Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Et en selle, ma bonne dame ! [PV Meylan]

Oskar Medcalfer
avatar
Jeu 17 Mai - 15:07
Irys : 214961
Profession : Voleur
Guilde +1 (homme)
Bon ! Ça faisait déjà une semaine ou deux que leur départ était prévu, à l’Oskar et la P’tite Fée, mais il serait peut-être temps de s’y mettre quand même ! C’est qu’on prépare pas un voyage vers l’inconnu comme une tarte aux pommes, non non non ! A force d’enchainer les beuveries, les bordels, les beuveries dans les bordels et les petites sorties avec Meylan, y’avait pas eu trop le temps de s’atteler à faire les bagages. Bon, après tout, le voleur avait pas tant d’affaires que ça, mais justement ! C’est pas parce qu’il était un routard qu’un peu de coquetterie l’épargnait ! Lui et la ménestrelle avaient eu quelques, quand même, sur ce départ tout proche et il était convenu de suivre un convoi qui partirait d’Eoril vers… vers là où ils voulaient aller, quoi. Et qui dit convoi, dit chevaux, et qui dit chevaux, dit pas besoin de se trimballer tout sur le dos comme une pauvre mule ! Et ça, ça lui plaisait à l’Oskar ! Peut-être un poil trop, faudrait voir à le garder raisonnable.

C’est que, depuis l’histoire avec Gouda, il avait de nouveau assez de maille pour se payer quelques fantaisies. Jusqu’ici, il avait pas déballé tout son trésor devant la P’tite Fée, mais sûrement qu’elle allait finir par se poser des questions. Mais il avait déjà un plan, Pattes-de-Velours. Il avait toujours des plans. Si jamais Meylan lui demandait d’où lui venait donc tout ce flouze, il prétexterait que son papa était un gars bien riche comme il faut, mais que les deux s’aiment pas trop, et qu’il fallait qu’il s’en aille de la maison. Mais bon, sa bonne maman continuerait régulièrement de lui envoyer de quoi vivre. Ouais, ça pouvait marcher. Puis le rôle d’un fils d’aristo en manque d’aventure lui allait bien à l’Oskar, pas vrai ? Dans tous les cas, c’est avec cette stratégie en tête que, un beau matin, il invita la demoiselle à sortir en ville pour régler les détails de leur grand départ.

Et la première étape, c’était de trouver avec qui partir !

- Bon, j’ai plusieurs pistes pour un éventuel convoi. Alors, déjà, y’a une bande de marchands de soie qui arrive de Khara… Khara… bref, de quelque part à l’est, et qui remonte vers le nord. Ça nous rapprochera de notre but, mais c’est pas trop ça non plus. Sinon, y’a des compagnons artisans, j’ai joué aux dés avec deux d’entre eux l’autre jour, ils sont pas mauvais, mais misent pas gros, c’est pas intéressant… M’bref. Ces mectons ont l’air sympas, le souci c’est que y’a aucune femme. Mais vraiment, aucune femme. Ils font vœu de célibat le temps de leur formation. Donc c’est pas que j’ai peur de ce qu’il peut arriver, mais y’a plus sécurisé, ça c’est sûr.

Et pendant qu’il parlait, parlait, parlait, bah ils se rapprochaient doucement de l’extérieur de la ville. Y’avait pas assez de place intra-muros pour loger tout le monde, alors on foutait les convois dehors, logique. C’était le meilleur moyen de tomber sur une bonne surprise, parce qu’il était renseigné l’Oskar, mais il savait pas tout. Peut-être qu’ils pourraient tomber sur… des mercenaires, des gitans, ou n’importe quoi d’assez gentil pour les accepter sans demander 2000 irys d’acompte. Sauf que, il avait oublié un truc, Pattes-de-Velours, c’est que y’avait une de ces caravanes qu’il connaissait bien, très bien. Trop bien. Ces jolies carrioles, sécurisées à la pisse, où vivent des tas de marchands sympathiques… et puis y’avait Gouda. Alors, je dis pas, maintenant c’était un collègue, mais même tout l’or du monde ferait pas accepter à l’Oskar de voyager avec lui. Surtout pas avec la P’tite Fée à côté qui a aucune idée du business qui relie les deux zigotos. Donc avant même que Meylan pose les yeux sur le groupe de roulottes, le voleur fit avorter tout projet de les rejoindre.

- Bon, les gars là-bas, j’en ai entendu que du mal. Parait que les rejoindre ça coûte une blinde, que c’est des pingres qui savent pas s’amuser… On mérite mieux ! J’ai pas raison ?


Un petit clin d’œil qui jouait vachement bien l’assurance plus tard, et voilà qu’ils étaient à quelques pas de la plupart des rassemblements sur le départ. Y’avait quelque chose de… festif, là-dedans. Tout le monde qui se presse pour attacher les chevaux, ranger sa caravane, laver ses gosses, se dire au-revoir alors qu’ils se quittaient pas vraiment, mais qu’ils pourraient pas trop se causer avant la prochaine escale, etc. C’était une vie que l’Oskar connaissait pas, mais quelque chose lui murmurait que ça pouvait être une super aventure.

- Bon, moi j’suis pas un expert de la vie itinérante… T’as une idée de ce qui pourrait être vraiment LE bon plan pour voyager correctement, P’tite Fée ?


Félicitations, mollusque ! T'as lu mon post jusqu'au bout !
Pour ta peine, tiens, c'est un rat mort. Je l'ai appelé Henry.
C'est sympa comme nom ça, Henry.
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Dim 3 Juin - 19:14
Irys : 670345
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Un puriste en matière de cuisine dirait probablement que, justement, une tarte au pomme nécessitait une préparation tout aussi soigneuse et détaillée qu’un périple vers une lointaine cité au milieu des glaces.  Ce puriste pourrait ajouter que la glace allait assez bien avec la tarte aux pommes, d’ailleurs.  Mais là, on commençait à s’éloigner franchement du sujet du jour, qui se trouvait être un voyage d’Eoril à Reoni.

De son côté, Meylan avait elle aussi mis à profit les quelques jours depuis son arrivée à Eoril.  Elle avait fait du tourisme, bien sûr, mais elle avait aussi glané toute information susceptible de l’aider pour la suite.  Sans compter qu’après avoir fait l’une ou l'autre tournée de repérage les tavernes et auberges de la ville, elle avait réussi à s’insérer dans le programme d’une poignée d’entre elles.  Ce qui voulait dire que, même si elle ne roulait pas sur l’or, elle était tout au moins relativement à l’aise financièrement parlant.  Tellement, que l’idée de parcourir la suite du trajet sur sa propre monture commençait à faire son petit bonhomme de chemin dans sa tête.  Bon, une monture abordable et avec un tempérament correspondant à son manque d’expérience en la matière, ce qui réduisait assez le spectre des possibles.

Et, puisqu’elle ne ferait pas cette portion du voyage seule, c’est accompagnée qu’elle se dirigeait maintenant vers la vaste esplanade juste en dehors de la ville qui servait de point d’arrivée et de départ à toutes les caravanes passant par Eoril.  La bonne nouvelle du jour?  Oskar avait l’air d’être assez frais en plus de s’être renseigné au préalable.  Ca faciliterait leur recherche leur permettrait aussi de se faire plus facilement accepter dans un convoi.  Une bonne première impression faisait des merveilles.

Tout en jetant un premier coup d’oeil circulaire à l’esplanade animée, elle écoutait le compte-rendu des recherches de son futur compagnon de voyage.  Il massacra allègrement le nom de la région la plus orientale de My’trä, ce qui arracha un petit sourire à la ménestrelle.  Mais à part ça, il y avait déjà de quoi bien dégrossir leurs possibilités.  Elle se demanda ce qu’il pouvait bien avoir entendu à propos de la troisième caravane pour être aussi catégoriquement opposé à voyager avec eux, mais était assez d’accord que payer le prix fort pour passer le voyage dans une ambiance pas super chaleureuse était à éviter si possible.

"Je pense que l’idéal pour commencer serait de se renseigner sur les caravanes qui doivent arriver et partir dans les semaines qui viennent.  La plupart des grandes villes ont un registre des arrivées et départs avec quelques informations à propos de chaque convoi.  Je connais quelques chefs de convoi de nom, et avec un peu de chance l’un d’eux passera par Eoril dans pas trop longtemps."

Après tout, une capitale était un point de passage plus ou moins obligatoire pour n’importe quel convoi passant par la région.  Restait à trouver le bon.  Même si aucun nom ne sonnait familier, ils pourraient toujours commencer leurs recherches par le convoi qui avait le trajet le plus adapté à leurs besoins.

Trouver l’emplacement du registre n’était pas si difficile: il suffisait de voir vers où convergeaient la plupart des trajectoires.  À condition de faire abstraction du temps d’attente avant de pouvoir accès au précieux ouvrage, ils parvinrent assez vite à trouver les informations qui les intéressaient.  Parmi les caravanes devant prendre le départ dans un futur proche, pas moins de trois d’entre elles avaient pour destination Reoni ou ses environs.  Et, coup de chance supplémentaire, l’une d’entre était menée par une personne que Meylan avait déjà rencontrée personnellement en plus de la connaître de nom.  Même si elle n’avait jamais voyagé avec Tarian Alecnos, cette dernière lui avait laissé une impression de professionnalisme franchement positive.

"Si Tarian est dans les environs, je propose qu’on commence par elle.  À condition de négocier un peu on devrait pouvoir s’en sortir à un prix abordable, et je sais qu’on peut lui faire confiance pour voyager dans de bonnes conditions."

Négocier faisait partie intégrante de toute transaction dans ce monde itinérant, et Meylan avait accumulé un peu d’expérience durant les derniers mois.  Elle n’était pas une experte, mais au moins se débrouillait-elle relativement bien.  Maintenant, restait à trouver leur première cible.

"On cherche une femme d’une trente-, quarantaine d’années, cheveux bruns-roux et probablement habillée en vert avec quelques fourrures."



x6

En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Oskar Medcalfer
avatar
Sam 9 Juin - 0:20
Irys : 214961
Profession : Voleur
Guilde +1 (homme)
Les bons tuyaux, on peut dire qu’elle les avait, la P’tite Fée ! On voit ceux qui connaissent le pays ! Par contre, un truc qui étonna pas mal l’Oskar, c’était l’administration de l’endroit. Il pensait que My’trä était un poil plus… folklorique, on va pas se le cacher. Alors s’imaginer en train de fouiller dans des registres, ça l’avait un peu refroidi. Mais juste un peu, pas assez pour le faire râler en tout cas, ce qui était rare ! Par contre, la comparaison avec l’administration tentaculaire de Daënastre pouvait continuer longtemps ! Comme à Daënastre, trouver où chercher les informations, c’était pas le plus dur, par contre après fallait accéder jusqu’à elle ! Et là, mon cochon, t’es pas prêt pour ce qui t’attend. Un temps d’attente infini, tellement infini que quand on balança à Oskar que c’était terminé il y croyait pas. L’impression démentielle d’avoir patienté pendant trois vies humaines.

Et enfin, ils arrivèrent jusqu’au fameux registres. Ils cherchaient une compagnie de marchands que la demoiselle connaissait. Autrement dit, Oskar avait rien à faire ! Youpi, tout ça pour ça. Du coup pendant que Meylan consultait les gros bouquins, le voleur passait le temps en explorant la pièce, en passant le regard sur les rangées de parchemins entassés. A part beaucoup de poussière, il trouva pas grand-chose d’intéressant, mais au moins ça lui passa le temps jusqu’à ce que la P’tite Fée trouve enfin son bonheur. Là-dessus, ils sont repartis dans les rues bondées d’Eoril et, enfin, les compétences d’Oskar allaient être utiles. Ils s’étaient rapprochés de l’endroit où s’étaient installées toutes les caravanes, mais ouais, comme disait l’autre donzelle, fallait-il encore trouver la bonne. Et ça, c’était une mission pour Pattes-de-Velours ! Il était bien trop impatient d’enfin bouger ses fesses et de faire quelque chose.

- Héhé, ça je m’en charge, P’tite Fée. Bouge pas.

C’est sûr que, quand on était Danseur, savoir retrouver des cibles faisait un peu partie du B.A.BA. Mieux vaut cambrioler quelqu’un quand il est pas chez lui, nan ? Bon, les détails donnés par Meylan étaient pas bien consistants, mais c’était mieux que rien. Puis ça lui donnait une excuse pour prendre son temps ! Et qui dit prendre son temps dit… ne pas perdre son temps. Bah ouais, ça restait un opportuniste, Pattes-de-Velours. S’il pouvait épaissir sa bourse avec quelques piécettes piquées par-ci par-là, ou bien juste trouver un joli chapeau, un foulard, ou une autre babiole, peut-être même quelque chose pour la P’tite Fée, ça serait un joli bonus. Ce genre de rassemblements de marchands, c’était une aubaine pour… d’autres marchands, en général. Bah ouais, c’pas parce que ces gens-là vendent plein de bordel qu’ils achètent jamais rien ! Faut les nourrir, les vêtir, eux aussi. Du coup, les groupes de convois étaient souvent regroupés autour d’un gros marché, juste pour eux, où Oskar pourrait trouver son bonheur en même temps qu’il chercherait cette Tarian.

Du coup, il abandonna Meylan –roh ça va, pour un quart d’heure- et parti vadrouiller dans les ruelles improvisées de ce gros tas de roulottes aux jolies couleurs. Peut-être que trouver c’te bonne femme allait être plus compliqué que prévu. Mais, c’était quoi ça ? Deux gars, probablement des marchands, étaient en train de se prendre le chou au milieu de la route en attirant tout le monde. Alors, le chapeau à plume sur l’étal, là, c’est pour Oskar. Les petites pièces qui trainent ici, c’est pour lui aussi. Oh, et puis autant utiliser cet argent gratuit pour s’offrir un petit truc à manger.

Au bout de plusieurs minutes, Pattes-de-Velours revint triomphant avec un nouveau chapeau, même une nouvelle cape qui lui donnait un air de mousquetaire totalement ridicule, mais il avait aussi rapporté un collier, qu’il avait trouvé, pour la P’tite Fée et lui tendit, de l’autre main, une sorte de brochette de boulettes de poisson frit. Lui aussi il en avait une. Il avait mangé la moitié, mais elle était là, dans sa main, et il était en train de mastiquer un bout pendant qu’il donnait tous ses cadeaux à la demoiselle.

- Bon, je l’ai pas trouvé, je l’avoue. J’me suis un peu… dispersé.


Ouais, il avait complètement oublié le but premier de cette petite escapade, hein, c’est ça la vraie raison. Mais comment lui en vouloir ? Il avait quand même réussi à penser à la P’tite Fée avant de repenser à la mission ! Elle pouvait bien lui pardonner, non ? Oh, pis t’as raison, c’est juste un débile.


Félicitations, mollusque ! T'as lu mon post jusqu'au bout !
Pour ta peine, tiens, c'est un rat mort. Je l'ai appelé Henry.
C'est sympa comme nom ça, Henry.
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Jeu 14 Juin - 20:35
Irys : 670345
Profession : Ménestrelle
My'trän +1
Ne pas bouger et attendre plantée là qu’il revienne? Oskar connaissait bien mal Meylan…ce qui en soi n’avait rien d’étonnant, vu que leur rencontre était plutôt récente. Mais chercher chacun de son côté permettrait en effet de couvrir deux fois plus de terrain dans le même laps de temps, donc l’idée de se séparer temporairement avait du mérite. Elle partit donc de son côté entre les tentes et roulottes, avec le pas d’une flâneuse mais l’oeil et l’oreille aux aguets.

Autour d’elle, un gai mélange de voyageurs, vendeurs et acheteurs se mêlait et se démêlait dans un joyeux brouhaha. Difficile dans ces circonstances de mettre la main sur une personne particulière, mais la ménestrelle était tout de même assez optimiste. Même si elle ne croisait pas Tarian elle-même, rien de plus simple que d’arrêter l’un ou l’autre passant pour se renseigner. Ce qu’elle fit donc à sans hésiter et à plusieurs reprises.

Les quelques premiers essais furent des coups dans l’eau. Soit la description qu’elle donnait de Tarian ne disait rien à la personne qu’elle interrogeait, soit cette personne se souvenait l’avoir croisée sans se rappeler où. Bon, au moins ça voulait dire que la meneuse de convoi avait été dans le coin récemment. Enfin, la chance lui sourit et elle put apercevoir celle qu’elle cherchait entre deux tentes. Elle allongea le pas pour l’intercepter avant qu’elle ne quitte son champ de vision.

* * *

Il lui fallut marchander, comme elle s’y attendait, mais elle parvint finalement à obtenir un prix parfaitement correct pour deux places au sein d’un convoi. Ils ne se rendraient pas directement à Eoril, mais feraient une étape de quelques jours à Variel, où le convoi avait rendez-vous avec une autre caravane venue de Zagash. Les deux femmes n’avaient pas encore scellé l’accord, puisque le troisième intéressé brillait par son absence, mais cela ne tarderait probablement pas.

Meylan rejoint son point de départ un peu avant son compagnon de voyage, et put donc le voir arriver de loin…enfin, le voir était une chose, le reconnaître en était une autre. Il avait apparemment décidé de profiter de l’occasion pour renouveler sa garde-robe. Et à voir son nouvel accoutrement, Meylan commençait à se demander si elle ne pourrait pas l’impliquer dans un de ses numéros un de ces jours…question à creuser.

Mais elle n’eut pas l’occasion de creuser tout de suite, puisqu’elle reçut simultanément une excuse, un cadeau et un en-cas. Elle accueillit l’ensemble avec un sourire qui devrait servir de remerciement, et sembla d’ailleurs considérer que ce sourire se suffisait à lui-même, car aucun remerciement à proprement parler ne franchit ses lèvres.

"Je vois ça."

Ses yeux partirent du collier pour se poser sur la cape d’Oskar et finalement sur son nouveau couvre-chef. Rien à voir avec ce qu’il était parti chercher, il s’était en effet bien dispersé. Mais qu’elle le charrie un peu ne voulait pas dire qu’elle n’appréciait pas le cadeau. Chose qu’elle s’empressa de montrer en attachant le collier autour de son cou. Avec un autre sourire en coin, elle tira temporairement ses cheveux en arrière pour qu’aucune mèche égarée ne cache le bijou.

"Miroir, miroir…  Qu’est-ce que tu en penses?"


Elle avait beau ne pas être spécialement coquette, s’il y avait une situation où jouer la minauderie était approprié, c’était bien celle-ci. Et puis, c’était une manière comme une autre de faire honneur à son cadeau. Elle relâcha ensuite ses cheveux, puisqu’elle aussi avait des nouvelles à annoncer.

"J’ai trouvé Tarian, et elle est d’accord de nous faire un prix. 120 irys chacun pour une place dans le convoi. Comparé aux prix que j’ai déjà payé pour une place comme ça, c’est franchement raisonnable."


À lui maintenant de dire si ce prix lui convenait. Si c’était le cas, ils pourraient passer à la suite du programme et se procurer tout ce qu’il leur faudrait pour rendre leur voyage confortable.



x6

En ligne Voir le profil de l'utilisateur