Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Khurmag
Page 1 sur 1


 À la rencontre de la jeune fille aux cheveux polychromes

Songe Aubétoile
avatar
Mer 9 Mai - 23:04
Irys : 100339
Profession : Diplomate - Enquêteur - Agent
My'trän +2 ~ Khurmag
Songe leva les yeux, esquissant un simple sourire, empreint d'un peu de nostalgie, alors qu'un vent fort, mais supportable, s'abattait sur lui. Une immense tour de pierre transperçait le ciel blanchâtre, défiait une cité qui en paraissait minuscule face à sa hauteur que certains jugeraient cyclopéenne. Tarluru. Le Phare. Il était de retour chez lui. Le seul endroit auquel l'Arpenteur était sujet à des velléités de sédentarisation. Avançant de font face au vent qui soufflait avec force, Songe semblait n'en avoir cure. Le Khoral était déjà passé depuis quasiment un mois, et ce vent n'était qu'une brise légère en comparaison. Le mage ne savait pas s'il regrettait ou non de l'avoir manqué. Effectivement, c'était une expérience terrifiante, déconcertante et peu agréable, mais Songe la considérait également comme vivifiante. Khurmag sans le Khoral ne serait pas Khurmag. Encore moins Tarluru.

Tandis que Songe entrait dans la Cité, après avoir effectué un bref salut en direction des gardes - c'était sa ville de naissance, après tout - il commença à réfléchir à ce qu'il allait faire, alors qu'il remontait les ruelles étroites de la ville. Il n'était pas venu ici par hasard, Darga l'avait mandé afin d'enquêter sur le clan Po M'Bak. Il devait récolter le maximum d'informations possibles, et reporter tout ce qui pourrait être utile, et tenter de se faire apprécier des membres. Évidemment, venir directement contacter la branche principale serait un peu plus ardu, mais Songe avait entendu parler d'une branche secondaire qui vivait à Tarluru même. Il tâcherait donc d'entrer en contact avec eux.

Après s'être rendu dans plusieurs tavernes et discuté avec quelques connaissances et autres contacts, Songe savait désormais où se rendre. Il avait même entendu parler d'une certaine Tiha, jeune femme de cette branche du clan, qui semblait avoir une attitude à contre-courant. Cela était parfait, elle serait plus encline à parler, et les jeunes étant toujours très amusants, de part leur attitude pleine de rébellion.

Songe se rendit donc au lieu indiqué, et attendit. Totalement à découvert, observant simplement le paysage de sa ville natale, il réfléchissait à ce qu'il allait pouvoir dire à une adolescente. Le jeune mage ne savait pas vraiment gérer les enfants et adolescents, sans doute parce qu'ils étaient aussi inconstants que lui. L'Arpenteur préférait être en contact avec des personnes compréhensibles, prévisibles, aussi paradoxal que cela puisse paraître, alors qu'il en était tout le contraire. Rencontrer quelqu'un comme lui était toujours très enrichissant, mais créait souvent des étincelles, et c'était mauvais pour ses nerfs. Songe attendit encore, et encore, tandis que ses pensées tournaient toujours à plein régime, bien qu'il ne laissai rien transparaître sur son visage.





« Qu'est-ce que la Réalité, après tout, sinon qu'une croyance découlant d'une perception ? Qu'est-ce qui fait que je suis là ? Qu'est-ce qui fait que j'existe, que je suis moi ? Rien, sinon des croyances basées sur des perceptions pouvant être trompeuses. La Réalité n'existe pas. »

Songe s'exprime en #a12f2f

Petit discours vidéo issu de Dies Irae (un VN) montrant de quelle manière Songe parle, son ton, ses expressions etc.
ICI

x 2
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
avatar
Lun 21 Mai - 21:15
Irys : 133759
My'trän +2 ~ Zolios
La porte claqua derrière elle. Personne ne courut après la jeune fille et aucun cri ne suivit ses pas. Et ça l’énervait encore plus, elle se sentait d’autant plus ignorée ! Alors qu’elle faisait tout pour que ce ne soit pas le cas. Même sa teinture de cheveux n’avait pas provoqué le moindre remou. La seule qui avait réagi, un peu, était sa mère pour lui dire que l’ensemble était déséquilibré ! Personne ne la comprenait ici, et elle ne les comprenait pas ! Pas de regard en arrière vers cette maison banale où elle n’avait pas sa place. Pas besoin de regarder pour savoir que sa mère, dans son atelier comme toujours, n’aurait pas regarder par la fenêtre. Ou que son père n’était pas allé ouvrir la porte pour voir la cause de ce raffut mais était toujours dans la cuisine en train de tester une recette. Ou encore son mentor, qui était probablement toujours là où elle l’avait laissé : dans la cour arrière, invisible d’ici.

Une pierre qui se trouvait sur son chemin reçu un aperçu de sa colère et virevolta pour aller rencontrer un corps étranger au milieu de sa rue. Il était si immobile, et elle trop dans ses pensées, pour l’avoir remarqué avant que ne le caillou rebondisse sur lui. Elle sortit les mains de ses poches, un pantalon simple, fade et sans couleur comme son père, et les mis sur ses hanches.

« Tu as de drôle de cheveux ! »

Ça sonnait presque comme une accusation mais un sourire naissait déjà sur ses lèvres. Les motifs de sa frustration, ou cette dernière, pas oublié mais seulement relégué à plus tard. L’ironie de ses propos avec ses cheveux multicolores ne la frappèrent pas. Tiha continua naturellement la conversation avec cet inconnu. Une drôle de personne serait forcement plus intéressante que n’importe qui dans sa famille ou même son mentor. N’importe quoi qui n’ait rien à voir avec cet maison le serait !

« Tu fais souvent la statue dans la rue ? Tu es perdu ? »

Forcément, elle posait la question mais pensait déjà connaître la réponse. Comme il n’était pas coutume dans son clan de donner des noms, il ne l’était pas non plus de les demander. C’était l’ascendance qu’on donnait en cas de rencontre, là ça n’avait pas vraiment de sens. Et bien qu’elle rejeta partiellement sa famille, les coutumes enseignées étaient bien ancrées en elle. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus à le faire de toute façon. Ses amis n’étaient plus qu’un souvenir à ce stade, ou leur relation l’était.

« Je peux te montrer le chemin si tu veux ! »

Puis, le plus loin ça serait le mieux c’était ! Même si elle ne connaissait pas le lieu ! Elle pourrait toujours l’emmener jusqu’à un protecteur. Ou juste marcher au hasard. Il n’était pas déplaisant de juste laisser les pas choisir un chemin.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur