Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Le Tyorum
Page 1 sur 1


 Livraison express

Valerian D'Akkad
avatar
Mer 16 Nov - 2:53
Irys : 65290
Profession : Entrepreneur, explorateur
Daënar +1
Le myssidia filait au-dessus de la baie de Tyor. Toutes voiles dehors, les machines fonctionnaient à plein régime. Le puissant aéronef devait atteindre Skingrad avant le lendemain. Valerian se tenait agrippé à la rambarde du pont, battu par le vent, grisé par la vitesse. Quelle sensation incroyable ! Les aéronefs étaient le fleuront de la technique üneillaste. La puissance du ciel domestiquée par l'homme pour le servir, les ridicules soi-disant forces mystiques humiliées par le génie des daënars. Au-dessous d'eux l'écume des flots défilait, floue aux yeux du jeune homme. Son père l'avait chargé d'une mission qui avait le potentiel d'être incroyablement lucrative.

Demain, le festival du feu de la libération aurait lieu à Skingrad. La population célébrait la fin de la tyrannie des sangs-salés. Cette dynastie de gouverneurs avait régné sur la ville depuis sa fondation, soumettant la population à ses caprices et ses vices jusqu'à ce qu'une force militaire venue d'Alexandria ne libère la ville. L'assaut avait débuté par l'incendie du port de la cité. C'était donc là que le festival atteignait son paroxysme, avec le lâcher de lanternes qui s'élevaient dans le crépuscule, symbolisant les flammes libératrices.

Or, les stocks de lanternes en papier avaient été complétement épuisés, laissant une partie de la population dans le désarroi. Les manufactures d'Akkad se trouvaient posséder un stock de ces lanternes mais celles-ci étaient localisées dans un entrepôt d'Alexandria. Le père de Valerian avait donc décidé de faire appel à la société Neara, spécialisée dans le transport de marchandises par voie aérienne. Cette société était la seule capable de livrer les marchandises à temps. Par chance le papier étant léger il avait été possible d'en charger une quantité considérable sur l'aéronef sans aucunement altérer ses performances.

Valerian eut un petit sourire, son père était décidément un vrai homme d'affaires. Les petites lanternes allaient s'arracher à prix d'or. Mais lui-même, en temps que chargé de la vente, s'était promis de ne pas sombrer dans la démesure des prix tout en étant conscient que si les profits n'étaient pas réalisés par lui, les revendeurs auraient tôt fait de saisir l'occasion.


CODE COULEUR : #009900
Voir le profil de l'utilisateur

Joël Neara
avatar
Sam 26 Nov - 10:14
Irys : 70797
Profession : Ex-Commandant d'aéronef de marchandises
Daënar +2 ~ Alexandria
Le festival du feu, symbole de la libération de Skingrad, personnification même de la volonté et de la détermination sans faille d'un peuple qui était prêt à se sacrifier pour offrir aux prochaines générations une ville saine, capable de rivaliser de beauté et de hospitalité avec les autres villes du monde. Un événement connu et attendu par toute les communautés de Daënastre. Joël aussi l'attendait impatiemment, évidemment pas pour la dimension culturelle que prenait un rassemblement d'une telle envergure, mais plutôt pour les dimensions démesurée des fût de bière qui étaient sortis pour l'occasion.
Voilà maintenant plusieurs années que le décadent héritier des Neara n'avait pas eu l'occasion de se rendre dans la capitale du Tyorum, mais ses souvenirs, bien que vague en raison des litres d'éthanols qui lui parcouraient les veines à cette époque, lui évoquaient une fête hors du commun, ou les demoiselles abandonnées robes et parures pour fêter dans le plus simple appareil la libération d'un peuple et, visiblement, le dénis des mœurs et l'inhibition des sens. Mais c'est ce qu'il aimait, faute de quoi il n'aurait pas passé tant de temps à Aildor.


« ... ont été signalés, aussi nous faudra-t-il se tenir prêt. Joël, tu m'écoutes ? » interrogea Lucy, perplexe.

« Hum ? Oui oui j'ai compris ! »

« Ben voyons ... Va donc faire un tour dans la cale et assure-toi que les autres soient prêt »

« Ouaip »

« Je ne suis pas sure d'avoir bien compris ... »

« Oui capitaine Flinn » maugréa-t-il en sortant de la cabine.

Joël avait du mal avec l'autorité. Lucy, capitaine attitrée du « Myssidia » était une grande brune dont le teint basané et ses rides naissante témoignaient d'une longue expérience en tant qu'aviatrice, faisant de fait preuve d'un professionnalisme a toute épreuve. Consciencieuse et pragmatique, il va sans dire que ces deux qualités avaient mis à mal le caractère tant controversé du jeune Joël qui, après maintes et maintes altercations et mesures disciplinaires, avait finit par se faire mater. Dès lors le garçon développa un immense respect pour cette femme de caractère, qu'il n'avoue pas considérer comme la seule figure d'autorité qu'il n'ait jamais eu. Conséquence d'une fierté mal placée, il continuait pourtant de lui tenir tête "manière de ...", mais finissait toujours par se mettre au travail.

Il arriva finalement dans la cale de l'aéronef pour y contrôler les marchandises et s'assurer qu'elles aient été bien harnachées. Car non content de s'encombrer des innombrables fournitures pour les comptoirs de la famille, une livraison un peu spéciale s'était glissée ici et là entre les caisses de bois. De quoi s'agissait-il ? Il n'en avait aucune idée. En revanche, son père lui ayant rabâcher les oreilles les jours précédent le départ, il savait que cette livraison était de la plus haute importance pour la famille, qui allait possiblement conclure un nouvel accord commercial après ce vol. Mais si la marchandise était importante, son propriétaire l'était d'autant plus !


« Akkad ... » lit-il en examinant l'un des conteneurs.

Fronçant les sourcils, regardant au loin en se grattant sa barbe un peu plus longue qu'à l'accoutumée, Joël mima un semblant de réflexion, faisant appel à sa mémoire en pensant y retrouver un nom similaire qu'il aurait put apercevoir au détour de l'une de ses nombreuses escapades, mais rien. Il s'en désintéressa aussitôt et remonta sur le pont, espérant obtenir plus amples information directement auprès du concerné.
Naturellement, il chercha un vieillard comme son père, mais la vu de cet homme accoudé naïvement à la balustrade dégagé bien trop un air de touriste, à bord d'un vaisseau où tout le monde courrait à droite et à gauche pour parvenir à faire voler un tel appareil.


« Vous feriez bien de faire attention, les cieux sont aussi beaux que dangereux. Une chute malvenue vous serait fatale. » s'exclama-t-il en se rapprochant du jeune entrepreneur.

Il lui tendit une main amicale avant de se présenter.

« Joël Neara, fils du trop aimable Oliver Jr Neara, second du capitaine Lucy Flinn sur ce vaisseau. Je présume que vous êtes le sous-fifre chargé de vérifier que l'on prend bien soin des marchandises du patron ! » plaisanta-t-il « Plus sérieusement, j'espère ne pas rencontrer de problèmes sur notre chemin, les vents du sud nous ralentissent et nous garde à portée de la racaille du ciel, si vous voyez ce que je veux dire ... »


Voir le profil de l'utilisateur

Valerian D'Akkad
avatar
Dim 15 Jan - 17:49
Irys : 65290
Profession : Entrepreneur, explorateur
Daënar +1
Valerian fut arraché à sa contemplation des flots par un rappel qu'une chute serait fatale. Se retournant, il aperçut un jeune homme engageant et dynamique qui lui tendait la main en se présentant. Le fils du dirigeant de la compagnie, rien que ça ! Valeiran lui rendit sa poignée de main alors que l'impudent le traita de sous-fifre sur un ton de plaisanterie. Était-ce réellement une boutade ou bien ignorait-il vraiment à qui il avait à faire ? Alors que l'entrepreneur allait dissiper le malentendu, Joël, c'était son nom, l'informa que les vents les mettaient à porter de la racaille des airs.

Moi c'est Valerian, Valerian d'Akkad, répondit le concerné dans un sourire amusé.

Jetant un coup d'oeil au navire des cieux il poursuivit :

De la racaille... Vous voulez parler de personnes hostiles . On m'a assuré que votre vaisseau était le plus performent de tout daenastre, je vous fais confiance pour gérer ce genre de, heu... désagrément.

Il reporta alors son attention sur son interlocuteur, un contact dans une société importante était une occasion à ne pas laisser passer. En tant que dirigeant des manufactures d'Akkad il devait profiter de toutes les opportunités qui se présentaient à lui. C'est ainsi qu'il commenca :

Comment vous-etes vous retrouvé a être second d'un navire, c'est un genre de test ou bien vous êtes ici pour contrôler le fleuron de votre flotte ? J'imagine qu'il a fallut investir une enorme somme pour obtenir un tel bijou.

Portant son regard derrière Joel en étirant la tête il demanda en pointant du doigt :

Qu'est ce que c'est ?


CODE COULEUR : #009900
Voir le profil de l'utilisateur