Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 Toujours garder l'esprit ouvert [PV Gwen]

Swenn Milazzo
avatar
Dim 12 Aoû - 23:41
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Qu'est-ce qu'il faut pas faire. Ce marché n’est pas pour lui plaire, et pourtant, Swenn est bien là, à avancer sur les pavés encore trempés de l'après midi pluvieuse qu'a connu Cerka. La démarche assurée, l'air toujours aussi morose qu'à l'accoutumée, il quitte l'un des rares endroits qui bénéficie de l'éclairage public pour se diriger dans un coin beaucoup plus sombre de la capitale régionale, qui ne peut compter que sur la lumière de l'astre lunaire.

Seul, n'ayant pas l'intention de s'encombrer de son bruyant compagnon à plumes pour cette nuit, il continue son chemin au gré des ruelles de plus en plus étroites, sans avoir à croiser grand monde. Sûrement la seule ville où il ne se perd plus depuis des années. Enveloppé dans une longue veste qui sert autant à le protéger des températures encore trop fraiches à son goût qu'à camoufler ce pour quoi il se déplace cette nuit, capuche rabattue sur la tête bien qu'aucune goutte ne tombe plus du ciel, le jeune homme arrive finalement à destination. Derrière un simple hangar, en état douteux, se fondant parfaitement dans le décor de ce coin de la ville.

Lorsqu'il arrive au lieu convenu, personne n'est encore sur place. Ou plutôt, personne n'est encore visible. Rien qui n'étonne Swenn. Habitué à ces façons de faire, il attend patiemment, laissant les minutes s'écouler. Jusqu'à ce qu'une ombre finisse par se distinguer dans cet environnement où il est difficile de voir plus loin que le bout de ses pieds. Mais la voix qui s'élève en suivant est suffisante à l'assurer de l'identité de son interlocuteur. Il s'agit de Bradley, son principal intermédiaire lorsqu'il a à traiter avec cette bande. Sans pour autant parler de sympathie, de toutes les crapules qui trainent dans ces quartiers, il est l'une des rares que le chimiste ne méprise pas intégralement. Sûrement la raison pour laquelle c'est toujours à lui qu'il a affaires. Tant mieux. L'échange n'en sera que plus rapide. Il n'a pas l'intention de rester plus de temps que nécessaire dans cette partie de la ville.

- "Alors, t'as réussi à tout faire ?"

- "Je serais pas là si c'était pas le cas..."

Bon, il n'est pas complètement mauvais, mais pour autant, ce mec n'est pas une lumière. Au moins ne s'offusque-t-il pas des réponses toujours peu amicales que peut servir le Doc. Ces quelques politesses échangées, seules preuves de leur identité respective, le dernier arrivé avance, réduisant les mètres qui les séparent pour pouvoir procéder à l'échange.

Bien qu'ils ne soient pas de parfaits inconnus l'un pour l'autre, Bradley garde tout de même une arme à la main, bien en évidence. Pas difficile à distinguer pour qui le regarde avec attention, cette extension au bout de son bras étant d'une forme parfaitement reconnaissable. Mais Swenn le sait, aucun des hommes de ce réseau n'a d'intérêt à le voir mort. Raison pour laquelle il accepte ces quelques livraisons un peu plus volumineuses que ce qu'il s'autorise habituellement. S'assurer de garder de "bonnes relations", d'entretenir des échanges réguliers, ni trop ni trop peu. Seule façon de procéder pour continuer à remplir rapidement sa bourse sans pour autant se retrouver directement impliqué dans ces activités bien trop risquées. Il ne tient pas à être associé à quoi que ce soit d'illégal. Ce serait mauvais pour sa réputation. Or, s'il veut pouvoir être intégré dans les programmes de recherche les plus prestigieux, il faut paraitre clean. En plus d'avoir de l'argent.

- "Tu sais que tu pourrais multiplier les Irys si t'acceptais de nous rejoindre ! Le boss dirait jamais non."

Un sourire imperceptible alors qu'il passe son bras droit sous sa veste, en retirant deux paquets relativement volumineux. Bien plus que ceux qu'il sort habituellement. L'un plein de sachets plus petits contenant toutes sortes de cristaux, l'autre plusieurs comprimés. De nouveaux essais sur des drogues de synthèse. Encore trop peu développées pour rentrer dans un quelconque cadre législatif, mais on n'est jamais trop prudent. Les effets exacts de ces produits encore peu connus, mis à part le côté stimulant expressément demandé. Swenn s'est donc arrangé pour obtenir les noms des différents clients à qui seront vendus ces produits. Dans le but de pouvoir vérifier les conséquences directes chez ces personnes. Et d'adapter au mieux ses dosages pour les prochaines fois. Des méthodes qu'il n'apprécie que moyennement mais après tout, pour faire avancer la science, les tests sont indispensables. Alors s'il y a des volontaires... Ouais, chacun se donne bonne conscience comme il peut.

Le chimiste se garde bien de fournir une réponse. Évidemment qu'il est au courant, que l’appât du gain est le principal mode de recrutement de ces gangs. Mais il a assez donné. La contrepartie principale, à savoir l'absence totale de libertés, il ne veut plus la payer. Cette fois encore, il va se contenter de fournir la marchandise convenue. De récupérer la somme d'Irys qui lui permettra de continuer ses recherches aux thèmes divers et variés. Puis de faire simplement demi tour. Peut-être bien pour aller se poser dans une taverne quelconque, profiter d'un verre après cette subtile montée d'adrénaline qui ne manque pas à chaque fois qu'il est sur le point de conclure une transaction. Il est bien placé pour savoir qu'avec ces gens là, tout ne se déroule pas exactement comme le plan initial le prévoyait. Et il faut bien l'admettre, il l'apprécie cette tension qui monte lentement.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mar 14 Aoû - 11:08
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
À l’abri derrière des caisses usées par le temps pour écouter leur discussion, j’ai pris ma décision. Ça n’a pas été très facile de suivre ce type. Il a dû sentir ma présence à un moment ou à un autre au vu du nombre de détour qu’il a fait. Ou alors il est sacrément paranoïaque. Il a des raisons de l’être je suppose. Si j’ai su le trouver d’autres auraient pu en faire autant et aux bruits qui court ça va bientôt péter avec le gang rival. C’est grâce à cette tension que j’ai pu mettre la main sur ce rendez-vous. Ainsi qu’un brin de mensonge et d’enrobage.

Ça fait longtemps que j’envisage cette acquisition. Depuis la rencontre infortunée avec ce soldat au fort Felsberg. Un moyen d’assurer mes arrières au cas où les choses tourneraient mal. Surtout lorsque j’irais à my’tra. Là-bas hors de question d’emporter ma technologie, je le sais. Je devrais donc m’appuyer sur d’autres outils. L’idée de voyager ailleurs trotte aussi dans ma tête depuis quelque temps. J’ai visité toutes les régions du continent, pas toutes les villes bien sûr, et j’ai l’impression de tourner en rond. Mais il n’y a pas que ça. Disons que les diverses altercations entre my’tran et daenars où je me suis retrouvée mêlée malgré moi m’ont fait réfléchir. Peut-être parce que la violence n’avait rien à voir avec celle de petites frappes et les cibles n’étaient pas des bandits ou des malfrats qui avaient choisis cette vie. Ce n’est pas sain. Je veux arrêter d’être mêlée à ça. Je me dis que de l’autre côté ce sera peut-être différend.

Bref, j’attends de voir le client s’éloigner. Mieux vaut éviter de le croiser. C’est la première fois que je cherche à faire ce type de transaction. Ce n’est pas parce qu’on vit dans l’ombre de la loi qu’on en transgresse tous les préceptes. Bien que ce ne soit pas à cause d’elle que j’ai évité les drogues. C’est du simple bon sens que de garder l’esprit clair et un bon contrôle sur son corps pour faire des acrobaties, voler. J’ai peut-être eu quelque déboire avec l’alcool mais…

Maintenant reste à voir si je l’aborde tout de suite ou je tente plus loin. Avec de la chance il ira chez lui ou dans une taverne pour boire son argent comme tant d’autres. L’avantage de la boisson, c’est que ça le détendra mais il risque d’y avoir du monde autour, ce qui vu le sujet que je veux aborder n’est pas top. En même temps apostropher ce type au milieu de la rue ne m’accordera pas forcément sa confiance. Il serait tellement plus simple de juste le voler mais dans ce cas je ne serais pas quels produits je détiendrais, si j’en récupère. La seule chose que je sais qu’il possède de source sûr sous son manteau qui cache tout, c’est les irys de sa transaction. Rien ne me plaît vraiment et le temps s‘écoule, le retour vers des rues plus peuplées s’approche. Un choix s’impose.

Je m’approche à pas de loup et je tente de lui soutirer ce qui se trouve dans sa poche droite, quoique ce soit, pour lui remettre l’instant d’après genre « vous avez fait tombé quelque chose ». Sauf que j’ai dû mal le jauger ou sous estimer l’effet de sa rencontre avec le malfrat, il me repère. Autant commencer la conversation maintenant.

« Je ne voulais pas vous surprendre mais je ne voulais pas crier dans ces rues désertes, vous comprenez. Histoire de pas attirer une attention non nécessaire… »

Avec la pénombre qui règne par ici, il ne doit pas me discerner vraiment. Sauf mes cheveux blonds. Pour mes vêtements noirs, c’est un peu plus délicat. Pas besoin de grand manteau pour dissimuler ma silhouette par une nuit si nuageuse. Ma veste courte se charge de me garder du froid et de cacher mes dagues, c’est suffisant. Quand à ces dernières, elles me protègent du reste.

« J’aimerais vous parler si vous voulez bien. J’ai besoin d’aide et on m’a dit que vous étiez la bonne personne pour m’aider. »

Pas sûr que le dealer morde à l’hameçon. Cependant les quelques mots échangés plus tôt et son refus de devenir un grand producteur de poison me disent qu’il doit avoir une once d’éthique. Je peux me tromper bien sûr. Je n’ai pas tant d’information à son sujet. Le temps m’a manqué entre le moment où j’ai su pour ce rendez-vous et le rendez-vous même. Je n’ai pas eu le temps de bien creuser. Pas autant que je le fais pour un cambriolage, de la revente ou quoi que ce soit incluant ce type de risque. J’ai saisi une occasion, faisant confiance à ma capacité à me tirer de là si jamais les choses ne se passaient pas comme prévu. Un risque contrôlé quoi.

HRP:
 




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Jeu 16 Aoû - 15:38
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Tout se passe comme prévu. L'échange se fait dans les conditions les plus banales qui soient. L'avantage de passer par des personnes déjà connues. Pas besoin de passer des heures en vérification, où chacun reste sur ses gardes jusqu'à ce que les objets au centre de la transaction ne changent de mains. Quelques préconisations standards relatives à la consommation de ces produits, un rapide coup d’œil au contenu de la bourse qu'il reçoit en échange, et pas la moindre salutation alors que les deux hommes repartent chacun de leur côté. A peine un soupire de soulagement pour faire redescendre cette légère adrénaline qui se manifeste toujours en ces instants, Swenn n'a pas l'intention de trainer plus de temps que nécessaire dans cette partie de la ville.

Mais il faut croire que le moment détente n'est pas pour tout de suite. Il n'a pas encore atteint les coins plus animés de la capitale qu'il distingue une ombre beaucoup trop proche. Et il a bien assez fréquenté ces ruelles pour savoir que ce genre de comportement n'est pas anodin. N'ayant pas l'intention de rentrer à vide, il stoppe son avancée pour faire face au nouvel arrivant, prêt à lui courir après si nécessaire. Nouvelle arrivante s'il se fit à la voix de cette dernière, qui ne perd pas plus de temps pour prendre la parole d'ailleurs. Dans ces conditions, difficile de savoir s'il peut apporter du crédit aux mots qui sortent de sa bouche. Non, en fait, la probabilité que ce ne soient que de purs mensonges dont l'objectif est de détourner l'attention de celui à qui ils sont adressés est bien plus forte. Une gamine - s'il en juge par la faible stature de la demoiselle qui lui fait désormais face - qui traine dans cet endroit à cette heure avancée de la nuit, il n'y a pas une grande diversité de conclusions envisageables.

- "J'ai du mal à voir ce que je peux apporter comme aide à quelqu'un qui n'a visiblement besoin d'aucun accord pour se servir."

Ses yeux qui ne lâchent pas la silhouette fraichement débarquée, impossible de savoir si ce qu'il affirme est bien la vérité, mais la jeune femme ne doit de toute façon pas être parfaitement blanche. D'ailleurs, il n'y a pas la plus petite once de colère dans ces mots. Ils sont seulement prononcé de façon totalement détachée, sonnant davantage comme un simple constat. Parce que même si Swenn avait simplement envie de se débarrasser de miss sans gênes, il ne peut exclure la possibilité que des complices soient impliqués. Mieux vaut ne pas se montrer trop direct. Et puis, il faut bien admettre que repousser expressément quelqu'un qui a le culot de l'accoster de la sorte pour lui demander de l'aide n'est pas dans ses façons de faire. Mais évidemment, il ne va pas pour autant lui simplifier la tache.

- "Quoi qu'il en soit, cet endroit n'est pas des plus adapté pour une conversation. Si t'as vraiment quelque chose à demander, suis moi. Sinon, dégage. Et garde tes mains loin de moi."

Quelques secondes supplémentaires à tenter de dévisager son interlocutrice malgré le peu de lumière, le chimiste finit par se décider à reprendre sa route, non sans une légère pointe d'appréhension. Il n'a pas l'intention d'aller très loin. Il se doute bien que si la petite blonde a vraiment quelque chose d'intéressant à dire, son contenu doit éviter les oreilles indiscrètes. Elle ne se serait pas donné la peine de l'accoster en un tel endroit autrement. Pour autant, il n'est vraiment pas à l'aise dans ces quartiers malgré son allure nonchalante. Même s'il a réussi à éviter les trop gros ennuis jusqu'ici, il n'est pas sans savoir qu'avec cette partie de la population, les revirements de situation ne sont jamais à exclure. Et sont rarement appréciables. Alors s'il peut mettre un peu plus de distance avec ce coin de Cerka, tout en réussissant à discerner davantage le visage de la demoiselle, il ne s'en sentira que mieux.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Sam 18 Aoû - 10:38
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Direct et pas trop bête, pas trop agressif non plus, ça fait mon affaire si ça n’empêche pas la transaction ! Inutile de démentir, il a raison même s’il se trompe sur le but de mon larcin. J’assume totalement mes activités. Lui par contre ? Encore une fois, ce n’est pas mon problème tant que ça ne gêne pas le futur échange. Juste un truc à prendre compte. Tout comme le fait qu’un gros rat obèse, voir humain, s’est agité à notre passage devant une des ruelles transversales. Ça ne me concerne pas jusqu’à ce que ça le fasse.

« Tu sais un manteau comme ça crie sur tous les toits que t’as un truc à cacher et te colle une cible sur le dos. »

Je hausse les épaules et j’enchaîne sur ce qui m’intéresse vraiment. Même si j’appartiens au monde de la nuit, traîner ici plus que nécessaire n’est pas une bonne idée. Je ne tiens pas à rencontrer des confrères, peu probable, des malfrats ou pire la milice perdue. Avec son accoutrement, sûr qu’ils viendront nous voir. Bien que j’ai confiance en mes jambes, je préférais éviter de me faire remarquer ici avant d’avoir pu accomplir mon objectif. Donc je ne traîne pas pour faire ma demande. Le plus vite on a un accord, le plus vite on sortira de cette immobilité qui craint.

« J’aurais besoin d’une arme de secours pour My’tra, la technologie c’est hors de question. Parait que c’est ton domaine les poisons et les drogues. »

Inutile de se perdre dans les justifications. Pas tant qu’il ne donne pas son accord ou un signe qu’on peut négocier. Et encore là, … Il n’y a pas grand-chose à rajouter de mon point de vue. J’ai besoin d’un moyen efficace de me sortir de situation périlleuse, particulièrement si je tombe sur un mage gênant. Un moyen autre que les dagues. Quant au gadget, je ne veux pas les prendre. Ce serait se coller une cible sur le front. Je ne sais pas encore à quel point les daënars sont mal vus là-bas. Ni quand j’irais. Probablement lorsque j’aurais fini ce job pour Alisthiana. Tout dépendra de comment ça se passe.    

Un second bruit suspect se fait entendre à l’opposé de là où nous nous tenons. Un simple coup d’oeil ne suffit pas à en déterminer la provenance. Il fait trop noir pour ça en plus du fouillis qui encombre l’allée. Je n’ai pas mes lunettes avec moi ce soir. Mais je n’en ai pas vraiment besoin pour lever une partie du mystère : c’est une personne et elle ne nous veut pas du bien. La balle qui siffle non loin de nous est plus que suffisant pour m’en convaincre et tirer le dealer avec moi, hors de question de le perdre de vue maintenant. Je pense que dans ces circonstances, il supportera le contact de mes mains. J’aurais très clairement pu le laisser derrière, ce n’est probablement pas après moi qu’on en a. Je n’ai encore rien fait ici, pas récemment en tout cas. Rien qui ne me vaudrait ce tir sans avertissement. Ou était-ce tir l’avertissement ? Pas vraiment le temps de creuser la question alors qu’on cours à l’opposé de l’agresseur. Avec de la chance il est seul et veut juste lui faire peur. Et surtout, surtout, on atteindra les lumières salvatrices à à peine quatre rues de nous. Après rien de plus facile que de se faufiler dans une taverne bondé ou tout autre établissement de rez-de-chaussé ouvert la nuit. Pas vraiment le moment non plus de poursuivre la conversation… Ou de sortir mes dagues. Face à une arme à feu sans l’élément de surprise, je ne peux pas grand-chose.




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Lun 20 Aoû - 22:51
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Eh ben, il ne s'attendait sûrement pas à ce genre de demande. A vrai dire, Swenn ne s'attendait à rien de spécial venant de la jeune femme. Seulement à la voir tourner les talons, saisissant cette option de fuite qu'il lui laisse. Mais lui parler de My'tra, de drogues et de poisons en même temps... Voilà qui est inhabituel. Alors évidemment, ça plait au chimiste. Même si ce n'est pas une raison suffisante pour le voir exprimer le plus petit intérêt qui soit. Parce que s'il se fait assez classiquement aborder pour des questions de drogues diverses, en ce qui concerne les poisons en revanche, c'est bien plus rare. Disons que tout le monde sait à quoi ils servent. Faire une telle demande à un inconnu parait plutôt risqué. Sûrement pour ça qu'il y a cette histoire de My'tra dans le lot. C'est toujours plus facile de se présenter comme étant du bon côté, à seulement vouloir s'en prendre aux méchants...

Mais Swenn n'a pas le temps de réfléchir davantage aux mots qui viennent de lui être adressés, que le bruit caractéristique d'une balle, beaucoup trop proche d'eux pour n'être qu'une erreur, se fait entendre. Voilà bien la raison pour laquelle il déteste ce genre d'endroits. Impossible de prévoir quoi que ce soit ! Il n'oppose aucune résistance en sentant la main de la demoiselle l'attraper pour l'entrainer loin de cet étranger. Bien sûr que tout cela n'est peut-être qu'un coup monté. Mais même si c'était le cas, il préfère avoir affaire à la petite blonde seule qu'à un potentiel acolyte dont il ne sait rien, si ce n'est qu'il est armé et n'hésite pas à s'en servir.

Et elle a l'air de savoir où elle va, puisqu'ils laissent bien vite ces quartiers à la triste réputation derrière eux. Difficile de savoir s'ils sont toujours poursuivis ou si ce tir n'avait pour seul but que de les voir déguerpir. Mais dans le doute, mieux vaut continuer leur course, mettre le plus de distance entre l'inconnu aux mauvaises manières et eux. Pour voir apparaitre des habitations plus nombreuses à l'intérieur éclairé, leur offrant une meilleure visibilité de leur environnement. Malgré tout, l'heure n'est pas encore à l'inspection plus poussée de sa camarade imposée.

- "Par ici."

Alors qu'ils tournent à un nouvel angle, Swenn guide la petite blonde vers l'entrée d'un des bâtiments ouvert à cette heure-ci. Une auberge tout ce qu'il y a de plus classique, d'où un vacarme certain s'échappe à travers les fenêtres au faible pouvoir d'isolation. Sans perdre une seconde de plus, il ouvre la porte et s'engouffre à l'intérieur accompagné de la demoiselle. Et prend évidemment soin de refermer derrière eux. Pour la chaleur bien sûr. Il a toujours détesté ces températures qu'il juge encore d'hivernales. Vivement l'été.

Il y a du monde ce soir. Et l'auberge est suffisamment loin du centre ville pour ne pas attirer l'élite. Ces gens qui restent bien habillés et courtois en toute circonstance. Même alcoolisés. Non, là, c'est tout l'inverse. Une belle bande de rustres comme il n'est pas surprenant d'en trouver dans le coin. Au vocabulaire aussi pauvre que les décibels qu'ils sont capable de sortir sont fortes. La démarche chancelante, une partie s'essaie pourtant à quelques pas de danse maladroits au rythme de la musique assurée par deux apprentis ménestrels. Beaucoup d'agitation en bref. Rien pour faire plaisir à Swenn, mais ils vont au moins pouvoir rester à l'abri dans un coin, le temps de s'assurer que plus personne de potentiellement hostile ne soit dans les parages. Et avec le boucan qui règne, au moins pourront-ils avoir une conversation sans avoir besoin de chuchoter de façon suspecte, leurs voix seront aisément couvertes.

- "Ce sera toujours mieux que la rue." Ces mots plus marmonnés pour lui-même que pour sa nouvelle camarade, il se dirige naturellement vers le fond de la pièce, esquivant au passage les quelques clients qui ne tiennent pas en place. "Et ça nous permettra de faire un peu connaissance. J'ai pas pour habitude de parler affaires avec une inconnue. T'es majeure ?"

Question qui pourrait paraitre légitime en voyant la jeunesse manifeste de la jeune femme, associée à la présence d'un serveur non loin d'eux. Ridicule de s'inquiéter de son âge alors qu'ils se situent dans un établissement où l'alcool coule à flot, sachant que la miss a évoqué quelques minutes plus tôt son désir de disposer de drogues et poisons ? Sûrement. Si son intention avait été de lui interdire toute boisson alcoolisé en cas de réponse négative. Évidemment, le rôle de l'adulte responsable et moralisateur, ce n'est sûrement pas pour Swenn. Non, cette question est bien plus là pour engager les discussions sur une autre base que celle purement professionnelle. Dans les conditions actuelles, il n'est pas question qu'il accepte la moindre proposition. Et, ça lui permettra d'évaluer les oreilles qui les entourent. S'assurer qu'aucune d'entre elles ne leur porte trop d'attention pour évoquer un tel sujet qui pourrait lui valoir bien des ennuis.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Mer 22 Aoû - 17:58
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Il n’a effectivement pas fait le difficile et m’a suivi. En fait, on s’est suivi mutuellement pour se mettre à l’abri dans le premier boui-boui dans une rue « passante ». C’est à dire qu’à cette heure et par ce temps, il n’y pas foule dehors. Du moins, je n’ai pas remarqué grand monde dehors. Ce qui ne veut pas dire grand-chose comme j’étais plus occupée à courir et à chercher un abri qu’à faire dans la dentelle. La même chose s'applique à l'établissement dans lequel on vient de pénétrer. Ils doivent servir de la piquette ici, mais qu’importe, il y a du monde et personne n’a remarqué notre entrée. Ils sont bien trop occupés à se marcher sur les pieds ! Ou à faire des commentaires dont je me serais passée.

« Tu demandes l’âge aux drogués aussi ? »

Sérieusement ! Pas besoin d’être majeur pour voler ou être dans le milieu. Faut commencer jeune pour réussir. Voleur ça s’improvise pas, je ne sais pas ce qu’il croit lui. Moi j'ai commencé à cinq ans. Et je ne suis pas la seule ! Quand c'est de famille, c'est normal. Et je ne parle même pas des gamins des rues, simples chenapans.

« Je comprends mais à partir de quand tu considères qu’une personne n’est plus une inconnue ? Je t’ai parlé d’un de mes projets futurs déjà. Parce que bon, je suis pas sûre d’avoir très envie de passer plusieurs soirées avec toi vu comment ça se passe. »

Bon, je crois que les événements m’ont mise un peu sur les nerfs… Il a pas tord sur le fait de ne pas traiter avec des inconnus. Moi même, je ne vends rien avant d’être sûre, d’avoir fait une petite enquête sur le receleur. Qu’il ait pas été trop arrêté, s’il commence à connaître plus de flics que de voleurs ça pue, l’inverse est vrai aussi. Un type jamais arrêté, il y a anguille sous roche, à moins de  s’appeler Ludwig Strauss. Enfin, lui, c’est pas un petit receleur. Ou alors, je me fie à la Guilde pour filer le trésor. Les voleurs c'est une autre histoire bien sûr. J'en suis bien la preuve, je n'ai jamais mis les pieds en prison depuis mes débuts !  

« Tu veux qu’on échange nos noms ? Je m’appelle Gwen et toi ? »

Mon ton est toujours un brin agressif, j’y peux rien. Et je ne suis pas tellement désolée. Il est censé vouloir les vendre ses produits quand même ! Et puisqu’il est plutôt direct depuis le début, je n’ai pas de raison de me gêner. C’est pas moi la professionnelle sur le coup, pas besoin de prendre des pincettes. Pas trop ? Je ne devrais peut être pas oublié qu’il peut se servir de poison… Enfin, c’est pas comme si je comptais boire le jus de chaussette servi ici, si j’en ai commandé un au passage c’est plus pour donner contenance qu’autre chose. Histoire que si notre poursuivant entre il ne nous remarque pas au premier coup d’œil, que ça nous laisse une chance de filer. Comme ça, ça me simplifie la vie, je n’ai qu’une chose à surveiller : la porte. La assise à côté de « mon » dealer, dos contre le mur, je suis assez bien placée pour ça. Même si le tumulte des gens dansant est légèrement gênant. Mais c’est ça où être à une table trop proche de l’entrée.




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Ven 24 Aoû - 23:23
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
- "Seulement quand ils paraissent ne pas avoir terminé leur croissance."

Une réponse tout ce qu'il y a de plus sérieuse, le ton calme et posé employé pour prononcer ces mots en décalage avec l'agacement manifeste de son interlocutrice. Rien pour faire changer Swenn de comportement. Ni pour l'encourager à faire davantage attention à ses paroles, qui comme toujours, n'ont rien pour apaiser la personne à qui elles sont adressées. Mais qu'est-ce qu'il y peut si les gens sont susceptibles ?

Quoi qu'il en soit, quitte à être bloqué dans ce trou pour une durée indéterminée, autant en profiter pour boire quelque chose. Une bière tout ce qu'il y a de plus banal, mieux vaut limiter les risques de mauvaise surprise. Blondinette aussi passe commande. Peut-être que ça finira par la détendre ?! Parce que pour le moment, elle a l'air bien remontée. Certes, ce n'est pas comme s'ils avaient entamé leurs échanges à la sortie d'une bonne pièce de théâtre, à évoquer les prestations des différents acteurs autour d'un buffet généreusement offert pour les organisateurs. Mais c'est elle qui a décidé de se pointer dans cet endroit pourri. Elle doit en avoir l'habitude.

- "C'est pas mal pour commencer. Moi c'est Swenn. Je n'ai pas l'intention de te demander de me suivre plus de temps que nécessaire si c'est ce qui t'inquiète. J'ai juste besoin de certains détails. Déjà, tu sembles en savoir plus à mon sujet que ce que je ne sais de toi. Je préfère rééquilibrer les choses avant de parler accord. Ensuite, il me faudra un peu plus de précisions sur ce que tu cherches exactement. Mais pour ce dernier point... Il y a trop de monde."

Bien sûr que dans l'hypothèse où il pourrait accepter la demande de Gwen il lui faudra plus d'informations. Savoir ce qu'elle attend précisément de ces produits. La façon de les utiliser. Et quelle quantité. Mais l'endroit dans lequel ils se trouvent ne lui plait pour une telle discussion. Si une bonne partie des clients ne parait qu'être un ramassis d'ivrognes cherchant seulement à se saouler à moindre prix, une autre partie a l'air moins ridiculement stupide. Plus louche. Le genre de personne que l'on peut classiquement s'attendre à croiser dans un tel endroit cela dit. Mais rien qui n'enchante vraiment au chimiste.

Même le serveur qui apporte leurs boissons n'a rien pour inspirer confiance. Et le goût associé ne remonte pas le niveau. Bah, il n'a de toute façon pas l'intention de passer plus de temps que nécessaire ici. Juste le temps de diminuer les chances de se prendre une balle en sortant de cet endroit. Et d'en savoir un peu plus sur cette étrange petite blonde qui est venue le trouver au beau milieu de ces quartiers malfamés. Juste après une importante livraison. Enfin, vu le sale caractère dont elle semble équipée, pas dit que ce soit évident.

- "Si tu me disais ce qu'une jeune femme comme toi fais quand elle ne cherche pas des contacts peu recommandables ? Ensuite promis, on bouge d'ici. Et peut-être que je vois ce que je peux faire pour toi."

Bien sûr qu'il se doute qu'il ne s'agit pas d'une gentille étudiante qui ne cherche qu'à obtenir des produits spéciaux pour mener des tests sur un autre continent en toute sécurité. Mais Swenn aime avoir la version des principaux concernés. Ainsi que chercher les limites. Même si avec la miss, il a l'impression qu'il n'aura pas besoin de chercher bien longtemps. Et... Oui c'est vrai, il est horriblement curieux. Pour autant, il n'a pas l'intention de supporter une deuxième bière probablement coupée avec beaucoup trop d'eau alors, il va limiter au maximum les questions et le temps passé dans cet endroit. Il n'en peut déjà plus de cet environnement qui pue l'embrouille et la misère. Au sens figuré comme au sens propre.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Lun 8 Oct - 18:01
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Au moins ce qu’il dit est censé même s’il le masque avec des piques futiles. S’étaler sur nos activités dans ce lieu n’est pas forcément dans nos intérêts ni à l’un ni à l’autre. Pourtant il ne semble appliquer le concept qu’à lui-même puisque deux secondes après l’avoir dit, il me demande ce que je fais dans la vie ; et de quelle façon ! La réponse fuse avant que je n’ai réellement le temps de réfléchir. Rien ici ne me plaît vraiment que ce soit les clients, l’ambiance, cette pseudo bière que je n’ai pas touchée…

« Disons que ces détails ne sont pas plus pour les oreilles d’ici que ce que vend un monsieur peu recommandable dans un quartier aussi malfamé. Enfin, dans l’idée disons juste qu’elle vie sa vie en allégeant des gens pompeux d’objets superflues. »

Ce n’est pas un grand risque que de dire ma profession dans ce bouge. Ni de le dire à Swenn vu avec qui il fricote. Ce n’est certainement pas une bonne âme qui a essayé de lui tirer dessus dans cette allée. Même s’il semble avoir assez d’idées reçues sur que je devrais ou non faire. Et il a loin d’avoir l’âge d’être mon père ! Bref, je le lâche un instant des yeux pour observer la salle : les esprits commencent à s’échauffer sérieusement à l’opposé de nous, de l’autre côté du comptoir qui forme une espèce de demi-cercle. La bagarre inéluctable de fin de soirée devrait bientôt éclater. Le barman aussi à l’air sur le qui-vive.

« C’est bon on peut y aller ? Ou tu veux te mêler à la distraction du coin, te faire rafler par la milice tout ça pour éviter un type qui est déjà probablement rentré chez lui ?! »

J’en sais rien du tout, peut-être que c’était juste un mauvais tireur, qu’il ne visait pas l’empoisonneur pour son travail, peut-être qu’il le visait pas du tout même. Mais une chose est sûre : je ne suis pas désespérée au point d’aller me cacher dans une cellule. Ni pressée au point de ne pouvoir chercher un autre vendeur, bien que ça ne m’arrangerait pas… Au moment où je me lève pour partir la porte claque et une bouteille se casse. Trop lente, et je n’ai pas vu le dernier arrivé.

Personne ne nous prête attention et le chaos ne s’est pas encore propagé jusqu’à nous. Je tire le chimiste sans prêter attention au reste de bière qui se déverse partialement sur lui à cause du mouvement. Mes sens sont tous focalisés sur la sortie. Un peu trop…

« Chiotte !

-Hey mistinguette faut pas partir si tôt ! »

Non seulement ce balourd a presque failli me faire perdre l’équilibre, mais en plus il compte me retenir ici avec sa sale patte ! Réaction immédiate : il s’en prend une bien placée sans aucun avertissement. Comme ça c’est fait ! Et je peux partir, si j'y arrive avant que ce soit vraiment la foire. Je me faufile rapidement entre d’autres personnes, hommes ou femmes, tout en cherchant Swenn que je viens de perdre. C'est dans ces moments là que ma petite taille me gêne... J'ai l'impression d'être entouré d'un mur vivant de gens. Un mur qui devient de plus en plus serré et dangereux.




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Jeu 11 Oct - 18:47
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Quelle répartie. Cette gamine ne fait pas dans la dentelle, et personne n'a dû lui enseigner les bonnes manières. Rien qui ne déplaise foncièrement à Swenn qui est habitué à côtoyer bien pire. Et ce n'est pas spécialement plus difficile à supporter que les sourires hypocrites et charabia blindé des termes savants, étalés par tous ces ressortissants des meilleures familles du continent dans le vain espoir de prouver une quelconque supériorité. Elle fait partie de ces gens qui considèrent le vol comme métier ? Pas de quoi poser le plus petit problème de moral au dealer. Après tout, chacun fait avec les cartes qu'il a en main. Et entre un politique et un assassin, il a toujours bien du mal à établir un ordre hiérarchique entre les activités associées les moins répréhensibles. Ce qui lui permet également de vendre des produits mortels sans avoir de difficultés à observer son reflet dans un miroir le lendemain.

- "C'est bon, t'énerve pas, on bouge."

On ne peut pas dire qu'elle manque d'énergie cette demoiselle ! Heureusement que Swenn est bien doté en patience, ces quelques reproches qu'elle ne s'embête même pas à déguiser n'étant pas suffisants pour l'agacer. Ouais, il n'a pas été particulièrement prévenant non plus c'est vrai. Mais comme elle a fait l'effort de répondre à sa question, il ne compte pas revenir sur sa parole, et accepte d'envisager de réfléchir à ce qu'il peut faire pour fournir à Gwen ce dont elle a besoin.

C'est vrai qu'il n'a pas la moindre idée de l'identité de celui qui a pu vouloir lui tirer dessus. En partant de principe qu'il était bien la cible. A vrai dire, les possibilités sont assez nombreuses lorsqu'une partie des activités exercées implique des gens habitués à régler tous leurs problèmes à l'aide d'armes à feu... Mais il y a peu de chances qu'il les ai vu entrer dans cet endroit. Il est donc plus que temps de mettre de la distance avec ce repère d'abrutis.

Swenn emboite donc le pas à la blondinette qui a l'air particulièrement pressée de sortir d'ici. Et il ne peut que la comprendre sur ce coup, ne prenant même pas la peine de finir son verre. Indicateur révélateur de la qualité pitoyable de la boisson. Mais il faut croire qu'atteindre tranquillement la porte d'entrée était trop demandé. Il y a certains soirs comme ça où rien ne va ! Ça n'avait pourtant pas si mal commencé...

Un pas de côté pour éviter de percuter une femme totalement ivre qui renverse l'intégralité de son verre sur ceux qui ont le malheur de s'approcher un peu trop - de toute façon Gwen s'est déjà assurée qu'il emporte ce genre de souvenir avec lui... Tout juste le temps d'apercevoir la gamine corriger comme il se doit un type. Eh beh, quelle charmante jeune fille... Avant qu'elle ne disparaisse définitivement sous l'attroupement qui se forme déjà dans la zone qu'il leur faut pourtant traverser.

- "Fait chier..."

Les voix se font de plus en plus fortes, de plus en plus virulentes, et il faut désormais faire attention aux gestes incontrôlés qui fusent de n'importe où. Alors que le barman parait très occupé à gérer deux types qui ne demandent qu'à en venir aux mains, un nouveau groupe s'échauffe, des coups fusant déjà, rameutant encore un peu plus de monde. Avançant tant bien que mal au milieu de ce capharnaüm, Swenn finit par repérer la petite tête blonde, noyée sous une masse de personnes qui n'ont plus la moindre notion de ce qui se passe autour d'eux. Heureusement qu'il est grand, ce qui lui permet au moins d'avoir un champ visuel relativement dégagé et de ne pas avoir l'impression d'étouffer. Poussant comme il le peut les gêneurs sur son passage, encaissant quelques centilitres supplémentaires de bière qui volent, il finit par se frayer un passage jusqu'à la miss, l'attrapant par la main pour la tirer d'ici.

Jouant des coudes sur quelques mètres encore, évitant de justesse un poing qui arrivait droit sur lui, le chimiste finit par atteindre la porte d'entrée qu'il ouvre rapidement, laissant l'air frais de l'extérieur pénétrer les lieux. Première vérification : personne ne semble les attendre dehors. Ou du moins, personne de visible. Un rapide coup d’œil en direction de Gwen pour s'assurer de son état, il l'attire un peu plus loin, avant de la relâcher une fois les quelques mètres de sécurité franchis.

- "Ça va ?"

Eh, même si elle est dotée d'un caractère absolument insupportable, elle n'en reste pas moins une gamine qui vient de se retrouver compressée au beau milieu d'une foule d'adultes bien plus costauds qu'elle pour la plupart. Une foule fortement alcoolisée et déchainée qui plus est. S'il n'avait pas lui même encaissé quelques coups perdus, sûrement lui aurait-il plutôt demandé si la pêche avait été bonne. Mais il est finalement loin d'être aussi insensible.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Sam 27 Oct - 22:41
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
J’ai beau être douée pour esquiver dans un espace aussi étroit et tant de choses à surveiller, entre les pieds des uns, les coudes – une vraie saleté – les genoux etc, il y a forcément des coups que je prends. Je dirais bien que j’en donne ne retour mais ça serait futile. J’ai juste envie de sortir avant d’être stupidement assommée.Si seulement les deux briques devant moi pouvaient se décaler ! Et dans le bon sens. J’étouffe et les choses empires : je sens l’étau se resserrer sur moi et une poigne solide m’attraper. Impossible de m’en défaire ou de voir de qui il s’agit. Je ne réalise qu’après que s’est le dealer.  Le soulagement s’impose de lui même bien que la tension ne disparaisse pas complètement. Personne dehors à notre sortie, mais ça ne veut rien dire. Ce n’est pas la maigre distance qui nous sépare de l’établissement douteux ni le recoin qui mène à une allée sombre, autrement dit un coupe-gorge, qui améliore réellement la situation. Enfin, on peut respirer et on ne peut pas nier que l’air frais épuré de la puanteur ambiante de ce gouge soit bienvenue.

« Aussi bien qu’après être passé dans un tambour de machine. Mais t’es pas docteur et j’ai rien de cassé. On peut parler affaire maintenant ? »

Inutile de s'attarder sur les détails après tout. Ou de faire semblant de se préoccuper l'un de l'autre. On est pas là pour faire copain-copain. Il m'a peut-être un peu aider, mais je m'en serais sortie sans lui. À vrai dire, je ne me serais pas retrouver dans cette situation sans lui. Pas de merci à donner donc.

Des miliciens passent en trombe devant nous sans nous voir. Leur présence bien éphémère ne nous protège pas plus d’une autre attaque. De toute façon, notre transaction ne pourrait se dérouler sereinement avec eux dans les parages. Sans oublier qu’ils ont de quoi faire pour un moment vu le capharnaüm que nous venons de quitter.

Après leur passage bruyant, les rues me semblent bien trop silencieuse. Même pas un chat pour renverser une poubelle ou un saoulard qui s'échappe. Je ne suis pas peureuse, loin de là. Juste prudente. Alors que je porte ma main vers une de mes dagues sous les manches, je touche une des nombreuses contusions fraîchement reçues. Une grimace involontaire s’échappe.

« T’as une idée où on peut le faire ? »

Hors de question de revenir en arrière ou de proposer ma chambre d’hôtel. Pour des raisons évidentes, je n’invite pas de telle personne là où je loge, même temporairement. Je n’ai pas spécialement envie de retourner dans un lieu aussi débauché pour autant. Une bagarre de bar à jeun me suffit. En plus, le temps s’y est mis aussi et a commencé à déverser toute sa flotte sur nos têtes. À croire que cette rencontre est vouée à être pourrie. Je rabats ma capuche, pour ce que ça sert, ça ne tombe pas à la verticale bien sûr...




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Mar 30 Oct - 23:33
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
La gamine qui lui dit à sa façon que ce passage au beau milieu d'une foule compacte ne lui laisse pas de séquelles trop importantes, ils peuvent de nouveau penser à la suite du programme. Ouais, plus vite il sera débarrassé d'elle mieux ce sera. Parce qu'elle est sacrément insupportable !! Mais en même temps, si elle prévoie réellement de partir à My'Tra, il ne peut pas la laisser sans rien. Oh, elle trouverait forcément quelqu'un d'autre pour lui fournir ce qu'elle cherche. Elle n'a pas l'air empotée comme mioche, mais... Swenn a bien du mal à ignorer totalement quelqu'un qui viendrait lui demander de l'aide. Quelle qu'elle soit. Ouais, difficile à croire en voyant cet air hautement blasé qu'il lui renvoie actuellement, pourtant c'est bien le cas.

- "J'ai bien une idée. De toute façon les endroits mieux que celui-ci pour ça ne manquent pas."

Parce qu'il n'y a pas pire que de parler d'affaires louches dans un endroit louche. Et en plus... Il pleut ? Sérieux ? S'il craignait que cette soirée ne se déroule pas selon ses prévisions, le chimiste était loin d'imaginer qu'elle ressemblerait à ça ! Se protégeant au mieux de ces gouttes qu'il ne supporte pas, capuche sur la tête et mains enfoncées dans ses poches, il ne tarde pas plus à emprunter le chemin qui les ramène vers les quartiers à meilleure réputation.

Toujours sur le qui-vive, prêtant autant attention à la petite voleuse à ses côtés qu'à ce qui peut se passer dans cet environnement aussi sombre que sa réputation, on dirait que les choses ont décidé de s'améliorer. A moins que la distraction offerte par cette bagarre générale qu'ils viennent de quitter n'ait attiré toutes les âmes vivantes du coin, leur laissant le passage libre.

Le pas plus rapide qu'à son habitude, boosté par l'envie d'échapper à cette pluie si malvenue, Swenn les guide à travers différentes ruelles. Les rats se font de plus en plus rares à mesure qu'ils avancent. L'état des bâtiments moins délabrés. Et même un semblant d'éclairage public visible au loin annonçant leur arrivée dans un lieu plus vivant. A la meilleure réputation. Si le temps n'avait pas décidé de faire des siennes, probablement que plusieurs habitants lambdas à l'insouciance clairement affichée se baladeraient encore dans le centre ville, régulièrement animé.

Pourtant, ce n'est pas pour faire la fête que le dealer décide de se rendre dans ce coin de Cerka. Il sait parfaitement où il veut se rendre, et ne tarde pas à s'arrêter devant un grand bâtiment parfaitement entretenu, dénotant avec celui que l'étrange duo vient de quitter. Une auberge un peu particulière, puisque spécialisée pour les déplacements d'affaires. Et le prix des chambres fièrement affiché s'occupe de sélectionner seulement une clientèle parmi les plus aisée. Mais ce n'est pas ce qui intéresse Swenn pour l'heure. Puisque cet endroit propose également des espaces privatifs, allant du petit bureau au grand salon, le nombre d'Irys demandé étant en encore avec le nombre de mètres carrés. Le genre d'endroit parfaitement étudié pour les besoins des hommes et femmes d'affaires.

Le chimiste n'attend pas davantage pour ouvrir la porte et se mettre à l'abri. Décidément, cette flotte est vraiment désagréable !! Ce n'est pas la première fois qu'il vient dans cet endroit pour régler des affaires qu'il n'a pas envie d'ébruiter. Certes son accoutrement actuel n'est pas des plus adapté, mais les conditions météo pourraient peut-être servir de justification ? Quoi qu'il en soit, c'est sans perdre plus de temps que Swenn s'approche du gérant derrière son comptoir, occupé à servir l'un des rares clients du bar, et négocie l'une de ces pièces pour une heure - temps minimal disponible - puis revient vers Gwen lui indiquant de le suivre. Si avec ça elle n'est pas persuadée de sa bonne volonté et de sa motivation à faire affaires !

- "Maintenant on peut parler tranquillement. Alors donne moi un peu plus de détails sur ce qu'il te faut. Quel genre de produits ? A faire ingérer ? Ou tu préfères de quoi recouvrir des lames ? Tu sais combien de temps tu restes là bas ? Pour les quantités..."

La porte à peine refermé derrière lui, bien sûr qu'il a encore tout un stock de questions en réserve ! Notamment sur les moyens de paiement. Mais il lui faut déjà cerner un peu mieux ce qu'il va devoir lui fournir. D'ailleurs, il ne sait toujours pas quel crédit il peut bien donner à cette histoire de My'Tra. Bah, même si elle restait sur ce contient actuel, disposer de poisons ne doit pas être du luxe pour une gamine au caractère aussi exaspérant. Mais aussi insupportable soit-elle, Swenn ne peut refuser de lui donner accès à ce mode de défense. Ou d'attaque ouais ouais....


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
avatar
Ven 16 Nov - 19:13
Irys : 1721825
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Ce n’est pas le moment de lâcher l’affaire et comme le dit le dealer, des endroits mieux que ce trou miteux pullulent. Faisant fi de l’eau, aucun de nous n’est en sucre, je suis ses pas. Je ne reconnais pas le coin où il m’emmène mais ça n’a rien d’étonnant. L’état des murs des maisons, de la route, l’éclairage s’améliore, signe suffisant pour constater le changement de quartier sans bien connaître le lieu. Ce n’est pas la foule absente qui donnerait ce genre d’information.

Une auberge donc. Rien à voir avec l’établissement précédent. Il y a du monde,c’est vivant, mais l’ambiance est plus posé presque calfeutré. J’ai l’occasion d’observer les clients et les serveurs puisque mon vendeur s’éclipse à peine entrée dans la salle principale. Ici non plus, je ne reconnais personne. Une chose qui pourrait être intéressant de changer. Pas pour se faire des amis bien entendu, plutôt une clientèle d’un genre ou d’un autre. Je pense aussi bien deviner la présence de receleur que de cibles potentiels. Les vêtements sont des bons indicateurs tout comme le comportement. Il y en a quand même certains qui reste dans la catégorie floue des badauds. Comme ce type avec les lunettes sur le bout du nez et en train de scribouiller ou cette dame esseulée aux habits si bigarrés.

Changement de décor. La pièce n’est pas bien grande et ne contient qu’une sortie. Pas de fenêtre où l’on puisse nous observer. Pas de décoration non plus qui puisse dissimuler une quelconque trappe ou trou de souris pour d’éventuelles oreilles baladeuses. Il n’y a qu’un mobilier simple des fauteuils autour d’une table basse. Je pourrais approuver totalement cet endroit s’il y avait une issue de secours. On est un peu trop à la merci du bon vouloir du propriétaire en cas de visite de la milice. Ça ne m’inquiète pas vraiment pour ce soir. Je n’ai rien de compromettant sur moi. C’est juste une constatation.

Assise, débarrassée de ma veste trempée, j’observe l’homme en face de moi. Nous sommes seuls cette fois, pas de personne qui risque de nous tirer dessus à priori ou de lancer une bagarre impromptu. On pourrait presque se mettre à l’aise si on était pas trempé et fourbu. En plus, cette fois, il arrive à poser des questions sans paraître agressif. Il se justifie même, de façon laconique, mais c’est là. C’est amusant. À croire qu’il est vraiment curieux. Un bon trait pour une voleuse, pour un trafiquant pas si sûr. La forte animosité dans la rue n’y était peut être pas étrangère.

« Je n’ai pas de temps prédéfini, tout dépendra de l’accueil. Mais misons sur deux mois. Les deux de préférence. C’est mieux d’être paraît à toute éventualité que d’être désolé. Quant au genre, pas quelque chose de mortel. Mon but est de me protéger d’éventuel déboire comme je t’ai dit. Mais d’assez agressif pour leur passer l’idée de recommencer. Puis ça évitera la mauvaise surprise s’ils sont en parti immunisé à cause de leur magie. À moins que tu puisses confirmer que ce ne sera jamais le cas ? »

Voilà, je n’ai posé qu’une question sans trop de sarcasme. Disons que mon humeur c’est bien améliorée même si je dois rester plus ou moins immobile pour ne pas réveiller les blessures fraîchement reçues. Ce n’est pas mon style d’utiliser la pitié pour obtenir ce que je veux. Ce ne sont pas des scrupules, juste de l’estime de soi. Puis je doute qu’un type qui vend de la drogue à qui veut en ressent une once. Se montrer condescendant et vérifier qu’une personne plus « fragile » que soi n’ait pas été blessé n’est une preuve de rien du tout. Alors ?




x3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
avatar
Jeu 22 Nov - 12:06
Irys : 922501
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Décidément, il n'arrivera jamais à supporter la pluie. Cette sensation d'humidité qui ne le quitte pas, même après avoir retiré la veste qui a repoussé une bonne partie de ces gouttes désagréables. Mais comme à son habitude, Swenn prend sur lui sans la moindre difficulté pour ne rien laisser paraitre de cet inconfort ressenti. De toute façon, ce n'est pas le moment de faire le difficile. Il va enfin pouvoir en connaitre un peu plus sur les projets de la petite demoiselle, et réfléchir convenablement à la meilleure réponse à apporter. Sans être dérangé par des bagarres entre types bourrés ou par des coups de feu sortis de nulle part !

Son premier flot de questions posé à la seconde même où il est sûr que les oreilles gênantes sont hors de portée, le jeune homme ne prend qu'ensuite place sur l'un de ces fauteuils à disposition. Ce n'est pas encore le grand luxe, mais il n'allait pas doubler le prix pour des questions de confort. Et en comparaison de ce qu'ils viennent de quitter il s'agit d'une bonne évolution. L'intérieur est même chauffé - et pas seulement en raison d'une masse humaine transpirante et totalement ivre trop importante pour le nombre de mètres carrés - ce qui est largement appréciable !

- "Ok, on part sur deux mois avec une utilisation classique pour les quantités. Je peux te fournir ça sous forme liquide, qui pourra autant s'appliquer directement sur une lame pour une pénétration directe par voie cutanée, que se mélanger à un liquide qui sera ingéré."

Tout en parlant Swenn réfléchit aux produits qui pourraient effectivement correspondre aux besoins exprimés par sa cliente. Quelque chose qui soit efficace en recouvrement d'une lame. Mais qui soit suffisamment discret au niveau visuel et odorant pour passer inaperçu dans un verre. Mais si le fait que Gwen lui spécifie son intention de ne pas donner la mort peut le rassurer, cela en complique également la tâche. Suffisamment efficace mais pas trop pour ne pas priver l'organisme victime de vie. Seulement le bouleverser suffisamment pour que la demoiselle puisse agir librement.

- "Concernant les effets, je peux te fournir de quoi neutraliser un homme de constitution classique. Le poison l'affaiblira suffisamment pour qu'il ne puisse plus agir peu de temps après que tu lui ais administré le produit d'une façon ou d'une autre. Il lui faudra en revanche des soins pour retrouver son énergie, mais il ne risque pas de mourir sur le coup."

Mettre au point un poison n'est techniquement pas spécialement difficile. Déterminer avec précision les effets qu'il aura l'est en revanche beaucoup plus. A quel point il pourra affaiblir le receveur ? Par quels biais ? Quels sont les moyens de s'en remettre ? Beaucoup de détails qui nécessitent une forte précision au moment de la préparation. Mais également au moment de l'utilisation.

- "Après, à toi de gérer les doses selon la personne. Chacun réagit différemment face aux poisons. Certains sont plus résistants que d'autres. Ce qui est généralement corrélé avec la corpulence."

Quelques recommandations de bases, Swenn ne s'étend pas davantage sur le sujet. Si Gwen en est au stade de trouver quelqu'un pour lui procurer ces produits, elle doit bien être au courant de cette façon de procéder. Évidemment, une dose identique sur un enfant de dix ans n'aura pas les mêmes conséquences que sur un titan ayant franchi la barre des cent kilos !

- "Pour ta question sur les mages... Je n'y ai jamais été confronté. Certains sont réputés pour leurs pouvoirs de guérisons avancés, il se peut donc qu'ils soient plus résistants. Ou qu'ils n'aient pas besoin d'attendre de trouver un guérisseur pour recevoir les soins nécessaires. Si t'as des doutes, tu peux toujours t'arranger pour augmenter la quantité de poison à administrer. Avec le risque que la personne y passe si tu t'es plantée..."

Prétendre savoir des choses qu'il ignore n'est pas dans les façons de faire du chimiste. Et la question My'Trans n'est clairement pas dans son champ de compétences. Si la conception de poisons demande une certaine expertise, leur utilisation n'est pas non plus parfaitement aisée. Et même si la petite blonde parait au moins ne pas avoir dans ses projets de faire de meurtres, il faut bien qu'elle ait conscience qu'avec de tels produits entre les mains, c'est une éventualité à ne pas négliger. Et que la mort est toujours plus simple à obtenir sans se tromper qu'une "simple leçon".

- "Ça te convient ?"


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"




"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1
Swenn râle en   #f77d40
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé