Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant


 L'or forgé par le sang [fini]

Pars Yel
avatar
Jeu 23 Aoû - 21:14
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

  C'était un après-midi comme les autres pour Pars. Aujourd'hui, il avait juste une teinture brune sur les cheveux et la barbe, ce qui changeait complètement la couleur de ces derniers sans pour autant en changer la taille ni la texture. Il était bien habillé, comme un homme d'affaire, avec une veste longue noire, une chemise blanche accompagnée d'une cravate tout aussi sombre que sa veste. Son pantalon était en toile, sombre également, et ses chausses venaient finir d'accompagner ses jambes avec une teinte plus proche du marron. L'assemblage de ses bas ne laissait point dépasser de bout de peau, et ses yeux, dont le vert a été remplacé par des lentilles marron, étaient surmontés de lunettes basiques comportant de faux verres.

  Venant à manquer d'argent ce jour-ci, Pars avait décidé de trouver de quoi se sustenter, c'est à dire quelqu'un à qui voler un bien non nécessaire à la survie de ce dernier, mais qui pourrait être bien utile à Pars. Par chance, Celui-ci s'était rappelé qu'un vieux marchand habitant en dehors de Lorgal, là où les habitations sont très peu chères mais parfois sujettes à des visites inopinées d'un certain groupe d'Erveekhei, aller faire son trajet domicile-marché, ce dernier étant situé en plein milieu de la ville portuaire.

  Pars était donc posté en amont de la route, attendant que sa cible vienne. Une fois celle-ci arrivée, il fit semblant de marcher le long de la route depuis un petit moment. Quand il croisa le vieillard, il prit une voix assez clichée d'un aristocrate, et interrompit le trajet de son interlocuteur :

   


  - Ciel, que vais-je faire... ah, vous ! S'écria-t'il, en regardant le marchand. Vous habitez bien à Laurgal ? Il se trouve que j'ai perdu ceux qui m'accompagnaient en charrette là bas, pendant que je parlais affaire avec un noble citoyen ! Oh, ces nigauds ont du penser que j'étais déjà reparti... Vous ne les auriez pas croisés ? Ils sont deux, assez petits, et les chevaux sont blancs !


  - Euh... Laissez moi réfléchir...


  - Mais c'est une bien belle charrette que vous tenez là ! Elle est à vendre ?

  Le stratagème était en marche, et Pars allait bien arriver à ses fins. Il commençait toujours comme ça, il rentre dans son rôle, il parle il parle il parle... et après qu'il soit partis, vous vous apercevez, parfois des jours plus tard, qu'il vous manque quelque chose !

  L'espace qu'avait choisit Pars était parfait : il était assez ouvert, sans grands arbres ni bestioles aux alentours, simplement du relief et des buissons. L'environnement est important lorsqu'il faut mettre quelqu'un en confiance : si ce dernier se sent mal à l'aise, oppressé ou en danger, il sera beaucoup trop méfiant, et la tentative de vol potentielle pourrait être mise à l'eau.

  Et ça, Pars le savait. Tous ses vols étaient parfaits, et il n'avait jamais été attrapé. Quand bien même il le serait, personne ne saurait qui il est : il donne toujours un faux nom, essaye de modifier sa voix au possible et arbore un physique totalement différent !

  L'homme qu'il avait accosté était également une cible facile : un vieillard. La plupart sont faciles à berner, à embobiner, à perdre dans des discours. Ce vol s'apprêtais à être un jeu d'enfant ! Enfin, si personne ne s'en mêle...


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle


Dernière édition par Pars Yel le Sam 13 Oct - 21:21, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Jeu 23 Aoû - 22:28
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
Claire était cachée dans un buisson avec pour objectif de dévaliser la charrette, l'objectif ? Prendre le marchand par surprise et le tuer sur le coup comme ça pas besoin de le voir agoniser et de l'entendre crier à l'aide. Elle se rapprocha donc lentement de la charrette et elle remarqua l'homme à l'allure aristocratique parlant avec sa victime, elle soupira discrètement et devait trouver un moyen de tuer les deux personnes le plus rapidement possible, elle pourrait se relever et lancer son couteau dans la tête du vieil homme et étrangler l'aristocrate, mais ce serait trop long et dans le pire des cas, il pourrait s'enfuir et appeler les gardes.


"Au pire, je tue l'aristocrate en lui balançant le couteau et je casse la nuque du vieux." - Pensa-t-elle


  Maintenant comment aller-t-elle s'y prendre ? Elle prit un caillou et regarda au-dessus de la charrette tout en cachant son visage grâce au corps du vieil homme pour que l'Aristocrate ne la grille pas, elle se rabaissa et préfère attendre que le jeune homme fasse un mouvement. Soit il se rapprochera et elle l'attaquera soit il rebroussera chemin et elle pourra massacrer ce pauvre homme. Sauf qu'elle s'ennuyait déjà, alors elle prit le plus gros caillou qu'elle puisse trouver et le lança dans un buisson situé à gauche de la charrette dans l'espoir de réveiller la curiosité des deux hommes. Elle se cacha sur le côté droit de la charrette pour se rapprocher un peu plus du vieil homme, couteau a la main et capuche sur la tête. Elle relança rapidement un caillou plus loin sur la route pour faire croire qu'il y a quelque chose qui bouge autour d'eux en espérant que le bluff fonctionnera, au pire elle attaquera violemment le vieux et lancera de toutes ses forces son couteau pour abattre sans pitié le jeune riche.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Ven 24 Aoû - 13:54
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

  Pars venait de remarquer la jeune femme qui se cachait sur le bord de la route. Elle était assez discrète, mais le sens du détail de Pars était trop aiguisé pour qu'elle se fonde dans la masse. Il s'en est fallu de peu pour qu'elle se fasse remarquer, et le vieillard, qui lui tournait le dos, ne se doutait en rien de ce qui pouvait se passer. C'était sans doute une bandit, venue faire la même chose que Pars : ils trouveraient peut-être moyen de s'arranger. Les négociations marchent toujours, avec un revolver pour mettre la pression à son interlocuteur.

  Il soupira néanmoins intérieurement : son plan allait surement être mis à péril par cette inconnue, et ça le dérangeait. Ils auraient peut-être même à tuer le vieillard, ce qui n'arrangeait pas Pars : il a pour habitude de toujours voler assez peu, et en général sans blesser ou tuer personne. Avoir un meurtre sur les épaules, c'est assez compliqué -même si il en a déjà deux à son actif-, et les autorités s'en souvient quand même beaucoup plus qu'un simple vol. Les voleurs sont monnaie courante à Irydaë et sont peu dangereux; les meurtriers, en revanche, le sont.

  Il fit mine de se retourner lorsqu'elle lança les pierres, et s'écria :


 
  "Mais que se passe-t'il ?"


 

  Il gardait néanmoins un oeil attentif à 'l'invitée mystère', cette dernière pouvant décider de les attaquer à tous moments. Il glissa une main le long de sa hanche droite, la posant sur la poignée de sa dague. Ses sens étaient tous concentrés vers ce qu'il se passait en son dos.  Qu'allait-elle faire ? Les attaquer frontalement ? Si elle est seule, ça reste peu probable... se débarrasser de Pars  à l'aide d'une arme à distance ou de lancer, et s'occuper du vieil homme ensuite ? Pars Le verrait venir, mais la femme n'en serait pas au courant.  

  C'est à ce moment là qu'elle lança une seconde pierre. Dans le but de les distraire ? Si c'est le cas, son plan aura réussi pour le vieillard. Pars fit mine de se retourner vers la source du son qu'ils venaient d'entendre. Le marchand était en train de prendre peur;  
lui qui avait de l'expérience dans ce métier, cela a déjà du lui arriver. Selon son physique et sa charrette, on pourrait néanmoins croire que les brigands lui cherchent rarement des noises. En même temps, rare sont ceux qui attaquent des charrettes comme celles-ci à Ünellia.

  Dans tous les cas, Pars avait toujours une main dans sa veste, prêt à dégainer à tout instant. Son revolver était pas très loin de sa main non plus, simplement contre son autre hanche. Son costume était assez grand pour cacher les deux armes, et seul un œil assez averti pourrait les remarquer, ce qui était peut-être le cas de la nouvelle venue. Le faux aristocrate se tenait donc prêt à réagir.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Ven 24 Aoû - 15:40
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Ils ont mordu à l'hameçon ! Claire se leva brusquement et monta sur la charette et entoura le cou du marchand avec son bras recouvert de son gant de fer et siffla pour avoir l'attention de l'aristocrate tout en dégainant son couteau et en le pointant avec un air menaçant.

"Hé l'riche ! Ouais toi ! Je peux savoir ce que tu fous a parler avec un bouseux pareil ?" - Dit-elle en détournant le regard pour jeter un œil au contenu de la charrette et remarque alors deux petits sacs qui semblent contenir de l'argent ainsi que des légumes qui ont l'air frais, peut être des tomates ?

    Elle finit par fixer une nouvelle fois l'aristocrate en raclant sa gorge et en descendant de la charrette pour s'approcher du riche au cas-où, il aurait l'envie de déguerpir et de prévenir les gardes. Son regard est intimidant et inspire facilement la crainte, elle est prête a lancer son couteau au moindre mouvement. Elle essayait de mettre le richard sous pression.  

"Je veux qu'tu déposes tes vêtements et tout l'argent que t'a sur toi et pas d'entourloupe sinon je t'ouvre comme un porc !" - Cria-t'elle

Elle regarda le vieux et commença a le soulever pour l'empêcher de respirer. Mais le vieux attaché a la vie entama son débat physique tout en suppliant l'aristocrate de l'aider.

"Pitié ! Aidez-moi ! Faites quelque chose !" - Il essayait de parler malgré le manque d'air et on le voyait très puisqu'il commença à devenir bleuté. Claire lui mit un coup dans les côtes pour qu'il arrête de se débattra et commença à lui faire le coup du lapin tout en se rapprochant de l'aristocrate.

Le temps s'était gâté et la pluie se fit sentir, il a fini par pleuvoir très violemment. Claire remarqua que les cheveux de l'aristocrate devinrent verts à quelques endroits de la tignasse.

"Tes cheveux... C'est quoi cette couleur de clown ? - Elle se mit à se payer de la tête de l'aristocrate. T'es le clown des richards, c'est ça ? J'ai jamais vu ça ! Il est où ton nez rouge ? Dans ta poche ? Et t'es vêtements ? C'est aussi de la camelote ?! T'as de l'argent sur toi au moins ?

Elle resserra le cou du vieux pour essayer de le tuer le plus rapidement possible et tente ensuite de plaquer au sol Pars.

Dés:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Sam 25 Aoû - 23:16
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

 
  Pars se décala en sautant sur le coté, et sorti son revolver de sous sa veste, et le pointa sur son "ennemie", qui était deux ou trois mètres plus loin. Il pris sa vraie voix, assez grave, et dit à la bandit, dont il ne connaissait toujours pas le nom



  "- Ne fait pas de gestes brusques, j'ai pas envie d'avoir à te tirer dessus et je crois que toi non plus, t'as pas trop envie d'avoir un trou dans le bide"



  Son arme était assez imposante, et faisait assez peur ; à voir comme ça, une balle pouvait facilement mettre à terre un adversaire. Pars était un peu énervé, ce pourquoi il a sortit sa vraie voix. Elle venait de tuer un pauvre type, que Pars voulait garder en vie ; et ce meurtre pouvait lui rapporter des problèmes. C'était assez rare qu'il s'énerve, et il avait failli perdre son self control pendant une seconde, mais s'était repris. Il continua



 
  "- Tu vois, ça m'emmerde un peu que tu ruines mes plans, ce mec là, j'étais censé lui  voler une ou deux marchandises, pas le tuer. Je suis le sous-chef d'un grand réseau de bandits, basés à Ünellia. Si tu me tues, ils te traqueront jusqu'à qu'ils te tuent, et graveront mon nom sur ton cadavre.
   Si tu acceptes de coopérer, tu pourras peut-être t'en tirer avec la moitié du butin. Par contre, tu seras entièrement responsable de ce meurtre si on me demande, et je pourrait très bien te balancer. En échange, je ne te tires pas là dessus maintenant. Deal ?"



  Pars était assez agressif, ce qui ne lui ressemblait pas. Cependant, il se devait d'intimider la nouvelle venue, pour espérer s'en tirer sans blessures. Ce réseau de bandits ? Une pure invention. Il n'en a jamais fait partie, et ne fera d'ailleurs jamais partie d'aucun réseaux de ce genre. Une tentative d'intimidation, toujours en rajouter pour essayer de faire peur. Mais il faut rester dans le vraisemblable. Il ne savait pas si son interlocutrice allait coopérer ; si elle accepte, il pourra peut-être se montrer un peu plus avenant avec elle. Et si elle refuse, il sera obliger d'en venir à la manière forte.
   
  Cela avait beau être une femme, elle était imposante ; et les compétences en combat rapproché de Pars ne sont pas énormes. Il a un arme, certes, mais elle aussi. Il préfère
jouer la sécurité avec son arme à feu. Qu'avait-elle à gagner à attaquer Pars, en risquant de se prendre une balle dans le bide ? L'autre moitié du butin ? Elle aurait du mal à le transporter tout seul.

  Le cheval du vieux paraissait au moins plus vieux que son maître; il ne devait pas comprendre ce qu'il se passait, puisqu'il broutait l'herbe du bord de la route. Même pas un hénissement, même si son maître venait de mourir. Pars irait surement le ramener en ville et le donner à quelqu'un qui saurait s'en occuper. Après tout, il n'en était pour rien dans cette histoire.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Dim 26 Aoû - 13:09
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Après qu'elle ait manquée le plaquage, elle se retourna brusquement et dévisagea le revolver et fronça les sourcils, elle pouvait rien faire, elle n'aurait pas le temps de lancer son couteau et reprendre le cadavre pour s'en servir comme bouclier ne servirait a rien car le calibre du revolver avait l'air de pouvoir traverser la chair de façon aisée. Elle fit un sourire de coin et leva ses mains, il se peut qu'il soit factice, mais elle ne voulait pas jouer avec le diable surtout que le clown avait l'air plus que sérieux et quelle chance, ne pas vouloir la tuer alors qu'elle serait dangereuse pour le commerce ? Bah tant qu'elle pouvait marcher, elle s'en foutait.


 Ensuite des menaces, comme quoi il était sous-chef d'un réseau de bandits ? Elle n'arrivait pas à le croire, mais ce qui lui piqua réellement l'attention, c'est le deal que le clown voulait passer, elle abaissa les mains et tapa dans celle-ci.

"T'as l'air plus sérieux que je le croyais, même si ton histoire avec tes bandits-là, j'ai du mal à y croire. Tu m’intéresses le clown. On se partage l'argent et la bouffe si tu veux, mais." - Elle s'arrêta de parler pour le fixer dans les yeux et s'approcher doucement, les mains bien en évidence, elle fait un signe comme quoi elle ne l'attaquera pas, elle est pas stupide non plus.

"Qui dit qu'une fois le deal accompli, je n'essayerai pas de te casser le cou ? Ou alors que tu essayes de me coller une balle entre les yeux ? Alors j'ai aussi un marché. T'es le genre de gars qui ment pour voler, mais imagine un jour si tu te fais avoir et que tu n'es pas le temps de dégainer ton gros calibre pour abattre ceux qui veulent te faire la peau ?" - Elle regarde l'homme déguisé et le pointe et pose ensuite son doigt sur sa poitrine.

"Par exemple, j'aurais réussi à te chopper, t'aurais pas pu dégainer ton arme et tu te serais fait avoir, alors je propose qu'on collabore pour tes prochains méfaits. - Elle marqua une pause en levant le doigt et recule ensuite pour le dévisager de la tête aux pieds et rabat ensuite sa capuche, aucun mot ne sort de la bouche de Claire qui se fait déjà l'idée de la réponse, collaborer avec une tueuse ? Qui voudrait collaborer avec cette machine à tuer ? Quel crétin voudrait risquer sa vie a collaborer avec elle ? Un Suicidaire ?

Elle clarifia soudainement son idée.
"En gros, je serais ton garde du corps si jamais tu foire ton coup, si tu refuses, on reste sur le deal de départ et je me casse loin très loin ou sinon je te suiverais pour te protéger."

Un charlatan a toujours un ou deux gardes à côté de lui au cas où il aurait un souci avec la "clientèle". Maintenant que les deals ont était annoncés elle questionna le Clown.

"Si je peux te faire confiance maintenant, je voudrais savoir ton nom. Tu peux m'appeler Rose pour l'instant."

Au lieu de dévoiler son prénom, elle utilise son surnom. On ne sait jamais, peut être qu'au premier garde qu'il rencontrera, il la dénoncera. Pour l'instant, elle ne veut pas être connue ce qui l'empêcherait de bien s'établir dans les environs.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Mar 28 Aoû - 15:25
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0



  Pars analysa rapidement la situation. Elle ne l'avait pas cru pour l'histoire du clan de bandits, mais ça n'était pas le plus important. Elle lui proposa ensuite un marché. Elle lui proposait d'être... son garde du corps ? Pars n'en avait pas besoin ! Et puis, cela entachait pas mal la plupart de ses plans habituels.
  Avoir quelqu'un qui te suis pendant tes coups, ça l'empêchait de jouer pas mal de rôles. Mais elle ne serait pas obligée de le suivre partout, non ?
  Le principal problème était la violence de son interlocutrice. Pars avait pour habitude d'éviter au maximum les dommages collatéraux, de voler seulement des choses sans trop d'importances, et éviter autant que possible de tuer sa cible. Or, cela ne semblait pas être la façon de faire de la personne se tenant en face de lui. Elle venait de tuer un marchand ! Ou du moins, elle l'avait bien assommé.
  Pars essaya de maintenant y voir les avantages. Un garde du corps, ça l'aiderait beaucoup dans ses tentatives d'intimidation. Et cela offre une grande possibilité d'autres mensonges. Et puis, si les choses dégénèrent...

  La bandit lui donna son nom. 'Rose'. Sans doute un faux nom, se dit Pars, mais qu'importe. Il réfléchit encore quelques secondes au marché. Après tout, s'il voulait faire des vols sans elle, il n'aurait qu'à lui demander ? Au final, la réponse est plus évidente qu'il n'y parait.



 
  "- Pars. Je m'appelle Pars. Et j'accepte ton marché. A une seule condition.
Il tendit sa main à Rose. "Que si je te demandes de ne pas interférer dans l'un de mes vols, tu ne le feras point. Mais tu auras tout de même un pourcentage de bénéfice sur ce dernier. Ca t'iras ? "



  Pars lui avait donné son "vrai" nom. Il avait de multitudes de noms, après tout, et personne ne serait capable de le retrouver grâce à cela. Pars avait peut-être gagné une alliée aujourd'hui. Si elle devenait aussi proche de lui que fut son dernier allié, il fera tout pour la protéger. Mais... au fond, Pars commençait à se sentir seul. Seul dans ses mensonges. Avec personne pour partager sa vérité. Surement une raison inconsciente pour laquelle il avait accepté ce marché. Il aurait enfin quelqu'un en qui faire confiance. Une alliée, et peut-être une amie.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Mar 28 Aoû - 17:18
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pendant que l'homme réfléchissait, elle s'approcha de façon pacifique, toujours avec les mains levées et leva sa cape pour le protéger de la pluie, Claire regardait aux alentours pour surveiller la venue d'une personne. L'homme se remit à parler, il s'appelait donc Pars et voulait conclure le marché avec une condition que Claire écouta puis serra la main de Pars.

"Marché conclue Pars."

Elle était rassurée, elle s'est fait un allié malgré la scène qui c'est déroulé devant les yeux de celui-ci qui d'ailleurs ne sera pas raconté aux gardes, elle l'espère. Elle se retourna et lâcha sa cape pour aller prendre les deux sacs d'argent et revenir a côté de Pars et lui dit :

"Tu prends l'autre sac ? Il doit y avoir de la bouffe a l'intérieur."

Puis elle réfléchit et fit signe d'attendre, elle posa les sacs et prit le corps du vieux pour le cacher dans un buisson un peu plus loin et revenir pour reprendre les sacs et les déposer dans la charrette

"On va plutôt prendre la charrette avec nous pour ne pas réveiller les soupçons. Si quelqu'un voit la charrette, il cherchera sûrement le propriétaire et s'il tombe sur le corps... La sécurité sera sûrement renforcée." - Dit-elle

Elle avait un autre scénario en tête qui était plus plausible, mais venir en ville avec deux sacs d'argent dans les mains serait étrange. Qui se trimbale deux sacs d'argent comme si c'étaient des sacs de sable ?

   Claire enleva sa cape et la déposa sur le contenu de la charrette pour ne pas qu'elle prenne la flotte et grimpa sur la charrette en demandant à Pars s'il voulait conduire, elle plaqua ses cheveux roux en arrière pour voir quelque chose et déposa son sac qui était sur son épaule a côté d'elle tout en s'assurant de laisser de la place pour Pars, elle se redressa pour être aux aguets, elle essayait de faire ce qu'un garde ou un mercenaire doit faire quand il escorte une caravane, scruter les alentours tout en faisant attention et différencier les bruits naturels des bruits causées par une forme de vie même si elle n'a pas une ouïe très puissante et en plus, elle avait l'air ridicule, on le voyait très bien qu'elle se forçait. L'averse se calma cependant il pleuvinait toujours.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Jeu 30 Aoû - 16:06
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

 
  " - Je préfère que tu conduises. Je ferais croire que je suis un bourgeois ayant fait affaire à Alexandria, pour ensuite revenir avec l'argent à sa maison."

 
  Cette alliance semblait un peu étrange, et Pars doutait quant à sa durée. Mais si ça permettait de s'en sortir assez facilement de cette situation pour l'instant, il pourrait toujours coupe les ponts plus tard si besoin. Pars s'assurant que tout était en ordre à l'arrière, et fouilla à la recherche d'eau.
  La pluie avait effacé une partie de sa teinture, et il voulait complètement l'effacer. D'habitude, il porte plus des perruques ou des chapeaux pour empêcher la pluie d'interférer, mais cette fois ci, Pars pensait qu'il allait faire beau.
 
  Il avait enfin trouvé un récipient rempli du dit liquide. Il sorti sa tête de la charrette, et versa le contenant sur ses cheveux et sa barbe, pour effacer toute trace de la couleur marron. Sa barbe et ses cheveux d'un vert resplendissant - même si un peu moins quand trempés - apparaissaient maintenant avec une couleur unie.
  Il s'assit à l'arrière, et dit à Rose d'avancer. Le trajet commença donc ; Pars était assit à l'arrière, et comptait les biens ainsi que l'argent présent dans la cargaison. Il y en avait au moins pour 1000 Irys en pièces, et le reste pourrait s'écouler assez facilement.

  La légère pluie se dissipa assez rapidement, et le trajet n'allait pas durer longtemps non plus. Pars trouvait ça dommage d'avoir tué ce pauvre marchand, mais après tout il n'était pas l'auteur du meurtre, il était simple témoin.
  Le temps de ses réflexions, la charrette était déjà arrivée en ville, à Laurgal. Pars ne savait pas où Rose comptait l'amener ensuite, ce qu'il lui demanda :



  " - Dis, Rose... tu comptes la laisser où la charrette ?"



  Il avait approché son visage assez proche de celui de Rose, lui permettant de parler assez bas pour être sur que cette dernière entende mais que personne aux alentours n'en soit capable.
  Le cheval ne semblait pas avoir remarqué que ce n'était pas le vieillard qui conduisait, et c'était tant mieux ainsi. Il était assez silencieux, il n'avait pas henni depuis le début. Il était tout blanc et semblait être un pur sang. Un cheval assez cher, mais aussi vieillissant.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Jeu 30 Aoû - 17:22
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pars voulait que Claire conduise, elle haussa les épaules tout en prenant la corde et conduisit donc la charrette vers Laurgal. Pendant le trajet, elle regarda Pars se débarbouiller, elle ne savait pas qu'on pouvait avoir des cheveux verts naturels, a moins qu'il se soit teint les cheveux de façon définitive, mais soyons honnête, qui voudrait des cheveux ressemblant a de l'herbe ? Elle ne jugeait pas et elle s'en foutait clairement.

Les deux personnes rentrèrent donc a Laurgal avec la charrette et avant même de repérer les lieux, Pars posa une question à Claire. Laisser la charrette quelque part ? Elle ne savait pas où exactement et c'était la première fois qu'elle entra en Laurgal ! Elle œuvrait tout le temps aux alentours d'Alexandria et elle voulait changer de lieu pour ses crimes, car la population commençait à avoir de sacré doute.

"Je sais pas, j'connais pas les alentours Pars" - Lui répondit-elle en murmurant aussi.

Elle erra donc dans la rue avec la charrette. Dans cette rue, il y avait des habitations modestes, elle voyait déjà un peu le schéma de la petite ville, les extrémités du village sont réservé aux plus pauvres et le centre qui sûrement est réservé a l'élite de l'élite : les marins et les commerçants qui ont réussi ont percé le tonneau du poissonnier. Mais pour un quartier modeste, il était très propre ! Et aussi très vivant, il y avait plusieurs charrettes de la même envergure que celle dont les deux Brigands ont volés, des personnes traversaient les routes en parlant de choses et d'autre et les enfants couraient partout jouant à la balle ou à la guerre. La bandit devait faire attention a tout ce beau monde.

"On peut toujours l'abandonner dans une ruelle sombre ou on la ramène chez toi, si t'as un chez-toi ici." - Chuchota t'elle, elle essayait de chercher une solution, peut être que son "ami" en avait une.

Claire manqua de rentrer dans une autre charrette qu'elle évita de peu.

"Faites attention ! Bon sang de bon soir !" - C'était un cocher qui lui hurlait dessus. Claire se retourna et lui cria :

"Au lieu de me gueuler dessus, regarde aussi la route ! Vieux con !" - Elle était en tord, mais c'était plus fort qu'elle.

Elle eut une idée, et pourquoi ne pas revendre la charrette et le cheval en plus ? Elle regarda Pars et lui fit part de son idée :

"On pourrait revendre le cheval et la charrette non ? Après c'toi qui vois." - Murmura t'elle en regardant Pars, il avait peut-être une meilleure solution.

Claire continua à suivre la route de façon hasardeuse tout en regardant les alentours. Ça va faire une dizaine de minutes qu'ils erraient et ils étaient déjà au centre de la ville , une place où l'on vend poissons,légumes,crustacé,babioles, etc. C'est un marché ou les habitants viennent faire leurs courses, pauvres et riches inclut. On voyait le port un peu plus loin et la vue de celui-ci ravivait quelque souvenirs ennuyant. Elle soupira.

Encore un port... - Pensa t'elle.

Elle mit de côté la charrette pour laisser la place aux autres voitures pour passer, elle se retourna et chuchota:

"Alors ? T'a une idée pour la charrette ?" - Elle en avait déjà marre d'errer comme une imbécile dans cette ville, alors elle attendit les "ordres" de Pars.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Sam 1 Sep - 18:21
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

  Rose ne savait pas quoi faire de la charrette. La vendre serait une bonne idée; vu les habits de Pars -qui avaient plus ou moins séché depuis- il pouvait facilement faire passer cela pour une erreur de ses subalternes qui auraient acheté la mauvaise chose, et Pars se serait occupé de la revendre. Il prévint donc sa compagne :



  " - En effet, la vendre serait pas mal. Mais vu la gueule du cheval, je vais le faire à bas prix. Très bas prix. Bon, au moins on s'en sera débarrassé. Je connais pas beaucoup de mecs qui refuseraient une charrette à 500 irys... ça reste un prix convenable, et je saurait convaincre que ce n'est pas une arnaque. Etant donné que tu as eu l'idée, même si c'est moi qui m'occupera de la vente, je veux bien qu'on fasse 50/50. "



  Il indiqua ensuite à Rose d'aller vers le centre de Laurgal. On pourrait se demander pourquoi Pars s'est établi en périphérie de Laurgal. Déjà, les habitations -surtout loin du centres- sont peu chères, et il y a pas mal de maisons à vendre. Ensuite, la ville reste assez moderne, et il y a beaucoup de monde : un simple bandit se perd facilement parmi le reste des délits, et les gardes ne sont pas aussi présents qu'à Alexandria.
  De plus, la ville avait quelque chose de charmant : certaines rues étaient étroites -même si les principales étaient assez imposantes - et le port était assez beau. Lorsqu'il avait du temps libre, Pars va parfois juste se promener sur le port, et regarder la mer.
  Aussi, il y avait beaucoup de marchands différents ; Pars essayait de toujours voler des personnes différentes le plus possible, car une cible déjà volée est souvent plus avertie et à même de déceler les tentatives furtives de Pars.

  Une fois arrivé au centre, Pars demanda à Rose de passer doucement dans les rues, histoire de repérer un marchand pouvant avoir besoin du cheval et de la charrette. Il fouilla à nouveau le matériel stocké à l'intérieur, faisant par la même occasion un tri entre ce qu'ils pouvaient prendre pour revendre ensuite, et ce qui était invendable. Il trouva malgré tout une planche de bois et une ficelle ; il fit un trou dans la planche à l'aide de sa dague, et y écrivit "CHEVAL ET CHARRETTE A VENDRE POUR 500 IRYS, PRIX NEGOCIABLE" avant de faire passer la ficelle et la mettre au cou du cheval.

  Cela allait être long avant qu'un marchand les interpelle. Pars demanda donc à Rose de les faire passer un peu partout dans la ville, qui était assez grande pour qu'au moins un type leur demande de s'arrêter pour acheter.

 
   


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Sam 1 Sep - 19:26
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pars avait décider de le vendre et Claire acquiesça pour le partage de l'argent, elle laissa Pars enrouler une planche avec écrit dessus la marchandise et commença a déambuler dans les rues de Laurgal. Claire traversait une rue où il y avait beaucoup de mendiants, c'était dans un quartier riche ; les maisons étaient hautes de deux étages, les murs étaient décorées de statut de pierre ressemblant étrangement a des abominations d'eldritch et certaines personnes étaient encapuchonnées. Soudainement, quelqu'un vous interpelle.


 C'est un homme qui devait avoir la quarantaine, il faisait facilement deux mètres, avait une grande barbe longue, des yeux bleus et était habillé en costard cravate rouge avec un haut-de-forme rouge. Sa posture était très étrange, il avait le bras gauche levé comme s'il allait annoncer quelque chose et ne lâche pas son haut-de-forme. Soudainement, il hausse la voix.

"Cher Voyageur ! Oui vous ! Avec votre charrette ! Vous ! j'ai remarqué que vous ! Oui vous ! vendiez votre charrette a bas prix ! Ainsi que ce vieux pur-sang ! Approchez ! Approchez ! Voyageur d'Ünelia !" - Il s'exclamait a chaque mot, cette façon de s'exprimer était dérangeante pour Claire qui le prenait pour un fou, mais une proposition est une proposition alors elle s'approcha de l'homme en costard cravate.

Claire parla quelque temps avec l'homme qui proposa un deal.

"La charrette est en bonne état, pas parfait, mais je vais pouvoir la réparer !" dit-il en inspectant la charrette tout en caressant sa longue barbe, il leva sa main en s'approchant du cheval et la posa délicatement sur le vieil animal "Pour la charrette ! Six cent Irys. Et pour ce vieux cheval, quatre cents Irys ! Est-ce que ! Cela vous va ! Cher Dame ?!"

Claire caressa son cou embarrassée, elle est le troc ça fait deux, alors elle se retourne pour demander à Pars de faire le troc a sa place.

"Le troc est moi, on n'est pas copains." - Chuchota Claire a Pars.

L'étrange homme regarda Pars en caressant sa barbe, il fit une révérence pour saluer l'homme aux cheveux verts, il proposa une seconde fois les prix et attendait la réponse de Pars. Claire regardait le barbu en étant intriguée par son comportement étrange, on voit très peu de gens aussi excentriques. Malgré le beau temps, la rue était très lugubre et sordide, les statues étaient effrayantes et les autres aristocrates avaient l'air très étranges et regardaient Claire d'un mauvais œil.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Mer 5 Sep - 23:15
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0

  Quelqu'un avait fini par répondre à "l'annonce" de Pars, ce qui l'arrangeait bien. L'homme devant lui sortait de l'ordinaire, mais du moment que la charrette disparaissait de sa vie, ça lui allait. Il voulait le payer 1000 Irys, ce qui était plutôt convenable, étant donné que même si il refilait la charrette gratuitement, ça l'arrangerait.
  Pars aimait bien la façon de parler de cet homme. Un peu d'excentricité fait toujours sourire, même s'il s’aperçut que ce n'était pas trop le cas de Claire. Elle ne semblait pas très sociable, plus solitaire ; le fait qu'elle aie demandé une association avec Pars paraissait de plus en plus surprenant au fur et à mesure qu'il en apprend sur elle.
  Pars sourit donc à l'homme:


  "1000 Irys pour les deux ? Vous nous êtes généreux, mon bon monsieur ! Nous sommes prêts à accepter." Il avait repris sa voix qu'il utilisait lorsqu'il faisait semblant d'être un aristocrate. Malgré sa chevelure verte, son chapeau et son costume faisaient toujours effet.

  Un honnête commerçant aurait surement proposé un prix à la baisse, pour prouver sa sympathie et essayer de négocier, mais Pars voulait se débarrasser de cette charrette le plus vite possible.
  Il descendit de son véhicule et fit signe à Rose de le suivre et de se mettre à coté de lui, comme le ferait un garde du corps. Tout sourire, Pars tendit sa main vers celle du marchand :


  "Je m'appelle Stefen Stefansson, honnête revendeur de toutes les marchandises que je puis acheter pour peu cher sur ma route, et propriétaire de caravanes qui font de même ! Quel est votre nom à vous, mon brave ?

  Tout ce qu'espérait Pars à cet instant, c'était que l'homme en face de lui paye et parte vite, il n'avait pas envie de s'attarder en ville et ce, même si la personne en face lui donnait bonne impression. Il venait d'être impliqué dans un meurtre, et ne se sentait pas très bien sur l'instant.
  Il avait donné un faux nom, encore une fois. Il donnait souvent des noms qu'il avait déjà entendu, mais celui là n'en faisait pas partie. Donner souvent des faux noms aidait pas mal à ne pas se faire identifier, reconnaître. Il modifiait aussi autant que possible sa voix, comme ses vêtements.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Dim 9 Sep - 14:12
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
   L'homme sourit en regardant Pars et serra la main de Pars en hochant la tête et lui dit que le marché était donc conclue, Claire descendit avec Pars et croisa les bras en adaptant une posture imposante. L'homme tapota l'épaule de Claire toujours en souriant et la félicite pour son travail.

"Enchanté Monsieur Stefansson, je m'appelle Guilehelm Verdoyant." - répondit-il en sortant de sa poche, les mille irys pour les donner à Pars. Guilehelm s'installa sur la nouvelle charrette tout en regardant Claire et "Stefansson" et leur fait un dernier signe avant de partir en souriant.

  Claire soupira longuement en dévisageant Pars et lui demanda s'il habitait quelque part dans cette ville, elle n'avait pas d'endroit ou dormir ensuite elle tapota son épaule et lui fit comprendre qu'elle voulait partir très vite, cette rue était vraiment étrange, car c'est le genre de rue où une secte pourrait s'installer et quand on voit les statues, ça ne dit rien qui vaille.

   Les deux errèrent dans les rues ou du moins le plus loin de cette rue a l'allure lugubre et étrange. Après une dizaine minute de marche Claire s'assit sur un banc en soupirant, elle te posa une question en chuchotant tout en regardant les passants, elle cacha sa bouche car qui sait ? Certaines personnes peuvent lire sur les lèvres et ce serait dommage de se faire poursuivre par la sécurité.

"T'as déjà essayer de cocoter un plan pour un braquage ou des trucs pareilles ?" - Elle avait une petite idée, pouvoir gagner plus d'argent en volant les banques et autres magasins, De gros risque avec au fond de la cale , un magnifique trésor.

 En attendant, elle regardait encore les gens marchait sur les trottoirs, toutes les classes sociales étaient mélangés, du mendiant aux pauvres en passant par les modestes et en revenant sur les aristocrates qui montrait fièrement leur décoration excentriques et de bon goût. Certaines personnes la regardaient avec un œil mauvais et c'est pas très étonnant, elle a l'allure d'une mercenaire avec son équipement et son sac remplie faisait peur, personne ne savait ce qu'il y avait dedans, du fer ? Des armes ? Les cadavres de ses victimes ? La dernière proposition était le moins plausible. Les gamins s'arrêtaient devant elle pour l'admirer comme s'ils voyaient une chevalière, malgré son tempérament et son comportement, elle souriait aux gamins qui partait avec un sourire, ils ne connaissent rien à la vie et elle n'aime pas voir ces êtres fragiles pleurer, même si elle leur enlevait des fois leurs parents.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Mer 12 Sep - 9:46
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0
Pars était plutôt satisfait de cette journée. Il s’en était tiré avec pas mal d’argent, une nouvelle “coéquipière” et la charrette allait vite disparaître de sa vie. Malgré tout, il avait quand même “poussé” son “alliée” à tuer un pauvre homme. Il ne manquerait pas de lui le faire remarquer plus tard, mais pour l’instant ils marchaient dans la rue.
  Rose voulu s’asseoir, Pars la suivit donc. Il n’avait pas bien l’habitude de rester avec des dames; il sait leur parler -il sait parler à presque tout le monde- mais il a remarqué qu’elles étaient quand même un peu plus compliquées que les hommes. Et puis, lui même étant un homme, il n’endosse que très rarement - voire jamais - le rôle d’une femme pour subvenir à ses fins, car celui ci est beaucoup trop difficile : il ne pourra jamais réfléchir comme une femme et il le sait très bien.
  Rose lui posa ensuite une question; elle cacha sa bouche, ce que Pars peut comprendre, pour lui demander si il avait un plan ou une idée de vol pour l’instant. Après quelques secondes de réflexion, Pars lui répondit en souriant et sur son ton “habituel” :


 “- Pas pour l’instant, non. Mais nous y réfléchirons. On a assez d’argent pour vivre pendant quelques jours voire quelques semaines, non ? Je veux bien réfléchir à un prochain vol que l’on pourrait faire quand on manquera d’argent, mais ce n’est pas urgent. Tout ce que je sais sur ce ‘possible plan- pour l’instant, c’est qu’il minimisera les dommages collatéraux. Pas de meurtre, et le moins possible de dégâts, d’accord ? Car sinon on risque d’avoir plus de problèmes.”

  Il espérait que Rose puisse suivre ses instructions à la lettre. Si il n’y avait quelque chose qu’il n’aimait pas, c’est quand ses plans ne se déroulaient pas comme prévu -exactement ce qui est arrivé lors du vol qu’il a “commis” tout à l’heure. Ce n’est pas qu’il n’arrive pas à improviser et à s’en sortir, c’est juste qu’il aime quand les choses se déroulent parfaitement bien. Mais la vie ne se déroule jamais parfaitement bien, et ce même pour la personne ayant la vie la plus heureuse du monde.
  Il se demanda ensuite qu’allaient-ils faire. Pars n’aimait pas rester en ville juste après un coup. Et le bruit commençait à le gêner. Il serait bien rentré chez lui, mais qu’en pense Rose ? Si ça se trouve elle n’a nul part où aller. Ou alors elle a un foyer bien plus accueuillant que celui de Pars. Il se décida donc à lui poser la question :


 "Sinon t'as une maison en ville ? Quelque part où réfléchir au calme ?"

  La maison de Pars pouvait accueillir les deux 'compagnons' facilement, mais s'il pouvait éviter de montrer où il habitait, ça l'arrangerait. Et puis aller chez Rose l'aiderait à mieux la connaitre ? Ça serait le mieux. Comme le disait une vieille pièce de théâtre à propos de cinq lions contrôlés par des adolescents pour sauver le monde, connaitre ses coéquipiers et le meilleur moyen de pouvoir travailler avec.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Jeu 13 Sep - 20:18
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Claire écouta les requêtes de Pars pour les casses qu'ils feront ensembles et posa sa main droite sur son cou tout en exprimant sa déception, pas de dégâts collatéraux pour elle, c'était normal, car elle volait tout ce qui était possible et casser serait-ce une seule chose, c'était perdre de l'argent facile, mais aucun mort ? Elle trouvait ça compliquée alors elle réfléchissait un long moment tout en grattant sa joue et lui répondit ensuite en le pointant du petit doigt :

"Bon d'accord, mais si jamais ça tourne au drame, je ferais en sorte que personne nous barre la route compris ? Même si je dois écraser des tibias."

Elle voulait pas se retrouver sur une place publique pour se faire exécuter comme une chienne du moins, pas tout de suite, pas avant d'être un peu plus connu, car elle voulait mourir en étant admirée de tous les bandits et devenir un grand modèle pour les générations suivantes ! Elle aurait de nombreuse œuvres à son sujet que ce soit peinture, roman et tout autre format ! Elle fut extirpée de son rêve avec la question de l'habitat, elle regarda Pars un instant et d'un ton blagueur, lui répondit :

"J'ai pas de maison ici, à moins que tu veuilles faire tout un trajet pour aller à Weisse, mais ce sera sans moi."

Elle se leva et lui expliqua que ses maisons, c'était généralement des tavernes et qu'elle était généralement la garde des lieux comme ça elle n'avais pas besoin de payer et elle pouvait dormir tranquillement, mais elle lui fit comprendre que c'était du chantage par la force et qu'elle avait des fois foutu de sacré bordel dans certaines tavernes.
Claire se pencha dans la direction de Pars.

"Et toi ? Tu dois habiter dans les alentours non ?" - Demanda Claire en enlevant son gant métallique pour révéler son bras droit qui est remplie de cicatrices, de très grandes cicatrices qui fait la moitié de son avant-bras. Rose serra et desserra son poing à plusieurs reprises pour les dégourdir.

 L'Astre commençait lentement à décliner, la nuit n'allait plus tarder, le vent était glacial, sûrement a cause de la mer qui rafraîchit l'atmosphère. Claire regarda Pars et lui dit qu'au pire, ils pouvaient dormir dans une taverne pour la nuit et que si il voulait, il pouvait payer pour s'éviter une mauvaise réputation, qu'elle laissera sa capuche pour éviter une bagarre qui pourrait tourner au drame et de laisser faire les transactions et finit par rajouter qu'elle avait vue une taverne quand ils étaient en train de se balader pour trouver un potentiel client pour la charrette.
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Mar 18 Sep - 15:44
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pars acquiesça quand Claire lui dit que si elle en avait besoin, elle n'hésiterai pas à blesser des personnes se tenant sur leur route. Et cela lui paraissait justifié. De ce qu'il a compris, elle acceptait de faire l'effort de minimiser au possible ce genre de débordements, et c'était ce que voulait Pars.
  Cependant, la suite de la conversation le dérangea un peu plus. Son interlocutrice n'avait pas de "chez-elle". C'est quand même pas tout les jours que l'on croise une sans domicile fixe dans les rues à cette époque. Et puis, elle n'en avait l'air. Elle était plus ou moins bien habillée, bien peignée, et plutôt jolie si on oubliait les nombreuses cicatrices qui parcouraient son corps.
  Elle lui expliqua ensuite comment elle dormait, ce qu'elle faisait avant. C'est vrai qu'avec sa carrure, malgré son physique et son sexe féminin - il paraîtrait que, dans le futur, juger le sexe d'une personne sur son apparence serait purement fortuit - elle en imposait, et pouvait en décourager certains.
  Elle lui proposa de dormir dans une taverne, ce que refuserait Pars. Il avait beau être plutôt à l'aise avec les gens, facilement les cerner, les analyser, les tavernes et autres endroits de restaurations ne lui plaisaient guère, car il y avait justement trop de gens là-bas. Il n'en avait pas l'air comme ça, mais essayer de catégoriser et de s'intéresser à une personne était plutôt fatiguant. De plus, Pars le fait tellement souvent que ça en devient presque un automatisme dès lors qu'il rencontre ou reste longtemps dans la même pièce avec quelqu'un, et il lui est très difficile de s'empêcher de continuer cette habitude.
  Où allaient-ils donc dormir ? La réponse était assez logique : chez Pars. Cependant, comme il le pensait précédemment, montrer à Rose là où il habitait lui posait quelques problèmes. Elle pourrait elle le dénoncer, puisqu'elle pourrait au final y gagner beaucoup d'argent. En me dénonçant, elle pourrait garder sa maison et ses biens.
  Mais Pars fut bien obligé de lui proposer d'y dormir. C'était bien la première fois qu'une femme - ou que quiconque, au final - venait chez lui simplement pour y dormir. Il répondit donc à l'interrogation de Rose :


  " Oui, j'habite dans les bords de la ville. Ça m'emmerde un peu de faire ça, mais je ne supporte pas de dormir dans une taverne ou un hôtel. Je peux t'y mener, si tu veux. "

Il espère simplement que tout se passera bien avec elle. Elle avait l'air gentille, au fond. Mais son nom reflète peut-être sa personnalité : très jolie en apparence, mais quand on s'approche un peu plus, on voit qu'elle est bourrée d'épines.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Dim 23 Sep - 20:25
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Claire fit une petite tape dans le dos à Pars pour le remercier de l'héberger et elle commença donc à le suivre a travers Laurgal encore une fois en retraversant les rues aristocratiques et du tiers-monde. Le duo passa dans une ruelle quand deux personnes encapuchonnées s'approchèrent d'eux de façon imposante et se plantèrent devant eux, le couloir ne laissait point passer les dernières lumières de la journée et la tension monte soudainement d'un cran quand tout à coup, l'homme de droite dégaina un couteau et menaça de sa voix caverneuse le duo :

"Vous allez nous donner tout ce que vous avez de valeur sinon moi et mon collègue, on vous égorge comme des cochons."

L'autre racketteur ricana en dévoilant ses dents en mauvais état, il se lécha les babines en regardant Claire qui sortit son couteau a dépecer tout en se mettant devant Pars, elle montra ses dents comme un animal et commença alors à hurler :

"T'as intérêt à lâcher ton couteau sinon je te cloue sur un mur !"

L'homme a la voix caverneuse ne semblait ne pas bouger tandis que l'autre était moins sûr de lui, Rose se retourna en regardant Pars et lui faire un clin d'œil, c'était son garde du corps après tout. Alors que la tension règne, l'homme armé fonça tête baissé et poussa Claire et attaqua soudainement Pars, Claire se rattrapa au niveau du mur et fit un grand pas pour pousser violemment l'attaquant sur le mur pour ensuite le prendre par le col et lui envoyer un coup-de-poing en pleine figure, elle le lâche ensuite et lui assène un coup de pied dans le bassin, l'homme contre-attaque en essayant de lui planter le couteau dans l'épaule, mais Claire pare tout juste son couteau qui tombe au sol. Elle lui assène un coup de coude avec son bras droit enveloppée de son gant qui le sonne. Pendant ce temps, l'autre malfrat court vers Pars et le pousse soudainement pour essayer de lui infliger un coup de poignard pendant que Claire s'occupe de son acolyte, la peur se lis dans ses yeux, un vrai couard qui a la vue du colosse dément qu'était Claire voulait purement et simplement faire ce qu'il devait faire, tuer Pars et le dépouiller de tout son argent et neutraliser Claire pour commettre le péché adoré de tous qu'est la luxure mais ce soir ce sera peut être pas le cas pour ces deux démons dénués d'argent.

Dés:
 




Claire : #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Sam 29 Sep - 21:24
Irys : 74987
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pars esquiva avec assez de facilité l'homme et dégaina son pistolet, le pointant sur le bandit. Etant donné l'attitude et l'expression faciale de ce dernier, il espère lui faire peur assez facilement. Il décida de tirer un coup de somation pour prouver que son arme n'était pas factice, et dit avec une voix forte et qui porte :

    "Tu pensais vraiment m'avoir comme ça ? Si tu te rapproches de moi je tire, et t'inquiètes pas que je sais viser et que j'ai assez de balles pour neutraliser ton collègue."

  Toujours la peur au ventre, mais ne voulant pas abandonner son collègue, le bandit décida d'encore attaquer. L'adrénaline mélangée au stress et à la précipitation n’entraînait pas toujours les bonnes décisions. Un coup de feu ayant été tiré en pleine ville, des gardes armés n'allaient pas tarder à venir sur les lieux.
  Les gardes n'étaient pas un problème pour Pars. Ce dernier changeant constamment d'apparence, il avait été interpellé quelques fois par des gardes différents mais ils n'arrivaient jamais à le reconnaître. Cependant, ceci risquait de plus déranger Rose. Pars arriverait surement à inviter quelque chose pour amadouer les gardes, mais pas sûr que cela marchera à tout les coups.

  Pars réussit encore à esquiver - cette fois ci de peu, le bandit réussis à déchirer une partie du manteau de Pars, et ce dernier décida de tirer une balle qui atterri dans le mollet de l'assaillant, faisant tomber celui-ci. Pars voyant que son partenaire s'en sortait assez bien de son coté, il ne s’inquiéta que peu pour la suite.

  Du sang avait giclé par terre, et une partie finit sa course sur la seule femme présente. Ça pourrait aider aider Pars pour la suite. Il se précipita vers Rose, s'assura que les hommes à terre ne serait pas en mesure de se relever. Il donna un grand coup de pied à celui qui était vers son acolyte pour s'assurer qu'il ne se relève pas, fit bouger Rose pour la faire s'asseoir contre une maison, et lui demanda de prendre un air horrifié, histoire d'amadouer les gardes.

  Ces derniers arrivèrent d'ailleurs assez vite, et étaient assez bien armés. Ils étaient deux, et pointaient leurs fusils sur Pars et le bandit s'était pris une balle. Pars posa directement son pistolet par terre et le poussa du pied pour le mettre hors de portée des deux voleurs, et leva les mains en regardant les gardes. Il joua de ses habits du jour pour tenter des les amadouer :


  "-Lâche ton arme sinon je tire ! Tu vas bien gentiment m'expliquer ce qu'il se passe ici, sans faire de gestes brusques !" Hurla le plus grand des deux. Il avait l'air assez agressif, mais Pars allait essayer de s'en sortir.
  -Messieurs, j'était en compagnie de mon amie ici présente quand ces brigands ont décidé de nous attaquer pour nous faire les poches. Nous n'avons fait que nous défendre, je peux vous le jurer sur tout ce que je possède ! "

  Pars avait pris une voix et un air terrifié, pour essayer de convainvre au maximum les personnes qu'il avait en face de lui.

Dés:
 

Dés:
 


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Mar 2 Oct - 20:43
Irys : 64988
Profession : Bandit
Pérégrin 0
   Claire ne voulait pas prendre cet air horrifié, elle ressemblait a un mercenaire vétéran tout droit sortie d'un stéréotype, les gardes ne la prendront pas au sérieux alors elle décida avant que les gardes arrivent, de légèrement se planter le couteau dans le bras pour que ce soit plus crédible et quand les gardes arrivèrent et crièrent de toutes leurs forces pour imposer le respect et la crainte,  Pars commença à expliquer les faits. Le plus grand des deux releva son fusil et s'approcha du voleur blessé au mollet pour le relever par le vêtement qui se débat, il se prend un coup de crosse dans la tête pour l'assommer, il regarde ensuite sa collègue qui va voir Claire qui se tient le bras.

          La garde enleva doucement la main de Rose qui faisait semblant d'être mal en point et soudainement les yeux de la garde s'écarquillèrent en dévisageant les nombreuses cicatrices qu'arborait le bras gauche de Claire, elle en avait déjà vue des cicatrices mais autant ? Sur un seul bras ? Comment a t'elle fait pour survivre a tant de blessures ? Elle fut extirpée de sa stupeur par Claire qui lui tapota l'épaule, elle s'excusa tout en sortant de son sac en cuir qui était autour d'elle et sortit de quoi suturer la blessure, du savon, de l'eau et une serviette qu'elle mouilla et savonna pour l'essorer ensuite pour nettoyer les contours de la blessure.

"Serrez les dents madame, vous avez été touchée au coude, je dois suturer votre blessure pour éviter qu'elle se rouvre plus tard dans la soirée."

          La garde prit alors un fil en nylon et une aiguille et commença alors a suturer la plaie, Claire grimaça de douleur mais elle resta silencieuse, elle coupa ensuite le fil une fois la suture finit.  Elle aida Claire à se relever et commença a porter l'autre criminel. Le garde regarda Pars ensuite et leva son pouce en l'air pour dire que tout ira bien, la coéquipière le rejoignit tout en leur faisant la leçon.

"Comment cela se fait-il que vous vous baladiez qu'à deux dans des ruelles aussi sombres alors qu'il commence à faire nuit ? Ce genre d'incident arrive tout le temps ici. Vous devriez faire plus attention ! Heureusement que c'est une petite ville et qu'on est arriver à temps ! Rentrez chez vous, avant de vous faire attaquer encore une fois."

    Claire soupira "c'était pas la peine de nous faire la morale !" Pensa t elle. Les deux gardiens disparurent avec les malfrats sur leur dos. Claire regarda Pars en soupirant et lui dit qu'ils devraient se dépêcher avant de retomber dans un guet-apens encore une fois et demanda si Pars voulait prendre un raccourci ou faire toute la route dans les rues principaux qui était sûrement plus sûr.




Claire : #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Page 1 sur 2