Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 L'or forgé par le sang [fini]

Pars Yel
avatar
Ven 5 Oct - 11:29
Irys : 84985
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Dès les gardes partis, Pars s'exclama - un peu pour détendre l'atmosphère - d'un ton pince-sans-rire :

  "Putain, j'ai pas eu le temps de leur demander où ils ont obtenus ces jolis fusils !"

  Il soupira ensuite quand il remarqua l'état de ses vêtements. Ils avaient d'autres vestes du même genre qu'il pourrait surement utiliser de la même façon, mais ça fait toujours chier quand l'une d'elles est déchirée.

  Il commença à recharger son pistolet : il avait tiré deux coups lors de cet affrontement, et un pistolet entièrement chargé est toujours plus utile si ce genre d'événements avait à se reproduire. C'était un revolver à barillet de 7 coups ; un peu original, certes, mais cela fonctionnait bien. Il tourna avec précaution le barillet, leva son arme vers le ciel en la tenant de sa main gauche et appuya sur l'espèce de tige présente sous le canon. Cela avait pour effet de retirer la douille du chargeur. Il avait mis sa main droite en dessous pour récupérer la douille ; en effet, cela pourrait éventuellement lui servir et ça ne prenait de toute façon pas beaucoup de place. Il tourna son barillet d'un cran vers la droite, et recommença. Il rangea les dites douilles dans une des poches de sa veste, et glissa sa main laissée vide à l'intérieur de cette dernière. Il avait 14 balles - soit deux chargeurs - de rechange sur lui ; il en sorti deux et, tenant maintenant son arme vers le bas, fit l'opération inverse : il inséra la première cartouche, tourna le barillet d'un cran vers la gauche, et inséra le deuxième. Il venait de s'apercevoir que le cran de sécurité de son arme était désactivé ; il poussa donc le chien vers l'avant pour désarmer et ranger son arme dans sa veste.

  Il venait de faire usage de deux balles, et cela était également plutôt gênant - en effet, cela fait toujours un coût en plus. Il s'orienta vers Claire - enfin, Rose pour lui - afin de réfléchir à sa proposition. Comme dit précédemment, Pars déteste se mêler à la foule quand il est accompagné : quand il est seul, cela ne le dérange pas car il a pour but de passer inaperçu. Mais avec quelqu'un de si singulier que la femme qui l'accompagné, cela serait difficilement possible. Les deux compagnons étaient encore un peu loin du domicile de Pars, ce dernier proposa donc naturellement à Rose de le suivre vers les routes principales. Il continua d'avancer dans la ruelle, l'un des axes principaux de la ville se trouvant seulement à quelques minutes de là.

  Une fois arrivés à ce niveau là, ils se retrouvèrent mêlés à la foule. Pars baissa la tête, et demanda simplement à 'Rose' de ne pas le perdre de vue. Il avançait très vite parmis les gens, se glissant telle une anguille parmis toutes ces personnes pressées. Après bien 10 minutes de marche, Pars bifurqua dans une petite ruelle de bord de ville. Le quartier dans lequel il se dirigeait était habité par des gens de classes populaires, sans pour autant parraitre trop pauvre. Pars entra dans une maison en plein milieu du quartier, et invita sa compagne à le suivre.

  Le bâtiment était petit mais assez grand pour bien y vivre convenablement. L'étage inférieur était constitué d'une cuisine vers le fond, et d'une pièce à vivre juste derrière la porte. Les deux pièces étaient séparées simplement par un petit mur arrêté à mi hauteur. à gauche de la pièce à vivre se trouvait un escalier. Il y avait simplement un canapé et une cheminée et un canapé dans cette pièce. Sous l'escalier, une porte menant à un placard. Pars se retourna vers son amie :


  "Par contre j'ai qu'un lit deux places, j'ai pas l'habitude d'avoir des gens à la maison."


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Claire Rosenstrauss
avatar
Mar 9 Oct - 20:04
Irys : 79986
Profession : Bandit
Pérégrin 0
   Pour une maison populaire, elle était très belle, mais ce n'était pas non plus un palace où tous les richards s'allonge sur un canapé de pièce d'or avec des servantes autour de lui. Claire inspecta le salon puis le canapé tout en écoutant Pars puis frissonna à l'idée de dormir a côté d'un inconnu, ils se connaissaient que depuis quelques heures et bientôt une journée ! Elle n'allait en aucun cas dormir à côté de lui, elle se redressait et pointait le canapé tout en lui répondant :

"J'vais plutôt dormir dans ton canapé ou par terre si jamais il est pas costaud. J'ai l'habitude de dormir à ras le sol ne t'en fais pas."

  Elle enleva sa cape et la déposa sur le dossier du canapé. Elle enleva ensuite son gant en fer et le déposa sur la table ainsi que son sac de sable en dessous de celle-ci. Elle ouvra son gilet en cuir d'Erchs et le posa sur le même dossier où se situait la cape. Elle portait en dessous de son gilet un débardeur noir usé révélant encore plus de cicatrices au niveau de son dos, mais étrangement, il n'y en avait aucune sur le ventre, pas une trace de bleu ou de brûlures ni de cicatrices, rien. Elle regarda Pars quelques secondes avant de se faire un chignon. En levant ses bras, on pouvait facilement remarquer ses abdominaux. Si on oubliait son visage très féminin, on aurait devant nous un homme extrêmement musclé, on pouvait aussi penser qu'elle détestait son apparence féminine, mais ce n'est point le cas. En effet, elle voulait simplement avoir l'air imposante pour ne pas se faire attaquer toutes les dix minutes par des brigands aux poireaux sensibles et c'était réussi. Elle finit par regarder encore une fois Pars et l'avertit de ne pas essayer d'abuser d'elle pendant son sommeille puis, Claire s'allongea sur le canapé tout en enlevant ses bottes.

"Encore merci de m'héberger une nuit, bonne nuit à toi."

Rose fit glisser sa cape et s'enveloppa dedans pour en faire une couverture et ferma les yeux en baillant, elle était peu sereine, mais la fatigue l'emporta.




Claire : #ff0000
Voir le profil de l'utilisateur

Pars Yel
avatar
Sam 13 Oct - 21:20
Irys : 84985
Profession : Bandit
Pérégrin 0
  Pars s'étonna un peu de la voir s'endormir si vite. Il alla dans la cuisine. Elle était assez simple : une gazinière en son centre et de plusieurs placards. Il fouilla un instant dans l'un pour en sortir un paquet de biscuits secs, pour les déposer discrètement sur la table devant là où dormait Rose, au cas où elle aurait faim. Il sortit également d'un autre placard une bouteille d'eau ainsi qu'un verre, pour faire de même au cas où elle aurait soif.
  Pars monta à l'étage, et commença à se déshabiller, pour pouvoir se mettre en habits de nuits. Il était moins bien fait que Rose, mais sa peau était plus.... lisse, car il n'y avait pas de cicatrices. Un fois rhabillé, il s'allongea dans son lit double, et s'endormi.
  Sa chambre avait une double fenêtre à gauche du lit, cette dernière étant fermée par des volets pour empêcher la lumière de réveiller le locataire. Il y avait deux tables de chevets de chaque coté du lit, surmontés d'une lampe de chevet, et une grande armoire en face du lit.
  La vision noire des yeux fermés de Pars l'emmenèrent vite vers un autre monde, celui des rêves.


Réfléchis, prends ton temps - un grand penseur du 21eme siècle
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2