Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 [Terminé] Anomalie cherche capitaine serviable et pas cher

Eléonore Steinfort
avatar
Ven 9 Mar - 18:37
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Laurgal. Principale ville portuaire d'Ünellia, la cité avait acquis une réputation certaine dans la région. Son port et son aéroport faisaient transiter une quantité phénoménale de marchandises, allant des matières premières importées de la région voisine d'Hinaus aux voyageurs en visite touristique ou d'affaire venant de tout le pays, voire même au delà de ses frontières. Si Laurgal n'avait pas l'envergure d'Alexandria, elle jouissait tout de même d'une influence non négligeable, étant donnés sa position géographique et son statut de port central de Daënastre. Avec une telle renommée, il allait de soi qu'un certain nombre de trafics plus ou moins légaux s'y déroulaient fréquemment. Et parmi les noms qui revenaient lorsque l'on s'intéressait d'un peu plus près à ce genre de commerces, l'auberge « Kahapadnon » s'offrait une place de choix.

La taverne grouillait de monde en ce début de soirée. Un brouhaha assez généralisé y régnait, les différents groupes de personnes attablées ne cherchant pas particulièrement à se faire discrets -si ce n'était même le contraire, une espèce de concours de celui qui gueule le plus fort en crachant un peu de sa bière à chaque fois. Deux tables relativement à l'écart faisaient cependant exception à ce bordel ambiant. A la première, une demi-douzaine de types louches parlaient à voix basse. Si le sujet de leur conversation n'était pas audible à moins de se trouver à moins d'un mètre d'eux, la nature illégale de leur transaction ne faisait aucun doute. A la seconde table, une main posée sur le front, se tenait Eléonore.

Deux mois. C'est le temps qu'il avait fallu pour que son organisme commence à ressentir sérieusement les effets d'une exposition prolongée à la technologie. Ce qui n'était au début de son séjour à Daënastre qu'un bénin sentiment de mal-être et quelques malaises lorsqu'elle avait été un peu trop entreprenante avec les inventions daënares s'était peu à peu transformé en une sensation permanente de faiblesse et de nausée. Couplé à l'étrange missive qu'elle avait reçue qui lui donnait rendez-vous à Marnaka pour y ourdir un plan supposé déboucher sur une guerre d'ampleur mondiale, ce sentiment désagréable l'avait poussée à prendre la décision de quitter le pays.

Eléonore s'était donc mise en quête d'un moyen de transport pour Aildor, tâche qui peut s'avérer plus ardue qu'elle n'en avait l'air au premier abord lorsque l'on se trouve dans son cas précis. D'une part parce que en tant qu'anomalie, my'tranne de surcroît, la jeune femme n'était pas vraiment la bienvenue sur un bateau et devait se faire petite. Exit, donc, les solutions « officielles » et les registres de passagers des vaisseaux. Et d'autre part parce que, il fallait bien le dire, elle était fauchée. Sans emploi, à avoir traversé la moitié de la planète pour son bon plaisir, elle avait évidemment fini par mettre à mal ses maigres ressources. Même le vol à la tire -ou le racket pur et simple- ne lui fournissait pas un revenu suffisamment stable pour qu'elle puisse agir à sa guise. Elle cherchait dès lors plus un passeur qu'un capitaine, quelqu'un qui pourrait la transporter de manière discrète et pour par cher. Quitte à négocier son trajet.

Ainsi, l'anomalie avait finalement atterri au Kahapadnon après avoir posé quelques questions à des personnes suffisamment louches, où on lui avait assuré qu'elle trouverait son bonheur. Ou au moins un capitaine peu scrupuleux prêt à négocier une traversée jusqu'au continent nordique. Elle était directement allée voir le tenancier de la gargote pour lui présenter sa requête, en se gardant bien d'évoquer les raisons de sa nécessaire discrétion. Celui-ci lui avait dit qu'il en parlerait aux potentiels intéressés et qu'on viendrait la voir s'il trouvait preneur. Elle le remercia en commandant une pinte et alla s'installer à la table où elle était toujours assise à cet instant, la chope devant elle s'étant entre vidée d'une bonne moitié de son contenu. Si la petite blonde ne semblait pas au meilleur de sa forme -et à juste titre, il ne fallait tout de même pas sous-estimer sa capacité à mener une négociation ferme. Et surtout à calmer toute velléité de la part d'un soûlard un peu trop engageant...




Dernière édition par Eléonore Steinfort le Mar 27 Mar - 14:59, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Sam 10 Mar - 7:50
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Ah Laurgal !  C'est que de Sousa y avait fait les quatre cents coups! Une cité portuaire qu'il affectionnait et où la milice locale n'était pas trop présente pour vous enquiquiner. Bref, cette cité était inévitablement un point d'étape pour le Capitaine de Sousa, d'Aildor il rejoignait la province de Ratham et sa cité portuaire de Cerka, ensuite il longeait la côte pour Unellia et Laurgal plus précisément avant de mettre le cap vers le Tyorum et le Baie de Tyor. Autant vous dire que de Sousa était bien connu sur les docks et évidemment les tavernes avoisinantes, des lieux privilégier pour les affaires et les petits plaisir de l'alcool et de la chair!

Alors qu'il rejoignait l'une d'elle accompagné par quelques uns de ces flibustiers, il percevait le brouahah signe que l'établissement était plein à craquer et ça c'était parfait ! Alors lorsqu'un courant d'air vint annoncer son entrée dans la l'auberge, offrant aux clients sa hauteur imposante, son tricorne à plume et Toddo et Baggo ces deux familiers chacun sur une épaule du Capitaine, nombre de regard, ivre ou non furent attirer par cette présence qu'ils connaissaient que trop bien. Pedro s'avanca alors de quelques pas avant de s'exclamer.

- AHAHAH !  Bande de fripouilles ! Toujours à cuver vot'mousse ! C'comme ça qu'on acceuil l'Vieux Loup!!!!???

Presque à l'unisson les badauds levèrent leur chope en direction de Pedro, riant pour certain avant que tous ne chantonne un air qu'avait pondu un pirate, Leif, qui avait choisir de se ranger sur le même bord que sa rivale Lizzie, Seavey, mais Pedro appréciait ce qui pourrait s'apparenter à une marque d'affection bien dissimuler pour laisser cette chanson écumer les tavernes et auberges.

♪ Le vieux Pedro chez les tapins
Musclait ses hanches à coup de reins
Quand il s'lâcha enfin du manche
Le travesti prit sa revanche
Yahrr Yahrr, sacré Pedro !
Ce vieux Pedro est un corniaud ! ♫ »

Bien amusé et heureux de voir sa côte de popularité toujours intact, il rajouta tout en prenant la direction du comptoir.

- Une sacré tribu d'bigorneaux ! AHAHAH! Allez chef, paie ta mousse!


Fini t il plus sérieusement en s'adressant au tenancier tandis que les clients reprenaient leurs affaires. Après la belle mise en scène de son arrivé ces marins se dispercèrent dans différents groupe,  différentes tablées tandis que le l'aubergiste semblait glisser quelque mots à l'oreille du Vieux Loup à la barbe recouverte de tresses. Un coude contée le comptoir il écoutait puis se retourna vers l'individu indiqué par ce dernier. Acquesicant, un peu perplexe, il se redressa se saisie de sa choppe, un bon baron d'bière et s'avança vers la jeune blonde inconnue de sa légendaire démarche chaloupée sans vraiment se montrer discret alors qu'il n'avait pas encore rejoint la demoiselle qui avait espérer plus de discrétion pour sa part.

- Alors toi là haut! C'qu'on dit c'est qu'tu cherche un rafio!? Hein? Pour r'joindre Aildor ! Ahah! T'as pas peur !? Tu paie comment ?  Avec ta croupe et ta langue !?? AHAHAH! AAAAHAHA!achevat-Il en offrant au publique un geste obscène où il se tenait les bourses et mimait l'act intime.

si nombres d'oreilles et d'yeux semblaient attentifs aux propos et aux gestes du Vieux Loup un flot de rires amusés fusa, ce dernier semblait plus que satisfait par sa petite représentation théâtrale qui avait bien amuser la foule. Il arriva finalement à la tablée de la donzelle qui était vraiment pas dégueux à regarder. Arrachant une chaise à un client un peu ivre qui s'effondra au sol tout à côté de la tabled'Eléonore,  Pedro y planta la chaise, dossier face a la table, toisant la blonde d'un regard un peu plus serieux, un coude sur le haut du dossier tandis qu'il commençait à siroter sa mousse que cherchait aussi à y goutter son singe et perroquet.

- Bon d'ja pour commencer c'quoi l'p'tit nom qui s'caché sous c'joli minois, ma bougresse, hein?





C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Dim 11 Mar - 23:43
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Tandis qu'Eléonore continuait à lutter contre ce qui ressemblait fort à une gueule de bois -mais qui, pour une fois, n'en était pas une, une agitation toute particulière du côté de la porte d'entrée vint s'ajouter au brouhaha qui emplissait pourtant déjà la salle nauséabonde du Kahapadnon. Levant un œil pour observer ce qu'il s'y tramait, plus par réaction au bruit que par réel intérêt, la demoiselle fut témoin de l'arrivée pour le moins remarquable d'un grand bonhomme à l'allure festive et raffinée. Ce dernier sentiment fut confirmé par les paroles du chant que se mirent à entonner pratiquement tous les soûlards de la taverne, d'une délicatesse rare. Eléonore arqua un sourcil mi-amusé, mi-consterné en regardant le nouvel arrivant, qui semblait se délecter de cet « hommage ».

Celui-ci était vêtu comme un marin, mais l'état de ses habits laissait plus présager qu'il ne faisait pas partie de la marine nationale, plutôt d'un vieux rafiot brinquebalant où le rhum le disputait au poisson pourri en terme d'odeur et de tâches. Cela étant, le bonhomme semblait jouir d'une réputation confortable en ces lieux, vue l'accueil qui lui avait été réservée et, il fallait l'admettre, possédait un certain charisme. Après son entrée en fanfare dans la gargote, le loup de mer se dirigea derechef au comptoir pour y commander une boisson. Eléonore se releva alors imperceptiblement de sa chaise en voyant le tenancier lui glisser quelques mots à l'oreille, son intérêt piqué au vif tant elle espérait que cette messe basse soit à son sujet.

Ses espoirs semblèrent se réaliser lorsque le dénommé Pedro -s'il était bien le « héros » de la chanson qu'elle venait d'entendre- lui jeta un regard curieux avant de marcher dans sa direction, non sans au préalable hurler à qui voulait l'entendre qu'elle cherchait un navire pour rallier le Nord, avant d'y ajouter des suppositions salaces quant à la manière dont elle payerait son trajet. Tandis qu'il s'adonnait à une démonstration plutôt explicite de ce qu'il entendait par là, Eléonore jeta rapidement un œil légèrement inquiet autour d'elle pour s'assurer que personne n'avait tiqué à l'exposition aussi vulgaire de ses projets avant de recentrer son attention sur le pirate, rassurée de voir que non, personne n'en avait rien à foutre, trop occupés qu'ils étaient à abreuver leur barbe de mousse.

-Quelle classe. Railla-t-elle.

Continuant sur sa lancée de maître des lieux, Pedro arriva jusqu'à sa position et prit place à sa table, non sans avoir au préalable dépossédé un pauvre bougre de sa chaise, avant de lui demander son nom avec la courtoisie d'un gentilhomme. Eléonore mit quelques secondes à répondre alors qu'elle continuait à observer celui qui pourrait peut-être la sortir de son pétrin. Difficile de savoir ce qui la mettait le plus mal à l'aise chez lui. Étaient-ce les deux animaux qui trônaient chacun sur une de ses épaules et qui avaient l’œil au moins aussi lubrique que lui ? Ou bien était-ce son attitude si grossière qu'elle lui donnait envie de l'émasculer sur le champ ? A moins que ce ne soit simplement son mal du pays qui la reprenait, et qu'il n'ait rien à voir avec ceci ? Toujours était-il que la jeune femme aux yeux de jade n'était pas au meilleur de sa forme au moment où Pedro s'attabla à ses côtés. Pour faire passer ce malaise, et aussi un peu pour faire la maligne, Eléonore vida sa chope d'une traite avant de faire signe au barman de lui servir la petite sœur, puis elle plongea son regard olive dans celui de l'homme à la barbe hirsute.

-Appelle-moi Eléonore. Tu dois être Pedro ? Celui dont les exploits sont contés par les bardes dans les grands lieux de ce monde. Je me trompe ?

Elle insista lourdement sur le mot « exploit », faisant évidemment référence à cette chanson paillarde que les matelots venaient de brailler. La blondinette avait momentanément laissé son habituel ton familier de côté pour opter pour un accent de la haute tout à fait ironique. Elle connaissait ce genre de types. Il fallait leur tenir tête d'entrée de jeu. Si vous leur laissez ne serait-ce qu'un instant le sentiment qu'ils dominent réellement l'échange, ils vous bouffent toute crue et font ce qu'ils veulent de vous ensuite. Elle reprit sans plus attendre.

-Yep, je cherche un bateau pour m'emmener à Aildor. T'as ça sous la main ?


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Lun 12 Mar - 11:03
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Après sa petite prestation qui n'avait pour objectif que d'amuser la gallerie, le Vieux Loup s'était donc invité à la table de l'Anomalie qui, avouon-le, ne semblait pas dans une forme "olympique". Si la blonde ne se priva nullement de lâcher une moquerie sous forme de compliment, de Sousa la gratifia d'un large sourire entendue. Un certain malaise transpirait des pores de l'inconnue qui possédait un bien intéressant regard de jade. S'accoudant sans grande manière au plateau en bois, il sirotait sa mousse, laissant perler une fine pellicule de mousse blanche sur sa moustache qu'il essaya d'attraper du bout de sa langue tandis que la donzelle vidait cul sec son alcoolisé compagnie du soirée avant de réclamer une seconde tournée. Le Capitaine n'eut alors pas longtemps à attendre avant que l'Anomalie ne daigne décliner son identité tout en flattant l'égo démesuré du Vieux Loup qui ne boudait jamais son plaisir de recevoir telles éloges, qu'importe qu'elles soient sincères ou non. Gonflant du torse comme pour marquer sa satisfaction, Pedro lui répondit volontier.

- MWOUHEHEHEH!!!! C'est lui même ma p'tite dame! Alors, pas déçu? Héhé!

Sous un air faussement charmeur, il lorgna la jeune femme jusque dans son décolleté, ou ce qui s'y apparentait avant de reposer son regard de briscard sur les deux olives qui le fixaient. S'il cherchait derechef à se poser comme l’interlocuteur qui aurait l’ascendant durant l'entretien, semblant le plus détendu du monde, il n'en restait pas moins des plus sérieux intérieurement, relevant chaque réaction chez sa comparse de tablée qui n'était encore qu'un mystère à ces yeux. Eleonore avait su tenir en joug le pirate et il fallait bien avouer que cela plaisait au forban qui ne désirait nullement se traîner sur son rafio un fardeau sans "saveur". Reformulant sa requête au barbu, ce dernier lui désigna son couvre chef et son manteau qui donnait déjà quelques éléments de réponse à la blonde.

- J'ai effectiv'ment un beau mat ma jolie sous la main! héhé!

Dans son éternel registre dont els propos étaient souvent à double sens et bien graveleux, De Sousa confirmait donc être l'homme de la situation pour la jeune femme. Au même moment sur ces épaules ses deux familiers semblaient se chamailler et d'un bref mouvement de main, Pedro leur somma d'arrêter séance tenante leur petite bataille d'égo avant de reporter son attention sur son interlocutrice pour finalement rentrer dans le vif du sujet, le ton et l'attitude du pirate semblant à présent bien plus sérieuse.

- Dit moi pourquoi j'prendrais la peine d'me coltiner une mouche à nourrir supplémentaire? Qu'est c'qu'une fille comme toi veux aller foutre à Aildor et qu'est c'que j'y gagne en échange hein? Parc'que, tu t'doute j'offre rien sans rien ma jolie. Pis d'ailleurs t'es bien pâlotte, t'es sûre qu'tu couve pas une merdre? C'est qu'j'ai pas très envie d'voir mon équipage décimé par une foutu maladie! La traversée est longue quand même hein!

Bien naturellement, le pirate désirait en savoir plus sur l'inconnue qui lui faisait face. Quand on rejoignait Aildor s'était pas pour s'offrir des vacances, c'était un lieu où on risquait à chaque coin de rue les "emmerdes". Et puis, l'homme était de nature curieux et opportuniste, alors il poussait volontiers l'investigation avant de donner crédit à une potentielle passagère sur son vaisseau.




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Jeu 15 Mar - 13:21
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Eléonore semblait avoir affaire à un drôle d'hurluberlu. Il ne sembla nullement prendre la mouche suite à ses remarques sarcastiques, s'amusant au contraire de bon cœur de sa référence au couplet graveleux entonné un peu plus tôt. Sous ces airs de joutes verbales et de traits d'esprit, les deux protagonistes n'en étaient pas moins attentifs à la personne avec laquelle ils étaient en train de dialoguer. L'anomalie avait commencé à jauger Pedro dès son entrée dans la taverne, et celui-ci le lui rendait bien maintenant qu'ils étaient face à face, n'hésitant pas à la décortiquer du regard jusqu'à dans son décolleté, examen que la blonde toléra sans broncher malgré le sentiment de malaise grandissant qu'elle ressentait. Le forban répondit ensuite par l'affirmative à sa requête, lui indiquant dans un nouveau sous-entendu phallique qui lui arracha un petit rire à mi-chemin entre l'amusement et la consternation qu'il avait bien un navire à sa disposition.

C'est lorsque, pour appuyer ses propos, il lui désigna son tricorne qu'Eléonore mit enfin la main sur ce qui la mettait si mal à l'aise chez lui. Ce type avait un putain de bras en métal, pure fabrication daënare dont la technologie suintait par chaque boulon. En l'apercevant -enfin-, le cœur de la Zagashienne rata un battement. C'était à ses yeux un véritable bijou de mécanique qui réveilla instantanément tous les instincts hérétiques qui sommeillaient en elle. Ses yeux s'écarquillèrent, elle se redressa légèrement sur sa chaise et le bout de son nez si expressif se mit à frétiller d'excitation. Cependant, aussi alléchante que soit cette exo-armure, elle possédait toujours cette faculté désagréable de foutre son estomac en vrac, comme chaque création des ingénieurs renégats. Alors l'anomalie usa de toute sa volonté pour empêcher son bras de venir caresser l'augmentation métallique, geste qui dans son état actuel aurait été plus qu'inconsidéré.

Le pirate reprit la parole, exprimant à son tour dans un registre au sérieux étonnant ses propres interrogations et inquiétudes, toutes absolument légitimes. La seule question gênante dans le lot était celle sur sa condition physique déplorable, que Pedro ne manqua pas de remarquer. D'un autre côté, c'était difficile de le rater. Toujours absorbée par le bras mécanique sous ses yeux, Eléonore mit quelques secondes avant de répondre. Pas question bien sûr de lui révéler la véritable origine de son mal. Cela serait revenu à immédiatement lui avouer qu'elle était My'trane, chose qu'elle souhaitait à présent éviter, son séjour en Daënastre ayant déjà causé suffisamment de vagues. La jeune femme avait même pris soin de troquer son éternelle tenue zagashienne pour un accoutrement plus passe-partout, une tunique typiquement daënastre dans laquelle ses mouvements restaient suffisamment libres pour ne pas se retrouver bloquée en cas d'affrontement.

-C'est rien qu'une méchante gueule de bois. Ton équipage ne craint rien.

Vilain mensonge. Mais l'explication était suffisamment simple pour qu'elle ne s'emmêle pas les pinceaux, et suffisamment plausible pour que Pedro ne pose normalement pas trop de questions dessus. Et là où Eléonore ne mentait pas, c'était que son état n'était pas contagieux. Ce n'était donc qu'un demi-mensonge et elle s'en sortait avec la conscience tranquille -comme si mentir l'avait déjà dérangée. C'est ironiquement au moment où elle utilisait cette justification que le barman apparut à leur table pour lui délivrer sa seconde tournée. La blonde aux yeux olives s'empara de sa chope avant de la lever comme pour porter un toast en arquant un sourcil coupable l'air de dire « Il faut soigner le mal par le mal, que veux-tu... ». Elle s'envoya une longue rasade puis reposa le godet sur la table dans un bruit sourd avant de finalement daigner replonger son regard de jade dans celui du capitaine.

-Ce que je vais foutre à Aildor ne regarde que moi. Maintenant... Je vais pas te mentir, j'ai pas beaucoup d'Irys à t'offrir. Par contre, crois-moi, je suis loin d'être un boulet sur un rafiot. Je sais naviguer et je suis prête à accomplir les tâches qu'il faudra pour payer ma part. Je peux aussi assurer votre protection. Sans me la raconter, je pense que je vaux mieux que la plupart de tes hommes un sabre à la main. En gros, je peux rembourser ma dette en... services.

Elle avait failli dire « nature », mais ne voulait pas lui offrir une si belle occasion de s'offrir une nouvelle allusion sur cette expression beaucoup trop connotée. Eléonore fit le compte et réalisa que ses arguments étaient plutôt maigres. En plus de ça, il fallait espérer que ses mensonges et ses cachotteries n'agacent pas trop le pirate, qui malgré la confiance apparente de la blondinette restait le décisionnaire final et déciderait selon son bon vouloir si oui ou non il l'acceptait à son bord. A partir de là, il fallait commencer à réfléchir à différents moyens d'obtenir sa place. S'il le faudrait, l'anomalie pourrait aller jusqu'à tuer un membre d'équipage et prendre sa place.

-Sauf si tu vois un autre moyen pour moi de payer mon voyage ? Lâcha-t-elle résignée.

Tendre le bâton pour se faire battre, allégorie.


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 15 Mar - 15:08
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Alors que la discussion semblait bien amorcée, le pirate trouva étrange l'intérêt soudain portée par sa comparse de tablée à son exo-squelette de bras, mais finalement, il ne s'y attarda pas plus que cela, après tout la pièce d'armure technologique faisait souvent son effet, ce qui rendait l'individu encore plus respectable. Si de Sousa avait offert de son temps, de sa présence face à cet individu en quête d'un moyen de locomotion, ces priorités actuelles étaient de deux ordres : d'une part la bonne santé de l'éventuelle "passagère" et ensuite sa faculté à trouver un compromis profitable. Il n'eut guère longtemps à attendre pour que le premier point soit éclaircit, ce qui provoqua l'amusement roque du Vieux Loup.

- AHAHAH! V'la une pilier d'barre!? Ca m'plait ça! j'ai du bon rhum sur mon rafiot! Héhé!

Mensonge ou pas, Eleonore avait eut le mérite de rapidement trouver un prétexte à son teint palot et l'argument pouvait tenir debout. Rapidement la seconde mousse de la jeune femme arriva devant elle et l'Anomalie semblait vouloir mettre toutes les chances de son coté pour obtenir sa place à bord. Se faisait, dans un premier temps, elle porta un toast avant de siffler son large godet pour ensuite reporter toute son attention sur le Forban qui se révélait incarner son parfait bienfaiteur pour lui faire rejoindre la Cité mafieuse d'Aildor. Dans la verbe qui s'en suivi, elle ne semblait manquer de gueule ni d'opportuniste, gratifiant le barbu d'une remarque piquante au sujet de ses affaires qui ne le concernait pas! Si le commun des mortels s'en serait offusqué, c'était tout le contraire du capitaine de Sousa qui voyait là un trait de caractère affirmé. Acquiesçant d'un bref hochement de tête, il sembla ensuite un peu plus mitiger quand à l'offre qu'elle lui soumis.

- C'bien vrai! C'qu'tu fais d'ton huître à Aildor me r'garde pas, c'est just'ment la réaction qu'j'attendais ma jolie! Par contre... j'dois bien avouer qu't'as pas bien préparer tes arguments! Les irys, mon coffre en dégueule par la serrure! Assurer ma protection, n'y pense même pas! D'une part, t'es loin d'gagner ma confiance et d'autre part ma protection est d'ja assurer par un putain de Géant du Froid et j'te prie d'croire tu fais pas l'poids face à c'berseker! Héhé!

Il prit une pause, sifflant sa mousse avant d'attraper fessier d'une serveuse qui passait par là, la gratifiant d'une fessée avant de lui commander deux bière supplémentaire, pour ensuite s'avancer sur sa chaise et poser ces coudes sur le bois de la table, le regard inquisiteur adressée à la jeune femme ne faisait plus aucun doute, un moyen de la tester encore une fois.

- T'sait faire des noeuds marins? T'as pas l'mal d'mer? J'ai plusieurs idées pour payer ton voyage et ça va dépendre de ce que tu va m'montrer à bord. Si tu joue la "touriste" tu m'paiera avec ton cul et j'te prie d'croire qu'tu va voir du pays Huhu! Si tu m'prouve par contre, qu'tu sais si bien manier l'sabre comme tu t'en vante,
tu m'devra quelqu'virées avec mon équipage pour payer ta dette! L'marché t'conviens ma jolie? Bien sure, pour pas qu'tu m'la mette à l'envers, faudra qu'tu m'cède un gage d'bonne fois que j'te rendrais quand tu r'viendra d'ce qui t'amène à Aildor.


Le ton était des plus sérieux, Pedro était un homme de parole mais aussi un pirate qui avait une sainte horreur de se faire rouler dans la farine. A bon entendeur, il attendait patiemment le verdict sans le moindre battement de cils. L'offre était à prendre ou à laisser, il se savait en position de force durant cette négociation qui pouvait coûter cher à Eleonore mais pouvait également lui offrir des perspectives nouvelles. Allait-elle prendre le risque? ou trouver un autre capitaine bien moins exigeant? Allait-elle oser le surprendre dans quelques autres perspectives? La balle était à présent dans son camp.




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Mar 20 Mar - 13:17
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
L'énergie débordante du pirate avait ceci d'étrange qu'elle était aux yeux d'Eléonore à la fois fatigante et contagieuse. Ainsi, la jeune femme se retrouvait avec son méchant mal de crâne, tout en regardant d'un œil intéressé l'homme charismatique statuer sur son cas. Sans qu'elle ne se l'explique non plus, la blondinette ressentait une certaine forme  d'excitation à pratiquer cette négociation. Son petit numéro de levée de coude sembla plaire à Pedro, qui la félicita presque de sa propension à enquiller les mousses. Un petit sourire satisfait s'empara du visage de l'anomalie, visiblement pas peu fière de son petit effet. La chope qu'elle tenait à la la main heurta une nouvelle fois le bois sec de la table, dépossédée cette fois-ci entièrement de son contenu, tandis qu'elle lâchait un « aaaaaah » de plaisir.

Eléonore avait vraisemblablement bien joué le jeu en résistant au forban. Loin de se vexer des mystères qui entouraient la jeune femme, celui-ci semblait au contraire apprécier qu'elle fasse preuve de caractère. C'était une bonne nouvelle, pour au moins deux raisons ; d'une part car si Pedro se vexait de ses piques ou de ses railleries et décidait de la laisser sur le carreau, c'était retour à la case départ sans toucher vingt milles boulasses et il lui faudrait trouver un autre capitaine pour rallier Aildor, et ils ne semblaient pas être légion dans les parages. D'autre part, le fait qu'elle puisse conserver un semblant de secrets -et donc d'intimité- lui donnait un certain poids dans la balance des négociations. Elle se retrouvait moins démunie et retrouvait un peu de pouvoir. A moins bien sûr que Pedro ne le lui laisse croire pour qu'elle prenne la confiance pour pouvoir ensuite se jouer d'elle...

-Ne me sous-estimes pas. Tu sais ce qu'on dit des géants, hein. S'ils sont aussi grands, c'est qu'il ont autre chose à compenser...

Un clin d’œil provocateur fut lancé à destination du pirate tandis que le sourire de la demoiselle à la chevelure d'or s'élargissait encore un peu. Peu après, la conversation prit une tournure un peu plus sérieuse, comme en témoigna le changement de position de Pedro sur sa chaise, s'avançant très légèrement vers Eléonore qui en réponse se pencha en avant, le menton désormais appuyé au creux de sa main, le tout supporté par un coude posé sur la table. Elle écouta attentivement la proposition qui lui était faite et prit un moment pour réfléchir avant de répondre. Le marché était plutôt honnête. Après tout, la petite blonde ne s'attendait pas à voyager à l’œil non plus. Seul bémol à cet arrangement, le fait de s'engager à travailler sur le bateau de Pedro pendant un moment était une sacrée contrainte. Dans le cas relativement improbable où son rendez-vous à Aildor n'était pas qu'un stupide canular et que quelque chose en ressortait vraiment, Eléonore ne serait plus tout à fait libre de ses mouvements. D'un autre côté, elle pourrait toujours improviser le moment venu et fausser compagnie au pirate en cas de besoin. Enfin... Seulement si elle n'avait pas trop à y perdre.

-Un gage de bonne foi ? Quel genre ? Mon soutif préféré ?

Loin de perdre son assurance, l'anomalie allait maintenant devoir essayer de gratter un peu dans cet accord, histoire d'une part de ne pas être complètement possédée par le pirate qui pourrait faire ce qu'il voulait d'elle, et d'autre part de ne pas laisser trop de plumes dans le malencontreux scénario où elle ne serait pas à même d'honorer sa part du marché. Et quand bien même, il restait quelques points à éclaircir avant qu'Eléonore ne puisse véritablement se jeter à l'eau. Littéralement.

-Le mal de mer ? Tu t'fous d'moi ? J'viens de Z... Des (z)îles Mä'Kins. T'inquiètes pas pour mon pied marin. C'est plutôt à moi de me poser des questions. Avant que j'accepte, tu vas devoir préciser un peu ta proposition. On parle de quoi, une semaine à bord de ton rafiot à récurer le pont ? Un mois ? Jusqu'à ce que tu décides que ma dette est payée ? Et d'ailleurs... C'est quoi comme bateau ? T'as pas une tête à vendre de la poiscaille...

Eléonore avait une très bonne idée de la réponse à cette question. Mais Pedro ne lui avait pas dit explicitement qu'il était pirate, et elle voulait l'entendre de sa bouche. Non pas que cela la dérangeait de naviguer à bord d'un vaisseau de hors-la-loi -ç’aurait été bien hypocrite de sa part- mais au moins les choses seraient claires. Elle avait failli dire « Zagash » mais s'était rattrapée au dernier moment. Son affiliation avec Dalai devait pour l'instant rester secrète. Tout comme son statut et la nature de son poursuivant. Eléonore s'entourait d'un voile de mystères, tant par manque de confiance en Pedro que par peur de sa réaction s'il apprenait la vérité. Peut-être que si elle était véritablement amenée à voguer sur l'océan pendant un moment avec lui, elle lui avouerait tout. En attendant...


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Mer 21 Mar - 7:53
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Loin de s'offusquer des remarques de son compagnon de tablée, la blonde tenait la dragée haute au Capitaine, gage qu'elle en avant dans le pantalon, enfin façon de parler Hm?  Force est de constater qu'elle se debrouillait aussi bien dans la verbe que dans la descente de bière, elle laissait planer le mystère sur sa personne ce qui lui donnait plus d'attrait encore. Bien loin de pouvoir lire en elle comme dans un livre ouvert, il ricana au sujet d'Eylohr que la jeune femme venait briser le mythe en sous entendant que le pauvre possédait de minuscules attributs masculin ! Il s'imaginait la tête du forgeron fumante de colère.

Si par la suite les débats semblaient prendre une tournure plus sérieuse, Eléonore en profitait tout de même pour glisser quelques piques, maintenant ainsi une atmosphère bon enfant alors que le duo sirotait tranquillement leur choppe. Un rire gras accompagna la proposit-in de la blonde de lui céder son sous-vêtement fétiche.

- Ahah! T'as d'la répartie ma gueule! J'aurais préféré ta ptite culotte !  C'que la moule fraîche ça s'imprègne sur l'tissu et c't'odeur... par les Océans, c'est l'ivresse ! Huhu! J'me d'mande qu'elle fumée m'réserverait c'te coquille d'tissu!

