Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Masques et trompes-l'oeil

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 30 Juin - 15:23
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Eoril, 22 février 933

Eoril n’avait décidément pas volé sa réputation d’être une ville haute en couleurs. À peine quelques jours après son arrivée, Meylan n’avait de loin pas perdu les étoiles que chaque nouvelle découverte allumait dans ses yeux. C’était un sentiment grisant que d’avoir tant à découvrir, tant à explorer…  Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les Zoliens avaient le sens de la fête! Voilà trois nuits que la ménestrelle ne dormait presque pas, trop prise par la musique, la danse, et l’énergie qui habitait le quartier des fêtes. Bah, elle résistait bien à la fatigue, pas de problème de ce côté-là. Elle n’avait d’ailleurs pas profité seule de la vivacité d'Eoril. Echapper ensemble à une bande de criminels de bas-étage, ça créait des liens. Mais c’est pourtant seule qu’elle déambulait maintenant dans les rues du quartier "sérieux" de la capitale zolienne. Il faut croire que faire un peu trop la fête ne réussissait pas à tout le monde.

Ne connaissant pas vraiment son nouvel environnement, Meylan avait laissé ses pas la guider. Il n’y avait pas de mal à se perdre un peu en découvrant une ville: de toute façon on ne savait pas où on allait. Dans ces conditions, avoir un but précis manquait d’intérêt. Et puis, se perdre un peu permettait parfois de belles trouvailles, comme la fois où elle avait brusquement débouché au pied de la tour de Busad après s’être perdue dans des ruelles plus tortueuses les unes que les autres. Le changement brusque lui avait coupé le souffle.

Aujourd’hui, c’est sur une esplanade de taille plus modeste mais non moins animée que son trajet aléatoire la mena. Apparemment, elle avait trouvé le quartier commerçant de la ville. Boutiques en dur et échoppes temporaires se mêlaient et le tout grouillait, bruissait, s’agitait…  Là, un marchand vantait sa marchandise, à côté, deux clients évaluaient d’un oeil critique une étoffe colorée, un peu plus loin, un homme et une femme étaient clairement en plein marchandage. Comme quoi, la vie diurne de la ville n’avait rien à envier à sa face nocturne.

Pas forcément à la recherche de quoi que ce soit, la ménestrelle se mit à déambuler entre les échoppes, s’arrêtant ici et là pour observer quelque chose qui attirait son regard, mais repartant systématiquement sans rien acheter. Frustrante pour les vendeurs? Peut-être, mais elle n’était ni la première ni la dernière à papillonner de la sorte.

Après un moment, un éclat coloré attira son regard. Un rayon de soleil parfaitement bien orienté tombait sur un étalage aux airs de plaine khurmagienne après le khoral. Des pierres de toutes les couleurs, de toutes les tailles et de toutes les formes scintillaient de mille feux. Voilà qui était trop beau pour passer sans jeter un coup d’oeil plus détaillé. En quelques pas, elle franchit la distance qui la séparait de l’échoppe. Il y avait là des bijoux, des pierres solitaires…  Pour la première fois de la journée, Meylan se demanda si elle n’allait pas mettre la main à la bourse. Certaines parures auraient bien collé à tout un pan de son répertoire.

"C’est vous qui les travaillez?"

Pas de précipitation, tout l’art du marchandage résidait dans ce que chacun parvenait à déduire au sujet de l’autre. Et dans l’identification des tics et autres signes qu’il y avait anguille sous roche. Ah, mais maintenant qu’elle regardait le vendeur en face, elle réalisait que ces tics seraient difficiles à identifier: son visage était bien soigneusement caché. Etrange. Bon, eh bien elle ferait avec.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Dim 1 Juil - 19:33
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Ah, Eoril, malgré ce qu’on pourrait croire Leynar aimait bien cette ville, tout particulièrement le dynamisme du quartier commercial. Il y avait tant à faire dans cette ville, tant d’endroits à visiter...  tout du moins pendant son temps libre, il devait bien gagner sa croûte après tout. Une chance pour lui les habitants d’Eoril étaient friands de pierres précieuses, en particulier de rubis, raisons pour laquelle le khurmi faisait bien attention de renouveler son stock avant d’arriver dans la cité zolienne. Ça aurait été gênant de rater quelques opportunités, surtout lorsque c’était le genre d’opportunités qui permettait d’obtenir des commandes ou de nouveaux clients ou contacts. Et c’était toujours intéressant d’élargir son réseau n’est-ce pas ?


Alors Leynar faisait comme ses collègues marchand, installant son étalage au niveau d’une esplanade, installant ses marchandises et vantant les mérites de ses produits. Et inutile de dire que le soleil l’arrangeait bien en faisant scintiller les pierres précieuses et les bijoux sur son étal. C’était un spectacle qui attirait inévitablement le regard, rubis, saphirs, émeraudes et quelques rares diamants brillaient aux côtés d’autres gemmes comme des topazes, des grenats ou encore des améthystes, qui étaient aussi incrustées dans différents bijoux. Les clients allaient et venaient, certains déambulaient en jetant tout simplement un coup d’œil distrait, d’autres papillonnaient entre les échoppes et d’autres se montraient suffisamment intéressé pour y regarder de plus près, et éventuellement acheter quelques produits. Inutile de dire que Leynar préférait la dernière catégorie, les curieux qui ne faisaient que regarder ne le gênaient pas mais s’ils n’achetaient rien leur curiosité ne lui apportait rien. Et puis ça ne lui donnait pas l’occasion de marchandait avec des clients, c’était toujours un exercice amusant pour lui de voir les acheteurs croire qu’ils faisaient une bonne affaire alors que c’était Leynar qui y gagnait le plus. Il fallait bien laisser les clients croire qu’ils s’y connaissaient mieux, comme ça ils ne savaient pas que dans le fond ils payaient bien plus cher que ce que Leynar déboursait pour se fournir en pierres brutes.


Mais c’était une journée assez calme, pour le moment le khurmi avait moins de clients qu’à l’accoutumée, même s’il n’allait pas s’en plaindre puisqu’il quitterait bientôt Eoril et se dirigerait vers Kharaal Gazar avec un convoi de marchands, là-bas il pourrait faire d’autres affaires, il ne s’en faisait pas trop. Mais finalement voilà que quelqu’un s’approchait de son étal, regardant pierres et bijoux avant de regarder le marchand et de demander si c’était lui qui les avait travaillé. Une question légitime, si lui vendait ses propres produits d’autres marchands se contentaient de vendre les produits d’autres artisans.


-Oui c’est bien moi, je taille les pierres précieuses moi-même et je les incruste dans différentes parures, le savoir-faire khurmi de joaillier et de lapidaire, tout ce qui se fait de mieux en matière de gemmes et de bijoux. Certains produits en particulier vous intéresse ? J’en ai encore beaucoup que je n’ai pas mis sur mon étal, et ils n’ont rien à envier à ceux que j’expose en ce moment même.


Comme tout bon natif de Reoni, Leynar avait appris à être particulièrement chaleureux dans sa manière d’être envers ses clients, et il faisait tout pour être le plus agréable possible, il aurait été fâcheux de se montrer désagréable envers un futur acheteur, ou en l'occurrence une possible cliente.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 21 Juil - 18:35
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Règle numéro 1: un marchand à qui on pose une question à propos de sa marchandise, s’il est bon commerçant, aura à coup sûr une réponse toute prête pour amadouer la clientèle. Celui que Meylan venait d’aborder était un bon commerçant, car c’était effectivement son cas. Et elle n’avait apparemment pas été si loin de la réalité en comparant l’étal aux vestiges du khoral: les pierres scintillantes venaient bien de Khurmag, à en croire le vendeur.

"Savoir-faire khurmi? Vous faites honneur à votre région!"

D’une part, elle pensait réellement ce qu’elle disait: le travail qu’elle avait sous les yeux était très honnêtement superbe. Oh, peut-être un expert aurait-il décelé des imperfections, mais Meylan voyait les parures et gemmes avec des yeux de non-initié amateur d’art, et, en ce qui la concernait, le travail du joaillier pouvait être qualifié d’art. D’autre part, un brin de flatterie n’avait jamais fait de tort tant qu’il était bien dosé.

"Vos améthystes sont splendides. Est-ce que vous avez d’autres pièces en contenant?"

Avec ses moyens, forcément elle dirigerait plutôt son attention sur les pierres semi-précieuses que sur les rubis, saphirs et autres diamants qui scintillaient pourtant à qui mieux mieux. Ce qui n’enlevait rien au fait que les pierres sur lesquelles elle avait jeté son dévolu étaient bel et bien splendides, sans compter qu’elles compléteraient à merveille le dernier costume qu’elle était en train de constituer.

Tout en parlant, elle prit en main quelques-unes des pièces qu’elle trouvait particulièrement belles. Une paire de pendants d’oreilles si minces qu’elle pouvait voir la lumière du soleil traverser la pierre délicate, un collier dont les innombrables facettes de la pierre réfractait la lumière et créait de superbes jeux d’éclats et une broche dont la forme la faisait vaguement penser à une fleur en train d’éclore. Des objets splendides, aucun doute là-dessus. Restait à voir le prix…mais on n’en était pas encore là.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Lun 3 Sep - 21:47
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Tout cela faisait partie de la routine pour Leynar, l’art de vendre sa marchandise n’avait aucun secret pour lui, et il savait parfaitement répondre aux attentes des clients qui venaient admirer le fruit de son travail, mais il était également habitué aux flatteries qui visaient à faire réduire le prix des joyaux sur l’étal. Bien sûr le compliment que venait de lui faire la cliente lui arracha un maigre sourire derrière son masque de tissu, mais rien qui pouvait véritablement le troubler. Un escroc ne se faisait pas souvent escroquer lui-même après tout. Alors il laissait la cliente potentielle admirer les différentes parures, rien ne pressait après tout, et il répondit à sa question en regardant les améthystes sur son étal, puis en regardant la cliente.


-Bien sûr, tout dépend du genre de pièce que vous recherchez. J’ai des tiares, des boucles et des pendants d’oreilles, mais aussi quelques bagues et broches.


Au fur et à mesure qu’il faisait l’inventaire de ce qu’il vendait, le khurmi sortait des pièces d’un sac ample à sa gauche. Il sortait des pièces qui avaient aussi bien pu être d’une incroyable complexité ou d’une simplicité étonnante à réaliser, mais toutes étaient finement ouvragée, on parlait après tout d’un travail de précision après tout, et il mettait un point d’honneur à faire en sorte que ses pièces soient excellentes. Même si certaines n’avaient pas la même valeur que d’autre. Alors il alignaient les différentes parure devant Meylan, la laissant libre d’admirer et de choisir ce qu’elle souhaitait parmi les merveilles que le marchand avait sorti du sac, il en avait sorti une bonne dizaine et était disposé à laisser l’artiste les observer de plus près, il n’avait rien à cacher après tout.


-Vous aimez la simplicité ou vous préférez les pièces plus complexe ? J’ai des pièces que je n’ai pas ici, mais ça ne pose pas vraiment de soucis pour les voir.


Le khurmi tendit la main, et une légère volute de fumée s’y forma, tournoyant sur elle-même avant de se disperser et de laisser derrière elle une fine chaîne en argent au bout de laquelle pendait un pendentif ovale incrusté d’améthystes brillant à la lueur du soleil. Il laissa pendre la chaîne au bout de ses doigts, regardant le pendentif tournoyer sur lui-même avant de poser son regard sur la ménestrel.


-Qu’en pensez vous ? La véritable pièce ressemble à ceci, mais comme je l’ai déjà dit j’en ai beaucoup d’autres, je n’aime pas me limiter à ce qui est basique, ça manque de personnalité. Précision et élégance, c’est le minimum que je puisse offrir en travaillant mes pièces.


Il referma son poing, faisant disparaître l’illusion dans un petit nuage de fumée avant de réajuster le morceau de tissu sur son menton dans un geste machinal, sans jamais quitter la ménestrel des yeux. C’était pour lui une cliente tout à fait ordinaire, le genre qu’il arnaquait parfois sans vergogne avant de l’oublier pour se concentrer sur d’autres clients. Bien sûr pour maintenir la balance il fallait aussi qu’il vende de vrais articles -qui étaient en réalité majoritaire parmi ses ventes- et heureusement pour lui personne ne s’était encore jamais plains de son travail, une raison de plus pour ne pas en donner à qui que ce soit.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Dim 16 Sep - 13:36
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Voilà un joaillier qui avait un large éventail de bijoux à proposer! Sur quoi jetterait-elle son dévolu? Un collier pour aller avec les délicats pendants d’oreilles? À moins qu’elle n’opte pour une broche? Son coeur balançait, et elle n’avait même pas encore pris en considération le prix des pièces qu’elle convoitait.

La méthode du marchand pour montrer les pièces qu’il n’avait pas sous la main, tout comme les pierres qu’il vendait, était typiquement khurmie. Et elle eut un effet auquel il ne s’était probablement pas attendu. Le bijou présenté était superbe, mais ce n’est pas lui que Meylan scruta sous tous ses angles tant que l’illusion flottait entre elle et l’homme. C’était l’illusion elle-même. Chaque détail, reflet, relief apparaissait avec une netteté et une précision impressionantes. Comment diable arrivait-il à obtenir un tel rendu? Quand l’image immatérielle disparut, la ménestrelle avait une nouvelle volée de questions…mais pas dans la direction forcément la plus rentable pour le vendeur.

"Splendide! Est-ce que vous connaissez toutes vos oeuvres dans les moindres détails, ou uniquement quelques pièces de choix? Est-ce que vous lancez cette illusion purement de mémoire, ou est-ce que vous vous êtes entrainé avec la pièce sous la main jusqu’à être capable de la reproduire aveuglément?"


Le sourire d’appréciation qui avait orné ses lèvres alors qu’elle observait les bijoux avait été remplacé par l’expression d’une passion à la source bien plus profonde que ce qu’une belle pièce de joaillerie pourrait jamais susciter. Ses yeux brillaient, son sourire s’était élargi et son visage entier semblait illuminé. Mauvaise nouvelle pour le marchand: ses emplettes potentielles avaient été poussées bien loin à l’arrière-plan de l'esprit de la ménestrelle.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Sam 22 Sep - 23:08
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
L’inconvénient d’utiliser des méthodes peu conventionnelles pour montrer ses marchandises c’est qu’on n’était pas à l’abri de questions qui n’avait rien à voir avec la dite marchandise. La cliente s’intéressait beaucoup plus à l’illusion qu’au bijou, ce qui n’arrangeait pas vraiment Leynar. Il avait beau parfois apprécier discuter des dons de Khugatsaa, ce n’était pas forcément sa priorité pour le moment, au contraire de son interlocutrice. Dommage, enfin, il pouvait toujours répondre à ses questions, peut-être qu’elle s’intéresserait de nouveau aux biens présentés sur l’étal mais le khurmi en doutait beaucoup. Il réprima un soupir alors qu’il rangeait progressivement dans leur sac les parures qu’il avait sortit. Il ne s’en faisait pas, il aurait d’autres clients plus pressé de se débarrasser de leurs irys. Restait encore à répondre à son interlocutrice, ça c’était une autre histoire.


-C’est purement de mémoire, avec le temps et la pratique les illusions peuvent devenir très convaincante, dans mon cas c’est une manière comme une autre de montrer ce que je peux vendre sans l’avoir sur moi, presque une sorte d’inventaire en fait. C’est pratique en tout cas, même si ça ne représente qu’une petite partie de ce que permet le don de Khugatsaa.


Au moins il avait répondu à la question, mais il le fallait bien, après tout quelle image cela aurait envoyé s’il avait tout simplement envoyé paître la ménestrel ? Impensable, il s’efforçait de rester respectable, ce n’était pas pour ruiner sa réputation déjà mise à mal. Enfin, peut-être avait-il satisfait la curiosité de Meylan ? Non, certainement pas, pas avec cette lueur dans les yeux et ce sourire, son visage entier semblait illuminé par la passion et la curiosité. Il devait certainement se trouver dans l’esprit de la ménestrel un flot de question qui ne se tarirait pas avant que le marchand ne réponde à tout cela. Peut-être devait-il reconsidérer l’usage des illusions pour montrer ses marchandises. Non pas à ce point, ce serait tout de même exagérer après tout ce n’étaient que des questions innocentes par rapport aux illusions pour le moment, rien de bien grave pour Leynar. Et puis pour une fois qu’il discutait d’autre choses que de commerce ça ne pouvait pas lui faire de mal.


Après une légère réflexion peut-être pouvait-il joindre l’action à la parole, tournant légèrement la main devant Meylan pour qu’une minuscule flamme ne vienne naître au creux de sa paume. Il frissonna légèrement, même en sachant qu’il ne s’agissait que d’une illusion la peur n’était jamais bien loin, et ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait aisément résonner. Alors il fit cesser l’illusion avant de remplacer la flamme par une nouvelle parure qui brillait au soleil.


-Plutôt convainquant n’est-ce pas ? Et ce n’est pas encore très complexe, on peut faire bien plus avec les illusions. Votre curiosité est-elle satisfaite ou vous avez encore d’autres questions ?


Oh il était presque sûr qu’elle avait encore beaucoup d’autres questions, et que ce qu’il venait de faire et de dire ne faisaient qu’accentuer sa curiosité. Mais après tout pour le moment ce n’était pas bien grave, il n’avait pas d’autre client qui attendait, c’était une manière de passer le temps comme une autre.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Dim 28 Oct - 12:10
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Des questions? Oh oui, elle en avait, et pas qu'un peu! Elle était bien consciente que les illusions permettaient bien plus qu'uniquement la projection dans l'air d'une image, fut-elle parfaite. Elle avait été témoin de démonstrations époustouflantes de réalisme, d'une virtuosité à laquelle elle osait à peine aspirer. Avec le bon degré de maîtrise, un illusioniste pouvait réécrire le monde selon ses goûts, ce qu'on n'observait d'ailleurs nulle part aussi bien que dans la région la plus occidentale de My'trä.

"Convaincant, en effet. Presque plus vrai que l'original... Est-ce la seule manière dont vous utilisez votre art?"

Il avait dit que sa démonstration n'illustrait qu'un fragment des possibilités, ça ne voulait pas forcément dire qu'il en maîtrisait d'autres. Et vu la maîtrise qu'il avait de cette facette de son art, soit il s'était vraiment spécialisé dans ce domaine, soit ses compétences dépassaient franchement celles de la ménestrelle. La deuxième conclusion n'était d'ailleurs pas franchement improbable: sa maîtrise des dons de l'Immaculé était assez ténue, limitée à quelques exceptions près à de vagues impressions et à de subtils changements d'apparence. Manque de talent ou choix? Difficile à dire, en tout cas à l'exception de certaines projections et de certains déguisements plus élaborés, elle suggérait plus qu'elle ne montrait et laissait sa musique faire le reste.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Mer 31 Oct - 17:27
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
La dernière question de sa cliente arracha un bref sourire au marchand. Etait-il vraiment marchand à ce moment ou subissait-il un interrogatoire ? Il gratta pensivement son front, la manière la plus simple de répondre à cette question était encore de mettre en pratique sa spécialité, à savoir la télépathie, restait encore à savoir si cette démonstration serait bien accueillit ou serait reprochée. L’esprit était une chose bien complexe, un sanctuaire ou se mêlait les pensées et les intentions les plus secrètes des individus, et s’introduire dans ce sanctuaire était parfois plus risqué qu’avantageux, Leynar le savait bien. Il réfléchissait, devait-il vraiment faire ça ? Enfin, tant qu’il ne lisait pas l’esprit de son interlocutrice tout devrait bien se passer. Alors il se concentra brièvement, décidant de montrer d’une manière plus simple et précise ce que permettait l’art de Khugatsaa, et si elle son interlocutrice se plaignait, eh bien ce serait sa faute. Après tout c’était elle qui voulait en savoir plus à propos de l’art de Khugatsaa.


-Hé bien par exemple vous pouvez faire ça. Non vous ne rêvez pas je ne vous parle pas actuellement, enfin pas littéralement en tout cas, tout ça c’est dans votre tête. Ah et avant de vous poser la question, oui je peux connaître le contenu de votre mémoire, mais là encore il y a une différence entre ce que je peux faire et entre ce que je fais, je ne m’amuse pas à fouiller les souvenirs des gens. Ah ne faites pas comme la plupart des gens, ne me répondez pas dans votre esprit je ne vous entendrai pas, il faudrait que je fouille votre mémoire et comme je viens de le dire c’est quelque chose que je fais rarement.


Le khurmi s’étira alors qu’il mettait fin à cette petite séance télépathique. Il adorait vraiment cette particularité des dons de Khugatsaa, même si parfois il y mettait moins de scrupules qu’il ne le voudrait, surtout pour ce qui était de fouiller la mémoire, mais ça restait une ligne qu’il ne franchissait que très rarement, il préférait de loin laisser les secrets de l’esprit ou ils étaient, même s’il franchissait cette ligne sans remords de rares fois. Peut-être la franchirait-il de plus nombreuses fois dans le futur, après tout il devait bien s’exercer pour ne pas perdre la main, mais il n’oublierait pas pour autant sa dévotion envers son architecte.


Leynar soupira, bien qu’il appréciait Eoril cet air chaud était vraiment éprouvant, il préférait de loin le froid de Khurmag, même si celui-ci n’était parfois pas moins difficile à vivre. Il se tourna ensuite vers son interlocutrice, il commençait à se demander si les réponses qu’il donnait ne faisaient pas que donner lieu à de nouvelles interrogations, de nouvelles questions auxquelles il devrait encore répondre.


-J’espère avoir satisfait votre curiosité, cependant je voudrais quand même savoir d’où vous viennent toutes ces questions. C’est assez inhabituel qu’on m’en pose autant sur les dons de Khugatsaa, en temps normal on ne s’en pose même aucune et les clients ne font que regarder la marchandise, alors il doit y avoir une raison pour que vous soyez si intéressée, non ?


Lui-même était légèrement intrigué, c'était très inhabituel qu'on lui pose ces questions, d'autant plus avec autant d'intérêt, alors il s'interrogeait, pas que cela le dérange qu'on lui pose ce genre de question, loin de là même. Il était toujours heureux de parler des dons de Khugatsaa, c'était d'ailleurs l'un des sujets sur lequel il était le plus ouvert, parlant sans arrière pensée et sans retenue. Oui ce devait bien être le sujet sur lequel il devait être le plus honnête, mais c'était bien le moins qu'il puisse faire en parlant des dons de son architecte.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Dim 18 Nov - 12:52
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Pour une disciple du Griffon Blanc, Meylan n'était pas franchement habituée aux contacts télépathiques. Enfin... comprenez "pas du tout". Elle vivait de l'art du spectacle, entourée en majorité d'autres artistes et de seulement une poignée d'autres connaissances proches. Personne dans cet entourage n'aurait pu la familiariser avec cette forme de communication... sauf peut-être une personne, si seulement la ménestrelle le lui avait demandé. Mais elle ne l'avait jamais fait, et elle ne put donc réprimer un sursaut de surprise quand une voix étrangère commença à résonner dans son esprit.

Passé ce premier moment de surprise et la brève inquiétude de ce que cela voulait dire pour les (nombreuses) parts de son esprit dont elle préférait garder la seule connaissance, elle se détendit un peu quand son interlocuteur (comptait-il encore comme un interlocuteur quand la discussion devenait à sens unique?) annonça qu'il n'avait pas pour habitude d'aller fouiller les esprits. Certes, elle n'avait aucune preuve en dehors de sa seule parole, parole dont elle ne savait pas ce qu'elle valait et elle n'avait pas pour habitude d'être naïve. Cependant, ses options étaient plutôt limitées en ce moment: soit elle décidait de croire à l'honnêteté de cet homme, soit elle ne lui faisait pas confiance et s'en allait, laissant un bon nombre de questions sans réponses. Il faut croire que la curiosité était plus forte que la méfiance, peut-être parce qu'elle-même était aussi disciple du Griffon Blanc et donc parfois la cible d'une telle méfiance injustifiée.

Alors, plutôt que de tourner les talons, la ménestrelle relâcha doucement les muscles qui s'étaient tendus et, plutôt que de tenter de s'opposer à cette intrusion, elle tenta d'en étudier la source. Sans doute devait-elle ressembler à un enfant qui a à peine appris à marcher avançant à tâtons dans une pièce sombre. C'est en tout cas l'effet qu'elle se faisait, fouillant son esprit pour essayer de trouver la source de cette voix immatérielle qu'elle y entendait. C'était bien différent de ce dont elle était capable, bien plus précis que les vagues impressions qu'elle projetait parfois vers son public pour renforcer l'effet de ses mots. Enfin, elle parvint à localiser l'aura inimitable de l'art de Khugatsaa. Une fois n'est pas coutume, elle ne la trouva pas au plus profond d'elle-même, mais quelque part à la périphérie de son esprit, à peine plus tangible qu'une caresse du vent. Fascinant.

À peine eut-elle trouvé le point de contact qu'il disparut, signe que la communication mentale avait été rompue. Meylan rouvrit ses yeux, réalisant seulement maintenant qu'elle les avait fermés pour mieux se concentrer sur ce qui se passait dans son esprit. Elle avait des questions, forcément, mais apparemment elle n'était pas la seule. En temps normal, elle aurait répondu évasivement au mieux ou même redirigé la conversation avec une phrase bien tournée, mais on n'était pas en temps normal. Pour une fois, elle n'était pas Meylan Lyrétoile, l'artiste qui voyait le monde entier comme une immense scène où jouer son rôle, mais une disciple de l'Immaculé qui voulait en apprendre plus au sujet des arcanes de sa magie. Ca changeait la donne.

"Ne le prenez pas comme une critique à l'encontre de vos bijoux, ils sont superbes, mais je pourrais croiser des joailliers sur n'importe quelle place commerçante. Par contre, j'ai assez rarement l'occasion de rencontrer d'autres disciples de Khugatsaa, et encore moins souvent l'occasion de discuter avec eux de ses dons."


Darga avait beau être cosmopolite, on y trouvait assez peu d'illusionistes confirmés. Il y avait bien Tezen, une aubergiste avec qui Meylan avait développé une relation assez cordiale et qui était une véritable virtuose, mais à quelques occasions prêt, la ménestrelle n'avait jamais vraiment osé questionner pour de bon la vénérable mage. L'aubergiste faisait partie de la poignée de personnes pour qui elle avait un profond respect, et elle ne voulait pas risquer de la blesser à cause de son ignorance. Une crainte absurde, elle en était consciente, car Tezen n'avait jamais paru s'offenser lors de leurs échanges. Et pourtant, une crainte bien réelle. Et puis, sans doute voulait-elle aussi éviter de se ridiculiser aux yeux de son aînée, dont l'opinion lui tenait plus à coeur qu'elle n'accepterait de l'admettre. Et ce, même si celle-ci la traitait de toute façon encore comme une enfant de temps à autre. Le privilège de l'âge.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Jeu 29 Nov - 23:26
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Intéressant, son interlocutrice ne lui en voulait pas d’avoir fait irruption dans son esprit d’une manière aussi intrusive qu’inopiné. Rares étaient ceux qui réagissaient de cette manière, de l’expérience personnelle du khurmi ils n’étaient que peu à ne pas avoir répondu par une méfiance extrême ou voir même par la violence alors que l’art de Khugatsaa caressait leur esprit, dévoilant leurs pensées, leurs secrets à celui qui envahissait cet espace si personnel, ce sanctuaire mental qui était d’ordinaire si paisible mais dont il venait briser l’harmonie pour y apporter des informations dans le meilleur des cas. Une pratique entaché par une méfiance tenace, parfois même une rancune qui pouvait être irraisonnée. Quoi de plus normal lorsque l’on est capable d’arracher les pensées les plus intimes de l’esprit de son voisin, en quoi était-ce un crime que de faire preuve de prudence et de méfiance face à ceux qui peuvent faire du mal en utilisant la nature même de leurs interlocuteurs ?

C’était une méfiance logique, Leynar n’aurait pu prétendre le contraire, d’autant plus qu’il n’aurait pas aimé en être victime lui-même. En cela il pouvait faire preuve d’une paranoïa au-delà du raisonnable. Certains avaient bien trop à perdre, les mensonges prononcé par n’en restaient pas moins susceptible d’être contrecarré par une rapide fouille de la mémoire. Une fouille coûteuse, certes, mais c’était un danger trop grand pour que certains ne puissent prendre le risque de ne serait-ce que le courir. Aussi le joaillier était habitué à cette méfiance comme nombre de ses semblables à vraie dire. On ne pouvait changer du jour au lendemain des méfiances aussi ancrées, aussi vivait-il avec, ce qui était parfois loin d’être facile, sa condition et son apparence faisant en sorte que peu mettaient leur méfiance de côté pour faire affaire. Il était un joaillier brillant, il n’en restait pas moins louche à bien des égards, ce visage masqué pour commencer n’apportait aucune sympathie ou confiance, quand bien même il avait des raison de cacher sa chair cela ne provoquait que la méfiance. Mais c’était une chose à laquelle il s’était habitué, et son travail parlait de lui-même après tout, il avait une petite réputation, minime, mais il en avait une, certains n’arrivaient pas jusque là.

Enfin bref, toujours était-il que la ménestrelle ne lui avait pas sauté à la gorge ou encore menacé après qu’il eût utilisé ce petit tour pour transmettre des informations de la plus originale et utile des manières. Il n’avait pas été plus loin qu’il n’aurait dû, et cela semblait avoir capté l’attention de son interlocutrice. Fascinant. Il aurait du se douter que quelqu’un faisant preuve d’une telle curiosité n’aurait que plus de questions à poser devant si peu de réponses, peut-être aurait-il dû montrer toute l’étendue des dons du Griffon Blanc dont-il était capable ? Non, ça n’était pas nécessaire, il pouvait très bien répondre à toutes ces questions posées par un esprit si curieux sans utiliser les dons de son architectes.

D’abord inconsciemment son interlocutrice froissa imperceptiblement son égo, mais simplement quelques instants, lui arrachant un sourire moqueur derrière les plis du morceau de tissu qui garantissait aux autres la quiétude d’ignorer comment était le visage du khurmi. Lui qui nourrissait une certaine fierté d’être particulièrement doué dans son domaine on ignorait simplement son œuvre. Le khurmi devait cependant bien avouer que devant un sujet aussi sérieux et aussi peu commun, à savoir les dons de Khugatsaa, ce qu’il pouvait bien produire n’avait qu’une très faible valeur.

-Oui, rares sont ceux qui parlent ouvertement de tout ce dont ils sont capable. Vous devez sûrement comprendre que devant nos dons il existe une méfiance particulièrement vivace, surtout pour ceux qui sont capable de s’introduire dans vos pensées les plus intimes. Vous n’avez jamais craint que quelqu’un puisse lire en vous comme dans un livre ouvert ? Enfin, pour ce qui est de vos pensées les plus récentes en tout cas. C’est une chose particulière que de s’approprier les pensées de quelqu’un d’autre, risquée aussi, mais qu’est-ce qui ne l'est pas après tout ? Il disait cela presque autant pour la ménestrelle que pour lui-même, un air vaguement songeur sur le visage alors qu’il haussait des sourcils qu’il ne possédait pas. Enfin, la majorité des autres khurmis que je connais utilisent plus volontiers leurs dons pour changer leur apparence que pour envahir les esprits des autres, et ceux qui sont capables de le faire ne le crient pas sur tout les toits, comme je vous le disais ça attire une méfiance inutilement persistante. Mais tout ce qui peut tromper les autres attire le doute, quand c’est utilisé pour de mauvaises raisons en tout cas.

Il le savait bien lui-même, la méfiance, voire la colère pouvait animer ceux qui se méfiaient de ce qui pouvait leur jouer des tours. Il ne le savait que trop bien d’ailleurs, c’était un message, voire un avertissement pour tout ceux qui pouvaient utiliser les dons de Khugatsaa à des fins malhonnête, personne ne s’en sort indéfiniment en utilisant ces dons pour faire de mauvaises choses. Un message dont il devrait se souvenir lui-même bien plus souvent.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Lun 10 Déc - 17:25
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Oh que oui, Meylan connaissait la méfiance! Elle était disciple de Khugatsaa elle aussi, après tout, même si ses dons étaient plus modestes que ceux de son interlocuteur. Et elle était aussi une ménestrelle, une actrice. Si son public se régalait de son art, d'autres voyaient d'un moins bon oeil les individus excentriques de sa profession, beaux parleurs capables de tromper avec leurs mots aussi sûrement qu'un enfant du Griffon pouvait dissimuler la vérité à l'aide de sa magie.

La tromperie était une chose, l'invasion de son intimité en était une autre, pire encore à ses yeux. En effet, elle le prendrait très, très mal si quelqu'un tentait de s'immiscer dans son esprit pour en retirer des informations qu'elle ne voulait pas partager. Mais si elle apprenait cet art, peut-être apprendrait-elle aussi à se défendre contre de telles invasions? Et puis, il y avait aussi d'autres applications possible pour cette facette des dons de l'Immaculé, des applications bénéfiques... Le chaos de l'Exposition Universelle lui revint à l'esprit. Combien de ces gens paniqués aurait-elle pu aider si elle avait été capable de pénétrer leur esprit pour les aider à démêler le vrai du faux?

"Je vous rejoins volontiers au sujet de la méfiance. À croire que nous n'avons même pas besoin des Daënars pour trouver des individus à craindre."

Une constatation à la fois désolante et inquiétante, car comment My'trä pourrait-elle résister au continent oriental s'il n'y avait pas de confiance entre ceux qui seraient appelés à coopérer?

"Vous dites que la plupart des Khurmi que vous connaissez préfèrent altérer leur apparence plutôt que d'aller se promener dans les esprits des autres, mais vous avez bien dû apprendre quelque part, vous entraîner, non? Ou vos dons vous sont venus spontanément?"

La question suivante, pas encore formulée mais probablement facile à deviner, serait si Meylan pourrait elle aussi être formée à cette facette de l'Art de leur Architecte commun. Mais elle se retint de la poser trop directement pour le moment.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé