Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Dans les bas-fonds [PV:Asteria]

Hex Hekmatyar
avatar
Mar 19 Juin - 17:24
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Un nouveau voyage, une nouvelle mission, c’était devenu un lot quotidien pour Hex. Une suite presque sans interruption d’affectation les plus étrange. Accompagner un capitaine, faire des recherches de personnes disparut, parfois même servir de guide… C’était devenu si commun, que chaque nouvelle mission était acceptée avec un haussement d’épaule et un air de résignation.
Pas qu’il n’aimait pas ça, au contraire. Mais les vrais opérations de combat finissaient par lui manquer.
Pour le moment tout avait été très vite, le colonel l’avait appelé avant de lui remettre une lettre d’affectation pour la capitale. Et même après lecture attentive du document, la situation était restée très floue. La lettre faisait part de grave trouble dans les bas quartiers et que certaines folles rumeurs se répandaient.
Mais c’était tout ce qu’il avait vraiment retenu car il ne voyait pas en quoi un soldat pouvait faire quoique ce soit face à des rumeurs. Il n’était pas milicien….
Le brick qui l’emmenait à la capitale était parti tôt dans la matinée, ne lui laissant que peu de temps pour vraiment se préparer, ainsi il avait été contraint de prendre la totalité de son matériel sur lui.
L’ensemble n’était pas vraiment pratique car le fourmillement d’arme, s’il n’était pas vraiment lourd grâce à son exosquelette, restait diablement encombrant. Son fusil magithèque était plaqué contre son paquetage dorsal alors que son épée avait été fixée solidement à l’autre côté de ce dernier, empêchant tout accès rapide, mais lui permettant tout de même d’être transportée.
Loin de l’image d’un soldat exemplaire, Hex avait d’avantage l’air d’un mercenaire trimbalant toute sa vie sur son dos, mais c’était un moindre mal, car mieux valait être prévoyant surtout dans un environnement urbain.
Le voyage était prévu pour durer plusieurs jours, et le jeune homme avait choisi une cabine plutôt confortable près du pont, il s’y rendait régulièrement pour prendre l’air et pour admirer le paysage.
Ce petit manège dura plusieurs jours jusqu’à ce qu’en début d’après-midi, il finisse par apercevoir la cime de la capitale dépasser des nuages bas.
Ce fut à ce moment que la corne de brume du navire retentit pour annoncer son arrivée.

Les marins se mirent alors en branle, courant en tous sens pour préparer le navire à amarrer à un des nombreux docks encore invisible de la ville.
Alors que le vaisseau descendait, Hex put voir toute l’étendue de la ville et de ses trois murs, détaillant chacun d’entre eux tout en se félicitant de ne pas vivre dans la plus grande ville du monde. Les chaque quartier semblait avoir son identité propre, mais le pire d’entre eux était sans aucun doute le quartier du premier cercle. Si ce qu’il avait lu était exact, les gratte-ciels luxueux cachaient une sous ville particulièrement pauvre. À voir le quartier riche, le Lieutenant ne doutait pas que ce qui se trouvait sur la surface visible devait être symétriquement pauvre…

Le brick finit par ralentir, ses lourds moteurs perdant en cadence alors que l’engin finissait sa phase d’approche. De gigantesque terrasse accueillaient les appareils, et le soldat vit déjà les pinces d’amarrage se mettre en position pour réceptionner le cargo, les hommes au sol étaient encore minuscules mais s’agitaient comme des fourmis dérangées dans leurs activitées.

Hex repartit donc dans sa cabine, s’équipant de son imposante armure avant de débarrasser sa cabine de la moindre trace de sa présence. Descendant dans la soute il retrouva son véhicule qui l’attendait, un solide tricycle à chenille, qui s’il ne possédait pas l’élégance des motos modernes restait bien plus fiable et pratique que ces dernières.
Le moteur à vapeur se mit à gronder quand il activa le compresseur, alimentant la turbine en gaz surchauffé.
L’attente fut de courte durée, et l’amarrage fut signalé par une forte secousse dans tout le vaisseau, signe que les pinces venaient de se refermer sur le brick.
À peine la rampe fut-elle abaissée qu’il s’engouffra dans l’espace ouvert, le véhicule le propulsant sans effort sur la plateforme d’atterrissage ou se dépêchait des ouvrier en exosquelette pour décharger le cargo.
Esquivant chaque personne il roula jusqu’à l’ascenseur qui devait le conduire jusqu’au lieu de rendez-vous. Hex avait le plan sous les yeux, observant les panneaux avant de faire s’engoufrer son véhicule dans l’élévateur indiquant : Cyrus.

La route fut courte, et le semi-chenillé avala sans effort la distance, son gros moteur à vapeur sifflant à chaque changement de vitesse. L’ambiance était radicalement différente de Vereist ou chaque habitant était toujours recouvert d’une épaisse couche de vêtement, plus étonnant encore, les tenues semblaient toutes plus extravagantes les unes que les autres. Pendant un court moment, le jeune homme cru qu’il était tombé dans une enclave Mytranne tant cela semblait différent. Mais finalement, il se ravisa quand une grosse voiture à vapeur le dépassa à toute allure, manquant de renverser un groupe de piéton.

Son véhicule s’arrêta devant un immeuble luxueux ou un portier se dépêcha de courir jusqu’à sa hauteur pour lui signifier qu’il n’avait rien à faire là.
D’un geste encore plus dédaigneux, Hex lui fourra la lettre de convocation sous le nez, ses phalanges d’acier manquant presque de briser le nez de la personne qui l’avait dérangé.

Après une série d’excuse aussi fausse qu’ennuyante, on finit par lui indiquer ou garer son engin avant de l’inviter à prendre place dans un nouvel élévateur.
Ce dernier semblait bien trop décoré au gout du lieutenant qui voyait dans tout cet or un gâchis inutile de matériaux.
L’ascension prit plusieurs minutes pendant lesquelles le soldat retira son casque pour remettre ses cheveux en place, laissant sa longue chevelure blonde glisser le long de son dos en une queue de cheval parfaitement réalisée.
Une sonnerie se fit entendre et les portes s’ouvrirent sur un hall d’entrée ou les bottes de fer de l’officier s’enfoncèrent dans un tapis moelleux

-Que puis-je pour vous monsieur ?


Lança une femme de chambre en tenue complète sur un ton à moitié interrogatif et à moitié moqueur devant la dégaine du soldat

-Je suis convoqué ici pour voir une certaine…. Kate Fox, Asteria Kate Fox.


Désireux de couper court à toute cérémonie, il montra le papier qui devait sans doute faire office de passe-droit.
C’était amusant… mais cette ambiance de luxe pompeux l’énervait déjà.





Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Jeu 21 Juin - 14:48
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
Asteria observait l’immense capitale baignée de soleil. Debout, adossée à un bureau d’ébène aussi large qu’un lit, la baie vitrée aux dimension démesurée lui offrait une vue imprenable sur le ballet incessant d’aéronefs qui inondait le ciel. Autour, les plaines d’Ünellia s’étendaient à perte de vue jusqu’à se noyer dans l’horizon du ciel bleu immaculé. Le seul bruit qui parvenait à troubler l’absolu silence de sa retraite était le tic-tac d’une horloge ouvragée pendue au mur.
Niché dans son perchoir astral, le monde semblait sien. Déroulant sa partition mille fois répétée, la jeune femme se croyait spectatrice d’une mise en scène qu’elle aurait elle-même orchestré à la seconde près. Elle prévoyait l’arrivée et le départ des compagnies marchande, de vaisseaux militaire ou encore même des vols de particulier. Comme une horlogère constatant le fonctionnement de ses engrenages, elle ne pouvait s’empêcher de s’émerveiller devant ce bijou de complexité. Depuis aussi loin que pouvait remonter sa mémoire, la jeune femme se voyait contempler la mécanique d’Alexandria depuis les cieux. Et l’apaisement qui en résultait lui était salvateur. Compte tenu de la destination de sa prochaine mission aujourd’hui, elle accueillait avec joie ces quelques secondes de quiétude.

Suivant le rythme des aiguilles derrière elle qui indiquaient 11h02, la détective se redressa lentement en arrangeant sa longue chevelure d’or. Son repos, si court avait-il était, touchait à sa fin. Il serait bientôt temps de reprendre son travail là où elle l’avait laissé. Elle caressa d’une main le bois sombre où trônaient des montagnes de paperasse, de télégrammes ainsi que de lettres manuscrite en plus ou moins mauvais état. Ces dernières faisaient parti des maigres indices qu’elle avait réussi à récolter à propos de l’affaire des caches des bas fonds. Ses doigts ne s’arrêtèrent pourtant pas, elle connaissait déjà leur contenu par coeur, mais continuèrent leur chemin jusqu’à une feuille jaune où reposait un petit cachet lacté. Tapotant la substance de l’index, elle le fit ensuite disparaître entre ses lèvres rosées sans se poser plus de question. Cela faisait des années qu’elle prenait régulièrement ce "traitement", petite confection du médecin familiale sensé renforcer ses capacités mentales tout en amoindrissant les effets de la fatigue et de la douleur. Provoquant somme toute une légère mais non moins certaine accoutumance. Ce qui se rapprochait peut être plus d’une drogue qu’autre chose, mais Asteria préférait ne pas poser la question. L’ignorance lui accordait une certaine protection au regard de la loi, pourquoi aurait-elle remise en question la parole de son docteur ?

Un léger bruit à la porte la tira de sa réflexion. L’expression rougie du visage de Marie apparu avant que ses rondeurs ne s’engouffrent dans le bureau de la détective. Elle avait du courir à en perdre haleine. Elle leur répétait pourtant de ne pas se comporter avec autant de zèle, mais c’était comme d’essayer de faire comprendre à un astral que le bas peuple n’était pas que de la chair à canon. Personne n’y prêtait attention. Qu’à cela ne tienne, elle avait mieux à faire que de se battre pour des esclaves acceptant leur condition. Elle attendit que la domestique lui remette le laisser passer du soldat qui venait de pénétrer dans la demeure, trop essoufflée pour pouvoir articuler un mot. Le lieutenant Hex Hekmatyar venait d’arriver. Le soldat mis à sa disposition par le gouvernement pour l’aider dans son enquête des bas fonds. En général, elle appréciait la compagnie lors de ses investigations. Il était toujours intéressant de se faire des alliés aux multiples qualités surtout en terrain inconnu. Mais un soldat, dans une zone urbanisée ? Elle doutait des bénéfices d’un tel partenariat. Un militaire disposait de nombreuses qualification, mais la finesse en était rarement une. Hors, elle menait avant tout des enquêtes et non des interventions armées. Asteria avait fini par accepter devant l’insistance presque étrange de son commanditaire. La situation avait fini par soulever plus de questions qu’autre chose et elle se demandait si le gouvernement n’en savait pas plus qu’il ne voulait l’admettre. Marie essaya d’articuler autre chose, mimant un champignon géant ou un ballon avec ses mains mais la jeune femme se dirigea elle même vers l’entrée sans lui prêter plus d’attention. Qu’elle le regrette ou non, son nouveau partenaire était là et elle comptait bien l’accueillir.


_________________


Quand Asteria passa la porte pour se retrouver dans le hall d’entrée, une somptueuse pièce aux colonnes antiques de marbre et d’or, elle s’arrêta dans sa marche pour constater de l’aspect de son visiteur. Une légère surprise s’afficha sur ses traits alors qu’elle détaillait l’armure bardée d’équipements qui lui faisait face et écrasait sans vergogne la broderie à ses pieds. Une frêle tête aux cheveux d’argent réussissait à s’extirper de l’enveloppe métallique pour la fixer d’un regard d’acier, à l’image de ses nombreux accessoires. L’image de champignon que Marie avait essayé de lui communiquer prenait sens. Elle avait été bien loin d’imaginer qu’on lui affecterait une machine de guerre. Quelle était cette mascarade ? Peu importe à qui revenait la faute, le soldat était loin d’en être responsable.
La détective reprit sa route d’une démarche travaillé au millimètre. Ses longs cheveux blonds voletaient derrière elle, descendant en cascade le long d’un long manteau d’amiral, légèrement gonflé par la présence d’un revolver à sa hanche. Le regard droit et bienveillant, elle accueillit Hex avec un sourire professionnel.

Bonjour, lieutenant Hekmatyar. Je suis Asteria Fox, se présenta-t-elle en tendant une de ses mains devant le colosse. Elle se doutait qu’il n’était pas commun de serrer la main d’une armure, mais elle voulait lui montrer qu’elle le considérait sur un pied d’égalité, sans peur ni supériorité. Le comportement était plus qu'inhabituel pour une Astrale, mais la jeune femme doutait que le soldat puisse apprécier à sa juste valeur un tel geste, venant d’un monde si éloigné du sien. Libre à vous de m’appeler comme bon vous semble, mais tâchez d’en rester à un simple "Kate" lorsque nous sommes en public.

Elle profita de leur proximité pour préciser un peu plus les traits androgyne du lieutenant, qui sous certains angles tenait plus de la femme. Le visage de l’homme accusait d’une finesse un brin troublante. Les longs cheveux et l’absence de cicatrices n’aidaient pas non plus à le départager. Mais elle adorait les apparences trompeuses. Après qu’il se fut présenté, elle enchaîna :

J’espère que vous avez fait bon voyage. Comme vous le savez sûrement, je suis la détective engagée par le gouvernement pour faire la lumière sur certaines rumeurs. Considérant la mission dangereuse, on vous a assigné également…
Une pause dans son discours lui permis de poser à nouveau ses yeux d’émeraude sur l’armure. Elle ne savait pas par où commencer pour changer tout ça.
Peut-être voudriez vous vous débarrasser un peu, histoire de pouvoir discuter de ce qui nous attend plus aisément ?

Marie, la femme de chambre, choisit ce moment pour entrer à nouveau dans le hall. Asteria lui fit signe d’aider monsieur à se débarrasser s’il le voulait. Qu’il ait accepté ou non, elle l’avait observé avec calme, portant une attention toute particulière au fusil accroché à son paquetage avant de le conduire à travers le domicile des Fox. Elle garda cependant pour elle son excitation à la vue de l’arme. Ils traversèrent des couloirs luxueux aux verrières de fer forgé, entre-apercevant des pièces indécentes de richesse lorsque les domestiques se déplaçaient en ouvrant les portes massive en bois. Asteria semblait ne retirer aucun plaisir de tant de superficialité et soucieuse des réactions de son invité, elle raccourcit le trajet en passant par la pièce de la piscine intérieure chauffée. Malgré l’absurde qu’une telle pièce pouvait sûrement avoir pour un soldat, elle avait considéré qu’il était mieux que de risquer de voir se qui se cachait par le chemin habituel.

Arrivés à son bureau, elle poussa la porte pour le laisser s’installer avant de prendre elle même place. Derrière elle, la vue panoramique de la cité était vertigineuse. D’un léger mouvement de la main, elle l’invita à parler.
Si vous avez besoin de quelque chose, n’hésitez pas.
Pour entrer dans le vif du sujet, j’aurais aimé savoir quelles ont été vos directives, lieutenant et les informations que vous avez reçu ? Cela date de quelques jours il me semble, j’aimerais savoir ce que l’on vous a communiqué et les informations qu’ils vous manquent, s’ils vous en manque.


Plus qu’une réponse à ses question, Asteria attendait de comprendre s’ils avaient bien reçus les mêmes informations et la même étrange demande pour s’associer à une détective, considérant qu’il n’avait apparemment pas du tout le profil pour ce genre de mission. Car si le gouvernement avait eu vent d'une cellule armée au sein des bas fonds et lui avait gardé la surprise...
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Lun 25 Juin - 16:52
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
C’était…. Luxueux, très luxueux, bien plus que ce que Hex aurait pu anticiper. Certes de la part d’un astral il s’attendait à voir certaines choses plutôt unique…. Mais là…. Cela dépassait l’entendement. Il se sentait comme un bloc de pierre au milieu d’une galerie de sculpture de maitre.
Tout semblait respirer le confort, et lui qui était habitué à de petits intérieurs fonctionnels et bétonnés… cela revenait à faire passer un loup d’une cage à la liberté.
De fait, le soldat était un peu perplexe, découvrant à chaque nouvelle porte une nouvelle facette de la vie des astraux. Il n’était pas étonnant que tant de monde les envie… Tant de choses pouvaient-elles vraiment appartenir à une seule personne ? Cela tenait presque de la science-fiction pour celui qui ne possédait qu’une armure et un fusil.
C’était en quelque sorte un choc de culture, entre ceux qui possèdent et ceux qui ont peux, mais de tout cela, rien ne transfigura. Sa discipline le fit franchir toutes ces richesses sans un mouvement de sourcils. La seule chose qui ne manqua pas de l’intriguer fut la piscine intérieure qui, aux émanations de vapeur paraissait chaude.
Ce genre d’installation étaient en général publique, et en trouver une strictement privée avait quelque chose de perturbant. Comment pouvait-on avoir besoin d’une piscine chez soi ?
Question que ne trouvait pas de réponse dans l’esprit strictement utilitaire du soldat.
Au moins la jeune femme ne lui lança pas son rang au visage lui permettant même de l’appeler par son prénom, ce qui jouait en sa faveur.
Il hocha simplement la tête avant de la saluer comme il se devait.

Mais là où elle se trompait, c’était surtout sur ce qu’il savait, ou du moins ce qu’il aurait du savoir. L’armée n’était pas spécialement connue pour délivrer beaucoup d’information, et dans le cas présent, l’entité avait laissé Hex sans rien.
Apprendre que la jeune femme était enquêtrice était donc une première surprise, et cela le fut encore plus quand elle s’avéra travailler de manière indépendante
Il songea presque à quitter son armure comme l’avait proposé Kate, mais l’interruption de la femme de chambre l’en empêcha, le condamnant à rester cuirassé pour le moment.

À peine entré dans le large bureau, Hex fut pris d’une brève admiration devant la vue imprenable qu’offrait l’appartement. La vue du haut d’un aéronef était impressionnante, avoir la même du haut d’un immeuble était quelque peu étonnant, mais au vu de tout ce qu’il avait observé depuis son entrée ici, plus rien ne l’étonnait, pas même de voir les nuages d’aussi près.
Conformément à ce qu’on attendait de lui, il s’installa dans un fauteuil, regrettant d’avoir encore son armure pour profiter du revêtement rembourré de ce dernier.

La jeune femme s’adressa directement à lui, cherchant à savoir ce qu’on lui avait transmis. Malheureusement pour elle tout était succin, et Hex se désolait d’en savoir si peu.
Sa main chercha machinalement une des cigarettes rangée dans son étui, sortant également son briquet. Ce ne fut qu’au moment de l’allumer qu’il se ravisa, se rappelant que malgré l’immensité de la pièce, c’était tout de même un lieu clos et que la jeune femme n’appréciait peut être pas ce genre d’habitude.
Il posa donc sa réserve de cigarette devant elle, lui proposant implicitement de se servir d’un geste de la main avant de commencer son explication.

-À vrai dire…. Pas grand-chose… l’armée ne communique que peu, mes seules directives sont d’assurer votre protection, je n’ai appris qui vous étiez que maintenant.

C’était peu, et il en avait bien conscience, souvent les autorités pensaient que moins les gardes en savait, mieux cela valait pour tout le monde. La réalité était tout autre, et un cruel manque d’information pouvait conduire à la pire des catastrophes.
Hex reprit calmement, fixant Kate dans les yeux.

-Mais les rumeurs sont plus rapides que les documents de mission, on parle de trésors dans les bas quartiers, de caches d’armes monstrueuses, de culte de mages se préparant à répandre la terreur dans les rues, et mille choses toutes aussi terribles.


La déduction était ensuite assez logique car le gouvernement ne dépêcherait pas un vétéran du nord pour protéger une détective. Elle devait être en charge de démêler le vrai du faux dans ces rumeurs.
Les bas-fonds étaient théoriquement une partie de la capitale la plus sécurisée de tout Daenastre, mais tout le monde savait que c’était une zone indépendante de la loi ou tout et n’importe quoi pouvait se faire sans que l’œil du gouvernement ne puisse y voir quoique ce soit.
S’aventurer là-bas était risqué pour quiconque ne connaissait pas ce monde ou ne faisait pas partie des cercles non privilégiés de la capitale.
Adjoindre une escorte armée à l’enquêtrice s’avérait donc être une idée plutôt logique.

-Je suppose que votre rôle est d’aller enquêter sur ses rumeurs et confirmer ou non leur véracité, histoire que le gouvernement prenne ou non des mesures au sujet de ces dernières.
Mais je reste néanmoins assez perplexe sur la manière dont nous allons nous y prendre.


Criminels, faune dangereuse, chasseur de prime… on trouvait de tout dans le quartier pauvre de la capitale, et la loi du silence était commune dans bon nombre d’organisation la peuplant.
Hex n’était pas enquêteur, ce rôle n’était clairement pas fait pour lui car il nécessitait des ressources et une subtilité qu’il n’avait pas.
Le soldat ne doutait pas des capacités ou du talent de son associée, mais savoir ce genre de chose était tout de même utile.

-Entrer dans les bas-fonds n’est pas chose compliquée, en ressortir en vie l’est d’avantage, surtout si l’on prend en compte la réputation de ceux qui y descendent.
L’ordre de la pénitence entrainerait même ses agents là-bas, et même si je ne suis pas totalement incompétent, c’est une zone de danger permanent… s’aventurer la bas à l’aveugle est très risqué.


Évidement il ne remettait pas en cause la préparation ou l’intelligence de la jeune femme, mais ne connaissant absolument pas son passif ou son expérience, Hex considérait qu’un bref rappel ne serait pas de trop.
Et assez bêtement il voyait mal comment une astrale d’aussi haut rang pouvait accepter de descendre dans les bas fond. La récompense devait être conséquente, ou quelque chose d’autre se tramait la dessous




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Jeu 28 Juin - 12:58
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
L’Astrale écouta le récit du lieutenant avec une certaine circonspection, pour ne pas dire déception. Peut être qu’elle en attendait trop de l’armée, mais il lui semblait stupide de premier abord d’envoyer un soldat sur le terrain sans préparation. S’attendaient-ils réellement à laisser une civile lui faire un topo de la situation ? Devait-elle considérer cela comme une preuve d’incompétence, ou peut être était-ce simplement une divergence d’opinion quand à la façon de gérer leurs troupes. Dans le cas présent, son associé. Parce que c’était bien là que la différence se faisait. Même si avoir des subordonnés était une idée plaisante, elle ne comptait pas se voir dotée de toutous si tôt dans sa carrière. Hekmatyar était en outre lieutenant et non simple gardien de porte. Malgré sa jeunesse, il devait avoir une expérience à ne pas négliger. Et Asteria comptait en tirer avantage plutôt que de sonner une cloche pour le faire réagir.

Elle déclina la cigarette poliment tout en lui accordant le droit de fumer. Dans tout autre situation, elle se serait forcée par diplomatie. Mais si elle pouvait avoir confiance en l’armée pour une chose c’était dans son professionnalisme. Qu’importe les actions ou les paroles de la détective, elle savait que le militaire ferait preuve d’une rigueur à toute épreuve sans la juger à la moindre occasion. Alors si elle pouvait se laisser un peu aller sur les convenances, elle ne s’en priverait pas. Le regard de la détective se perdit sur l’armure enfoncée dans le fauteuil tout en réfléchissant à la situation. Parfaitement immobile, une main posée sur le bureau, seule sa respiration trahissait l’humanité de la statue. Et quelques clignements.

Elle n’avait pas eu le temps de se renseigner sur le lieutenant Hekmatyar auprès de ses contacts. Il semblait qu’on avait lui avait juste affecté quelqu’un par acquis de conscience, sans se préoccuper plus que ça de qui, ni s’il correspondait à la mission. Cela aurait tout aussi bien pu être un balais trouver dans le premier placard. Asteria plissa les yeux. Elle n’appréciait pas vraiment d’être négligée, surtout par le gouvernement. Au moins, elle pouvait écarter la piste d’une retenue d’information de leur part. Ils n’en avaient juste rien à faire et voulaient peut être seulement assurer leurs arrières afin d’éviter qu’une de leur enquêtes finissent avec une Astrale morte. Ce qui ferait vraiment tâche. Mais elle déplorait réellement l’organisation militaire. Pour elle, cette hiérarchie verticale était bonne à jeter. Enfin, elle pouvait grommeler autant qu’elle voulait, ça ne changerait plus rien désormais.

Pour l’instant, Asteria devait faire les choses dans l’ordre. Ses traits fins retrouvèrent leur calme qui s’était légèrement effacé plus tôt.
Permettez moi de reprendre depuis le début dans ce cas, je n’étais pas au courant de votre absence d’information. Je suis Asteria Fox, unique héritière de la famille Fox. Mon père est à la tête de l’industrie de l’armement mécanique du même nom. Et disons que je me suis spécialisée avec les années dans l’investigation. Je me vois offrir toute sorte de contrat depuis. Le dernier en date étant celui qui nous voit nous associer pour le moment. Le gouvernement m’a fait par de leur requête il y’a quelque jours à peine.

La jeune femme prit le temps de rassembler les notes manuscrites éparpillées autour d’elle qui concernaient l’affaire. On y retrouvait de nombreuses écritures différentes, certaines pratiquement illisibles, d’autres plus soignées. Des annotations parcouraient chacune, venant probablement de la détective elle même. Elles présentaient non pas des rumeurs mais bien des observations. Des attroupements étranges dans certains quartiers des bas fonds, des mouvements dans les rues à des heures improbables, des notifications de commandes d’armes, de produits chimiques. Elle mis les documents à la disposition d’Hex tout en observant s’il allait se prêter au jeu de la recherche ou suivre son rôle de gardien à la lettre. Peut être qu’il n’avait que faire même des explications de l’enquête…
Voici tout ce que j’ai pu récolter sur les rumeurs qui nous intéressent, si vous voulez y jeter un oeil. J’ai relevé plusieurs bâtiments du quartier nord de Cyrus qui reviennent souvent dans ces observations. Ainsi que des horaires et des jours dans la semaines. Mis à part ça, je n’arrive pas à déterminer ce qui pourrait concerner cette affaire. Je pense que le plus simple sera de constater nous même sur place. Les indications sont précises, on sait où chercher. Mais pas le genre d’accueil qu’on y trouvera.
Sachez seulement que les fondations de nos gratte-ciels sont infiniment profondes et très étriqués. Votre armure et votre équipement risquent de poser problème dans un environnement cloisonné. Et je pense que la discrétion sera une meilleure alliée que le passage en force. Mais le choix vous revient, si vous êtes plus à l’aise de cette façon.


La jeune femme balaya l’air devant elle d’un mouvement de main pour éviter le débat. Le lieutenant agirait comme bon lui semblerait. Elle reprit :
Je conviens qu’il soit risqué de s’aventurer en terrain inconnu mais je pense que notre meilleure chance est d’investir le quartier pour voir ce qu’il s’y passe de nous même et pourquoi pas un bâtiment pour en fouiller les fondations. Je pense qu’avec votre expertise, nous serons en sécurité.
Inconsidéré ou non, Asteria avait le don de se croire intouchable lorsqu’elle était entourée d’armes à feu. Et vu la qualité de l’équipement du militaire à ses côtés… Ce n’était pourtant pas de l’immaturité. Juste une confiance en elle démesurée qui d’une certaine manière était légitime. L’impressionnant arsenal lui faisant de l’oeil, la jeune femme se mettait à reconsidérer sa vision de l’armée.  
Si vous avez une idée à exposer, n’hésitez pas. Vous êtes un partenaire plus qu’un soldat, vous pouvez faire preuve d’initiative.
Si vous voulez partir maintenant, c’est aussi possible. Nous pouvons directement descendre depuis cette tour jusqu’en bas grâce aux ascenseurs. Comme vous êtes avec moi, ça ne nous prendra que moins d’une heure pour passer la sécurité entre le plan des astraux et des versos.

L’Astrale se releva et ouvrit un tiroir du bureau dans lequel reposait son fusil à pompe a double canon sciés. Elle accrocha le holster en cuir à son épaule pour qu’il se positionne dans son dos avant de placer la lourde arme à l’intérieur qui annonçait une puissance de feu assez conséquente. L’aisance avec laquelle elle maniait son arme trahissait des années d’expérience. Mais plus qu’une arme, c’était pour elle un compagnon de route. Des munitions vinrent s’ajouter à sa ceinture et dans certaines poches de son manteau puis le tiroir claqua en se fermant. C’était peu, comparé à Hex, mais ça semblait lui suffire amplement. Elle était prête à partir mais attendait cordialement la réponse de son partenaire. Ils pourraient toujours en profiter pour discuter sur la route si besoin.


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Ven 29 Juin - 16:25
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Une fois la permission de la propriétaire des lieux obtenue, Hex alluma la cigarette d’une longue flamme issue de son briquet. Quelques secondes furent nécessaires pour que l’ensemble prenne feu.
Après quelques inspirations, l’embout rougeoyant prit correctement, et le soldat pu prendre une bouffée de tabac, la recrachant sous la forme d’un petit nuage de fumée, ce dernier s’envolant vers le plafond de l’immense bureau de Kate.
Il se doutait bien que la jeune femme devait être déçue par la tournure des évènements et que de fait l’adjonction d’un garde du corps tel que lui devait probablement lui peser d’avantage qu’autre chose, mais l’armée était ainsi et on ne l’appelait pas la grande muette pour rien.
C’est donc grâce à elle qu’il rattrapa l’essentiel, écoutant attentivement comme si sa vie dépendait de ces informations ce qui, en un sens, n’était pas tout à fait faux.
Le rang de la jeune femme en face de lui se fit encore un peu plus éclatant que ce qu’il pensait, ce n’était pas qu’une astrale parmi tant d’autre, c’était une astrale de rang supérieur, même parmi cette classe privilégiée. Le fait que la fille unique d’un riche entrepreneur devienne enquêtrice l’étonnait quelques peu, car il avait l’image des enfants bourgeois profitant de la richesse de leurs parents pour s’essayer à tout et n’importe quoi.
Mais le cas de l’héritière des Fox semblait bien différent et ce fut rapidement confirmé par la pile de dossier qu’elle lui lança sous les yeux.
Hex n’était pas vraiment un enquêteur de police, ses talents se trouvant plutôt dans l’action plutôt que dans l’enquête, à vrai dire son esprit était conditionné pour les manœuvres directes, les notions d’enquête et de recoupage administratif le dépassant largement.
Mais il fit l’effort de se pencher sur les dossiers devant lui ne pouvant s’empêcher de développer une certaine curiosité devant tout ce travail de fourmis. Certains documents mentionnaient des horaires, d’autres des notes manuscrites, mais ce qui lui parla le plus fut le plan des bâtiments qu’ils allaient devoir visiter selon les dires de la jeune femme.
Sa concentration se décupla quand le soldat vit là quelque chose qu’il savait faire : tirant un petit rayon d’une de ses poches, il entoura chaque entrée, tachant de retenir méthodiquement les passages les plus sûr en fonction du reste du terrain.
C’était là un réflexe que l’on ne trouvait que chez peu de soldat, mais c’était un talent inné chez lui et en quelques sorte, Hex envisageait déjà le pire, tachant d’estimer les chances de survie du duo en cas d’imprévu.
Quand Kate lui fit la remarque sur son armure, il envisagea rapidement de l’enlever avant de renoncer à cette idée assez rapidement.

-Mieux vos garder l’armure, même si elle nous empêche de progresser dans certains passages étroits, je peux toujours servir de bouclier en cas d’urgence, de plus… es quartiers sont très fermés sur eux même. Mes expériences dans les milieux similaires me fait dire que notre couverture sera grillée dès que nous poserons le pied dans le quartier.


Cette expérience était tirée de sa dernière mission dans les mines d’Hinaus. Là-bas il était inutile d’essayer de preuve de la moindre discrétion, car tout se savait, les informations circulant bien plus vite dans les communautés fermées qu’ailleurs.
C’est donc à cause de cela qu’il préféra oublier la notion de discrétion.
Il fallait de plus prendre en compte que l’environnement risquait d’être confiné et que d’après son expérience, mieux valait une solide protection dans un tel lieu plutôt qu’une bonne liberté de mouvement.
C’était d’ailleurs pour cela que certaines unités d’assaut en milieu confinées étaient dotées d’armures assistées. Ces dernières les rendaient certes lent, mais encaissaient des coups terribles sans broncher.

-Et ce n’est pas contre vous, mais vous n’appartenez clairement pas à la caste des verseaux, mieux vaut prévoir une force de frappe conséquente au cas où. Mais je suis d’accord sur un point : l’armement lourd serait un encombrement inutile vous me permettrez donc de laisser mon fusil de côté pour quelque chose de plus pratique.


Ce faisant il se mit en devoir de déconnecter l’imposant fusil expérimental de son dos, attendant que la jeune femme ai fini de se préparer avant de lui demander de redescendre jusqu’au garage.
De là, il déposa l’arme maghitèque dans son rangement avant de se saisir de l’épée tronçonneuse reçue récemment.
Là encore c’était l’effet psychologique qui était recherché, car une arme hurlante pouvant offrir une mort horrible à quiconque s’approcherait trop près ferait sans doute plus d’effet qu’un fusil que personne n’avait encore jamais vu.
L’esprit humain était plutôt basique et le son strident d’une telle arme était déjà une arme en soit. Il fit quelques mouvements avec avant de la connecter à son paquetage dorsal via son canon d’avant-bras.
À peine l’énergie gagna-t-elle l’épée qu’Hex appuya sur la poignée, déclenchant un ronflement et une mise en rotation des dents acérées, promettant une mort douloureuse à toute personne touchée.
Satisfait du test, il lui fit regagner sa place avant de garnir l’espace gagné de munitions de pistolet.
Son réservoir de combustible devant normalement être plein.

Il remarqua tout de même que Kate c’était aussi préparée au pire, délaissant les armes élégantes des astraux habituelles pour un fusil à canon scié étonnamment simple.
Le lieutenant regarda l’arme dans son étuis ainsi que la quantité de munition emportée, ne pouvant s’empêcher un petit commentaire.

-À voir l’équipement que vous prenez j’ai l’impression que vous avez une idée de là ou on se dirige, vous vous en êtes servis souvent de votre fusil ?


Il n’y avait pas de moquerie, dans son ton, simplement une question car il voyait mal comment une astrale de son rang pouvait avoir l’occasion de se servir d’un fusil de gros calibre, surtout pour un modèle aussi brutal.
Les calibre douze étaient souvent une arme de chasse, mais pouvait aussi être des armes de guerre terrible, sans compter son apparence qui était plus qu’intimidante.
Ils finirent par prendre place dans l’ascenseur, l’engin descendant lentement vers les sous-sols pour s’arrêter dans un étage de passage ou des miliciens lourdement armées interdisaient le passage.
Ils durent descendre de la cage pour que les hommes d’arme consultent leurs papiers.

-Vos papiers !

Vociféra ce qui devait être le chef du groupe.
Ce dernier se montra cependant bien plus courtois avec l’astral, y mettant même des manières.
Hex dut cependant présenter sa carte militaire qui lui fut presque arrachée des mains.
Le petit groupe se pencha sur la carte avant d’écarquiller les yeux. Le chef appela ses hommes pour leurs montrer la carte, suite à quoi il s’empressa de la rendre poliment.

-Désolé Lieutenant Hekmatyar, vous pouvez passer ! Désolé du dérangement !


L’ambiance avait diamétralement changée, et il leur fut demandé de regagner l’ascenseur ou un soldat inséra une clé qui déverrouilla la commande de descente aux étages inférieurs.
La porte se referma lourdement sur le duo avant de commencer à se remettre en marche.