La remarque se passait de commentaire bien entendu, Eléonore avait à faire à un pirate après tout et il ne fallait pas prendre l'ensemble de ces dires pour argent comptant. Ne laissant la situation totalement sous contrôle du Vieux Loup, l'Anomalie semblait vouloir obtenir quelques réponses,  répliquant du tac au tac à chaque pique de son interlocuteur et concluant son intervention en souhaitant connaître les termes du fameux contrat qui pourrait la lier en mer avec ce forban qui d'ailleurs ne s'était effectivement pas présenté comme tel.

- Bah! J'vois qu't'es loin d'etre une p'tite pucelle naïve et égarée ! Bon j'te l'accorde y m'arrive d'lancer la ligne et taquiner l'gougon. Double sens celon vous? Évidemment. Mais ta bien les yeux en face des trous, j'mouille pas dans l'commerce, profite plutôt du commerce on va dire ma jolie !

Il réduisit légèrement l'espace qui les separait avant de lui souffler son identité, même si une bonne partie de la taverne était déjà au fait  la preuve en était plusieurs minutes auparavant.

- Bordel, m'vaut encore soigner ma réput' ou quoi?! T'as jamais entendu parlé du Vieux Loup ?  L'pirate qui fait trembler les oceans et fait mouiller les culottes des catins !  Ahah !  Bon vu l'trajet, raisonnablement t'me devra un mois d'service. Si j'te juge capable j't'affecterais à un poste convenable, la vigie si t'as d'bon yeux, sur l'pont à t'occuper des voiles, gabier si t'as les biceps solide ou qu'sais-je encore. Dans l'cas contraire ta raison,  tu récurera l' pont et... lustrera mes bijoux !  Héhé ! Pis si t'es sage, j'te laisserais tirer sur ma chicha! MWHAHAHA!

S'il ne lui avait échappé l'hésitation quant à ces origines, Pedro ne releva pas ce point, mais gardait cet élément dans un coin de sa tête, pour plus tard. Toujours est-il qu'il lui offrait une place dans son équipage, un équipage qui tournait régulièrement, les aléas de la piraterie, rien d'étonnant en soit!




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Jeu 22 Mar - 13:32
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Le petit jeu de répartie semblait particulièrement plaire à Pedro. C'était un peu comme si les deux hors-la-loi étaient faits pour s'entendre. A chaque fois qu'Eléonore tentait un trait d'esprit ou une petite provocation, le pirate renchérissait avec joie. Cependant, son laïus sur les sous-vêtements de la jeune femme s'avéra être un peu trop... graveleux, même pour un esprit aussi névrosé que celui de cette dernière. Elle lâcha une grimace répugnée lorsque l'image de Pedro reniflant sa culotte s'imposa bien malgré elle à son esprit, mais ne releva pas. Il n'avait pas vraiment répondu à sa question concernant le bien qu'elle devrait lui laisser en guise d'assurance, ce qui -à moins qu'il ne fut sérieux au sujet de ses bas- lui laissait le champ libre. Il lui suffirait de baratiner une histoire bidon sur un objet à la con pour prétendre y attacher une quelconque importance et ses chaînes ne seraient qu'illusion.

Un nouveau sourire satisfait s'empara de son minois lorsque Pedro lui avoua qu'il était bel et bien un forban écumant les mers à la recherche de vaisseaux à piller. Non pas qu'elle ne s'en doutait pas, mais pour une raison qu'elle ignorait, le voir se présenter de la sorte amusait grandement l'anomalie. Ce n'était pas forcément très finement joué, car en avouant ne pas avoir eu vent de la réputation du « Vieux Loup » elle révélait ainsi qu'elle n'était pas du coin -en tout cas dans la limite de sa notoriété. Mais il devait déjà s'en douter, surtout vu son comportement cachottier et sa destination improbable. Et très franchement, ce n'était pas vraiment une information capitale.

Le pirate enchaîna en répondant à sa deuxième question concernant la dette que la demoiselle aux cheveux blonds contracterait en profitant de ses services. Celle-ci retrouva alors à son tour un semblant de sérieux, le sujet ayant tout de même de l'importance. Une fois encore, Pedro fit preuve d'une certaine dose de raison lorsqu'il exprima ses conditions. C'était assez surprenant au vu du peu que connaissait Eléonore du personnage, mais elle n'allait pas s'en plaindre. Il aurait très bien pu abuser de sa position et du fait qu'elle était dos au mur, mais ne l'avait pas fait. Pour autant, un mois entier c'était long. Pêchant probablement par orgueil, l'anomalie voulait essayer de gratter encore un peu plus.

-Un mois ?! Putain tu t'fais pas chier. On serait prêt quand à mettre les voiles ? Allez viens, on dit deux sem...

Sa phrase fut interrompue par une agitation soudaine du côté de l'entrée de l'auberge. Arrêtant momentanément sa négociation pour s'intéresser à la source de ce bruit, Eléonore aperçut un petit attroupement de personnes proche de la porte. Un bruit de bousculade se fit entendre de l'autre côté, et quelques instants après une douzaine d'hommes firent leur entrée dans la taverne. L'air sévère, ils étaient tous vêtus de la même manière : un uniforme de milicien. L'ambiance dans la salle changea du tout au tout, la bonne humeur laissant place à une tension certaine tandis qu'un mouvement de panique semblait s'initier à certains endroits. Le regard des soldats parcourut l'assemblée avant de se poser la table qu'occupaient les deux compères en pleine conversation. Ni une, ni deux, Eléonore se leva d'un bond, sa main gauche se posant instinctivement sur la garde de son sabre.

-Merde !


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 22 Mar - 14:09
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


C'est qu'elle manquait pas d'air la blondinette!? Si elle croyait qu'une virée en mer durait moins d'un mois, c'est qu'elle avait pas la notion des distances! Bon après tout, Pedro se disait que de toute façon les femmes en générales n'avaient aucune notion du temps et de l'orientation. Pour sûre, il lui confierait ni son compas ni sa boussole au risque de se retrouver perdu dans une zone où grouillait les monstres marins. Elle cherchait donc à négocier, coupant la poire en deux, seulement, un événement de taille venait rompre les pourparler, et il n'était autre que l'apparition de la milice locale. Merde, ça devait sans doute être pour lui cette belle brochette, enfin c'est ce qu'il en déduisait vu sa réputation.

Reportant son attention sur l'Anomalie, il la vit se redresser, main sur la garde de son sabre. Tient donc, elle se sentait être l'objet de convoitise des autorités locales? Son attitude mettait la puce à l'oreille du forban tout comme sa brève déclaration. Ainsi donc, elle semblait avoir eut quelques problèmes avec la milice locale? Etait-ce pour cela qu'elle voulait prendre le large? Nombres d'interrogations fusèrent dans l'esprit du barbu qui finalement se redressa lui aussi pour faire face à cette menace, mais à deux contre douze, le duel était plus que déséquilibré, mais ça pouvait aussi permettre au pirate de jaugeais des talents de cette dernière, pourtant il se fit prudent.

- Molo ma belle, c'qui sont six fois plus nombreux quand même! A moins qu't'es des pouvoirs, j'crois qu'on est dans la merde jusqu'au cou! Ahah!

De Sousa ne tira nul lame mais ces deux bébés, deux pistolets, deux jolis canons à poudre bien chargé. Il n'était pas prudent d'attendre les intentions des miliciens et vu le début de cohue, mieux valait offrir un terrain plus propice qui affaiblirait la force du nombre des "potentiels" adversaires du duo. Visant le lustre, les conséquences avaient d'accélérer rapidement le désordre qui allait s'annoncer avec de diviser l'efficacité des assaillants.

- Bon, j'crois c'est l'occasion d'me montrer c'que ta dans l'froque ma belle! Héhé!!


La mise à l'épreuve s'était donc présenté bien plus tôt que prévu pour l'Anomalie en quête d'un moyen de transport vers Aildor. A bon entendeur! Les deux comparses allaient défendre fièrement leur peau, assurément!




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Jeu 22 Mar - 18:43
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Insensible à la cohue qui avait pris possession de l'auberge, Eléonore analysait la situation en essayant de garder son sang-froid. Il y avait plusieurs choses à prendre en compte avant de se jeter corps et âme dans la bataille. D'une part, le seul moyen de sortir de cet endroit était la porte par laquelle les militaires étaient rentrés, devant laquelle certains campaient encore, la rendant ainsi inaccessible en l'état. D'autre part, se battre ici et maintenant contre la milice locale était très loin d'être une bonne idée. Si l'espace restreint favorisait le camp en infériorité numérique, le fait d'être coincé dans l'auberge risquait de faire durer le combat, laissant le temps à d'autres renforts d'arriver ce qui compromettrait un peu plus leurs chances de s'échapper.

En y réfléchissant un peu plus, Eléonore aurait facilement pu établir qu'il y avait en fait très peu de chances pour que les soldats soient là pour elle. Elle s'était faite plutôt discrète depuis son arrivée à Ünellia, contrairement à son passage assez remarquable au Tyorum. Certes, il n'était pas exclus que les autorités locales aient eu vent de ses déboires par celles de la région voisine, mais selon toute vraisemblance, c'était la notoriété de Pedro, dont il était si fier, qui les avait attirés dans cette gargote. Mais son instinct de survie avait réagi avant son bon sens et l'anomalie était prête à l'affrontement, cette méfiance l'incriminant sans doute encore un peu plus. De toute façon, qu'elle soit ou non la cible des miliciens, ledit affrontement était probablement inévitable pour elle. Maintenant qu'elle avait besoin de lui pour la faire rejoindre Aildor, Eléonore ne pouvait décemment pas laisser Pedro se faire capturer et emprisonner.

Celui-ci réagit presque aussi promptement que la belle blonde, se relevant quasi en même temps qu'elle mais prenant tout de même le temps de lui lancer un avertissement bien superflu sur leur infériorité numérique. La fugitive se contenta de se parer d'un sourire féroce, le bout de son nez se mettant à frétiller d'excitation. Même s'il ne faisait qu'enfoncer des portes ouvertes, le pirate n'avait pas tort. L'adepte de l'Architecte de l'eau aurait préféré ne pas faire appel à ses dons dans la mesure du possible. D'abord parce que cela lèverait le voile sur ses origines et qu'en territoire ennemi, ce n'était pas chose à faire, sans compter que cela pourrait mettre en péril son accord avec Pedro. Et ensuite parce qu'elle était déjà diminuée physiquement à cause de la proximité prolongée avec la technologie et qu'un effort supplémentaire risquait de la mettre vraiment en danger. Mais si la situation l'exigeait, elle n'aurait sans doute pas le choix. Un air carnassier sur le visage, Eléonore se tourna vers son futur capitaine.

-Ils sont là pour tes fesses ?

En parlant de technologie, ce dernier tira non sans une dernière pique à son attention deux armes à feu qu'il pointa sans attendre vers... le lustre au plafond, vestige probable d'un autre temps où l'établissement était encore un lieu fréquentable. Voir ces inventions à l’œuvre raviva le duo habituel d'excitation et de malaise chez la demoiselle qui ne put s'empêcher de frissonner en entendant les coups de feu puis le bruit du métal qui s'écrase sur une table, sans qu'elle n'ait le temps de vérifier si des clients de la taverne n'étaient pas encore en dessous. Chacun sa merde. Son action eut pour effet de provoquer la confusion chez leurs assaillants, qui durent se jeter sur le côté comme ils le pouvaient pour éviter le projectile improvisé. Eléonore profita de cet instant de surprise pour entrer dans la danse. Un sabre fut tiré de son fourreau. Et l'ancienne militaire d'envoyer d'un coup de pied une table vers un groupe de trois miliciens en train de se relever de leur culbute forcée avant de se jeter vers un quatrième, celui qui se tenait le plus proche de la porte et d'engager le fer d'une fente bien sentie.

Ce n'était pas d'un style tout à fait académique, mais étant donné le désavantage dont ils faisaient preuve, au diable l'honneur. Son plan était simplissime : se frayer un chemin jusqu'à la sortie pour que le duo impromptu puisse mettre les voiles le plus rapidement possible. Et pour cela, il allait falloir se débarrasser au plus vite de son adversaire avant que les autres ne reprennent leurs esprits et ne volent à son secours. Alors s'il fallait la jouer sournoise, qu'à cela ne tienne...


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Jeu 22 Mar - 22:02
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


A peine avait il fini d'abattre le lustre et amplifier les mouvements à la fois de paniques et de gerria, rappelons que la moitié voir les trois quart des clients étaient ivres et enclin à la bagarre pour un pet de travers, que Pedro ricana de bon coeur avant de répondre à la question qui aurait pu se passer de commentaire.

- T'es pas là aussi pour mon popotin toi? Lui adressant un clin d'oeil provoacteur et ironie. La douceur d'mon fessier est r'cherché ici, Ahahah! Y vaut son pesant d'irys pour sûre!


Mais pas le temps de bavarder plus encore. Place à l'action et d'ailleurs la blonde ne se fit pas attendre en ce domaine, envoyant un coup de pied dans une table pour la renverser en direction  de trois miliciens déjà dérouté par l'oeuvre du pirate. On se bousculait en tout sens, les coups de poings fusaient un peu partout, les ivrognes se tapant sur la gueule sans retenu sans vraiment savoir pourquoi ! Certains miliciens avaient également du fils à retordre pour se frayer un passage et même repérer le duo qui fuyait vers la sortie où une sentinelle montait la garde.

Le gars était une véritable armoire à glace, clairement il jouait clairement son rôle de dernier rempart, Eléonore aurait du soucis à se faire. Tirant un cimeterre, le milicien grogna avant de croiser le fer avec la blonde, ne manquant pas de la repousser par un cou de boule alors que leur lames s'étaient croisés dans une dangereuse proximité physique. Assistant à la scène, Pedro motiva son poulain.

- Allez bordel, fou ce type au tapis, VAMOS !

Un coup de feu refroidi un des milicien qui s'était approché tandis qu'un second recevait à la tempe un lancé de bouteille en verre. Seulement de Sousa ne pouvait jouer la montrer plus longtemps et meme s'il pouvait compter sur quelques connaissances capables de ralentir les forces de l'ordre, Eléonore devait se défaire du milicien au plus vite, ce dernier certes puissant avait une faiblesse sa lenteur d'exécution, elle devait donc profiter de sa souplesse et sa vivacité féminine pour le vaincre et ainsi rejoindre la ruelle, un court répit, mais un premier objectif à atteindre coûte que coûte.




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Ven 23 Mar - 16:33
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
La taverne s'était transformée en un gigantesque ring où les coups pleuvaient dans un bordel sans nom. Tout le monde frappait tout le monde, sans véritable distinction entre alliés et ennemis. Enfin, s'il y avait eu une notion de camps à un moment. Les seuls qui semblaient un tant soit peu faire attention à ce qu'ils faisaient étaient Pedro et Eléonore, ainsi que les miliciens qu'ils affrontaient. Si les autres se battaient à coups de poing et de tesson, les deux hors-la-loi utilisaient quant à eux des armes bien létales, et la situation était à leurs yeux bien plus grave qu'une vulgaire bagarre de comptoir.

Le garde que l'anomalie affrontait était un sacré morceau de barback. Il la dépassait de près de deux têtes en hauteur, et devait faire facilement le double de sa largeur. Mais la jeune femme ne se laissa pas impressionner pour autant. Elle en avait vu des monstres de ce genre, et si elle était encore là pour en parler aujourd'hui, c'est qu'aucun d'entre eux n'avait réussi à prendre le dessus sur elle. Les lames des deux adversaires s'entrechoquèrent dans un tintement métallique, Eléonore grognant sous l'impact, ses biceps se contractant du plus qu'elle le pouvait pour tenir face à cette montagne. Le bras de fer tourna finalement en faveur du milicien, qui repoussa son arme avec force et profita du déséquilibre provoqué par son inertie pour asséner un méchant coup de tête à la frêle blonde. Celle-ci recula d'un pas tandis que Pedro l'exhortait à quelques mètres de là.

-Comme si y avait un tapis dans ce putain de taudis.

Sans prêter attention aux protestations du tenancier vexé de l'établissement qui était en train de frapper la tête d'un pauvre homme contre son comptoir, Eléonore reporta son attention sur le malabar qui lui servait de punching ball. D'un coup de langue, elle lécha le sang qui s'écoulait maintenant jusqu'au coin de sa bouche depuis l'arcade qui avait eu la malchance de rencontrer celle de Hulk, un large sourire étirant une nouvelle fois son visage. Elle semblait prendre un plaisir fou à se battre ainsi, l'adrénaline du combat exacerbant ses pulsions avec force. La Zagashienne se relança alors dans la bataille, cherchant à prendre avantage de la taille massive et donc du manque d'agilité de son adversaire en enchaînant les feintes et les bottes d'un côté comme de l'autre.

Si le combat avait été un duel réglementaire, il ne faisait aucun doute sur le fait qu'elle aurait fini par l'emporter. Ses talents de bretteuse étaient supérieurs à ceux du soldat qui peinait de plus en plus à parer ses assauts répétés. Le problème était que cela pouvait durer un certain temps avant qu'elle ne trouve une faille. Et de temps, les deux complices manquaient cruellement. Il fallait terminer ce combat au plus vite, au risque de se retrouver embourbés dans un affrontement où leur avantage ne serait que de courte durée. C'est alors que les Architectes offrirent un petit coup de pouce à notre blondinette, sous la forme d'une bouteille de bière qui avait manqué sa cible et passa à moins d'un mètre des deux combattants, déversant tout son contenu sur son passage.

L'idée fusa en une fraction de seconde dans le cerveau d'Eléonore. L'avantage de la bière, c'est que c'est composé à quatre-vingt pourcent d'eau. A une telle proportion, la manipuler était un jeu d'enfant pour une adepte de la magie de Dalai. L'instant suivant, une giclée du houblon supposé tomber sur l'épaule du milicien finissait à la place sa course dans les yeux de ce dernier, l'aveuglant momentanément dans un mouvement si fluide que personne ne pouvait remarquer le petit tour de passe-passe. Ou du moins, c'est ce qu'espérait l'anomalie. Elle avait à peine modifié la trajectoire du liquide, et espérait que son intervention était passée inaperçue. Si Pedro s'était rendu compte de la supercherie, c'en était fini de sa couverture. Dans tous les cas, ce mauvais sort lui offrit un moment de faiblesse chez son opposant, dont elle profita pour s'engouffrer dans la faille qui lui tendait désormais les bras. Le duel fut ainsi abrégé lorsque sa lame transperça de part en part le corps de l'homme dont les yeux humides se teintèrent brièvement de surprise avant de se révulser alors que la vie le quittait. Le regard olive qui le toisait était quant à lui emprunt d'une lueur de délectation malsaine, n'ayant cure des traînées de sang qui aspergeaient de manière éparses le visage paradoxalement angélique de sa propriétaire.

-On s'arrache !

Malgré l'excitation qui l'envahissait, Eléonore ne perdit pas de temps à s'extasier sur sa victime. Elle se débarrassa d'un nouveau coup de pied du poids mort embroché au bout de son sabre et se jeta sur la porte pour s'engouffrer dans la ruelle, sans même se donner la peine de vérifier si le pirate était bien sur ses talons.


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Ven 23 Mar - 17:47
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


- AHAHAH !  T'as l'sens d'l'humour ma gueule ! J'aime ça!!

Lâcha Pedro dans le dos de sa complice qui venait de se faire ouvrir légèrement l'arcade. La blonde ne s'était en tout cas pas écroulé inconsciente à la suite de ce coup de tête brillamment exécuté, gage qu'elle avait le crâne dur ! Bon point pour sûre! Mais cela ne réglait pas son problème majeur qui était de se dérober à cette tentative d'arrestation sur sa personne. Et si Pedro n'avait aperçu le subterfuge de l'Anomalie qui avait usé discrètement de sa magie,  seul le résultat comptait !  Passant sa tête derrière son épaule il constata seulement quelques instant plus tard Eléonore dégager du talon de sa botte le cadavre du milicien transpercer de part en part.

Trépignant d'impatience de pouvoir prendre ces jambes à son coup, le Vieux Loup emboîta hâtivement le pas de sa complice, faisant brusquement machine arrière sur le pallier de la porte de l'établissement, retirant un court instant son tricorne pour offrir une courbette chaloupée et faire ses adieux comme le ferait un comédien sur scène.

- Hasta Luego Gringos!

Il se hâta finalement de remettre son couvre chef à la vue de trois miliciens qui parvenaient non sans mal à s'extraire de la cohu, l'un d'eux braquant son revolver sur le fuyard, son cou de feu trouant le haut du chapeau du Capitaine qui gromella dans sa barbe. Prenant alors la direction opposée à celle de la blonde, il freina de manière caricaturale, une jambe en avant, avant de finalement rebrousser chemin pour prendre la foulée d'Eléonore.

- Olllaaaaa! 'Tend moi bougresse,  t'sais au moins où tu va!?

Le duo n'avait pas vraiment le temps de s'arrêter pour étudier un plan et s'orienter, nan, ils avaient trois miliciens aux trousses et sans doute encore d'autres suivrons. D'ailleurs l'un d'eux ne se privait pas de tirer un peu à l'aveugle, de Sousa sautillant en pleine course pour éviter qu'une des balle ne l'atteigne au pied.

- Faut s'mettre à couvert et r'joindre mon rafio au plus vite !  J'crois qu'j'vais précipiter un peu l'départ ! Bienv'nu à bord ma jolie !  T'as gagné ton ticket !  Enfin si on s'fait pas attraper avant Ah... Ah!

Déclara t il, légèrement essoufflé alors qu'il courrait comme un perdu le ventre un peu balonné par les remontées de bieres de son estomac, ne pouvant finalement s'empêcher de lâcher un rot tonitruant.

-Vache! Ils auraient pu m'laisser digérer ! C'pas fair-play d'leur part! Huhu!




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Dim 25 Mar - 17:14
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
Le grotesque duo parvint à se frayer un chemin hors de la taverne, non sans que Pedro ne s'offre une sortie théâtrale qui fit à la fois grincer des dents et sourire la petite blonde. Elle aimait beaucoup attirer l'attention et se donner en spectacle, mais les conditions actuelles n'étaient pas vraiment propices à ce genre de prestations, comme ne tarda pas à le leur rappeler la balle qui perça un joli trou dans le tricorne du pirate l'instant d'après. Il ne l'avait pas volé. Les deux compères se mirent à cavaler dans la ruelle attenante, d'abord chacun dans une direction opposée avant que le Vieux Loup ne prenne le parti de la rejoindre, lui demandant d'un air essoufflé si elle savait vers où elle se dirigeait.

-Absolument... Pas. Je comptais complètement sur toi pour nous guider.

Le bruit de coups de feu dans leur dos, suivi par le sifflement des balles à leurs oreilles, lui indiqua que les miliciens n'avaient pas abandonné l'idée de leur mettre la main dessus. L'anomalie jeta un rapide coup d’œil par dessus son épaule pour constater qu'effectivement, trois d'entre eux les avaient pris en chasse à travers le dédale de rues poisseuses de la ville. Elle lâcha un juron et maugréa dans sa barbe quelque chose à propos de « ténacité mal placée », entrecoupé de différents noms d'oiseaux à leur intention, tous plus originaux les uns que les autres. La jeune femme accéléra encore le pas, tout en écoutant son compère lui annoncer qu'elle avait gagné sa place à bord, ce qui lui arracha un petit sourire ironique.

-Parfait. Plus vite on s'barre de cette ville de merde, mieux je me porte. Par contre on a pas fini de parler de cette histoire de « un mois » ! Tu t'en tireras pas aussi facilement. Si on s'en tire eheh.

Les deux fuyards étaient clairement en train de gâcher de l'énergie en commérages et en traits d'esprit, énergie qui aurait très certainement été plus utile si elle avait été déployée à trouver un plan pour fausser compagnie aux soldats à leurs trousses. Le dernier en date de la part du pirate concernait leur manque de digestion, qui couplé à leurs incessants bavardages commençait il était vrai à provoquer un point de côté chez la douce. Celle-ci grimaça en se souvenant qu'une nouvelle tournée de bières devait leur être apportée au moment de l'incident.

-M'en parle pas. J'ai même pas pu boire la dernière tournée. Ils payeront pour ça !

Sa respiration commençait à se faire plus irrégulière et plus bruyante à mesure qu'Eléonore s'essoufflait. Son énergie diminuait de manière assez alarmante, et pour cause. Entre la proximité d'armes à feu, l'utilisation de sa magie, un combat contre un colosse et une course poursuite à rallonge, les raisons de sa fatigue étaient multiples et bien légitimes. Alors qu'ils tournaient au détour d'une nouvelle ruelle, la Zagashienne aperçut enfin le sommet d'un mât à quelques pâtés de maison de là. Le port ! C'était pas trop tôt. Mais à peine s'était-elle réjouie à l'idée de bientôt être sur un bateau qu'une nouvelle inquiétude pointa le bout de son nez dans son esprit.

-Dis... si c'est après toi qu'ils en ont, tu crois pas qu'ils auraient pu... Je sais pas... Surveiller ton bateau ?

Si c'était le cas, il allait leur falloir soit une idée de génie, soit une bonne dose de chance pour se tirer de ce mauvais pas... Ou les deux.


Voir le profil de l'utilisateur

Pedro de Sousa
avatar
Lun 26 Mar - 10:09
Irys : 1713927
Profession : Pirate
Pérégrins -2


Ca galopait sec pour le duo qui, littéralement parlant, avait le feu au cul. Cela ne les empêchait pourtant pas de tailler une bavette, tout ça pour que le Vieux Loup se rende compte que son acolyte n'avait aucune idée de là où elle prenait la fuite! Ah bah la belle affaire! Eleonore et Pedro cavalaient comme des beaux diables et ce dernier parvenait à rattraper l'Anomalie qui semblait accuser le coup. Le pirate avait déjà senti la jeune femme pas vraiment dans son assiette lorsqu'ils se trouvaient dans la taverne et à présent la fatigue transpiraient dans ses foulées, bien moins franches et efficaces. Au loin, lui aussi avait pu remarqué poindre des mât, gage qu'ils prenaient bien la direction du port. Une bonne nouvelle? En tout cas, la blonde semblait certes éprouvée mais encore bien lucide, interrogeant le forban sur l'éventualité que son rafio fasse l'objet d'une surveillance.

- Hey! Tu m'prend pour un bleu bite!? T'crois qu'la drapeau d'la Flamme Noire flotte fièrement au vent au nez des autorités locales?! T'es pas un peu Fada! AHAH!

Lança de Sousa dans un ultime ricanement. Lui attrapant finalement le poignet, le barbu l'entraîna dans une étroite ruelle perpendiculaire où le duo du enjamber une quantités de caisse de poisson fraîchement pêché du matin. Ça puait la poiscaille mais cela permettrait aussi de ralentir leur poursuivante. Dans son élan, il eut l'ingénieuse idée de déverser derrière lui une barrique remplie de poisson, laissant la zone glissante. Reprenant immédiatement sa course, il n'eut guère à attendre les conséquences de son acte, entendant derière lui des jurons tandis que les miliciens s'étaient retrouver à terre sur cette patinoir vivante et gluante.

- HAHAHAH!!!! Y vont puer la morue pour une bonne s'maine! J'plains leur femme!

Se retrouvant finalement sur les docks, il localisa son rafiot, secouant son chapeau pour se faire voir de son Second qui campait là comme toujours en vieille sentinelle.

- ON BOUGE!!!!! LEVE L'ANCRE ! VAMOS, VAMOS !!!!

Le Second en lâcha sa pipe de surprise dans l'eau salée, s'activant alors à formuler des ordres à tout va et préparer à quitter le port en quatrième vitesse. En moins d'une minute, le vaisseau commençait une manœuvre pour reprendre le large, juste le temps pour le second d'envoyer une corde jusque sur le quai, que devait saisir le Capitaine et sa compagne de fuite. Pedro la gratifiant d'un clin d'oeil taquin avant de reprendre la parole tandis que deux marins pointaient des fusils en directions des miliciens qui apparaissaient en nombre plus loin sur les quais. Plusieurs coups de feu retentir afin de ralentir les miliciens, bien suffisant pour le duo à prendre de l'avance.

- J'espère qu't'avais pas d'affaire importante à prendre ma jolie! Héhé!!! Par contre, va falloir qu'tu t'accroche à moi par la taille, on va un peu s'mouiller, n'en profite pas pour en rajouter!! HUHU!!




C'est qui l ' Patron, c'est qui !?? AHAH !!

×18
Voir le profil de l'utilisateur

Eléonore Steinfort
avatar
Mar 27 Mar - 14:55
Irys : 465083
Profession : Fugitive - Névrosée
My'trän -2
L'inquiétude d'Eléonore reçut bien rapidement une réponse de la part du pirate, même si celle-ci ne la satisfit qu'à moitié. En effet, les chances que le pavillon pirate soit connu des autorités sans avoir besoin que son drapeau ne vole au vent étaient bien présentes. Mais en l'état, compter sur l'incompétence de la milice était de toute façon leur meilleure chance de s'en sortir. Aussi la blondinette ne répondit rien, se contentant d'un « Hum » à moitié convaincu tout en continuant à cavaler à travers les ruelles. Sa moue dubitative se transforma bientôt en une expression de franche surprise alors que Pedro lui agrippait le bras pour l'entraîner dans une ruelle perpendiculaire. Ses appuis fatigués faillirent lui faire défaut et elle se rattrapa au dernier moment pour se remettre dans la course.

-Préviens la prochaine fois que t'essayes de m'arracher le bras, s'teup.

Si elle s'était fait surprendre par la spontanéité du changement de cap du pirate, la jeune femme apprécia le tour que ce dernier joua à leur poursuivants, vidant des caisses de poiscailles dans leur pattes pour les ralentir -et les empuantir, visiblement. Elle ne put retenir un large sourire malgré la fatigue en entendant les jurons dans son dos quelques instants plus tard. Malgré ses propres dérapages devant l'encombrement de l'artère qu'ils traversaient, Eléonore se surprit même à renchérir sur la plaisanterie qu'il glissa subtilement après sa crasse.

-Ça devrait pas trop leur changer de d'habitude.

La remarque faisait évidemment référence au caractère morutier (oui, c'est un vrai mot) des femmes des pauvres soldats que les deux fuyards faisaient tourner en bourrique à coup de barriques. Lesdits fuyards arrivèrent finalement sur les docks, et Eléonore constata avec soulagement qu'ils n'y étaient attendus que par l'équipage de De Sousa lorsque celui-ci agita son chapeau en direction d'un navire dont l'équipage se mit en branle bien rapidement à la vue et au signal de leur capitaine. Devant l'urgence de la situation, ils n'eurent pas vraiment droit à un tapis rouge, mais plutôt une vulgaire corde qui leur fut lancée depuis le pont pour qu'ils puissent s'y hisser et rejoindre le navire. L'anomalie fut bien obligée de s'accrocher à la taille de Pedro pour le plus grand plaisir du forban, qui ne se priva pas de faire une nouvelle remarque grivoise. Mais elle n'avait pas l'intention de le laisser s'en tirer avec le dernier mot.

-Prends pas tes rêves poblblblblb dlbldblblldb

La vague provoquée par le démarrage du bateau l'empêcha d'achever sa répartie, la laissant trempée et visiblement vexée de s'être fait ainsi interrompre, d'autant plus par l'élément de son Architecte, ironie du sort. Après avoir parcourut quelques dizaines de mètres dans l'eau, Eléonore et son nouveau capitaine se hissèrent finalement sur le pont, et la blonde de se jeter dans un grognement d'effort pour devancer celui-ci. Après un instant à reprendre son souffle, les deux mains posées sur ses genoux, elle se releva pour regarder les membres de l'équipage d'un œil faussement inquisiteur.

-Yo. Je suis le nouveau commandant en second de c'rafiot. Alors vous allez me faire le plaisir de vous bouger le cul, il va pas nous emmener tout seul à Aildor.


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé