Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Kharaal Gazar
Page 1 sur 1


 Excursion diplomatique

Ryvia
Ryvia
Ven 15 Juin - 23:08
Irys : 19998
Profession : Commandante de Busad
My'trän +2 ~ Kharaal Gazar
Accompagnées du résonnement de ses pas, les discussions éparses des gardes furent les seules perturbations offertes au silence des couloirs de la Tour de Désert. L’on entendait encore la même rumeur depuis plusieurs jours, qu’une protectrice confirmée souhaitait détrôner l’un de ses supérieurs. Si pour tout protecteur de Busad il ne s’agissait que d’un nouveau commandant à accepter, pour ceux-ci, il en était d’une forte contrariété s’ajoutant à l’imposante pile de leurs tracas. Qui d’entre eux, bientôt, devra mettre son poste en jeu ? La commandante laissa s'échapper un soupir, tentant de laisser cette inquiétude de côté pour les temps à venir ; au moins pouvait-elle se rassurer d'avoir la chance de connaître la femme concernée par les rumeurs, et donc espérer de celle-ci qu’elle ne tenterait pas de disputer sa place. Mais soudain, se remémorer la peau brûlée de ladite protectrice ne put que ramener Ryvia dans le cheminement de ses pensées, elles qui n’avaient de cesse de s’éparpiller après une nuit agitée.

Une explosion. Au moindre instant, une nouvelle explosion manquait de se déclarer. S’il n’avait pour l’instant s’agit que de celle d’une estrade, emportant tout de même la beauté sinon la vie de nombre d’êtres, il n’était pas à oublier qu’elle avait soufflé un espoir de paix. Un jour, le moindre hameau de terre menacerait de se déchaîner dans une déflagration ; n’était-ce pas déjà le cas ? Cela faisait plusieurs mois que les faits s’étaient déroulés, mais quand bien même, la commandante ressentait la pression incessante d’une guerre prochaine. Si les mystérieuses disparitions n’avaient de cesse de l’accabler, les rapports des protecteurs fusant à ce sujet, elles n'occupaient plus la même place en son esprit... Depuis, chaque nouvelle nuit, les images d’un futur mouvementé la forçaient à sortir respirer l’air frais de Busad, à l’apprécier, non que cela l’ait tant changé de ses habitudes.

Il fallait maintenant se préparer, et cela, l'on pouvait espérer que tout commandant au service de la création le comprenait. Ryvia avait planifié les ordres à donner, considéré les actions à entreprendre. Ne manquait plus à ses réflexions que l’aval du Primo-Gharyn ; et alors elle pénétra la salle du trône dans l’espoir de le consulter.

« Primo-Gharyn. »

D’une faible courbure de l’échine, elle se présenta à lui pour la seconde fois ce jour. Au sein de la pièce régnait toujours ce silence souverain, le doux vent tel une prière l’accompagnant. En ce lieu, seul un impudent oserait s'exprimer sans le plus grand des respects.

« Je viens en quête de votre accord pour une démarche personnelle. » Énonça-t-elle clairement, « Un déplacement diplomatique au Nord-Est de nos terre, plus précisément. »

Comme toujours, la commandante ne tourna pas autour du pot, marquant une légère pause suite à ces premières paroles. Sa voix ne trahissait ni la fatigue, ni le tracas, car elle se devait d’être autrement plus assurée afin de représenter la gravité de sa demande. Son regard était de même appuyé, porté vers celui du Primo-Gharyn qui se discernait encore sans peine, baigné sous la lumière du crépuscule traversant les larges fenêtres.

« Une équipe de confirmés et moi-même partirions à la rencontre des peuples occupant la jungle, afin de nous assurer de leur coopération le moment venu. »

La commandante aurait pu fournir nombre de détails plus approfondis, préciser la signification de ses deux derniers mots, mais elle supposa que ceux-ci faisaient suffisamment sens par la situation actuelle. Le reste, se dit-elle, serait à discuter si l'on présentait déjà un intérêt pour son opération. Et ainsi, sans développer plus sa requête pour le moment, oubliant peut-être de questionner directement Zaël quant à l'intérêt qu'il pouvait porter envers celle-ci, elle laissa ses paroles en suspens.
Voir le profil de l'utilisateur

Zaël
Zaël
Jeu 21 Juin - 8:58
Irys : 937214
Profession : Gharyn de Busad
My'trän +3 ~ Kharaal Gazar (homme)
Une personne s’en allait et une autre la remplaçait. Il n’était pas si souvent seul, du moins physiquement. Psychologiquement, c’était un autre problème, un autre mot. Il fit un simple hochement de tête pour reconnaître sa présence, les salutations avaient déjà été faites auparavant. Le sourire ne vint pas même s’il appréciait cette commandante et avait confiance en ses capacités. Elle ne l’avait jamais déçue jusqu’à présent. Et elle ne venait jamais le voir inutilement. Comme d’habitude, il n’eut pas non plus à attendre pour connaître le fond de sa pensée. Ni pour se sentir dépassé. Certes, il était facile d’oublier les habitants de la jungle vivant en parfaite autarcie et très peu demandeur d’attention. Mais s’était sa responsabilité de veiller sur tout la région, tous les enfants de Delkhii.

Un silence s’installa. Il n’y avait pas de doute possible quand à la démarche ou le fait que son exécution soit de mise. La réflexion portait plutôt sur qui devait s’en charger. Ou plutôt comment insérer sa présence sans que l’expédition se transforma en une foule imposante de protecteur à cause des dernières sorties hors de la ville plutôt tendues. Enfin, était-ce bien utile de tergiverser face à Ryvia ? Son regard vint se fixai sur la femme face à lui délaissant un point lointain à côté de l’immense tapisserie dans son dos.

« Oui, et il faudrait que nous nous assurions qu’ils soient bien informés des tensions actuelles. »

Il avait bien compris à quoi référait «  le moment venu ». Il voulait croire à la paix mais c’était de plus en plus difficile. Et il était tout bonnement impossible d’ignorer les événements au Kharaal comme ailleurs. La grosse commande d’arme qu’il avait passé il y avait des mois de ça de façon préventive, dans l’idée que ça ne servirait jamais, ne semblait plus avoir une utilité aussi inconsistance.

« À qui avez-vous pensez pour cette mission ? Y aller avec trop monde serait contre-productif, cela pourrait être perçu comme une invasion de leur espace et ça dérangerait la faune ambiante. Nous sommes déjà deux, il faudrait également une personne avec de bonne capacité de pistage, de bonne connaissance des animaux peuplant la jungle si possible. Nous n’y allons pas pour chasser ou disputer leur territoire. »

Il avait enrobé sa question avec beaucoup d’autres données et en avait profité pour glisser sa présence comme acquise. C’était ce fait qu’il avait essayé de noyer dans sa crainte que ça ne dégénère plutôt que l’interrogation. Son poste de primo-Gharyn ne lui permettait pas de faire tout ce qui lui passait par la tête, les responsabilités autant que les autres membres du gouvernement étaient autant d’entrave à sa liberté d’agir. Mais il voulait vraiment le faire, d’une façon ou d’une autre il ferait passer l’idée. Qui pouvait mieux faire un lien avec le reste du Kharaal que son représentant ? Pas besoin de sonder bien profond dans son esprit pour savoir ce qui le motivait : la réunification de son peuple, de tous les my’trans avaient été un de ses projets depuis avant l’exposition, il y avait aussi la honte d’avoir oublié ce recoin des Kharaal, sa flagrante négligence, ainsi que le besoin viscérale d’accomplir quelque chose de positif, entièrement positif, qui ne finirait pas sur l’exécution de malfrats.

« Je vous laisse peaufiner ce qu’il nous faut et qui il nous faut pour la première heure demain matin pour le présenter devant le comité réduit. »

Il fallait entendre par là : lui, Darim et au moins quatre commandants selon leurs disponibilités. Lui-même aurait l’occasion de peaufiner ses arguments quant à l’utilité de sa présence. Dans tous les cas, l’expédition devrait avoir lieu aussi rapidement que possible : cette négligence avait bien trop durée.


x8
Code couleur : #cc00ff
Darim s'exprime en #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Lavryn & Khardi
Lavryn & Khardi
Mar 6 Nov - 13:52
Irys : 114977

Conseil Restreint du Primo-Gharyn Zaël

Quatre des commandants sont là, comme le souverain l'a demandé. Les regards qu'ils échangent et le silence pesé qui règne dans la salle laisse même présager que certains d'entre eux savent ce qui les attendent. Les mines sont sombres et tirées. Pour peu que le Primo-Gharyn et son Khorog y prêtent attention, ce sera probablement la première chose qu'ils auront l'occasion de remarquer en pénétrant dans la vaste pièce soutenue par des pitons rocheux semblables à autant de doigts bien décidés à supporter la majestueuse Tour du Désert. Les militaires se lèvent et s'inclinent, comme il se doit. Et ils restent ainsi jusqu'à ce que l'estimé souverain de Kharaal Gazar et son acolyte prennent place.

De nouveau regards sont échangés et finalement c'est le plus âgé de ce quatuor d'officiers qui prend les choses en main. Il se dirige jusqu'au centre de la pièce, entre les tables qui balisent les lieux. Kravdir est un homme respecté et sage. Il a combattu les forces daënars lors de ses jeunes années. À présent il est probablement l'un des commandants les plus respectés du domaine du Primo-Gharyn. Et c'est probablement à ce titre que ses camarades ont souhaité le voir défendre leur point de vue.
"Veuillez excuser l'absence de la Commandante Ryvia, Majesté!" commence-t-il. "Elle est malheureusement indisposée et ne pourra donc vous partager les fruits de sa réflexion concernant votre... voyage! Elle m'a cependant confié la tâche de vous exposer ses conclusions!"
L'homme se racle la gorge et déroule un parchemin avec une délicatesse qui contraste  avec ses mains rocailleuses, marquées par le temps. Le rôle d'un soldat est d'obéir à son souverain, il le sait. Peu importent les considérations personnelles. Il l'a toujours fait et il le fera jusqu'à ce que les années l'emportent. Mais il s'est toujours montré honnête. Le sexagénaire hésite un instant puis finit par abaisser le parchemin avant de lâcher un soupir.
"Primo-Gharyn, le réel problème ne vient pas des ressources ou de la stratégie que nous pourrions mettre en oeuvre pour entrer en contact avec les tribus primitives de la jungle! Nous disposons de traqueurs compétents qui connaissent déjà le meilleur moyen de rejoindre ces contrées." explique-t-il. "Le problème ne se situe pas réellement au niveau de l'organisation! Loin de là! Si vous souhaitez réellement mettre en oeuvre cette idée, sachez que vous pourriez prendre la route dans l'heure!"
Il tend d'ailleurs à Darim le document sur lequel les noms retenus ont été inscrits à l'encre. Il contient également tous les détails concernant l'approvisionnement nécessaire à un petit groupe de personnes pour rejoindre le nord-ouest de Kharaal Gazar. Kravdir jette un regard au souverain comme pour s'assurer qu'il peut s'exprimer librement. Il sait qu'il sera de toute façon amené à le faire, le Primo-Gharyn étant un homme éclairé, réfléchi et... juste.
"Ces tribus sont dangereuses, Majesté! Et nous avons déjà vu ce dont elles étaient capables lorsque nous pénétrons dans ce qu'ils estiment être leur territoire. Le mois passé, nous avons encore perdu trois hommes qui patrouillaient à la lisière de la jungle! Alors... y aller vous-même? Ces gens-là sont des sauvages! Ils ne souhaitent pas exercer une autre forme de diplomatie que celle de la violence! Votre tentative sera inévitablement perçue comme une agression! Et ils réagiraient en conséquence!" lâche-t-il, en écartant les bras pour masquer son incompréhension. "Nous ne pourrions assurer votre sécurité avec une escorte réduite, Primo-Gharyn! Et votre perte serait un coup terrible pour la nation..."
Deux autres officiers marquent leur approbation de signes de têtes et de regards alliant approbation et supplique. Le problème, dans le fond, ce n'est pas que l'élu de Delkhii tente d'entreprendre des négociations mais bien le fait qu'ils comptent y participer. Cette tentative semble équivaloir à une tentative de suicide dans l'esprit du trio. Le quatrième commandant, en revanche, semble bien plus mesuré. Le signe qu'il désapprouve la prudence dont font preuve ses camarades?
"Je manquerais à mon devoir si je ne vous mettais pas en garde contre le danger d'une telle entreprise!" poursuit l'aîné du quatuor. "Laissez-moi vous remplacer dans cette périlleuse quête! Permettez-moi de tenter de nouer le premier contact si tant est que ce soit possible! Et si, au bout du compte, nous parvenons à instaurer un dialogue alors vous aurez tout le loisir de participer à la suite des discussions. Ici, à Busad! En sécurité!"
"Et nous perdrions alors des semaines!" fait remarquer l'officier le plus mesuré jusque-là. "Peut-être même des mois! Pouvons-nous vraiment permettre au temps de nous dicter ses conditions?"
"Le Primo-Gharyn est..." tente d'intervenir l'un des soutiens de Kravdir.
"Parfaitement conscient des risques qu'implique un tel voyage!" coupe-t-il à nouveau. "N'est-ce pas, Majesté?"
Les regards se tournent alors à l'unisson vers le souverain de Kharaal Gazar...
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé