Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Image Dragons [PV Maël]

Invité
Mar 28 Aoû - 16:55
Lina avait toujours apprécié ses séjours à Eoril. Le Gharyn local la recevait systématiquement avec la plus grande des joies, tout comme sa femme d'ailleurs, ainsi que le reste des courtisanes et des courtisans. À l'évidente exception de certains jaloux et certaines jalouses, auxquels Lili prêtait une attention toute particulière lorsqu'il s'agissait de distribuer sa gentillesse. Elle voulait à tous prix éviter les tensions et les coups bas, même si elle ne pouvait rien faire contre les ragots et les insultes qui se passaient dans son dos, une fois les portes closes.

Elle sortait actuellement de la chambre du Gharyn, justement, qu'elle avait dû distraire quelques heures jusqu'à ce que sonne l'heure pour lui d'aller accomplir ses quelques obligations. Rien de malsain cependant, quoi que les choses du plaisir et de la chair n'avaient jamais parues malsaine aux yeux de Lina. Cependant, le Gharyn d'ici bas avait plus de bonhomie et de candeur que de désire et de gourmandise. Il aimait simplement la voir danser, jouer de la musique ou assister à ses spectacle d'illusion.

Au détour d'un couloir, Lili s'arrêta et s'appuya sur le rebord d'une fenêtre pour observer le ciel d'un air songeur. En ce début de mois, le ciel était plutôt dégagé et la température plutôt agréable, même la brise était légère. Une ambiance propre à la rêverie.

— La femme du Gharyn... soupira alors Lina, comme une question à elle même.

Il était vrai que cette dernière souffrait un peu du manque d'enthousiasme de son mari à son égare, et ce, sur bien des plans. Elle souffrait à la fois de l'ennuie et du manque de satisfaction que pouvait lui apporter un tel époux. Ce qui, la dame de compagnie l'avait constaté, était très commun au sein des mariage de raison.
Un sourire s'esquissa alors sur le coin de ses lèvres. Elle se demandait si elle ne devrait pas se rendre au marché, trouver quelque chose d'exotique et de sensationnel ramené par un marchant particulièrement aventureux, et le présenter à la femme du Gharyn afin de l'amuser et d'en profiter elle-même, au frais de la noble dame... Elle trouvait l'idée particulièrement savoureuse.

— Quelque chose de somptueux, de grisant et d'exotique... Comme ce serait charmant, je crois que l'ennuie me gagne moi aussi...

C'est alors que ses yeux s'écarquillèrent, lorsque dans son iris se refléta une improbable et imposante silhouette. Lointaine mais parfaitement dessinée, énigmatique mais reconnaissable, exotique, mais très connue. Un légendaire dragon.
Légendaire, oui, pour qui n'en avait jamais fréquenté ou même croisé. Pour certains, les choses légendaires étaient banales, et vis versa, mais il était absolument certain qu'un dragon était la chose la plus communément admise comme étant légendaire.

Ne prenant même pas le temps de réfléchir, l'agile danseuse et acrobate agrippa plus fermement le rebord de fenêtre et s'élança sur le toit le plus proche, laissant ses fines sandales glisser sur les épaisses tuiles sèches, défilant ainsi le long des beffrois, des chasses-pluie et des murailles jusqu'à atterrir sur un chemin de ronde duquel elle bondit jusqu'au sol, s'élançant ensuite en direction du quartier marchant, en direction de la porte principale la plus proche du lieu d’atterrissage supposé de la magnifique créature.

Certainement que son maître et cavalier, pour ainsi dire, serait reconnaissable depart sa touche ou son harnachement.
Elle se précipitait de la sorte, les voiles ses ses vêtements s'agitant dans le vent, ses bijoux tintant les uns contre les autres et sa chevelure ondulant dans sa course, pour une bonne raison.
Si quiconque voulait mettre la main sur le ou la supposé dragonnier ou dragonnière pour une quelconque raison, et les raisons pouvaient être nombreuses dans cette ville, Lili se devait d'arriver la première.

— C'est lui, j'en suis certaine...! souffla-t-elle entre deux respirations, ayant l'habitude de parler toute seule.

Un très jeune homme aux cheveux bruns, de taille moyenne. Mais ce qui lui avait donné l'indice qu'il s'agissait d'un dragonnier était tout d'abord sa posture, vive, comme s'il était prêt à bondir, ainsi que les motifs du cuir qu'il portait, en écailles. Et s'il ne s'agissait pas là du plus frappant des indices, le casque si singulier qu'il tenait sous son bras.

Cependant, le temps de faire toutes ces observations, Lina s’aperçut assez sottement qu'elle n'avait pas assez de place pour freiner à temps.
Du coup, elle dû improviser.
Elle pris une première impulsion en passant une fois à cloche pied, puis lorsque ses deux sandales touchèrent enfin le sol, elle étira son corps et fit basculer son poids en avant en envoyant ses mains vers le bas.
Une roue frontale parfaitement exécutée.
Puis elle utilisa ce qui lui restait d'élan pour agrémenter le tout d'un salto arrière, cambrant son dos à la perfection, écartant les bras...
Réception... passable, mais pas inesthétique, elle sauvait au moins la face après avoir immanquablement attiré l'attention.
Cependant, elle sentait un léger début de douleur dans sa cheville gauche. Elle avait manqué de concentration à force de songer à mettre la main sur le beau garçon.
D'ailleurs, elle se tourna vers lui avec un sourire de marchand de tapis et s'approcha pour poser ses deux mains sur ses bras :

— Beau dragonnier... souffla-t-elle, afin de n'être entendu que par lui, de préférence. Vous devez être fatigué, vous êtes convié à vous reposer à la cours du Gharyn ! Appelez-moi Lili, je serais vôtre hôtesse pour le temps qu'il vous plaira ! déclara-t-elle avec toute la douceur et le calme que lui permettaient encore son souffle court.

Tout en disant cela, elle passait dors et déjà le bras sous celui du dragonnier. Après tout, quel jeune garçon pourrait refuser l'invitation et le bras d'une femme de sa beauté ? Et ça n'était pas par orgueil de sa part, mais une simple constatation de son experience personnelle.
Elle était convainque d'avoir gagné ce dragonnier selon les grandes règles de l'univers.

— Alors dites-moi, comment vous appelez-vous...?

Maël Kaïly
avatar
Mer 29 Aoû - 12:10
Irys : 109984
Profession : Dragonnier / Graveur
My'trän +1
Soufflant doucement, le Dragonnier vient poser son casque sur sa tête alors qu'il aborde ensuite un petit sourire. Il fait à peine jour alors qu'il décide de partir avec Lanara, montant sur le dos de cette dernière sur la zone de décollage qu'il a choisit histoire de ne pas déranger sa famille. Fermant les yeux un instant, il va se concentrer à nouveau sur le lien qui l'unis à sa dragonne, ouvrant à cette dernière la possibilité de communiquer.

"T'es prête à prendre ton envol ma belle ?"

Nouveau sourire alors qu'un petit rugissement sort de la gueule de cette dernière et que ses ailes ne se déploient. Un premier battement, puissant, permettant l'élévation du duo alors qu'ils s'élancent ensemble vers l'avant, rejoignant les cieux. Là-haut, au moins, il est entièrement libre de son point de vue même s'il garde bien à l'esprit le but de son voyage.

Prenant la direction d'Eoril, ils balayent simplement toute cette attache terrestre que tout le monde ressent d'habitude. Cette distance, immense au final, parcourue en quelques instants pour eux alors qu'ils se déplacent, aidés bien entendu par la catégorie de sa dragonne, ne représente finalement rien pour eux. Et pourtant ...

A l'approche de la ville, ils entament finalement leur descente, jusqu'à toucher le sol, un peu plus loin pour ne pas créer trop de panique, mais également pour ne pas trop se faire repérer tout en laissant le sol trembler légèrement et la poussière, couchant l'herbe sous les pattes de la dragonne. Maël descendra du dos de sa partenaire, retirant son casque pour le porter sous son bras. Il va sourire, doucement, avant de récupérer sa bourse d'Irys histoire de la replacer correctement à sa ceinture et prenant par la suite la "longue" route qui va l'approcher un peu plus de la ville.

Mais d'un seul coup, voila qu'il se stop alors que quelqu'un s'approche de lui en courant, à toute vitesse. Maël restait un peu figé en voyant quelqu'un courir ainsi dans sa direction, premièrement, parce que son premier reflex aurait été d’appeler sa dragonne, et deuxièmement, parce que sa seule manière de se défendre serait de tirer sa lame, ce qui nécessiterait de changer son casque de place pour pouvoir la dégainer. Il ne fait donc rien, laissant cette dernière effectuer sa pirouette qu'il semble, néanmoins, apprécier vu la beauté du geste. Par contre, il va se figer à nouveau au moment ou cette dernière viendra lui prendre le bras.

Une invitation à la cour du Gharyn ? C'était un fait assez inquiétant pour Maël. Se reposer là-bas ? Il ne savait absolument pas ce qu'il avait fait pour mériter un tel honneur et le questionnement se lisait sur son visage. Plus que le questionnement, il ne laissait pas particulièrement paraître autre chose. Déjà qu'il faisait tout pour ne pas s'attarder dans les lieux aussi peuplés, voila qu'on l'invitait de manière presque obligatoire, à rester. Il n'aimait pas vraiment avoir de contact avec ce genre de population mais pourtant, même s'il ne l'aimait pas, il acceptait que certains échanges soient obligatoires dans un certain cadre. A la question de la jeune femme, Maël pinça les lèvres, légèrement.

"Maël... C'est mon nom. Maël Kaïly." S'empressa-t-il de préciser en donnant son identité complète. Les interactions avec les autres étaient assez limité et étranges, pour lui, depuis qu'il nourrissait le lien avec sa partenaire. "Et elle, c'est Shoan." En désignant sa lame du menton.

Plus loin, déjà, sa partenaire s'étaient à nouveau élevé dans les cieux pour profiter de sa propre liberté. Elle savait, de toute manière, qu'il ferait appel à elle si jamais il était en danger. Quitte à mettre la pagaille en ville pour le sauver. Lanara n'avait pas les mêmes standard que les hommes de toute manière.


Thème de Mael et Lanara en général


Thème de Mael et Lanara en exercice de vol


"Une seule Famille, Unie et Indivisible." - Maël, parlant du lien entre Dragon et Dragonnier

Mael s'exprime en : #339900
Lanara s'exprime en : #cc6699
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Mer 29 Aoû - 15:14
Lina Liberari se concentrait énormément pour avoir une respiration normale, aussi douce que celle que l'on attend généralement d'une femme de son élégance, malgré le fait que ses poumons lui réclament beaucoup plus d'air que cela.
Elle produit aussi l'effort de continuer de sourire, d'avoir ce visage doux et rayonnant que les autres lui connaissent habituellement, malgré la légèrement douleur à sa cheville et l'appréhension d'avoir fait mauvaise impression. Cependant, en tant que comédienne et danseuse de talent, elle était tout à fait capable de garder un visage impassible, même dans de bien pires situations.

Comme elle se tenait toujours bien droite, son bassin légèrement cambré et ses hanches ondulant au rythme de sa démarche pour se faire plus voluptueuse et séduisant, elle s’aperçut rapidement qu'elle faisait quasiment la même taille que le charmant dragonnier. Il avait l'air aussi jeune que ce dont elle s'était douté en l'approchant de loin, et son visage n'était vraiment pas désagréable à regarder.
Lili aimait contempler les visages androgynes des beaux et jeunes garçons, c'était en quelques sorte son pêché mignon, dans bien des proportions.

— Maël, quel prénom charmant, complimenta-t-elle avec une sincérité qui n'était pas feinte. Il roule sur la langue comme du miel, c'est un vrai délice, ajouta-t-elle en jetant un regard brillant au dragonnier, ne quittant pas son sourire charmeur.

Elle suivit alors le regard du jeune homme lorsqu'il désigna sa lame, preuve qu'il était un véritable chevalier. Un mercenaire ne pourrait sûrement pas s'offrir une arme d'une telle facture. Cependant, Lina s'amusa de le voir présenter son arme en deuxième priorité. Alors elle se fit taquine, en gardant toujours l'air léger de son timbre de voix et la douceur de son phrasé :

— Oh, comme c'est masculin de nommer sa lame. Et quelle est le nom de vôtre fourreau ? Forment-il un couple ? musa-t-elle avec légèreté, non sans sous-entendus, continuant de guider le jeune homme vers la cours du Gharyn. Mais vous ne m'avez pas dit le nom de vôtre autre partenaire, beau dragonnier. C'est qu'elle a l'air plus fidèle qu'une simple lame, adressa-t-elle avec un sourire complice.

Elle souhaitait impressionner un petit peu son charmant hôte, et c'était mise en tête de tenter sa chance. Si ce dragon était véritablement une dragonne, alors il ne manquerait pas de noter son intuition. Sinon, elle pourrait toujours dire que son utilisation du féminin lui avait échappé, puisqu'elle parlait d'une lame précédemment.
Rien ne devait être laisser au hasard après tout.

Maël Kaïly
avatar
Mer 29 Aoû - 16:13
Irys : 109984
Profession : Dragonnier / Graveur
My'trän +1
Clignant des yeux plusieurs fois, le garçon ne parvenait pas vraiment à comprendre ce qu'il se passait. Non seulement il arrivait en ville, et la traversait avec une femme accroché à son bras, mais en plus, voila qu'on le complimentait pour son prénom, c'était bien rare comme fait pour être souligné. Un léger soupire quitta ses lèvres alors qu'elle l’entraînait toujours plus en avant, dans des rues qu'il n'avait jamais emprunté et qu'il ne pensais même jamais emprunté de toute manière. Et plus la discussion avançait, plus il se sentait mal à l'aise intérieurement. Mais il n'avait pas vraiment d'échappatoire pour le coup et se laissait simplement entraîner. Au pire, il pourrait prétexter un soudain truc à faire si vraiment cela venait à être trop long.

Grinçant presque des dents au moment ou elle lui parlait de sa lame et de son fourreau, le corps du garçon se raidit légèrement en l'entendant parler ainsi. Mais pour autant, il ne pouvait lui en tenir rigueur car elle n'était certainement pas dans la même optique que lui. L'ignorance de certaines coutumes de son clan n'était pas vraiment sujet à dénigrer les personnes ignorantes. Mais vint le sujet, enfin, de sa partenaire. Et Maël ne pu rien faire d'autre que simplement la présenter.

"Lanara, ma partenaire."

Il n'y avait pas vraiment grand chose d'autre à dire et Maël ne paru pas si impressionné que cela qu'elle sache que son dragon était une dragonne. Lui parvenait bien à les différencier alors pourquoi pas d'autres ? Toujours est-il qu'une question lui restait en tête et dont il ne parvenait pas à se défaire.

"Mais ... Tu m'as dis que j'étais invité à la cours du Gharyn ... Pourquoi cette invitation ?"
L'emploi de ce pronom n'était en aucun cas un manque de respect et c'était perceptible dans sa voix. Il la mettait simplement à égalité avec lui, dans un respect cordial et simple. Pourtant, cette question appelait à une réponse et il n'aimait pas vraiment imaginer les possibles raisons qui le pousserait à entrer dans cette fameuse cour.

Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de questionner la jeune femme. "Et toi, comment tu te nomme ?" On ne pouvais faire plus simple, bien que le malaise du jeune homme soit clairement présent et perceptible.

Kidnappé ainsi sans autre forme de procès était perturbant. Pas parce que c'était une belle jeune femme qui s'en occupait, mais surtout de la manière qu'elle avait de mettre en valeur cette proximité relative qu'ils avaient tout les deux. Il ne pu s’empêcher de voir certains regard tournés vers ce nouveau duo un peu étrange et il faut dire qu'entre lui et son armure de cuir aux motifs écailleux et elle avait ses tissus recouvrant certaines parties de son corps, Maël n'était pas véritablement aidé dans le processus.

"Tu pourrait aussi me relâcher un peu ...?" Après tout, il ne pouvait pas vraiment s’empêcher d'avoir les joues légèrement roses, certainement de gêne quant au moment présent alors qu'on regard se reposait à nouveau sur sa "charmante" ravisseuse.


Thème de Mael et Lanara en général


Thème de Mael et Lanara en exercice de vol


"Une seule Famille, Unie et Indivisible." - Maël, parlant du lien entre Dragon et Dragonnier

Mael s'exprime en : #339900
Lanara s'exprime en : #cc6699
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Mer 29 Aoû - 16:44
Lina Liberari plissa légèrement les yeux avec un sourire rêveur lorsque son hôte kidnappé lui donna enfin le nom de sa dragonne, elle avait donc vu juste, il s'agissait d'une femelle.
Elle répéta le nom en le soufflant très légèrement, pas vraiment pour être entendu de son interlocuteur, mais plutôt pour goûter la saveur qu'il pouvait avoir.

— Lanara...

Elle aimait ce nom au-delà de ce qu'elle aurait pu décrire. Pas tant pour son exotisme que pour le naturel avec lequel il s'accordé à la magnifique bête, que Lina avait vu s'envoler du coin de l’œil tandis qu'elle séduisait sa bienheureuse proie.
Mille question se bousculaient à cet instant dans son esprit. Elle n'avait jamais ne serait-ce qu'entendu quelqu'un parler de dragon. Personne qui ne s'y connaissait réellement en tous cas. La noble bête était elle douée d'une grande intelligence ? Parlait-elle le langage humain ? Et si oui, qu'avait-elle à dire d'intéressant ? Avait-elle des histoires à raconter ? Si oui, alors Lina voulait à tous prix les connaître. Après tout, qu'y avait il de mieux que de raconter les histoires vraies d'une authentique dragonne ?
C'était le cœur de son métier, après tout, mais également la noyau de sa passion, l'intérêt pour les choses extraordinaires.
Cependant, elle vu rapidement tirée de sa rêverie par son charmant compagnon, dont elle lâcha soigneusement le bras avant de le lui tapoter affectueusement, comme pour témoigner du fait qu'elle le lui rendait en excellent état, toujours mutine.

— Oh, oui, voilà vôtre bras, gentilhomme, expliqua-t-elle avec un petit rire.

Elle trottina alors gaiement jusqu'au devant de lui, marchant en arrière avec une grande aisance tout en le regardant, avec une telle stabilité et un tel équilibre que l'on aurait pu dire qu'ils se tenaient tout deux face à face, assis dans une calèche. C'était ce que l'on appelait sûrement "la grâce de la danseuse". En toutes occasions.

— Je me nomme Lina Liberari, mon nom de vous dira rien, je ne suis qu'une fille de nomade, mais tout le monde m'appelle Lili...

Les divers mouvements du visage du jeune homme ne lui avait pas échappés tantôt. Elle y avait deviné, selon les propos qu'elle lui tenait, de la crispation ou de la gène. Réactions plutôt normales en ces circonstances, mais elle commençait à douter de réellement incommoder Maël pour les "bonnes" raisons.

— Vous êtes invités, car j'ai la légitimité du Gharyn à le faire, et que j'ai envie d'écouter vos histoires, et les histoires de Lanara, afin de les raconter de belles manières expliqua-t-elle avec douceur, tournant légèrement le regard pour voir où elle se dirigeait afin de prendre un tournant, passant l'entrée des jardins de la cours sous l’œil bienveillant des gardes. Vous m'avez demandé mon nom et vôtre bras, vous les avez ! Je vous apporterais volontiers ce que vous voudrez d'autre mon bon dragonnier, voulez vous boire ? Manger ? Vous asseoir dans le jardin avec moi afin de parler ? demanda-t-elle avec le même sourire, reprenant une marche normale afin d'arpenter les sentiers du jardin aux côté du jeune homme.

Maël Kaïly
avatar
Jeu 6 Sep - 16:54
Irys : 109984
Profession : Dragonnier / Graveur
My'trän +1
Alors qu'elle lui parlait, Maël n'avait plus qu'une seule idée en tête, trouver comment sortir de ce pétrin. Autant il avait eu l'impression qu'elle s'y connaissait en dragon, autant sa demande le perturba plus que de raison. Que Lanara lui raconte des histoires ? Qu'est ce qu'elle pourrait bien lui raconter de plus que ce que lui pourrait raconter de toute manière ? Souhaitait-t-elle au final se retrouver seule avec sa partenaire et lui faire du mal comme beaucoup d'autres ? Deneguant de la tête, il soupirera à nouveau avant de porter son regard sur elle.

Lina avait quelque chose qui la distinguait des autres, c'était certain. Une prestance, une aura. Maël ne pouvait y être indifférant bien qu'il n'y était aussi sensible que d'autres de part son propre éloignement social. Détournant le regard, ses yeux se posèrent sur le jardin qui se profilait devant eux et bien qu'il n'en avait jamais compris le besoin, il n'en restait pas moins amusé ni moins émerveillé devant la beauté du lieu et le calme qui y régnait.

"Lanara et moi partageons les mêmes histoires. Nous avons vécu les mêmes choses depuis son éclosion. Et je ne fais pas confiance aux autres pour raconter nos histoires. Désolé pour toi..." Et il était sérieux. Pourquoi m'avoir amené ici, sinon ? C'est peut être beau mais ... C'est tellement fade en même temps ..."

Maël ne parlait pas là des couleurs, c'était certain. Il ne parvenait simplement pas à observer la vie elle même et tout les mouvements qu'elle occasionne dans ce genre de lieux. Ces lieux ou tout est bien réglementé comparé à la beauté sauvage de son environnement habituel. Il n'était pas à l'aise dans ce élément, cela ne lui ressemblait pas du tout. Venant doucement tirer sur le haut de son armure, il prendra une légère inspiration.

"Je comptais simplement prendre quelques provisions et repartir ensuite en vérité. Et je vois pas vraiment quoi dire de plus ..."

Lui qui avait pour habitude de ne pas s'attarder plus que ça était maintenant bloqué avec une inconnue qui tentait d'utiliser ses charmes sur lui. Intérieurement, il ne pouvait lui en vouloir, mais lui même se posait la question d'une attirance envers d'autres. Rien n'était vraiment certain dans sa tête en vérité et il doutais même d'avoir une réelle attirance pour une autre personne que sa partenaire. Les relations n'avaient jamais été véritablement bien vécues par Maël qui avait passé beaucoup plus de temps à  se concentrer sur le lien avec Lanara qu'à essayer d'en construire un autre avec quelqu'un. Passant ensuite une main dans sa nuque, il relèvera son regard vers le ciel, pensivement. Lanara était peut être au loin, là haut, parmi les nuages, alors qu'il était en bas, sur le sol. Un léger sourire anima son visage alors que ses yeux se fermèrent, sans même qu'il ne prête attention à Lina, après tout, c'était elle qui l'avait amenée ici, il n'avait fait que la suivre en y étant bien obligé. C'était une sorte d'invitation à caractère obligatoire très certainement.


Thème de Mael et Lanara en général


Thème de Mael et Lanara en exercice de vol


"Une seule Famille, Unie et Indivisible." - Maël, parlant du lien entre Dragon et Dragonnier

Mael s'exprime en : #339900
Lanara s'exprime en : #cc6699
Voir le profil de l'utilisateur

Ingrid & Sigurd
avatar
Dim 28 Oct - 12:15
Irys : 714864
Une autre personne vint s’inviter dans l’entourage du dragonnier. Rien à voir avec la courtisane qui essayait d’user de ses charmes et usait de faux semblant. Là, ce n’était qu’innocence et pure admiration qui scintillait dans les yeux de la jeune personne. Un brin timide malgré la présence de la courtisane qui venait régulièrement voir ses parents lorsqu’ils séjournaient dans la capitale, elle délivra son message d’une traite en ne regardant pas du tout l’inconnu.

« Maman dit que Lysandre et toi vous devriez commencer à préparer le spectacle pour ce soir, il y a peut-être la primo-Gharyn qui viendra. Elle a dit que tu avais peut-être oublié à cause du dragon dans le ciel. »

Alors que la jeune femme s’éloignait avec l’apparence de la nonchalance, malgré le tourbillon de sentiment interne, la fillette n’avait pas bougé d’un iota. En fait, elle était restée derrière avec le monsieur en armure. Le message de sa mère ne s’arrêtait pas là. Elle avait pour mission d’inviter aussi le dragonnier, puisqu’elle l’avait effectivement trouvé en présence de la courtisane non loin de leur quartier dans les jardins communs à l’ensemble des invités.

« Maman m’a aussi dit de te dire de venir la voir pour s’excuser du dérangement et vous offrir un endroit où vous reposer. Papa est encore occupé, mais elle a dit qu’il aimerait sûrement vous rencontrer et Nyma aussi, c’est notre Khorog. »

Après une petite pause où elle continuait de tordre ses mains, elle fit signe à l’inconnu de venir. Son ensemble orange-jaune était facile à suivre dans les allées vertes. Impossible de se perdre de toute façon, il n’y avait pas beaucoup à marcher pour aller jusqu’à leurs appartements. Et le chemin était assez simple : tout droit, un virage et de nouveau tout droit.

« C’est la première fois que tu viens ? Moi, je suis déjà venue
-elle fit le décompte sur ses mains avant de montrer fièrement ses doigts tout en disant à haute voix le résultat – sept fois. »

Il n’y eut pas vraiment le temps d’avoir d’autres échanges avant qu’ils n’entrent dans la demeure où s’échappait une musique de flûte. Les pas de l’enfant les menèrent jusqu’à la pièce à vivre chaleureusement décorée de tapisserie colorée au mur comme au sol. Une décoration mobile qui d’habitude ornait les tentes lors de leurs voyages. Les meubles, eux, étaient pour la plupart des prêts d’Eoril. Ils n’avaient pas autant de canapé et table lors des déplacements. Ça aurait été plus encombrant qu’autre chose.

Debout pour jouer à son aise, la musicienne finit son morceau avant de poser délicatement son instrument sur un petit meuble où trônait déjà d’autres instruments. Ses traits reconnaissables ne laissaient pas de doute quant à l’identité de cette personne pas plus que ces cheveux ou son teint légèrement basané : c’était la mère de la petite.

« Je vois que Isendra vous a trouvé. Bienvenue à Eoril et dans notre humble logement. Je m’appelle Lycia, enchantée. Vous souhaitez boire ou vous asseoir, vous venez juste d’arriver si je ne m’abuse ? »

Tout en parlant, elle avait déjà versé trois verre du jus de raisin et poser le tout sur la table basse. Ceci, avec sa fille dans les jambes. Elle ne quittait pas sa mère d’une semelle maintenant qu’elle l’avait rejointe.

« J’espère que Lina ne vous a pas importuné, c’est une artiste très enthousiaste. »



Comme un murmure amer...

Un murmure, un battement de cœur, un frisson dans le dos. Une pensée sibylline, un sang glacial dans les veines et un retournement de l’âme. L’étincelle d’un brasier présumé éteint il y a bien longtemps, mais dont les cendres n’ont jamais cessé de rougeoyer en secret. Désormais, son feu s’est rallumé et vient vous lécher les doigts, Enfants du Chaos.

Le fléau de Khugatsaa court dans votre chair, insidieusement il a attendu son heure et dans votre esprit désormais s’éveille un instinct étranger. Accrochez-vous à votre âme, il pourrait vous prendre le reste.


-Maël Kaïly- est désormais victime de la pandémie.

Pour plus d'informations, c'est ici !


HRP:
 


HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé