Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 Un sauvetage pas comme les autres

Tom Comswa
avatar
Mer 10 Oct - 18:00
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
Parfois, certains événements viennent perturber la tranquillité et l'équilibre des forêts de Suhury, plus ou moins grave cela reste des événements que Tom rêverait ne plus jamais entendre, vivre ou même voir. Chaque endroit son utilité, pour le jeune homme la forêt est un endroit tranquille dans lequel on peut trouver sécurité et apaisement, du moins c'est son point de vue et c'est ainsi qu'il définirait la forêt en quelques mots. Après tout, il passe sa vie à cohabiter avec la Nature, essayer de faire en sorte que le monde de demain soit meilleur, moins violent. La violence… un concept qui pour lui ne devrait pas exister comme l'excuse du "Il faut de la violence pour protéger les gens qu'on aime". C'est peut-être la vérité dans le monde actuel, mais on peut aussi protéger les gens par d'autres moyens, il en est convaincu, après tout venant d'un jeune guérisseur qui déteste la violence, aurions-nous pu nous attendre à quelque chose d'autre ?

Mais cette dure réalité arrive parfois à atteindre le jeune homme, une réalité violente qui ne devrait pas abattre son injustice sur des personnes aussi vulnérable et innocente que le jeune Tom. Nous sommes en Juillet 933, au milieu du mois dans les forêts de Suhury aux abords d'une route empruntée quelques fois par des voyageurs dont la soif d'aventure, de connaissance ou même parfois de sang guide leurs pas. Et quelqu'un posera ses pieds sur cette route et c'est le jeune Tom, mais cela ne ressemble pas à une balade de santé.

Sortant de la forêt en courant aussi vite qu'il le puisse ,et les Architectes savent qu'il court vite, il se retrouve nez à nez avec deux bandits qui le stoppe immédiatement en l'attrapant par les vêtements. Ceux-ci vite rejoint par l'un de leurs collègues complétement essoufflé et à bout de force, Tom a bien du le faire courir. De vulgaires bandits ne sachant s'en prendre qu'à des personnes vulnérables comme Tom, après tout, c'est toujours plus facile de s'en prendre à des personnes ne sachant pas réellement se défendre.

- Qu'est-ce qu'on a là ?! J'suis sûr qu'y en a qui s'rait capable d'payer une fortune pour l'récupérer l'mioche.

Des mots prononçaient par celui qui semble être le "chef" de ce trio de folie. D'une voix assez grasse et d'un ton hautain, suivi d'un rire qui ressemble plus à un cochon entrain de se faire cuisiner. L'homme est de petite taille par rapport à la norme et possède une barde assez volumineuse. Tom n'essayant même pas de se débattre et quoi que ce soit d'autre, il accepte simplement son sort. La seule chose qu'il fera, c'est de réciter une prière dans sa tête en fermant les yeux. Il pense que Möchlog l'aidera, il pense qu'il le sauvera de cette situation.

Il se fera trainer un peu plus loin vers ce qui semble être le campement des bandits, un vulgaire feu de camp positionné entre les arbres et les buissons. Ce serait une bonne cachette si il n'y avait pas la fumée du feu qui s'élevait à travers les feuillages des arbres. Il finira par se faire attacher au tronc d'un arbre, alors que les bandits s'empare de son sac en bandoulière en riant.

Tom ne put rien faire d'autre que pleurer en suppliant son Architecte de lui apporter son aide. Tom est privé de son sac, donc de l'ours en peluche se trouvant à l'intérieur. Et pratiquement rien ne peut lui faire plus de mal que ça, le priver de son ami de toujours, qui a vécu tout ce qu'il a vécu. Son compagnon avec qui il a soigné et aidé des gens, avec qui il peut s'endormir le soir paisiblement. Le sort de Tom est remis entre les mains du destin qu'on lui a donné à sa naissance…


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
avatar
Mer 10 Oct - 21:42
Irys : 182770
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Quand elle avait débuté sa vie de mercenaire à My'trä, Svenya s'était tout d'abord cantonée à Zolios, région la plus proche de son continent natal. Mais c'était il y a bien des années, et depuis elle pouvait raisonnablement dire qu'elle avait sillonné chaque région de la terre des mages jusqu'à les connaître presque aussi bien que les tribus nomades qui la peuplaient. Elle avait donc pris une des routes un peu moins fréquentées de Suhury sans s'inquiéter de ce qu'elle pourrait y croiser, confiante en ses propres compétences. C'était un raccourci qui lui ferait gagner trois jours pour son arrivée au Lac du Mergen, lieu d'où partaient pas mal de caravanes commerciales à cette période de l'année.

Khardan, un géant à la robe charbon d'un bon mètre nonante, partageait la tranquilité actuelle de sa cavalière. L'étalon n'avait certes pas la même vivacité que Shuurga, sa monture précédente, mais il était réactif et ses longues jambes étaient capables de pointes de vitesse impressionantes. Et puis, c'était un peu reposant d'avoir un cheval moins buté que la jument grise.

La lumière du jour, pourtant long à ce moment de l'année, commençait petit à petit à décliner. Les ombres allongées de la fin d'après-midi furent encore obscurcies quand le soleil se rapprocha de la surface d'Irydaë, et annonçant l'arrivée de la zone de pénombre qui sépare le jour et la nuit. C'était un signe pour la voyageuse qu'elle ferait bien de se trouver un endroit où passer la nuit, puisque pour le moment elle pouvait se permettre de ne pas marcher à un rythme forcé.

Une odeur vint chatouiller ses narines, l'odeur du feu. Et là où il y a du feu... oui, elle pouvait maintenant apercevoir un mince filet de fumée entre les arbres. Sachant d'expérience que les voyageurs my'träns avaient tendance à être accueillants et qu'il y avait donc de fortes chances qu'ils partagent leur pitance et leur feu avec elle, Svenya piqua vers la source de fumée. Elle s'arrêta pourtant à quelques mètres de sa destination, car son oreille venait de capter de nouveaux sons. Des voix et rires d'hommes, d'abord, dont le ton ne lui disait rien qui vaille. Des pleurs, ensuite, étouffés mais audibles à qui tendait l'oreille comme elle. Ca sentait mauvais.

Doucement, elle glissa à terre, prenant soin d'amortir le son quand ses pieds entrèrent en contact avec le sol. D'un geste, elle fit signe à sa monture de rester sur place. Elle avait remarqué quelques semaines plus tôt que l'étalon obéissait à ce geste, chose qui était très pratique. Elle parcourut les derniers mètres à pied, aussi silencieuse et invisible que les autres prédateurs qui hantaient ces bois.

Une fois en vue du feu, elle s'accroupit dans les fourrés pour observer la scène. Trois hommes, tous les trois adultes, autour du feu. Pas de monture en vue, armes déposées à proximité et prêtes à l'usage. Plus loin, attaché à un arbre, un adolescent dont le corps avait l'air de s'être attardé dans l'enfance. Pas d'autre âme qui vive en vue. Pas besoin d'être un génie pour comprendre ce qui avait eu lieu.

Toujours sans un bruit, la shudarga contourna le campement pour se positionner derrière l'arbre où le jeune prisonnier était attaché. Elle mit la main sur sa bouche pour l'empêcher de trahir sa présence par un cri de surprise, et murmura:

"Je vais couper tes liens. Mon cheval est à dix mètres d'ici, tout droit en quittant le camp. Ne bouge pas, attends que je fasse diversion pour te sauver."

Joignant le geste à la parole, elle coupa les cordes qui liaient ses poignets avec sa dague. Elle repartit ensuite d'où elle était venue et d'éloigna de quelques pas du campement. Une fois dissimulée par les arbres, elle se redressa et refit le trajet inverse, cette fois sans prendre la peine de dissimuler son arrivée. Elle entra d'un air assuré dans le cercle de lumière du feu, et prit la parole comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.

"Bonsoir. Y a-t-il une place autour de votre feu pour une voyageuse solitaire?"

En même temps, ses yeux avaient trouvé ceux du prisonnier, et elle fit un minuscule mouvement de la tête. Il avait sa chance, à lui de la saisir. L'attention de ses trois geôliers était entièrement sur elle, à l'opposée du camp. Sans doute tentaient-ils de calculer leurs chances de lui dérober l'une ou l'autre de ses possessions. Ils devaient forcément avoir remarqué qu'elle était plutôt grande pour une femme, mais son ample manteau dissimulait son épée ainsi que le reste de ses armes. L'un d'eux esquissa un rictus qui devait probablement faire office de souvenir avenant.

"Bien sûr, pas de raison de rester seule dans le noir."

Tout se déroulait pour le mieux, jusqu'à ce que l'un d'entre eux se retourne.

"Hep!  Reste là, toi!"

Il quitta immédiatement sa place pour tenter de rattraper le fuyard, mais se vit bien vite arrêté par un obstacle inattendu. Laissant tomber son manteau, Svenya avait dégainé son épée et se trouvait maintenant lame au clair entre l'ex-prisonnier et les bandits.

"Retourne t'asseoir, laisse le gamin tranquille, et tu resteras indemne."

Elle ne plaisantait pas: sa voix était tranchante comme l'acier qu'elle tenait en main et ses yeux étaient durs. Mais les brutes, ça a souvent du mal à comprendre le plus clair des signaux. Les armes à la main, ils se jetèrent sur elle. Elle devait leur accorder qu'au moins ils avaient la présence d'esprit de tenter d'utiliser l'avantage du nombre au lieu de l'attaquer un par un. Mais même cette attaque groupée ne leur servirait à rien: trop peu organisés pour bien coordonner leurs attaques, ils se gênaient les uns les autres plus qu'ils ne s'entrainaient. Elle, par contre, savait exactement ce qu'elle faisait, parant et frappant avec l'aisance que procure une longue pratique. Cela mettrait le temps qu'il faudrait, mais elle savait déjà qu'elle en viendrait à bout.

Et en effet: un coup d'estoc au coeur mit fin aux efforts du premier... mais non sans qu'une flamme de douleur morde l'avant-bras qui tenait l'arme. Dans son allonge, elle avait exposé son poignet. Erreur de débutant, elle aurait dû prendre sa dague dans son autre main pour dévier de tels coups. Un autre coup, à la gorge cette fois, ôta la vie à celui qui l'avait blessée. Enfin, le dernier tomba, lui aussi touché au coeur. L'assassine ne ressentit aucun remords en voyant le dernier corps choir pour rejoindre ses complices, pas plus qu'elle n'en ressentit en essuyant sur la chemis de l'un d'eux le sang qui tâchait sa lame. Elle n'avait fait que précipiter ce qui aurait été leur sort si elle les avait remis aux gardes de la ville la plus proche. Elle avait gagné du temps, en somme.

Elle s'approcha ensuite du feu pour inspecter sa coupure. Un peu sâle à cause de la terre qui maculait l'arme de son adversaire, mais sinon nette et pas trop profonde. Elle renifla la plaie mais ne détecta aucun poison. La blessure ne serait qu'un inconvénient mineur. Satisfaite, elle quitta les lieux sans un regard en arrière et se dirigea vers l'endroit où elle avait laissé sa monture.
Voir le profil de l'utilisateur

Tom Comswa
avatar
Sam 13 Oct - 11:59
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
L'Héroïne du jour était arrivé ! Et elle a bien fait de poser sa main sur la bouche de Tom, son sursaut de surprise, suivi d'un soulagement alors que la femme lui explique la marche à suivre. Möchlog aurait entendu la détresse de Tom et aurait fait en sorte que cette femme vienne ? Ou est-ce un simple hasard ? Il ne pouvait pas en avoir la certitude alors il se contente de penser que c'est le destin qui a fait que cette femme se trouve ici. Cette femme est venu l'aider, le sauver, après tout ce n'est pas rare ce genre de chose, bon nombres de fois Tom a dû être sauver par des âmes charitables. Il fait partie des personnes à protéger à partir du moment où la situation devient violente. Lui aussi a déjà sauvé des personnes blessées ou aux portes de la mort mais c'est toujours après la bataille et les démonstrations de violences, dont il n'a pas envie de participer ou d'en voir la couleur.

Il allait suivre les recommandations de cette femme à la lettre, c'est d'ailleurs pour cela qu'au moment où elle fait son entrée pour faire diversion, il se lève doucement pour être le plus discret possible alors qu'il commence à contourner l'arbre mais malheureusement, il fait craquer une branche d'arbre sous son pied qui alerte l'un des bandits. Mais la situation fut prise en main directement par l'inconnue, ce qui donna la possibilité à Tom de partir. Mais il ne pouvait pas le faire, il doit rester pour s'assurer que son héroïne ressorte vivante de tout ça mais surtout, qu'il puisse récupérer son sac, dans lequel se trouve son nounours adoré.

Alors il décide de rester caché derrière l'arbre auquel il était accroché auparavant, il ne voulait pas voir ce qu'il se passe de l'autre côté, ni l'entendre alors il ferme les yeux et place ses mains sur ses oreilles pour atténuer les bruits légèrement. Il veut se préserver de tout ça, il ne veut pas en faire partie. Et très vite, le silence était revenu, alors il décide de retirer ses mains doucement et d'ouvrir les yeux pour observer les alentours. Ensuite il prit la décision de regarder le campement pour voir ce qu'il se tramait. Et tout ce qu'il put voir c'était les trois bandits, gisant sur le sol, mort, ainsi que la fameuse femme qui quitte le campement.

Il essaye d'ignorer totalement les cadavres encore frais pour aller chercher son sac en bandoulière, alors posé au coin du feu. Il passera la lanière de son sac par dessus sa tête pour la poser sur son épaule droite, le sac se trouvant maintenant contre la hanche gauche de Tom. Il se dépêcha ensuite de quitter tout ceci en attrapant son nounours pour le câliner fortement, pour se rassurer et tenter de penser à autre chose. Il prit la direction que lui avait indiqué la femme, il devait au moins aller la remercier, et surtout voir si elle va bien, c'est la moindre des choses après tout et Tom est loin d'être un monstre. C'est une obligation pour lui.

Il marche vite pour rattraper la femme et il finit par tomber à l'endroit indiqué, où se trouve effectivement le cheval, ainsi que la femme. Il rangera son nounours dans son sac avant cela, laissant la tête de celui-ci dépasser du sac, il s'approche ensuite de la femme en serrant la lanière de son sac qui passe en diagonale sur son torse, avec les deux mains.

M-mer-merci...in-infini-ment...V-vous...a-allez..b-bien ?.. J-je...s-suis...gué-guérisseur si...v-vous a-avez...be-besoin d-de qu-quelque...chose...n'hé-n'hésitez p-pas...

Tom est beaucoup trop timide pour commencer à se mettre à genoux devant la femme pour commencer à la remercier en flattant son égo avec pleins de compliment. Mais son "Merci" est sincère, et si il peut faire quelque chose pour cette femme, il le fera. Et il veut déjà s'assurer qu'elle aille bien suite à cette échange brutal et sans pitié. Tom est bel et bien guérisseur, la magie du soin, il en est novice mais il a un très bon niveau, tout comme la médecine plus traditionnelle qu'il maitrise assez bien, de quoi faire un bon travail de guérison, que ce soit magique ou non magique.

Mais sa timidité ne l'aide pas vraiment pour les prises de contact, alors il bégaye mais parle malgré tout d'une voix très douce et posée. Du haut de son mètre cinquante-neuf et de son apparence en général, des traits du visage encore très enfantin, un corps pas très développé au niveau des muscles, on pourrait plus lui donner entre douze et quatorze ans grand max, surtout avec le nounours qui n'aide pas vraiment à effacer cette image d'enfant. Les apparences sont souvent trompeuses ! Bref, Svenya vient de sauver un petit guérisseur en détresse…


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
avatar
Mar 16 Oct - 8:57
Irys : 182770
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Elle l'entendit arriver avant de le voir. Les ombres du soir camouflaient tous les êtres qui avançaient dans les sous-bois, mais ne faisaient rien pour atténuer le bruit des pas du jeune rescapé. La nomade ne fut donc pas le moins du monde surprise quand une petite silhouette émergea à sa suite des fourrés. Il avait l'air encore plus jeune qu'elle ne l'avait estimé au premier abord. Et... était-ce une peluche qu'elle voyait dépasser de son sac? Mais qu'est-ce qu'un gamin faisait seul dans ces bois à cette heure-ci? S'était-il égaré après avoir quitté un convoi? Sacrément égaré, alors, parce qu'il y avait assez peu de routes fréquentées dans la région. Un nomade aurait sans problème pu retrouver son clan, donc cela voulait-il dire qu'il était l'un des rares My'träns citadins?

Coupant court au flot d'interrogations dans la tête de la Negiin, l'enfant-adolescent prit la parole. Il bégayait? Était-ce un problème continu, ou était-elle plus impressionante qu'elle ne le croyait? Svenya savait qu'elle pouvait être franchement effrayante quand elle le voulait (et ne se gênait pas pour s'en servir quand elle l'estimait nécessaire), mais ce n'était absolument pas le cas maintenant, si? Restaient les hypothèses d'un défaut d'élocution ou d'une timidité maladive.

"Je vais bien, ne t'inquiète pas."

Comme automatiquement, elle avait adopté un ton rassurant, comme celui qu'elle avait utilisé jadis pour rassurer Tavny après l'un de ses trop nombreux cauchemars. Le garçon face à elle avait beau être plus âgé que sa nièce, il avait l'air tout aussi vulnérable. Quelle idée de voyager seul! N'y avait-il personne qui le cherchait?

"Est-ce que quelqu'un t'attend quelque part? Je peux te déposer, si tu veux, ça t'évitera de faire d'autres mauvaises rencontres."

Joignant le geste à la parole, elle attrapa les rênes de Khardan. Mais les insectes n'avaient pas encore dit leur dernier pour pour cette soirée, et une mouche vint bourdonner dangereusement près de l'oreille du géant, qui la chassa d'un brusque coup de tête. Aie, le mouvement sec n'avait pas fait du bien au bras blessé de la shudarga. Le coupure recommença à l'élancer, et elle dût serrer les dents quand les nerfs de son bras furent malmenés. Soupir. Bon, changement de programme, autant s'occuper de sa blessure avant de se remettre en route. D'une des sacoches que portait son cheval, elle sortit une outre d'eau dont elle se servit pour nettoyer la coupure.

"Guérisseur, hein? Est-ce que tu saurais me soigner ça? Sinon j'ai de quoi m'en occuper moi-même, mais s'il y a moyen de gagner deux semaines, j'aime autant."

En même temps qu'elle parlait, elle montra son avant-bras au garçon. Sa voix était toujours soigneusement calme, bien différente du ton direct et un peu abrupt qu'elle employait en général. Inutile de brusquer le jeune guérisseur, qui avait eu assez d'émotions pour la soirée. Bien qu'assez peu enthousiaste à l'idée de demander de l'aide à un gamin (il faut croire qu'elle avait sa fierté), Svenya était bien obligée de reconnaître que l'art des disciples de la Chouette qui peuplaient cette région était capable de miracles. De tels guérisseurs avaient déjà sauvé sa vie quand d'autres auraient déclaré ses blessures fatales, et même dans le cas d'une blessure bénigne comme celle-ci, c'était franchement plus confortable de pouvoir court-circuiter le traitement pour passer directement à la guérison.
Voir le profil de l'utilisateur

Tom Comswa
avatar
Mar 16 Oct - 19:30
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
Il essayait de regarder le plus souvent la femme pour lui montrer le plus de reconnaissance qu'il puisse offrir, mais cela reste compliqué, il n'est jamais très à l'aise en regardant des personnes qu'il ne connait pas ou très peu, malgré cela il fait des efforts, après tout cette femme vient surement de lui sauver la vie et bien plus que ça, elle parait très calme et cherche à être rassurante, ce qui arrachera un petit sourire pincé au garçon, les joues rougissant légèrement comme à chaque fois qu'il discute avec des personnes qui lui paraisse gentil ou sympathique. Certes elle l'a sauvé, mais elle est encore prête à l'accompagner…

- Est-ce que quelqu'un t'attend quelque part? Je peux te déposer, si tu veux, ça t'évitera de faire d'autres mauvaises rencontres.

- Euh…..n-non....J-je...s-suis n-nomade...sol-solitaire...Mer-merci...

Et ceci est la pure vérité, il a laissé son clan et sa famille pour partir à l'aventure seul, aider les personnes au mieux qu'il le puisse. C'est un petit homme qui possède une gentillesse et un altruisme qui ferait rêver beaucoup mais cela le rend très naïf dans certaines situations et cela peut lui attirer beaucoup d'ennuis et nous avons eu un très bel exemple précédemment. Il osera lever le regard pour laisser ses yeux observer ceux de la femme en affichant un petit sourire timide en rougissant toujours plus mais détournera le regard bien vite vers l'avant bras de la femme alors que celle-ci avait commencé à parler.

- Guérisseur, hein? Est-ce que tu saurais me soigner ça? Sinon j'ai de quoi m'en occuper moi-même, mais s'il y a moyen de gagner deux semaines, j'aime autant.

- O-oui....gué-guérisseur... J-je p-peux....m-m'en….occu-occuper...a-avec plai-sir...

Alors qu'il laisse ses doigts se balader le long de la lanière de son sac, il vient s'approcher un peu pour observer la blessure dans un premier temps, c'est toujours mieux de savoir ce qu'on soigne quand même ! Et puis ça permet de le faire bien, même si la magie de soin est très efficace, c'est vrai… Mais c'est comme une nécessité pour Tom, il aime savoir ce qu'il soigne et vu qu'il pratique aussi le soin traditionnel, sans magie, ça pourra l'aider d'avoir déjà vu ça, ça lui empêchera surement un petit moment de panique, même si quand il fait son "travail" il reste tout à fait calme et concentré.

Il dodelinera de la tête en pinçant les lèvres puis il va sourire, arborant un air beaucoup plus à l'aise et détendu mais tout aussi enfantin. Il fera de souples gestes de poignet comme si il commençait une danse avec ses mains, tout ceci en fermant les yeux doucement. Ce n'est pas une situation de crise alors il n'a pas besoin de se presser, il fait ça bien et puis utiliser son pouvoir le remplit toujours d'une joie intense, c'est des moments qu'il savoure à chaque instant.

Après cinq secondes, il élargira son sourire alors que des zones rondes de lumière commencent à apparaitre sur les zones visibles de son corps, c'est à dire, ses doigts sortant des mitaines, mais aussi la tête et son cou, tout ce qui peut être visible. Des zones d'une lumière jaune, de différentes tailles, à des distances différentes les unes des autres, formant comme une sorte de ciel étoilé sur le corps du garçon. Comment savoir que cela est sur tout son corps ? Et bien on peut en déduire grâce à la lueur lumineuse qui s'échappe du dessous de ses habits en toile.

Il dirigera ensuite ses mains, paumes vers l'avant et les doigts légèrement penchés vers l'avant, vers la blessure de la femme alors que l'on pourra apercevoir de tout petits...insectes, des lucioles... entièrement constitués de lumière sortir des vêtements du garçon, par le col, les manches mais certaines sortant directement de quelques zones de lumières se trouvant sur le visage de Tom, semblant se…matérialiser, sortir, des étoiles parcourant le corps du garçon.

Les lucioles tourneront autour de Tom, leurs nombres augmentant petit à petit, un très beau spectacle, surtout dans l'obscurité actuelle de la forêt. Tout son processus ne dure en réalité pas plus de trente secondes. Les lucioles semblant danser autour du jeune guérisseur qui viendra poser ses mains de part et d'autre de la blessure de son héroïne et les insectes de lumières viendront directement entourer le bras de la blessée, tourbillonnant autour, le nombre faisant qu'on ne peut plus voir le bras, totalement caché derrière ce mur de magie. Elle pourra ressentir une chaleur apaisante au niveau de son bras et plus précisément de l'endroit de sa blessure, quelque chose se passe, ça c'est sûr…

Pas plus de trente secondes passeront avant que Tom ne retire ses mains et reculant d'un pas, les lucioles suivant le geste, lâcheront le bras de la femme pour venir doucement retourner d'où elles viennent, beaucoup retournant sous les vêtements du garçon et d'autres venant directement reprendre leurs places parmi les étoiles se trouvant sur son visage et son cou. Le bras de Svenya étant comme neuf, le processus de guérison et le petit spectacle de Tom n'auront pas durés plus de trois minutes.

Les "étoiles" parcourant le corps de Tom disparaissant doucement, il garde les yeux fermés le temps que tout revienne dans l'ordre et surtout… pour profiter du moment. Il se concentre paisiblement sur sa respiration avec un sourire pincé, rougissant de nouveau. Il restera comme cela une bonne minute… Mais on pourra apercevoir un petit nombre de lucioles, réelles cette fois-ci, venant tourner paisiblement autour du jeune garçon. Il a eu des surnoms au fur et à mesure de ses aventures, des surnoms qu'on lui a donné sans vraiment savoir qui il était, il en a entendu parler de la bouche de quelques marchands, civils et chasseurs qui parlaient d'un petit homme entouré de lucioles, trainant dans la forêt de nuit. Même si très très peu de personnes en parle... "Le Garçon Aux Milles Lucioles" ou même encore "Le Petit Des Etoiles", des surnoms qui le font sourire et qui le caractérise bien… c'est ce qu'il pense…


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
avatar
Sam 20 Oct - 11:14
Irys : 182770
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Il voyageait seul. Il était clairement vulnérable et en plus d'une timidité maladive et il partait seul à l'aventure sur les routes. C'était un miracle qu'il soit encore en un seul morceau. Soit ce gamin avait une chance de pendu, soit une puissance supérieure veillait sur lui. Un My'trän aurait sans doute opté pour la deuxième hypothèse sans hésiter, Svenya, elle, se reposait bien moins sur les Architectes que le peuple de ce continent. Entre autres parce que ces mêmes Architectes voulaient sa peau en ce moment, ce qui n'était pas vraiment une base excellente pour une relation de confiance.

La shudarga avait eu quelques réticences à placer sa santé entre les mains d'un adolescent effrayé, mais ses craintes n'avaient pas de raison d'être: il maniait la magie avec bien plus d'assurance qu'il ne maniait les mots. Comme toujours, le spectacle offert par les pouvoirs des mages la captiva, si bien qu'elle en oublia presque la raison première du ballet de lumière qui avait lieu sous ses yeux. Presque. Elle regarda, fascinée, le bandage de lumière qui recouvrit sa blessure. Disparus, les désagréables élancements qui avaient habité son avant-bras. Ils avaient été remplacés par une douce chaleur semblable à celle qu'on ressentait quand on était juste à la bonne distance d'un feu. Elle réchauffait sans brûler. La magie des My'träns faisait vraiment des merveilles.

Bientôt, la coupure ne fut plus qu'un souvenir et la magie se dissipa petit à petit, laissant un jeune guérisseur encore plongé dans une sorte de transe et une mercenaire un peu plus émerveillée qu'elle ne l'admettrait elle-même. C'est finalement cette dernière qui se reprit le plus vite et rompit le silence en premier:

"Merci, c'est mieux comme ça."

Elle n'était pas la plus expressive des personnes, ce qui voulait dire que son remerciement aurait pu être plus chaleureux. Enfin, il était sincère, ce qui était déjà ça.

"Tu te rends quelque part en particulier, ou tu vas là où tes pas te mènent?"

Une question légitime, à ses yeux, puisque les My'träns étaient aussi susceptibles de l'un que de l'autre. Elle soupçonnait que la deuxième suggestion était correcte, vu que l'adolescent était loin de tout, et donc pas vraiment en route entre un point A et un point B. À moins qu'il ne soit sacrément perdu.

"Ces bois ne sont pas un endroit idéal pour se promener seul. Je réitère ma proposition: tu veux que je te dépose quelque part? Je peux t'amener jusqu'à une route plus fréquentée ou à une tribu de nomades d'Orshin qui est en général dans la région à cette période de l'année."

Elle espérait franchement qu'il ne s'entêterait pas, parce que si c'était le cas, il y aurait assez peu qu'elle pourrait faire. Et elle aurait un peu l'impression d'être intervenue pour rien s'il recommençait à se mettre en danger juste après qu'elle l'ait tiré d'un mauvais pas.
Voir le profil de l'utilisateur

Tom Comswa
avatar
Dim 21 Oct - 11:34
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
Il ouvrit les yeux doucement au moment où Svenya vient casser l'étreinte apaisante du silence, il pose son regard sur l'avant bras de la femme puis opine de la tête, satisfait de son travail. Il va rentrer la tête dans les épaules et pincer les lèvres, regardant son sac. Il s'est un peu laissé emporter par la joie et le calme du moment que lui procure l'utilisation de ses pouvoirs. Il se dandine doucement de gauche à droite, se mordant le coin des lèvres, commençant à réfléchir, serrant la lanière de son sac entre ses doigts.

- Merci, c'est mieux comme ça.

Il ne peut s'empêcher de sourire, il n'est pas du genre à attendre des gens qu'ils se mettent à ses genoux, cela le rendrait mal à l'aise. Il sent la sincérité de la femme en ces quelques mots, après tout, Tom l'avait remercié de la même manière. Alors il va lever doucement le regard pour poser ses yeux sur le visage de Svenya. Un regard remplit d'une sensibilité et d'un soulagement bien palpable, il n'est pas du genre à vouloir taper la discussion avec les inconnus mais là… on parle de la personne qui vient surement de lui sauver la vie alors il se permet quelques efforts, aidé par une certaine reconnaissance, c'est plus facile…

- Tu te rends quelque part en particulier, ou tu vas là où tes pas te mènent?

Il va dodeliner doucement de la tête en regardant les alentours, réfléchissant quelques instants, à vrai dire, il n'a jamais réfléchit à ça, il va simplement là où il doit aller pour répondre à ses besoins et il peut avoir une grosse partie dans la forêt, c'est d'ailleurs pour cela qu'il passe le plus clair de son temps dedans. Il finira par regarder ses pieds en se grattant la joue droite de la main droite, alors que l'héroïne enchaine…

- Ces bois ne sont pas un endroit idéal pour se promener seul. Je réitère ma proposition: tu veux que je te dépose quelque part? Je peux t'amener jusqu'à une route plus fréquentée ou à une tribu de nomades d'Orshin qui est en général dans la région à cette période de l'année.

Il viendra poser sa main gauche sur la tête de son nounours, commençant à jouer avec l'oreille droite de celui-ci, son compagnon de route a son mot à dire également. Le nounours ne parle pas, bien entendu, mais c'est symbolique, il a toujours été avec Tom dans toutes les situations et décision importante alors l'avoir avec lui dans ses moments le rassure et l'aide beaucoup. Comme quoi, parfois des "objets" peuvent être plus utile que des humains et puis, la loyauté du nounours n'est pas à remettre en doute…

- J-je...v-vais l-là où….où j-j'ai b-besoin d'all-d'aller...m-mais j-je...v-veux b-bien...all-aller v-vers...une r-route...p-plus fr-fréquen-quenté...S'il...v-vous p-p-plait..

Il préfère quitter cette zone au cas où d'autres bandits seraient ici. Il est naïf et vulnérable mais pas débile, il est même très intelligent, mais parfois son altruisme lui cause du tord. Il viendra ouvrir son sac pour y plonger ses mains pour chercher quelque chose, il sortira différents, bocaux et fioles, secouant la tête négativement pour les replacer dans le sac, jusqu'à sortir une fiole remplit d'une substance d'un rouge assez opaque qu'il tendra à Svenya doucement.

- P-pour...v-vous re-remercier...C'-c'est...d-du poi-poison pa-paraly-lysant...q-que v-vous...p-pouvez en-enduire v-votre....la-lame...

Tom a d'assez bonne connaissance en herboristerie, il concocte ses propres remèdes et poisons, même si il ne s'en sert pas, il se dit que ça peut toujours servir. La preuve maintenant, il vient d'offrir l'une de ses créations à cette femme, c'est un poison paralysant assez virulent si bien utilisé, enduisez légèrement votre arme avec, réussissez à ne serait-ce que faire une légèrement coupure à votre adversaire et le poison se chargera du reste pour laisser votre cible aussi raide qu'un tronc d'arbre… et ça ne fait pas du bien…

- J-jai...l-le re-remède s-si v-vous vou-voulez...


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
avatar
Jeu 25 Oct - 22:18
Irys : 182770
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Bon, au moins il faisait preuve d'assez de jugeote pour ne pas foncer tête baissée dans la gueule du prochain danger qui pourrait croiser sa route. Svenya hocha la tête quand il accepta sa proposition de l'amener jusqu'à la prochaine route fréquentée, signe qu'elle approuvait sa décision autant que confirmation qu'elle ferait ce qu'il venait de demander.

Elle allait remonter en selle, quand Tom la surprit en commençant à farfouiller dans son sac. Que cherchait-il? Elle le vit sortir et ranger ses fioles et flacons sans que cela ne l'aide à déterminer ce qu'il fabriquait. Enfin, il sembla trouver ce qu'il cherchait. Et elle put comprendre pourquoi il l'avait cherché. Elle hésita un moment à accepter le cadeau. Elle louait ses services à qui en avait besoin, certes, mais elle elle n'attendait pas d'un enfant qu'il la paie pour des actions qu'elle considérait parfaitement naturelles. D'un autre côté, elle préférait éviter de l'embarrasser. La couleur du liquide et sa description lui rappelaient quelque chose. À moins qu'elle se trompe fort, elle connaissait ce produit. Efficace, en effet. Par contre, c'était tout ce qu'elle était prête à accepter de sa part.

"Merci. Garde le remède: tu es plus susceptible de l'utiliser que moi."

Le choquerait-elle en admettant qu'elle blessait (ou pire) plus souvent qu'elle ne soignait? Elle venait de tuer trois hommes alors qu'il était à proximité, il devait déjà s'en douter, non? Ces trois hommes, d'ailleurs, commenceraient à dégager une odeur assez peu plaisante d'ici quelques heures, et cela empirerait encore pendant la journée, quand le soleil d'été réchaufferait les environs. Elle récupéra les rênes de Khardan, puis se tourna de nouveau vers Tom.

"Approche, que je t'aide à monter. On a intérêt à aller bivouaquer un peu plus loin si on ne veut pas être réveillés par l'odeur."

Elle ne précisa pas l'odeur de quoi, libre à lui de faire les déductions qu'il fallait, de l'interroger ou de décider de ne pas chercher de clarification. Peut-être le vexerait-elle en partant du principe qu'il aurait besoin de son aide, mais c'était un risque qui ne l'inquiétait pas vraiment. La différence de taille entre lui et l'étalon était considérable, et l'adolescent n'avait jusqu'ici pas donné l'impression d'être du genre à s'offenser facilement.

Une fois qu'il serait à cheval, elle monterait en selle elle aussi et ferait partir sa monture d'un pas tranquille. Elle connaissait un endroit assez pratique pour bivouaquer non loin de là où ils étaient: une éclaircie entre les arbres que traversait un ruisseau qui lui permettrait de remplir son outre. Autre avantage de cet endroit: il était sous les vents dominants de la région par rapport aux trois cadavres qu'elle laissait dans son sillage, ce qui réduisait considérable les risques d'infection olfactive.

Hrp:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tom Comswa
avatar
Ven 26 Oct - 18:56
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
Trois vies retirées, trois âmes retournées auprès des Architectes, c'est le prix qu'il a fallu pour rester en vie et être sauvé, le visage de ses trois hommes le hante et le hanteront surement pendant pas mal de temps. Il aurait préféré les sauver malgré tout, mais il ne l'a pas fait pour une seule et unique raison, son nounours n'était pas avec lui, cela peut paraitre très étrange mais Tom vit autour d'un équilibre fragile qu'il s'est construit pour pouvoir vivre sur ces terres. Un équilibre qu'il essaye de tenir, un équilibre dont l'objet réel qui le représente se trouve être un nounours, son compagnon de toujours. Sans lui, il était alors totalement perdu… Tom est d'une innocence et d'une extrême gentillesse à toute épreuve, il est fragile et sensible… C'est d'ailleurs la raison principale qui a donné l'envie à son père de le laisser partir seul… "Ca forge la jeunesse, il finira dans la gueule d'un loup avant la prochaine lune si il ne devient pas plus fort"....

Des paroles fortes qu'il a entendu de la bouche de son père peu avant son départ, mais Tom n'en croit rien, il n'écoute pas les paroles de son père et c'était bien la première fois. C'est surement ce qui fait que le jeune garçon ne retourne que très rarement voir sa tribu. Il a donné le poison pour une raison bien précise, la femme avec lui est son héroïne, elle l'a sauvé, en tuant des gens et ça… il aimerait que ça change, il a envie que la prochaine personne que Svenya sauvera ne quitte pas l'endroit en laissant des cadavres derrière elle, simplement des gens dans l'incapacité de bouger mais encore une fois…. son innocence lui joue de mauvais tour, jamais il ne pourrait soupçonner qu'il se trouve au côté d'une assassin. Si il venait à le savoir, il partirait surement en courant et personne ne le retrouverait avant un très long moment.

Il écoutait Svenya à la lettre, il n'a même pas l'air de remettre ce qu'elle dit en question, pour lui, la femme a ses côtés mérite qu'on lui accorde de la confiance, alors il le fait sans hésiter, c'est pour cela qu'il acceptera volontiers l'aide de Svenya pour monter sur le cheval, pour Tom il faudrait surement un poney… Et une fois la femme également sur le destrier, devant lui, il viendra poser ses mains sur le bord de la selle pour s'accrocher, même si le canasson marche, il préfère être bien accrocher, ce n'est pas souvent qu'il monte à cheval et ça lui fait extrêmement bizarre, tellement bizarre qu'au bout d'un moment il va plaquer son visage dans le dos de la femme comme une petite créature sensible ayant besoin d'être rassurer, c'est un geste qu'il ne peut pas s'empêcher de faire, ça lui fait un peu peur quand même…

Il restera assez silencieux de son côté, il repense à ce qu'il vient de se passer et ça ne lui plait pas du tout mais malheureusement, il n'a pas le pouvoir de remonter dans le temps alors il se contente de jouer avec les oreilles de son nounours pour essayer de se changer les idées, cherchant des moments qu'il a bien aimé dans sa mémoire pour y repenser, pour calmer les fantômes qui le hantent. Dans ce genre de moment, Tom est encore plus vulnérable qu'il ne l'est déjà et pourtant… on était déjà à un bon niveau.

Le duo se verra accompagner de quelques lucioles, sept pour être précis qui semblent "apprécier" la présence de Tom, celles-ci restant autour de lui le plus simplement du monde, brisant l'obscurité qui aurait pu atteindre Tom…


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
avatar
Lun 29 Oct - 9:04
Irys : 182770
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Une légère pression dans le dos de Svenya confirma ses soupçons: le jeune rescapé avait beau être tiré d'affaire, il n'avait pas encore digéré l'incident. Une preuve de plus pour la Negiin qu'il n'avait pas à voyager seul. Elle ne connaissait que trop bien la nécessité de pouvoir se reposer sur quelqu'un dans des temps éprouvants, et le silencieux passager dans la besace du garçon ne suffisait pas comme soutien, du moins pas aux yeux de la shudarga.

Ils ne durent pas marcher bien longtemps pour arriver à l'endroit où la nomade avait prévu de faire halte, et bientôt elle mit pied à terre et tendit la main à Tom pour l'aider à descendre à son tour. Les lucioles qui les avaient accompagnés éclairaient de leur faible lueur un décor bien plus paisible que celui qu'ils laissaient derrière eux: un ruisseau glougloutait tranquillement au bord d'une petite clairière recouverte d'un tapis de mousse. Quelques fleurs d'été ajoutaient une touche de couleur au décor de verts et de bruns.

"Au fait, je m'appelle Svenya Nahir. Et toi, tu as un nom?"

Un détail, certes, mais pouvoir associer un nom à une personne avait tendance à subconsciemment rassurer. Offrir son nom, sortir de l'anonymat était comme une promesse de bonnes intentions. Dans certaines légendes, le nom donnait même un pouvoir sur celui qui le portait. Une superstition, mais pas si absurde que ça: connaître le nom de quelqu'un précisait les témoignages, permettait tant louanges qu'accusations. Si Svenya avait été en fuite, jamais elle n'aurait couru un tel risque. Enfin, si elle avait fui un poursuivant humain, s'entend. Son pousuivant à elle n'avait pas besoin de tels détails pour la traquer sans relâche.

Khardan étant maintenant délesté de ses deux cavaliers, sa propriétaire lui retira également son harnachement et le paquetage qu'il avait porté. Elle le laissa ensuite libre de ses mouvements, sachant qu'il n'était pas fugueur. Un rapide passage entre les arbres plus tard, elle avait récupéré suffisamment de bois sec et démarré le feu sur lequel elle cuirait leur repas.
Voir le profil de l'utilisateur

Tom Comswa
avatar
Sam 3 Nov - 19:01
Irys : 84987
Profession : Guérisseur
My'trän +1
Le bout de chemin fut moins long que ce qu'il pensait, et quand il aura senti que le cheval s'est arrêté, il aura redressé sa tête doucement pour observer les alentours en plissant les yeux, l'obscurité faisant que l'on y voit pas grand chose, du moins pas très loin. Un léger hochement de tête avant qu'il ne tourne la tête vers la femme qui descend de sa monture pour lui proposer son aide pour descendre, il affichera un petit sourire légèrement timide, il pourrait descendre tout seul mais ça ne lui passe même pas par l'esprit, elle lui propose son aide alors il va l'accepter, bien que ce genre d'attention laisse opérer sur les joues du jeune garçon un changement de couleur, passant sur du rose beaucoup plus prononcé même si l'obscurité ambiante ne permet pas de le discerner correctement.

Une fois pied à terre grâce à l'aide de sa compagne de route, celle-ci ouvre la conversation pour fournir une information qui va permettre à Tom de mettre un nom sur le visage de cette dame. Il va doucement dodeliner de la tête en regardant ses pieds, se grattant la joue droite de la main droite. Ce n'est pas tout les jours, qu'il a l'immense privilège de participer à de telles présentations, d'habitude les gens ne font pas vraiment attention à lui, alors les présentations se n'est jamais au programme. Il va relever le menton pour regarder Svenya.

- T-Tom...

Il laissera ensuite Svenya se charger de son cheval ainsi que du bois, nécessaire pour se faire un bon feu. Il aura passé son temps à observer les différentes plantes qui pouvait les entourer, le ciel étoilé également qui lui arrache un beau sourire. Mais une fois que Svenya s'occupe du feu, il sera venu se placer à côté, en observant bien ce qu'elle fait et comment, pas d'un œil de juge, mais d'un œil d'apprenti, comme si il cherchait à comprendre et à assimiler. Il n'est que très rarement en compagnie de quelqu'un alors il apprend comment font les gens pour mieux agir avec eux. Il a envie d'aider du mieux qu'il puisse alors il faut d'abord passer par la case adaptation.

Il laissera son regard se poser sur l'avant-bras de Svenya, anciennement blessé, comme pour revérifier une nouvelle fois si il a bien fait son travail, son hochement de tête signifiant que visiblement, il est satisfait.

- V-vous ê-êtes...en b-b-bonne.... san-santé ?...

On pourrait presque croire qu'il s'inquiète, et ce serait tout à fait justifié. Les premières impressions ne sont que trop rarement fiables, et pourtant, Tom juge Svenya sur ce qu'il a vu et ce qu'il sait sans même se poser de questions et réfléchir pour savoir si oui ou non, Svenya est bel et bien ce qu'elle semble être. Pour lui, c'est la gentille dame qui l'a sauvé, il ne va pas chercher plus loin. Alors oui, il se permet une question comme celle-ci, il a envie qu'elle soit en bonne santé mais surtout… si il peut faire quelque chose, il le fera…


S'exprime comme ça. #00cc00
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé