Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: L'apaisement des héros :: La terrasse de Papy Bolgokh
Page 1 sur 1


 L’âme d’un poète.

Isyel Blacks
Isyel Blacks
L’âme d’un poète. Empty
L’âme d’un poète. EmptyMar 22 Mai - 17:30
Irys : 62241
Profession : Guide de Khashin
Pérégrin 0
Salutation,

Si le cœur vous en dit, nous pourrions partager un peu de poésie, une citation ou des paroles de chanson. Pourquoi, ne pas écrire poème original, sur Iridaë, ou un autre sujet.

Les vœux stériles

Puisque c'est ton métier, misérable poète,
Même en ces temps d'orage, où la bouche est muette,
Tandis que le bras parle, et que la fiction
Disparaît comme un songe au bruit de l'action ;
Puisque c'est ton métier de faire de ton âme
Une prostituée, et que, joie ou douleur,
Tout demande sans cesse à sortir de ton cœur ;
Que du moins l'histrion, couvert d'un masque infâme,
N'aille pas, dégradant ta pensée avec lui,
Sur d'ignobles tréteaux la mettre au pilori ;
Que nul plan, nul détour, nul voile ne l'ombrage.
Abandonne aux vieillards sans force et sans courage
Ce travail d'araignée, et tous ces fils honteux
Dont s'entoure en tremblant l'orgueil qui craint les yeux.
Point d'autel, de trépied, point d'arrière aux profanes !
Que ta muse, brisant le luth des courtisanes,
Fasse vibrer sans peur l'air de la liberté ;
Qu'elle marche pieds nus, comme la vérité.

Alfred de Musset (1829).

*****

Et pour la fête des mères de dimanche, une citation:

J'entends au-dessus de moi dans les cieux,
Les anges qui chantent entre eux.
Ils ne peuvent trouver de mot d'amour plus grand
Que celui-ci : Maman.

Edgar Allan Poe


Fiche d'Isyel qui s'exprime en #ff00ff
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
L’âme d’un poète. Empty
L’âme d’un poète. EmptyMar 22 Mai - 21:55
Quand je lis "Alfred de Musset", je pense à cet échange sympathique qu'il aurait eu avec George Sand. Je laisse les savants s'esclaffer devant ce cru ineffable.

George Sand écrivit donc cette lettre à De Musset :


Je suis très émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde comme la plus étroite
amitié, en un mot la meilleure preuve
que vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j’ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j’ai l’âme
grosse. Accourez donc vite et venez me la
faire oublier par l’amour où je veux me
mettre

Ce à quoi Musset répondit :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un coeur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Sur la différence de styles, George Sand, empreinte d'empathie - il faut dire qu'elle en a connu, des hommes, et notamment un certain Charles Didier, mais ne nous éloignons pas du sujet - répondit à De Musset ceci :

Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
---

Dans un style plus artisanal, n'eût-il jamais égalé les Grandes et les Grands de l'Histoire, je vous fais partager ceci :

Dans le froid matinal, le flocon virevolte,
Se confond en rosée ; le cerisier fleurit.
Sous un soleil d'été, la moisson tu récoltes
Au ciel violacé, le feuillage flétrit.

Il s'agit du quatrain qui trône sur la modeste biographie de mon personnage, signée par "Un homme d'épée qui se prenait pour un poète". Je pense que Aurore Seraphon est la seule à pouvoir deviner ce à qui il fait référence. C'est une longue histoire ; cela dit, j'aimerais beaucoup avoir votre ressenti personnel (en dehors de tout contexte, évidemment) sur ce quatrain. Après tout, l'art est une forme de communication et de cheminement intellectuel entre l'artiste et celui qui sait apprécier ladite œuvre.

Une autre série de vers, plus brouillons cette fois - n'en déplaise à Meylan dont j'ai eu l'immense honneur d'incarner le personnage lors de l'évènement du Bal de la Confusion :

"Mue par l’œuvre de l'humanité,
Unissant les cœurs, adoucissant les mœurs,
Salvatrices vibrations je sais propager.
Inaltérable, je provoque parfois les pleurs,
Quand bien même je veux susciter la joie.
Un mot caché dans ces vers tu trouveras,
Et mon art ineffable ce soir tu apprécieras."

On voit tout de suite que les alexandrins ne sont pas au rendez-vous. D'où le "plus brouillons". Eh, je n'ai jamais prétendu être un poète ! Ah, ne retomberait-on pas sur "un homme d'épée qui se prenait pour un poète" ? Même si je ne suis pas un homme d'épée non plus, eussé-je déjà porté le sabre... Ah !

Vos ressentis / impressions / retours pour les deux tous de mon cru ?

Chroniques d'Irydaë :: L'apaisement des héros :: La terrasse de Papy Bolgokh