Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !



 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Toujours garder l'esprit ouvert [PV Gwen]

Swenn Milazzo
avatar
Dim 12 Aoû - 23:41
Irys : 570405
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Qu'est-ce qu'il faut pas faire. Ce marché n’est pas pour lui plaire, et pourtant, Swenn est bien là, à avancer sur les pavés encore trempés de l'après midi pluvieuse qu'a connu Cerka. La démarche assurée, l'air toujours aussi morose qu'à l'accoutumée, il quitte l'un des rares endroits qui bénéficie de l'éclairage public pour se diriger dans un coin beaucoup plus sombre de la capitale régionale, qui ne peut compter que sur la lumière de l'astre lunaire.

Seul, n'ayant pas l'intention de s'encombrer de son bruyant compagnon à plumes pour cette nuit, il continue son chemin au gré des ruelles de plus en plus étroites, sans avoir à croiser grand monde. Sûrement la seule ville où il ne se perd plus depuis des années. Enveloppé dans une longue veste qui sert autant à le protéger des températures encore trop fraiches à son goût qu'à camoufler ce pour quoi il se déplace cette nuit, capuche rabattue sur la tête bien qu'aucune goutte ne tombe plus du ciel, le jeune homme arrive finalement à destination. Derrière un simple hangar, en état douteux, se fondant parfaitement dans le décor de ce coin de la ville.

Lorsqu'il arrive au lieu convenu, personne n'est encore sur place. Ou plutôt, personne n'est encore visible. Rien qui n'étonne Swenn. Habitué à ces façons de faire, il attend patiemment, laissant les minutes s'écouler. Jusqu'à ce qu'une ombre finisse par se distinguer dans cet environnement où il est difficile de voir plus loin que le bout de ses pieds. Mais la voix qui s'élève en suivant est suffisante à l'assurer de l'identité de son interlocuteur. Il s'agit de Bradley, son principal intermédiaire lorsqu'il a à traiter avec cette bande. Sans pour autant parler de sympathie, de toutes les crapules qui trainent dans ces quartiers, il est l'une des rares que le chimiste ne méprise pas intégralement. Sûrement la raison pour laquelle c'est toujours à lui qu'il a affaires. Tant mieux. L'échange n'en sera que plus rapide. Il n'a pas l'intention de rester plus de temps que nécessaire dans cette partie de la ville.

- "Alors, t'as réussi à tout faire ?"

- "Je serais pas là si c'était pas le cas..."

Bon, il n'est pas complètement mauvais, mais pour autant, ce mec n'est pas une lumière. Au moins ne s'offusque-t-il pas des réponses toujours peu amicales que peut servir le Doc. Ces quelques politesses échangées, seules preuves de leur identité respective, le dernier arrivé avance, réduisant les mètres qui les séparent pour pouvoir procéder à l'échange.

Bien qu'ils ne soient pas de parfaits inconnus l'un pour l'autre, Bradley garde tout de même une arme à la main, bien en évidence. Pas difficile à distinguer pour qui le regarde avec attention, cette extension au bout de son bras étant d'une forme parfaitement reconnaissable. Mais Swenn le sait, aucun des hommes de ce réseau n'a d'intérêt à le voir mort. Raison pour laquelle il accepte ces quelques livraisons un peu plus volumineuses que ce qu'il s'autorise habituellement. S'assurer de garder de "bonnes relations", d'entretenir des échanges réguliers, ni trop ni trop peu. Seule façon de procéder pour continuer à remplir rapidement sa bourse sans pour autant se retrouver directement impliqué dans ces activités bien trop risquées. Il ne tient pas à être associé à quoi que ce soit d'illégal. Ce serait mauvais pour sa réputation. Or, s'il veut pouvoir être intégré dans les programmes de recherche les plus prestigieux, il faut paraitre clean. En plus d'avoir de l'argent.

- "Tu sais que tu pourrais multiplier les Irys si t'acceptais de nous rejoindre ! Le boss dirait jamais non."

Un sourire imperceptible alors qu'il passe son bras droit sous sa veste, en retirant deux paquets relativement volumineux. Bien plus que ceux qu'il sort habituellement. L'un plein de sachets plus petits contenant toutes sortes de cristaux, l'autre plusieurs comprimés. De nouveaux essais sur des drogues de synthèse. Encore trop peu développées pour rentrer dans un quelconque cadre législatif, mais on n'est jamais trop prudent. Les effets exacts de ces produits encore peu connus, mis à part le côté stimulant expressément demandé. Swenn s'est donc arrangé pour obtenir les noms des différents clients à qui seront vendus ces produits. Dans le but de pouvoir vérifier les conséquences directes chez ces personnes. Et d'adapter au mieux ses dosages pour les prochaines fois. Des méthodes qu'il n'apprécie que moyennement mais après tout, pour faire avancer la science, les tests sont indispensables. Alors s'il y a des volontaires... Ouais, chacun se donne bonne conscience comme il peut.

Le chimiste se garde bien de fournir une réponse. Évidemment qu'il est au courant, que l’appât du gain est le principal mode de recrutement de ces gangs. Mais il a assez donné. La contrepartie principale, à savoir l'absence totale de libertés, il ne veut plus la payer. Cette fois encore, il va se contenter de fournir la marchandise convenue. De récupérer la somme d'Irys qui lui permettra de continuer ses recherches aux thèmes divers et variés. Puis de faire simplement demi tour. Peut-être bien pour aller se poser dans une taverne quelconque, profiter d'un verre après cette subtile montée d'adrénaline qui ne manque pas à chaque fois qu'il est sur le point de conclure une transaction. Il est bien placé pour savoir qu'avec ces gens là, tout ne se déroule pas exactement comme le plan initial le prévoyait. Et il faut bien l'admettre, il l'apprécie cette tension qui monte lentement.


"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme"




1
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Hier à 11:08
Irys : 1661835
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
À l’abri derrière des caisses usées par le temps pour écouter leur discussion, j’ai pris ma décision. Ça n’a pas été très facile de suivre ce type. Il a dû sentir ma présence à un moment ou à un autre au vu du nombre de détour qu’il a fait. Ou alors il est sacrément paranoïaque. Il a des raisons de l’être je suppose. Si j’ai su le trouver d’autres auraient pu en faire autant et aux bruits qui court ça va bientôt péter avec le gang rival. C’est grâce à cette tension que j’ai pu mettre la main sur ce rendez-vous. Ainsi qu’un brin de mensonge et d’enrobage.

Ça fait longtemps que j’envisage cette acquisition. Depuis la rencontre infortunée avec ce soldat au fort Felsberg. Un moyen d’assurer mes arrières au cas où les choses tourneraient mal. Surtout lorsque j’irais à my’tra. Là-bas hors de question d’emporter ma technologie, je le sais. Je devrais donc m’appuyer sur d’autres outils. L’idée de voyager ailleurs trotte aussi dans ma tête depuis quelque temps. J’ai visité toutes les régions du continent, pas toutes les villes bien sûr, et j’ai l’impression de tourner en rond. Mais il n’y a pas que ça. Disons que les diverses altercations entre my’tran et daenars où je me suis retrouvée mêlée malgré moi m’ont fait réfléchir. Peut-être parce que la violence n’avait rien à voir avec celle de petites frappes et les cibles n’étaient pas des bandits ou des malfrats qui avaient choisis cette vie. Ce n’est pas sain. Je veux arrêter d’être mêlée à ça. Je me dis que de l’autre côté ce sera peut-être différend.

Bref, j’attends de voir le client s’éloigner. Mieux vaut éviter de le croiser. C’est la première fois que je cherche à faire ce type de transaction. Ce n’est pas parce qu’on vit dans l’ombre de la loi qu’on en transgresse tous les préceptes. Bien que ce ne soit pas à cause d’elle que j’ai évité les drogues. C’est du simple bon sens que de garder l’esprit clair et un bon contrôle sur son corps pour faire des acrobaties, voler. J’ai peut-être eu quelque déboire avec l’alcool mais…

Maintenant reste à voir si je l’aborde tout de suite ou je tente plus loin. Avec de la chance il ira chez lui ou dans une taverne pour boire son argent comme tant d’autres. L’avantage de la boisson, c’est que ça le détendra mais il risque d’y avoir du monde autour, ce qui vu le sujet que je veux aborder n’est pas top. En même temps apostropher ce type au milieu de la rue ne m’accordera pas forcément sa confiance. Il serait tellement plus simple de juste le voler mais dans ce cas je ne serais pas quels produits je détiendrais, si j’en récupère. La seule chose que je sais qu’il possède de source sûr sous son manteau qui cache tout, c’est les irys de sa transaction. Rien ne me plaît vraiment et le temps s‘écoule, le retour vers des rues plus peuplées s’approche. Un choix s’impose.

Je m’approche à pas de loup et je tente de lui soutirer ce qui se trouve dans sa poche droite, quoique ce soit, pour lui remettre l’instant d’après genre « vous avez fait tombé quelque chose ». Sauf que j’ai dû mal le jauger ou sous estimer l’effet de sa rencontre avec le malfrat, il me repère. Autant commencer la conversation maintenant.

« Je ne voulais pas vous surprendre mais je ne voulais pas crier dans ces rues désertes, vous comprenez. Histoire de pas attirer une attention non nécessaire… »

Avec la pénombre qui règne par ici, il ne doit pas me discerner vraiment. Sauf mes cheveux blonds. Pour mes vêtements noirs, c’est un peu plus délicat. Pas besoin de grand manteau pour dissimuler ma silhouette par une nuit si nuageuse. Ma veste courte se charge de me garder du froid et de cacher mes dagues, c’est suffisant. Quand à ces dernières, elles me protègent du reste.

« J’aimerais vous parler si vous voulez bien. J’ai besoin d’aide et on m’a dit que vous étiez la bonne personne pour m’aider. »

Pas sûr que le dealer morde à l’hameçon. Cependant les quelques mots échangés plus tôt et son refus de devenir un grand producteur de poison me disent qu’il doit avoir une once d’éthique. Je peux me tromper bien sûr. Je n’ai pas tant d’information à son sujet. Le temps m’a manqué entre le moment où j’ai su pour ce rendez-vous et le rendez-vous même. Je n’ai pas eu le temps de bien creuser. Pas autant que je le fais pour un cambriolage, de la revente ou quoi que ce soit incluant ce type de risque. J’ai saisi une occasion, faisant confiance à ma capacité à me tirer de là si jamais les choses ne se passaient pas comme prévu. Un risque contrôlé quoi.

HRP:
 




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur