Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Règle n°2 : On ne doit en aucun cas ouvrir un colis

Adam Vaughn
avatar
Ven 27 Avr - 21:42
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
En arrivant à Cerka, Adam fut tout d’abords soulagé. Le voyage depuis Zuhause n’avait pas été de tout repos. Sans incident, la route prenait déjà plusieurs jours à pieds. Si en plus on ajoute quelques péripéties, cela donne un voyageur bienheureux lorsque l’objectif est atteint. Enfin, quasiment atteint. Il devait toujours livrer les paquets, deux petites boîtes bien cachées au fond de son sac. D’après les indications qu’on lui avait laissé, la remise ne se ferait que le lendemain soir. En attendant, il avait tout loisir de profiter de la capitale de Rathram. Trouver un nid douillet à prix abordable, passer voir au bureau de poste si la jeune femme qui hantait ses pensées lui avait écrit quelque chose, goûter la gastronomie locale, passer chez le barbier. Bref, pas mal de petites choses qui, mise bout à bout, l’avait fait patienter.

Environ trente heures plus tard, alors que les derniers rayons de soleil éclairaient Cerka, le livreur se rendit sur le lieu de rendez-vous. A vrai dire, il avait déchanté au fur et à mesure de cette fin d’après-midi. Ayant demandé à plusieurs passants où se situait le bar où il devait aller, ceux-ci affichaient à chaque fois une mine réprobatrice. Une vieille dame l’avait même traité de voyou. Lui, un voyou ? Certes il avait un gabarit qui pouvait le classer dans la catégorie des gros bras, pour autant on ne lui avait quasiment jamais donné ce sobriquet. Adam en avait déduit que l’endroit ne serait pas des plus reluisant, et que c’était un repaire pour des affaires sombres pour ne pas dire occultes. Lui qui pensait en avoir terminé avec les ennuis….

En effet, lorsqu’il arrivant dans la ruelle, il n’y avait que des commerces à l’air vieillot et aux devantures mal entretenues. Tout ici criait à l’honnête citoyen de faire demi tour. Il n’aurait même pas été étonné de voir une anomalie surgir.Si il voulait sa paye il devait pourtant aller au bout. Et ce n’était pas qu’une métaphore. Le bar se situait au fond de l’impasse. Les deux fenêtres étaient opaques de saleté, la porte était rongée par l’humidité. Elle grinça lorsque l’ancien mineur rentra dans le commerce. C’était en soi une sonnette comme une autre, et elle ne coûtait pas cher. L’intérieur était tout aussi peu reluisant. Quelques tables, portant de nombreuses marques du temps et de boissons renversées, parsemaient la petite salle. Un comptoir, encore plus encrassé que le reste, lui faisait face.

Le barman, un type avec une barbe mal entretenue était habillé avec des vêtements autrefois probablement noirs. Il était occupé à nettoyer des verres…avec un linge propre ! Adam désespérait que quelque chose ne soit pas sale. Il s’avança sous le regard inquisiteur des trois clients présent pour commander une pinte, se retenant d’ajouter qu’il souhaitait un bock propre. Les consommateurs étaient tous les trois en train de jouer aux cartes, quelques irys au milieu de la table. Peut-être dérangeait-il leur si important enjeu ? Il se dégageait quelque chose de malsain de ces trois types, que ce soit leurs barbes mal rasés, leurs yeux porcins, leurs vêtements élimés. Tout criait qu’ils étaient des rebus de la société.

Une fois son rafraichissement en main, il se dirigea vers la seconde salle, séparée par une arche. Non mécontent de laisser l’ambiance glauque de la pièce principale, il rechercha le destinataire de ses petits paquets. Son client portait, toujours selon les indications reçues, un fouloir noir au bras avec un ovshin dessiné dessus. Seconde bonne nouvelle de la soirée, il semblait bien là, sur une table un peu à part. Adam alla s’assoir face à lui, mais dos au comptoir. Le jeune homme prit soin de parler à voix basse, sans pour autant chuchoter. Etant donné l’environnement hostile, il préférait prendre ses précautions.

« Vous êtes Swenn ? »

Autant s’assurer malgré tout qu’il s’adressait à la bonne personne. On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise…et l’homme se fondait plutôt bien dans le paysage. Que ce soit ses piercings ou tatouages, il sentait le mauvais garçon. Son grand-père lui aurait certainement interdit de côtoyer un gars comme ça. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Ce gars était peut-être quelqu’un de sympathique, avec des activités tout à fait légales, ayant trouvé ce lieu de rendez-vous par hasard lorsqu’il avait demandé une livraison…


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Sam 28 Avr - 16:05
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Plusieurs jours qu'il attend ces produits. L'une des rares personnes avec qui il entretient de bons contacts - l'une des rares personnes ne disposant de facultés intellectuelles proches de celles du bulot d'après Swenn - lui a fait part de résultats étonnants liés à ses recherches. Un traitement particulier d'une des roches de la région pourrait permettre d'obtenir un acide capable de venir à bout des aciers les plus résistants. Principal inconvénient, le mélange nécessaire pour obtenir un tel produit rend le résultat hautement instable, et les risques d'explosion associés encore beaucoup trop élevés pour l'utiliser tel quel. Toujours ravi de découvrir de nouveaux réactifs, le chimiste a spontanément proposé à son collègue chercheur du nord de trouver une solution permettant de stabiliser le tout. Ils ont donc convenu de l'envoie d'un premier échantillon pur, afin d'éviter les possibles désagréments lors du transport, classiques pour de tels composants. En contre partie, Swenn s'est engagé à lui faire part des différents tests menés. Mais la première étape est de récupérer ce colis.

Des substances non répertoriées par les autorités, rien dans cet échange n'est vraiment illégal. Ni très légal pour autant. Il n'est donc pas à l'abri qu'un représentant des forces de l'ordre trop zélé ne prenne la décision de garder le produit. Autant éviter tout risque. Raison pour laquelle le jeune homme a donné rendez vous au livreur dans l'un des bars où la milice n'intervient jamais. L'un de ces endroits aux mains des bandes organisées, gérant d'une main de fer les différents trafics qui ne manquent pas dans la capitale. Un signe distinctif étant même déterminé. Il n'est pas question que l'étranger aille demander où il pourrait le trouver. Ce serait le meilleur moyen d'attirer l'attention sur cet échange qui doit rester discret. Un terme suffisamment peu connu du brun pour prendre un maximum de précautions.

Heureusement, son physique lui permet de se fondre aisément dans cette masse crasseuse. Après avoir fait un détour par son appartement suite à une journée passée au laboratoire de chimie expérimentale, Swenn y abandonne le piaf qu'il se trimballe régulièrement. Mais qui n'est pas fait pour la vie de nuit. Tant mieux, ses activités menées une fois le soleil sur le déclin n'ont rien de sécurisées. Des vêtements passe partout enfilés, camouflant une ceinture à laquelle il accroche deux petites grenades à main, comme à chaque fois qu'il prévoit une excursion dans ces quartiers mal fréquentés, il pousse finalement la porte du bar désigné pour l'échange. Peu porté sur la ponctualité excepté dans ce genre de situation, Swenn arrive comme prévu en premier sur les lieux du rendez-vous. Habitué à ces endroits prisés par le bas peuple, il salue le patron auquel il commande une bière, écarte un homme espérant visiblement qu'il ait une certaine marchandise de disponible, et part s'installer dans la salle du fond. Parfaite pour éloigner ces rats d'égouts qui ont le chic pour s'immiscer dans les transactions les plus intéressantes. Celles qui n'ont rien à voir avec ces simples ventes qui doivent se dérouler à l'abri des regards des hommes en uniforme.

Il n'a pas à attendre bien longtemps pour voir un nouvel arrivant se pointer dans la salle. A en juger par le décalage entre ce type et le bar, aucun doute, c'est bien celui qu'il attend. Grand, imposant, il n'y a plus qu'à espérer qu'il se contente simplement des livraisons, sans avoir la mauvaise idée de fouiner un peu trop sur ce qu'il transporte. Une confrontation est à exclure. Assez discret malgré tout, professionnel, il aurait pu tomber plus mal.

Swenn se contente d'acquiescer d'un simple signe de tête à l'interrogation du nouvel arrivant, ne pouvant empêcher son regard inquisiteur de se poser de façon un peu trop intense dans celui de son interlocuteur. Mauvaise habitude qui peut facilement mettre mal à l'aise, les traits de son visage n'ayant rien de très avenant. Mais à laquelle il tient, les contacts visuels pouvant parfois se montrer très révélateurs.

- "Pas la peine de me vouvoyer, c'est suspect ici."

Pour sûr que les voyous qui trainent dans le coin ne doivent même pas être au courant de l'existence de telles pratiques. Ou alors ils l'ont oublié depuis bien longtemps. Même si cette pièce est dédiée aux échanges nécessitant une discrétion optimale, le brun a bien conscience de ne pas avoir que des amis - en a-t-il seulement un... - dans ces rues. Autant éviter d'attirer davantage l'attention de cette population. Il ne se soucie en revanche que peu de ce que pourra bien penser Adam d'une telle mise en scène. Après tout, il va être largement assez payé pour ne pas avoir à faire le difficile sur les conditions d’accueil.

- "Le trajet s'est bien passé ?"

Cette question n'a rien de celles qui se posent par politesse pour faire la conversation, même si la forme pourrait le laisser penser. Le ton platonique employé par Swenn n'est en revanche pas étudié pour mettre l'étranger à l'aise. Compétence inconnue du chimiste. Qui veut seulement s'assurer que le produit n'a pas réagit avec différents éléments extérieurs. Comme les secousses inévitables ou l'augmentation probable des températures. Même si d'après les dires de l'expéditeur, il y a peu de chances pour qu'Adam soit arrivé en un seul morceau si un incident de ce genre avait été à déplorer...


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Dim 29 Avr - 11:12
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Etant assuré de l’identité de son vis-à-vis par un simple hochement de tête, Adam ne fut pas plus rassuré sur son client lorsqu’il l’invita au tutoiement pour éviter de devenir quelqu’un de suspect. La vie réserve parfois des surprises…L’ancien mineur trouva l’endroit de moins en moins fréquentable. Il lui tardait de sortir de ce trou à rats pour aller passer encore une ou deux journées à flâner dans Cerka, avant de se trouver un petit job, puis repartir sur la route. Il avait déjà mis les pieds dans un des pires bars de Roceas, mais pas de lui-même. Le père d’un de ses amis était au fond du seau, prêt à s’abandonner à des substances non recommandées. Adam avait été appelé au secours pour le sortir de la par la peau du cou, avant que l’homme ne se perde trop dans son malheur, et de façon irrémédiable. Cette expérience avait également servit de leçon au jeune homme à peine majeur à l’époque.

L’attitude stoïque, plus que le regard perçant, du jeune homme en face de lui, n’était pas pour le mettre plus à l’aise. Il savait qu’il devait lui aussi garder un visage impassible. Dans ce genre de situation, aucune faiblesse ne devait percer si il ne voulait pas attirer les problèmes. Malgré tous ses efforts, ses yeux, ces traitres de toujours, ne pouvaient cacher son malaise. Fuyant la vision inconfortable de la salle pouilleuse, tout autant que le regard inexpressif du client. Il se focalisa alors sur une strie dans la table, emplie de miettes dont il ne valait mieux pas essayer de déterminer la provenance.

Heureusement, il devait jouer la comédie assez bien pour l’instant car le destinataire de sa livraison lui demanda si tout s’était bien passé. Adam le prit comme une question de politesse, même si rien ne le laissait penser. Le quasi-voyou remontait largement dans son estime et un léger sourire vint orner son visage.

« Et bien malgré l’attaque d’une bête dans la forêt, rien de particulier. Ne t'inquiétes pas, tes boîtes sont restées à l’abri. »

Le livreur se permit de goûter enfin à son breuvage. L’amertume le fit légèrement grimacer, et cachait également en grande partie la saveur pourrie de la bière de mauvaise qualité. Le goût oscillait entre la boue, la vieille eau-de-vie de mamie cachée au fond du placard, et les algues. Très étrange mélange qui déçu autant le palet que le cerveau de l’ancien mineur. Il reposa la pinte d’un air blasé, se promettant d’aller goûter un bon verre de vin de la région avec son salaire pour contrebalancer. En pensant à l’argent, il revint à ses moutons et s’adressa de nouveau à son client.

« On fait échange ? Les boîtes contre mon salaire ? »

Adam souleva son manteau, et décrocha les deux petites boites. Il n’avait pas souhaité trainer tout son barda, et avait donc utilisé un vieux truc de voyageur. Les deux colis étaient entourés d’une ficelle, un peu lâche sur le dessus, qui avait permis à Adam de les pendre à deux boutons intérieurs de son  pardessus. Le jeune homme posa les caisses de bois miniature sur la table. Celles-ci portaient deux étiquettes distinctes, une rouge et une blanche, avec des abréviations qu’Adam ne reconnaissait pas. Il n’avait même pas essayé de comprendre à vrai dire. L’expéditeur avait bien été clair lorsqu’il lui avait remis son chargement : il ne devait en aucun cas ouvrir les colis, ne serait-ce que pour sa propre sécurité. A ce moment-là, trop content d’avoir trouvé ce travail lui permettant de prendre la route vers un ailleurs inconnu, il ne s’était pas attardé sur les étrangetés qui entouraient sa mission. La mise en garde de départ, l’heure et lieu du rendez-vous, le salaire élevé par rapport à la taille de son chargement, autant de bizarreries qui auraient dues lui mettre la puce à l’oreille avant même de débarquer dans cet endroit miteux. Et pourtant, il ne s’était aperçu de tout cela qu’en débarquant…Le jeune homme devait se promettre de faire plus attention désormais.

L’estomac du grand gaillard se pinça. Sa boisson devait être d’encore plus mauvaise qualité qu’il le pensait, surtout qu’un étourdissement le prit. Non seulement c’était mauvais, mais ça devait être gâté…La poisse !


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Lun 30 Avr - 23:56
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Définitivement, ce Adam a tout du gentil garçon. Pas à son aise dans un tel milieu, le regard fuyant, mais déployant toute une réserve de self control pour garder une certaine assurance indispensable. Bien, Swenn fait suffisamment affaire avec des pourris pour apprécier les transactions en bonnes et dues formes, sans embrouilles ni négociations musclées. Pas de problèmes durant le trajet, du moins vu sa carrure il devait être parmi les mieux placés pour les gérer, et une proposition directe de faire l'échange.

L'avantage à utiliser des produits comme ceux que contiennent les petites boites que lui présente son interlocuteur, c'est qu'il y a peu de chances de tomber sur un livreur peu scrupuleux qui pourrait avoir la mauvaise idée de les subtiliser, les remplaçant par des faux. Peu de personnes sont capables de comprendre tout l'intérêt qu'elles peuvent représenter. Et la grande majorité de celles qui possèdent les compétences chimiques adéquates sont déjà dans cette ville. Ainsi, quand les boites sont déposées sur la table, toute l'attention de Swenn vient irrémédiablement se poser dessus. Éveillant en lui cette dose d'impatience, celle qui lui donne seulement envie de payer le livreur comme convenu, pour pouvoir partir au plus vite découvrir les trésors qu'elles renferment.

Pourtant, ses plans ne semblent pas vouloir se dérouler aisément. Alors que le chimiste sort une bourse de l'une des poches intérieures de la veste qu'il a enfilé avant de venir, il ne peut que constater un changement de comportement chez Adam. Rien de bien flagrant, mais pour le jeune homme habitué à observer les évolutions de l'organisme suite à des injections de produits divers, c'est bien assez pour réveiller toute la méfiance dont il peut faire preuve. Après tout, lui-même a bien assez recours à divers types de poisons pour savoir que la probabilité d'en être victime est plus forte que ce qu'on peut croire. Et même s'il n'a pas encore suffisamment d'informations pour déterminer avec certitude que des problèmes pointent leur nez, celles dont il dispose sont suffisantes pour semer le doute. Doute qui lui fait immédiatement réajuster la suite prévue du scenario.

Faisant désormais plus attention à son environnement qu'à l'homme qui lui face ou même à l'échange en cours, Swenn pousse la bourse vers Adam. Puis se saisi des deux petites boîtes découvertes par le transporteur, avant d'entreprendre de se lever, lui faisant part de la situation. A sa façon...

- "Prend ton argent et suit moi. Il ne vaut mieux pas rester trop longtemps dans le coin."

La voix suffisamment basse pour éviter les oreilles indiscrètes, le jeune homme se redresse de manière tout à fait naturelle. Ce qui a pour effet immédiat de réveiller tout un lot d'étoiles qui viennent danser devant ses yeux. Impossible que les deux petites gorgées prises de sa boisson en attendant l'arrivée d'Adam soient responsables d'un état d'ébriété, même faible. Les signes qui s'enchainent ne sont pas pour aller dans leur sens. Son corps est pourtant habitué à composer avec tout types de produits peu recommandables qu'il lui inflige. Il doit être plus résistant face aux probables substances responsables de cette faiblesse qui les affecte visiblement. Et ce malgré la différence musculaire qui existe indiscutablement entre lui est le jeune homme qui lui fait face. Encore un mauvais point.

Bien, il n'y a plus qu'à espérer qu'Adam ne pose pas de questions, qu'il agisse bien sagement comme il lui demande, et qu'ils puissent quitter cet endroit sans aucune accroche. Qu'il faille juste déplorer un manque d'hygiène cruel du bar. Bien sûr, si Swenn était capable d'expliquer convenablement ce qui peut lui passer par la tête, la probabilité que son interlocuteur agisse selon ses recommandations serait plus importante. Quoi qu'il en soit, les mouvements esquissés au moment de ce départ manifeste par certaines des personnes présentes dans la pièce, paraissent fortement compromettre la sortie sans complications. Si encore il savait se battre convenablement...


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 1 Mai - 9:22
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Le jeune homme, voyant sa bourse sur la table, se vit réconforté de bientôt partir de cet endroit détestable. De plus, la satisfaction de mener à bien un travail était un vrai plus. Quel que soit le travail. Cet argent serait minutieusement économisé au maximum, il devait réunir une certaine somme pour l’armurier, et comptait y arriver au plus vite. Il s’était senti bien trop nu face à l’énorme félin de la forêt de Kyaz. Qui sait ce qui pouvait encore lui tomber dessus ? Surtout que l’étourdissement qui s’était emparé de lui, lui paraissait de moins en moins normal. Il faudrait qu’il aille finir sa soirée allongée…

- "Prend ton argent et suit moi. Il ne vaut mieux pas rester trop longtemps dans le coin."

Adam ne put qu’acquiescer, attrapant son salaire. Trop heureux de quitter cette antre maudite, il n’avait ni la force, ni l’envie de polémiquer sur le « suit moi ». Une certaine lassitude commençait à s’emparer de lui, ne l’aidant pas à se relever. Il dut mettre beaucoup de volonté pour soulever sa carcasse de la chaise.

Arrivant dans la pièce principale, il s’aperçu que les autres clients présents s’étaient relevés et étaient actuellement en train de leur barrer le chemin. Enfin deux étaient devant eux, le troisième devant la porte. Le jeune homme ne vit pas l’employé du lieu. Soit il s’était caché, soit il était derrière eux dans l’attente d’une éventuelle fuite par l’arrière du bar. Un traquenard…

Ne pouvant distinguer clairement leur visage, il put simplement décrypter leur taille. L’un était un petit trapu qui devait lui arriver aux pectoraux, l’autre était légèrement plus grand et fin, lui arrivant aux épaules. Adam comprenait pourquoi ils avaient eu besoin de le mettre au tapis avant même de se battre. En pleine possession de ses moyens, il les aurait rétamé ces petites frappes…Le petit gros s’adressa à eux avec une voix nasillarde, particulièrement déplaisante pour quiconque voulait simplement s’allonger par terre et dormir.

« Vous allez rester là et vous évanouir bien sagement comme prévu »


Alors la bière n’était pas périmée mais simplement droguée ? Peut-être un peu des deux. N’importe quelle drogue ne pouvait avoir ce goût infect qui lui avait nettoyé le gosier. Le plus important désormais, était de rester debout jusqu’à ce qu’ils puissent s’éloigner suffisamment. Si les deux hommes piégés se retrouvaient dans une rue plus passante, les trois loubards ne pourraient plus les enlever sans que quelqu’un intervienne. Dans la tête de l’ancien mineur, c’était la seule solution. Il ne se sentait plus assez fort pour les mettre par terre tous les trois. Leur dégager le passage serait en soit déjà assez difficile.

Le coup avait été prévu d’avance. Quelqu’un savait que la transaction devait avoir lieu ici et à cette heure. Et ce quelqu’un était prêt à tout pour récupérer le contenu des boites. Ca devait être suffisamment important pour prévoir d’engager trois fripouilles, et droguer deux personnes. Le barman ne pouvait avoir glissé la dose de cheval suffisante à le mettre au tapis qu’en le voyant, il était donc forcément dans le coup, encore un zigoto de plus dans la bande de malfrats. Egalement, la présence de leurs seuls agresseurs dans le bar prouvait que tous les autres clients avaient dû être refoulés. Pourquoi n’avait-il pas fait marche arrière comme son instinct le lui avait commandé ? Encore une fois, il avait mis trop longtemps pour réaliser que ça sentait les ennuis à plein nez. Arriverait-il un jour à ne pas se laisser embarquer dans des histoires contre son gré ?

Il était trop tard pour regretter. Désormais, chaque parcelle de lucidité devait être utilisée pour les sortir de ce pétrin. Celui qui leur avait demandé de s’évanouir sans poser de problèmes, qui devait être le chef de bande, fit signe à son homologue de venir vers les deux hommes affaiblis. Adam se prépara à le recevoir. D’habitude, lorsqu’il se battait, il n’avait pas besoin de réfléchir. Sauf qu’aujourd’hui il était diminué dans toutes ses facultés et devait se concentrer. Un peu à la manière d’un homme complètement soûl. C’est donc dans cet état semi-comateux, empirant à chaque seconde, que son poing partit retrouver la mâchoire de l’imprudent.

Le manque de force flagrant d’Adam ne fit que le faire reculer de plusieurs pas. Le jeune homme ne put voir son expression, mais il se doutait qu’il ne devait pas être content lorsqu’il entendit :

« J’croyais qu’ils devaient être inoffensifs !!!


_Georges a pas dû bien doser la bière. Ca va pas tarder. »


En effet, à peine entendit-il ses paroles, le grand gaillard sentit des vertiges le prendre. Ses mouvements avaient certainement accéléré le processus. Incapable de se contrôler, il ne put qu’essayer de se retenir à une table derrière lui. Il ne ressenti même pas la douleur du rebord lui rentrer dans le dos alors qu’il partait en arrière. Se retrouvant assit contre le pied de table, table qu’il avait poussé de plus d’un mètre avec sa chute, il ne put garder les yeux ouverts bien longtemps avant que ce soit le trou noir.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Mer 2 Mai - 11:09
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
S'il y a bien une chose qui l’insupporte, c'est de se retrouver à consommer des drogues non préparées par lui-même. Ne pas savoir comment cette merde qui parcourt son corps a été mise au point. Impossible de prévoir les effets exacts tout comme les désagréments post usage. Pourtant, il est évident que les minutes et peut être même les heures à suivre ne vont pas être agréables. S'il arrive encore à ignorer ces vertiges qui le prennent à chaque nouveau pas, Swenn a bien conscience qu'il ne va pas pouvoir échapper encore bien longtemps à leur emprise. Vu comme Adam se lève et se déplace, lui non plus ne va pas pouvoir continuer bien loin. Se faire avoir de la sorte. Quelle déception.

Quoi qu'il en soit, les responsables de cette attaque sournoise n'ont pas l'air décidés à les laisser sortir facilement. Sur place, les voilà maintenant qui leur bloque l'accès à la sortie directe. Il va falloir trouver une autre solution. Les fenêtres sont fermées, ce n'est pas la peine d'y penser. Les très probables sorties du personnel, celles qui donnent sur ces ruelles insalubres dans lesquelles tous les détritus reposent, ne sont probablement pas accessibles non plus. Il a vu le serveur lui donner cette bière, et personne n'a pu y avoir accès ensuite pour verser quoi que ce soit. Cet homme était donc également impliqué. Et ne leur offrira pas de sortie de secours.

Immobile depuis que leurs opposants se sont manifestés, Swenn analyse chaque aspect de son environnement à la recherche d'une option de fuite qui pourrait encore exister. Ces types seraient suffisamment nuls pour mal doser une boisson mais assez bons pour anticiper les différentes options d'évasion... Ils ne devaient pas s'attendre à ce que le livreur possède une telle carrure. Et n'ont pas dû prendre en considération la résistance développée par le corps suite à une consommation un peu trop régulière de ces substances addictives. Sans compter que les deux hommes n'ont pas descendu l'intégralité de leur verre. Ce qui laisse visiblement suffisamment de forces à Adam, qui se lance déjà une tentative pour leur dégager le chemin. S'il avait une autre option sous la main, le chimiste ne se serait surement pas gêné pour lui faire remarquer à quel point ce geste est stupide et voué à l'échec. Mais il doit bien reconnaître sa part de responsabilité dans ce bazar. Et le manque cruel de solutions annexes...

Toujours est-il que peu de temps après, son acolyte imposé s'écroule. Le contre coup sans aucun doute. Mais qu'est ce qu'ils peuvent bien vouloir ? Quand bien même ils connaitraient le contenu de la livraison, qu'est-ce qu'ils pensent en faire ? Des explosifs puissants sont potentiellement envisageables, mais peu de personnes sont capables de manipuler correctement de tels produits. Et Swenn a du mal à imaginer qu'il puisse s'en trouver un parmi les voyous des bas quartiers. Réfléchir lui permet au moins de ne pas se focaliser sur le brouillard qui obstrue désormais sa vue et les sifflements incessants dans ses oreilles. Mais il l'empêche également de voir l'un des types désormais face à lui. Et n'aperçoit le coup qui part dans sa direction qu'au dernier moment. Ses réflexes diminués, il n'a pas le temps de parer qu'un poing vient déjà s'écraser contre sa mâchoire, lui faisant définitivement perdre connaissance.

Ce qui se passe les minutes suivantes, peut-être même les heures, le jeune homme l'ignore. Seul un mal de crane terrible réussit à le sortir de l'état de torpeur dans lequel il s'est retrouvé plongé bien malgré lui. Et une douleur lancinante à l'endroit de son visage qui a cueilli le coup envoyé par son opposant. Il allait de toute façon s'effondrer, à quoi bon ajouter cette violence ? Bande d'abrutis. Ce genre de réveil désagréable n'est pas inconnu au chimiste. Faire le moins de mouvements possibles le temps que son cerveau réussisse à faire le point, et que son estomac arrête de vouloir rejeter un contenu inexistant.

Il ne faut pas très longtemps à Swenn pour retrouver une relative maîtrise de son corps et de son esprit, malgré les tambourinements incessants dans son crane. Déboire avec lequel il est habitué à composer. Une simple salle vide, qui doit faire huit mètres carrés tout au plus. Une porte en acier. Probablement fermée à clé... Et une fenêtre opaque, laissant difficilement filtrer la seule lumière produite par la lune. Bien, le jour ne s'est toujours pas levé, ils n'ont pas dû rester inconscients très longtemps. En considérant qu'une journée entière ne se soit pas écoulée...

Ils, parce que la silhouette imposante de son co-détenu est bien visible dans la même pièce. Leurs ravisseurs ne doivent pas disposer de nombreuses "cellules" où garder ceux qu'ils s'amusent à droguer... Ce qui doit signifier que cet endroit n'est pas particulièrement grand. Il doit y avoir un moyen de retrouver les colis dont ils se sont probablement emparés. Ces derniers n'étant plus en sa possession. Enfin, pour cela, il faut déjà trouver une solution pour s'échapper de cette pièce. Et pour augmenter les chances de réussite, il ne va pas avoir d'autre choix que de coopérer, le deuxième prisonnier représentant un allié de choix dans une telle situation. Ce qui signifie faire un minimum d'efforts pour ne pas se montrer insupportable...

- "Adam ? T'es réveillé ? Faut qu'on trouve un moyen de se barrer d'ici."

Evidemment. Si les voleurs ne se sont pas contentés de leur piquer leurs affaires en les laissant sur place, c'est certainement qu'ils n'en ont pas fini avec eux. Swenn n'a pas la moindre envie de découvrir ce qu'ils peuvent bien leur vouloir encore. Et de quels moyens ils disposent pour arriver à leurs fins... Se relevant péniblement, il s'approche d'Adam. Au moins pour vérifier son état, les effets secondaires de telles substances pouvant être plus ou moins bien supportés selon les individus. Le chimiste habitué à s'occuper des junkies de la capitale est plutôt bien placé pour le savoir.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 8 Mai - 10:13
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
En se réveillant, Adam ne ressentit d’abords que la douleur poignante dans son crâne. Comme si il avait fait la plus grosse beuverie de sa vie, ou qu’un concert de pioches avait lieu. Ses paupières, qui pesaient, lui semblait-il, un bon quintal chacune, refusaient obstinément de se relever. Il essaya donc tout d’abords de se focaliser sur ses sensations et son ouïe. Son corps ne lui répondait plus pour le moment. Ainsi, il dût rester affalé contre un mur, dans une position lui promettant mille courbatures. Ses oreilles lui indiquèrent qu’il n’était pas seul, et qu’à la vue de la respiration difficile de l’autre personne pendant un instant, ce devait probablement être son client. Chose qui lui fut confirmée lorsque celui-ci s’adressa à lui.

Cela fut suffisant pour l’aider à ouvrir les yeux. Heureusement pour lui, la lumière qui lui permit de voir son cachot n’était pas violente. Il put détailler la petite pièce, et le tour fut vite fait tellement elle était étriquée et vide. Le jeune homme en sa compagnie commença à l’ausculter, tâtant ses membres engourdis. Cet effet était en train de s’estomper, et l’ancien mineur espérait qu’il retrouverait bientôt l’intégralité de ses forces. Son cerveau se remit en marche, essayant de remettre en ordre ce qu’il s’était passé : le rendez-vous, l’échange, la drogue, les crapules qui les ont empêchés de sortir. Et maintenant la détention…Si les malfrats en voulaient au chargement, ils n’auraient pas eu besoin de les enlever, la drogue les aurait mis hors service pendant assez longtemps pour qu’ils soient tranquille. Ils devaient donc avoir besoin de l’un des deux hommes, voire des deux.

Le jeune homme tenta de se rassoir comme il faut, et y arriva plus ou moins, lui permettant de rassurer enfin son codétenu

« Je crois que je commence à récupérer mes forces. »

Sa voix était rauque, comme si il n’avait pas parlé depuis un moment. Ce n’était pas important. Désormais, il irait de mieux en mieux et pourrait les défendre au besoin. Pas comme lorsque la drogue l’avait terrassé et qu’il s’était écroulé. Son égo aurait besoin de plusieurs jours pour digérer cette défaite.

Comme l’avait indiqué Swenn, ils devaient trouver un moyen de sortir. Malheureusement, la porte devait être verrouillée et le vide de la pièce ne leur permettrait pas de trouver un quelconque objet pour les aider. Il s’aperçu en cet instant qu’il n’avait même plus son poignard. Il pouvait toujours tenter de défoncer la porte. Seulement du peu qu’il voyait, celle-ci était faite en acier et même en visant ses faiblesses, il n’était pas sûr d’y arriver. Autant ne pas perdre ses forces nouvellement retrouvées.

« Je pense que le mieux est d’attendre que l’un d’entre eux se pointe et qu’on l’assomme. Même si ils sont deux je devrais pouvoir les gérer. »

Ils pouvaient soit les attendre derrière la porte, tombant sur le premier venu, soit leur laisser plus de temps et tenter de découvrir ce qu’ils voulaient. En effet, ils auraient beau s’enfuir, si ils tenaient réellement à obtenir les services de l’un d’entre eux, ils seraient tout à fait capable de les poursuivre. La solution n’était pas forcément aisée à choisir, aussi, exposa t’il ses doutes à Swenn

« Sinon on peut voir ce qu’ils nous veulent. Et on avise. Les gars qu’on a vu étaient peut-être idiots, mais leur plan était bien ficelé et ils avaient des informations pour nous surveiller. Doit y’avoir un type plus intelligent qui dirige tout ça. Je doute qu’ils nous laissent tranquillement nous enfuir. »

Ce qui lui fit penser que son client avait connu son nom alors qu’il ne lui avait pas indiqué. Celui qui lui avait confié la marchandise avait dû prévenir du départ des marchandises ainsi que des détails concernant le livreur. Si certaines informations avaient fuitées, nul doute que celles-ci en faisaient partie aussi. Mais qui était à l’origine de ça ? Il fallait aussi le découvrir. Avoir déjà déjoué une machination lui avait appris à voir la chose sous divers angles. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être, et il faut savoir creuser pour déterrer la vérité. Ici, il pouvait s’agir de leur survie. Ils devaient donc être d’autant plus prudents.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Mer 9 Mai - 15:31
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Bien, ses jambes sont de plus en plus stables, sa vision devient nette et tous ces étourdissements s'estompent. Et quelques temps plus tard Adam lui confirme également récupérer doucement. Ils sont loin d'être encore au meilleur de leur forme, mais ce n'est maintenant plus qu'une question de temps. Temps pendant lequel ils vont pouvoir mettre au point le meilleur plan possible pour partir d'ici, sans endurer davantage les ambitions encore inconnues de leurs geôliers. Tant mieux, parce que si la bagarre n'est sûrement pas le point fort de Swenn, il est bien plus à l'aise lorsqu'il s'agit de faire fonctionner ses neurones. Sans compter que ça lui permet d'avoir l'illusion de contrôler la situation. Indispensable pour le jeune homme qui a du mal à accepter de ne pas avoir la maîtrise parfaite des évènements. Autant dire qu'avec ce qui vient de se passer, il a besoin de remettre les choses au clair.

Par chance, son camarade d'infortune n'est pas uniquement une masse de muscles et parait capable de calme et de réflexion. Bien, peut-être qu'il va réussir à mettre de côté une partie de son mauvais caractère et de son arrogance, si ce type arrive à lui prouver savoir penser par lui-même. D'autant plus que le chimiste est actuellement de très mauvaise humeur. Il s'en veut personnellement certes, de s'être laissé leurrer de la sorte. Le problème, c'est que dans ces cas là, les débordements intempestifs n'épargnent pas pour autant ceux qui auraient la mauvaise idée de se trouver dans son entourage direct... Allez, ce n'est pas le moment de se mettre à dos le seul allié potentiel encore présent, alors on respire, et on réfléchit à trois fois avant de balancer les premières paroles acerbes qui peuvent lui passer par la tête.

- "Vu comme ils ont l'air organisés, si on attend qu'ils nous exposent la suite de leur plan, ce sera déjà trop tard pour nous. Ils n'ont pas l'air d'être du genre à prendre des risques inutiles. L'effet de surprise est la meilleure option actuelle. D'autant plus qu'on est deux."

Comme pour le bar, la probabilité que de simples hommes de main soient envoyés dans un premier temps pour s'assurer de leur réveil, avant que leurs chefs ne prennent la peine de se déplacer est forte. Ce sera certainement leur plus grande chance de sortir d'ici. Ils n'ont pas la moindre idée du nombre de personnes qui bossent dans cet endroit, et à qui ils pourraient avoir à faire face. Partir avant d'attirer l'attention parait indispensable.

- "Évidemment, s'ils débarquent en grand nombre, on n'aura pas vraiment d'autre choix que de faire ce qu'ils demandent. Mais ça reste peu probable."

Tout en réfléchissant à voix haute, partageant les conclusions auxquelles il aboutit, Swenn arpente la pièce pour évacuer la tension qui prend petit à petit possession de son corps. Parce qu'il n'y a de toute façon pas grande chose à faire dans leur cellule. Ce qui doit prouver que ces voyous n'ont pas l'intention de les y laisser croupir trop longtemps... Non, s'ils avaient vraiment eut l'intention de les éliminer ils disposaient de nombreuses autres alternatives plus rapides et moins contraignantes pour eux.  

- "Le problème c'est la suite. On ne connait rien de cet endroit. Sa taille, la disposition des pièces et couloirs, la direction de la sortie, le nombre de personnes sur qui ont peut tomber, et l'endroit où ils ont bien pu conserver tout ce qu'ils nous ont ôté. Sans arme c'est délicat. Si on part du principe que le prochain à mettre les pieds dans cette salle en possède effectivement une sur lui et que tu sois capable de t'en servir, ça faciliterait les choses. Comme ils ne nous on pas tué direct on peut sans trop prendre de risques imaginer qu'on ne se fera pas descendre immédiatement au premier gars croisé. Ce qui nous laisse l'avantage. Cela dit entre le moment où on sort de cette pièce et celui où ceux qui dirigent vont se rendre compte du problème, il n'y aura que quelques minutes. Il faudra avoir réussi à se barrer de ce trou avant."

Guidé par un enchainement de chiffres qu'il est bien le seul à savoir interpréter, son cerveau envisage toutes les solutions qui s'offrent à eux, les chances de réussite associées, et les principaux problèmes qu'ils vont rencontrer. Tout en continuant à exposer à voix haute un résumé à peu près compréhensible pour quiconque ne serait pas dans sa tête... Une grande diversité de scenarios à l'esprit, il ne lui restera plus qu'à ajuster ses prévisions à mesure que les évènements vont s'enchainer pour garder leur potentiel de réussite à son maximum. Et avec quelqu'un comme Adam à ses côtés en plus d'une situation initiale comme la leur, Swenn est encore optimiste. Ou plus exactement, le pourcentage de succès qu'il associe à leur cas actuel lui permet au moins d'avoir l'air parfaitement sûr de lui.

Après avoir tenté en vain d'apercevoir ce qui se cache derrière cette fenêtre, dans l'espoir de reconnaitre l'endroit dans lequel ils se retrouvent captifs, le chimiste se dirige finalement vers la porte. Ils n'ont de toute façon pas d'autre choix que d'attendre que quelqu'un se décide à l'ouvrir. Et si ces types ne sont pas trop mauvais, ils devraient savoir que la durée des effets de la drogue doit être écoulée. Sauf s'il s'est encore planté et qu'ils n'ont pour seule intention que de les laisser crever ici. Ou s'entretuer... Non, il ne peut quand même pas avoir faux deux fois dans une même journée !


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Jeu 10 Mai - 14:21
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
L’autre homme semblait réfléchir pour deux, la seconde proposition d’Adam avait été repoussée en quelques secondes. A bien y réfléchir, les arguments avancées se tenaient. Même si leurs ravisseurs n’étaient pas très doués, comme ils l’avaient tous deux remarqué, ils redoublaient de prudence. Les captifs n’auraient donc probablement pas le loisir de papoter tranquillement pour connaître leur sort. L’ancien mineur restait cependant sur sa position, certain que quelqu’un dirigeait les imbéciles qui les avaient cueillis.

Swenn devait avoir récupéré ses forces plus vite qu’Adam, car il faisait les cent pas dans la pièce alors que le grand gaillard se redressait à peine. D’ailleurs, voir son codétenu tourner virer, commençait à donner le tournis au livreur. Il tenta de se concentrer sur les paroles énoncées, malgré les diverses conjonctures qui en ressortait. Il avait encore du chemin à faire avant d’arriver à penser à toutes les composantes d’un problème. Dans ce cas, il n’avait absolument pas pensé que l’endroit dans lequel ils se trouvaient pouvait être difficile à quitter, ni qu’il pouvait y avoir beaucoup de crapules dans la bande. Disons qu’en réalité, il n’était allé qu’au premier degré des choses. Se passant la main dans les cheveux avec un soupir, il tenta de suivre tout ça.

Adam se rendit compte alors qu’il ne s’agissait que de suppositions. Son grand-père lui avait bien dit qu’avec des si on mettrait Alexandria en bouteille. Tout ce qui était du domaine de l’action se règlerait au moment opportun, pour ça il avait l’habitude. Mieux valait se reconcentrer sur le présent, en commençant par chercher la raison de leur kidnapping. Peut-être ça leur donnerait une idée de  pourquoi ils avaient été enlevés et gardés en vie au lieu d’être simplement tués ou laissés sur place après avoir été dépouillés.

« Y’avais quoi dans les boîtes ? Je pense qu’on est d’accord sur le fait que c’est à cause de ça qu’on est ici. »

Des pas se firent entendre dans le couloir, ils n’eurent donc pas le loisir de polémiquer d’avantage. L’ancien mineur préféra laisser l’arrière de la porte à son codétenu, il pourrait ainsi frapper sans se faire voir, en lui montrant l’endroit de sa main. Le fait que l’homme était plus fin ne voulait pas forcément dire qu’il ne pouvait pas se défendre, mais Adam était une montagne de muscles connaissant bien la bagarre, il se faisait confiance sur ce point lorsqu’il était en possession de toutes ces capacités. Pour sa part, il se campa donc contre le mur de l’autre côté de la porte. Les arrivants ne le verraient pas forcément si ils regardaient devant eux en entrant. A eux deux ils pourraient ainsi terrasser plusieurs ennemis.

Le son régulier des pieds martelant le sol se fit de plus en plus proche, puis ce fut celui d’une clé dans la serrure. Le jeune homme serra ses poings, prêt à les envoyer valser dans la tête d’un de leur geôlier. Cependant, lorsqu’une silhouette féminine s’engouffra dans leur modeste cachot, un plateau de nourriture à la main, il se dit qu’il devait changer de tactique. Il ne pouvait décemment pas frapper une femme, d’un autre côté il ne pouvait la laisser ressortir car il suffirait qu’elle se retourne pour comprendre leurs intentions.

Adam opta pour ceinturer la femme, un bras sur les hanches pour verrouiller son corps et sa seconde main sur la bouche pour l’empêcher d’appeler au secours. En voyant les mains frêles relâcher leur fardeau, le jeune homme ferma la porte avec son pied, laissant le bruit du métal s’étouffer dans la petite prison. Ne sachant que faire de sa prisonnière tremblante, l’ancien mineur regarda Swenn, espérant qu’il trouverait la solution. Ils n'avaient pas beaucoup de temps devant eux, les malfrats s'inquièteraient de ne pas la voir revenir après leur avoir amené à manger. La seule inconnue était de savoir combien de temps ils allaient avoir exactement.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Sam 12 Mai - 9:28
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Ce qu'il y avait dans les boites ? Ah, voilà une question bien embêtante. Pas tant parce que Swenn aurait une quelconque volonté de garder secrète la réponse, mais parce qu'il n'a jamais la moindre idée du degré de précision qui peut être attendu. Est-ce qu'il doit vraiment se lancer dans des explications concrètes et poussées de la composition des produits que Adam à transporté ? Il a des doutes que ce soit très utile.... Et s'il lui avoue qu'il y a potentiellement de quoi faire exploser l'intégralité du lieu dans lequel ils se trouvent enfermés, il risque de mal prendre de s'être trimballé avec quelque chose d'aussi dangereux... Un coup d’œil dans sa direction, les quelques secondes d'hésitation sur la marche à suivre se décident cette fois à trancher à sa place. Les bruits de pas qui se font entendre ne lui laissant pas l'opportunité de prononcer le moindre mot. Parfait.

Bien, il ne doit pas y avoir plus d'une ou deux personnes s'il se fie à l'enchainement des sons qui retentissent. Ils devraient facilement les mettre à terre et se tirer de cette cellule sans problème. En théorie... C'est quoi qui bloque ? Prêt à filer un coup de main en cas de besoin, Swenn ne peut que se rendre compte qu'Adam ne suit pas du tout le plan initial. Est-ce le fait que le nouvel arrivant soit incontestablement une nouvelle arrivante qui vient perturber le processus ? Quoi qu'il en soit, son acolyte a au moins assez de jugeote pour ne pas la laisser repartir simplement.

Un soupire et les traits de son visage qui se crispent en une expression claire de reproche associés à un regard tout aussi accusateur, le chimiste finit par s'approcher de l'étrange duo. Peut-être qu'ils vont pouvoir tirer parti de ce chamboulement. Dans tous les cas, ils vont devoir laisser la nouvelle captive dans cette cellule, pas possible de la prendre avec eux. Swenn n’est pas du genre à prendre des otages avec lui, il serait bien incapable d’exécuter qui que ce soit, et le tas de muscles à côté n’a pas l’air très crédible dans le rôle du mauvais garçon… Mais avant de la laisser sur place, peut-être qu’elle pourrait leur fournir quelques renseignements. Peu de chances, tout de même, mais ils peuvent bien prendre une minute pour tenter d’obtenir plus d’informations. Pas plus, après ils risquent de voir débarquer les renforts.

- "T'as seulement à nous dire où vous gardez tout notre matos et où se trouve la sortie, et on ne te fera rien."

Se retrouver à bluffer... Nul. Enfin, avec ses allures de mafieux et son regard vide de toute émotion, c'est assez facile de se faire passer pour quelqu'un de peu recommandable. Et même s'ils ne sont pas armés, avec la carrure d'Adam pas besoin d'une grande imagination pour savoir que des menaces pourraient être mises à exécution. Même si vu comme il a géré l'arrivée de la femme, Swenn a bien des doutes à présent. Tant pis, ce n'est sûrement pas le moment pour ça. Ce n'est pas lui qui doit en être persuadé.

La captive, toujours ceinturée et bâillonnée par le livreur parait vouloir remuer la tête de gauche à droite, comme si elle refusait cette offre charitable. A moins qu'elle ne cherche à se dégager pour apporter une réponse ? Évidemment, le risque qu'elle profite de cette question qui lui est adressée pour seulement crier à l'aide n'est pas à exclure, mais Swenn est assez proche pour pouvoir lui asséner un coup bien assez puissant à la tempe pour la faire tomber si nécessaire. Et sait ne pas hésiter face à une telle situation. Il a bien assez trainé dans les milieux malfamés pour savoir que différencier les femmes et enfants des hommes est le meilleur moyen de se faire avoir. Parce que elles n'auront pas le moindre scrupule.

Et contre tout attente, entre quelques marmonnements incompréhensibles, elle finit par réussir à leur indiquer un semblant de chemin. Qui ressemble un peu trop à un labyrinthe sans issue dans l'esprit du chimiste au sens de l'orientation déplorable... Hum, bah, au moins a-t-il bonne mémoire. D'après ses dires l'endroit où ils peuvent retrouver leurs affaires se situe juste à quelques mètres. En revanche pour la sortie il va falloir en traverser des couloirs. Peu de chances qu'ils ne croisent personne sur le chemin, mais ils n'ont de toute façon pas d'autre choix maintenant.

Alors que Swenn attrape le trousseau de clé qui est tombé au sol en même temps que le plateau, voilà la nouvelle prisonnière qui s'effondre en larme. Littéralement. Baragouinant qu'elle n'a pas eu le choix entre deux sanglots. Les suppliant de ne pas la laisser seule ici. Bah voilà autre chose.

- "Ça n'a jamais fait partie du marché. Tes potes ne vont pas tarder à venir te libérer. Et nous, on ne sera déjà plus là."

Cette dernière phrase est prononcée en jetant un regard sans équivoque en direction d'Adam. Hors de question de s’embarrasser d'une troisième personne qui pourrait se retourner contre eux à n'importe quel moment. C'est du bon sens pur. Elle peut avoir l'air aussi pitoyable qu'elle veut, Swenn est un peu trop habitué à cadenasser toute trace de sentiment pour qu'un tel numéro puisse l'atteindre. D'autant plus dans ces conditions. Et espère bien que son acolyte imposé va laisser ses choix être guidés par la raison cette fois.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Dim 13 Mai - 10:05
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Le regard que reçut Adam suite à l’emprisonnement de la femme entre ses bras fut largement équivoque des sentiments de son codétenu. Celui-ci indique clairement qu’il n’apprécie pas ce revirement. Lui l’aurait frappé sans merci apparemment.  Mais ce n’était pas le cas de l’ancien mineur, son grand-père s’était assuré de faire de lui un homme d’honneur et il s’efforçait de se tenir à son éducation.

Il n’avait pas eu besoin de faire plus de menaces, le regard de Swenn parlait mieux que n’importe quel mot prononcé. Ca confortait l’idée que ce jeune homme n’était probablement pas très recommandable. Aussi Adam resterait sur ses gardes. Ils étaient certes dans le même bateau pour le moment et l’ancien mineur était un allié de choix pour se défendre, mais il est probable qu’au moment où il ne serait plus utile et plutôt embarrassant dans l’esprit de son codétenu, celui-ci n’hésiterais pas à se débarrasser de lui.

Lorsque leur prisonnière tenta de répondre, Adam lui chuchota tout de même de ne pas crier si elle ne voulait pas de problèmes et elle hocha la tête, signe de son assentiment. Elle leur indiqua le chemin, et l’ancien mineur ferma les yeux quelques secondes pour visualiser les informations. Il s’imagina alors un plan des lieux, ne contenant pour l’instant que le parcours qu’ils devraient emprunter. Rouvrant les yeux, il aperçut son client prendre les clés, bonne initiative, avant de rembarrer la femme en pleurs.

Elle leur expliqua que son défunt mari devait de l’argent à leurs ravisseurs, et qu’ils avaient menacé ses enfants si elle ne les aidait pas. Le grand gaillard ne pouvait que s’attendrir de sa situation, même si ce genre de chose arrivait couramment dans les quartiers pauvres. Un brave type qui contracte une dette auprès de gars pas très recommandables, et c’est le reste de la famille qui trinque. Triste histoire….Si il s’écoutait, il l’aiderait à de défaire de ces gars. Sauf que son comparse avait l’air de vouloir la laisser derrière. Choisir entre la raison et les sentiments…ce ne fut pas facile pour lui. Il se rangea pour l’instant du côté de Swenn, mais se promit de tout faire pour que ces roublards se fassent arrêter par la milice. Aussi, était-il désormais irritable lorsqu’il donna les indications à sa captive

« Allongez-vous dos à la porte et faites semblant de dormir. Si ils vous réveillent, frottez l’arrière de votre tête, comme si vous aviez été assommée. Ils ne pourront pas vous blâmer. »

La femme dû comprendre qu’elle n’avait pas le choix car elle alla vers le fond de la pièce lorsqu’elle fut relâchée. Ils pouvaient alors désormais se concentrer sur la suite : récupérer leurs affaires et filer de ce lieu. Les deux hommes prirent la précaution de refermer la porte derrière eux et s’engagèrent sur la droite. Ils devaient rester prudents malgré leur nouvelle connaissance des lieux. Leur informatrice ne leur avait pas indiqué combien et où étaient postés les hommes. Ils pouvaient donc se trouver nez à nez avec les malfrats au moindre recoin.

Heureusement pour eux, ils ne trouvèrent personne jusqu’au lieu où ils devaient récupérer leurs affaires. Adam repéra de suite son poignard, à côté de ce qui devait être les possessions de Swenn. Les boîtes n’avaient pas été mise avec, il ne leur restait donc qu’à fouiller ce qui semblait être une réserve pour les trouver. L’ancien mineur fit signe qu’il allait fouiller la partie droite, laissant l’autre côté à son client.

Les étagères étaient un fatras de boites, de livres, divers objets de bricolage. Il trouva même des boites de conserve…Mais aucune trace des boites qu’il avait transporté. Il attrapa une grande clé à molette en guise d’arme au passage. Avant de se retourner, sa curiosité le poussa à zieuter dans les livres. Les deux qu’il ouvrit semblaient être des livres de compte. L’un contenait des noms et des sommes, certainement un livre rassemblant les dettes qu’on leur devait. Quant à l’autre, il s’agissait plutôt d’un inventaire. Diverses substances y étaient répertoriées, ainsi que leur coût certainement. L’ancien mineur ne connaissait rien dans ce domaine, il ne pouvait donc que supposer. Se disant que ça pouvait être une preuve pour la milice afin de faire arrêter les brutes qui les avaient enlevés, il prit les carnets et les mit dans le bas de son dos, les coinçant avec sa ceinture. Il prit ensuite son arme improvisée dans sa main et revint vers son comparse.

« Aucune trace des boites. J’ai juste trouvé du bordel et leurs livres de comptes. Comme c’est ce qu’ils voulaient, ils ont dû les mettre ailleurs. Du genre une pièce qu’ils doivent utiliser plus souvent comme un bureau, ou un salon. »

Finalement, ils allaient devoir s’attarder un peu plus dans ce lieu quasi-inconnu. Adam ne savait absolument ce qui était dans les petites caisses qu’il avait échangé, et son client n’avait pas éclairé sa lanterne, mais ça ne sentait pas bon du tout.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Mar 15 Mai - 14:44
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Plutôt raisonnable finalement, Adam accepte sans difficultés de laisser la jeune femme sur place. Non sans lui donner quelques instructions ayant pour objectif de lui éviter des ennuis futurs. Décidément, il n'a rien à faire dans un tel endroit. Un gentil garçon, de ceux que Swenn est peu habitué à fréquenter. Les trouvant généralement affreusement ennuyant. Mais sa présence reste appréciée. Tant qu'il ne fait rien de stupide. Comprendre par là rien qui n'entre en contradiction avec ce que lui a l'intention de faire...

Après avoir quitté leur cellule sans plus d'obstacles, ils trouvent donc cette fameuse pièce. Au moins leur prisonnière ne leur a pas mentit. Ce qui n'était pas impossible. La salle contient effectivement un bazar sans fin, visiblement utilisée pour entasser tout un tas d'objets jugés secondaires. Il y trouve d'ailleurs les deux petites grenades à main prises un peu plus tôt, et que leurs ravisseurs avaient bien entendu pris soin de lui retirer avant de les enfermer. En revanche, aucune trace de ses colis. Ça se complique. Fouillant une partie de la pièce pendant qu'Adam s'occupe de l'autre moitié, il doit finalement accepter le résultat. Ils ne trouveront pas ce qu'ils cherchent ici. En revanche, les quelques ouvrages qu'il aperçoit et certains produits entreposés ne font que confirmer ses soupçons quant aux activités de ce groupe. Ils s'intéressent aux armes à fort potentiel de destruction. Et maîtrisent probablement les processus de création d'explosifs plus que sommaires. Pas très rassurant tout ça.

Est-ce qu'il peut réellement continuer à embarquer Adam dans ses histoires en sachant cela ? Il a beau ne pas être le mec le plus agréable à côtoyer, Swenn garde tout de même certains principes. Non pas qu'entendre son acolyte lui proposer une suite de plan ne l'enchante pas, au contraire. Mais il a du mal à comprendre ce qui le motive à prendre ces risques pour récupérer des produits dont il ne sait rien. Alors qu'il pourrait très simplement se diriger vers la sortie à présent, laissant le chimiste choisir entre l'accompagner ou partir seul à la recherche de ses colis dans ce trou à rats. Peut-être qu'il est temps de mettre certaines choses au clair.

- "Je ne pense pas que se séparer maintenant soit la meilleure solution, mais t'es pas obligé de t'engager là dedans. T'as déjà fait ton job. D'après ce que j'ai vu, certains gars de ce réseau savent fabriquer des explosifs. Et pas de simples pétards pour amuser les gamins. Probablement des trafiquants. C'est risqué."

Il lui doit bien le partage du minimum d'informations nécessaires à un choix éclairé. Bien sûr que lui-même n'a pas l'intention de partir d'ici sans avoir tenté de récupérer ce qui lui appartient. Mais il n'a pas non plus envie d'avoir une mort potentielle sur la conscience. En agissant de la sorte il s'assure donc une certaine tranquillité d'esprit face à la suite des évènements. Parce que l'homme qui l'accompagne ne lui parait vraiment pas fait pour ce genre de milieu, malgré son habileté manifeste au combat.

Quoi qu'il en soit, il doit bien reconnaitre ne pas savoir où se diriger à présent. Le seul couloir qu'ils pouvaient suivre à la sortie de la pièce précédemment quittée offrant désormais plusieurs solutions. Et Swenn n'a déjà plus la moindre idée de la direction à suivre pour se rapprocher de la sortie précédemment indiquée. Que son comparse décide de partir maintenant ou non, il va de toute façon devoir s'en remettre au hasard pour la suite. Il n'a pas d'indice sur l'endroit où peuvent être conservés ses échantillons, ni des moyens possédés par ceux qu'il va très probablement croiser avant d'arriver à remettre la main dessus. La carte de la discrétion est sans aucun doute celle à jouer. Dommage que ce soit précisément celle avec laquelle il a le moins d'affinités...


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 15 Mai - 23:43
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Coupé dans ses pensée par la réplique de son client, Adam se figea une seconde avant de lui répondre.

« Non le travail n’est pas fini puisque les boîtes sont sorties du lieu d’échange dans les mauvaises mains. »

Ca c’était juste pour mettre les choses au clair sur son professionnalisme. Il avait beau ne pas vouloir faire de la livraison son métier à vie, il ne pouvait cependant pas se permettre de bâcler les choses. Un arrière-goût d’inachevé l’aurait embêté pendant trop longtemps. Et puis comment pourrait-il se prétendre quelqu’un de droit si il laissait des choses à moitié faite derrière lui…

« Et si ces gars sont dangereux, raison de plus pour ne pas les laisser faire tranquillement. Ces bouquins permettront à la milice de les empêcher de nuire. Je ne suis plus à un problème près..»


Il repensait tout d’abords à la femme qu’ils avaient laissé dans leur cellule, forcée de travailler pour eux pour sauver ses enfants. Il n’y avait pas qu’elle. Si effectivement des explosifs étaient en jeu, des dizaines, ou plutôt des centaines de vies étaient menacées. Les deux attentats mytran à Unellia de l’an dernier, même provoqué par la magie, montraient quelle boucherie pouvait advenir des actes malveillants du genre. Officiellement, les photos les moins marquantes circulaient. Officieusement, des images et des dessins passaient de mains en mains. C’était vraiment horrible à voir…toutes ces vies gâchées, réduites à néant en une fraction de secondes…Tous ces innocents pris dans le tourment d’une guerre dont ils n’étaient ni dissidents ni même parfois partisans. Les enfants, les nourrissons, les pauvres, c’était des problèmes bien au-delà de leurs inquiétudes quotidiennes. Ils faisaient pourtant partie des « dommages collatéraux ».

Alors si le jeune homme pouvait apporter sa pierre à l’édifice de la paix il le ferait, même si il n’était pas encore soldat. Militaire n’était pas seulement un métier, c’était une vocation de toujours. Protéger les plus faibles c’était son credo. Tentant de refouler la hargne qui menaçait de le faire basculer dans la rage aveugle en repensant à toutes ces choses macabres, il ferma les yeux quelques secondes. Se concentrer sur le plan mental qu’il s’était projeté était un catalyseur efficace. N’ayant aucune idée de l’endroit où se trouvait la pièce qu’ils recherchaient, il proposa une solution en se dirigeant vers la porte.

« Je suis un ancien mineur. Quand on se perd dans une mine où on a pas l’habitude de travailler, il faut toujours tourner dans le même sens. Soit partir à droite, soit partir à gauche, sans changer de sens. Une fois qu’on aura récupéré les boîtes, je saurais nous refaire sortir d’ici selon les indications de la femme »


Il indiqua le dessus de sa tempe avec son doigt pour indiquer qu’il avait tout enregistré mentalement. Sa main sur la poignée, il mit son oreille contre le battant pour capter un quelconque bruit de pas. Rien ne lui parvint et il actionna enfin le clenche, laissant le soin à Swenn de refermer derrière lui. La seule inconnue dans leur mission était le temps dont ils disposaient. Une fois que les crapules se rendraient compte que la femme manquait à l’appel et les prisonniers aussi, ils seraient réellement en danger. Aussi, l’ancien mineur usa de grandes enjambées pour se diriger vers le couloir le plus à droite.

Une bonne cinquantaine de mètres plus loin, un tournant se présenta devant eux. Avant de s’engager plus loin, le grand gaillard se mit contre le mur. Grâce à la mauvaise luminosité dans ce dédale sans fin, il put avancer légèrement sa tête, assez pour jeter un coup d’œil à la suite du chemin, avant de se recoller complètement contre la paroi. S’approchant de l’oreille de son codétenu, il lui chuchota ce qu’il avait vu.

« Y’as deux type près de la porte qui discutent à voix basse. Ca a pas l’air d’être le grand amour entre eux. Ce sont pas des costauds mais la porte est assez loin. Ils ont le temps d’ameuter le reste de la troupe avant qu’on leur tombe dessus. Une idée ? »

En effet, les vingt mètres les séparant de la suite laissait largement le temps à l’un d’entre eux de les voir et aller chercher du renfort. Si ils étaient assez futés pour y penser plutôt que foncer dans le tas…


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Jeu 17 Mai - 16:01
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Eh bien, cet homme est encore plus exemplaire que ce que Swenn imaginait déjà. A moins qu'il ne soit juste idiot. Quoi qu'il en soit, puisqu'il a fait son choix et que les choses sont claires, ils vont pouvoir tenter de récupérer ces produits au plus vite. D'ailleurs Adam lui propose déjà une solution tout droit importée des mines pour ne pas se perdre. Ancien mineur reconvertit en coursier... Il y en a vraiment qui aiment se faire du mal. Enfin, ce n'est pas le moment de laisser sa mauvaise humeur prendre le dessus. Non, c'est bien à ces voyous qui ont cru bon de vouloir le doubler qu'il en veut. Ce n'est pas le moment de faire de son seul allié potentiel un nouvel ennemi à cause de son insupportable arrogance. Le chimiste garde donc bien sagement ses remarques acerbes sur ce qu'il peut bien penser de tels jobs pour lui, et referme simplement la porte, suivant la seule personne capable de se repérer dans ce labyrinthe.

Et effectivement, son acolyte n'a pas l'intention de trainer plus que nécessaire dans cet endroit vu l'allure à laquelle il avance. Pas vraiment sportif, Swenn le suit pourtant sans grande difficulté. Heureusement qu'un premier virage l'arrête après seulement quelques dizaines de mètres. Pour sûr qu'il finirait pas se faire distancer. Mais ce qu'Adam lui révèle par la suite n'est pas particulièrement encourageant. Bah, il lui dirait bien qu'ils n'ont qu'à faire demi tour et tourner dans l'autre sens... Mais si ce qu'ils cherchent se trouve effectivement derrière la prochaine porte, ce problème n'en sera que reporté. Vu les faibles informations dont ils disposent, cette option n'est pas exclure, alors il va falloir trouver une autre solution.

- "Si on ne peut pas aller jusqu'à eux, alors il n'y a plus qu'à les faire venir jusqu'à nous."

Logique imparable.... Mais effectivement, à moins qu'Adam ne dispose d'une arme à distance silencieuse, et dont il sache se servir à la perfection, ils ne peuvent pas prendre le risque de s'en prendre à eux directement. Et si le livreur ne se propose pas pour une démonstration de lancé de couteau ou autre art barbare, c'est qu'ils vont devoir trouver plus subtile. Ne reste plus qu'à savoir comment faire bouger les deux obstacles. Hum, ce n'est pas qu'il manque d'idées, mais aucune ne lui plait particulièrement. Alors comme à chaque fois, il se fie seulement à celle qui présente le plus fort taux potentiel de réussite.

- "Reste là. Je vais m'arranger pour les amener par ici. Et dès que t'en a un à portée, n'hésite pas. Histoire que je vois à quoi ça sert d'avoir de gros bras..."

Ah. Bah il ne peut pas garder un contrôle parfait de ses paroles, il fallait bien que le fond de sa pensée transparaisse à un moment où un autre. Tant pis, il ne risque pas d'être gêné pour si peu. C'est qu'il pourrait dire bien pire... D'ailleurs, son visage ne laisse pas s'exprimer la moindre émotion de remord. Au contraire, il garde toujours cet air parfaitement sûr de lui.

Évidemment, les deux gêneurs ont moins de chance de prendre peur à crier à l'aide face à une unique cible. Alors autant choisir celui qui a l'air le moins menaçant pour entrer dans leur champ de vision - et servir d’appât oui si vous voulez.... Simple question de bon sens, mais il ne faut pas pour autant compter sur Swenn pour évoquer à voix haute cette évidence. Eh, c'est qu'il a sa fierté quand même. Enfin, avant de prendre le pari qu'ils ne disposent pas d'arme à feu sur eux pour se contenter de simplement le trouer à distance, il va quand même tenter une approche moins frontale. L'obscurité du couloir étant utilisée à bon escient, le chimiste s'avance de quelques pas, tournant à l'angle, et aperçoit effectivement les deux silhouettes plus loin. Sans s'approcher de trop près, il les interpelle de façon parfaitement naturelle, faisant tout de même attention à parler juste assez fort pour être entendu et crédible, sans pour autant pouvoir être détecté par d'autres potentielles personnes qui se trouveraient aux alentours.

- "He vous deux ! Ram'nez vous, on a besoin de bras !"

Un mouvement de la main pour leur faire signe de venir vers lui, Swenn fait déjà volte face, feignant l'urgence. Un ton et une posture déterminés, un peu trop à l'aise dans ce rôle de voyou, le jeune homme fait deux pas dans la direction opposée. Revenant par conséquent d'où il vient, il s'arrête pour vérifier où en sont les deux bandits, et leur intimer de se dépêcher un peu plus si besoin. Mais s'il a la bonne surprise de constater qu'ils ont effectivement amorcé un pas pour le suivre, l'un des type prend cette fois la parole en premier.

- "Attend ! T'es qui toi ?!"

Pas complètement têtes brulées, ils semblent être capables de faire preuve du minimum de prudence nécessaire pour ne pas tomber dans un piège aussi grossier. Pas grave, Swenn ne va pas s'avouer vaincu pour si peu, pas en manque de ressources lorsqu'il s'agit de donner des ordres. Même s'ils sont complètement injustifiés et qu'il ne dispose pas du statut adéquat. Au culot, oui. C'est que ça marche bien plus souvent qu'on ne pourrait le croire.

- "Qu'est ce que ça peut t'foutre ? Bouge ton cul c'est tout."

Bon, maintenant il n'a quand même pas intérêt à trainer dans le coin. Sans plus attendre, le chimiste effectue les quelques mètres de repli nécessaires pour rejoindre Adam, une avance d'une bonne dizaine de mètres sur les deux abrutis qui continuent à le héler.

- "Te fous pas d'nous ! T'prends pour qui à nous filer des ordres comme ça ?!"


L'avantage, c'est que les gêneurs se décident effectivement à le poursuivre, visiblement un peu trop blessés par ses remarques pourtant très soft. L'inconvénient, c'est que deux autres hommes finissent par faire irruption de la porte un peu plus loin, alertés par les quelques échanges qui ont eu lieu, demandant déjà ce qu'il se passe. Au moins, la pièce est désormais vide. Ne reste plus qu'à en faire de même avec le couloir...

Arrivant bien vite à la hauteur d'Adam, Swenn lui marmonne un vague "quatre" accompagné d'un haussement d'épaules désinvolte. Techniquement deux puis deux. Ce qui ne change pas grand chose au plan de base. Il ne va seulement pas falloir se rater dans le timing, profitant de cette embuscade à leur avantage. Théoriquement pas bien compliqué...


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Ven 18 Mai - 20:57
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Gros bras ? On le traitait encore de gros bras ? C’était une nouvelle mode ? Ca devait être ça car cela faisait plusieurs fois qu’on lui sortait cette expression. En soi, ça ne lui posait pas problème, c’est juste qu’à chaque fois ça avait l’air d’un reproche.

Mais ils sont très bien mes bras…

Au lieu de se lamenter plus sur son sort, Adam regarda l’exécution du plan de son codétenu. Celui-ci s’avança et alpagua tout simplement les deux gardes. L’ancien mineur se frappa le front de voir la solution choisie, il n’y avait pas mieux pour que tout foire. Heureusement qu’il n’y avait que deux types à s’occuper, ce genre de stratégie aurait pu vite tourner au vinaigre dans le cas contraire. Les gardes, peut-être un peu plus habitués à ce genre d’affaires que ceux qui les avaient cueillis, ne marchèrent pas dans le plan et s’élancèrent à la suite de Swenn. C’était à prévoir.

Celui-ci, lorsqu’il fut revenu vers lui, lui annonça, le plus calmement du monde « Quatre ». Il avait réussi à en ameuter deux de plus, super réussite ce plan…Pas le temps de se lamenter, car de ce qu’il comprenait c’était à lui de réparer les dégâts. L’ancien mineur avança sa jambe dans le couloir d’où provenaient leurs assaillants. Le premier ne dû pas le voir car il se vautra magistralement, tête contre le sol. Le deuxième évita à peu de chose le crochet du gauche qui le visait, mais il fut assez déstabilisé pour qu’Adam attrape son haut et le pousse contre le troisième assaillant, les faisant tomber tous les deux. Il ne lui en restait qu’un debout. La surprise l’avait aidé à écarter rapidement les trois premiers gus, il ne pouvait échapper au vrai combat à partir de maintenant.

Le jeune homme sentit trop tard que des bras s’étaient glissés sous ses aisselles pour le maintenir au niveau des épaules, certainement celui qui était tombé en premier, permettant au dernier loustic de le frapper au ventre. Dommage pour lui, il ne savait pas viser…Il aurait touché l’estomac ou ses bijoux de famille, il lui aurait fait bien plus mal, mais les abdominaux avaient amorti quelque peu le choc, lui permettant de répliquer rapidement. Un coup de genoux, lui n’hésita pas, dans les parties masculines de son adversaire fut radical. Celui-ci tomba par terre en pleurnichant, tandis que son collègue tenant l’ancien mineur reçu un coup de tête. Sa face déjà fragilisée rencontra le mur, un crac désagréable se fit entendre alors que la prise se desserrait, avant que le pauvre bougre rejoigne de nouveau le sol. Il semblait bien parti pour y rester cette fois.

Restait deux bonhommes à gérer, qui s’étaient concentrés sur Swen, pensant certainement que l’autre détenu était géré par leurs collègues. Le grand gaillard posa chacune de ses mains sur la tête de l’un d’entre eux et les frappa l’une contre l’autre. Encore un bruit d’os craquelés et deux de plus à terre. Le jeune homme se prouvait ainsi qu’il avait bien récupéré toutes ses capacités physiques depuis son réveil. Il se massa simplement légèrement le ventre pour faire passer la légère douleur due au coup reçu.

« Alors, satisfait de mes gros bras ? »

Non, il n’avait toujours pas digéré la remarque. Et lui au moins était efficace. Certes, les mécréants n’étaient pas des as du combat et s’étaient précipité tous ensemble sans réfléchir. Ca n’enlevait rien à sa réussite, qui leur permettait de continuer leur fouille des lieux. Le temps était toujours compté, aussi devraient-ils régler leurs comptes plus tard.

Sans s’attarder plus sur son codétenu, le jeune homme se dirigea vers la porte, non sans que la tête du seul garde encore éveillé ne rencontre son pied. Il aurait mal à ses deux cerveaux au réveil. Restait à espérer que le nombre de truands présent soit signe qu’ils approchaient de la bonne destination. Passant le battant, Adam pensait qu’ils tomberaient sur une pièce, mais ce fut un nouveau couloir qui les accueillit. L’endroit était un véritable labyrinthe, il avait plutôt intérêt à mémoriser parfaitement le trajet pour qu’ils puissent ressortir indemne.

Des escaliers se présentèrent enfin, donnant sur…une porte !

« Si je trouvais l’architecte, je lui ferais manger les plans… »

Quelle idée de créer un complexe aussi bizarre. C’est sûr que pour maintenir des gens en détention c’était idéal. Il n’y avait pas de gardes cette fois, aussi ils purent monter les marches sans être précautionneux. La seule vérification qui était de mise était de s’assurer qu’aucune bruit ne provenait de l’autre côté. Or des bribes d’une conversation filtraient malgré l’épaisseur de la porte. Adam colla son oreille, laissant le trou de la serrure à Swenn. C’était lui le plus petit, autant que ce soit lui qui se baisse…

« Alors mon choux, quand est-ce qu’on s’y attaque ? »


La voix féminine était d’une mièvrerie écœurante. On aurait dit une prostituée qui essaye de faire du charme à un client. D’ailleurs le bruit explicite d’un baiser très sportif et de gémissements ne firent que renforcer son impression. Les joues du jeune homme se tintèrent légèrement en rouge, l’obscurité présente devait cependant cacher suffisamment ce détail pour ne pas que ça en soit honteux. Il espérait que leur spectacle serait bientôt fini, pour qu’ils puissent enfin fouiner la pièce.

« Un peu de patiente poupée. Je sais que tu meurs d’envie de faire un massacre. Faut attendre que tout le matos soit prêt. »

Adam fronça les sourcils. L’heure n’était plus à la gêne. Ces gens parlaient de tuer en baisant, est-ce qu’il faut pas être malade pour avoir ce genre d’attitude ?


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Lun 21 Mai - 10:58
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Il ne faut pas beaucoup de temps à Adam pour faire la démonstration de ses compétences. Tant mieux, parce que la baston pure et dure comme celle qui se profile, ce n'est clairement pas ce que préfère Swenn. Comme le prouvent ses pauvres aptitudes en matière de self défense. Le second prisonnier en fuite occupé par deux de leurs assaillants, pas le choix il va falloir gérer les deux autres qui viennent droit sur lui. Un premier coup qui part dans sa direction esquivé au dernier moment, le chimiste réussit tant bien que mal à parer le second qui aurait pu lui briser le nez sans trop difficulté. Un pas en arrière, il ne sait pas quelle règle décisionnelle suivre pour déterminer le premier type à frapper. Ouais, bah il est seulement habitué aux bagarres de bar, celles très classiques où il se retrouve en un contre un. Et où son cerveau ne vient plus trop l'embêter. Heureusement, alors qu'il recule encore un peu plus, concentré qu'il est pour ne pas finir lamentablement au tapis, le gaillard qui par il ne sait quelle lubie a cru un jour bon de devenir livreur, arrive pour lui filer un coup de main. Ou plutôt deux, assommant magistralement les deux types dont il ne savait comment se débarrasser. Efficacité maximale. Même si c'est un peu flippant...

- "Satisfait qu'ils n'en aient pas après ma tête. Ou pire..."

Une grimace mimant la douleur en voyant le plus malchanceux des quatre types par terre, Swenn quitte bien vite la scène de combats. On ne sait jamais. N'empêche, il va vraiment devoir faire gaffe à ce qu'il dit à l'avenir. Cette démonstration rattrapant amplement la déception précédente lors de leur évasion de leur cellule. Adam sait indiscutablement se servir de cette masse musculaire qu'il possède. Alors autant le garder dans la case alliée. Au moins le temps qu'ils restent bloqués dans ce foutu labyrinthe sans fin. Et sans aucun ordre logique surtout...

- "Laisse tomber, le type qu'a fait ça devait plus se prendre pour un artiste qu'un architecte."

Habitué à se perdre dès qu'il met les pieds dans un nouvel endroit, ce ne sont pas des détails de ce genre qui vont empêcher Swenn de poursuivre son chemin. Alors un couloir derrière une porte, un seul escalier au bout qui débouche sur une nouvelle porte, le tatoué s'en accommode parfaitement. Et se contente d'avancer sans se soucier du retour. Parce que pour le moment ils ont bien plus intéressants à faire. Débarrassés des quelques gêneurs, ils peuvent progresser sans entrave, mais les bruits qui s'échappent de la porte sur laquelle ils aboutissent laissent présager qu'ils ont suivis la bonne direction. Une voix féminine et une masculine. Accompagnées de quelques sons très explicites. Mouais, il n'a pas franchement de voir ce qui peut bien se passer derrière cette porte. Du moins pour la partie qu'il peut aisément deviner. Parce que pour le reste, sa curiosité le pousse facilement à vouloir en savoir plus. Et l'amène inévitablement à passer un œil par la serrure qui ne parait pas plaire à Adam.

Ah, la pièce a l'air sacrément grande, l'angle de vue restreint offert par ce ridicule interstice ne lui donne qu'un aperçu partiel. Dans lequel les deux tourtereaux ne sont pas compris. Tant mieux, il n'avait pas vraiment envie d'en avoir un gros plan. Ce n'est pas la seule raison pour laquelle Swenn est satisfait d'avoir regardé à travers cette ouverture. S'il s'attendait davantage à quelque chose qui ressemble à une chambre compte tenu de ce qui parait occuper les amants, il n'en est rien. Oh non, ce qu'il a désormais sous les yeux n'est pas bien difficile à identifier. Un bon gros laboratoire de contrebande comme il n'en a que trop vu. Et comme il s'attendait bien à trouver quelque part dans ce complexe. Ce qui est plutôt bon signe, la probabilité que ce qu'ils cherchent ait atterrit dans cette pièce étant plutôt forte. Bon, ça inclut de devoir y entrer, mais ça, ce n'est clairement pas un problème pour le jeune homme qui n'a que faire des règles de convenance, qui impliqueraient de laisser les deux amoureux du crime terminer leur affaire avant d'intervenir.

- "Pas de doute, c'est ici que tout ce qu'il y a d'intéressant doit être conservé. Il va falloir qu'on y aille."

Tout en chuchotant pour ne se faire entendre que par Adam, Swenn se redresse. S'il veut en voir plus, la serrure n'est pas suffisante, et il va effectivement falloir ouvrir cette porte. Ce qui implique de devoir faire face aux deux personnes derrière.

- "J'ai pas pu voir s'ils ont des armes à portée de main, mais on devrait facilement tirer profit de l'effet de surprise. Je te laisse t'occuper du mec, vu que t'as l'air plus à l'aise qu'avec les femmes."

Non, décidément, il est incapable de ne pas agrémenter ses phrases de ces quelques détails qui lui donnent l'air si parfaitement agaçant... Ce n'est pourtant pas un manque de bonne volonté. Bah, tant pis, il ne va sûrement pas pour autant regretter quoi que ce soit. Et encore moins tenter de se rattraper.

- "Et cette fois ça pourrait être intéressant de les faire parler."

Sans attendre de remise en cause de ses paroles, Swenn pose la main sur la poignée et l'actionne, ouvrant d'un geste déterminé la porte. Heureusement qu'ils ne se sont pas embêtés à la verrouiller. La suite se déroule très rapidement. Repérant sans difficulté le couple occupé en embrassades et autres joyeusetés, le chimiste laisse comme prévu son collègue gérer l'homme, pendant qu'il se contente d'attraper sans ménagement la propriétaire de la voix si niaise, qui parait effectivement perdue face à cette agression à laquelle elle ne s'attendait pas. Puis la plaque en suivant face contre le mur le plus proche, lui ramenant les bras dans le dos de sorte à empêcher tout mouvement. Et ce n'est pas le peu de tissu parfaitement transparent qu'elle porte qui risque de l’embarrasser.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Mar 22 Mai - 11:54
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Adam ne comprit pas de suite ce qui se tramait dans la tête de son acolyte en le voyant se lever. Il se focalisa d’abords sur la remarque de son client, qui eut pour effet d’accentuer la couleur de ses joues. Le jeune homme pensait s’être dérobé du regard acéré de son compagnon d’échappée, ce n’était qu’une illusion. Le reste des paroles passa au second plan et il avait l’impression de regarder la suite des évènements comme un spectateur. Non, il n’était décidément pas possible que Swenn ai l’idée d’entrer sans réel plan dans la pièce et se diriger vers les fornicateurs. Plus précisément la dame en très petite tenue très transparente et qui ne cache absolument rien de ses sous-vêtements haut de gamme.

Le livreur aperçut son collègue plaquer la femme contre le mur, et se rappela alors les consignes qu’il avait reçu plus tôt : s’occuper « du mec ». Ca lui allait très bien. Se retrouver avec le postérieur de la demoiselle aussi près de lui n’aurait décidément pas été une bonne idée. De toute façon il n’aurait juste pas pu…Alors pendant que le compagnon de la belle se dirigeait vers Swenn, certainement dans l’espoir de récupérer sa « Poupée », Adam se reprit. Il fonça sur lui et le plaqua lui aussi au mur. Les deux amants se trouvaient dans la même position, la séparation devait être moins terrible pour eux ainso, probablement. La seule différence tenait de leur geôlier respectif. La femme ne pouvait certes pas s’échapper, mais la poigne était somme toute raisonnable. L’ancien mineur n’était par contre pas très doux avec son prisonnier, il pensa même à défaire un peu la pression de ses paluches pour que le sang puisse circuler de nouveau dans les mains de l’homme. Après tout, Swenn lui avait bien indiqué que les faire parler serait bien, preuve si il en est qu’Adam avait un peu écouté.

Il était plus difficile de soutirer des informations à quelqu’un que de simplement le mettre au tapis. Aussi, le jeune homme usa d’une technique qui avait déjà fait ses preuves dans ce domaine : secouer un peu sa cible. Bien que le terme « un peu » était tout à fait subjectif, Adam tenta de le mettre en œuvre au mieux, sans casser son otage.

« _Et si vous nous expliquiez ce qui se passe ? C’est quoi votre histoire de massacre ?

_ Lâches-moi grosse brute ! »

Visiblement, il n’avait pas mis assez de force pour obtenir ce qu’ils souhaitaient puisque l’homme jouait encore au coq. Si il voulait une grosse brute, il allait l’avoir….Accentuant la pression envers le truand en le collant d’autant plus contre le mur, lui laissant à peine d’air pour respirer, Adam utilisa sa main libre pour la mettre autour du cou de sa victime.

« _Ecoutes, j’aime pas trop quand on parle de tuer des gens comme si s’était rien. Donc si je dois TE tuer pour éviter ça, j’hésiterais pas à le faire. Alors soit tu causes, soit je t’écrase ici même ! Compris ?! »

L’énervement qui commençait à poindre dans sa voix n’était pas feint. Il détestait les barbares qui ne considéraient pas la vie d’autrui comme aussi importante que la leur. C’est la raison même pour laquelle il voulait d’engager dans l’armée sous peu. Il savait que comme maintenant, il pouvait empêcher ce genre de cafard de nuire. Adam ne voulait pas le tuer, mais seule la menace de souffrance ou de mort fonctionnait avec ces moins que rien. Ils étaient si égoïstes qu’ils vendraient père et mère si ça leur permettait de vivre jusqu’au lendemain.

La fille par contre, semblait un peu plus humaine. Elle n’avait peut-être pas le cerveau d’un stratège, mais au moins elle semblait avoir un minimum de sentiments car elle lança un cri aigu en voyant son compagnon se faire maltraiter

« _Non ! Laissez-le ! Je vais tout vous dire ! »

Le malfrat se débattait, impossible de savoir si c’était pour s’échapper de la poigne de l’ancien mineur ou si c’était pour empêcher sa copine de parler. Gros bras ne se laissa pas avoir par son air suppliant, toute gêne désormais partie à la vue de la situation autrement plus grave.

« _Parles et je le laisse vivre.

_ Au marché noir, y’a des mercenaires qui cherchaient à avoir des prothèses dynamiques. Les constructeurs avaient tous refusés de leur en vendre car ils ne sont pas Daënars. Ca rapporte un max alors Lulu a accepté de leur en fournir. »

Lulu devait être l’asticot qui se débattait dans les bras du livreur. Tout ceci était une histoire d’argent, mais ils n’en étaient pas encore arrivés à la partie où ils étaient utiles, ainsi que la marchandise dont Adam ne connaissait toujours pas le contenu, ni l’étendue du massacre en prévision.

« _Un des gars à eu un tuyau de Zuhause. Quelque chose qui permettrait de fondre l’acier des coffres des constructeurs de prothèses. On peut avoir tout ce qui se cache là-dedans et avoir encore plus d’argent. On a pas l’intention de tuer à part les gardiens ! »

Elle tentait de sauver leur cas maintenant qu’elle savait le fond de la pensée d’Adam sur les meurtres, même si elle n’était pas arrivée au bout du raisonnement.  La demoiselle ne semblait pas prête à finir son histoire, le jeune homme décida d’assommer la tête de son amant contre le mur pour lui faire comprendre son état d’esprit. Lorsque le corps glissa au sol, inconscient, un nouveau cri suraigu se fit entendre, il fallait espérer que ça n’ameute pas le reste de la troupe.

« _Et ?

_On a su que le produit devait être livré dans un bar à Cerka qui était sous notre contrôle et que seul le destinataire pouvait l’utiliser. »

L’ancien mineur regarda son codétenu en fronçant les sourcils. Etait-ce la raison pour laquelle il ne lui avait rien dit ? Et qu’il souhaitait absolument récupérer les produits ? Qu’est-ce qu’il allait faire une fois sa marchandise dans les mains ? Adam devait le garder à l’œil désormais qu’il avait confirmation que c’était de la mauvaise graine. Il ne le laisserait pas faire n’importe quoi avec ça, le livreur n’aurait aucune pitié à le livrer à la milice si ses intentions s’avéraient mauvaises.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Ven 25 Mai - 10:07
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Adam n'a pas vraiment l'air dans son élément. Pourtant c'est bien lui qui avait dit qu'il n'avait pas l'intention de laisser des types dangereux s'en sortir. Et avec ce qu'ils viennent d'entendre, Swenn ne voit pas ce qu'il lui faut de plus ! Mais heureusement il intervient à temps, et joue parfaitement son rôle. Un peu trop bien même, mais le chimiste ne va pas s'en plaindre. Après tout, s'il n'a aucune difficulté à garder sous contrôle la femme qui essaie de se tortiller, il n'est pas persuadé qu'il s'en serait aussi bien sorti avec le représentant masculin. Cela dit, ce dernier n'est pas particulièrement bavard. Et ce malgré les méthodes peu conventionnelles du livreur. Enfin, peu conventionnelles pour Swenn et ses réticences - et difficultés il faut bien l'avouer... - à avoir recours à la force brute. Quoi qu'il en soit, Adam parait sacrément énervé. C'est pas forcément bon signe ça. Il n'y a plus qu'à espérer qu'il bluff.

Pas le temps d'y réfléchir trop longtemps que la voix stridente à quelques centimètres de son oreille lui vrille les tympans. Lui arrachant au passage une grimace d'irritation. Les cordes vocales sont vraiment une arme redoutable... Mais il ne relâche pas pour autant celle qui a l'air bien décidée à parler. Sans doute est-ce en raison de ses activités plus ou moins classiques en tant que médecin qu'il ne ressent pas la moindre gène vis à vis de ce corps si peu vêtu et pourtant si proche. Ça et le fait que ces femmes de bandits ne sont clairement pas son genre. Au moins elle parle facilement. Et parait connaitre une bonne partie des plans. Même si ce sujet n'est pas vraiment celui qui intéresse Swenn. Non, lui veut seulement savoir où se trouvent ses échantillons tests. D'ailleurs, c'est par ça qu'il aurait commencé. Mais vu comme Adam à l'air lancé, autant lui laisser la main sur cet interrogatoire.

Pourtant, les informations qui leur sont données au prix d'un évanouissement ne paraissent pas plaire au grand costaud à en juger par le regard qu'il lui balance. Bah quoi ? Qu'est ce qu'il il peut lui si ces types ne comprennent strictement au véritable intérêt de la science chimique ? Bon, n'empêche que ça pue là... Mouais, il y a bien longtemps qu'il n'a rien dit, et ça ne semble pas aller dans son sens cette histoire. Même quand il arrive à tenir sa langue ça réussit à lui retomber dessus. Bon, dans ce cas...

- "Faut être complètement con pour piquer un truc dont vous ne savez même pas vous servir."

Regard blasé qui va avec ces paroles monotones, Swenn ne se cache pas pour pousser un soupire de dépit. Franchement, miser sur quelqu'un dont on ne peut être sûr pour ce genre de tâche...

- "Et puis il faudrait une bonne connaissance de la composition de ces coffres..."

Bien sûr que ce n'était pas l'utilisation première visée par le chimiste ! D'ailleurs il est encore loin d'être au stade applicatif avec ces produits. Mais il ne peut s'empêcher de réfléchir à ce qui vient d'être dit. Son esprit scientifique reprenant bien vite le dessus. Pourtant, la tension qui règne dans la salle le fait bien vite sortir de ses divagations pour revenir à l'essentiel. Parce que leurs plans avortés, Swenn n'en a rien à faire. Non, la seule chose qu'il veut c'est récupérer ce qui lui appartient.

- "Enfin de toute façon c'est raté. Où sont les produits ?"

Mais si la captive était bien au courant des plans mis en place par la bande, pour ce qui est des détails de préparation, elle parait bien ignorante. En même temps, elle n'a pas l'air très maligne, rien d'étonnant à ce qu'elle ne soit pas impliquée dans la mise en place des réactifs dont ils paraissent se servir pour leurs activités. Ce qui ne l'arrange pas. Comme la méthode secouage n'est pas franchement dans son champ de compétence, le chimiste se contente d'un regard qui en dit long sur le manque cruel de considération qu'il peut avoir pour la femme qui se heurte à ce visage hostile, puis se tourne de nouveau vers Adam. Dont il ignore les doutes qui peuvent traverser son esprit actuellement. Parce que après tout, il n'a rien à voir avec ce gang d'abrutis et leurs plans incomplets. Tout ce bordel n'aurait jamais eu lieu dans ce cas là.

- "De toute façon, ils ont dû atterrir quelque part par là. On met la main dessus vite fait et on dégage de ce trou."

Un temps d'hésitation, ne sachant pas bien quoi faire de sa prisonnière, Swenn fini par garder l'un de ses poignets sous contrôle pour limiter ses possibilités de déplacement, puisqu'il n'est pas difficile de voir qu'elle ne dispose d'aucune arme sur elle... Et la traine avec lui jusqu'à se rapprocher du plan de travail qui trône au fond de la pièce, un nombre d'ingrédients et d'ustensiles éparpillés en tous sens. Rien de bien inconnu du jeune homme habitué aux environnements de travail chaotiques. Mais il n'a pas le temps d'inspecter une grande partie du bazar ayant élu domicile en ce lieu, à la recherche des colis volés, que des bruits de pas précipités dans l'escalier se font attendre, accompagnés d'une voix qui reflète la même urgence.

- "Boss !!"

Instinctivement Swenn plaque sa main libre sur la bouche de la femme qu'il n'a toujours pas lâché pour l'empêcher d'alerter l'intrus sur la situation. Notamment sur le fait que le fameux "boss" est étendu au sol, inconscient, et que la salle n'est plus sous leur contrôle.

- "On a un gros problème !"

Ah, et il va très vite se rendre compte qu'il y en a un autre. Visiblement il y a trop longtemps qu'ils sont sortis de leur cellule et les évènements commencent à s'accélérer un peu trop, ne leur laissant plus le loisir de faire davantage de tourisme. Et quoi que puisse bien penser Adam à son sujet, il semblerait qu'ils vont devoir collaborer encore un peu.

- "Tu t'occupes de lui, je trouve les boites, et on bouge."

Chacun son domaine de compétences après tout. Et non, décidément Swenn ne peut associer son acolyte à la spécialisation livreur.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Adam Vaughn
avatar
Dim 3 Juin - 10:36
Irys : 598399
Profession : Ancien mineur / Soldat en armure assistée (Mai 933)
Daënar +1
Swenn ne paraissait même pas se soucier du plan des malfrats. Il en revenait toujours à la livraison, comme si le braquage n’était qu’un simple fait divers, comme on en lit dans les journaux. Il se permit même de leur donner des conseils…décidément, cet homme serait à surveiller attentivement. Il avait pourtant raison, il fallait soustraire la marchandise aux voleurs et filer de cet endroit. Ne resterait plus qu’à déterminer ce qu’il ferait de son codétenu une fois dehors. L’ancien mineur ne pouvait pas continuer son voyage sans rien faire. Ces produits pouvaient être très dangereux et coûter des vies, ça c’était hors de question.

Adam regarda le jeune délinquant se mouvoir aisément dans le laboratoire, la demoiselle toujours prisonnière de sa poigne. Peut-être espère-t-il qu’elle l’aide à mettre la main sur leur sésame. Ils se dirigeaient vers l’endroit le plus bordélique de la pièce, et le grand gaillard leur laissait volontiers farfouiller dans tout ce fatras. Le son des pas affolés depuis le couloir lui promettait de ne pas s’ennuyer. Et Swenn confirma qu’il lui laissait la charge de se débarrasser des intrus.

La porte s’ouvrit à la volée, laissant apparaitre le troisième homme qui les avait cueillit au bar et qui s’était posté à la porte du commerce. Bien…Adam allait pouvoir prendre sa revanche ! L’air satisfait, mêlé de colère, du prisonnier ne parut pas rassurer le nouvel arrivant. Ce dernier, arrivé sur les chapeaux de roues, commençait déjà à faire prudemment marche arrière vers la porte. Peut-être souhaitait-il aller chercher les secours sans réveiller l’instinct de la bête en face de lui, mais ce fut peine perdue. L’ancien mineur se jeta sur lui pour lui asséner un bon crochet du droit. Le truand ayant déjà commencé à s’enfuir ne le reçu pas en plein fouet mais sur l’arrière du crâne. La puissance d’Adam était cependant suffisante pour lui faire manger la porte.

Ainsi endormit, l’homme ne serait plus un problème. Ils devaient cependant se dépêcher d’autant plus, les compères du gars devant l’attendre.

« _Je vais chercher aussi. Plus vite on sera dehors, mieux ce sera. »


Adam se retourna donc, et entama de fouiller le laboratoire clandestin. Ne souhaitant pas mettre ses mains dans des substances non recommandables, il ne toucha pas aux établis, et se concentra sur les armoires. Des papiers remplis de charabias il y en avait à la pelle, mais aucune trace de leur marchandise. En tous cas, déchirer et froisser du papier eut le mérite de soulager quelque peu sa tension. Ce fut finalement leur prisonnière qui leur donna une indication contre son gré. Lorsque Swenn s’approcha d’une grande boîte en fer posée à même le sol, un gloussement se fit entendre de la part de la jeune femme.

« _Dans la boîte par terre Swenn ! »

Il avait sûrement déjà deviné, de ce fait, le grand gaillard s’engagea dans le couloir en vigie, laissant son codétenu faire ce qu’il voulait de la femme, Adam n’avait aucune sympathie ou gêne envers elle après avoir entendu leur plan, prendre les boîtes et le rejoindre. Aucun autre sous-fiffre ne s’était encore présenté, il en profita pour entamer le chemin vers la sortie du même pas rapide qu’un peu plus tôt, lorsqu’ils s’étaient enfuis de leur cellule. Courir serait trop bruyant dans ces couloirs réverbérant, il en avait eu la preuve plus tôt, marcher serait un peu plus discret.

Le jeune homme les mena dans les couloirs, selon le plan qu’il s’était dessiné mentalement plus tôt. Tout se passa sans embûches pendants quelques minutes. Puis, au détour de ce qu’il pensa être un des derniers virages, une voix retentit, et il reconnut sans aucun mal qu’elle appartenait à l’homme trapu du bar. Il semblait donner des directives :

« _ Aucune nouvelle des autres, il ne reste que nous trois pour garder la sortie. On bouge pas ! »

Le livreur poussa précipitamment son partenaire contre le mur en entendant les voix. Bonne nouvelles, ils arrivaient au bout du tunnel. Mauvaise nouvelle, il leur restait à priori trois gars dont il fallait se débarrasser en même temps. Swenn n’avait pas fait preuve de grandes capacités de combat, mais il allait devoir l’aider. Il décrocha son poignard et lui tendit :

« _Tu sais te servir de ça ? Il faut que tu t’occupes de l’un d’entre eux au moins. »

Le grand gaillard vérifia que sa prise était toujours dans son dos, et il fut rassuré de trouver les deux carnets à leur place. En sortant, il irait au plus vite trouver la milice pour faire arrêter ces types. Peu importe l’heure, il y aurait toujours au moins quelques gardes. Il pensa qu’il ne savait même pas où les trouver, ni même où ils avaient été enlevés. Pour le coup, il devrait faire confiance au jeune homme à ses côtés.

« En sortant, je te laisserai nous guider vers un endroit sûr, tu connais mieux la ville que moi »

Son codétenu avait prouvé qu’il souhaitait tout autant que lui mettre de la distance entre eux et leur kidnappeurs, leur collaboration irait au moins jusque là.


Adam parle en #5B8E87  
Adam pense comme ceci
x3
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Mer 6 Juin - 13:47
Irys : 735375
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Un regard en direction d'Adam qui démontre une fois de plus l'étendue de son talent en matière de combat, seules quelques secondes sont nécessaires pour que le nouvel arrivant fasse connaissance avec le plancher. Bah, on n'est plus à un prêt n'est-ce pas ? Sans compter qu'il n'a toujours pas mis la main sur ce qu'il est venu chercher, et ça, c'est embêtant. Mais cela ne saurait tarder, puisqu'une fois le gêneur hors d'état de nuire, ils ont tout le loisir de fouiller l'intégralité de ce qui sert de laboratoire. Et il ne leur faut pas plus longtemps pour localiser les produits. Les boîtes ont été ouvertes mais elles contiennent toujours le principal. Se penchant tout de même pour vérifier qu'il n'y a pas eu d'échange de marchandise, Swenn se saisit des boites. Ils vont enfin pouvoir se barrer d'ici ! Pas trop tôt.

Ah, mais avant cela il va falloir faire quelque chose de celle dont le poignet est toujours prisonnier de sa main. Et qui n'a visiblement pas atteint le stade d'idiotie extrême, puisque la voilà qui se lance dans de grands discours promettant de ne pas bouger, de rester bien sagement aux côtés des endormis, et de les laisser s'enfuir sans tenter de les retenir. Dommage que le chimiste soit incapable de faire confiance à qui que ce soit. Et encore moins à ce genre de personne. Parce que vraiment, il déteste faire ça. Mais la probabilité qu'une arme à feu soit cachée quelque part dans la pièce n'est pas à exclure, et il n'a pas l'intention de prendre le moindre risque. Surtout après tout ce qu'ils viennent d'endurer. Ignorant superbement le regard suppliant qui lui est adressé, Swenn relâche sa prise pour venir aussitôt frapper la carotide du tranchant de la main. Il n'aime pas avoir à se battre - et encore moins sans un certain degré d'alcool dans le sang - mais connait évidemment chaque point sensible du corps humain. Bien que la femme s'écroule à son tour au sol, elle ne perdra pas connaissance. Mais son cerveau sera privé d'alimentation suffisamment longtemps pour leur permettre d'être déjà loin quand elle retrouvera l'usage de son corps.

S'il a du mal à faire confiance, il n'a en revanche pas d'autre choix que de se fier à Adam pour la suite, puisqu'à nouveau il se dirige sans problème dans ce dédale de couloirs. Cela dit, jusqu'à présent il s'est avéré être un allié de choix, alors tant qu'ils sont coincés dans ce trou au moins, Swenn accepte sans problème de le suivre sans question.  Et sans prêter la moindre attention au chemin emprunté. Non, tout ce qui compte c'est qu'ils ont récupéré ces colis et qu'ils vont enfin pouvoir laisser ces pourris derrière. Ce qui peut bien advenir d'eux est le dernier de ses soucis. Mais il n'a pas le temps de penser davantage que son guide les force à s'arrêter. Et pour cause. Une autre étape les attend avant d'obtenir la liberté.

Un poignard... Il ne sait pas ce dont disposent leurs adversaires, alors sans doute est-ce une bonne idée. Conclusion qui ne plait pas au chimiste, mais ce n'est pas le moment de faire le difficile. Le moins de risque on a dit. C'est donc sans entrain exceptionnel qu'il prend tout de même l'arme qui lui est tendue. Puis laisse au pied du mur les colis qu'il transporte toujours. Pas la peine de s'encombrer inutilement. Sans compter que des mouvements trop brusques ne sont pas recommandés.

- "Ouais c'est bon, tu peux compter sur moi."

Toujours pas d'enthousiasme flagrant. Mais bien sûr qu'il ne va pas le laisser seul s'occuper de ces types en ne faisant que regarder de loin. Alors même s'il est plus habitué à se servir des lames pour extraire des balles perdues dans la chaire, il reste parfaitement capable de s'adapter. Après avoir acquiescé à la dernière demande d'Adam, les deux hommes s'approchent finalement de leurs dernières cibles. Chaque chose en son temps.

Comme prévu, en tournant au bout de ce couloir, ce sont trois hommes qui sont postés, les attendant de pied ferme. Ça ne va sûrement pas être le même niveau que ce qu'ils ont eut jusque là. Et pas la peine de compter sur un quelconque effet de surprise. Pourtant, c'est avec sa flegme habituelle que Swenn franchit les derniers pas jusqu'au moment du face à face. Non pas qu'il ait l'intention de se laisser faire, loin de là. S'il faut taper sur ces gars pour sortir d'ici, il le fera. Et avec une sacré dose de bonne volonté en plus ! Seulement, les émotions comme le stress, la panique ou l'impatience n'atteignent que rarement le chimiste.

A peine entrés dans leur champ de vision, leurs adversaires se dirigent à leur tour droit sur eux, à grand renfort de cris d'encouragement. Ou de mise en garde, difficile à savoir tellement ils parlent tous en même temps. Quel boucan pour rien... Bien sûr qu'ils vont se taper dessus ! D'ailleurs, aucune arme à feu en main chez les trois hommes. Bonne nouvelle. Mais ils ne comptent pas pour autant seulement sur leurs poings, puisqu'ils sont tout de même équipés de quelque chose ressemblant à des matraques. Quoi que plus proches du gourdin à en juger par leur forme approximative. Quoi qu'il en soit, ça ne doit pas être agréable à encaisser.

Après un kick envoyé dans l'estomac de celui qui arrivait droit sur lui, le forçant à reculer de quelques pas plié en deux, Swenn se retrouve obligé d'esquiver - non sans recours à la chance - le coup d'un second qui arrivait dans sa direction. Logique, ils ont dû se mettre d'accord pour l'éliminer en premier, afin de pouvoir être trois sur Adam pour la fin. Mais l'auteur de cette frappe dans le vent est déséquilibré par l'intensité qu'il y a mis, permettant au chimiste de s'écarter de lui pour s'occuper du premier qui retrouve son souffle. Un bras en protection qui vient parer un nouveau coup direct qui lui tombe dessus - et ça fait quand même sacrément mal ! - Swenn contrattaque tout de suite avec un poing qui s'écrase dans la mâchoire de son opposant. Mais il manque visiblement de puissance - oui bon il n'a pas une musculature impressionnante mais passons - puisque si l'homme titube effectivement, désorienté par la décharge qui n'a pas dû manquer, il reste malgré tout sur ses deux jambes. Il profite donc de la lame donnée précédemment par son acolyte pour offrir une longue entaille horizontale au milieu du ventre de son adversaire. Qui n'a cette fois d'autre choix que de se recroqueviller au sol, n'ayant pas intérêt à amorcer le moindre mouvement sous peine de se vider. Et pas uniquement de son sang.

Bien que dégouté par ce geste, Swenn garde le même visage impassible et se tourne de nouveau vers Adam pour voir s'il s'en est mieux sortit que lui avec son avant-bras endolori, malgré les deux adversaires qu'il lui a laissés. Ainsi, il ne leur reste plus qu’à sortir d’ici, la large porte près de laquelle se tenaient les trois hommes doit par déduction leur donner – enfin ! – un accès sur l’extérieur. Sans oublier d’aller récupérer les colis laissés plus en arrière auparavant, le chimiste revient finalement à proximité du livreur, lui rend le poignard, pour finalement aller voir ce qu'il y a derrière cette porte.

- "Avec tout ça tu me fais encore confiance pour trouver un endroit sûr ?"

Ce n’est pas une blague. D’ailleurs l’intonation employée ne laisse pas de doute. Et pour cause, Swenn ne maîtrise en rien ce concept. Il s’agit d’une réelle question, bien que maladroite. Mais il est réellement étonné qu’Adam ne préfère pas seulement profiter de leur nouvelle liberté pour mettre de la distance entre eux. Après tout, il s’est retrouvé embarqué de force dans une situation délicate à laquelle il n’était pas initialement mêlé. Et a même dû faire une bonne partie du boulot pour qu’ils puissent sortir de là ! Cela dit, si c’est ce qu’il veut vraiment, bien sûr que Swenn les guidera en dehors de ces ruelles puantes. Facilement reconnaissables pour lui, un peu trop habitué à se rendre dans ce coin peu recommandable de la ville. C’est qu’il n’a pas non plus l’intention d’y rester plus longtemps.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2