Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Le contrecoup de la théorie

Gwen Feien
avatar
Mer 28 Mar - 10:09
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Cerka, c’est la ville de notre rencontre. J’ai bon espoir de la trouver là. En fait, j’aurais probablement dû commencer par là. Mais j’ai eu à faire ailleurs et pour dire, plus le temps passe moins je suis sûre que toute cette histoire soit une bonne idée. C’est sûrement pour ça que depuis que Alisthiana m’a parlée de cette mission un peu particulière j’ai plus ou moins évité cette ville. J’ai même préféré me lancer dans une entreprise de haut vol pour les Danseurs. Tout pour ne pas s’occuper de la mercenaire. Sans parler du petit service rendu à Lauren tout récemment.

Enfin, j’ai assez tardé, sans que j’y prête attention six mois se sont déjà écoulés depuis que j’ai dit que je m’en occupais à la scientifique. Il faut le faire. Je commence par l’endroit logique : la maison de son employeur, Chyluum. Bien que je devrais dire, ancien employeur. Apparemment, elle a trouvé mieux ailleurs que ce type un peu véreux sur les bords. Et il n’est bien sûr au courant de rien…

Par contre dans les bars, les rues et autres endroits propices aux ragots ce n’est pas la même chanson. Elle a dû se faire des ennemis car lorsque je mentionne son nom des lueurs intéressées et pleines d’animosités s’allument. Mais aucune nouvelle pour l'instant. J'en suis au troisième ou au quatrième bar, je ne sais plus, quand je croise une tête familière. Dans d'autres circonstance je l'aurais probablement ignorée mais qui sait, il peut m'être utile. Je m'éloigne du bar avec le verre juste commandé - je ne peux pas juste demander des informations sans rien commander, ça ne se fait pas - et je me dirige vers la table de mon pseudo frère. Bien plus vieux que le vrai ! Je ne peux m’empêcher de le saluer par une taquinerie.

« Tu es bien loin de tes montagnes ! Tu ne te sens pas trop perdu ici ?! »

Je m’assoies sans y être invitée et je me pose mon verre devant moi. Pas de sac avec moi aujourd’hui, juste mes dagues et ma bourse. Ça doit faire plus de six mois que je ne l’ai pas croisé mais bon chasser des voleurs de pioches, ça crée des liens solides, hein ! Assez pour boire un coup ensemble et partager quelques informations au moins. Je n’ai pas trop d’alcool dans le nez, dans les autres établissements j’ai offert mon verre à des piliers de bar. Après les quelques abus que j'ai commis, j'essaye de faire attention.

« Tu fais quoi de beau dans le coin ? »

Ce n’est pas une fausse question. Je me demande vraiment ce qui a pu amener le mineur aussi loin de ses terres. Même si je compte qu’il me retourne la question pour pouvoir sortir mon petit laïus sur la mercenaire. Je me demande même si je ne pourrais le convaincre de me suivre. Pas que j’apprécie plus que ça sa compagnie, mais ses bras pourraient m’être utile. Ça se tente, puis j’ai le temps. Du moins, je n’ai pas de quotas d’établissements à faire ce soir et je ne suis plus à un jour près.




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Lun 30 Avr - 19:04
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Attablé dans une taverne de Cerka, Adam sirotait tranquillement un verre de vin, une fois n’est pas coutume. Le doux breuvage, provenant des alentours de la Capitale de région, était de qualité, revêtant des arômes de fruits des bois. C’était un bon millésime, qui avait couté quelques belles pièces. De toute façon, ce n’était pas lui qui payait ce soir, mais son nouveau collègue. En effet, il avait trouvé une place de garde de domaine auprès d'un notable de la ville quelques jours auparavant. Le salaire n’était pas mirobolant mais ça lui assurait le gite et le couvert, lui permettant d’économiser avant de repartir à l’aventure. Ne travaillant pas le lendemain, il pouvait s'en donner à cœur joie. Surtout qu’il devait fêter sa nouvelle acquisition.

Suite à ses dernières mésaventures, sans compter les nombreuses autres aventures qu'il avait vécu ces derniers mois, Adam avait bien compris que ses poings et son poignards n’étaient parfois pas suffisant. Il avait fait un détour chez un armurier pour commander une arme lors de sa première journée à Cerka, alors qu’il attendait de finir son précédent travail.

Le forgeron l'avait patiemment écouté et orienté sur son choix, lui promettant un magnifique marteau de guerre. Il avait eu deux semaines pour finir de rassembler les fonds nécessaires, et était allé le chercher un peu plus tôt dans la journée. Il n’avait pas été déçu du résultat. Le marteau était de belle taille, environ un mètre. C’était légèrement plus long que la normale d’après le commerçant, il était cependant plus grand que la normale également. Le fer sur le manche était certes lisse, mais l’artisan avait ajouté du cuir en bout et milieu pour une prise en main plus facile. Au contraire de son utilisation classique, utiliser l’arme par le milieu donnerait des coups plus rapides, mais moins puissants. A lui de jauger. La tête, faite du même métal était simplement rectangulaire. Afin d’aider à une bonne balance, elle était légèrement creusée sur le milieu. La touche finale était le sigle gravé sur une des faces, la pelle et la pioche croisées. Ainsi, il ferait honneur à son grand-père. Le poids pouvait en décourager certains, mais pas l’ancien mineur, qui avait l’habitude de porter de lourdes charges. Surtout, il avait abaissé pendant des années, à longueur de journée, une pioche de plusieurs kilos. Il avait donc déjà de bonnes bases pour manier l’arme.

Bref, cette beauté était désormais à lui. Fier de son nouveau jouet, le jeune homme avait décidé d'aller l’arroser avec un collègue. Il eut cru un instant que les deux premiers verres qu'il avait ingurgité devaient être trop dosés en entendant une voix connue, mais fut rassuré en voyant effectivement sa fausse sœur en face de lui. Il était heureux de la revoir et qu'elle soit venue le voir en le reconnaissant, même si ils s’entendaient comme chien et chat. Après tout, ils avaient vécu une sacré enquête à Ankar, elle n'aurait pas pu l'oublier si vite.

«Gwen ! Ca fait plaisir de te voir !»

Son collègue loucha sur la jeune fille et il lui mit un coup de coude pour le faire redescendre sur terre. Ils n'avaient peut-être pas de réel lien filial, Adam tenait tout de même à la protéger. Surtout que du peu qu'il savait de l'homme, c'était le genre à courir les bars et les jupons. Elle aurait probablement pu le remettre à sa place, que ce soit par les mots ou par les actes. Sauf que son instinct ne prenait pas sa raison en compte. Le jeune homme répondit ensuite à sa cadette.

« Je me suis pas mal baladé ces derniers mois. J'ai décidé de voyager un peu avant de m'engager dans l'armée, après ce sera compliqué.»

En effet, en arrivant à Alexandria il s’était renseigné sur l'armée. Lorsqu'il avait appris qu'un engagement minimum était requis, il avait décidé de voir un peu de pays, ne serait-ce que quelques mois. Ce voyage lui permettait également de faire le tri dans son esprit, essayant de digérer le décès de celui qui l’avait élevé. Il ne se rappelait pas avoir parlé de son futur engagement à ses deux « sœurs », aussi si Gwen en était étonné, ce serait normal. De son côté, il était tout aussi curieux sur l'origine de la présence de Gwen ici. A vrai dire, il ne savait pas grand-chose d'elle.

«Et toi, qu'est-ce que tu fais de beau ici ?»

Allait-elle répondre ? C’était une tout autre histoire. Lors de leurs précédents échanges, elle avait savamment éludé la question. Cette petite était décidément maline. Il s’étonnait par contre de la voir le soir, dans un bar. Elle devait à peine avoir l’âge de se faire servir. Il abaissa la voix pour ne se faire entendre que de la jeune fille.

« Surtout que je vois mal une demoiselle de ton âge dans un bar. »

Il leva ensuite les mains en guise de paix, ne voulant pas se faire envoyer sur les roses. La demoiselle aurait eu toutes les raisons du monde de le faire, même si c’était difficile à entendre pour le grand gaillard. L’ancien mineur devait effacer toute trace d’un quelconque paternalisme si il ne désirait pas recevoir une réplique acerbe.

« Je ne juge pas, je m’étonne. »

On a déjà connu mieux en matière de rattrapage, mais c’était tout ce qu’il avait trouvé.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mer 2 Mai - 15:40
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
J’ignore totalement le type à côté d’Adam, il ne m’intéresse pas. Et comme le mineur ne me le présente pas non plus, il doit être d’un intérêt tout relatif. Qu’il aille faire ses yeux doux ailleurs ! Je n’ai pas spécialement envie d’un tête à tête avec mon faux frère mais je n’ai pas besoin non plus d’un parasite. Même si ça ne l’empêche pas de me répondre. J’ignorais, ou alors j’avais oublié, qu’il  voulait s’engager. Mais ça ne m’étonne pas de lui. Ça colle bien à sa volonté de résoudre les problèmes en n’hésitant pas à faire appel à la violence. Soit, c’est sa vie. Pour moi c’est un beau gâchis de s’engouffrer dans cette voie, enfin…

Et voilà ! C’est pas possible, il ne peut pas s’en empêcher ou quoi ?! "Je ne juge pas gnagnagna" Ça fait trente seconde que je suis à sa table et il m’énerve déjà. J’ignore le regard curieux du laissé pour compte pour répondre à son commentaire déplacé, même si c’est la question qui m’intéresse. Je préfère mettre les choses au clair.

« Parce qu’après ce qu’on a fait ensemble c’est ça qui t’inquiètes ?! Et ne va pas me dire que les mineurs attendent dix-huit ans avant de boire, j’y croirais pas ! Et arrête de te prendre pour plus ancien que tu ne l’es ! »

Voilà ça va mieux. Ou presque, je jette un regard noir à l’imbécile qui rigole tout seul dans son coin.  Il n’a pas autre chose à faire ? Mon regard, ou tout autre déclic, semble enfin le décider à bouger ses fesses de là et à nous laisser avoir notre petite discussion. Il s’éclipse pour aller s’attabler au bar sans oublier de faire un clin d’œil pas du tout discret à son compagnon. Comme quoi, il y a pire qu’Adam.

« Bref, je ne fais rien de « beau ». Je cherche une mercenaire du nom de Sakari Naasoqineq, elle vient de Marnaka, son manteau en fourrure la trahi assez bien. C’est pour une amie, elle l’a mise en danger alors qu’elle était enceinte et comptait sur elle. Et de ce que j’ai entendu dire, ce n’est pas son seul méfait. Elle a participé à plusieurs braquages plutôt violents et mortels et n’a pas hésité à trahir ses coéquipiers. Avec tout ça je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que je ne la retrouve. »

C’est à peu prêt la vérité, il y a juste une petite part de on-dit et d’omission. Je ne vais certainement pas dire que j’ai déjà travaillé avec elle. Ni que je me suis plutôt bien entendue avec elle. Notre duo était plutôt efficace. C’est aussi pour ça que j’ai mis aussi longtemps à me lancer dans cette histoire.  Enfin, je suppose. Inutile de s’en vouloir maintenant que j’avance ! Le côté sentimental aura sûrement plus de prise avec mon interlocuteur qu’avec les précédents. Même si je n’espère pas non plus de miracle et qu’il l’ait vu récemment. Juste un peu d’aide au cas où je lui mettrais la main dessus rapidement.

« Tu ne l’aurais pas croisé par hasard, elle fait à peu près ma taille et à les cheveux longs et noirs. Tiens, j’ai même mieux ! »

Je lui sors la petite affiche froissée à force de passer entre les mains des gens. C’est une image que j’ai fait faire il y a des mois de ça par un artiste portraitiste. Je pense qu’il est assez ressemblant. Il n’y a évidemment pas de photo d’elle qui traîne, pas dans les journaux que j’ai lu en tout cas. Ils ne sont pas très fiables de toute façon, je n’ai rien lu de notre détournement chez les contrebandiers ou du braquage de train…




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 8 Mai - 12:39
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Et voilà c’était sûr ! Gwen avait mal prit sa remarque. La jeune fille était vite irritable, Adam l’avait déjà remarqué. D’un côté elle n’avait pas tort, lui-même avait gouté l’alcool aux environs de sa douzième année, et pour sa première cuite, il devait avoir environ seize ans. Mais ce n’était pas le sujet, lui était entouré d’amis et non pas seul dans un bar entouré d’inconnus. Dans tous les cas, le sujet semblait clos lorsqu’elle enchaina sur la raison de sa venue, qui était tout sauf une balade de santé.

Le jeune homme comprit vite le sérieux de la situation. Les mots comme «mercenaire » « mise en danger » « méfait » « braquages plutôt violents et mortels » « trahir » lui indiquèrent l’étendue de la déchéance de cette personne du nom de Sakari Naa….quelque chose. Rien que son nom semblait assez imprononçable, indiquant que l’histoire devait effacer des personnages de son acabit. De plus, si elle venait de Marnaka, ça devait être quelqu’un de dur et débrouillard. De ce qu’il savait, le continent du Nord avait un climat peu accueillant, et c’était un repaire de malfrats. Adam était à la fois étonnée, mais au final peu surpris aussi, de retrouver la demoiselle face à lui dans ce pétrin. C’était tout à fait honorable de sa part d’aider une amie, surtout enceinte, à se venger.

L’ancien mineur regarda l’affiche que lui tendit Gwen. A première vue, la femme dessus ne paraissait pas pouvoir être coupable de tous ces méfaits. Cependant, l’habit de fait pas le malfrat. Et il préférait croire sa sœur d’adoption, plutôt qu’un portrait impersonnel. Il tenta de se souvenir si ce visage ou cette tenue lui disait quelque chose, sauf que rien ne lui venait.

« Désolé Gwen, ça ne me dit rien. Mais je serais tout à fait disposé à t’aider à retrouver cette crapule ! »

Adam avait froncé les sourcils au fur et à mesure de sa réflexion, lorsque les éléments négatifs contre la fugitive s’étaient ajoutés. Ils ne se décrispèrent que lorsqu’il eut une idée. Il se tourna vers son collègue, déjà attablé avec quelques soudards qu’il semblait connaitre, et lui fit signe de revenir vers eux. L’homme n’était certes pas des plus fins et des plus discrets, il avait cependant un atout de taille ici, il trainait régulièrement dans les bars, les maisons closes et autres lieux de perditions. Un personnage aussi négatif que cette fameuse Sakari devait bien avoir été dans un de ces endroits et il était possible qu’ils se soient croisés. Le portrait de la femme ne portant pas de quelconque message, il pouvait lui demander sans éveiller ses soupçons.

« Julio, tu connais cette femme ? »

Adam avait trouvé ce nom très bizarre lors de leur rencontre, étrangement il lui collait plutôt bien. L’exotisme allait parfaitement avec ce dragueur invétéré, paraissant actuellement assez perplexe devant l’image qu’il avait sous le nez.

« Ca me dit rien. Et tu sais bien que si j’avais vu une telle beauté je m’en souviendrais. Inconnue au bataillon.

_C’est pas grave. Tu sais où on pourrait chercher ? C’est une…aventurière.

_Mmmm….essayes chez Madame Hildegarde. C’est un bar nocturne, et y’a des chambres privées à l’étage. Elle accueille des hommes et des femmes, c’est presque la seule à Cerka. C’est dans la rue Rouge. »

Il remercia l’homme, et se retourna vers Gwen, peu enclin à la laisser aller dans ce genre de lieu de débauche. Bien entendu, il se doutait que tout comme pour l’alcool, les joies du corps ne lui étaient pas inconnues, sauf que lui-même était peu enclin à visiter un bordel, peu importe le joli nom qu’il portait. Pourtant, Adam savait qu’il ne serait pas tranquille si la jeune fille décidait d’y aller tout de même. Il ne connaissait pas le quartier où c’était situé. Qui sait si ce n’était pas encore dans une ruelle sombre, le même genre que celle dans laquelle il s’était fait enlever ? Non décidément il devait s’assurer que c’était quelque part de convenable avant de laisser le petit oisillon s’envoler.

« Tu connais ? Ca me dit rien de bon tout ça. »

Probablement qu’elle le trouverait encore lourdingue, mais n’est-ce pas le rôle d’un grand frère ?


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Sam 12 Mai - 15:12
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Évidemment, il ne la reconnaît pas. Je ne suis pas vraiment déçue même si je ne peux pas dire que j’espère à chaque fois une réponse positive. Au moins autant que je la redoute. Son pote, Julio, ne sait rien de plus non plus. Son idée par contre sur la rue Rouge n’est pas trop délirante connaissant Sakari. Le fait qu’il nous donne un nom, évitera que j’ai à chercher. Il est au moins utile pour ça. Ce n’est pas des lieux que je fréquente. Payer pour ça me semble bien absurde. Il y a d’autres façons de se détendre ou de trouver de la compagnie pour le faire. Même si j’y suis déjà aller pour faire des visites nocturnes d’un autre type.

« La rue Rouge oui, cet établissement non. »

Autant finir mon verre et y aller ! Je jauge du regard Adam, puis Julio retourné avec son groupe d’amis, ou compagnon de beuverie. C’est le jour et la nuit niveau comportement. Il n’y a rien de plus à tirer de ce dernier, mais je n’attendais pas grand-chose de cet inconnu. Par contre le mineur, ou plutôt devrais-je dire le militaire, pourrais être utile. Je peux me débrouiller seule. Mais il a déjà démontré qu’il pouvait jouer les gros bras à défaut de faire preuve de discrétion.

« Ça te dit de venir combler cette lacune avec moi ? »

Que ce soit oui ou non, j’y vais. Je laisse mon verre vide derrière moi et je me dirige vers la sortie. Pas besoin de retraverser toutes la ville pour y parvenir nous ne sommes qu’à quelques rues du lieu de débauche. Tant mieux ! Je ne crains pas spécialement les mauvaises rencontres que l’heure tardive pourrait mettre sur ma route ou le léger vent froid accompagnant la nuit avancée. Rien à voir avec le froid prégnant d’Hinaus. Les rues sont pour l’instant peu peuplée. Les bars n’ont pas encore recraché leurs clients en masse. Ce n’est pas pour ça que je décide de passer par les petites ruelles, c’est juste le chemin le plus court que je connaisse. Même si ce n’est pas le plus sûr j’imagine pour les gens honnêtes ou non natifs. Pour donner le change à un quelconque malfrat qui voudrait me barrer la route, j’avance d’un pas assuré la tête haute. Un verre d’alcool n’est pas suffisant pour perturber mes pensées ou ma démarche. Ça doit fonctionner puisque personne ne m’interrompt jusqu’à cette fameuse rue Rouge. Là, il y a déjà plus de monde dehors. Des femmes sur les paliers, jamais plus de deux ou trois, pour attirer le passant à l’intérieur. Je regarde à droite et à gauche, ne m’arrêtant que là où il y a des hommes. Une simple question à une des personnes dehors me confirme que je suis bien chez Madame Hildegarde. Questionner sans consommer c’est aussi mal vu que dans les bars, ils sont là pour travailler pas pour faire office d’informateur.

« Alors boucle d’or qu’est-ce qui t’intéresse, les hommes, les femmes ou les deux ? »

Excellente question ! Quelle serait la réponse de Sakari ? Quelle réponse me permettra d’avoir sous la main quelqu’un qui sait quelque chose ?! J’hésite, dire les deux reviendra à plus cher même si la discussion ne dura pas longtemps je suppose. L’homme continue toujours sur le même ton enjoué, enjôleur. Une petite musique nous parvient étouffé par la porte fermée.

« Tout est possible ici avec un peu d’argent ! Plus on est de fou plus on s’amuse. »

Il fait un clin d’œil à moi et mon voisin…




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Dim 13 Mai - 13:30
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Julio leur avait donné une bonne piste, Gwen avait l’air d’accord avec la rue dans laquelle pouvait ce trouver cette Sakari. Voyant la jeune fille terminer son verre, il en fit de même, puis raccrocha son arme. Il avait en effet également acheté une lanière de cuir, qu’il mettait en bandoulière, pourvue d’un clapet dans le dos. Il pouvait ainsi accrocher et décrocher son arme facilement. Il répondait ainsi à la question de sa cadette, qui lui proposait de la suivre.

Il était plus serein ainsi, accompagnant la jeune fille dans ces lieux malfamés, que de la savoir seule. Elle lui avait déjà montré qu’elle pouvait se défendre, mais on ne se refait pas. D’ailleurs, en voyant les loustics qui les regardaient lorsqu’ils traversèrent les ruelles sombres menant à leur objectif, il se félicita de sa décision. Cependant, il perdit beaucoup de sa superbe en arrivant dans la rue rouge. Les œillades appuyées des rabatteuses, ainsi que les saluts de certaines, le mirent particulièrement mal à l’aise.

C’est donc lui qui se laissa guider jusqu’au bon « bar », laissant Gwen entamer la discussion le temps qu’il remette ses idées en place. Il espérait que la lumière des lampadaires n’éclairerait pas suffisamment ses pommettes, qui commençaient certainement à rougir, en entendant les paroles de l’homme à l’extérieur. La jeune femme devait être tout aussi soufflée que lui puisqu’elle ne répondit rien. L’ancien mineur tenta donc de se reprendre

« Nous devions retrouver une amie au bar, c’est elle qui devait nous…guider »

Autant dire qu’il était absolument gêné par la situation et que sa voix était un ton plus haut qu’habituellement.

« C’est une jeune femme avec de long cheveux noirs, et un gros manteau de fourrure. Vous l’auriez vue ?

_Je ne sais pas…c’est assez vague comme description. Pourquoi vous n’entreriez pas voir ? Et si elle n’est pas là vous pourrez toujours profiter de nos services ! »

Adam avait tenté sa chance, mais l’homme en face était bon vendeur. Sa fausse sympathie était typique des marchands de tapis. Maintenant ils n’avaient pas vraiment d’autre choix que d’entrer dans le commerce.

« On va aller au bar en premier alors »

Ça leur laisser le temps de voir si leur cible pouvait être là et de se concerter pour la suite des choses. A la vue de la devanture, l’établissement avait l’air d’être un peu plus haut de gamme que d’autres dans la rue et les prix risquaient d’être élevés. L’ancien mineur préféra donc commencer par une boisson, c’était plus dans ce qu’il pouvait se permettre.

Rentrant dans le vestibule, on leur indiqua qu’ils devaient laisser leurs armes ici. L’homme qui assurait la sécurité leur montra ce qui servait de vestiaire, où des manteaux, mais aussi des armes à feu, des dagues, des épées et autres, étaient stockés. Le jeune homme laissa donc son marteau et son poignard, ainsi que sa veste. Si il se rappelait bien, Gwen cachait des dagues, ils ne seraient donc pas totalement à nu. En face d’eux se tenait l’escalier qui devait amener dans les chambres privées, alors que sur leur droite se tenait un bar.

L’impression de l’ancien mineur se confirma, l’établissement était de meilleure qualité que ce qu’il ne laissait paraitre de par son emplacement. Tout d’abords il était propre, ce qui laissait entendre que du personnel de ménage passait régulièrement. Ensuite, les fauteuils et tabourets du bar étaient fraichement rembourrés, leur emballage étant visiblement en velours. Les tables basses autour desquelles des groupes de deux à cinq fauteuils prenaient place, étaient en bois laqué. Le comptoir et le meuble derrière celui-ci étaient également en bois laqué sombre. Des petites lumières tamisées donnaient une atmosphère intime au lieu où plusieurs hommes et femmes étaient déjà en train de discuter et plus si affinités.

Le jeune homme jeta son dévolu sur une table au coin le plus éloigné du bar, avec trois fauteuils et surtout une vue imprenable sur l’ensemble de la salle et l’entrée de l’établissement. A peine furent-ils assit, qu’un serveur habillé très près du corps vint prendre leur commande.

« Un whisky pour moi »

Il aurait été mal vu dans ce genre d’établissement de prendre une bière, il n’était même pas sûr qu’ils en possèdent. L’employé se tourna vers Gwen et lui fit un clin d’œil en prenant note de sa boisson, avant de s’en retourner vers le bar. Adam ne put s’empêcher d’avoir un sourire ironique en regardant la demoiselle.

« Je crois qu’il serait ravi de t’avoir pour cliente…Trêve de plaisanteries, je ne l’ai pas aperçue dans la salle. Tu ne pensais pas qu’elle puisse être ici, toujours la même impression ? »

Ne connaissant pas le caractère de la mercenaire, il ne pouvait que laisser les présomptions à l’instigatrice.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mar 29 Mai - 8:56
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Ok bien, pour l’instant il ne nous a pas grillé comme avec le mineur, dont j’ai oublié le nom, qu’il avait secoué pour le laisser partir de façon bien trop voyante. Entrer et rester en bas ne suffira pas à mon avis mais c’est un bon début. La présence d’Adam se révèle de nouveau utile dès les premiers pas dans l’établissement : ses armes plutôt voyantes et sa présence à mes côtés, m’évite à avoir à sacrifier une dague. Qu’un de nous deux garde de quoi se défendre efficacement n’est pas un mal. Même si je compte clairement pas me battre, ce n’est pas mon but, là c’est de la reconnaissance ; mieux vaut être prêt à tout.

Dans la salle principale, nos pas se dirigent vers la même table : une dans un coin à l’opposé du bar et avec une bonne vue d’ensemble. Pas le temps de souffler par contre, à peine assis qu’on doit commander. Enfin, ce n’est pas vraiment une mauvaise chose, ça nous donnera une contenance.

« La même chose. »

Je regarde le serveur dans sa tenue ridicule s’éloigner. Décidément, ils n’en manquaient pas une pour racoler. J’aime pas spécialement cette façon de faire et je suis restée stoïque devant son petit clin d’œil. Qu’il le prenne pour de la gêne. Ou pas. De toute façon, ici rien n’est vraiment personnel.

« Ne t’inquiète pas, tu ne serais pas délaissé. »

À mon tour de faire un clin d’œil. Homme ou femme, pas de jaloux dans cette établissement. Il trouverait tout aussi vite quelqu’un prêt à lui prendre ses irys. Et à moins d’avoir vraiment de la chance et de la voir passer dans la salle, je suppose qu’on devra peut-être procédé à un interrogatoire dans un lieu plus intime. Ça ne me gêne pas vraiment. Le problème c'est plus l'augmentation des risques : il ne fait aucun doute que les proprios n'aiment pas les fouineurs.

« Difficile à dire mais pour l’instant c’est ma meilleure piste. Puis, il y a bien plus de gens ici qu’on en voit dans cette salle... »

Je regarde par dessus son épaule, personne n’est seul. Mais très peu sont en « couple » comme nous. Le plus souvent, ils sont accompagnés d’un serveur ou une serveuse. Ils consomment d’abord en bas avant de poursuivre en haut. J’ai pu voir deux femmes s’engouffrer vers ce que je suppose être les escaliers. Je me demande combien de temps on pourra rester ici en étant correcte. Une boisson, deux boissons ?

« Voici vos boissons. Si vous souhaitez de la compagnie en plus, n’hésitez pas à nous faire signe à n’importe quel moment. »

Nouveau dandinement de fesses alors qu’il s’éloigne. Dur de ne pas lever les yeux au ciel ou au plafond. Nous ne pouvons clairement pas échapper à la compagnie et aux verres sans paraître suspicieux. Je préférerais avoir appris quelque chose avant de me faire mettre à la porte.

« À ton entrée dans l’armée. »
 
Voilà, j’ai fait mon devoir : trinquer et boire. D’ailleurs, leur whisky n’est pas mauvais. Ce n’est pas un tourbé, mes préférés, mais ça va quand même. Je reprends la conversation, gardant un ton pas très élevé même si les tables sont loin de se coller. Faire des messes-basses est de toute façon bien dans l’ambiance du lieu.

« Je pense qu’on peut retenter de questionner le serveur quitte à lui offrir un verre comme ça semble se faire, observer aussi le passage dans la salle. Pour l’instant je n’ai vu que des gens monter. Et après, on verra... »

C’est plus une ligne de conduite qu’un plan. Toutefois la suivre devrait nous permettre d’avancer je pense.




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 12 Juin - 22:27
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Adam ne s’inquiétait pas de finir la soirée seul dans son lit. A vrai dire, il n’avait pas la tête à courir les jupons. Il préférait même les laisser filer. Ainsi, lorsque son verre lui est présenté, il n’hésita pas avant de trinquer et goûter une première gorgée. L’alcool descendant le long de son gosier lui fit le plus grand bien, nettoyant quelques problèmes de moral au passage. L’idée que le serveur vienne leur faire causette lui donnerait une bonne autre occasion de boire quelques goulées supplémentaire du breuvage ambré. Aucuns doutes sur le naturel bavard de l’employé, ils arriveraient peut-être à tirer quelques informations.

« Ca me semble une bonne idée. Je te laisse le grand plaisir de tenir la discussion. De toute façon il avait l’air bien plus intéressé par toi que par moi. "

Le jeune homme rigola doucement, encore heureux que ce ne soit pas lui qui plaisait à l’employé…Il finit d’une traite sa boisson et fit signe qu’on le resserve. Le serveur s’exécuta en une rapidité éclair. Deux nouveaux verres atterrirent devant leurs nez. Comme la première fois, ils eurent droit à un numéro de charme et l’ancien mineur se retint de rire. Les cheveux châtains coupés mi-longs dansèrent d’un côté à l’autre, au même rythme que ses hanches. Certainement devait-il vouloir montrer tout son potentiel à celle qu’il espérait avoir comme cliente. Adam trouvait ça complètement ridicule, mais si il avait été un dragueur, cela se serait déjà sû.

Sauf que contrairement à son plan de départ, le gigolo s’adressa à lui

« _Merci de votre confiance. Monsieur, nous pourrons trouver une compagne à votre goût à l’étage.

_Euh…en fait… »

De nouveau très gêné par tout ça, le jeune homme également pris au dépourvu, ne savait que dire de prime abord. Etant donné que c’était à lui qu’on s’adressait, il se devait de répondre. L’employé portant un badge « Piotr » prit ses aises sur un fauteuil à côté des leurs pendant ce court laps de temps. C’est donc en détournant le regard qu’Adam reprit, d’un ton moins assuré qu’à son habitude :

« _En fait nous devions rejoindre une amie au bar qui devait nous montrer…la maison. Sauf qu’elle n’est pas là. Elle est peut-être déjà montée.

_Comme c’est intéressant ! Et bien finissons vite nos verres pour vérifier tout ça ! »


L’air enjoué de l’employé se comprenait facilement. Il n’aurait aucun bénéfice à partager, et en plus un client supplémentaire pouvait le payer. Sans se déparer de son tout nouveau sourire étincelant, le gigolo se renseigna davantage.

« _Et votre amie, comment s’appelle-t’elle ?

_Sakari »

C’est tout ce qu’Adam avait pu se rappeler, le nom de famille de la mercenaire l’avait marqué mais il lui avait été impossible de le mémoriser. Leur nouvel ami fronça les sourcils un instant avant de revêtir rapidement son sourire. La discussion qu’il lança fut d’une banalité affligeante, et Adam ne s’y intéressa pas de près. A vrai dire, ça ressemblait beaucoup à un monologue :

« _Vous verrez vous ne serez pas déçu de notre établissement ! Il est très réputé dans toute la ville. Depuis 890, Madame Hildegarde recrute une équipe de confiance… »

« …Les dames peuvent y venir en toute sécurité. Nos services sont très vastes et nos clients sont très satisfaits. D’ailleurs, si vous avez des préférences, n’hésitez pas à nous en faire part. »

Bref, rien de captivant dans les morceaux qu’il s’était forcé à écouter, alors que le regard de l’homme faisait la navette entre les deux clients. Comme Gwen l’avait fait remarquer, ils pourraient peut-être tirer quelque chose de l’homme. Ils devaient donc transformer ce court numéro de soliste en dialogue. Adam fit signe à sa sœur de montrer le portrait à leur « guide »

« _Notre amie est une habituée, vous connaissez peut-être déjà ses préférences.

_Et bien nous avons beaucoup de jolies femmes qui passent entre nos murs. Les longs cheveux noirs comme les siens ne sont pas rare. Et puis si vous ne savez pas vous-même ce qui vous intéresse, nous trouverons bien. »


Le gigolo avait de nouveau dévié les propos sur eux et non sur la personne sur laquelle ils souhaitaient des informations. Ils ne pouvaient se permettre de faire un cul-sec sans risque de perdre quelque peu leurs moyens et devraient donc prendre leur mal en patience en attendant de visiter les chambres à l’étage. L’ancien mineur tenta tout de même un regard discret vers sa jeune sœur pour qu’elle continu l’interrogatoire, alors que leur chaperon jetait un œil au bar.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Lun 2 Juil - 9:29
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Le fait que le plan d’Adam ne tint pas plus de deux secondes avait de quoi m’amuser. Comme quoi il n’est vraiment pas fait pour ce genre de lieu. Ni pour interroger, il a beau poser des questions l’autre les contourne comme si de rien n’était pour sortir son baratin. Même après que je lui ai mis le portrait sous le nez. Impossible de savoir s’il sait quelque chose et ne veut pas le dire ou s’il est vraiment ignorant. Et c’est à mon tour de jouer, le signe pas forcément très discret de mon « frère » me l’indiquait, si jamais je ne suivais pas assez la conversation. Il est évident qu’il ne tirera rien de plus de ce Piotr. Je ne suis pas sûre de pouvoir non plus…

« Nous le savons. Une manarkienne ce ne doit pas être aussi courant que les cheveux noirs dans le coin ? On va juste prendre de quoi grignoter avant de monter si ça ne vous ennuie pas. »

Ma question un brin sarcastique n’attends pas de réponse, d’ailleurs je n’ai pas fait de pause pour lui laisser répondre. Si l’étrangeté est monnaie courante, elle perd son côté attracteur. Je suis sûre qu’ils doivent en jouer avec leurs employées. Ça va nous coûter chère. Enfin, ce n’est pas trop grave, un détail que je ferais passer sur ma note à Alises. Tout comme l’alcool. Commander du whisky avait peut-être était une erreur mais je ne veux rien laisser paraître ou partir avant d’avoir le coeur net sur ce que savent ou non les employés ici.

« Tout de suite mademoiselle. Et nous avons une marnakienne dans la salle, Aizen, deux tables à votre droite. Si vous souhaitez sa présence je vous suggère de vous décider rapidement. »

Évidemment, il ne pouvait en aller autrement. Une façon très simple de faire monter les prix. Je ne sais pas pour mon compagnon du soir mais je ne peux pas rester encore une demi-heure à la table à boire verre sur verre. C’est le moment de prendre une décision et d’agir, advienne que pourra. Je l’informe de mon plan, plutôt basique, avant que l’autre n’est eu le temps de revenir en se dandinant avec la coupelle de fruits sec.

« Partant pour un plan à trois ? Elle doit être notre meilleure chance de tirer quoi que ce soit de cet endroit. »

Je finis ensuite mon verre, parce qu’il serait triste de gâcher du bon whisky et me tourne vers la figure souriante de notre serveur. Visiblement, il attend notre verdict. Je ne sais pas s’ils sont toujours aussi impatients de faire monter leur client ou si on un traitement de faveur à cause de toutes nos questions.

« Nous avons fait notre choix, nous voulons emprunter les services d’Aizen pour la soirée, nous somme prêt à monter. 

-Malheureusement les chambres à l’étage sont indisponibles mais nous avons des suites très spacieuses au rez-de-chaussé. Si vous voulez bien me suivre, ma collègue vous rejoindra là-bas. »

Son air faussement contrit à cette annonce ne trompe personne, encore une façon de nous faire payer plus cher à tous les coups ! Enfin, n’allons pas chipoter maintenant. On n’est plus à quelques centaines d’irys prêt. Je le suis sans avoir réellement put toucher à la nourriture. Son pas est toujours dandinant alors qu’il nous fait traverser la salle pour nous mener à la porte à côté de l’escalier, derrière ne se cache pas les cuisines ou un débarras mais bien un couloir décoré luxueusement, entre les tableaux et les chandeliers. Arrivé au bout de ce long effilement de pièce, il nous ouvre la dernière porte.

« Si vous voulez bien entrer ici et vous mettre à l’aise. »

À peine avons nous pénétré à l’intérieur que la porte se referme derrière nous. Puis c’est le silence complet, la moquette épaisse doit étouffer ses pas. Je préfère m’intéresser à la chambre elle même, grande, spacieuse, luxueuse. Comme il nous l’avait dit. Il n’y a qu’un lit et deux fauteuils pour meubler la pièce, une porte dans le coin du fond qui mène à une salle de bain.

« Ils ne plaisantent pas avec leur suite ! »

Je suis à son entrebâillement, invisible depuis la porte d’entrée à cause des circonvolutions de la pièce, quand la porte s’ouvre de nouveau. Mais la voix qui retentit à ce moment là n’est clairement ni féminine ni amicale. Le verrou qui s’enclenche en même temps ne me dit rien qui vaille non plus.

« Alors c’est vous les amis de Sakari. On va vous transmettre une leçon pour elle : on aime pas les gens qui bavassent par ici. »




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 3 Juil - 21:45
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Heureusement pour Adam, Gwen avait bel et bien repris le flambeau de la conversation. Elle donnait plus facilement le change au serveur, si bien qu’il les laissa un instant. La blondinette en profita pour renseigner ses intentions à son acolyte. La mention du plan à trois n’arrangea en rien l’état du grand gaillard, surtout que la fameuse Aizen était une très belle femme. Leurs yeux marron s’étaient croisés l’espace d’un instant et elle avait gagné le duel. Le jeune homme avait très vite détourné le regard. Etonnant comme il avait été à l’aise avec les étranges iris vairons d’Ophélia, et mal à l’aise avec une femme plus banale.

Mais de toute façon il n’avait pas vraiment eu le choix, puisque l’employé était revenu avant qu’il puisse indiquer son avis. Il se contenta de suivre la petite troupe jusqu’à une chambre, enfin une suite, un peu plus loin au rez-de-chaussée. Piotr les laissa seuls et ils en profitèrent pour faire le tour. Laissant sa sœur visiter la salle de bain, il regarda la pièce principale.

« Ils ne plaisantent pas avec leur suite ! »

_Ca c’est sûr, j’imagine même pas combien ça coûte ! »

Jamais il n’avait eu l’occasion d’avoir un endroit d’une telle classe à disposition, et sa condition modeste ne lui donnait pas espoir de ce côté-là. Sauf qu’il n’eut pas le temps d’en voir plus. Ils eurent de la visite et ce n’était pas de celle qu’ils attendaient. A vrai dire, il y avait trois hommes à la porte de leur appartement. L’un d’entre eux était celui qui s’occupait de la sécurité et qui avait pris ses armes, les deux autres il ne les avait pas encore rencontré ici, mais ils étaient du même gabarit que le premier. Le trio devait donc rassembler pas loin de trois cent kilos de muscles, mais ça ne faisait pas peur à Adam qui restait plus grand et plus costaud que chacun d’entre eux.

Il fut content que Gwen ne soit pas visible et espérait qu’elle reste discrète pour l’instant. Les assaillants ne pouvaient savoir quand elle attaquerait, surtout qu’elle devait avoir gardé des armes cachées. Eux avaient également de quoi se défendre : deux avec un pistolet et le dernier avec une matraque. L’ancien mineur était en mauvaise position, deux canons étaient pointés vers lui alors que la matraque était agressivement agitée en l’air.

« Elle est où ta copine ?

_Quoi je ne vous suffit pas ? Votre collègue avait l’air de bien m’aimer »


La comparaison avec le serveur n’eut pas l’air de leur faire particulièrement plaisir car le chien d’une des armes fut abaissé. Adam devait très vite trouver une solution pour se débarrasse d’eux, au moins les deux qui restaient fixés sur lui, alors que celui au second révolver commençait à rechercher sa sœur. Il ne doutait pas qu’elle serait capable de lui tenir tête. En tous cas c’est ce qu’il pensait jusqu’à ce qu’une cuisante brûlure et une douleur semblable à un coup de couteau le prenne dans l’omoplate. Il comprit trop tard qu’une balle était partie du malabar dont il ne pensait plus se soucier.

« _Ca c’est que le début p’tit malin. Dis-nous où est ta copine qu’on puisse vous faire comprendre la leçon au plus vite. Plus t’attendra et plus ça sera douloureux ! »

La balle logée dans son dos lui paraissait déjà suffisamment lancinante, mais il préférait que ce soit lui leur cible plutôt que la jeune fille cachée dans la salle d’eau. Il ne voyait cependant pas comment la situation pouvait tourner en leur faveur, surtout qu’il aurait du mal à utiliser son bras fort, le droit, avec sa blessure. Voulant tenter le tout pour le tout, il se précipita vers l’adversaire face à lui. Musclé mais pas bête, celui-ci leva le colt en sa possession pour le presser contre le front d’Adam. Toute action de sa part fut immédiatement stoppée. L’ancien mineur savait qu’aucun geste de sa part ne serait assez rapide face à la gâchette. Seule la crispation de son visage avait semblé ne pas déranger, voir même plutôt satisfaire, le malfrat.

« _Tu bouges t’es mort ! On voulait pas vous tuer. Mais si t’insiste pour finir six pieds sous terre, j’vais exhausser ton souhait. »


Complètement bloqué, heureusement sans prendre entièrement la mesure de ce qu’il pouvait arriver, Adam s’efforçait à trouver une solution. Rien ne lui venait, seule l’intervention d’une distraction extérieure ou de Gwenn pouvait le sortir de ce mauvais pas.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Jeu 9 Aoû - 10:02
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
De là où je suis, je ne manque pas un seul mot. La pièce est grande mais quand même. La situation s’envenime rapidement sans qu’aucune idée brillante ne me vienne. Ils sont peut-être en léger surnombre toutefois, ils ont l’avantage des armes à feu déjà sorties et pointées sur Adam. Dans la pièce où je me trouve il y a bien une fenêtre mais trop étroite pour servir de sortie et rien qui ne me semble utile. Une tringle à rideau, une cuvette, un seau, un miroir…

Pan

Il n’est pas mort ! Un soulagement étonnement intense m’envahit. Ce n’est pas uniquement à cause de ce que cela implique pour ma propre survie, bizarrement. Mais je n’ai pas le temps d’analyser mes sentiments.

Et un des malabars se trouve désormais dos à moi sans Adam au milieu. De toute façon, je ne peux pas voir les deux autres, juste deviner où ils se trouvent. En planter un pourrait nous permettre de sortir indemne. Enfin, surtout moi. Le mineur risque de se prendre une autre balle, fatale celle-là. Le sentimentalisme ne fait pas parti de mon credo mais abandonner ainsi le mineur qui n’est ici qu’à cause de moi, ce serait moche. Quelle option cela nous laisse : se rendre à l’inévitable tabassage ? Sacrifier sa fierté pour conserver sa vie. Il n’y a pas vraiment le temps de réfléchir à ça non plus. J’y vais au bluff.

« Vous feriez mieux de nous laisser partir sinon je fais exploser les automates que je viens de vous envoyer ! »

Pan

Adam ne s’écroule pas et il n’y pas d’explosion, évidemment. Le papillon, la sauterelle ou l’oiseau y est passé…

« Belle explosion ! Mark attrape là qu’on en finisse. »

Mon bras me fait mal alors qu’il me tire hors de la salle de bain. J’ai l’esprit vide alors que je découvre les deux autres brutes, tout aussi musclées que Mark. Toute cette situation est absurde : on est même pas ami avec Sakari et on la recherche pour des raisons assez similaire aux leurs. Ironie que seul nous goûtons. Leur dire serait futile, aucune chance qu’ils nous croient, et ne ferait que prolonger ce moment déjà fort désagréable.  

« Maintenant que tout le monde est là... »

Il fait un signe de tête à l’anonyme muet. Alors que ce dernier porte un premier coup à Adam, le chef continue de nous mettre en garde un sourire mauvais aux lèvres. Écœurant.

« Répliquez et ce sera plus long et plus douloureux pour vous. »

Immobilisée par l’autre gorille, je ne peux rien faire si ce n’est serrer les poings et ne pas détourner les yeux. Chaque coup porté l’est pour faire mal, sans aucune retenue. Aucun coup ne va sur le visage, pour éviter les effusions de sang ? Rien qu’à regarder c’est douloureux et enrageant, d’une façon ou d’une autre je me vengerais.

HRP:
 




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur