardon… Je réfléchissais... J’ai légèrement tendance à tout oublier dans ces cas-là. En fait je me demandait quelle pression la main pouvait exercer, était-elle précise, etc. »
« Ce n'est rien. Pour te répondre, je te dirai bien trop. La connexion entre la prothèse et mes propres nerfs est telle que c'est un peu comme si elle était vraiment devenue mon bras. Après, c'est aussi parce qu'elle est d'une très bonne qualité. En soit, cela me donne beaucoup de force mais la précision m'a demandé pas mal de temps et d'ajustements de la prothèse. C'est comme après s'être brisé un membre, après un long moment d'immobilisation il nous faut de la rééducation pour reprendre sa mobilité d'avant. J'en ai d'ailleurs eu longtemps et de manière intensive lorsque j'ai reçu mes premières prothèses. C'était dur, je ne te le cache pas. Je ne les ai pas reçues de gaieté de cœur. »

Allys grimaça légèrement. Elle ne les avait pas désirées du tout au départ. Le fait est qu'elle avait n'avait pas eu le choix que de faire avec. Après tout, sans elles, que serait-elle en mesure de faire à présent ? Elle n'aurait que l'ombre d'elle-même. Aujourd'hui elle pouvait remercier ses parents pour avoir prit la décision qu'elle se serait refusée à l'époque.

Sentant les regards appuyés en sa direction, elle comprit qu'elle n'en avait pas dit suffisamment. Après tout ni Hypérion ni Sanaë ne savaient comment elle en était arrivée à posséder de tels membres à la place de ceux de chair et d'os.


« Ça fait maintenant... Trois ans, je crois, que je les ai. Je les dois à des gens peu recommandable qui m'ont malheureusement prise en grippe à cause de mes origines. »

Devant le regard étonné de ses amis, elle se reprit.

« Disons que je n'ai pas eu la chance de grandir ici et ma mère est une mage, vous voyez un peu le tableau. Bref. C'était malheureusement des criminels qui rodaient à Ratham et j'étais une proie toute trouvée. Un soir j'ai eu le malheur de me retrouver seule, sur un toit... Fâcheuse manie d’aimer la quiétude d'un ciel étoilé pour travailler sur mes croquis. Ils m'ont rouée de coups avant que l'un d'eux eut envie de s'amuser un peu plus en tirant dessus à la jambe. Dans mon malheur je suis tombée dans le vide. Ça m'a étrangement sauvé la vie bien que mon corps ait souffert le martyr. J'en ai perdue un bras et une jambe au passage. »

Bien consciente d'avoir plombé l'ambiance avec une telle histoire elle leur lança un sourire rassurant et reprit un ton bien plus jovial, presque sur le ton de l'humour.

« Mais ne vous inquiétez pas pour ça, c'est du passé maintenant et au moins maintenant grâce à cette poigne je peux envoyer n'importe quel crétin au tapis ! »



Ma couleur : #9999cc
x11
Voir le profil de l'utilisateur

Sanaë Eshfeld
avatar
Lun 12 Mar - 22:32
Irys : 476217
Profession : Ancienne horlogère touche à tout.
Daënar +2 ~ Skingrad (femme)
Sanaë se voyait littéralement absorbée par les explications de la jeune femme assise près d’elle . Jusque-là, jamais l’horlogère ne s’était réellement questionnée sur le sujet. La création de tels appareillages ne s’apprenait pas dans les livres ou même auprès des mécaniciens de la région, nettement plus spécialisés en engins agricoles ou nautiques… Rien de bien passionnant pour Sanaë en somme. Pourtant, en écoutant Allys, la jeune femme se voyait réellement fascinée, admirative devant un talent indéniable… Bien loin du sien façonnée tout comme elle, à coup de bric et de broc qui fonctionnaient parfois… Et parfois tout le contraire. Malgré toute cette imagination, toutes ces idées plus ou moins originales, Sanaë se trouvait à un niveau bien loin des deux mécaniciens aux cheveux blancs attablés autour d’elle…

C’est ainsi qu’un sentiment nouveau s’empara d’elle. Une sorte de sensation désagréable la faisant passer pour inférieure, médiocre… Les montres, les rouages n’avaient certes plus aucun secret pour elle, pouvant à présent les modeler, les adapter sans cesse pour coller à ses idées, mais cela s’arrêtait là. Elle ne valait guère plus…

-Vous êtes tous deux incroyables, murmura-t-elle en affichant un sourire légèrement voilé, terni, par l’odieu sentiment qui faisait lentement son nid dans ses entrailles. Vous réussissez à prolonger l’humain… C’est magnifique.

Aucune ironie dans sa voix, Sanaë le pensait réellement, les admirant autant l’un que l’autre qui semblaient pousser leur ressemblance jusqu’à leur talent incontestable. Plus elle les observait, plus il devint évident que les deux formaient une paire bien étrange, seul leur caractère différait. L’un était tout aussi timide et réservé que l’autre semblait audacieuse et enjouée. Une image aussi troublante que touchante dont Sanaë ne parvenait pas à en trouver l’origine… Hypérion était orphelin, ou tout du moins pensait ne pas avoir de parents. Il le lui avait confié cela, quelques jours auparavant… Mais si… Non… Cela paraissait bien trop gros pour être réel ou encore simplement logique. L’horlogère cherchait probablement des raisons à sa jalousie… Tout comme elle cherchait des moyens de l'étouffer. Elle appréciait Allys, sincèrement et craignait de ternir une rencontre intéressante avec des sentiments qui n’avaient pas lieu d’être. À nouveau, Sanaë balaya tout cela, tâchant de se reprendre pour afficher des expressions bien plus naturelles tout en poursuivant son écoute quant aux explications de son invitée.

Une histoire bien triste, gorgée d’injustice qui ne put que toucher l’horlogère. Sanaë abhorrait ce traitement ignoble affligé aux mages et aux enfants issus d’unions entre personnes des deux peuples. Elle-même n’avait pas été élevée en ce sens. Ses parents prônaient la tolérance, le respect et chacun de leurs enfants veillaient à tenir cet enseignement. Au fil du temps, la petite dernière Eshfeld avait su développer sa propre vision des choses, comparant aisément l’humanité à un arbre aux racines communes et aux branches éparses. Sanaë n’oubliait pas ses propres racines qu’elles soient proches ou lointaine. Et même si une mage était responsable de son état, elle n’avait jamais mis son agression sur le dos des my’trän, n’y voyant que la folie d’une déséquilibrée persuadée d’agir pour le bien de son architecte… Sa théorie ne tarda pas à se confirmer, à l’occasion d’une autre rencontre qui changea sa vie d’une autre manière, une rousse, elle aussi… Comble de l’ironie.

Mais face à la détermination de la jeune femme aux cheveux blancs face à elle, Sanaë ne put que sentir son admiration grandir. Car malgré un événement des plus tragique, qui en aurait achevé plus d’un, Allys avait su reprendre le dessus, faisant de son handicap sa force au point de s’en amuser.

-Ce doit être effectivement bien pratique, plaisanta gaiement l’horlogère avant de prendre une mine plus sérieuse.Je vois que la vie nous a tous laissé quelques marques, plus ou moins visibles, cela dit.

Tout naturellement, mais aussi parce que le message lui était directement adressé, Sanaë posa doucement sa main sur celle d’Hypérion, lui montrant par la même que sa jeune amie venait de lui enseigner une nouvelle leçon. Celle-ci entrait également en résonance avec les mots d'Aurore, même si dans le cas de la mécanicienne cela prenait une dimension plus tangible.

-Je compte sur toi pour lui offrir une jambe digne de ce nom, lança-t-elle joyeusement avant de se relever lentement pour débarrasser la table des plats et des assiettes vides.


Sanaë s'exprime en #cc99ff

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Page 1 sur 3