La lumière du dessus finit par décliner à mesure que l’élévateur s’enfonçait dans les entrailles de la ville. Hex vit les beaux quartiers disparaitre sous une couche d’acier et de béton, et l’air frai de la surface fini par devenir plus lourd.
Sa seule réaction fut d’envoyer un regard appuyé à Kate avant d’enfiler son casque qu’il verrouilla solidement, faisant disparaitre son visage sous une couche de métal protectrice

-Les deux pieds dans la gueule du loup hein ?


Avant même que les portes s’ouvrirent, le Lieutenant vérifia une dernière fois l’état de son materiel, insérant un chargeur plein dans son pistolet avant d’en armer la culasse.




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Sam 30 Juin - 22:07
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
Asteria laissa le temps qu’il fallait à Hex pour mémoriser les plans, mais prit la peine de récolter ceux sur lesquels il avait apposé sa griffe avant de partir. On n’était jamais sûr de ce dont on aurait besoin.  Elle les enfourna dans une poche intérieur de son manteau avant de conduire le militaire là où sa moto avait été disposée. Ils repassèrent à travers l’immense demeure des Fox sans croiser personne d’autres que des domestiques qui les saluèrent. La détective laissa ses instructions quand à son départ, notamment de prévenir son père si quelque chose lui arrivait et qu’elle ne rentrait pas dans quelques jours.

S’en suivirent plusieurs minutes de descente grâce à de nombreux ascenseurs se relayant, offrant tantôt une vue imprenable sur la ville, tantôt une vue de l’intérieur où avait été disposé des jardins verticaux sur des dizaines et des dizaines de mètres le long de l’ascenseur. Ils croisèrent quelques jardiniers descendant en rappel pour s’occuper des plantes tropicales et exotiques, qui les gratifièrent de quelques sourires. Asteria posée contre une vitre, repensait aux paroles du militaire. "Mes expériences dans les milieux similaires me fait dire que notre couverture sera grillée dès que nous poserons le pied dans le quartier." Il n’avait pas tôt à vrai dire. Elle s’était rendue plusieurs fois dans le quartier des versos et même si elle pouvait se montrer discrète et se fondre dans la masse, cela demandait une certaine préparation. Elle s’imaginait mal tenter une approche travaillée avec un soldat. Ils risquaient juste d’attirer beaucoup plus d’hostilité qu’à l’ordinaire. Et moins de réponses. Elle devrait faire avec.

Ce n’était pas que l’expérience ne l’enchantait pas, au contraire. Elle appréciait le manque de finesse parfois. Si ce n’était pas le cas, elle ne s’amuserait pas à partir en mission avec un fusil à pompe. Ce qui dénotait par rapport à sa profession et son amour du secret. Mais elle aimait faire du bruit. Elle aimait qu’on la remarque, être au centre de l’attention, qu’on la craigne et par dessus tout qu’on reconnaisse sa supériorité. Quand elle tirait avec son arme, elle voulait qu’on sache qui avait tiré, qui avait si peu besoin des ombres pour avoir le dessus. Manquer de discrétion méritait, plus que d’habitude, qu’elle se comporte en reine irréprochable. Que les bas fonds se préparent, l’Astrale arrivait, et elle bouclerait cette mission d’une main de maître.

Allez pour l’armement lourd. Elle se ferait une joie de se servir de son atout comme il se devait. Un petit sourire triomphant naquit sur ses lèvres pour ne plus disparaître. Ses pupilles commencèrent à se dilater sous l’effet de la drogue lorsqu’il arrivèrent au garage. Asteria émit un petit sifflement peu digne de son rang en observant la moto à chenille qui trônait devant le duo. Elle s’approcha pour détailler la mécanique plus en détail alors qu’Hex s’équipait plus convenablement. L’épée tronçonneuse rugit, le son se répercutant de brutalement dans le hangar peu éclairé et vide, la tirant de sa contemplation. Leur regard se croisèrent un instant avant que celui du lieutenant se glisse vers la crosse de l’arme qui dépassait de son dos.
- À voir l’équipement que vous prenez j’ai l’impression que vous avez une idée de là ou on se dirige, vous vous en êtes servis souvent de votre fusil ?


Un air pensif se dessina sur ses traits alors qu'elle se remémorait ses années d'entraînement. Elle avait sûrement manié plus d'arme différentes que la plus part des militaires de daénastre. Elle avait touché à tout et le faisait encore très régulièrement aujourd'hui, notamment dans ses appartement du second quartier où se trouvaient assez d'engins pour armer un poste de milice. Tirer lui apporter la même satisfaction que de contempler les plaines d'Ünellia depuis les hauteurs. Une incroyable tranquillité ainsi que l'excitation d'un défi à relever qui ne lui appartenait qu'à elle. Et qu'elle seule pouvait accomplir. Une précision parfaite. Pour rien au monde elle n'aurait renoncé aux armes à feu.
Plus que vous ne pourriez le croire, lieutenant. J’ai grandi au milieu des munitions et des coups de feu. Mon père m’a éduqué à manier une grande partie de l’arsenal que nous vendons.
Elle donna un coup de menton vers l’emplacement du fusil magithèque.
Je pourrais probablement le manier sans soucis si vous m’en laissez l’occasion un jour. Même si je doute d’atteindre votre efficacité. Si ça vous dit, nous pourrions passer au champ de tir de nos usines, après la mission, pour un petit concours. Si je gagne, vous me laisserez tester votre armement. Si vous gagnez… Je vous offre l’arme que vous voulez. Mais pour ça, il faudra juste rester en vie.

La détective lui offrit un regard entendu saupoudré d’un sourire en coin avant de continuer leur périple. Elle discuta brièvement et amicalement avec les miliciens lors de leur descente tout en notant leur comportement à l’égard de son partenaire. Quand l’ascenseur se mit en marche, c’était une tout autre atmosphère qui les attendait. Ici, plus aucune baie vitrée pour admirer la vue. Juste un long couloir vertical et vide dont la tapisserie tombait en morceau. L’air se transforma petit à petit et une ambiance lourde se posa sur leurs épaules. Les bas-fonds étaient autant la lie d’Alexandria que de celles des Astraux. Ils avaient créer la déchéance qui régnait ici et tentait tant bien que mal de l’étouffer dans la plus grande des impunités. Leur plus grande honte dissimulé en plein milieu de la capitale.

— Les deux pieds dans la gueule du loup, hein ?

Il ne croyait pas si bien dire.

Allons mettre un coup de pied dans la fourmilière maintenant que nous sommes là. Vous semblez connu dans les forces armées. Des faits d’arme notoires dont je devrais être au courant ?

Les portes finirent par s’ouvrir, découvrant le hall miteux d’un bâtiment dortoir. Quelques habitants dévisagèrent avec surprise la boite de conserve cauchemardesque et la jeune femme à la délicatesse antithétique qui s’éclipsèrent jusque dans la rue. Bien qu’en plein milieu de la journée, le quartier des versos se trouvait dans une pénombre quasi permanente. Les nombreuses lucioles des bâtiments partageaient les rares trous qui perçaient la seconde surface pour apporter un semblant de lumière. Asteria appela un fiacre qu’elle dirigea vers l’enceinte nord de Cyrus, après quelques difficultés à faire passer Hex sans défoncer la porte de bois fragile.

Agissons le plus naturellement possible à partir de maintenant. Marchez sans hésitation, le regard droit. Comme si vous saviez parfaitement ce que vous faites. Si quelqu’un nous trouve à un endroit où ne devrions pas être, laissez moi parler avant d’intervenir. Tout s’achète, ici. Il nous suffit de trouver le bon prix.

L’Astrale fit faire plusieurs tours de quartiers à leur voiture afin de repérer l’endroit qui semblait le moins dangereux à inspecter. Effectivement, rien ne pourrait laisser penser que quelque chose se tramait ici. Peut être même que ses observations étaient complètement fausses. Un léger doute l’assaillit mais les observations avaient été conduites à des heures très précises et certains jours seulement. Il était donc normal qu’elle ne puisse rien détecter en quelques minutes. C’était même encourageant. Il était peu probable que leur investigations soient repérés avant de trouver des preuves quelconques. Elle fit arrêter leur véhicule devant ce qui lui semblait être le bâtiment le plus discret de la zone et descendit suivit d’Hex.

Ils entrèrent à l’intérieur de la bâtisse dont les premiers étages ressemblaient à des squats au vu des fenêtres brisées, remplacées par des planches de bois ou des matelas défoncés. Le hall était jonché de gravats dans une pénombre plus qu’inquiétante. Dans un coin, une lueur rougeâtre brillait faiblement, dont un léger filet de fumée s’élevait pour disparaître dans les ombres. Un homme ou plutôt une force de la nature se tenait juste derrière, un cigare entre les lèvres. Les bras croisées, gros comme la largeur d’Asteria, il était totalement immobile. Statue désoeuvré ou gardien effrayant, ils allaient bientôt le savoir. La détective se dirigea vers l’escalier qui menait au sous-sol et comme prévu, le géant de marbre s’agita :
Et où tu crois aller com' ça, ma mignonne ?

La jeune femme fit face à l’inconnu, à bonne distance, avec toute l’assurance dont elle pouvait faire preuve :
Nous avons été demandé.

Les mensonges les plus simples étaient les plus difficiles à discerner. Elle soutint le regard du gardien avec naturel, attendant simplement sa réponse. C'était osé. Derrière, elle sentait l’ombre menaçante du lieutenant Hekmatyar bouger lentement pour se placer juste à portée, au cas où les choses dégénérerait.
D’mandés ? Haha. Y’a personne qui se fait d’mander par ici ! Vous devriez vous barrer. S’pa votr’ territoire.
Raté. Son ton était pourtant amical. Comme un ami vous conseillant la meilleure chose à faire pour rester en vie. L’ombre du géant grandissait perceptiblement lorsqu’il quitta son appui du mur.

Allez, on veut pas de rigolo et de putain. Menaça-t-il cette fois en désignant la sortie avec un pouce dont une phalange manquait. Son cigare rougeoyait toujours entre ses dents, éclairant faiblement son visage. La dangerosité du gaillard était réelle. Il aurait pu tenir le visage de l’Astrale dans une seule main et peut être l’éclater d’une pression.

Asteria sourit pourtant. Soit ils étaient réellement tombés sur le territoire d’un gang, soit il y avait peut être quelque chose de plus intéressant à découvrir qu’un trafic de drogue ou d’arme.
Je crois que nous allons rester au contraire. J’aime le quartier.

La situation était délicate, mais elle était prête à s’élancer dans une roulade pour s’esquiver. Le géant cracha son cigare au sol avec toute la lenteur dont il pouvait faire preuve. Elle se demandait vraiment où elle avait appris à négocier parfois…


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Mar 3 Juil - 17:52
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Des faits d’armes ? Il n’y en avait aucun qui lui venait en tête immédiatement, en guise de toute réponse, il sortit une des médailles qu’il transportait toujours avec lui.
C’était une représentation stylisée d’ailes faites en argent massif et rehaussées par endroit par de l’or fin, une décoration très reconnue partout en Daenastre mais décernée uniquement aux soldats les plus dévoués : les ailes d’argent

-Disons que c’est un tout, et que je suis dans l’armée depuis suffisamment longtemps pour avoir eu ça

Glissa-t-il avant de ranger la médaille dans son sac, la préservant ainsi des agressions extérieures.
Les bas-fonds portaient bien leurs noms, et à peine les portent s’ouvrirent-elle que le Lieutenant fronça les sourcils en voyant les lieux qui allait leur servir pour l’enquête. L’obscurité était profonde, et les nombreux recoins mal éclairés n’aidaient pas à rendre une ambiance saine.
L’arme au poing, Hex embarqua dans la voiture, confiant dans son armure pour lui éviter une balle surprise, il se demandait d’ailleurs comment la jeune enquêtrice pouvait paraitre aussi détendue dans cet endroit. Les personnes fuyaient le duo et leurs véhicules, se réfugiant dans les ombres à chaque fois qu’ils voyaient les phares de l’engin.
Hex ne pouvait s’empêcher de tourner son casque dans toutes les directions pour identifier les zones hostiles. Malheureusement, il y en avait tellement que c’était peine perdue et il dut finir par se rabattre sur l’environnement proche.

Le soldat avait une certaine admiration pour l’enquêtrice qui semblait évoluer dans ce milieu qui n’était pas le sien comme si elle y avait vécu. Le jeune homme s’il n’était pas forcément le plus inexpérimenté se sentait tout de même en danger dans cet endroit qui exultait la pauvreté et le crime.
Pendant les rares moments d’accalmie, le Lieutenant vérifiais et revérifiais son matériel, surtout le bon fonctionnement de son exosquelette qui s’il supportait sa cuirasse permettait également d’amplifier sa force. Les vérins sous l’armure sifflèrent légèrement en signe de bon fonctionnement.
Intervenir en milieu urbain était toujours compliqué, c’était quelque chose de rare que seul la milice maitrisait réellement, le spectre des menaces étant beaucoup plus élevé, il fallait en général compter sur plusieurs escouades pour avancer sereinement, mais dans le cas présent il n’y avait que deux personnes dont une étant celle à protéger ;
Finalement, l’astrale opta pour un des sites à inspecter, un endroit qui pour Hex n’était guère différent des autres, des murs sales, des fenêtres brisées et des ombres permanentes…
L’entrée de ce dernier était gardée par une immense forme sombre qui se devinait uniquement grâce au rougeoiement de son cigare.
Hex sorti dégagea discrètement l’accès à son épée, sentant qu’il n’était pas là pour simplement fumer son tabac.
Cette impression ne rata pas quand ce dernier s’agita alors que la détective tachait de gagner le sous-sol. Cette dernière semblait oublier que chaque immeuble devait être un repère de malfrat quelconque et que chaque accès serait difficile. Et alors que la montagne de muscle lui disait clairement de foutre le camp, cette dernière décida de le provoquer.

Les lois du monde de dessous devaient être plutôt simple et alors que le géant crachait son cigare, pour s’approcher, Hex verrouilla son heaume, se plantant directement devant le géant, formant un rempart d’acier et de chair devant Kate.

-J’ai dit pas d’rigolo sur not’ territoire, c’est ton casque qui te rend sourd ?

Le militaire ne répondit pas, observant le géant sans émettre le moindre son sinon celui de son générateur en train de chauffer.
Le colosse perdait patience et une main démesurée se posa sur l’épaule du soldat avec une fraction de ce qui avait été l’attitude amicale du début

-J’sais pas pourquoi une trainée d’Astrale et son toutou viennent ici, mais si vous voulez pas repartir les pieds devant barrez-vous.

La réponse du soldat pris la forme d’un coup puissant porté avec son gantelet. La comète d’acier remonta bien plus vite que ne l’avait anticipé le géant et décuplée comme elle l’était par l’exosquelette, la force du coup s’enfonça profondément dans l’estomac écrasant une partie de la rate du malfrat.
Pris par surprise, ce dernier tituba en arrière de quelques pas avant de commencer à rendre son déjeuner sur le sol dans une série de bruit peu ragoutant.
Le Lieutenant tira son épée, plaçant un violent coup de botte au garde pour le mettre sur le dos.
Les dents de l’arme s’approchèrent doucement de son visage alors que le heaume du soldat s’abaissa vers lui.

-On visite pour les travaux, je dois commencer le ravalement chez toi maintenant ou pas ?

Il y avait un petit sourire en coin chez Hex, mais qui était heureusement dissimulé par son casque. L’épée resta suspendue au-dessus du colosse un petit moment avant que le jeune homme ne lance un coup de pommeau en plein dans le front de ce dernier, l’envoyant dormir pendant quelques heures.
Il se redressa avant de lui désigner les escaliers d’un geste théâtral.

-Je viens de négocier notre accès, mais il faudra prévoir d’autres arguments pour nos prochains passages car les prochains seront surement moins enclin à négocier de la sorte
Peut-être qu’il nous faudra des arguments plus…. Percutant


Peut-être car il était difficile de prévoir ce qu’ils pouvaient bien trouver la dessous. De la drogue ? Des armes ? D’autre malfrat ? Ou tout simplement rien ? Impossible à dire pour quiconque n’était pas au courant de ce qui se tramait, la seule chose sur était que la présence du duo dans les étages inférieurs risquait d’être plutôt mal prise par les locaux, surtout si on découvrait que le garde à l’entrée avait été assommé.

-Alors Kate ? On continue ?

C’était une véritable question, après tout il était engagé pour la protéger peu importe sa destination. La cage d’escalier était peu engageante, et Hex vérifia le niveau de carburant de son gantelet avant de replacer son épée dans son fourreau





Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Ven 6 Juil - 14:28
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
Asteria s’était reculée tranquillement lorsqu’Hex avait pris les devants. La scène s’était déroulée en quelques secondes à partir de ce moment. Et avec une efficacité redoutable. Elle ne put s’empêcher de lâcher un petit «Pas mal» impressionné alors que la tête du géant venait de toucher terre pour un repos bien mérité. Elle se demandait si son statut transparaissait tant que ça, si c’était le cas, elle pourrait peut être en tirer avantage.
-Je viens de négocier notre accès, mais il faudra prévoir d’autres arguments pour nos prochains passages car les prochains seront surement moins enclin à négocier de la sorte. Peut-être qu’il nous faudra des arguments plus…. Percutant

Il n’avait pas tort. Elle avait eu beau provoquer le gros matou pour voir de quoi était capable le lieutenant, c’était quelque peu inconsidéré. Enfin, il fallait bien l’évaluer à un moment ou un autre, et quoi de mieux que de le faire maintenant, plutôt qu’en plein milieu de la panade. Son compagnon avait réglé la situation en douceur. Asteria sentait qu’elle pouvait lui faire confiance en cas d’incident. Et c’était la le plus important.
Je pense qu’avec vos talents, nous n’aurons pas de problème à trouver plus percutant. Mais tâchons de faire profil bas désormais. Nous avons passé le gardien. Essayons juste de trouver un endroit pour cacher le corps…

Ce faisant, l’Astrale se mit à explorer le hall. Un comptoir pouvait faire office de cachette provisoire. Elle demanda à Hex de tirer le géant à derrière alors qu’elle fouillait les tiroirs poussiéreux à la recherche d’informations. Elle ne trouva qu’un fouillis d’objets inutiles avec des fonds de bouteilles. Rien qui ne pouvait lui servir. Mais c’était plutôt évident. Elle renversa l’alcool restant sur leur victime avant de disposer les bouteilles à côté de lui. Si ça pouvait leurrer les plus stupides, pourquoi pas. Peut être qu’ils croiraient à une bonne cuite. Surtout que le gaillard commençait à faire un bruit de chaudière ronronnante.
Bien, allons y. Le plus vite on rentrera dans le vif, le plus vite on sortira.

Ils se dirigèrent ensuite vers les sous sols. Ici, rien qui ne pouvait sortir de l’ordinaire. Des caves sombres et poussiéreuse s’étendant sur plusieurs niveaux et sur toute la surface du bâtiment. Autant dire, une belle portion rempli de tout ce qu’on pouvait imaginer. Mais ce n’était pas ce qui intéressait la détective. Ils descendirent des escaliers illuminés par des lampes au gaz qu’il leur fallait allumer à la recherche de quelque chose de bien précis. Ce n’est qu’au cinquième et dernier sous sols qu’Asteria se décida à explorer l’étage. L’air était encore plus lourd et la fraîcheur souterraine s’adaptait parfaitement à l’apparent vide des lieux. Une couche de saleté humide recouvrait chaque mur ou objet posés. Personne ne semblait être venu ici depuis des années.

Elle marcha alors vers un point bien précis, l’endroit où devait se trouver l’ascenseur permettant d’accéder aux fondations. Celui-ci était sensé être protégé pour éviter que n’importe qui puisse y accéder. Mais à la place se trouvait… Un mur.
Hum… L’accès aux fondations devrait se trouver ici, avoua-t-elle plus pour elle même que son compagnon. Peut être que…

Asteria se rapprocha du mur pour l’observer de plus près. Le recouvrement était à moitié démoli par endroit, laissant voir des briques. La différence était qu’elles se paraient d’un rouge criant quand toutes celles autour avait subi les affres des années. Quelqu’un avait pris la peine de construire une paroi pour bloquer l’entrée. C’était embêtant. Elle doutait que le lieutenant ait assez de force pour le détruire. Quand bien même, ils avaient autre chose à faire que de perdre des heures à jouer au démolisseur.
On est peut être sur une piste… Vous avez peur du vide ?

Elle offrit un sourire en coin à l’armure avant de se diriger dans un local vide juste à côté de la soit-disante entrée pour les bas fonds. A l’intérieur, une porte en métal renforcée bloquait l’accès avec un panneau rouge à moitié retenu "DEFENSE D’ENTRER".  Elle préférait ne pas tirer pour défoncer la serrure, tâchant de rester discrète.
Vous pourriez vous en occuper ? demanda-t-elle en s’éloignant un peu.

Quelques instants plus tard, ils entrèrent donc dans la salle de maintenance de l’ascenseur. L’imposant mécanisme des contrepoids était disposé devant un trou du noirceur insondable. Des filins d’acier tendus s’engouffrait dans le puits alors qu’un courant d’air faisait voleter les cheveux de la blonde. La vision était assez étourdissante. C’était comme regardait dans les entrailles de la terre en frissonnant de peur à l’idée de croiser le regard du diable. Asteria elle même n’était plus si sûre de son idée. L’ascenseur qui menait aux étages inférieurs n’était pas là. La seule manière de descendre était de s’accrocher à un des filins et de se laisser glisser… Le rythme de son coeur s’accéléra. C’était l’une des choses les plus folles qu’elle aller faire de sa vie. Elle pourrait atterrir n’importe où. Malgré elle, elle s’imaginait mille et un scénario dans lequel elle découvrait un secret antique et millénaire dans les entrailles de Daënastre. La demeure des architectes, un artefact perdu, une secte vénérant l’inconnu, un gang de chèvre… Tant qu’elle ne s’y rendait pas, tout était possible. Elle en devenait surexcitée.
Toujours partant ? dit-elle d’une voix tremblante.


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Sam 14 Juil - 19:12
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Sans grande surprise, la jeune femme trouva rapidement un moyen de se débarrasser du corps ; le militaire traina sans rechigner le garde derrière le comptoir, observant la jeune femme renverser de l’alcool sur ce dernier avant de laisser le cadavre de la bouteille à côté de lui.
C’était un stratagème auquel il n’avait encore jamais pensé, mais qu’il garderait en mémoire pour un autre jour. Apprendre sur le train était très important si l’on voulait rester dans la course ainsi chaque petite astuce était bonne à prendre.
L’inspection des sous-sols se fit minutieuse mais ne révéla rien de particulier, le soldat étant de toute façon davantage concentré sur la recherche de menace que sur celle d’indice.
C’était de toute manière le travail de Kate, et il faisait confiance en l’instant du détective pour trouver une piste.
Quand cette dernière décida de pousser l’inspection au dernier sous-sol, Hex ne fit pas le moindre commentaire, passant simplement devant pour éviter tout danger à la jeune femme.
Toujours passer devant n’était bien entendu pas un moyen de se mettre en avant, mais on protégeait toujours mieux les gens en se plaçant entre une arme et eux qu’en restant derrière.
Sa propre fouille ne révéla une fois de plus strictement rien, même s’il fallait avouer que l’ambiance de cette cave avait tout de glauque. À cela il fallait ajouter que le binôme se retrouvait au pire endroit possible, isolés de la surface, ils étaient pris au piège étant donné que le seul accès possible se trouvait être le point d’entrée d’un groupe ennemi.
Finalement la détective s’arrêta devant un mur de pierre que le soldat ne différenciait pas des autres, et ce ne fut qu’après l’examen par la jeune femme de ce dernier qu’il vit effectivement une différence notable.
Un mur refais à neuf parmi cette cave, cela sonnait comme une horloge au milieu d’une tente Mytranne : très hors de propos.
Ainsi quand elle annonça qu’une piste venait sans doute d’être trouvée, le soldat eu un soupir de soulagement, car se voyant difficilement faire chaque immeuble du quartier ainsi.

-Du vide ? Pas vraiment pourquoi ?

Mais sa question n’eut pas de réponse immédiatement, et son travail se fit soudainement jour alors qu’une porte récalcitrante leur bloquaient la voie.
Le jeune homme observa l’ensemble de la porte, cherchant la meilleure façon de l’ouvrir.
Vu que la détective n’avait pas souhaité l’ouvrir au fusil, il trancha pour quelque chose de plus simple.
Sa main se plaça sur la poignée et tenta de forcer cette dernière qui ne bougea pas d’un pouce. Le verrou avait été solidement mis en place. Sans doute était-il bien plus récent que ce que le laissait deviner le lieu.
Finalement cela fut réglé par un coup de pied assisté au niveau de ce dernier.
Quelque chose de non prévu se passa néanmoins, le verrou encaissa le choc sans broncher, mais ce fut le mur qui supportait les gonds de la porte. Les moellons se brisèrent, emportant les gonds avec eux et la porte s’ouvrit dans le mauvais sens.
Hex la rattrapa in-extremis pour l’empêcher de griller toute couverture.
Le binôme se retrouva ainsi devant une puit sombre qui ne laissait rien entrevoir à de ce qui pouvait se trouver en bas.
La question précédente prit donc tout son sens. Hex prit le temps de soulever sa visière avant de lancer un petit sourire à la jeune femme.

-La voie la plus directe hein…. Bah…

Toujours partant ? C’était justement ce genre de chose qu’il cherchait avec hargne, changer d’une simple petite mission de routine…
Ainsi ce fut le premier à se saisir du filin, ses gantelets de fer assistés se refermant autour du câble et son pied se postant au-dessus du vide.

-Bien sûr ! C’est maintenant que cela deviens intéressant. Dans la gueule du loup, comme tout à l’heure.

Lança-t-il avant de refermer sa visière et de se jeter dans le vide. Vivre sur la limite, voilà ce qui le faisait vibrer, et son cœur se mit à battre plus fort sous sa cuirasse.
Le vide l’accueillit dans ses bras et l’avala sans aucune pitié.
Le filin d’acier aurait sans doute réduit ses mains en lambeaux si elles n’avaient été cuirassés, de petites étincelles se faisaient jour alors que la vitesse augmentait.
L’obscurité ne laissait pas voir le fond et le moment que le soldat passa à descendre sembla durer à la fois des heures et à la fois quelques dixièmes.
Un reflet le fit serrer son gantelet, et les étincelles se firent bien plus vives alors que la vitesse était convertie en chaleur.
Finalement ce fut à une vitesse raisonnable que les deux bottes de Hex touchèrent le sol. Enfin le sol…
Le soldat s’enfonça jusqu’aux genoux dans ce qui semblait être de l’eau mais qui était bien plus dense, et brusquement, Hex se remercia d’avoir insisté pour porter son armure complète.
Lame au clair, il fit quelques pas dans la fange, tachant d’ignorer la furieuse envie qu’il avait d’allumer son lance flamme.
Mais comment savoir dans quoi il marchait ?

À vrai dire c’était sa première fois dans un environnement pareil, ce qui allait suivre risquait de se révéler intéressant. Le plus long fut tout de même d’attendre Asteria, et quelque chose lui hurlait que la situation n’était pas bonne.
Des légendes urbaines circulaient sur un fléau, des créatures rodant dans les bas-fonds, se nourrissant d’êtres humains… mais jamais rien n’avait filtré jusque-là.
Ce fut presque par reflexe qu’il agrippa son arme tronçonneuse remarquant soudainement qu’il n’était pas arrivé à un étage habité, mais plutôt sous la surface , prévue comme pouvait en témoigner les parfois de terre sur les côtés…

Merde….




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Dim 15 Juil - 15:07
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
La jeune femme sourit en voyant son compagnon sauter dans l’obscurité sans hésiter une seconde. Voilà que les choses devenaient intéressantes. Malgré toute l’excitation dont elle faisait preuve, ce n’était pas suffisant pour servir d’armure complète et la protéger de l’échauffement de ses mains. Elle retourna dans le couloir afin de trouver une morceau de tissus assez long qu’elle fit tremper dans l’eau croupie avant de revenir s’accrocher au filin d’acier. Sa lente descente commença alors. Elle n’avait aucune idée de combien de temps elle devrait descendre, mais n’entendant aucun bruit venant du fond, elle espérait que le lieutenant ne se trouvait pas un vide insondable dans lequel il avait chuté. Elle décida de placer le tissus au niveau de son coude afin d’avoir une main libre pour allumer un briquet durant sa descente. Tout autour, elle discernait, bien que difficilement, les parois de la cage d’ascenseur côtoyant le réseau de tuyauterie du bâtiment. Asteria remercia silencieusement son entraînement si intense au tir, qui lui offrait une condition physique suffisante pour se lancer dans ce genre de folie…


Ambiance:
 

Le lieutenant Hexmatyar était lui dans une situation beaucoup moins enviable. Le corps immergé à moitié dans une eau glacée à la composition inconnue. L’odeur rappelant la charogne en décomposition qui pouvait tout aussi bien être une eau croupie depuis des mois. L’endroit semblait complètement vide. Les parois de terre donnaient sur des tunnels d’une noirceur totale. Le filin derrière lui menait pourtant juste avant sur un ascenseur… S’il se penchait assez, il pouvait voir l’énorme cage immergé sous l’eau, complètement écrasée comme si elle avait chuté de toute sa hauteur.  Un mouvement sous l’eau caressa la plaque de métal de l’armure, provoquant un remous si léger qu’il était presque imperceptible. Mais dans ce silence, chaque goutte d’eau s’écrasant devenait un coup de tambour, chaque éclat dans l’obscurité, un phare menaçant…



Pendant la descente, Asteria eut l’occasion d’observer une chose que le lieutenant avait raté compte tenu de sa vitesse. Le contrepoids de l’ascenseur. Bloqué, dans le mur. Comme jeté avec tant de force qu’il s’était explosé dans celui-ci. L’Astrale s’arrêta un instant et tenta de rapprocher le briquet dans sa main pour essayer de comprendre ce qu’il s’était passé. Ca n’avait aucun sens. Elle ne savait pas à combien de mètre du sol elle se trouvait, mais elle ne voyait pas comment quelque chose aurait pu envoyer valser un objet de plusieurs centaines de kilos comme si c’était une brindille. Elle plissa les yeux pour espérer discerner plus de détail. Sur l’énorme plaque, des traces avait entamées le métal. Et lorsqu’Asteria comprit qu’il s’agissait d’immense griffures, elle en lâcha le briquet de surprise…



Dans l’obscurité omniprésente, les yeux du lieutenant s’habituaient peu à peu. Mais sans source de lumière, il était impossible pour un être humain de percevoir quoi que ce soit. Source de lumière qui ne tarda pas à venir du plafond, par l’intermédiaire d’un petit briquet. Le moment de luminosité n’avait duré qu’une seconde. Une seconde bien longue qui permit à la petite flamme d’éclairer la cave où le soldat se trouvait, révélant une série de forme tapie dans les ombres. Des formes aussi grande qu’un homme, les yeux luisant comme les chats dans la nuit, immobiles, parfois même sous l’eau. Chaque forme disposait d’une apparence humaine, mais également de quelque chose de trop étrange pour que le lieutenant ait eu le temps de comprendre. Les créatures suivirent du regard la chute de l’objet, où n’était-ce que le reflet de la lumière dans leurs yeux morts, avant de finir sa course dans un "plouf" sonore. A cet instant, l’obscurité se fit à nouveau et une nuée de cris explosa, telles des chauves souris dérangés dans leur sommeil. Les mouvements se firent beaucoup plus clairs et non plus seulement à la périphérie du regard du lieutenant, ainsi qu’à ses pieds dans l’eau, alors que des formes semblaient longer ses jambes pour fuir le plus vite possible. La cacophonie semblaient venir de créatures démoniaques, du genre que racontent les légendes lorsque les hommes creusent trop profond dans la montagne. Et enfin, le silence… Ces monstres réagiraient donc au son plus qu’à la lumière ? Pour l’instant, plus rien n’était resté autour du soldat. Les ombres avaient fuient.
Créature:
 



Asteria avait bien sûr entendu le raffut qui avait suivi la perte de sa seule source de lumière. Elle ne se douta pourtant de rien de plus qu’une nuée de chauve souris. Son coeur battait la chamade. L’effort pour rester perchée à une corde pendant autant de temps était plus important qu’escompté. Elle se décida à parcourir les derniers mètres à l’aveugle, descendant plus vite. Qu’elle n’ait aucune nouvelle du lieutenant n’était pas si étrange. Ils se devaient de rester discret et hurler à la lune en territoire potentiellement ennemi n’était pas des plus malin. Elle atteignit enfin le sol. Ou plutôt, l’eau poisseuse, posant ses pieds sur la carcasse de l’ascenseur.
Merde…


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Mer 18 Juil - 18:13
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Une étincelle de lumière, une simple petite flammèche qui suffit à éclairer la cave comme l’aurait fait une grenade flash. Un éclat suffisant pour y voir des atrocités telles que Hex n’en avait jamais vu, et sa main se serra autour de la garde de son épée à cette simple vision.
Cette dernière n’avait pas été complète et il y avait un étrange sentiment de manque là-dedans. Il vit la flammèche se refléter dans leurs yeux morts avant de s’éteindre dans un plouf sonore.
Ce simple petit bruit suffit à causer une panique sans précédent, et les créatures semblèrent prise de panique et s’enfuirent à toute jambe en hurlant.
Par réflexe, le militaire activa son bouclier, ce dernier repoussant brutalement toute forme physique hors de la portée de son propriétaire. La pierre se mit à rougeoyer en s’activant, mais rien ne vint heurter la barrière magique car toutes les créatures avaient fuis.
Le temps s’étira à nouveau et la respiration du militaire se fit plus sourde. Il entendit l’enquêtrice arriver par la corde.

Comme la reconnaissance des locaux semblait se faire sur le bruit plutôt que sur la vue, il actionna la commande de son lance flamme. Ce dernier fut actionné de telle manière à ce qu’il ne fasse qu’éclairer la pièce tout en consommant peu de carburant.
Les flammes laissèrent le duo voir l’intérieur de la cave, et montra par la même l’absence des créatures précédemment trouvées ici.
Hex se tourna vers la jeune femme, ses bottes heurtant quelques choses de solide sous la surface des eaux qui craqua en faisant remonter quelques bulles.

-Autant être honnête tout de suite, ce n’est pas ce qu’on est venu chercher… mais ça ne présage rien de bon pour autant… Si toute la ville est parsemée d’accès comme ça…

Et bien la situation stratégique passait de pas terrible à catastrophique, mais quant à savoir s’ils devaient continuer ou non… cela n’était pas de son ressort et l’enquêtrice déciderai elle-même de la suite des opérations.
La lumière laissa entrevoir l’eau dans laquelle ils marchaient. Cette dernière était un mélange visqueux d’eau croupie et de sang dans laquelle nageait des débris d’humain en plus ou moins bon état.
Les fragments d’un crane flottaient même à la surface, le tout formant un spectacle à retourner les âmes les plus plus sensible.
Fort heureusement le soldat était immunisé à ce genre de spectacle, et se contenta simplement de hausser les épaules.
D’étrange créatures devaient s’épanouir ici, le genre de bestioles qu’on n’avait pas forcément envie de voir, ce qui expliquait en partie que la porte ai été condamnée.
Mais le plus inquiétant provenait tout de même des traces dans le béton et de la cage d’ascenseur broyée… Quelques chose avec une force colossale avait dut se déchainer ici, mais il était difficile de savoir si cette dernière avait un lien avec les autres.

-Vos rumeurs parlaient de ce genre d’activités ? Parce que les miennes non…


Le soldat parlait à voix basse, comme si un excès de bruit risquait de réveiller quelque chose qui aurait dû dormir.
À vrai dire il regrettait de ne pas avoir emporté son fusil maghitèque . Si une arme tronçonneuse était terrible sur toute créature vivante, elle nécessitait tout de même de se rapprocher de la cible et au vu des dégâts qu’avait subis l’ascenseur, Hex doutait du bien-fondé de cette idée.
Il était plus prudent de remonter pour chercher des pistes, mais dans le cas présent…. Reculer serait dommage, et le soldat avait l’impression d’avoir mis le pied dans une histoire particulièrement compliquée, et par la même sacrément dangereuse.
Il désigna le fusil de la jeune femme qui était toujours dans son dos avant de dire :

-Si l’on continue plus en avant, je pense que le mieux serait de le tenir prêt à l’usage… des choses dangereuses rodent ici, et la profusion de cadavre n’aide pas à se sentir en sécurité…
Tu veux remonter ? Ou on continue ?


Le choix était ouvert, et si Hex avait envie de continuer pour percer ce mystère, il restait tout de même aux ordres de la détective.
Peut-être qu’un groupe de miliciens pleinement équipés seraient mieux adaptés, mais comme ces derniers ne descendaient jamais ici…. L’histoire risquait de rester à jamais enfouie ici. Et puis mis à part en remontant le long de la corde, le Lieutenant ne voyait pas vraiment comment ressortir d’ ici







Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Lun 13 Aoû - 17:21
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
-Autant être honnête tout de suite, ce n’est pas ce qu’on est venu chercher… mais ça ne présage rien de bon pour autant… Si toute la ville est parsemée d’accès comme ça…
C’était le moins que l’on puisse dire. Ses bottes butèrent sur la carcasse de l’ascenseur. Leur retraite était donc mal agencée. Ce ne fut pourtant que le cadet de leur soucis lorsqu’Asteria porta son attention sur le liquide poisseux dans lequel elle nageait à moitié. Un véritable charnier de membres humains le constituait, mêlé d’odeurs de putréfaction immondes. L’astrale resta figée devant cette vision de cauchemar. Jamais elle n’avait pu imaginer un jour une telle scène. Et malgré son relatif sang froid, la nausée s’insinua le long de sa gorge comme un étau imparable, pressant à l’extérieur le contenu de ses propres entrailles. Vomir au dessus de cette fange était autant une épreuve que d’y nager. Elle se força à repousser ses envies de se précipiter chez un adepte de Möchlog et se redressa avec le toute la dignité dont elle pouvait faire preuve.

L’enquête prenait une tournure des plus inquiétante et surprenante. Plus pâle qu’à l’habitude, elle observa la cavité dans laquelle ils avaient atterri. Si une créature existait dans les entrailles d’Alexandria et s’occupait des visiteurs malencontreux, cela n’expliquait toujours pas le regain d’activité des bas fonds. Donnait-on des combattants en pâture à la bête ? Elle balaya bien vite l’idée de fouiller parmi les cadavres à la recherche d’un quelconque indice. Si quelque chose pouvait les traquer, il valait mieux s’y préparer que de se faire attraper par surprise, le nez dans…
-Vos rumeurs parlaient de ce genre d’activités ? Parce que les miennes non…

Encore trop secouée pour parler, seul un hochement de tête négatif répondit au lieutenant. Elle entendit à peine sa remarque sur son arme et sortit son fusil de son holster sans s’en rendre compte. Son attention était entièrement tournée sur ce qui les entourait, la cavité, le trou dans les fondations, l’ascenseur et ce qui semblait vivre ici. Mais plus elle se concentrait plus le raisonnement lui échappait. C’était comme d’essayer de tenir en équilibre après avoir tourné sur soi-même. Son environnement la parasitait de bien trop de façons.

— Tu veux remonter ? Ou on continue ?
Allons-y… murmura-t-elle, des frissons lui parcourant l’échine.

À la lueur du lance-flamme, ils avancèrent avec la plus grande précaution. Finalement, un équipement militaire en zone urbaine avait ses avantages. La situation était rare mais toujours est-il que si son garde du corps n’avait pas insisté, ils seraient en mauvaise posture à l’heure actuelle. Comme convenu, il passa devant, suivi de près par la détective. Les tunnels creusées à même la roche et la pierre ne contenaient aucun indices, aussi c’est au hasard qu’ils choisirent. Très vite, la terre se suréleva, les sortant de l’eau. Rien n’indiquait la présence d’humain et le passage devenait parfois si étriqué qu’il leur fallait s’accroupir ou même ramper pour continuer. Les ténèbres était partout. Mise à part la poche de lumière du soldat, ils évoluaient entre deux trous noirs. L’un crachant leur avancée souterraine, l’autre la dévorant tel un ogre affamé. Le silence était le plus total. Pour Asteria, le but était loin de trouver la raison du charnier, si créature il y avait, elle n’était que secondaire. Car quelqu’un ou quelque chose l’avait placé ici, sans parler des victimes. Elle fit part de ses déductions au lieutenant.
Quelqu’un nourri cette créature ? Mais dans quel but… Il y a des moyens beaucoup plus simple de se débarrasser d’un corps dans les bas-fond. Sans parler de ces tunnels qui ne mènent nul part. C’est un vrai labyrinthe.

Ils rampèrent à nouveau dans la terre pour éviter une partie effondrée.
Vous avez une idée d’une créature assez petite pour créer de telles dégâts ?

Ils passèrent devant un renfoncement dans la galerie, qui s’il paraissait vide au premier abord, attira l’attention de la jeune femme. Une forme humaine rachitique et à la peau grise était recroquevillée dans un coin. Parfaitement immobile, ses yeux vitreux reflétait la flamme comme un écran blanc. Les battements de son coeur s’accélérèrent. Jamais elle n’avait vu de tel créature ou lu quelque chose sur eux. Elle ressemblait à un humain mais en semblait autant éloignée. La vision était rebutante, si ce n’était effrayante. Asteria était partagée entre l’envie de s’enfuir en courant et d’achever la créature à moitié morte. Le fusil en main, elle avait été sur le point de lever son arme lorsque la silhouette avait ouvert sa bouche putréfié de laquelle un râle d’outre-tombe s’échappait. L’Astrale avait toujours fait preuve d’un sang froid sans faille lorsqu’elle était armée. Pourtant, perdue dans des galeries sous des millions de tonnes de roches dans lesquelles rôdaient des créatures sortit de romans d’horreurs, elle sentait son assurance fondre. Son arme ne lui était d’aucune utilité pour survivre ici.
Aaaaaahhh… Ssseeeeee… Kooouur…

Venait-elle d’essayer de parler ? Asteria empêcha le lieutenant de faire un geste regrettable et lui enjoignit d’observer à distance la créature qui les appelait au secours…


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Ven 7 Sep - 17:22
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
L'humidité ambiante augmentait au fur et à mesure que le duo s'enfonçait dans les souterrains, il fallait un certains courage, ou une certaine stupidité pour continuer à avancer ici sans paniquer, mais l'Astrale, a la grande surprise du soldat s'en sortait admirablement.
Non protégée par une cuirasse et armée seulement d'un fusil... il y avait de quoi trembler.
Les bottes de fer s'enfonçaient à un rythme régulier dans la fange. Parfois le bruit sinistre d'un os brisé venait répondre au bruit de l'eau, résonnant dans les galeries.
Hex avait son arme de poing serrée dans son gantelet, le canon du pistolet balayant les alentours alors que sa magilithe pulsait lentement, prête à servir
C'est avec soulagement que le jeune homme constata que le terrain finissait par les sortir de l'eau. Les parois restaient cependant, désespérément muettes . Quel genre de choses ou de personnes avaient bien pu faire cela ?
Mais mis à part les deux humains, personnes ne pouvaient répondre

-Nourri ? Ce n'est peut être pas volontaire.... La porte était condamnée, on aurait plutôt dit que les gens essayaient de la retenir ici... Quant à l'ascenseur, il à été broyé, mais je pense que c'est surtout une tentative de s'isoler de cette bestiole...
A vrai dire je ne pense pas que quiconque cherche à cacher des corps ici, les miliciens ne viennent plus depuis longtemps


Le plafond se fit bien plus bas, et le duo rampa dans l'étroit passage, Hex retenant à chaque fois sa respiration en observant la sortie du passage.
Il ne doutait pas de la solidité de son armure, mais coincé entre Asteria et un danger potentiel, il risquait rapidement de se retrouver immobilisé.
Une fois debout, il se tourna vers sa camarade, analysant ce qu'ils avaient vu jusque là avant de finalement conclure.

-Oui une seule créature en fait, et pas des plus sympathique.
Connaissez-vous les simeghs ? Ces créatures sont assez peu répandues de là où je viens, mais je crois savoir que ces régions sont plutôt susceptible d'être touchées...


C'était la conclusion la plus logique à laquelle on pouvait aboutir, et cela expliquerai pourquoi les habitants avaient cherchés à barricader les accès, une invasion, même de petite ampleur dans les bas fonds serait catastrophique, et le temps que la milice soit déployée, l'ampleur de l'invasion serait potentiellement terrible.

-Si c'est le cas, nous somme dans un merde noire, car on est probablement dans le nid...


Et dans le cas présent cela posait un deuxième problème, car ils étaient surement épiés...
Cela n'expliquait pas les dégât observés un peu partout, mais les simeghs ne parasitaient pas uniquement des humains.... Ce qui rendait les choses d'autant plus compliquées
Alors qu'ils passaient devant un renfoncement, Asteria s'arrêta pour observer quelque chose que le Lieutenant ne reconnu pas immédiatement.
Ce fut après quelques pas qu'il fit demi-tour, découvrant une vision qui avait figée la jeune femme.
La créature décharnée représentait quelque chose d'horrible, un humain dans la pire des positions.

Le Lieutenant reconnut l'infection pour ce qu'elle était... Un cas typique de parasitage comme l'indiquait l'immobilisme du sujet.
La voix était remplie de douleur, et les malformations de la cage thoracique de l'individu indiquait clairement que ses côtes avaient éclatées.
Une main de fer se posa sur l'épaule de l'Astrale, l'invitant à reculer.

-Il n'y a plus rien à faire pour cette créature, il est déjà mort de toute façon. Il porte un parasite dans le corps, sa colonne vertébrale est déjà entourée du parasite, si on veut l'aider il n'y à qu'une chose à faire.

Il s'approcha doucement de l'individus recroquevillé, le tenant en joue du bout de son arme. Rapidement, la conclusion se fit plus évidente surtout quand il retourna le futur cadavre du bout de son épée. Une forme peu naturelle faisait une bosse dans son dos.
Plus par miséricorde qu'autre chose, Hex abattit sa botte blindée sur la nuque de l'humain brisant d'un coup sec les cervicales et réduisant à néant les chances du simeghs de devenir adulte.
Par acquis de conscience, il remit un coup puissant sur le dos. L'avant du cadavre éclata et un petit couinement se fit entendre alors que la larve se retrouvait broyée entre le sol et l'acier.

Le lieutenant se retourna, un air désolé dans les yeux.
La situation était grave, très grave...

-Soit on s'extrait d'ici au plus vite... soit on trouve la reine... et on règle le problème... de manière définitive.


Le choix n'était pas vraiment honnête car la sortie était probablement dans la même direction que la reine, et des individus allaient surement tenter de les arrêter
Il fallait en plus compter le grondement qui se faisait plus présent... Il n'avait dabord été qu'un petit bruit que l'on pouvait facilement ignorer, mais maintenant... C'était tout simplement impossible de l'ignorer.
Quelque chose approchait, quelque chose qui faisait trembler la terre.
En préssentant ce qui allait arriver, Hex agrippa Kate, la tirant vers lui pour se mettre entre la sortie de l’alcôve et elle.

Ce qui arriva aurait pu faire trembler bien des gens.
Les simeghs passèrent telle des furies dans le couloir, broyant tout ce qui se trouvait là.
Perché sur des jambes autrefois humaines, ils couraient en poussant de petits cris strident, sans doute alerté par la reine
Le soldat activa la rune qui commandait la maghilite bouclier, formant une bulle impénétrable pour fermer la petite infracutosité.
A l'intérieur le son fut étouffé, et de nombreux impacts martelèrent le bouclier, mais cet artefact contenait un sort d'une rare puissance et il tint sans faiblir jusqu'à ce que la marée passe.
Une fois la horde dépassée, il lâcha la jeune femme, se retournant vers le couloir qu'ils avaient quitté

-Je ne pense pas que nous soyons encore ici en tant qu'inconnu...

Comme pour confirmer ces dires, huits créatures semblaient les attendre dans le couloir, leurs mâchoires cliquetant et salivant.
Le Lieutenant dégaina son épée, activant la lame tronçonneuse d'une petite impulsion sur le manche.
Les dents se mirent à tourner à toute vitesse, le moteur hurlant couvrant le bruit des créatures.

Une première s'avança, tentant maladroitement de se jeter sur le soldat. Cette dernière fut accueillie par l'arme hurlante; cette dernière déchirant le monstre dans une giclée généreuse de fluide vitaux.
Cinq autre se lancèrent à l'assaut du soldat alors que les autres finirent par tourner leurs attentions vers la jeune femme




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Asteria Kate Fox
avatar
Jeu 4 Oct - 16:05
Irys : 129977
Profession : Détective et Extractrice
Daënar +2 ~ Alexandria (femme)
S’ils avaient bien à faire à des shimegs, Asteria avait quelque peu surestimé ses compétences. Quelle erreur d’être descendu dans ce trou noir sans savoir où ils allaient poser les pieds ! Ils étaient complètement coincés et en danger de mort. La peur saisit son coeur et l’adrénaline fusa dans ses veines pour ne plus la quitter.  La créature qui avait semblait les appeler à l’aide était devenu un piège mortel. Sa main se crispait sur son arme, ses yeux balayaient les environs. Chaque détails résonnaient dans sa tête comme la promesse d’une mort imminent. L’Astrale percevait son souffle, les battements de son coeur et même celui de son partenaire. La drogue qui faisait effet dans son organisme décuplait ses sens. Elle observait la scène depuis l’intérieur de son crâne, comme une spectatrice de sa propre infortune. Elle ressentait la peur, mais comme si elle lui était raconté.  Elle en ressentait ses effets, mais au travers d’un filtre. Il était rare qu’elle ressente ce genre de chose, surtout avec une arme entre les mains. Mais la situation était bien trop particulière.

La détective observa le lieutenant mettre fin à la vie de la créature qui n’était plus humaine, écrasant son corps dans les bruits les plus immonde qu’elle ait pu entendre. Elle aurait bien vomit ses tripes si elle avait pu, mais elle ne pouvait réussir à se détourner de ce spectacle, comme une sorte de fascination morbide. Le coeur au bord des lèvres, elle croisa le regard de son partenaire pendant quelques secondes, sans chercher à cacher son trouble. Que devait-il imaginer maintenant. Était-il prêt à mourir ou en bon soldat, se préparait-il à la suite de l’aventure ?
- Soit on s'extrait d'ici au plus vite... soit on trouve la reine... et on règle le problème... de manière définitive.

Il lui semblait impossible à eux deux de s’occuper d’une telle invasion. Qui pouvait savoir sur combien de kilomètres de réseau elle s’étendait et combien de membre elle comportait. Si c’était sûrement d’une bonne partie d’humains, les Shimegs disposait de créatures apparemment massives, mêmes dans ces souterrains. Ils n’avaient tout bonnement aucunes chances. Ils fallait qu’ils préviennent l’armée pour s’occuper de l’infection. Elle pourrait avoir des conséquences terribles dans les bas fonds et sur Alexandria si elle continuait son avancée. Asteria s’apprêta à répondre mais le grondement lui coupa la parole.

Le militaire l’agrippa dans l’alcôve alors que la terre tremblait presque. Elle n’eut pas le temps de poser la question de la raison alors que la troupe en furie des Shimegs se propageait dans les tunnels tel un essaim dévoreur. Des cris suraigus déchiraient l’air et les parois, s’enfonçant dans le coeur des deux compagnons. Asteria aurait cru pouvoir devenir folle mais le bouclier invoqué leur offrir une bulle protectrice, les isolant du monde. A deux doigts de se laisser aller à la crise de panique, cet infime détail parvint à lui faire regagner un semblant de santé mentale. Elle n’entendait presque que les battements de son coeur. Dans un état proche de la transe, elle n’arrivait plus à recontacter la réalité. Sa survie dépendait désormais de leur efficacité. Si elle se laissait aller, ils étaient morts. Asteria affirma sa prise sur son arme. Elle disposait de son meilleur atout. Il suffisait de mettre en marche son intellect plutôt que ses émotions. Elle porta un regard sans expression sur la fin de la horde, dans un calme presque étrange. Le monde était devenu une série de donnée dénuée de tout sentiment, de tout passé ou futur. Le présent était la seule chose importante.

La détective sortit du renfoncement et se retrouva faces à quelques créatures oubliées. En voyant son partenaire prêt à en découdre elle ne se posa plus la question de savoir si c’était une bonne idée. Elle mis en joue la première chose qui fonçait sur elle et dans une formidable détonation, lui arracha la moitié du corps qui s’évapora, ou plutôt, se liquéfia sur ses compagnons. Ces derniers furent un instant étourdis par le bruit dont l’écho se répétait à l’infini, mais il ne leur fallut qu’une second pour se reprendre. Seconde dont Asteria et Hex purent prendre avantage. L’Astrale en profita pour tirer à nouveau en accusant le recul sans broncher. Elle était venue à bout de ses deux adversaires avec facilité et tentait de rejoindre le lieutenant. Son arme rechargée, elle tua une autre créature qui tentait de le prendre à revers, étourdissant à nouveau les survivantes une seconde encore. De l’autre côté, dans la noirceur des tunnels, le bourdonnement de la horde semblait se rapprocher.

Asteria tenta de trouver une solution pour éviter d’avoir à mourir déchiqueter mais aucune n’aurait su contenir un tel fléau. En posant ses yeux sur le soldat pour analyser leurs possibilités, quelque chose attira son attention. Les créatures n’attaquait pas le soldat du côté de son lance flamme. Même si l’épée rugissante était synonyme d’une mort des plus douloureuse, elles préféraient tenter leur chance que d’avoir à faire au feu.
Hex ! Les autres arrivent ! J’ai besoin de ton carburant pour faire un mur de feu, ça devrait les retenir !

Elle ne savait pas s’il l’avait entendu avec le bruit de son épée dévorant la chair, mais un mouvement au coin de son oeil attira son attention avant qu’elle puisse s’en assurer. . Un shimeg venait d’apparaître dans le cercle de lumière et c’était avec un réflexe tout à fait inouï que la blonde se jeta à terre pour éviter les griffes meurtrières qui venaient de bondir sur elle. Depuis le sol, elle pointa le canon de l’arme tenu à deux mains sur la bête ramassée sur elle même qui s’apprêtait à attaquer à nouveau et tira. Nouvelle pluie de chair en décomposition. Tout s’accéléra.
D’autres créatures apparurent plus en retrait devant le carnage qui s’étalaient à leur pied. L’intelligence de groupe semblait plus élevé que celles des individus qui se jetaient presque dans la gueule du loup sans but. S’ils pouvaient résister, la fatigue et le manque de ressources se ferait sentir tôt ou tard. Ils avaient besoin d’une solution. Asteria se releva dans une roulade pour mettre le plus de distance que possible des autres monstres, tout en s’approchant d’Hex… Plus d’une dizaine d’individus avaient rejoint le combat. Et combien d’autres encore à venir ?


#ffcc00 pour Asteria
Voir le profil de l'utilisateur

Hex Hekmatyar
avatar
Dim 4 Nov - 20:04
Irys : 136592
Profession : Soldat de fer
Daënar +3 ~ Vereist (homme)
Un combat au corps à corps n'est pas du tout semblable à ce qu'en disent les récits épiques, ou deux épéistes de talents échangent des passes d'armes audacieuses, rivalisant de technique pour surprendre l'adversaire. La réalité est bien différente. Hex reposait sa technique sur une expérience acquise au cours de ses années de services, expérience arrachées à des combattants redoutables mais aussi à des créatures étranges, un shimmeg avait donc bien peu de chance contre lui mais le nombre était un facteur important ici.
Il éviscéra une créature d'un revers d'épée, son sang épais giclant dans toutes les directions alors que les lames rotatives creusaient sans pitié dans la chaire de la créature.
Son pistolet aboyait parfois pour ponctuer un coup d'épée destiné à lui faire gagner un peu d'espace.
Mais rapidement l'arme tomba à court de munitions, et recharger devint impossible tant la mêlée était dense.
Il entendait le raclement de vicieuses petites griffes contre sa carapaces mais pour le moment rien ne pouvait vraiment l’inquiéter. Il se sentait comme un géant invincible au milieu d'une marrée de fourmis. Mais il savait également que ce sentiment était dangereux car s'il laissait voir la moindre faille, la horde se jetterai dessus.
Une lame rouillée racla contre son casque provoquant un grincement strident. En guise de réponse, l'épée dévoreuse cueillit la créature par le haut la coupant presque en deux dans un rugissement que n'aurait pas renié un lion des montagnes.
L'effet psychologique d'une telle arme était inutile contre ces masses et servit d'avantage à donner du courage à son porteur qu'autre chose.
Un nouveau coup manqua sa jambe et d'un mouvement élégant, le jeune homme trancha la créature qui avait tentée de ruser contre lui.
Par delà la mêlée il entendait les coups de fusil d'Asteria qui résonnaient dans la cave et ce ne fut que par chance qu'il entendit la jeune femme hurler

Le feu....C'était vrai, il ne subissait pas d'assaut du côté de son lance flamme... Et dire que des sceptiques lui avaient dit qu'il serait trop lourd avec...
Il balaya violemment l'espace devant lui de son épée, l'arme fauchant et tranchant dans les chaires moles en lui libérant suffisamment d'espace pour qu'il puisse faire un saut à l'aide de ses bottes, le désengageant suffisamment pour avoir un aperçu de la situation.
Et cette dernière n'était pas bonne... toujours plus des ces créatures se joignaient à la mêlée, les cadavres commençaient à entraver ces dernières mais au final la masse finirait toujours par passer, écrasant les cadavres avant de s'ajouter à ces derniers.
Ce ne fut que par chance qu'Hex discerna un petit éclat dépassant du plafond. Un petit détail qui allait peut être leur sauver la vie
Les créatures avaient creuser profondément mais pas assez pour que les fondations de la cité ne soit pas visible, et c'était précisément ce que le jeune homme avait vu: une conduite de gaz.

Le soldat lacha une grande langue de feu dans la caverne, son lance flamme chuintant alors que le mélange combustible créait un véritable enfer. La chaleur cloquait la peau des créatures qui tentaient de s'approcher certaines essayant de dépasser leur peur primale du feu, sans succès.
Le mur infernal vida un des réservoir d'Hex qui en changea en quelques secondes avant de lancer une nouvelle langue de feu sur la masse.
Un couinement d'agonie montait de cette dernière mais permettait au moins au duo de parler

-Bonne idée le feu, mais ça ne les retiendra pas indéfiniment


Il pointa la conduite de gaz de sa main avant de demander à Asteria

-Tu pense pouvoir l'atteindre avec ton fusil ? Je pense que si on arrive à faire une vague de feu, on peut nettoyer l'endroit et nous permettre d'avancer suffisamment pour...pour improviser autre chose...
Mon bouclier nous protégera !


Pour le moment il n'avait pas vraiment mieux sous la main et se contentait de réagir à la situation plutôt que de planifier la prochaine action... Peut être que la jeune femme trouverai mieux mais pour le moment le Lieutenant ne voyait pas mieux... sinon courir dans l'autre sens et espérer trouver un passage de là ou ils venaient... ce à quoi il ne croyait guère, se retrouver bloquer dans une pièce avec pour seul espoir un cable d'ascenseur en hauteur et sans doute endommagé ne lui inspirait aucune confiance.
Le nid avait forcément une sortie devant... du moins il fallait l'esperer




Rose x 12
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé