Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 [Terminé] Préjugés nés d'ignorance

Flavien Teleri
avatar
Ven 9 Mar - 22:22
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Le petit établissement qui respirait habituellement le calme et la douceur de vivre était enveloppé dans une ambiance légèrement oppressante depuis quelques minutes. Les clients accoudés au bar faisaient leur possible pour ne pas dévisager le nouvel arrivant qui conversait tranquillement avec la gérante de la taverne. Ceux qui se trouvaient attablés plus loin ne se privaient en revanche pas pour observer d'un œil critique cet homme vêtu d'une tenue pour le moins atypique dans ce recoin du monde. Honnêtement, il ne manquait pas de culot d'introduire dans l'établissement ses compagnons quadrupèdes alors que la bienséance voulait qu'ils l'attendent à l'extérieur. C'était logique pourtant.

Plutôt que de s'attarder sur la dégradation de l'ambiance environnante, Flavien prêtait grande attention à ce que la tavernière allait lui répondre. Un écriteau sur la porte de l'établissement disait qu'il embauchait actuellement des personnes supplémentaires pour assurer en soirée la plonge en cuisine et ce type de petit travail était tout à fait adapté à ce qu'il recherchait. Il n'avait pas besoin de gagner grand-chose, juste assez pour espérer passer les prochaines nuits dans une auberge dont les tarifs n'étaient pas aussi exorbitant que ceux de ses concurrents, et dont le patron semblait plus enclin à l'accueillir que la moyenne des Rathras qu'il avait croisé jusqu'alors. Il s'était présenté à l'accueil et le vieil homme qui dirigeait l'établissement s'était contenté de sourire et de lui indiquer les prix.

Depuis les nouvelles de l'attentat qui avait ravagé l'exposition universelle de Zochlom, la méfiance des Daënars à son égard était palpable. Même ici à Cerka, ville pourtant réputée pour sa position très en faveur de l'entente cordiale entre les nations. Flavien supposait qu'un tel acte de guerre pouvait bien refroidir quiconque n'attendait qu'un faux pas de son vis-à-vis pour laisser libre court à un désir de vengeance bien humain.

- Vous n'avez jamais travaillé en cuisine, c'est bien ça ?

Flavien secoua la tête. Le soulagement colora les traits de la jeune femme.

- Je regrette, ça ne va pas être possible. Nous recherchons du personnel expérimenté. S'excusa la gérante en secouant la tête. Je suis désolée.
- Je comprends. Répondit le nomade avec automatisme, trop las pour être réellement affecté par la nouvelle, Vous sauriez si quelqu'un dans le quartier aurait besoin de main d'œuvre pas forcément qualifiée ?
- Je ne crois pas. Hésita-t-elle. Elle n'avait pas l'air très sereine, comme si peine et soulagement se livraient bataille dans son esprit. Je suis désolée.
- Ça ne fait rien. Soupira Flavien en se détournant. Bonne journée.

S'il avait l'air parfaitement neutre, la mine déconfite de son Aitah en disait long sur les nombreuses démarches qu'il avait entreprises ce matin. Il n'en était pas à son coup d'essai, et une fois encore on était désolé de ne rien pouvoir lui proposer. Au moins cette jeune fille-là avait la décence de sembler réellement attristée de le renvoyer sur les chemins.

- Attendez !, L'interpella la demoiselle en attrapant quelques viennoiseries derrière le comptoir et en lui offrant un sachet avant qu'il ne s'éloigne, Tenez, pour votre peine. J'espère que vous trouverez un travail ailleurs.

La jeune femme lui sourit agréablement et Flavien inclina la tête. La réputation de son établissement comptait beaucoup à ses yeux, mais elle avait un bon fond.

- Que les Architectes vous gardent.

La jeune femme grimaça et secoua la tête comme pour refuser son remerciement. Elle le suivit du regard jusqu'à ce que la lourde porte de la taverne se referme derrière lui, puis elle se retourna pour essuyer quelques tasses qu'elle avait lavé avant l'arrivée du My'trän. Perdant son sourire facile, elle soupira. Elle avait repris l'établissement de son père car elle pensait chérir la diversité du public qu'il lui permettait d'accueillir. Elle avait eu tort. Sa peur était bien plus tenace que son altruisme.

Flavien de son côté ne lui en tenait pas rigueur. Il commençait lentement à s'habituer aux regards en coin et aux conversations qui se faisaient mystérieusement plus basses à son passage.

Parcourant les rues de Cerka à la recherche d'une quelconque opportunité d'emploi, il s'arrêta un instant pour farfouiller dans son sac et sursauta lorsque son doigt se pris dans les pages du journal contenu dans sa besace. La coupure du papier sur son index, pareille à une brûlure, le fit frissonner. Retirant vivement sa main de sa besace, il avisa la fine coupure et la recouvrit de sa paume, soupirant de soulagement lorsqu'une douce chaleur enveloppa la zone meurtrie. Une lueur bleutée émana de sa paume et, très vite la coupure ne fut qu'un vieux souvenir.

- Puis-je voir vos papiers, jeune homme ?

Flavien leva les yeux sur l'homme qui venait de l'interpeller. Il le regardait d'un air critique, la main tendue dans sa direction. Un énième contrôle d'identité, à force, il commençait à avoir l'habitude. Plongeant ses mains dans sa besace il en retira le petit papier délivré par les autorités de Wal à son arrivée sur le sol Daënastre.

- Tenez.
- Un vagabond, hein ?, Marmonna l'homme en avisant son statut de nomade, Qu'est-ce que vous faites ici, mon garçon ?
- Je cherche simplement un travail.
- N'y en a-t-il pas en My'trä ? Marmonna l'homme
- Pardon ?

A la différence de la jeune femme croisée auparavant, cet homme n'avait pas l'air désolé du tout de lui faire perdre son temps. Trois jeunes gens s'étaient arrêtés pour observer l'échange, un large sourire sur leurs lèvres. Ils semblaient se délecter de la situation, ricanant le plus discrètement possible. L'officier leur lança un regard sévère mais ne commenta pas leur comportement puéril, se contentant de rendre ses papiers à Flavien.

- Tout est en ordre. Vous pouvez y aller.

Ni l'un ni l'autre n'échangèrent de quelconque politesse lorsque leurs chemins se séparèrent. Flavien continua sa route et, dans la foulée, le petit trio moqueur lui emboita le pas. Les trois jeunes hommes le dépassèrent rapidement, se postant devant lui, le forçant à leur raccorder son attention.

- T'es sûr que t'as rien à déclarer, le My'trän ? Si t'as pas d'boulot, tu les as eu comment, tes croissants ?
- Cela ne vous regarde pas.
- Moi j'dis. Pas de preuve d'achat, pas d'excuses. Ricana le second de la bande, Qu'est-ce qui nous dit que tu ne les a pas volé, hein ?

Pour toute réponse Flavien leur jeta à tous un regard froid, ce qui n'arrangea pas son affaire.

- Je vais devoir confisquer ça. Dit tranquillement le troisième homme en tendant les bras vers le sachet de viennoiseries.

Tirée de son sommeil par la frustration grandissante de son maître, Hua s'extirpa du capuchon où elle reposait jusqu'à lors. Elle bailla bruyamment, exposant ses dents aux trois lascars qui perdirent un peu de leur bravoure.

- Un Tairakh, hein ? La vermine traine ensemble, après tout.

Flavien leva les yeux au ciel à cette remarque. Quelle bande d'imbéciles. Seul Selmac, son petit Aitah, ne semblait pas en mesure de comprendre que des êtres aussi mesquins pouvaient exister. La créature cornue tenta une approche, alors que sa comparse carnivore fixait d'un œil fatigué les trois fauteurs de trouble. Selmac s'approcha du plus petit de la bande, s'apprêtant à frotter sa tête contre cet homme nerveux pour le calmer du mieux qu'il pouvait, ce qui ne fut pas au goût du Rathra.

- Dégage !

Un coup de pied fut lancé en direction de l'animal qui recula d'un bond pour se coller aux pieds de son maître. Heureusement pour lui, l'homme n'effleura pas Selmac de la canne qu’il tenait dans ses mains se contentant de l'effrayer tout simplement. Flavien serra les dents, pris sur lui et inclina la tête en direction des trois vauriens.

- J'ai mieux à faire que de vous tenir compagnie. Lâcha-t-il platement, Adieu.

Il fit mine de s'éloigner, prêt à mettre cette altercation derrière lui, lorsque l'un des jeunes hommes lui attrapa le poignet.

- Quoi, t'as un autre massacre de prévu, c'est ça ? Ça t'as pas suffi à Zochlom, tu veux t'faire la main sur le sol Daënar, maintenant ?
- Non. Je souhaite simplement poursuivre mon chemin.

Arrachant son bras à la poigne du jeune homme, il lança à la bande un regard lourd et se détourna. Il n'était peut-être que My'trän, il n'en restait pas moins assez imposant quand il le souhaitait. Hua grogna férocement sur son épaule, réfrènent les ardeurs de ces trois vauriens.

- Taré. Cracha pour la forme celui qui devait être le plus charmant des trois.

HRP:
 


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1


Dernière édition par Flavien Teleri le Dim 9 Sep - 17:50, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Sam 10 Mar - 20:27
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Le corps étendu sur le dos, un livre posé sur le ventre, une jeune femme était visiblement assoupie sur un banc non loin de l'altercation. Vêtue d'une chemise blanche et d'un pantalon sobre, le tout était surmonté d'une veste courte ajustée et d'un long collier de perles. Son ombrelle posée contre le dit banc et ouvert afin de lui offrir de l'ombre, la femme à la chevelure bi-colore s'était accordée une pause bien méritée après son dur labeur.

Baillant et s'étirant comme un chat, Ruby fini toutefois par ouvrit difficilement les yeux. Après quelques battements de paupières, elle finit par percevoir ce qui l'avait tiré de son sommeil. Non loin se trouvait un jeune homme, visiblement embarrassé. Mais ce n'était pas cette personne en elle-même qui avait dérangé la jeune femme, non, il s'agissait plutôt du troupeau de Zarimdaa qui ricanait du malheur du garçon. Piquée au vif, la mage se redressa, s'appuyant sur le dossier du banc pour observer la scène qui se déroulait sous ses yeux.

L'homme en question était clairement un géant pour la jeune fille d'à peine un mètre cinquante-cinq. Il n'avait pas une stature volumineuse mais suffisamment imposante pour inspirer soit de la méfiance soit du respect. Cela dit, plutôt la première pour les habitants au vu de sa tenue sommaire, rapiécée et surtout clairement pas de facture daënare. Pas de chance pour lui d'ailleurs, il se faisait contrôler et cela n'avait pas échappé aux vautours citées un peu plus haut qui eurent l'idée lumineuse de suivre le mage.

Ruby plissa les yeux estimant qu'il valait mieux en faire de même. Elle se releva souplement, attrapant son ombrelle et emboîta le pas au quatuor. Certes de manière bien moins flagrante mais plutôt naturelle. Après tout, la jeune femme avait le don de disparaître dans la foule. Elle suivit l'échange sans dire un mot, n'osant intervenir pour le moment, curieuse de voir ce qu'il allait se passer ensuite. La vermine tenta à plusieurs reprises de provoquer l'homme, notamment par des remarques lourdes mais surtout en s'en prenant à ses biens.

Ce fut ses compagnons qui tentèrent de protéger leur ami en se montrant agressifs ou courageux. Le pauvre Aitah se reçut alors un coup de pied. Ruby stoppa la marche, sa main se resserrant sur le manche de l'ombrelle. Son regard s'assombrit soudain. Comment ces êtres hautains se permettaient-ils un tel acte ? Le mage se renfrogna mais préféra se détourner du groupe la tête haute. Cependant celui-ci n'avait pas l'air suffisamment satisfait du malheur d'autrui. L'un d'entre eux se plaça devant le jeune homme afin de lui barrer le chemin.


« Où tu crois aller comme ça toi ? On n'en a pas fini avec toi. »

S'armant d'un courage qu'il ne pouvait se permettre qu'appuyé par sa supériorité numérique, il empoigna le mage pour le plaquer contre le mur. Son autre bras levé dans une posture qui n'annonçait rien de bon avec son poing menaçant.

« Eh, ma jolie vous devriez faire demi-tour, la voie est bloquée. »

Le plus virulent des trois hommes tourna la tête vers Ruby, qui s'avançait vers eux d'un pas tranquille, refermant son ombrelle au passage. Elle releva alors le visage, affichant clairement son irritation.

« Il me semble que cet homme vous a demandé de le laisser tranquille. »
« Quoi ? T'es sérieuse microbe ? Va jouer ailleurs veux-tu. »

Sans qu'il ne sache très bien comment la jeune femme avait pu passer d'une si charmante poupée à une démone, il reçut sur le sommet de son crâne un coup assez violent du manche de l'ombrelle de la damoiselle qu'elle venait tout bonnement de lui jeter à la figure sans la moindre délicatesse. Sonnée, voir hébété, l'homme desserra légèrement les mains de sa prise, probablement suffisamment pour lui rendre sa liberté.

« Je vous ai dis de le lâcher ! »

Gronda la jeune femme, ne réalisant pas qu'en réalité la situation allait s'envenimer par la suite...



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Lun 12 Mar - 0:11
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Flavien n'était pas venu à Cerka pour se battre, encore moins pour servir de faire-valoir à une bande de technologistes trop centrés sur leurs petites personnes pour envisager une seule seconde que l'homme qu'ils avaient pris à parti avait fait face à des adversaires bien plus impressionnant que trois lascars à peine adultes. Ils se sentaient tout puissant, leurs sourires suffisant plus que leurs paroles ne laissant aucun doute sur ce qu'ils pensaient réellement du My'trän qu'ils avaient pris en grippe.

Ce n'était pas dans la nature du soigneur de répondre à la violence par la violence et même la colère d'Hua qui grondait sourdement dans le fond de son esprit ne suffit pas à l'inviter à fermer les yeux sur sa morale pour mettre les points sur les i à ce groupe de petites frappes. Ses mots n'avaient aucune valeur à leurs yeux après tout, il ne ferait que gaspiller sa salive. Ignorer les trois imbéciles et tourner les talons, était la seule solution envisageable, bien que sa résolution ne l'empêcha pas de lever les yeux au ciel en se détournant.

Mauvaise idée. L'amateur de viennoiseries le dépassa à nouveau, se plantant devant lui et empoignant son manteau pour lui ordonner de rester sur place. Appuyé par les encouragements de ses amis, il répondit au froncement de sourcils de Flavien en le plaquant contre un mur sans aucun ménagement. La tête du soigneur alla frapper la pierre froide derrière lui, l'homme ne s'attendant pas à être projeté de la sorte vers l'arrière. La force de l'impact le fit grimacer.

" Blessé ? " Gronda la voix de sa Tairakh dans son esprit.
" Non. C'est rien. " S'empressa-t-il de nier rapidement.
" Blessé. " Se contenta de répéter Hua.

Tout cela ne disait rien qui vaille. Sa petite carnivore considérait clairement le jeune homme qui venait de l'empoigner comme une menace. Son poil était hérissé et bien qu'elle n'y voyait presque rien en plein jour, elle était prête à se jeter sur le poing levé de son agresseur à la seconde où il entrerait en contact avec le précieux visage de son maître. Protectrice, Hua l'était à outrance. Flavien n'avait vraiment pas envie de la voir lui être arraché par les autorités car elle avait attaqué un honnête citoyen. Et en même temps, il n'allait pas simplement accepter un tel comportement sans ciller.

- Je vous conseille de me lâcher. Dit-il froidement.
- Tu te crois où, pour me donner des ordres comme ça ?
- Ouais, dis-lui !, Ajouta intelligemment son second, T'es pas chez toi ici !

Flavien fronça les sourcils. Jusqu'à présent il avait toujours considéré chaque territoire où il se rendait comme étant sa maison, du moins le temps de son séjour. Il n'avait plus de foyer depuis longtemps : Irydaë toute entière remplissait ce rôle. Même ici, en Daënastre, il pouvait sentir la faune fourmiller dans l'ombre des ruelles, masquée par les constructions architecturales, mais bien présente.

Le poing ne s'abattit pas le temps qu'il considérait le commentaire acerbe du Rathra, une nouvelle tête faisait son apparition derrière eux. Une jeune fille à l'air certainement aussi irritée que Flavien. Sur un ton bien trop sec pour sa constitution menue, elle somma le trio de laisser le My'trän en paix. Une sage parole qui ne fut pas au goût de l'homme qui avait décidé de retenir Flavien, bloquant la voie de la nouvelle venue. Contrairement à son comparse charmeur, il se mit à railler la jeune fille et lui ordonna de passer son chemin.

Ignorant les protestations de la demoiselle, il releva le poing, visible bien décidé à l'abattre un jour où l'autre sur le visage du soigneur qui n'avait rien demandé.

La jeune fille ne lui laissa pas le temps d'agir. D'un coup habile, elle abattit son ombrelle sur la tête du technologiste qui relâcha sa prise sur le col de Flavien, juste assez pour lui permettre de se dégager, se plaçant instinctivement à côté de la demoiselle qui serrait les poings. Elle était furieuse, visiblement prête à se battre pour leur faire entendre raison.

Malheureusement pour elle, les trois lascars qui n'attendaient qu'un geste de la part de Flavien pour justifier leur envie de se battre venaient de trouver une adversaire plus intéressante. Plutôt qu'un homme se contentant de les regarder de travers, voilà une jeune fille qui venait de porter le premier coup. Ils allaient enfin pouvoir s'amuser.

- Tu viens de frapper mon ami, là, ma mignonne ?

Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres du jeune homme à la canne, qui se tenait pour le moment toujours en retrait. Le technologiste qui venait de se prendre un bon coup d'ombrelle reprenait ses esprits et une chose était sûre, il était livide. Tremblant, il n'était pas encore en mesure d'aligner une phrase tant la rage l'avait pris au cœur. Visiblement s'il était habitué à frapper les autres, il n'avait pas beaucoup d'expérience de l'autre côté du spectre.

- Tu veux te battre gamine ? Sérieusement ?, S'exclama le dernier jeune homme, hébété, Pour une saloperie de My'trän ?

Flavien plissa les yeux. Peu importe ce qui l'avait poussé à intervenir, la jeune fille venait de se mettre dans de beaux draps. Comme par magie, ses trois agresseurs avaient déporté leur colère sur la demoiselle. Si elle avait pu faire son effet en les prenant par surprise une première fois, Flavien doutait qu'elle puisse en faire de même une seconde fois. Encerclés et acculés contre le mur sur lequel il avait frappé sa tête plus tôt, ils ne pouvaient pas simplement tourner les talons et fuir l'affrontement.

" Gauche ! "

La voix d'Hua résonna dans son esprit, urgente et nerveuse, et Flavien tourna la tête juste à temps pour voir arriver un coup de canne en direction de la demoiselle qui n'avait pas réussi à faire entendre raison au chef de la bande. Bien sûr, ils n'avaient aucun scrupule à s'attaquer à un voyageur alors qu'ils étaient trois, pourquoi était-il seulement étonné par un coup aussi bas ?

Remerciant rapidement sa Tairakh, il tendit le bras devant la jeune fille pour bloquer l'attaque en traitre. La canne le frappa avec force et Flavien, qui ne s'était pas vraiment préparé à accuser le coup, grimaça. Il n'était heureusement pas en sucre et l'impact sur son avant-bras n'était rien comparé à ce qu'il aurait pu être contre le crâne de la jeune fille.

- Laissez-la en dehors de ça.
- Tiens, tu te laisses pas faire d'un coup ?, Ricana le batteur du dimanche, Alors quoi, elle te plait ? J'savais qu'vous étiez pas nets à My'trä, mais bordel c'est glauque.

Ses camarades ricanèrent et Flavien leva les yeux au ciel. Méritaient-ils seulement qu'il se fatigue à discuter avec de tels personnages ?

- La seule chose abjecte ici, c'est votre comportement à tous les trois.

Non, vraiment, Flavien n'aimait pas se battre. Mais il n'avait pas non plus une réserve de patience illimitée, et il commençait sérieusement à en manquer.

- Va te faire foutre ! Cria le meneur de la bande, serrant les poings et jetant l'un deux en direction du My'trän.

Hua grogna, le poil gonflé sous la colère. Ni une, ni deux, au moment où le poing de l'homme percuta le sternum de son maître, elle sauta au visage de son agresseur. La Tairakh n'était pas bien grande, à peine la taille d'un écureuil, mais elle était enragée et prête à en découdre. Griffant allégrement le visage de celui qui venait de lever la main sur Flavien, elle couina de douleur lorsque l'homme l'attrapa par la queue pour lui faire lâcher prise.


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Lun 12 Mar - 16:54
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
« Tu viens de frapper mon ami, là, ma mignonne ? »
« Quoi, t'es jaloux ?! »

La réplique de la jeune femme n'allait pas l'aider à calmer le jeu mais après tout son geste avait déjà ouvert les hostilités. Pour une fille comme Ruby, il était intolérable de voir un mage, ou qui que ce soit d'ailleurs, se faire violenter de la sorte sans réagir. Malgré une éducation stricte qu'on lui avait imposée de nombreuses années, la jeune femme était restée une fille rebelle qui ne suivait que ses instincts. Elle n'était de fait difficile à cerner. Tantôt douce et naïve, parfois d'une maturité surprenante et à certains moments aussi sauvage qu'à une époque lointaine.

Malheureusement pour ces messieurs qui avaient eut la mauvaise idée de la tirer du sommeil, elle était d'humeur à les remettre en place. Cette petite créature haute comme trois pommes était ce que l'on pouvait appeler une proie dangereuse, mais ça, ils n'en n'avaient pas encore conscience. Qu'ils fassent les fiers encore, ils verraient bien si c'est sage.


« Tu veux te battre gamine ? Sérieusement ? Pour une saloperie de My'trän ? »

La jeune femme ne répondit pas, se contentant de lui lancer un regard méprisant. Son comparse n'avait pas eu la bonne idée de camoufler son apparence afin de passer inaperçu, mais la jeune femme si, c'est pourquoi la méprise était flagrante. Cependant, ce n'était pas parce qu'elle était elle aussi une My'träne qu'elle lui était venue en aide. Contrairement à ces trois pauvres idiots, le racisme ne faisait pas parti de son vocabulaire.

Pour l'instant, les daënars prenaient le contrôle, avançant vers les deux mages afin de les acculer au mur, mais Ruby en profitait pour analyser la situation. Les échappatoires, les points faibles des cibles... Le moment opportun pour attaquer.

C'est alors que les hostilités furent ouvertes par les opposants. Le mage s'interposa alors, bloquant l'attaque de son corps. Ruby se renfrogna immédiatement, serrant les poings. Elle n'avait pas vu le coup partir, trop concentrée sur une possible riposte de celui qu'elle avait agressé de son ombrelle pour se douter que l'hostilité viendrait d'un autre. A cause de sa négligence l'homme aux animaux avait prit le coup pour elle et voilà qu'il tentait de la mettre en sécurité. Cause perdue devant ces trois abrutis qui ricanaient.

C'était à présent au tour des victimes de riposter cette fois. La tairakh se jeta sur le visage de l'assaillant qui avait tenté de lui causer du mal. Elle eut d'ailleurs le temps de le lacérer de ses petites griffes avant de se faire attraper par la queue.

Ruby, elle avait bien envie de se venger de l’assaillant à la canne. Plus précisément en retournant son arme contre lui. Elle profita du fait que personne de l'attaquait pour l'instant afin de puiser dans sa magie. Pour l'instant celle-ci était contrôlable, ce qui ne durerait pas lorsqu'elle attaquerait. Autant faire au mieux. C'est donc à l'esprit du mécréant qu'elle s'en prit, lui créant une illusion de toutes pièces. Dans ses mains la canne se mit à bouger, onduler, se transformer jusqu'à devenir un long serpent. Hurlant de stupeur, l'homme lâcha immédiatement l'objet.


« Aaah ! Sorcellerie ! »

Glapit-il en reculant avec précipitation devant sa canne devenue subitement hostile. Dans son esprit seul se tramait la scène effrayant d'un serpent rampant vers lui. La peur l'avait prit, une peur irascible qu'il est impossible de contrôler.

« Putain aidez-moi ! Il va me bouffer ! »

Le dernier assaillant avait eut le malheur de détourner le regard de la jeune femme. Ni une ni deux, elle lui sauta dessus avec sauvagerie dans le but de le faire chuter au sol. Là, elle se mit à le griffer de ses ongles acérées mais il n'était clairement pas d'accord avec cela. Sans la moindre hésitation, il la saisit à la gorge dans le seul but de l'étouffer.

Suffocant, Ruby tenta de lui faire lâcher prise mais ce qui la sauva n'était autra que Lamya, sa Khulgana. La petite boule de poils avait quitté la sécurité de la sacoche de la jeune femme pour lui porter secours. Elle se planta devant l'homme et émit un cri strident qui lui fit relever les yeux ne serait-ce qu'une demi-seconde vers elle. Trop tard. Il fut happé par les prunelles immenses de l'animal qui se mirent immédiatement à vibrer. Quant à lui, il relâcha sa prise, subjugué par la magie de cette petite créature. En un instant il oublia tout. Qui il était, ce qu'il faisait ici et ne gardait que le sentiment qu'il fallait fuir à tout prix, épris d'une soudaine crainte. Ruby en profita pour se dégager de la prise.



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Lun 12 Mar - 23:46
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Plus le technologiste s'acharnait à tirer sur la queue touffue d'Hua pour lui faire lâcher prise et plus les griffes de la Taraikh se plantaient dans la chair fragile de son visage. La carnivore, aussi petite qu'elle soit, était bien décidée à lui refaire le portrait, laissant à son maître la lourde tâche d'essayer de tempérer la situation avant que quelqu'un ne perdre un œil. Ce qui, avouons-le, n'était pas franchement simple lorsque vous aviez en même temps dans vos oreilles une petite voix qui appelait à la vengeance. Pour une créature qui avait détesté son voyage en haute mer, Hua employait un langage aussi coloré que le plus bourru des corsaires.

Selmac, passif dans les pires moments, observait la scène avec des yeux ronds. Perché sur un muret, il n'était pour le moment pas d'une grande aide à son maître qui fouilla frénétiquement dans sa besace pour en tirer la pochette contenant les fléchettes dont il se servait pour chasser, ainsi que le petit flacon de venin anesthésiant qu'il gardait toujours sous le coude. Hua ne lâcherait pas l'homme têtu et inversement. Il devait faire quelque-chose et il n'avait pas milles solutions qui s'offraient à lui.

Une main s'abattit sur son épaule et il fut retourné sans ménagement pour faire face au plus effacé des trois voyous. Ses yeux étaient légèrement écarquillés. Ah. Il ne devait pas avoir l'habitude que tout ne se passe pas exactement comme il l'avait envisagé dans la petite vie fantasmée dont il était le héros.

- Qu'est-ce que tu fabriques ?

Ne se remémorant que trop bien le coup accusé juste avant et ne souhaitant pas particulièrement comparer la force des deux compères, Flavien prit les devants et écrasa le talon de sa botte sur le pied du plus jeune pour le stopper dans son élan. Tranquille, peut-être, mais pas au point de tendre le bâton pour se faire battre.

Evidemment, Selmac choisi ce moment précis pour mettre son grain de sel dans cette petite affaire et l'Aitah sauta de son perchoir pour attaquer les pieds de celui qui sautillait sur place en espérant éviter un autre coup de talon du My'trän. Le félin suivait l'exemple de son maître à la perfection, ciblant les pieds du jeune homme qui hésitait entre le chasser à coups de pieds, justement, ou reculer. Quoi qu'il fasse, il ne parvenait pas à toucher la petite créature agile, s'énervant contre l'Aitah qui refusait de rester en place et oubliant un peu son maître qui se trouvait juste à quelques pas de là.

Profitant de cette diversion, il récupéra enfin son flacon de venin et y trempa à la hâte l'une de ses fléchettes. Finalement après tant de péripéties, il attrapa le bras du jeune homme était toujours aux prises avec sa petite Tairakh et remonta sa manche d'un coup pour planter la fléchette dans l'avant-bras qui refusait de lâcher Hua.  

Un cri d'effroi fit sursauter l'homme, tout comme la piqûre inattendue, et Flavien grimaça lorsque la fléchette s'enfonça de quelques millimètres de plus que prévu dans la peau du technologiste. Il savait combien le venin de Tairakh était puissant : l'homme n'allait bientôt plus rien sentir au niveau de son bras. En attendant que le venin fasse effet, Flavien se risqua à chercher ce qui avait bien pu causer une telle panique. Ils se tournèrent d'ailleurs tout deux vers l'origine du cri, oubliant brièvement qu'ils étaient aux prises l'un avec l'autre trente secondes plus tôt.

Devant eux se prosternait presque l'homme à la canne. Il fixait, terrifié, son bâton jeté au sol, implorant ses amis à le protéger de cette créature invisible qui allait le dévorer. Il était victime d'une hallucination visuelle particulièrement féroce. L'œuvre d'un admirateur de Khugatsaa. Ou plutôt d'une admiratrice, à en croire par la demoiselle qui avait volé à son secours.

N'écoutant que son courage, l'homme qui avait libéré Hua sous le coup de la surprise en cherchant à fuir la fléchette du soigneur, tendit un bras vers son comparse. Du moins, il essaya de le faire. Son membre était totalement engourdi à présent, l'empêchant de tendre la main vers celui qui suppliait qu'on lui vienne en aide. La scène aurait pu être comique si les yeux des deux lascars qui lui faisaient maintenant face ne promettaient pas violence et destruction.

- Qu'est-ce que tu nous as fait ?! Siffla l'homme engourdit, adoptant une posture défensive, comme si Flavien avait été le premier à lever la main sur lui.

La jeune fille qui lui prêtait main forte profita de la distraction pour leur passer devant le nez et sauter sur le dernier membre du trio, toujours occupé à chasser l'infatigable Aitah. Ils tombèrent à la renverse tous les deux et l'homme ne perdit pas une minute pour serrer la gorge de la jeune fille entre ses mains. La peur le faisait agir de manière complètement irrationnelle et il avait l'air prêt à étrangler la demoiselle.

Trop, c'était trop. Il ne pouvait pas rester là à rien faire.

- Oh tu m'écoutes ?!, Le stoppa l'homme engourdi de sa main encore viable, Réponds ! C'est quoi cette merde ?

Flavien planta sans ménagement la fléchette dans la main qui venait de lui tomber sur l'épaule. Cette fois plus question d'éprouver une once de regret à l'idée de transpercer l'épiderme plus que de raison. Les doigts de l'homme se raidirent sur son épaule et il se dégagea d'un coup sec pour s'approcher à grandes enjambées de la canne qui trainait au sol, faisant mine de l'abattre sur le jeune homme en pleine hallucination qui hurla de plus belle, se prosternant au sol. Enfin, il rejoignit l'affrontement plus qu'inégal.

Au même moment, la demoiselle se dégageait de la poigne de son agresseur qui fixait un petit être venu porter secours à l'admiratrice de Khugatsaa. Un Khulgana, charmant petit hypnotiseur s'il en était.

La jeune fille s'étant éloignée de l'homme, Flavien en profita pour attraper le voyou par le col et le diriger vers ses deux amis une fois sur pieds. Il ne savait pas se battre mais il n'était pas frêle pour autant et dans son état catatonique, le jeune homme se laissa guider sans même protester. Il ne tarda pas à reprendre ses esprits une fois qu'il eut échappé au regard envoûtant du petit animal, par contre. Jetant un coup d'œil à ses comparses, l'un incapable de lever les bras, l'autre prostré au sol en pleure, il pâlit.

- Des monstres. Vous êtes des monstres ! Cracha-t-il, son ultime arme contre une situation qui tournait à son désavantage.

Seule Hua qui avait retrouvé sa place sur l'épaule du nomade le gratifia d'une réponse, claquant sa mâchoire en direction de l'imbécile.

Si la demoiselle avait réussi à tourner la situation à leur avantage, le technologiste borné ne semblait pas prêt à lâcher l'affaire, même s'il n'avait pas l'air aussi partant pour sauter à la gorge de qui que ce soit. Fierté mal placée ou véritable haine à leur encontre, Flavien n'avait pas franchement envie de creuser le sujet. Au contraire, toute cette histoire devait se finir maintenant.

Avisant la peur qui luisait au fond des yeux du trio, Flavien prit appui sur la canne qu'il avait récupéré entre temps et leva sa main libre devant lui. S'ils prenaient la fuite à la suite de son petit numéro, la demoiselle et lui ne s'en tireraient pas trop mal. S'ils se mettaient d'accord pour repasser à l'offensive ou s'ils se rendaient compte de son bluff, il aurait au moins de quoi se défendre correctement.

Froid et distant, il appela à lui sa magie qui se matérialisa dans sa paume. Graduellement, une onde pareille à une flamme bleue se mis à danser entre ses doigts alors qu'il toisait les technologistes, les sourcils froncés.

- Tu es sûr que m'insulter est une bonne idée ?

Son regard promettait douleur et représailles tandis que sa magie appelait au soin. Quiconque connaissait un tant soit peu la magie de soin serait en capacité de reconnaitre son comportement bien particulier. Flavien n'était pas en mesure de faire pleuvoir l'Enfer sur terre, loin de là. Si l'un des technologistes venait à toucher l'onde particulière qu'il manifestait, il ne ressentirait qu'une douce chaleur. Mais lequel des trois se risquerait à tenter l'expérience ?


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Mar 13 Mar - 18:02
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Sitôt relevée, Ruby se rua vers Lamya, prête à la protéger si l'un de leurs agresseurs s'en prenait à sa petite Khulgana. Il n'en fut rien. L'homme était hébété, complètement sous l'emprise de la magie hypnotique de l'animal, quant aux autres ils étaient au tapis depuis longtemps. De toute manière le grand mage l'avait saisit au col pour le jeter auprès de ses congénères. La jeune femme en profita pour faire grimper sa protégée sur ses épaules avant de faire face au groupe de technologistes.

Ils étaient dans un état pitoyable, ce n'était rien de le dire. L'un d'entre eux avait le visage ensanglantés et, couché par terre, semblait avoir été dépossédé du contrôle de ses bras, l'autre non loin était roulé en boule comme un bébé, le regard exorbité dirigé vers celui possédait à présent la canne, ou le serpent furieux selon le point de vu. Le troisième avait repris contenance sitôt délivré du regard de Lamya mais il constatait avec horreur être le seul à pouvoir encore faire quoi que ce soit contre les deux mages qui se dressaient face à lui.


« Des monstres. Vous êtes des monstres ! »

Il n'eut de réponse que le claquement de mâchoire de Hua et le sourire crispé mais clairement carnassier de Ruby. Si elle pouvait lui refaire le portrait cette fois-ci elle n'hésiterait pas. Un pas, il lui suffirait d'un pas vers elle ou le moindre point levé pour qu'il comprenne la définition de prédateur correspondait bien à la jeune femme.

«  Tu es sûr que m'insulter est une bonne idée ? »

Le My'trän à ses côtés eut la bonne idée de se montrer dangereux lui aussi bien qu'il était clair pour un mage qu'il ne s’agissait pas d'une flamme brûlante. Cependant, grand bien lui en fasse puisque les hommes pâlirent de plus belle. Ruby en profita pour accentuer l'effet par des illusions. Elle leur fit alors voir ses canines s'allonger pour devenir des crocs acérés tandis que le mage sembla devenir encore plus grand et ses muscles saillants. La mâchoire à s'en décrocher, le dernier survivant attrapa ses comparses et s'enfuit tant bien que mal... Non sans cracher des insultes bien fleuries au passage.

Une fois le danger totalement passé, la jeune femme soupira longuement, relâchant la pression. Lamya observa intensément les environs puis retourna se cacher dans la sacoche, bien à l'abri du monde extérieur. La fausse brune leva alors les yeux vers le mage et ses animaux. Elle plissa les sourcils, soucieuse.


« On devrait partir nous aussi. Les autorités ne seront pas en notre faveur si on se fait interroger. »

Sans vraiment attendre son accord elle lui attrapa la main et, après un simple détour pour récupérer son ombrelle, l’entraîna dans une ruelle adjacente. Elle pressa le pas, consciente qu'avec ses grandes jambes l'homme parviendrait à suivre le rythme sans problème, et emprunta des allées sinueuses jusqu'à arriver dans un quartier plus calme de la ville. Là, elle descellera le pas. Quelques simples coups d’œils suffirent à lui indiquer que la voie était libre par ici.

« Ça devrait aller par ici. Au pire, il y a une auberge non loin si on veut être tranquilles... Vous allez bien ? »

Ruby avisa alors la main qu'elle tenait toujours, la relâchant subitement. 

« Pardon d'avoir été un peu brute mais... Les gens ont changé depuis quelques temps. C'est pas la première fois que je vois ce genre de comportement... »



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Mer 14 Mar - 18:50
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Ils se regardèrent tout trois dans le blanc des yeux durant un long moment. Le technologiste agité, seul contre les deux mages, eut l'ai de réfléchir réellement la première fois depuis qu'il avait eut le déplaisir de le rencontrer. Ses faire-valoir n'étaient pas du tout en état de lui prêter main forte et pour une fois, il était celui à se retrouver en nombre restreint. C'est pour cette raison qu'il avait ciblé Flavien plutôt qu'un autre mage : seul et sans attache visible, il n'aurait dû pouvoir compter que sur lui-même. Si seulement la furie aux mèches rouges s'était mêlée de ses affaires.

L'esprit embrumé par la magie de la jeune My'tränne, le voyou s'enfui à toutes jambes, entrainant ses sous-fifres à sa suite. Dans un joyeux capharnaüm, tout ce beau petit monde détala dans les rues avec une démarche chaloupée, criant des avertissements sans queue ni tête à qui voulait bien les entendre, mêlés d'insultes ma fois très colorées. Leurs mines effrayées étaient le seul indicateur qu'ils n'avaient pas simplement trop forcé sur l'alcool et qu'ils ne fuyaient peut-être pas devant le néant.

Ce n'est qu'une fois que le dernier voyou disparu de sa vue que Flavien laissa la flamme de sa magie mourir dans sa paume. Ses yeux se portèrent naturellement sur la jeune fille qui venait essentiellement de lui sauver la vie. Même s'il avait réussi à invoquer à ses côtés une créature capable de le défendre, le soigneur ne doutait pas qu'il aurait fini derrière les barreaux, ou tout bonnement abattu. Sa jeune protectrice avait l'air sérieux désormais, ayant perdue l'aura furieuse qui avait motivée ses dernières actions.

L'invitant à quitter les lieux au plus vite, elle lui attrapa la main et l'entraina dans les rues de Cerka. Comprenant la gravité de leur situation, il se laissa mener par la demoiselle. Selmac suivit naturellement le pas, sans trop se poser de question.

Le pas de sa guide était rapide et calculé. Elle longeait les murs, passant par des chemins de traverse leur permettant d'éviter un maximum de monde. Menant Flavien vers une partie bien moins peuplée de la ville, elle arrêta finalement sa marche rapide lorsqu'ils atteignirent un quartier résidentiel, calme à la différence de ce que Cerka avait à offrir au cœur de sa cité.

D'une voix tranquille, la jeune fille lui demanda s'il allait bien, proposant qu'ils prennent le temps de se reposer à la table d'une auberge pour se remettre de leurs émotions. Flavien se contenta de secouer la tête lorsqu'elle s'excusa d'avoir réagi aussi brutalement. Pinçant les lèvres, il considéra les paroles de la jeune demoiselle qui précisait en avoir eu assez d'assister à de telles scènes, ayant fait le choix d'intervenir plutôt que de passer son chemin.

- Depuis l'attentat. Supposa-t-il sombrement. Il en avait assez entendu parler, même s'il ne s'était jamais renseigné plus que ça sur le sujet, Ça arrive souvent, ce genre de chose ? Même dans des grandes villes comme ici ? Les Gharyns ne font rien pour protéger les voyageurs ?

Pas très friand de politique et fraichement débarqué, on lui excusera la petite faute dans les termes employés. Il avait pu comprendre la méfiance de ceux qu'il avait croisé en cours de route, sur les chemins déserts, mais se permettre de passer ses nerfs comme ça en plein jour sur de simples passants, de ne pas hésiter à user de violence... Si c'était comme ça que les choses se passaient en Daënastre, ce n'était pas étonnant que bien des My'träns s'étaient toujours défendus d'une quelconque entente entre les deux continents.

- Je vais bien, merci. Répondit-il enfin. Le "Grâce à vous" passa sous silence. Distant comme à son habitude, c'est tout naturellement qu'il vouvoya la jeune fille,  Vous n'avez mal nulle part ? Des difficultés de déglutition ?

Flavien fronça les sourcils en écoutant sa réponse. La moindre des choses était qu'il s'assure que la demoiselle aille bien. Si elle avait été blessée, il veillerait à ce qu'elle guérisse rapidement. Il avait été un peu secoué, mais il s'en tirait globalement très bien. Il avait même gagné une canne au passage, oubliée par le plus sanguin de leurs assaillants. Il devrait peut-être éviter de l'emporter avec lui d'ailleurs. L'objet était de fine facture, décoré de pierres d'apparence précieuses mais qui devaient être en verre à y regarder de plus près.

- Je m'appelle Flavien. Se présenta-t-il sommairement en inclinant sa tête en direction de la jeune fille, déposant la canne contre une barrière à leur passage, Et vous ?

Il hocha la tête à la réponse de la jeune fille, fronçant légèrement les sourcils, songeur.

- Vous êtes... vous êtes My'tränne, n'est-ce pas ? Ce qu'il y avait de merveilleux et d'effrayant avec les illusions, c'était qu'elles étaient totalement invisibles aux yeux des autres. Il ne pouvait que le supposer. Vous connaissez bien Cerka ?


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Jeu 15 Mar - 18:50
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
L'attentat... C'est vrai qu'elle en avait vaguement entendu parler. Les habitants semblaient préoccupé par quelque chose qui s'était déroulé en Zochlom mais Ruby était partie bien trop tôt du grand événement pour savoir réellement ce qu'il s'était passé. Elle n'imaginait même pas à quel point elle s'était sauvé la vie. Retroussant son petit nez dans une moue contrariée, elle ne put que soupirer.

« Non, les puissants d'ici sont clairement dépassés par la situation. Ou en tout cas, ils prennent le problème différemment. Ils se sont contentés de renforcer la sécurité au niveau de la frontière. Ils ont plutôt tendance à faire partir les My'träns et quand il y a des tensions, ce n'est pas en faveur des mages. »

Elle passa la main au son front dans un geste purement dépité. Heureusement qu'elle se fondait dans la population assez facilement. Les seuls moments où elle attirait l’œil était ces fois où elle se retrouvait sans le sous et donc en état de sans abri. Les habitants étaient moins chaleureux qu'au pays natal, ça part contre c'était certain. Pas tous, oui, mais la plupart ne pensaient qu'à leurs propres intérêts. Aider des inconnus ? Ce n'était pas vraiment leur spécialité. L'individualité avait plus sa place dans ce monde-ci.

Ruby hocha la tête, satisfaite que son protégé du jour se porte bien. Lui et ses compagnons d'ailleurs. En revanche, elle n'avait pas pensé à sa propre santé. Le fait qu'elle ait toute sa tête et des jambes pour la porter jusqu'ici avait suffit. La survie avant tout. Mais maintenant qu'il en parlait, elle reprenait conscience de son propre corps. Son cou lui faisait effectivement mal, d'autant plus que des marques apparaîtraient bientôt sur sa peau meurtrie.


« Oui. Il n'est pas allé de mains mortes. S'il cherchait à me tuer, je pense qu'il était bien parti. Mais ça ira. »

 « J'ai vu pire » Aurait-elle pu ajouter. Sa fierté d'enfant sauvage lui retirant le besoin de se faire prendre en pitié.

« Je m'appelle Flavien. Et vous ? »
« Ruby. » Répondit-elle aussi poliment, inclinant la tête.
« Vous êtes... vous êtes My'tränne, n'est-ce pas ? Vous connaissez bien Cerka ? »

Oh. Il n'en était pas sûr. Les illusions de la jeune fille avaient cet avantage il est vrai sur les autres formes de magie. Elle pouvait les insuffler sans forcément se faire remarquer. Devait-elle lui dire la vérité ? Si elle lui disait être d'ici il aurait surement une meilleure opinion des daënars mais... Le mensonge n'avait pas que du bon et il n'était pas non plus idiot. De plus, elle sentait que le mensonge n'était pas le mieux à faire.

« Oui, je viens de Khurmag. Je ne dirai pas que je connaisse par cœur cette région du continent mais ça fait un moment que je suis là alors, je dirai que je m'en sors bien. »

Le mage devait avoir une sacrée mauvaise image des daënars ceci dit et s'il comptait rester longtemps, ce serait vraiment dommage de partir d'un mauvais pieds. Sans le sous, à la rue et craignant les habitants, ce n'était pas une bonne chose, clairement. Aussi, elle lança quelques mots positifs.

« Mh, d'ailleurs, ils ne sont pas tous comme ça vous savez. C'est une autre façon de voir la vie, c'est vrai, mais ils ne sont pas tous mauvais. Là où je travail par exemple, vous seriez très bien accepté. Enfin. Si vous voulez. Désolée j'ai entendu votre discussion avec le contrôleur... »



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Ven 16 Mar - 22:23
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Les marques sur le cou de Ruby se révélaient à mesure que le temps passait, marbrant sa peau claire d'une empreinte rouge pouvant facilement rivaliser avec le rouge de ses cheveux. Elles semblaient gêner la jeune fille qui pourtant déclina d'une petite déclaration distante sa proposition d'y jeter un œil. Elle n'avait pas l'air inquiétée par son état, comme si une telle agressivité de la part de parfaits inconnus ne la déphasait pas réellement. Il est vrai que malgré l'air amiable de la jeune fille elle s'était elle-même jetée sur son agresseur sans retenir ses coups, après tout. Flavien se contenta donc de simplement hocher la tête, laissant tomber le sujet.

Alors qu'ils marchaient dans les rues de Cerka sans but, Ruby révéla être originaire de Kurmag mais s'être établie à Rathram il y a suffisamment longtemps pour connaitre assez bien la région. Il était curieux de savoir ce qu'une admiratrice de Khugatsaa faisait sur le sol Daënar, mais il se garda de tout commentaire. Ce qui avait mené Ruby ici lui appartenait.

Flavien opina poliment aux présentations de la My'tränne tout en gardant précieusement cette information dans un coin de son esprit. S'il voulait avancer dans son enquête, il aurait certainement besoin des lumières d'une personne avisée au sujet de Daënastre et de ses mœurs. A commencer par les tensions qui se filaient entre les deux continents et leurs ressortissants. La toile du conflit grandissait de jour en jour, invisible pour quiconque de rentrait pas en plein dedans ou n'était pas assez observateur pour la voir grignoter petit à petit le paysage.

D'un ton enjoué, la jeune femme sembla vouloir le rassurer sur le peuple Daënar. Ils n'étaient pas tous aussi sanguins que les trois guignols qu'ils avaient croisés plus tôt, ni même aussi méprisant vis-à-vis des mages. La plupart n'était pas mauvais, ayant simplement un autre mode de vie que la leur mais ne souhaitant pas pour autant faire pencher la balance du côté de l'affrontement. Difficile à croire lorsque, comme le nomade, vous débarquiez dans une ambiance tendue et étiez sujet à de nombreux contrôles d'identité alors que vous aviez jusqu'à présent toujours parcouru librement les différentes régions de My'trä.

Elle enchaina sur le fait que son lieu de travail était l'exemple parfait de la mentalité réelle du peuple Daënar, bien loin de ce qu'il avait pu voir jusqu'à présent. A l'entendre, les regards suspicieux des technologistes n'étaient pas très différents de ceux qu'auraient pu lui lancer des villageois de terres reculées qui voyaient arriver un visage inconnu. Méfiance et hostilité étaient étrangement naturelles, mais ne voulaient pas dire qu'ils ne se résorberaient pas à force de persévérance et de volonté d'être bien intégré. Encore une entreprise bien compliqué pour l'adepte d'Orshin.

Ruby le demanda s'il souhaitait qu'elle le présente sur son lieu de travail, précisant avec une mine gênée qu'elle ait entendu sa discussion avec le contrôleur à la sortie de la taverne.

Un peu étonné d'entendre que la jeune fille avait été présente tout ce temps déjà, il réfléchit à la question un court instant. Démarcher les tavernes et autres commerces où il pourrait travailler sans risquer de se sentir mal à longueur de journée à cause de la présence trop importante de technologies, lui prenait un temps fou. Un temps fou et précieux, qu'il pourrait mettre à profit pour son enquête.

- Cela dépend. Répondit-il honnêtement, Où travaillez-vous ? J'aurais besoin de missions ponctuelles, je ne cherche pas à m'établir à Cerka mais je ne sais pas encore pour combien de temps j'y serais.

Tout dépendra de l'avancée de son enquête. Comme bien souvent il avait laissé le hasard guider ses pas : rien ne lui disait qu'il trouverait des réponses ici.

Ils marchaient sans but précis. Flavien ne savait pas vraiment vers où ils se dirigeaient, ni pourquoi, aussi proposa-t-il à la jeune fille de faire une halte. C'était toujours plus agréable de discuter à l'arrêt. Surtout quand, comme lui, il arrivait de prendre quelques secondes de réflexion pour apporter une réponse.

- Asseyons-nous, Proposa-t-il en désignant un coin tranquille en bordure du square qu'ils traversaient, présentant les viennoiseries à Ruby une fois installé, Vous avez faim ?

Il aurait été dommage de les laisser se dessécher plus longtemps et Flavien n'allait pas se promener longtemps avec ses victuailles en main, même s'il n'était pas certain que les confections survivent très longtemps en l'état dans sa besace. Intéressé par le froissement du papier, Selmac posa ses pattes avant sur la jambe de son maître, obtenant une caresse derrière les oreilles. Ce n'était pas aussi intéressant qu'un morceau de brioche, mais ça ferait l'affaire.

Quelques citoyens sorti pour prendre le soleil observait en passant le duo, s'attardant sur le soigneur. Ce dernier se contenta d'ignorer les regards curieux, bien qu'il n'en pense pas moins.

- Vous dites que la méfiance à l'encontre des mages s'est renforcée. Cela n'a-t-il pas toujours été ainsi ?

Beaucoup de choses se disait sur Daënastre, bien souvent en mal plutôt qu'en bien. Sa propre mère voyait les Daënars comme des individus faibles n'ayant pas une force de caractère suffisante pour puiser les ressources dont ils avaient besoin au fond d'eux, dénaturant ce que les Architectes leur avait offert et oppressant quiconque ne courberait pas l'échine devant eux. Les rumeurs qui avaient pour personnages principaux des Daënars et pour sujet les dernières horreurs commises fleurissaient à foison. Plus encore maintenant. Il est vrai que Flavien n'y avait jamais vraiment prêté attention, mais ce type de d'information restait gravé dans son subconscient.

- Si notre bonne parole est facilement remise en doute, les trois idiots d'avant ne risquent-ils pas de nous attirer des ennuis ?


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Sam 17 Mar - 15:30
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Les deux mages marchaient dans la rue comme s'ils étaient tout simplement en train de se balader mais en réalité ni l'un ni l'autre ne savait vraiment où ils se rendaient ainsi. Ruby se concentrait sur le dialogue et les paysages qui défilaient le plus mollement du monde afin d'oublier la douleur qui la gagnait peu à peu suite à son étranglement. Il est vrai que jamais encore on ne lui avait causé ce genre de souffrance. Se battre était une chose, se voir ainsi saisit par un homme dans le seul but de la tuer en était une autre. Mais se montrer vulnérable n'avait jamais été ni dans sa nature ni dans son éducation stricte. Il ne lui restait plus qu'à faire comme si de rien n'était. En attendant, quoi de mieux que de focaliser leur attention ailleurs, à savoir en faisant la conversation mine de rien.

« Cela dépend. Où travaillez-vous ? J'aurais besoin de missions ponctuelles, je ne cherche pas à m'établir à Cerka mais je ne sais pas encore pour combien de temps j'y serais. »
« Je travaille dans un refuge pour animaux. »

Répondit-elle aussitôt. Si elle avait pu lui faire un clin d’œil, elle se serait presque permise. Cet endroit avait été une belle surprise pour la jeune femme. Trouvé par hasard au détour d'une ruelle pourtant peu engageante. Elle avait été stupéfaite de tomber dans un lieu aussi empli de vie. Les employés s'étaient révélés être des gens humbles, tournés vers autrui et dont la compassion dépassait les limites du monde Irydien. Ils avaient accueillit la jeune femme avec grand plaisir, d'autant plus en s'apercevant des capacités innées de la nouvelle venue à communiquer et comprendre les pensionnaires petits et grands dont ils s'occupaient.

Fatigués de marcher sans but, Flavien proposa alors à la jeune femme de s’asseoir dans un endroit calme non loin, ce qu'elle accepta d'un hochement affirmatif de la tête. Ses yeux s'illuminèrent même à la mention des viennoiseries. Elle le remercia vivement avant de s'emparer d'un croissant si gentiment proposé. C'est d'ailleurs après avoir croqué sans ménagement dans la douceur qu'elle lui répondit.


« Mh, non. Enfin, quand je suis arrivée avec mes tenues my'tränes et mon accent étranger ils me regardaient un peu avec curiosité et méfiance, mais c'est normal compte tenu des choses que l'on peut se dire entre nous sur ceux du continent d'en face... Chez nous aussi ça se fait. Mes préceptrices, par exemple, quand elles m'ont relaté l'histoire m'ont racontés pas mal d'horreurs sur eux alors que, bon, finalement c'est juste de la fabulation. »

Déglutissant avec difficulté, elle grimaça légèrement. Cela ne l'empêcha toutefois pas de poursuivre ni même de continuer de manger avec appétit.

« En ce qui concerne ces trois-là, croyez-moi personne ne pourra les prendre au sérieux après ce que je leur ait fait. » Elle eut un léger rire. « Des tours de passe-passe mais ils n'en tireraient que des propos incohérents dignes de grands fous. Je ne pense pas que nous correspondons à la description d'une femme aux dents de sabre et les yeux rouges injectés de sangs et d'un homme haut de trois mètres si imposant qu'il pourrait transporter des melkis sur sa tête. » Haussant les épaules, elle ajouta. « Et puis quand bien même, je peux changer nos apparences si cela vous rassure. »

Elle n'ajouta rien de plus, se contentant de manger tant bien que mal ce qu'il lui restait de viennoiserie. Finalement, elle laissa tomber et fourra le restant dans sa besace contenant sa gloutonne de Lamya.



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Dim 18 Mar - 0:42
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
La réponse de la jeune fille enchanta Flavien plus qu'il ne le laissa transparaitre. Gardant un air détaché au possible, comme seuls les enfants de Möchlog savaient si bien le faire, il hocha tranquillement la tête lorsque Ruby lui révéla travailler dans un refuge pour animaux. S'il avait la chance de tomber sur des personnes réellement tolérantes, ce dont il doutait encore pas mal vu ses précédentes expériences, il saurait être d'une grande utilité à une telle institution. L'adepte d'Orshin qu'il était ne trouvait bien souvent son calme intérieur qu'en étant entouré de la faune. Celle-ci se faisant plus rare dans les grandes cités Daënars, Flavien pourrait peut-être y trouver un havre de paix.

Le duo s'installa sur un banc et Ruby attaqua un croissant à belles dents, entreprenant de répondre à ses questions avec la bouche à moitié pleine. Flavien plissa les yeux, non pas à cause du léger manque de manières de la jeune My'tränne, mais plutôt en avisant les marques d'un rouge furieux qui fleurissaient sur son cou. Elle disait elle-même aller bien, mais à la voir déglutir avec peine la bouchée certes trop grande qu'elle avait entamé, Flavien se permettait de mettre sa parole en doute.

N'en disant rien pour le moment, il attrapa à son tour une viennoiserie s'avérant être un pain aux raisins.

Ruby mâchonnait son croissant en répondant en même temps aux quelques questions qu'il lui avait posé. Elle avait l'air de dire que, dans l'ensemble, bon nombre de Daënars étaient plus tolérants que ce qui pouvait se dire d'eux sur le continent. Leurs regards en coin et leurs messes basses n'étaient que le reflet de leur incompréhension, de leur difficulté à catégoriser ces mages qui pliaient éléments et esprits à leur volonté.

La jeune My'tränne en était persuadée : les gens d'ici n'avaient rien des monstres pour lesquels ils passaient en My'trä. Et quand aux rares exemples du contraire qui se présentaient, ils n'étaient pas représentatifs du peuple Daënar dans son ensemble. Des jeunes gens torturés cherchant une échappatoire, des ressortissants enragés souhaitant une guerre pour justifier leur colère ou des extrémistes dangereux tout juste bons à être enfermés. Le reste de la population n'aspirait qu'à la paix selon les dires de Ruby. Il ne pouvait que lui accorder le bénéfice du doute : elle l'avait bien dit, elle connaissait la région mieux que lui.

Si était plutôt ouverte, la jeune fille semblait désormais peiner à finir son croissant. Prenant garde à n'en croquer que de petites bouchées, elle avait du mal à déglutir. Cela ne l'empêcha pas de parler pour le rassurer, expliquant avec humour qu'elle avait fait d'eux deux monstruosités -littéralement- aux yeux des trois voyous. Aucun agent de l'ordre sérieux n'irait prêter attention aux paroles de trois jeunes gens qui avaient très certainement forcé un peu trop sur la bouteille, un peu trop vite.

- Ne vous dérangez pas pour ça. Déclina poliment Flavien lorsque sa jeune sauveteuse proposa de faire durer l'illusion pour les camoufler encore un temps.

Terminant son pain aux raisins, il nota la mine déçue de Ruby qui laissa tomber sa viennoiserie dans sa besace. Nul doute que sa blessure devait encore grandement la gêner. Vu l'enthousiasme qu'elle avait mis à entamer son croissant, cela devait être la seule raison qui aurait pu la forcer à abandonner sa dégustation, il ne pouvait pas en être autrement.

Flavien soupira lentement, contrarié. Il avait horreur de s'occuper des affaires des autres, presque autant qu'il avait horreur que l'on aille mettre son nez dans les siennes, mais il ne pouvait décemment pas laisser la jeune fille souffrir inutilement. La soigner était bien la moindre des choses après le risque qu'elle avait pris pour lui.

- Vous permettez que je jette un coup d'œil ?, Demanda-t-il prudemment en désignant les marques de strangulation d'un geste lent, Je devrais pouvoir vous soigner facilement si vous le souhaitez.

Devant l'air interdit de Ruby, il se hâta de proposer une alternative au cas où la jeune fille ne préférerait pas qu'il utilise sa magie sur elle.

- J'ai aussi une pommade pour soigner les hématomes, si vous préférez.

Quoi qu'elle décide, il s'exécuta. Durant ce temps, il relança la conversation pour éviter qu'un silence gêné ne s'installe. Il était le premier à apprécier le calme et le silence, mais dans ce genre de situation, alors qu'il se trouvait essentiellement avec une patiente, il ne pouvait pas se contenter de la fixer d'un air morne sans rien dire.

- Vous devez beaucoup aimer les animaux. Les Khulganas sont très craintifs habituellement. Le vôtre vous a porté secours sans hésitation, Dit-il autant pour dire quelque-chose que pour poser une réelle question, avant de se rabattre sur quelque-chose d'un poil différent, Vous pensez pouvoir me présenter aux propriétaires du refuge où vous travaillez ? Je crois que je pourrais y trouver ma place.

S'ils étaient réellement aussi ouverts et bienveillants que la jeune fille avait l'air de le penser, il en était presque sûr.


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Dim 18 Mar - 14:12
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Flavien déclina la proposition de la jeune femme, sans doute rassuré par les explications données. Il se contenta de terminer le pain aux raisins avant de se mettre à soupirer, visiblement contrarié. Ruby arqua un sourcil interrogateur. Était-il contrarié qu'elle n'ait pas prit la peine de terminer la viennoiserie ou bien désirait-il retrouver sa tranquille solitude ? Elle n'eut pourtant pas longtemps à attendre pour en connaître la raison : Il se souciait vraiment de son état et visiblement ne tenait plus devant les traces rougeâtres zébrant la peau de sa compagne d'aventure.

Pointant les marques d'un geste lent, il sembla indécis face à l'expression de surprise de la jeune femme, l'interprétant sans doute comme une crainte. Ruby secoua la tête négativement. Elle n'avait éludé la question uniquement par fierté, mais elle était d'une nature malléable, que ce soit une bénédiction ou malédiction, aussi elle capitula devant son insistance.


« Non, ça ne me dérange pas. » Fini-t-elle par déclarer en haussant les épaules. « Merci. »

Elle n'avait pas eut l'occasion encore de voir un enfant de Möchlog à l’œuvre. La curiosité la titillait également. Elle fut tout de même frustrée de ne pas voir toute l'étendue de la magie, sa blessure étant placée dans un parfait angle mort de son champ de vision. Tant pis. Le jeune homme eut toutefois la bonne idée de poursuivre la discussion, évoquant notamment son lien avec la Khulganna. Elle redressa légèrement le menton.

« Disons que j'ai une relation particulière avec eux. » Lança-t-elle de manière énigmatique. « Et Lamya, elle me doit la vie. »

Le regard de la damoiselle s'illumina en revanche à la mention du refuge. Elle était certaine d'avoir piqué au vif la curiosité du jeune homme. Voilà chose faite. Un large sourire se dessina sur le visage en guise d'acquiescement.

« Oui, bien sûr. » Elle passa un doigt songeur sur ses lèvres. « Bon par contre c'est pas la porte à côté, y en a pour une bon quart d'heure de marche, enfin si on est rapides. »

Elle attendit tout de même bien sagement qu'il ait fini les soins, puis, après l'avoir à nouveau remercié, elle bondit sur ses pieds et ouvrit la marche.

Spoiler:
 



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Lun 19 Mar - 0:04
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
La jeune fille parlait avec animation de sa Khulganna (Lamya, avait-elle précisé) tandis qu'il s'affairait à estomper au mieux l'hématome grossier qui gênait la My'tränne. Ce genre de soin léger demandait malgré tout qu'il lui accorder une grande partie de sa concentration, Flavien n'exerçant pas autant le don accordé par Möchlog que celui offert par Orshin. Néanmoins, il n'eut aucun doute concernant ce qu'il devait faire : le soin était une seconde nature chez lui, dormant, parfois oublié, mais toujours prêt à refaire surface lorsqu'il en avait le plus besoin.

Flavien n'avait jamais été de ceux qui s'adressaient aux Architectes avant d'user de leurs dons. Il comprenait pourquoi certains réitéraient leur amour pour leurs protecteurs, mais ayant grandi au sein d'une communauté extrêmement pragmatique, Flavien avait toujours apprit que les belles paroles n'intéressaient pas particulièrement les Architectes. Il n'était pas nécessaire de les appeler à nous par des envolées lyriques, simplement de leur faire honneur par nos actes. Où qu'il se trouvait sur cette terre, Möchlog et Orshin étaient présents.

Veillant à minutieusement suivre le mouvement de la My'tränne qui bougeait légèrement en s'exprimant, Flavien prit note des commentaires à caractères anecdotiques de la jeune fille, qui n'en était certainement pas vraiment. Tout au plus, Ruby devait ressentir une certaine chaleur dans la zone qu'il recouvrait de sa paume, libre de ponctuer son récit par de petits gestes sensés appuyé ses paroles. Bien vite, l'hématome s'estompa.

Ruby accepta agréablement sa demande de passer voir les propriétaires du refuge, précisant qu'ils en auraient pour un grand quart d'heure de marche, comme si l'idée de passer autant de temps sur le chemin pourrait le dissuader. Flavien sourit en coin à cette pensée, retrouvant rapidement un air sérieux.

- Marcher de me dérange absolument pas. J'ai l'habitude.

Sur ces belles paroles, ils reprirent le chemin. Ruby en tête, Flavien marchant à côté d'elle, un peu en retrait. Selmac ne s'était pas gêné pour grimper sur son perchoir mobile de prédilection. L'Aitah s'était coulé paresseusement sur l'épaule de son maître, observant d'un air curieux les passants qui s'activaient autours d'eux.

- Vous travaillez depuis longtemps dans ce refuge ? Quelles sont vos tâches ?

Sous-entendu : quelles pourraient être les siennes. Flavien ne doutait pas de savoir y faire avec la faune, mais il était curieux de savoir en quoi consistait un travail au sein d'un refuge animalier.

Ayant obtenu ses réponses, ils tombèrent tous deux dans un silence pas forcément désagréable, le temps que Flavien réfléchisse à ce que Ruby lui avait appris. Finalement, après avoir jugé qu'il avait eu suffisamment de réponses avant de s'entretenir directement avec les propriétaires de ce fameux refuge, le soigneur se risque à poser une question un peu plus personnelle.

- Connaissez-vous un peu la population du coin ?, Demanda Flavien, Y aurait-il une famille Brandtner qui réside dans les environs ? La cité est si vaste que je ne sais même pas par où commencer. Ni qui voudrait bien m'accorder une réponse.

HRP:
 


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Mar 20 Mar - 19:04
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Ruby lança un regard entendu à l'homme lorsqu'il lui confirma avoir l'habitude de marcher. C'était bien, parce que la jeune fille avait le pas rapide et semblait infatigable aux yeux des gens en général. Le bon quart d'heure, c'était ce qu'elle était capable de faire, cela pouvait s'avérer plus long si elle se trouvait avec quelqu'un de traîne la patte, ce n'était pas le cas de Flavien visiblement, qui compensait largement avec ses grandes jambes, si bien qu'il parvenait aisément à se placer à ses côtés.

Ses compagnons bien accrochés à leur possesseur, voir même clairement à l'aise sur lui, le prenant presque pour un coussin, Flavien ne semblait pas gêné le moins du monde. Au contraire, il en profita pour questionner plus la jeune femme.


« Mh, voyons... » Commença-t-elle, posant un doigt interrogateur sur son menton. « Ça fait presque deux mois je dirais. Je me suis absentée fin décembre mais ils ont été ravis de me voir reprendre le travail. »

La moue satisfaite, elle enchaîna sur la seconde question.

« Pour les tâches, c'est très diversifié. Au début je ne faisais qu'observer et m'occuper uniquement de l'entretien des... Je ne sais pas trop comment cela s'appelle, c'est des sortes de maisonnées pour chaque animal. Ils y vont pour se coucher ou s'il y a des visites afin de pouvoir se faire adopter. Enfin, bref, pour revenir à mes fonctions, aujourd'hui je m'occupe plutôt des nouveaux arrivants et des animaux difficiles ou souffrants. Comme j'ai des capacités d'observations assez pointilleuses sur les réactions et que j'ai une grande facilité à communiquer avec eux, je suis là pour les rassurer mais aussi savoir s'ils ont un trouble que ce soit physique ou mental. Je suis en mesure de savoir ce qui les perturbe et donc de pouvoir passer le relais à mes camarades soignants. »

Comme à son habitude, elle haussa légèrement les épaules.

« Après, tout dépend de vos capacités. L'avantage ici c'est que c'est une équipe. Chacun possède ses points forts et points faibles et ils mettent en avant les capacités de chacun. »

Le silence s'installa par la suite mais sans qu'il ne soit réellement perturbant. Ruby était ravie de se montrer utile, autant en lui servant de guide que tout simplement en transmettant ce qu'elle savait. C'est qu'elle avait bien évolué depuis tout ce temps. Cela changerait à nouveau bientôt, lorsqu'elle déciderait de partir voyager ailleurs, mais en attendant elle essayait de comprendre le plus de choses sur cette ville et ses habitants.

Soudain, Flavien posa une question inattendue, lui parlant d'une certaine famille Brandtner. Ruby retroussa son petit nez de contrariété. Non, elle n'en avait pas la moindre idée, ses oreilles d'espionne, ou fouine selon le point de vu, n'en avaient jamais entendu parler. Cela dit, elle ne servirait pas totalement à rien. Elle fini par secouer la tête négativement.


« Non mais je sais où vous pourrez l'apprendre. Il y a ce qu'ils appellent des hôtels de ville ou mairie, je ne suis pas trop sûre de l'appellation. Mais là-bas ils ont des registres. Il y en a pour tout. Pour les visiteurs qui se sont manifestés aux autorités mais aussi et surtout des habitants. Peut être que ces gens y sont inscrits. Si c'est le cas vous devriez avoir quelques informations de plus... Enfin, je ne sais pas s'il faut faire quelque chose de particulier pour avoir ces informations... »

Soudain le visage de la jeune femme s'éclaira à la vue d'un carrefour étroit menant dans une allée tout aussi peu engageante. Après un « Ah, on y est presque ! » la jeune femme s'élança dans cette allée qui avait tout d'un coupe-gorge d'apparence. Cela n'eut pas l'air de la déranger plus que cela, continuant de marcher d'un pas assuré jusqu'à finalement les mener vers une très jolie bâtisse possédant un petit portail et une allée de verdure. Elle enjoint à nouveau son compagnon à la suivre et passa le portillon. C'est avec tout autant d'assurance qu'elle frappa à la porte pour informer de son arrivée avant de pénétrer dans le bâtiment.

L'intérieur était joliment décoré, tranchant avec l'ambiance de la rue. Une femme à la longue chevelure bouclée se trouvait au guichet d’accueil.


« Ah c'est toi Ruby, tu as oublié quelque chose ? » La questionna-t-elle aussitôt.
« Non, non tout va bien. Je... »
« Oh qui est-donc ce monsieur ? » Reprit-elle immédiatement, réalisant qu'elle n'était pas venue seule. « Bonjour, bienvenue à Kali'ns. Je peux vous aider ? »

Spoiler:
 



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Lun 26 Mar - 23:16
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Ruby semblait être au courant de pas mal de choses : peut-être que, par la force des choses, elle avait entendu parler de cette famille qui l'intéressait tant. Jusqu'à présent il n'avait eu que des regards désolés et des moues suspicieuses en retour. La moue contrariée de la jeune demoiselle fronçant le nez était une première pour lui et il se surprit à penser qu'elle puisse avoir une quelconque information, avant qu'elle ne hoche négativement la tête. Ce geste ne l'étonna guère et avait fini de l'attrister depuis longtemps. Une personne de moins à questionner, une myriade d'autres vers qui se tourner. Au moins ce n'était pas les possibilités de se renseigner qui manquaient.

La jeune fille ne se cantonna pas à cette simple négation, indiquant au soigneur qu'il trouverait peut-être une réponse dans les registres de la ville. Apparemment Cerka avait un bâtiment dédié à la préservation de registres liés à la population de la Cité, entre autre des différents recensement des habitants et visiteurs qui se faisaient remarquer pendant leur séjour. Le bâtiment n'était pas très compliqué à trouver selon les dires de la jeune fille : il s'agissait de l'imposante construction à la façade parfaitement entretenue et à la devanture fleurie, qui trônait au centre-ville.

L'information soigneusement notée dans un recoin de son esprit, il suivit Ruby qui s'engageait désormais dans une allée qui avait tout l'air de servir de refuge à une petite bande de voyous prête à sortir de l'ombre pour prendre la poudre d'escampette avec les besaces des malheureux qui avaient osés mettre les pieds dans leur domaine. Le refuge n'était plus très loin d'après la demoiselle. Celle-ci s'engagea d'ailleurs d'un pas joyeux dans la ruelle étroite, son compagnon de randonnée lui emboitant le pas en scrutant d'un air interrogateur les environs. Rien que l'endroit n'était pas accueillant, aurait été un euphémisme.

Pour le plus grand soulagement du soigneur, les maisonnées qui succédaient à l'allée sinistre n'avaient de dérangeant que leur simplicité. Loin des constructions tape-à-l’œil du centre, ces bâtisses étaient plus modestes, plus anciennes aussi. Seule l'une d'entre-elles, se dressant fièrement au bout de l'allée, avait l'air plus récente que ses consœurs, bien que tout aussi vétuste. Le petit jardin qui entourait l'allée de la propriété était impeccablement entretenu, un petit bol de nature et de sérénité dans la ville toujours en mouvement. C'est sur cette même allée que Ruby s'engagea, franchissant les portes du bâtiment après avoir annoncé son arrivée de quelques coups légers sur la porte.

L'intérieur du refuge devait en étonner plus d'un. En effet, contrairement à son extérieur usé, il respirait la fraicheur et la nouveauté. Le matériel à disposition était clairement de belle qualité, et ce qui avait tout l'air d'être récupéré sur le côté était entretenu avec soin, de manière à offrir un cadre paisible et accueillant.

Une jeune femme aux longs cheveux bouclés détacha son attention des documents étalés devant elle pour sourire aux nouveaux venus. Son sourire doux s'agrandit en apercevant Ruby et elle posa une main sur le guichet, s'appuyant sur ce dernier pour s'avancer légèrement vers la demoiselle. L'hôtesse remarqua dans la foulée la présence d'un parfait inconnu et le gratifia d'un bonjour enjoué avant de demander à Flavien ce qu'elle pouvait faire pour lui.

- Bonjour. Salua-t-il en inclinant légèrement la tête, Ruby m'a dit que vous pourriez avoir besoin de main d'œuvre ?

Comme à son habitude, Flavien allait droit au but. Son attitude n'avait pas l'air de déranger la jeune femme derrière le guichet. Plutôt que de lui tenir rigueur de son manque de conversation, elle joignit joyeusement les mains devant elle et hocha la tête.

- Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux travailleurs ! On ne manque pas de choses à faire, ici à Kali'ns ! Rit-elle tranquillement, Oh, excusez mes manières ! Je m'appelle Julia Geiszler, enchantée. Je gère ce petit refuge depuis cinq belles années maintenant.
- Flavien. Se présenta-t-il à son tour, sommairement, Je suis de passage à Cerka...
- Je vois ça, Elle secoua la tête, comme si elle avait pu lire une certaine retenue dans son regard, Ne vous en faites pas, ce n'est pas un problème ici. Nous ne saurions dénigrer votre aide à cause de quelques préjugés.

Flavien hocha la tête tout en gardant le silence. Après que sa dernière interaction avec un groupe de Daënars se soit soldée par un affrontement aussi violent que gratuit, il préférait ne pas croire la jeune femme chaleureuse sur parole. Ruby avait l'air convaincue que Julia n'accorderait aucune importance à ses origines My'trännes, Flavien lui demandait encore à en avoir la preuve.

Selmac choisi ce moment pour sauter sur le comptoir. Ses grands yeux curieux se posèrent un instant sur Julia, puis son regard se porta sur la porte du fond. L'Aitah huma l'air, intrigué.

- Oh, il est parfaitement adorable ! C'est le vôtre ?
- Oui. Répondit Flavien en grattouillant Selmac sous le menton.

L'Aitah ronronna de contentement et ferma les yeux presque instantanément. Julia sourit devant la scène, notant le sourire presque attendrit de l'homme taciturne.

- Vous avez l'air de bien vous entendre. Vous êtes à l'aise avec les animaux en général ?
- Je suis soigneur. Expliqua-t-il, C'est mon travail.
- Vraiment ?, S'exclama Julia, En voilà une bonne nouvelle ! Tu le savais, Ruby ?

Pendant que Ruby et Julia s'entretenaient, Flavien attrapa son Aitah pour l'empêcher de sauter du guichet et de trottiner en direction de la pièce du fond. Cette dernière retenait toute l'attention du félin qui, même une fois perché sur l'épaule de son maître, n'avait d'yeux que pour ce passage.

- Vous ne voyez pas d'inconvénient à ce que je prenne la mesure de vos connaissances avant de vous laisser travailler avec nous ? Habituellement nos recrues passent par une petite semaine d'observation, mais il me semble que ce ne sera pas possible pour vous.
- En effet.
- Soit. Ruby est l'un de nos meilleurs éléments. Elle pourra vous montrer les ficelles du métier et décidera de votre assignation. Si ça ne te pose pas de problème, Ruby. Ajouta la gérante après-coup. Elle tapota le guichet du bout des doigts puis attrapa un dossier très fin qu'elle tendit à Ruby par-dessus le comptoir, Nous avons admis trois nouveaux pensionnaires ce matin. Ils ont besoin de soin mais refusent qu'on les approche. Vous pourriez vous occuper d'eux tous les deux ? Je te fais confiance, Ruby.

Flavien préféra ne pas se mêler de la décision. Ruby en avait déjà bien assez fait, mais si elle souhaitait continuer de l'accompagner, il n'y voyait aucune objection.

- Que diriez-vous de faire une visite de notre refuge dans un premier temps ? Demanda Julia une fois la décision prise.

La porte d'entrée s'ouvrit sur une mère de famille et ses deux enfants qui se précipitèrent au guichet sans aucun regard pour les deux visiteurs déjà présents.

- Maman dit qu'on va avoir un chien ! C'est vrai, madame ?
- Oh, madame Keller ! S'exclama Julia, Je ne vous attendais pas de sitôt.
- Excusez-moi. Les deux petits n'ont pas voulu attendre, vous comprenez...
- Très bien. Sourit Julia en se tournant vers les petites tornades, C'est vrai. Il vous attend, mais attention les enfants, il n'aime pas le bruit. Il faudra parler doucement lorsque vous serez près de lui.
- OUI ! Répondirent en cœur les deux enfants. Ils s'échangèrent un regard gêné puis reprirent, Oui.

Julia rit doucement, félicitant les petits d'Homme pour s'être aussi rapidement rattrapés.

- Parfait. Je vais vous conduire à lui. Dit-elle joyeusement. Elle se retourna vers Ruby une dernière fois avant d'accorder son entière attention à la famille Keller, Tu pourrais assurer la visite pour Flavien, avant de prendre en charge les nouveaux venus ? Je les ai installés dans le box du fond. Merci, Ruby.

HRP:
 


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Sam 31 Mar - 16:14
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Ruby se fit discrète pendant que son nouvel ami échangeait avec Julia. Elle était passée derrière le guichet afin de farfouiller sur l'étagère qui tapissait le mur. Celui-ci était rempli de produits que l'établissement mettait à l'honneur. Elle en saisi une boite puis revint de l'autre côté mais au lieu de s'occuper des humains, elle s'était accroupie devant Selmac. L'aitah cessa alors de renifler vers la porte du fond pour se concentrer sur l'étrange boite que la mage ouvrait devant ses yeux. Une agréable odeur de nourriture s'en dégageait. Mais il n'était pas le seul intéressé par le doux fumet.

« Toi aussi Hua tu peux en manger, c'est pour vous deux vous le méritez bien. »

Elle les laissa se sustenter de cette pâtée au goût irrésistible avec un sourire ravi. Eux aussi avaient bien le droit de se remettre de leurs émotions après tout. Elle se redressa, posant ses mains sur les hanches avec une expression satisfaite.

«  Tu le savais, Ruby ? »
« Mh ? » Fit-elle en décrochant son regard des adorables boules de poils. « Ah euh oui, il m'a soignée tout à l'heure.... Je n'ai plus la moindre trace ni aucune douleur. Il est vraiment doué. »

Pendant que la jeune femme expliquait à Julia ce qui leur était arrivés au centre ville, il semblait que Flavien eut des difficultés à contenir l'énergie débordante de son félin... Probablement boostée par le succulent repas qu'il avait littéralement englouti. Malgré tout, il  parvint à le garder bien fermement dans ses bras. Julia dirigea alors à nouveau son attention vers Flavien mais impliqua la jeune mage cette fois-ci. Après l'avoir caressée dans le sens du poil avec un compliment qui n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde, elle demandait à Ruby de prendre le nouveau comme apprenti. Les joues de la jeune filles s'empourprèrent soudain alors qu'elle se saisit des dossier, prenant la mission déjà à cœur.

« Entendu, compte sur moi je ferai de mon mieux. »

Les yeux brillants de se voir attribué des responsabilités, la jeune fille plongea immédiatement son nez dans les dossiers tendus. Trois nouveaux pensionnaires n'attendaient plus que le duo pour se remettre d'aplomb. Elle ouvrit la bouche pour lui assurer une nouvelle fois de son acquiescement mais des clients arrivèrent à cet instant. Elle attendit alors un instant puis hocha affirmativement la tête à la question de sa supérieure. Elle se tourna alors vers Flavien.

« Prêt ? Si tu as des questions surtout n'hésite pas à m'interrompre. Pour commencer, ici tu as vu c'est là que nous accueillons les clients. Ça c'est le travail de Julia, ça et chapeauter toute l'équipe. Sur la gauche on a une petite salle d'attente, elle nous sert en milieu de journée lorsque l'on a beaucoup de clients en même temps. Nous prenons alors en compte leur demande en fonction de leur heure d'arrivée ou de gravité suivant les cas. »

Ruby pointa ensuite la porte par laquelle Julia avait disparu avec la dame et ses enfants.

« De ce côté là se trouve des salles conçues uniquement pour les départs. Il y a une pièce destinée au toilettage afin de pouponner les animaux et des box individuels meublés selon les besoins de nos pensionnaires en attente de famille. Tout est fait pour que la séparation avec nous et l’accueil de leur nouveau foyer se passe sans le moindre stress. »

Elle fit une pause, laissant à Flavien le loisir de réagir à ses premiers propos et répondit à ses questions puis elle l'invita à la suite de l'autre côté, vers la porte qui intriguait tant Selmac. Elle l'ouvrit d'un tour de clé puis referma derrière eux. Devant le regard surprit du jeune elle lui expliqua qu'ils avaient dû prendre cette mesure car il y a une dizaine d'années des gens mal intentionnés avaient déjà tenté de pénétrer dans cette aile pour tenter de voler leurs protégés. Les autorités les avaient puni sévèrement et les animaux furent restitués à l'établissement mais ils avaient depuis installé cette serrure, au cas où.

« Le couloir sur la gauche mène à nos salles de soin et celles de droite sont destinées à la consultation lorsque des clients viennent avec leur compagnon. Ce sont les seules salles que nous autorisons aux clients car parfois nos protégés ont besoin de leur présence. Si leur est préoccupant nous les gardons le temps de les examiner et s'il le faut on les envoie en salle de soin. Une fois soignés nous les conduisons d'ailleurs aux box de départs en attendant qu'ils puissent rentrer chez eux. »

A nouveau la jeune femme fit une pause afin que Flavien puisse s'exprimer puis lorsqu'elle fut certaine de l'avoir suffisamment éclairé elle le mena au bout du couloir principal. Sur leur droite se trouvait une porte menant sur un extérieur. Elle l'ouvrit et l'invita à sa suite. A peine mit le pied dehors qu'un jeune Uraldaan se jeta sur la jeune femme. Elle tomba sur les fesses, riant aux éclats en lui grattouillant la nuque. La cour était animée, c'était l'une des occasions données aux pensionnaires de se défouler et jouer ensemble. Un homme à la chevelure brune aussi désordonnée que celle de Ruby agita la main en guise de bonjour. Il était entouré de jeunes chiots qui se faisaient la course autour de ses pieds.

« Je te présente Merian, il n'en a pas l'air comme ça mais c'est l'un de nos meilleurs soigneur. Il n'a pas de dons magiques comme nous, c'est un habitant d'ici mais il en a sauvé plus d'un grâce à la technologie. Je ne pensais pas que c'était possible mais il a redonné une seconde chance à des créatures qui ont dû se faire amputer. » Elle pointa du doigt un Novsh dont les pattes avant étaient des prothèses. « Lui c'est Sousou, il ne parvenait plus à marcher et se laissait mourir en s'affamant, et bien il l'a opéré et maintenant il peut marcher de nouveau. Bon, je ne peux pas trop m'en occuper car le métal me rend trop malade mais je suis vraiment heureuse pour lui. »

Elle parcourut la cour, vint saluer de près son collègue et présenta brièvement Flavien, lui indiquant avec une certaine fierté qu'il était son apprenti puis elle reprit la visite, le guidant vers des locaux de l'autre côté. Là bas se trouvait de multiples box, individuels ou collectifs, de tailles différentes en fonction des races et surtout tous décorés avec soin. Il y avait de la nourriture, des jouets, des espaces de litière et de confortables petits lits douillets adaptés aux besoin des pensionnaires.

« Ici c'est chez eux, c'est un peu leurs chambres. Certains vivent ensemble car ils s'entendent très bien mais d'autres sont plus solitaires. On essaie du mieux possible de respecter leurs caractères et leurs besoin. C'est aussi un peu ça notre rôle, de comprendre ce dont ils ont besoin. On s'occupe de l'entretient des box à tour de rôle tout comme de la surveillance dans la cour. »

A nouveau elle ressortit dans la cour afin de l’emmener dans le dernier bâtiment qui était le plus à l'écart de l'ensemble de bâtisses. Elle s'arrêta, se tourna très sérieusement vers Flavien.

« Voilà, c'est ici que l'on va travailler ce matin. C'est un tout petit bâtiment uniquement réservé aux nouveaux arrivants. Il est le plus isolé avant de ne pas les perturber avec un bruit excessif, des odeurs étrangères ou des présences importunes. D'après les dossiers il s'agit de jeunes Salshogu. Une fratrie. L'un d'entre eux est blessé et ses frères se montrent agressifs envers ceux qui les approche si bien qu'ils se sont eux aussi infligé quelques blessures au passage.

Tout d'abord je vais faire en sorte de les calmer, une fois que j'aurai leur confiance et qu'ils acceptent de se faire approcher tu pourras voir ce qu'ils ont et les soigner. Si ce n'est pas visible à l’œil nu je peux essayer de chercher dans leurs souvenirs ce qu'il s'est passé. Ça te convient ?
 »



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Mar 3 Avr - 22:02
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Là où certains auraient pu se plaindre de se voir confier une tâche non désirée, surtout à l'extérieur de ses heures de travail définis, Ruby accueillait la tâche dans la joie et la bonne humeur. L'émotion devait être communicative, car Selmac arrêta un instant de fixer la porte si mystérieuse de ses grands yeux pour sautiller autour de la jeune My'tränne. Les yeux de Ruby étincelaient de bonheur tandis qu'elle attrapait avec enthousiasme le dossier que lui confiait Julia.

Il fallait croire qu'elle était tellement ravie de se voir confier une mission aussi importante qu'elle en oublia même de le vouvoyer. Bien qu'il note ce détail de but en blanc, Flavien ne le releva pas auprès de la demoiselle. Cela ne le dérangeait pas. Il avait toujours vouvoyé autrui par facilité, sachant combien il était facile de vexer ceux qui attachaient une quelconque importance à ce vouvoiement clinique et impersonnel. Pour le soigneur, cette forme de respect n'en était finalement pas vraiment une. Pareil aux honorifiques tels que les titres de Gharyn ou de Khorog, Flavien n'y accordait pas d'importance. Seuls les actes comptaient, et Ruby n'était pas en maque de bonnes actions.

Pour le moment, le soigneur se contentait de hocher la tête périodiquement, ne manquant pas de murmurer sa compréhension ou son accord lorsque Ruby revenait indéniablement vers lui en l'observant curieusement de ses yeux gris. La demoiselle avait à cœur qu'il ne se sente pas perdu dans le bâtiment et il faisait donc de certains efforts pour noter dans un coin de son esprit les informations les plus importantes que lui servait la jeune fille.

- Cet établissement assure aussi le suivi d'animaux déjà adoptés ?, Questionna-t-il lorsque Ruby expliqua qu'une pièce du bâtiment étaient dédiée au repos des petits patients qui attendaient le retour de leurs maîtres, Les propriétaires se déplacement toujours jusqu'ici où il vous arrive de passer à domicile ?

L'idée même de confier à autre que lui ses familiers en convalescence le laissait perplexe. Évidemment, Léonie avait procédé de la même manière lorsque son travail l'avait appelée et qu'elle avait été contrainte de lui laisser Spook, mais ils avaient eu l'occasion de se croiser une première fois avant qu'elle ne décide de lui faire confiance. Lorsqu'il soignait les familiers et les bêtes de ferme en My'trä, leurs propriétaires étaient toujours présent.

Quoi qu'il en soit, l'endroit était particulièrement bien fourni. Certaines décorations étaient présentes dans le but d'attirer l'attention des Hommes plutôt que celle des bêtes (les tableaux abstraits suspendus par-ci par-là égayaient indéniablement la pièce), mais les boxes n'en restaient pas moins adaptés aux besoins de tout animal en convalescence. De toutes les tailles et avec toutes les fournitures possibles et imaginables sans pour autant donner dans l'excès, il y en avait pour tous les goûts et surtout pour tous les besoins.

- Tous ces animaux attendent donc sur leurs nouveaux maîtres ? Questionna-t-il doucement pour ne pas réveiller le duo d'Aitahs qui ronflaient paisiblement.

Le tour des pensionnaires terminés, Ruby le conduisit jusqu'à la porte opposée. Selmac miaulait doucement, de petits cris aigües et interrogatifs, comme souvent quand il découvrait quelque-chose qui l'intriguait particulièrement. Une fois rentrés, la My'tränne referma la porte derrière eux, justifiant son geste par une mesure de précaution. Certains pensionnaires leur avaient été volés et depuis, ils ne prenaient plus aucun risque. Flavien approuva silencieusement la démarche et emboita le pas à Ruby.

Salles de soins et bureaux de consultations, ce refuge était tout équipé, chaque espace pensé et mis en place dans le but de répondre au mieux aux besoins des animaux qui leur étaient confiés. Flavien s'y sentirait presque chez lui, les stéthoscopes et autres appareils médicaux en plus.

Finalement, Ruby les mena à l'extérieur... Où elle fut sans attendre renversée par un Uraldaan encore jeune, mais déjà assez grand pour que la seule force de son accolade maladroite envoie la jeune fille valser. La My'tränne rit aux éclats et Flavien sourit en l'observant saluer son compagnon de jeu. L'Uraldaan débordais de joie de revoir la My'tränne, à tel point qu'on aurait pu croire qu'il ne l'avait pas vu depuis des lustres.

Son sourire facile tomba un peu alors qu'il songeait que sa Nokhoi, laissée aux bons soins de Léonie, lui offrait habituellement ce même genre de traitement. Lui qui avait toujours pu l'invoquer à ses côtés d'une simple pensée, il était maintenant trop loin d'elle pour ressentir sa présence.

Un jeune homme les salua agréablement, le tirant de ses songes. Il se nommait Merian et était prothésiste. Une profession aussi fascinante que dangereuse aux yeux du soigneur qui entretenait un rapport assez contradictoire avec le vivant. Il n'était pas partisan de la préservation de la vie avant tout, au risque de dénaturer bien des choses. Les prothèses de membres comme pouvaient en créer ce jeune homme l'intriguait, mais il fronçait le nez devant des créations plus osées. Dès qu'il ne s'agissait plus de remplacer ce qui avait été perdu, mais que l'on s'acharnait à vouloir améliorer ce qui n'était pas conçus tel quel au naturel, Flavien avait beaucoup plus de mal avec la technologie.

Ruby fit rapidement les présentations à son collègue, l'introduisant comme son apprenti. Flavien répondit par un haussement d'épaule à l'air étonné mais amusé de Merian, puis emboita le pas à Ruby. L'Uraldaan d'avant s'en était retourné jouer avec d'autres camarades bipèdes et Flavien remercia intérieurement Orshin pour souffler une fois à Selmac de se tenir tranquille. Il aurait eu l'air fin, à courir après son Aitah dans tout le jardin. En réalité, Selmac n'était pas tant calme qu'il était émerveillé par la présence d'autant de potentiels camarades de jeu dans le même endroit.

La My'tränne conclu son tour du propriétaire en s'arrêtant devant un bâtiment à l'écart de la cour et en retrait par rapport à l'accueil. Il était beaucoup plus petit que le refuge mais n'en restait pas moins assez spacieux. Il était simplement bien dissimulé à l'arrière du patio, protégé des regards par un mur bien plus imposant que le muret qui entourait le bâtiment d'accueil.

Ruby lui expliqua leur mission de cette matinée et Flavien hocha la tête une nouvelle fois en enregistrant ses indications. Une fratrie de trois Salshogu, l'un blessé sévèrement, tandis que ses frères s'étaient blessés à leur tour en protégeant leur camarade malade. Il connaissait assez bien les Salshogus pour savoir que leur naturel joueur s'effaçait devant la peur et qu'ils devaient d'abord être mis en confiance pour simplement se laisser approcher. Ces créatures étaient connues pour fuir en cas de danger : leur boxe pouvait être aussi bien décoré que possible, ils n'y voyaient sans doute qu'une prison entravant leurs mouvements.

- Ça me convient, Confirma Flavien, Je te suis.

C'est assez normalement qu'il avait adapté sa façon de parler à la demoiselle. Les deux My'träns s'engouffrèrent dans le bâtiment et Flavien repéra le box concerné sans que Ruby ait besoin de dire quoi que ce soit. Des croassements nerveux s'échappaient d'une des maisonnées, accompagnées du bruit caractéristique d'ailes battant contre des barreaux. Les deux Salshogus en bonne santé ne cessaient de s'ébrouer. Placés devant leur frère blessé, ils refusaient de laisser les deux nouveaux venus ne serait-ce qu'apercevoir leur frère. Eh bien. Ils allaient avoir du travail.

- Comment comptes-tu les calmer ?, Demanda Flavien curieusement, ajoutant après-coup, Tu peux vraiment lire leurs souvenirs ?

Le soigneur écouta avec intérêt la réponse de Ruby puis s'écarta du box pour laisser le champ libre à l'illusionniste. Il l'observa travailler en silence, hochant parfois la tête en la voyant effectuer une action ou amorcer un geste qui lui paraissait particulièrement adapté. Leur situation était assez cocasse, mine de rien. Ruby lui enseignait une profession qu'il connaissait très bien, pour ne pas dire sur le bout des doigts, et voici qu'il regardait la demoiselle exercer son art sans en être lassé. L'enthousiasme de la jeune femme faisait plaisir à voir, d'autant plus qu'il concernait un domaine que le nomade affectionnait tout particulièrement.

Finalement, lorsque Ruby fut satisfaite de son œuvre et que les Salshogus étaient plus enclins à les écouter, elle passa le flambeau à Flavien. Doucement, le soigneur s'approcha des barreaux pour avoir une meilleure vue sur les trois oiseaux. Les deux Salshogus en meilleure santé l'observaient de leurs grands yeux perçants. Ils acceptaient qu'il s'approche d'eux, mais les convaincre de porter assistance à leur frère mal en point était une autre paire de manche. Il semblait que le soigneur doive d'abord faire ses preuves en assistant les deux blessés légers.

Assis en tailleur en face des oiseaux méfiants, Flavien fit le nécessaire pour ne pas loucher sur le troisième membre de la fratrie qui faiblissait derrière ses frères tristement protecteurs.

" Vous acceptez de me laisser inspecter vos blessures ? "
" Doucement. Calme. " Répondit l'un des frères en bombant le poitrail " Si menace je griffe. Je lacère. Pas de bras de métal. Tu auras mal. "
" Je sais. " Répondit simplement Flavien qui peinait toujours à comprendre complètement une créature dans les premières minutes de conversation. Il saisissait le sens des phrases sans capter tous les détails " Montre-moi où tu as mal, pour commencer. "

Le porte-parole de la fratrie s'approcha en sautillant, présentant son cou. Une vilaine griffure y était clairement visible, bien que pas très dangereuse car assez bien cicatrisée. Flavien l'aurait remarquée de suite, peut-être plus rapidement que la petit entorse qui gênait l'oiseau. Nul doute que la créature voulait d'abord s'assurer de ses bonnes intentions avant de lui présenter son membre le plus vulnérable. Peut-être encore le testait-il.

" Je vois. Tu vas avoir un peu chaud, mais tu verras, tu ne sentiras rien à part quelques picotements. Tu n'auras plus mal d'ici quelques minutes. "

Le soigneur laissa opérer sa magie et le Salshogu, fidèle à sa parole, attendit bravement que la chaleur se dissipe avant d'émettre la moindre opposition.

" Je vais mieux. Je vais mieux. " Répéta la créature comme pour s'en convaincre. Tournant sa large tête vers Flavien, il continua de croasser. " Soigne mon frère. "
" Tu acceptes de laisser Ruby immobiliser ta patte pendant ce temps ? " Demanda Flavien " Elle peut aussi s'occuper de ton frère, son aile saigne un peu. Je vais m'occuper de votre petit frère. "

Appelant près de lui son jumeau sur la défensive, le Salshogu s'éloigna de son frère fébrile pour se présenter devant Ruby.

- Il aurait besoin qu'on immobilise sa patte. Son jumeau n'est pas autant blessé, mais son aile mériterait d'être désinfectée. Il doit éviter de la bouger de trop. En attendant, je vais essayer de voir si j'arrive à trouver d'où provient le mal de leur petit frère. Dit-il, énumérant chaque point important. Enfin, il croisa le regard interrogateur de Ruby. Je communique avec eux par la pensée, je suis aussi disciple d'Orshin.

Le moment n'était pas aux bavardages et Flavien reprit son travail, laissant Ruby se charger des deux frères qu'elle avait préalablement calmé avec brio. Le troisième et dernier membre de la fratrie était très faible : il avait de la fièvre, du mal à respirer et, pire que tout, aucun signe extérieur de mal-être. Le jeune oiseau était trop faible pour lui dire quoi que ce soit dans son état, ni même pour réagir en accord avec une souffrance quelconque lorsqu'il appuyait sur les points de compressions. Soignant sommairement le Salshogu mal en point en se concentrant pour lui permettre de respirer plus aisément, il murmura sa requête à l'attention de Ruby.

- Je ne vois rien qui cloque de l'extérieur. Tu pourrais trouver ce qui lui est arrivé ?

HRP:
 


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Mar 22 Mai - 10:17
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
« Cet établissement assure aussi le suivi d'animaux déjà adoptés ? », Questionna-t-il lorsque Ruby expliqua qu'une pièce du bâtiment étaient dédiée au repos des petits patients qui attendaient le retour de leurs maîtres, « Les propriétaires se déplacement toujours jusqu'ici où il vous arrive de passer à domicile ? »

« Oui, exactement. On s’occupe de tout le monde ici. Disons que tout le monde n’est pas apte à soigner son animal ou comprendre ce qui modifie son humeur. C’est moins évident pour les habitants d’ici puisqu’ils n’ont pas nos dons. Alors quand ils s’inquiètent, ils viennent nous rendre visite. Ça ou bien on se déplace à domicile. C’est suivant la gravité surtout. »

Ruby avait bien conscience de l’étrangeté de la chose. Elle-même avait été surprise lorsqu’elle avait débuté mais après coup, elle s’était rendue compte de l’ingéniosité des daënars. Ils compensaient leurs lacunes magiques par une totale confiance mutuelle et des services adaptés.

« Tous ces animaux attendent donc sur leurs nouveaux maîtres ? » Questionna-t-il doucement pour ne pas réveiller le duo d'Aitahs qui ronflaient paisiblement.

« Oui c’est ça. Bien sûr, nous ne les laissons pas à n’importe qui. Il faut les visiter plusieurs fois afin de voir si le contact passe dans les deux sens. Si l’animal ne se sent pas à l’aise avec celui qui veut l’adopter et vice versa l’adoption ne se fera pas. De même, nous veillons à vérifier qu’il s’agit d’une personne stable capable de prendre en charge un animal : le nourrir, en prendre soin etceterra. Et nous attendons également que l’animal soit stable émotionnellement et assez grand pour le mettre à l’adoption. Nous avons un petit coin nurserie pour nos bébés… Je te le montrerai tout à l’heure si tu veux. »

Ruby avança sur la visite une fois ces points abordés.

**

Les my’träns se trouvaient à présent devant le box des Salshogus. Ils croissaient d’avant de crainte en entendant les pas des humains. Ruby sentit son cœur se serrer lorsque le son déchirant lui parvint aux oreilles mais elle se reprit très vite. Elle commençait à prendre l’habitude mais la détresse des nouveaux arrivants était toujours pénible à vivre. Flavien la questionna alors sur la manière dont elle comptait s’y prendre pour calmer les jeunes pensionnaires.

« Je peux modifier leur perception de ce qui les entour et apaiser leurs sentiments. En gros, je peux influencer leur esprit. A cette distance, je ne peux pas lire dans leurs souvenirs et je dois t’avouer que si je peux m’en passer ça me soulagerai, c’est un domaine que je maîtrise mais même si je m’y entraîne souvent, cela me demande une telle énergie que j’ai une bonne chance de tourner de l’œil après coup. Enfin, on verra. Je vais déjà les calmer pour commencer. »

Attrapant la clé du box, la jeune femme déverrouilla la porte puis pénétra à l’intérieur. Elle ne s’approcha pas mais il fallait qu’elle les ait dans son champ de vision. De là, elle rentra en contact avec leur esprit, mais aussi celui du soigneur afin qu’il se rende mieux compte. Elle transforma la pièce grâce à une illusion réaliste. Les murs semblèrent disparaître, atténuant de fait la sensation d’enfermement des volatiles et le paysage changea du tout au tout puisqu’il était évident pour les yeux qu’ils se trouvaient à présent sur un escarre rocheux au beau milieu d’une contrée aride. Les Salshogus se trouvaient dans un nid réconfortant tandis qu’une sensation de chaleur envahissait chaque être, comme si le vent lourd et chaud était venu lui aussi. Le bruit de la cour n’était plus qu’un lointain souvenir, seul le calme faisait place.

Les créatures ailées se montraient à présent moins hostiles mais ils gardaient une méfiance vis-à-vis des inconnus. Qu’à cela ne tienne, Ruby n’avait pas terminé. Gardant une totale concentration, elle effectua alors des gestes lents qui semblèrent créer une énergie douce volontairement perceptible par le soigneur. Elle guida cette énergie vers les Salshogus et lorsque celle-ci les atteint, ils finirent par s’apaiser complètement. La jeune femme se laissa alors lentement glisser vers le sol, s’asseyant sur les genoux. Elle passait le flambeau à son camarade, le quittant pas sa concentration afin de garder ses illusions actives.  

Flavien établit alors un contact visuel avec les oiseaux avant de venir s’asseoir en tailleur tout près des deux ainés. Elle était complètement étrangère à l’échange qui suivit mais il semblait que les créatures communiquaient avec le soigneur puisqu’un échange, du moins visuel, se passait. Finalement, le plus courageux de la fratrie vint vers Flavien dans le but de tester la franchise de l’humain. Le My’trän soigna la petite créature et c’est alors que les plus âgés libérèrent le passage vers leur petit frère puis se dirigèrent vers Ruby. Elle arrondit les yeux, ne s’étant pas attendue à de telles réactions. Flavien avait fait un très bon travail pour convaincre aussi rapidement les  Salshogus, mais tant mieux.


« Il aurait besoin qu'on immobilise sa patte. Son jumeau n'est pas autant blessé, mais son aile mériterait d'être désinfectée. Il doit éviter de la bouger de trop. En attendant, je vais essayer de voir si j'arrive à trouver d'où provient le mal de leur petit frère. Dit-il, énumérant chaque point important. Enfin, il croisa le regard interrogateur de Ruby. Je communique avec eux par la pensée, je suis aussi disciple d'Orshin. »

« Oh, je vois. J’avais bien eu l’impression que vous communiquiez mais je n’étais pas sûre. »

Ruby ne s’étendit pas non plus. Elle sortit se contenta de sortir le matériel nécessaire à la guérison des deux plus âgés et d’effectuer les soins. Elle n’était pas en mesure de communiquer avec eux de la même manière que le soigneur mais elle leur adressait des mots réconfortants malgré tout, y mettant le ton à défaut de pouvoir leur transmettre l’information clairement. Les soins se firent malgré tout sans trop de problème mais c’est alors que Flavien l’informa d’un ton alarmé que quelque chose clochait chez le plus jeune.

« J’espérais pouvoir l’éviter, mais oui je peux. »

Ruby se redressa rapidement et s’approcha du dernier de la portée, s’agenouillant auprès de lui. Ses frères s’agitèrent alors, inquiets de voir autant d’humains autour de leur protégé. Bien qu’ils les aient tout deux soignés, ils n’étaient pas en mesure de comprendre la situation ni même le langage que les bipèdes avaient employé.

« Je vais leur expliquer, est-ce que tu peux leur transmettre mes propos ? » Elle attendit que Flavien accepte. « Nous n’arrivons pas à savoir ce qui rend votre frère malade, je vais devoir me lier à votre frère par la pensée mais pas comme mon compagnon. Je vais voir ses souvenirs et ressentir ses émotions pour savoir ce qui ne va pas et comment le guérir. Laissez-moi l’approcher, je vous promet de le sauver. »

Ruby attendit, anxieuse, la réaction des  Salshogus mais le soigneur lui assura alors leur accord. Ne perdant pas une minute de plus, la jeune femme attrapa alors délicatement la créature et posa son front contre celui de l’oiseau. L’esprit de la jeune femme dériva alors jusqu’à atteindre le volatile. Dès qu’elle fut en fusion avec lui, leur corps s’affaissèrent au sol mais restèrent accrochés l’un à l’autre.

**

Dans les méandres de l’esprit du  Salshogu, Ruby erra. La créature n’était pas consciente et cela n’était encore jamais arrivé. La jeune mage ne serait pas en mesure d’influencer quoi que ce soit. Elle était seulement spectatrice du fil des souvenirs de la créature, impuissante face aux émotions et ressentis de son hôte. Les images qui lui apparurent étaient trop vives, indéchiffrables. Elles venaient dans une chronologie étrange et se mêlaient parfois. Dans l’ensemble elle ne parvenait qu’à en saisir des bribes, quelques informations éparses susceptibles d’avoir une signification importante mais rien de très clair. En revanche, elle ressentait. Fortement. L’oiseau était en pleins délire, souffrant de l’intérieur par un nectar brûlant et dévastateur. Ruby devait à tout prix rompre le lien.

**

Depuis l’extérieur, la situation ne paraissait pas favorable non plus. Très rapidement, Ruby avait blêmit tandis que son corps avait été prit d’une fièvre fulgurante. Si son corps restait pourtant inerte de toute conscience durant de longues minutes, la situation évolua ensuite. Elle se mit à trembler, luttant pour revenir à elle. Le lien fut briser abruptement et alors que les deux êtres ne se touchaient plus à présent, Ruby haletait, les yeux exorbités. Le tournis l’a prit de pleins fouet elle fut saisit de nausée qu’elle ne put réprimer. Crachant ses entrailles comme si on lui avait collé un morceau de métal contre la joue, elle ne parvenait pas à retrouver totalement ses esprit. Ce n’est qu’après s’être soulagée la bile qu’elle put s’exprimer.

« Poison. » Hoqueta-t-elle. « Agressés. Nid détruit. Sauvé… Frère. Trop tard. Fièvre… Poison… Du poison. Vite… Il faut…Il faut... »

Ruby ferma les yeux. Malgré le contact rompu, il avait si intense qu’elle le ressentait toujours. Trop faible, l’esprit embrumé, elle chancelait rien que pour se tenir droite. C’est à peine si elle parvenir à obtenir des pensées cohérentes.



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Flavien Teleri
avatar
Dim 27 Mai - 0:43
Irys : 728249
Profession : Soigneur itinérant - Guérisseur
My'trän +2 ~ Chimères
Flavien savait que ce qu'il demandait à Ruby était dangereux. La jeune fille lui avait confié plus tôt qu'une telle entreprise serait périlleuse bien que possible. Fouiller les souvenirs du Salshogu nécessiterait de dépenser une grande quantité d'énergie, énergie qu'elle avait déjà bien entamée plus tôt dans la journée en éloignant le groupe de petites frappes qui les avaient pris pour cible. Malheureusement, le soigneur ne voyait pas d'autre solution : le Salshogu était dans un état catatonique et ses deux frères n'avaient rien vu de l'incident. Il n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien mettre à mal le grand oiseau. La raison de son apathie pouvait être multiple, et Flavien craignait que lancer un soin à l'aveugle revienne à mettre la vie du Salshogu en jeu.

Ruby accepta la lourde charge que lui confia Flavien, se dirigeant vers le Salshogu mal en point qu'il maintenait toujours dans un état léthargique. Elle n'eut pas le temps de s'installer correctement à côté du blessé que déjà l'un des Salshogus soigné plus tôt croassa un avertissement en sa direction. Gardant tout son calme, Ruby leva les mains devant elle, mettant bien en évidence le fait qu'elle ne toucherait pas à leur petit frère pour le moment. Observant les oiseaux avec compassion, elle entreprit de leur expliquer ce qu'elle allait tenter. Flavien se contenta de transmettre mots pour mots ses paroles, l'illusionniste faisant preuve d'un grand tact malgré son jeune âge.

La seule information donnée par Ruby que Flavien se permis de transformer légèrement était le fait qu'elle promettait aux deux Salshogus de sauver leur frère. Le soigneur ne pouvait qu'apprécier la volonté de Ruby de soigner l'oiseau mal en point, mais il ne pouvait pas permettre qu’ils le sauveraient. Ils feraient de leur mieux, évidemment, et il transmit cette même pensée aux volatiles méfiants, mais s'interdit de promettre quoi que ce soit. De telles promesses étaient dangereuses.

Les deux frères s'accordèrent à laisser Ruby s'approcher. Flavien retira sa main, pressée contre le plumage fiévreux de l'oiseau, et laissa la jeune fille porter le Salshogu contre elle, déposant son front sur l'animal niché au creux de ses bras. Toute tension quitta le corps de Ruby et elle s'affaissa au sol, dans une démonstration de ses capacités que Flavien connaissait bien. Lui-même n'avait aucun contrôle sur son corps lorsqu'il prenait possession d'un animal.

S'assurant du coin de l'œil que Ruby et son protégé reposaient le plus confortablement possible au sol, Flavien s'attela à la dure tâche d'expliquer aux deux créatures alertes pourquoi leur jeune frère s'était figé dans les bras de l'illusionniste. Il eut bien du mal à calmer leur peur, expliquant de son mieux aux Salshogus paniqués ce qui était en train de se passer. Le plus dur était de n'accepter de ne pas pouvoir répondre à leurs questions pressantes. Qu'était-il arrivé à leur frère ? Allait-il s'en sortir ? Quand allaient-ils le guérir ? Autant de questions sans réponses qui se bousculaient dans le crâne du soigneur.

Il n'y avait pas d'autre choix que d'attendre. Ruby détenait la clé de ce mystère... ou du moins Flavien l'espérait.

La jeune fille avait l'air mal en point. Visiblement la connexion avec le Salshogu l'affectait plus qu'elle le devrait. C'est avec une fascination morbide que le soigneur constata, en posant avec hésitation sa main sur le bras de Ruby, qu'elle partageait non seulement les souvenirs du Salshogu, mais qu'elle semblait les revivre de son côté. Partageant sa peine à l'excès, elle présentait les mêmes symptômes que l'oiseau, son cœur s'emballant malgré les efforts vains de Flavien d'y trouver une raison. La logique dictait que la jeune fille se portait bien, qu'aucun soin n'était nécessaire, et pourtant cette dernière convulsait à présent, sans qu'il ne puisse rien faire pour lui venir en aide.

Il ne pouvait pas venir en aide à Ruby, quoi qu'elle soit en train de vivre pour le moment, mais il pouvait au moins s'assurer qu'elle ne soit pas dérangée par les Salshogus terrifiés. Les deux frères assistaient après tout à une scène des plus traumatisantes et luttaient pour ne pas arracher leur benjamin des bras de la mage en souffrance.

" Va mal. A besoin de nous ! " Croassait le plus âgé en bombant le poitrail, " Laisse passer. Laisse-le. "
" Non, je ne peux pas vous laisser faire. "
" Laisse passer ! " Cingla l'oiseau, claquant son bec au nez du soigneur, " J'ai mal. "

Difficile de dire si l'oiseau parlait de lui ou de son frère à ce point. Flavien était trop distrait par l'agitation de Ruby pour accorder toute son attention au Salshogu énervé, résultant en une communication plus hachée que d'habitude. Le soigneur fronça les sourcils, refusant de bouger d'un pouce malgré la posture défiante des deux frères.

" Calmez-vous, tous les deux ! " Ordonna-t-il sans appel, " Laissez-leur encore un peu de temps. "

Plus rapidement que prévu, Ruby poussa un cri étranglé et revint à elle, attirant l'attention de Flavien et des deux Salshogus nerveux sur elle. Elle se redressa d'un bond, se rattrapant au sol et laissant Flavien prendre en charge l'oiseau toujours aussi brûlant. Il peinait grandement à respirer, motivant le soigneur à reprendre ses incantations avant de relever les yeux sur Ruby qui venait de vider le contenu de son estomac sur le sol. La jeune fille était mal en point mais elle reprenait sa respiration, aussi laborieuse qu'elle soit, au contraire de son protégé.

Tremblante, elle lui souffla les fruits de ses souffrances avant de fermer les yeux, vacillante. Sa rencontre avec l'esprit malade du Salshogu l'avait épuisée, pourtant elle se força à lui faire part de ses découvertes avant de glisser dans un état second.

" Selmac ? "

Sans plus d'indication de sa part, l'Aitah bondit de ses genoux pour rejoindre Ruby, affaissée plus loin. Flavien ne pouvait pas se permettre de reporter les soins maintenant qu'il savait où il allait, mais la jeune fille avait clairement besoin de soutien. Les Aitahs excellaient dans l'art de prendre soin des autres et Selmac faisait honneur à son espèce. L'Aitah s'approcha de Ruby, s'arrêtant à ses pieds et collant son front contre la jambe tremblante de la mage.

Flavien laissa le petit félin cornu opérer sa magie et se concentra sur le problème qui reposait entre ses bras. L'oiseau avait été empoisonné par une créature qui s'en était prise à son nid. Expliquant brièvement aux Salshogus qu'ils savaient désormais comment soigner leur frère, il se coupa du monde pour se concentrer sur son patient.

Il n'avait peut-être pas la description exacte de l'animal responsable, mais Flavien pouvait travailler avec ça. Il existait de nombreuses espèces venimeuses, mais savoir de quelle espèce était le coupable était moins important pour l'instant que de traiter le blessé. S'il avait été attaqué, le Salshogu devait porter une morsure ou une griffure incriminante, cachée parmi tant d'autres bénignes, sous son plumage. Flavien entreprit de brosser son plumage le plus efficacement possible, révélant une blessure qui suintait encore discrètement.

Concentrant sans perdre de temps sa magie au creux de sa paume, le soigneur, plutôt que de forcer la peau du Salshogu à se souder, incita cette dernière à rester le plus ouverte possible et à repousser le corps étranger qui menaçait de se propager davantage dans le système de l'oiseau tremblant. Là où le poison avait infecté ses muscles et déclenché une fièvre ravageant, Flavien canalisait l'énergie que dépensait la créature à lutter contre un ennemi inconnu et la retournait contre le poison qui se répandait dans le système du Salshogu. L'animal étant assez petit, le soigneur parvenait à œuvrer sans trop de difficultés. Il en aurait été tout autre s'il avait dû opérer sur une créature plus imposante, ou sur un être humain.

A bien y repenser, ce n'était pas la première fois ses derniers mois qu'il devait faire face à un empoisonnement. Môchlog essayait-il de lui transmettre un message ? Peut-être devrait-il s'atteler à l'étude plus détaillée des poisons et des soins qui y étaient associés.

Après de longues minutes à rester concentré sur son patient ailé, le soigneur remarqua qu'il respirait moins laborieusement qu'en début de traitement. Cela voulait sans doute dire que la blessure était bien la seule responsable du mal de l'oiseau. Il était sur la bonne voie : encore quelques minutes et il devrait avoir repoussé le poison à l'extérieur de la plaie infectée. A mesure que le Salshogu reprenait pied, le liquide clair qui s'écoulait de la plaie par petites doses finit par tarir. L'excédent de poison avait été chassé du corps de l'oiseau, il ne restait maintenant plus qu'à traiter les dégâts déjà occasionnés, bien moindres quand on les comparait à l'effet qu'avait eu la propagation du poison sur l'oiseau.

Incitant les muscles endoloris à se détendre, libérant les voies respiratoires du grand volatile et apaisant les vagues de nausées qui continuaient de le secouer bien après avoir vomi, Flavien laissa la magie guider ses gestes. Comme souvent au courant d'un soin, il laissait son instinct dicter sa conduite, la magie de Möchlog répondant naturellement au mal qui habitait ses patients. Une fois le point d'entrée et l'origine d'un mal trouvés, le soin n'était plus qu'une question de temps et d'énergie dépensée. Communiquer à la fois avec les frères soucieux et maintenir au calme le plus jeune n'était pas une mince affaire.

Avec un soupir de soulagement, Flavien relâcha sa prise sur le Salshogu blessé, qui ne l'était plus tant. Bien que désorienté et clairement éreinté, il était clair qu'il allait beaucoup mieux. La présence de ses deux frères, venus se nicher à ses côtés aussitôt que le soigneur leur adressa un vague signe de tête, l'aiderait certainement à se remettre bien plus vide que s'il avait dû guérir seul. Les trois oiseaux se lovèrent délicatement les uns contre les autres, simplement soulagés de se retrouver.

- Il va s'en sortir. D'ici quelques jours, les effets du poison devraient avoir complètement disparus.

Flavien passa une main sur son front où perlaient quelques gouttes de sueurs. Il avait officieusement fait du soin des animaux son métier, mais il ne maîtrisait pas aussi efficacement l'art de Möchlog qu'il maitrisait celui d'Orshin. Sans l'intervention de Ruby, il n'aurait certainement pas réussi à soigner leur patient, par manque d'informations. Là où les adeptes de Möchlog pouvaient bien se passer de telles choses, connaissant les maux et leurs remèdes sur le bout des doigts, Flavien avait encore beaucoup à apprendre sur ce domaine.

Le soigneur cligna des yeux, quittant du regard les Salshogus réunis pour porter son attention sur Ruby. Il s'approcha de la jeune fille et jeta un coup d'œil à Selmac qui l'accompagnait toujours.

- Comment te sens-tu ?, Questionna t-il prudemment avant d'ajouter, une fois rassuré sur l'état de santé de la jeune fille, Son état devrait s'améliorer dans les heures qui suivent. Le poison était déjà bien présent dans son organisme. Quelques heures de plus, et je n'aurais rien pu faire.

Flavien secoua la tête. Nul doute que les trois oiseaux devaient beaucoup à l'intervention de Ruby.

- Merci, Ruby.

Ses remerciements avaient été placés après-coup, comme s'il s'était brusquement souvenu des sacrifices de la mage. Flavien n'était pas de nature ingrate, il avait simplement rarement l'occasion de remercier qui que ce soit.


« De toutes les créatures d'Orshin, seuls les êtres humains me terrifient. »

Flavien Sienna / Aquila DarkOrchid / Selmac LightGreen / Hua Yellow / Khi'del #cc99cc

Avatar & Signature par Laurène
x1, x1
Voir le profil de l'utilisateur

Ruby Nyë
avatar
Mar 31 Juil - 16:12
Irys : 355893
Profession : Aide vétérinaire à la clinique Kali'ns
My'trän 0
Ruby n’osait plus se mouvoir, son corps tremblait frénétiquement, un effet secondaire de la symbiose chaotique qu’elle avait subit. Outre les nausées et la sensation de vertige, la jeune fille sentait ses muscles se tétaniser. C’est donc avec un soulagement certain qu’elle ressentit une douce présence se frotter à ses jambes. Il s’agissait de Selmac. Le brave Aitah utilisa immédiatement sa magie pour apaiser les tourments de la rousse et lorsqu’elle sentit ses forces lui revenir peu à peu, elle redressa légèrement le buste. Tendant les bras, Ruby enlaça le doux animal.

« Merci Selmac. » Murmura-t-elle à son oreille.

**

De l’autre côté de la pièce, une bataille se livrait. Celle de l’oiseau contre un poison mortel. Mais c’était sans compter sur le savoir-faire du soigneur et le temps précieux qu’ils venaient de recevoir. C’est dans un silence tendu mais empli d’espoir que tous observèrent le mage accomplir son travail. Flavien était concentré sur sa tâche et rien n’aurait su l’en dévier. De toute manière si quiconque osait mettre un pied dans le box il se serait fait chassé par le reste des habitant du lieu.

Petit à petit, la magie bienveillante faisait son œuvre. Elle chassa le poison hors de l’animal, calma sa fièvre, libéra ses poumons… Jusqu’à ce que le petit être s’apaise. Les Salshogus se précipitèrent alors vers leur frère cadet et emplirent la pièce de croassements heureux. Flavien les rassura, leur indiquant que le petit dernier de la fratrie s’en sortirait.


**

Ruby n’avait pas vraiment suivit l’évolution des soins de là où elle se trouvait. Elle eut simplement un pincement au creux de la poitrine lorsque le mage croisa son regard. Avec la fatigue occasionnée par les soins tout juste prodigués et son air inquiet, la jeune fille ne savait pas si elle devait s’inquiéter pour le petit patient. Ses frères avaient-ils accourus de joie ou de crainte ? Elle n’eut cependant pas longtemps à attendre puisque l’homme avait décider de la rejoindre.

« Je vais bien. » Répondit-elle lorsqu’il s’enquit de son état.
« Son état devrait s'améliorer dans les heures qui suivent. Le poison était déjà bien présent dans son organisme. Quelques heures de plus, et je n'aurais rien pu faire. »
« Je suis rassurée pour lui... »

C’était vrai, il n’aurait sûrement rien pu faire si la jeune fille n’avait pas agit de la sorte, pour autant cela la surprit lorsqu’il la remercia. Certes, entrer en communion avec un être empoisonné lui avait beaucoup coûté mais si elle devait le refaire, elle le ferait sans hésiter. Pour n’importe quel animal ou personne. C’est le genre de personne qu’elle est, d’une bonté sans pareille. Face au compliment Ruby ne sut que répondre et pour toute réaction seules ses joues se colorèrent.

« Tu m’aides à me relever ? » Lança-t-elle, l’air de rien. « On va les laisser se reposer. Et puis, j’aimerais bien te montrer quelque chose. »

Une fois hissée sur ses jambes, elle effectua quelques pas maladroits, retrouvant assez péniblement son équilibre dans un premier temps. Selmac était resté à son flanc, mais il semblait que le mal-être l’avait quittée. Elle n’avait plus le même aplomb qu’à l’allée mais elle avait retrouvé des forces malgré tout.

Le duo reparti alors dans la cour, fermant dernière eux au passage. La récréation des amis à quatre pattes était terminée, les pensionnaires étaient repartis dans leurs chambres pour se reposer ou tout simplement parce qu’il était l’heure du repas. Ruby ne rencontra pas de collègues cette fois-ci si ce n’est Julia. La jeune femme était assise à l’accueil, l’air absent tout en caressant Lamya. Celle-ci se redressa et bondit des genoux aussitôt que sa mère d’adoption franchit le seuil. La boule de poiles se nicha sur la nuque de la rouquine, ronronnant bruyamment.


« Oh, vous voilà de retour. Alors, tout s’est bien passé ? »
« C’était… exténuant, mais on a put connaître le fin mot de l’histoire. C’était le cadet. La portée s’est fait attaqué par un autre animal et le petit dernier s’est fait mordre. Malheureusement, cela à rependu du poison dans son corps. »
« Vous voulez que je prépare le bloc opératoire en urgence ?! » Se redressa brusquement Julia avant que la jeune fille de lui fasse signe de se tempérer.
« Tout va bien, Flavien a effectué un sauvetage remarquable. Sans son expertise nous n’aurions pas pu extraire le poison et ainsi lui sauver la vie. » Ruby lança un regard vers le jeune homme. « Ce serait une erreur de se passer de ses compétences. »

Julia jeta de rapides regards entre les deux protagonistes puis porta son attention sur Flavien, le toisant du regard un moment avant de prendre la peine de répondre.

« Je vois. Très bien. Vous commencez demain, neuf heure. Je vous met en binôme avec Ruby pour ce qui est de l’accueil et l’accompagnement des pensionnaires. Soyez prêt à réagir en conséquence pour toute demande d’intervention en cas d’urgence. Vos compétences seront les bienvenues. Des questions ? Objections ? »

Ruby s’était placée légèrement en retrait, les laissant converser librement.



couleur : #cc99cc
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2