Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Nislegiin
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2


 Une première pour l'art, une première pour le monde

Swenn Milazzo
Swenn Milazzo
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyMar 29 Jan - 19:58
Irys : 1412315
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Il y a des jours comme ça, où vraiment, ça veut pas. Pas que Swenn croit à un potentiel destin, karma et encore moins décision des dieux. Non, lui y voit une sorte de rééquilibrage dans les lois probabilistes. Et clairement, aujourd'hui il y a une grosse régulation !

A peine sorti de son labyrinthe, ayant retrouvé le chemin du bar où il a tout juste le temps de demander un café taille maxi, que voilà déjà un garde qui, au loin, là où les festivités se poursuivaient, demande à l'assemblée de sortir. Et puis quoi encore ? Il n'a pas fait le déplacement pour se barrer maintenant !

- "S'il n'y avait qu'des singeries à voir fallait le dire dès le départ...."

Pestant comme il sait si bien le faire, Swenn est coupé dans son élan de mauvaise foi balancée sur les pauvres âmes alentour par une explosion. Taille xxl elle aussi. Oui, comme le café dont il ne verra pas la couleur.

Ok, il n'est peut-être plus l'heure de râler. Ce qui est confirmé par ce mouvement de panique alors que le garde termine en une bouillie ignoble. Des cris, des gens qui courent sans ordre ni logique, tout ce qu'il faut pour filer un nouveau mal de crane au chimiste. Pas de quoi l'empêcher de prendre cinq secondes de réflexion en revanche, le temps d'analyser la meilleure option encore disponible.

Voir toute cette marée humaine se ruer vers les sorties adjacentes est bien suffisant pour que son esprit de contradiction poussé rejette cette possibilité d'office. Et puis, c'est aussi par là que les assaillants risquent d'entrer. Comme le prouvent ces nouveaux tirs qui ne font que se rapprocher. Alors lui, il n'a pas d'arme. Et ne sait pas se battre. Puis il n'est pas suicidaire non plus vous voyez. Donc clairement, c'est bien l'option fuite qu'il favorise d'office. Pas question de tenter un face à face avec ces barbares ayant un avantage incontestable sur tous ceux se trouvant actuellement dans ce bâtiment. Reste encore à savoir comment.

Finalement, son seul regret sera d'être arrivé trop tard au bar. Parce qu'à force de tourner dans tous ces couloirs, il a au moins pu voir que d'autres accès à l'extérieur existent. Histoire d'éviter de se retrouver noyé au beau milieu de cette marée criarde et hautement irrationnelle. Et puis, il y a toujours un détail d'importance majeure. Le cinematographe. Il a pu voir qu'il est resté bien au chaud, quelque part dans ce bâtiment, à l'abri des regards indiscrets. Peu de chances pour qu'il soit laissé aux mains de tous ces sauvages. Bah oui, pourquoi d'autre est-ce qu'ils s'en prendraient à ce lieu en cet instant si ce n'est pour dérober la seule chose ayant un minimum de valeur ici ?! Donc qu'il doit y avoir des personnes compétentes non loin.

- "J'imagine que le service est terminé... Pas la peine que j'attende plus longtemps."

Oui, il parle tout seul, le bar s'étant déjà en très grande partie dépeuplé. Mais et alors ? Il n'est pas habitué à subir un siège ni à se jeter tête la première dans le premier combat perdu d'avance qui s'annonce lui ! Chacun se donne un peu de courage comme il peut...

Un rythme cardiaque sûrement un peu trop élevé malgré une éternelle nonchalance affichée, Swenn se décide donc à quitter ce lieu encore à peu près épargné - mais qui ne va pas manquer d'attirer du monde dans un futur proche... - pour repartir direction le dédale de couloirs incompréhensible. Et... Cette fois, il ne se perd pas ! Repérant quelques membres du personnel évoluant au pas de course - à en juger pas leurs costumes aussi impeccables qu'identiques - le chimiste se contente de les suivre.

Est-ce qu'il reconnait le chemin qu'il emprunte ? Pas franchement. La seule chose dont il est sûr, c'est que ces escaliers n'étaient pas librement accessibles précédemment. Ne sachant pas vraiment vers où il s'aventure ainsi, le seul point positif reste les bruits de combat dont il parait s'éloigner. Reste à espérer que ça continue à être le cas. Avec la poisse qui semble l'avoir pris pour cible aujourd'hui, rien n'est moins sûr.

Mais on dirait bien que le rééquilibrage des chiffres est toujours à la recherche du juste milieu, puisqu'après avoir monté toutes ces marches - bien plus rapidement qu'à son habitude - et avoir continué à avancer un peu au hasard au fil des intersections, Swenn finit par repérer une silhouette pas totalement étrangère. S'il a un sens de l'orientation pitoyable, il est en revanche très physionomiste. Du moins, quand la personne présente un minimum d'intérêt. Et là, pas de doutes. Il s'agit forcément de cette jeune femme qui leur a fait ce discours d'entrée, le laissant sur sa faim en annonçant des pitreries en guise d'introduction.

- "On dirait que ces distractions n'étaient pas au goût de tout le monde...."

Une tentative d'humour ? Non, évidemment, comme si ce garçon là en était capable ! Mais c'est que eh, avec ces hurlements et ces tirs en continue qui constituent le fond sonore depuis plusieurs minutes, Swenn n'est pas très loin de franchir le cap "panique" que seule son indifférence naturelle réussit encore à contenir. Alors un minimum d'indulgence s'il vous plait !


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"


Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 1521281898-law2-sign

"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1 Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 D8aoL
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Aldartai Khargis
Aldartai Khargis
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyJeu 7 Fév - 14:38
Irys : 129980
Profession : Guerrier itinérant, maître d'armes
My'trän +2 ~ Suhury
Un théâtre était supposé être un lieu de fête et de divertissement, pourtant Aldartai goûtait bien peu à la distraction que livraient les différents artistes. Cependant un évènement inattendu venait troubler ce lieu, c’était d’abord une déflagration lointaine suivie d’un sifflement de plus en plus oppressant, jusqu’à la détonation. La pierre fusait de tout les côtés alors que des hurlements terrifiés se faisaient entendre. Bien, il semblait qu’il y avait là un divertissement auquel le guerrier se prêtait bien plus volontiers.

Il n’y avait pas une minute à perdre, alors que les gens se dirigeaient déjà vers la sortie pour évacuer, Aldartai avait d’autres préoccupations. Son arme, il lui fallait son arme.

Le suhur prit avec lui le tabouret sur lequel il était assis quelques instants auparavant, tant qu’il n’avait pas son épée il devait faire au mieux, et si jamais il perdait cette arme de fortune, eh bien il lui resterait toujours ses poings.

Il ne se laissait pas entraîner par la marée humaine qui fuyait vers la sortie dans l’espoir d’échapper à l’assaut. Assaut qui surviendrait dans probablement très peu de temps, les coups de canons ne devaient être que des coups de semonce. Enfin, des coups de semonce qui laissaient des traces très claires sur la façade du théâtre, et le concert de détonation ne laissait aucun doute sur le fait que cela allait sûrement continuer un moment.

Grommelant quelques paroles indistinctes entre ses dents tout en réfléchissant. Les secondes, puis les minutes continuaient leur écoulement sans fin sans que les déflagrations ne cessent. A croire qu’ils voulaient réduire le bâtiment en un simple tas de gravas. Mais pourquoi attaquer un simple théâtre ? C’était un moyen d’envoyer un message ou simplement d’intimider les gens ? Les pirates n’étaient motivés que par bien peu de choses, les irys, le pouvoir, des concepts bien creux et égoïstes. Quoiqu’il en soit Aldartai ferait ce qu’il avait à faire, rien ne changeait de ce côté là. La protection des autres restait sa priorité.

Mais trêve de pensées et d’interrogations, les éclats de pierre qui continuaient à fuser dans tout les coins n’en rendait que la situation plus pressante. Il fallait faire vite et être efficace, heureusement les gardes semblaient prendre la situation en main, pour ceux qui n’étaient pas encore mort. Ils allaient défendre l’endroit malgré les coups de canons sans fin, et Aldartai comptait bien les y aider.

Et il y arrivait enfin, l’endroit ou étaient stockées toutes les armes. Il dût fouiller un moment avant de trouver la sienne dans cet amas d’acier et de technologie qui lui donnait la migraine. Agrippant le manche de son arme et posant le plat de l’épée sur son épaule et balança l’arme de fortune qu’il avait récupéré dans le bar. Il allait pouvoir passer aux choses sérieuses.

Il lança un dernier regard vers l’intérieur du théâtre avant de hocher la tête et de se diriger vers la sortie d’un pas rapide, croisant par ailleurs celle avec qui il avait « discuté » au bar. Sans lui lancer le moindre regard le suhur se dirigea rapidement vers la sortie. Sa cible, les quais, c’était la que le principal de l’action se passait. Bien évidemment sa présence n’était pas passée inaperçue par certains pirates qui pensaient qu’il n’était qu’une cible facile. Le bouclier qu’Aldartai dressa leur donna tort, ce n’était peut-être pas le bouclier le plus puissant qu’il pouvait mettre en travers des balles, mais il ne pouvait pas se permettre de perdre trop d’énergie d’un coup, il en aurait besoin.

Les gardes se défendaient comme ils le pouvaient, répliquant avec des balles, des flèches et des carreaux contre les pirates qui tentaient une percée. Se retrouver entre deux feux serait trop dangereux, et Aldartai doutait qu’il puisse tenir son bouclier assez longtemps pour s’en sortir sans trop de dégâts. Non, le plus simple était encore de se poster aux côtés des gardes et de veiller à ce qu’aucun pirate ne réussisse à passer, ça il en était capable. Les pirates assez fou pour tenter de traverser se heurteraient à un mur : lui.


Couleur: #336633
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
Svenya Nahir
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyMer 6 Mar - 22:28
Irys : 297749
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Tandis que les yeux de tous étaient rivés vers la scène où les artistes rivalisaient de virtuosité, ceux de Svenya observaient un autre type de spectacle. Elle scrutait du regard la salle, prêtant une attention toute particulière à la responsable de l’événement et à son acolyte. Cela lui permit de remarquer le petit manège avec le faucon et, quand le garde monta immédiatement après sur la scène pour demander l’évacuation de la salle, elle n’eut aucun mal à faire le lien entre les deux.

Plutôt que de suivre le mouvement d'évacuation, elle commença à se diriger vers le duo d’inventeurs… avant de se réfugier sous une table quand les premiers tirs retentirent. Par sous la nape, elle évalua rapidement la situation. La première salve de canonnades se tût, pour laisser la place à un débarquement tout aussi ravageur. Elle qui s’attendait à devoir mettre fin à l’une ou l’autre rixe inter-nations, elle ne s’attendait pas à ça. Quand elle sortirait de là, elle recommanderait à l’Ordre de faire un meilleur travail de préparation, parce qu’elle était fortement sous-armée, là.

« Merde… »

Bon, ça défoulait, mais ça ne l’avançait pas à grand-chose. Rampant pour éviter les tirs qui fusaient, elle progressa jusqu’à un garde décédé à quelques mètres d’elle. Un véritable gâchis que de voir ce jeune homme d’à peine une vingtaine d’années baigner dans son propre sang, mais là tout de suite c’était ses armes qui intéressaient la Negiin. Il avait eu le bon goût de posséder une épée à une main et une arbalète, et les tirs qui l’avaient fauché avaient eu le bon goût d’épargner ses armes. Parfait. Elle récupéra rapidement épée, arbalète et carquois et évalua la situation une nouvelle fois.

Un chaos sans nom régnait et de nombreuses personnes se pressaient pour gagner les sorties, mais les gardes s’étaient remis de leur surprise et commençaient à organiser la défense. Quelques personnes sans uniforme semblaient aussi s’être jointes au combat. Elle pouvait les rejoindre ou trouver une hauteur d’où abattre les assaillants en relative sécurité, mais elle voulait surtout tirer cette affaire au clair. Après tout, elle était en mission de protection et de collecte d’information, et il y avait quelque chose de louche à cette alerte donnée par le faucon. Il fallait qu’elle trouve Nurmën… Mais cette dernière était invisible. Fort heureusement, elle reconnut une autre silhouette tout aussi reconnaissable et potentiellement aussi intéressante: celle du compagnon de l’ingénieure.

Elle traversa rapidement la distance qui la séparait de lui et, d’une poigne trop ferme pour faire vraiment féminine, elle le tira à terre derrière une table, où tous deux risqueraient moins de se prendre un projectile perdu (ou pas perdu, d’ailleurs).

« Cette attaque n’est pas un hasard. Que savez-vous de nos assaillants et de leurs buts? Où est Juno Nurmën? »

Elle qui déjà n’aimait pas tourner autour du pot en temps normal, elle n’allait certainement pas prendre de gants en pleine situation de crise. Ni sa voix ni son expression ne laissaient filtrer autre chose que la ferme intention d’obtenir des réponses rapidement et efficacement.
Voir le profil de l'utilisateur

Taivan & Ayalguu
Taivan & Ayalguu
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyLun 11 Mar - 9:31
Irys : 109982
Profession : Conteur sadique
Dorian se relevait péniblement de l'impact, encore secoué de par sa proximité avec la scène. Quelques éclats de pierre avaient frôlé son visage, mais il n'y avait rien d'autres que de minuscules entailles pour en faire l'attestation. A peine eut il les yeux éveillés que le jeune homme se vit réquisitionné de la plus directe manière. Se relevant, il détourna le visage vers Svenya, avant de regarder autour de lui. Tenant son front et titubant péniblement, il répondit tout aussi brièvement.

- Comment voulez-vous que je le sache ? J'en ai vu aussi peu que vous !

Grognant, il remis son épaule en place et osa un regard par-delà les fondations brisées du théâtre. Les barques approchaient, la voile du navire au loin rendant évidente la nature même des assaillants.

- Des pirates ... il écarquilla des yeux effarés, avant de se tourner à nouveau vers la negiin inconnue. Suivez-moi ! Juno est sûrement en plein caprice !

Et il monta les escaliers sur la gauche, espérant qu'il connaissait aussi bien sa comparse qu'il ne le pensait, visant le dernier étage, un trousseau de clés battant à sa cuisse.

~~~~~~~~~~

Les chaloupes parsemées dans la baie continuaient leur avancée vers les quais, vers la brèche du théâtre, pupilles rivées sur l'objectif de l'abordage ... pourvu que ce dernier puisse être trouvé. La capitaine, trônant sur son esquif ne se décomposait pas de son sourire. Lorsque, enfin, le bois du cabestan entra en collision avec les pierres effondrées de la façade, Fara fut la première à mettre pied à terre. La première balle tirée fut celle de son propre pistolet, sur un garde bien trop lent à réagir. Le plomb lui déchira la gorge et le laissa suffoquant sous l'humeur assouvie de la cheffe de vaisseau.

Se retournant, voyant ses hommes débarquer à sa suite, elle hurla un ordre singulier, simple, que tous avaient entendus au préalable, mais qui ne saurait jamais assez se répéter.

- Ne gâchez vos munitions sur les civils que s'ils vous emmerdent. Gardez le tout pour les gardes, et trouvez-moi Juno !

D'un écho singulier, la clameur de l'équipage chaloupé offrit à la meneuse l'éclat d'une fière suffisance. Les pirates de la Flamme Noire se hâtèrent dans le hall, engouffrés dans la brèche, ils se mirent à tirer, pour complaire à leur révérée capitaine, sur les cibles armées uniquement, laissant le reste trembler de peur sans permettre un seul égard.

Quant à Fara, elle marchait à la suite de sa troupe, observant la fumée des armes, découvrant le théâtre avec de grands yeux calculateurs. Elle sembla réfléchir, un instant, immobile, pieds campés sur les gravats. Silencieusement, et sans qu'aucun lambin lambda ne la remarque, elle s'isola de sa troupe avec deux hommes de confiance et prit l'escalier à sa droite, rapière au poing et pistolet à la hanche.

~~~~~~~~~~~

Précipitée dans l'escalier, Juno était partie au moment-même où le canon avait retenti, se précipitant dans l'escalier en martelant le talon sur les marches. Atteignant l'étage, elle risqua un regard au balcon, voyant les chaloupes presque abordées, elle accéléra le pas avant de se voir stoppée par un commentaire bénin et une tignasse brune. Grinçant des dents devant la vanité du parlé, elle attrapa simplement la manche du parfait étranger avant de l'emmener avec elle dans l'escalier.

- Gardez votre souffle pour courir, j'ai besoin d'aide, mais pas d'un plaisantin. Dépêchez-vous !

Et elle gravit l'étage, ouvrant une porte, s'y engouffrant avec Swenn avant de la verrouiller, répétant le processus pour chaque entrée de la mansarde. Dans la pièce, seul un oeil de boeuf orienté plein soleil laissait entrer un fragment de lumière. Sous le rayon, une immense figure drapée trônait sur une étrange plateforme, sans doute destinée à directement rejoindre le hall par voie mécanique. Fermant la dernière porte, elle se dirigea vers la machine et la dénuda de son voile. Un regard plongé entre fascination et angoisse hantait les pupilles de la cinéaste. Promptement, elle retourna au-devant de son compagnon de fortune et lui saisit le visage pour être sûr qu'il la regarde dans les yeux.

- On a très peu de temps, alors écoutez-moi bien. Vous voyez ça ?! elle pointa la machine du doigt. Cette machinerie est le symbole d'un premier pas entre la réconciliation my'tranne et daënare, dans cette pièce se trouve le premier fragment de la clé qui ouvre les portes de la paix. SI JE MEURS, elle haussa le ton pour être certaine qu'il écoutait bien. Je veux que vous fassiez en sorte que personne ne touche à cette machine, à part Dorian, vous m'avez comprise ? Que ce soit par la force ou par la diplomatie, j'en ai rien à cirer, mais vous devez la protéger !

Un bruit sourd résonna dans les fondations, Juno fit enfin silence. Des clameurs retentissaient dans l'escalier et elles se rapprochaient ...

~~~~~~~~~~~~~

Les échanges de feu se faisaient nombreux sur les quais, tant de balles qui ricochaient sur les parois, tant de plomb qui ne se souciait guère des occupations que tous désiraient consacrer à cette bataille. Alors, que deux personnes se mettent en pleine ligne de mir, sans même daigner trouver un abri convenable pour le faire, ni gardes, ni pirates ne manqueraient une telle occasion. Certains yeux de la Flamme Noire ne reconnaissaient pas quelconque code dans ce genre de situation. Les balles allèrent voler sans aucune clémence, sans aucune distinction.

Les premières rafales furent destinées aux deux émissaires de la Flamme Noire, Eylohr et Lizzie. Seule  cette dernière dut s'effrayer de la proximité de l'une d'entre elles qui vint lui griffer la joue, le géant fut pour l'instant épargné des traits. Peut-être que le milieu de la zone de tir n'était pas le meilleur endroit pour négocier, ou que marcher en pleine bataille n'était pas la meilleure manière de survivre ...

Quant aux deux adeptes de la Grande Chouette, bien que moins en évidence, ils furent tous deux pris pour cible par certaines balles tirées par l'autre bord. Les tirs étaient lointains, et fendaient l'air en d'éparses cheminements grisonnants. Le bouclier levé par Aldar le protégea momentanément des balles, mais son éclat attirant trop de canons, l'image dorée se brisa immédiatement comme une vitre. Zora, elle, pouvait entendre le sifflement des balles qui la prenaient en joue sans en ressentir l'impact.

Un membre de la Flamme Noire, sans doute plus habile de ses yeux que d'autres, crut déceler le haut du visage de ce qu'il pensait certainement, être un garde sous couvert. Levant son fusil, il risqua un tir vers le trou dans lequel Enoch regardait, mais ne fit rien d'autre que soulever la poussière d'un des pans du mur.

Pirates et gardes échangeaient ainsi leurs feux, le professionnalisme se révélant plus efficient que l'art de submerger. La compétence trouva ainsi forte concurrence dans la quantité, et s'en sortit plus gagnante que perdante, pour le moment.

Jets de dé:
 
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Eylohr Lothar
Eylohr Lothar
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyLun 11 Mar - 13:58
Irys : 235477
Profession : (Officielle) : Pirate.
Pérégrins -2

  • Les balles fusaient de toutes parts. Les fusils, les revolvers et les pièces d’artilleries tonnèrent de concert dans une symphonie macabre. Ça et là, des membres étaient arrachés, des visages ensanglantés, des individus brulaient. Une vision terrifiante, d’un spectacle tout autant terrifiant. Pourtant, Eylohr s’y complaisait. Il aimait tout particulièrement le tumulte d’une tempête dont il était partie prenante. Une engeance chaotique, dans un contexte opportun qui, cependant, se voulait pacifique. Lizzie, célèbre membre de la Flamme Noire, se trouvait face à lui, et cela lui posait un certain problème alors qu’autour de lui, tout n’était qu’allégresse. Cependant, les Architectes furent bons avec lui, non pas qu’il y ai un jour cru, mais la balle qui vint arracher un bout de joue à la capitaine corsaire en maraude était la porte de secours à cette entrevue dérangeante. Blessée mais pas à terre, elle devrait assurément prendre un peu de temps pour elle, ne serait-ce que pour accepter la douleur cuisante de cette blessure, et reprendre ses esprits. De plus, ils étaient tous les deux au beau milieu de ces échanges de tirs, et le colosse comprit soudainement qu’il ne faudrait sans doute pas attendre une éternité avant qu’une seconde balle chanceuse ne vienne trouver le colosse.

    Il se baissa, fléchissant les genoux et le buste afin de se faire plus petit, pour autant que cela fut possible. Les barges qui accostèrent au plus près de la salle de théâtre lancèrent l’assaut directement à l’intérieur de l’édifice, obligeant certains gardes à faire feu sur eux, plutôt que sur les assaillants plus lointains comme Eylohr.

    Pour se soustraire au feu moins nourri mais toujours bel et bien présent, Eylohr souleva le corps inerte d’un corsaire parti trop tôt. Maigre bouclier, mais néanmoins efficace tant qu’il voulait bien se dépêcher, le colosse prit la direction de la salle de théâtre afin de s’y engouffrer. Pour se faire, il jeta le cadavre ensanglanté et déchiqueté sur ce qui restait d’une ligne de défense, qu’un grand gaillard au bouclier doré venait d’abandonner, certainement bien malgré lui. Il l’avait vu du coin de l’œil, mais ce guerrier semblait très grand et très costaud, suffisamment pour que même le colosse venu du Nord puisse le remarquer et s’en souvenir. Mais il ne semblait plus là, où du moins, pas suffisamment pour pouvoir défendre la ligne.

    Débarrassé de son bouclier de chair qui aura été plus utile une fois mort que durant toute sa chienne de vie, du moins c’est ce que pensait le colosse, il prit son fusil à double canon scié qui se trouvait à sa hanche, le dégaina en direction des quelques survivants de la ligne de défense, sans entrevoir la présence de se guerrier de tout à l’heure, et fit feu par deux fois.

    Si les balles n’étaient pas précises, elles serviraient néanmoins à créer une chape de plomb meurtriers. S’engouffrant à l’intérieur par un trou dans le mur, il s’éloigna quelque peu de celui-ci, de quelques mètres seulement, et se planqua tant bien que mal derrière une colonne afin de recharger ses armes. Il se souvint alors des ordres de la capitaine. Il fallait retrouver quelqu’un et non pas tuer pour tuer. Cruel exercice que celui-ci, mais nous sommes à Nislegiin, et non pas à Daënastre, donc, ces vauriens mourraient plus tard de toute manière.

    Il rechargea alors ses armes, d’abords ses révolvers, puis son fusil à double canons sciés. Une fois fait, il se décala un petit peu – à peine – de cette colonne salvatrice, et rechercha des accès, des comportements suspects, afin de localiser le mieux possible la cible qui lui fut assignée. Prête ou pas, l’Ours du Nord arrive…


Let the night come, before the fight's won,
Some might run, against the test.
But those that triumph, embraces the fight's cause,
Their fear then proove that courage exist.
Hope.


Spoiler:
 


Voix d'Eylohr (Ronan l'accusateur):
 
Voir le profil de l'utilisateur

Svenya Nahir
Svenya Nahir
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyDim 17 Mar - 16:10
Irys : 297749
Profession : Mercenaire - assassine de l'Ordre
Guilde +2 (femme)
Svenya retint un soupir d’exaspération quand le jeune homme se redressa. Bon sang, ça serait bien sa veine s’il se prenait une balle (perdue ou non) maintenant! Soit il savait où sa partenaire était, soit il ne savait pas et il évitait de s’exposer à une mort aussi désagréable que certaine. Et apparemment il ne savait pas où elle avait disparu. Formidable.

Cependant, avant que la Pénitente puisse lancer une nouvelle salve de questions, son interlocuteur sembla trouver une piste à suivre. Elle se demandait en quoi les pirates avaient pu l’aider à trouver cette piste, mais ne demanda pas directement. Peut-être savait-il où Nürnen était susceptible de fuir pour échapper à des pirates? Ou encore possédait-elle un trésor qu’elle tenait à tout prix à protéger contre eux?

Un sprint en direction des escaliers plus tard, ils étaient temporairement hors des lignes de tir immédiates. La Negiin aurait pu profiter de leur passage à découvert pour décocher quelques carreaux en direction de leurs assaillants, mais elle soupçonnait que commencer à piocher dans ses réserves était une mauvaise idée. Elle pourrait en avoir besoin plus tard et regretter de les avoir gâchées avant.

« ’En plein caprice?’ Nous sommes en pleine attaque de pirates et elle choisirait ce moment pour faire un caprice? »

Voilà qui lui semblait tout sauf responsable. Indigne de la scientifique brillante qu’elle était censée être. Enfin, son coéquipier n’y pouvait rien et il y avait d’autres questions plus urgentes à régler.

« Où est-ce que vous nous emmenez, au juste? »

Et comment avait-il déduit que l’ingénieure avait des chances de s’y trouver, quoique la réponse à la première question apporte peut-être celle à la deuxième. Elle verrait bien et demanderait plus de détails si nécessaire.
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
Swenn Milazzo
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyJeu 21 Mar - 20:08
Irys : 1412315
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Les détonations se poursuivent plus loin, laissant aisément deviner la scène qui se joue sur les quais et jusque devant le bâtiment. Autant dire que Swenn est bien content de s'être décidé à monter ces escaliers, s'épargnant bien des ennuis. Du moins pour le moment. Puisqu'il tombe finalement sur la seule personne présentant un semblant d'intérêt au milieu de ce capharnaüm. Qui réagit de façon bien singulière à son intrusion.

Sans qu'on ne lui demande vraiment son avis (il commence à avoir l'habitude ça va), il se retrouve à prendre la suite de la jeune femme au pas de course. Cela dit, dans cette situation précise il n'est pas question de faire le difficile. S'il y a bien une personne qui doit être capable de se sortir de ce merdier sans avoir à se retrouver au beau milieu du champ de bataille, ce doit être elle. Éviter de se la jouer solo, au moins pour le moment, est la meilleure décision à prendre. D'autant plus qu'au final, il peut enfin avoir un aperçu de ce pour quoi il a fait le déplacement. Peut-être qu'il devrait remercier ces pirates ? Sans eux, pas dit qu'il aurait pu s'approcher d'aussi près. Même si la visibilité due au manque de lumière n'est pas top.

- "Si vous mourrez, c'est que je ne serai probablement pas en meilleure posture. Ensuite, je n'ai pas la moindre idée de qui est ce Dorian. Et je ne suis pas encore sourd, pas besoin de parler aussi fort."

Toujours aussi agréable, le bordel qui règne n'est pas suffisant à enlever ses mauvaises manies au dealer. S'éloignant légèrement de la scientifique, reportant son attention sur la machine dévoilée, Swenn ne peut nier être intrigué par son discours. Une réconciliation possible entre les deux peuples ennemis par le biais de cette invention ? Comment ? Mais les bruits qui se font de plus en plus proches relèguent cette question au second plan. On verra plus tard, il y a actuellement bien plus urgent.

- "Si vous tenez à cette machine, on ne peut pas rester ici à attendre. Vos portes ne seront jamais assez solides pour résister à un assaut. Il faut trouver une sortie de secours. Si vous avez été capable de mettre au point un tel engin, vous devriez pouvoir faire ça."

Se retrouver bloqué avec une scientifique présente au moins l'intérêt d'avoir une personne plus apte à utiliser sa matière grise que ses flingues. Ce qui est autant un inconvénient... C'est bien les gens qui savent se battre aussi. Enfin, à eux deux, ils devraient bien trouver une solution. De toute façon, ils n'ont pas le choix. Si elle pouvait éviter de se mettre à paniquer, ils avanceraient plus vite !

- "Alors avant de vous voir mourir et de vous débarrasser aussi facilement de vos responsabilités, aidez moi à trouver une solution de repli."

Ah, pour les jolies paroles de réconfort, il faudra faire appel à quelqu'un d'autre. Parce que le chimiste est déjà très occupé à inspecter cette étrange plateforme sur laquelle repose la machine, ainsi que le mécanisme qui y est relié. Il semblerait que ce soit leur meilleure chance de quitter cette pièce en cas de besoin. Cela dit, il n'a pas très envie de se lancer il ne sait trop où. Sans compter que les bruits de pas qui se rapprochent ne sont pas accompagnés de hurlements sauvages.


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"


Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 1521281898-law2-sign

"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1 Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 D8aoL
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Aldartai Khargis
Aldartai Khargis
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyMer 5 Juin - 21:59
Irys : 129980
Profession : Guerrier itinérant, maître d'armes
My'trän +2 ~ Suhury
Les projectiles filaient de toutes part, manquant de blesser Aldartai dont la protection dorée s’était brisée sous l’assaut des balles. Il se maudissait d’avoir quitté la protection de son armure, et de ne pas être venu avec des habits qui auraient pu mieux le protéger, une erreur qu’il ne reproduirait plus.  Une détonation retentit, suivi d’un sifflement qui se faisait plus pressant au fur et à mesure que le projectiles lancé par l’un des canons des vaisseaux se rapprochait de là ou était Aldartai. Le guerrier se jeta à terre, recouvrant sa tête et délaissant son arme pour éviter que les débris projetés suite à l’impact ne le blessent à des points trop vitaux. La confusion lui fit perdre son arme de vue, perdu et sans arme il n’était pas d’une grande utilité sur le champs de bataille, mais il y avait encore une chose qu’il était capable de faire.

C’était la seule chose dont il était capable à ce moment là jusqu’à ce qu’il retrouve ses esprits, mais tout ce dont il était capable était une concentration grossière et imparfaite, bien en deçà de ce dont il était habitué. Il avait la capacité d’augmenter ses propres habiletés, de repousser ses limites, et il était tout à fait capable d’améliorer la force des autres. Pour le moment il ne pouvait que se concentrer sur un seul individu, l’un des gardes qui se battait encore aux côtés de ses collègues contre les pirates. Avec un peu de chance, bientôt il ne ressentirait plus la fatigue, et ses passes d’armes seraient beaucoup plus dévastatrice, une aide précieuse qui l’aiderait peut-être à rester en vie, mais rien n’était moins sûr, les pirates étaient toujours en surnombre, sans compter ceux qui étaient toujours sur les vaisseaux et qui s’en donnaient à cœur joie pour tout dévaster grâce à leurs canons.

Quelques longues minutes passèrent et l’esprit d’Aldartai se faisait plus clair et moins embrumé, sa concentration se renforçait, et bientôt un autre garde partagea la force qui habitait son collègue depuis quelques instants, une force qui était désormais divisé entre les deux, mais qui était bien plus que suffisante pour maintenir une résistance acharnée aux assaillants. Un sourire méprisant se dessina sur les lèvres du suhur, il nourrissait l’espoir qu’ils seraient nombreux à mourir, s’ils obtenaient la victoire autant la rendre la plus coûteuse possible, ce n’était que justice pour ce qui arrivait.

Tout en maintenant sa concentration, le guerrier cherchait une arme du regard, son épée était perdue  dans le chaos ambiant et il ne tenait pas à se mettre à découvert pour la récupérer. Il y avait bien une épée pas loin de là ou il était, une épée bâtarde plus précisément, le malheureux qui l’utilisait auparavant ne s’en servirait plus jamais de toutes manières. L’arme était convenable, ce n’était pas la meilleure lame qu’il avait eu entre les mains, mais c’était loin d’être la pire, elle ferait l’affaire un des assaillants trop ambitieux ne le prenne pour une proie trop facile.


Couleur: #336633
Voir le profil de l'utilisateur

Taivan & Ayalguu
Taivan & Ayalguu
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyVen 7 Juin - 10:12
Irys : 109982
Profession : Conteur sadique
- Tout en haut ! C'est mal connaître Juno que de penser qu'il y a un bon moment ! Sa machine, c'est sa vie.

Dorian activa le pas, si bien qu'il atteignit une porte en bout d'un escalier en compagnie de la shudarga, expirant un sourire soulagé. Feuilletant son trousseau de clé, il remua plusieurs d'entre elles dans la serrure, la chance voulut qu'il trouve la bonne après un court laps de temps. Brusquement, il ouvrit la porte, la faisant claquer contre le mur en une entrée fracassante.

~~~~~~

La volonté de l'inconnu avec Juno et ses pistes d'échappatoire lui causèrent autant d'inquiétude qu'ils ne lui remontèrent le coeur. Secouant la tête de droite à gauche, elle se tira presque les cheveux en grognant.

-  D'accord ! D'accord ! Vous avez raison ... vous. avez. raison.

Elle réfléchissait déjà lorsqu'elle prononçait ces mots syllabes par syllabe, jetant ses yeux de gauche à droite. Ses pupilles s'arrêtent dans ceux de Swenn, décelant une lueur analyste. Elle suivait le sens de cette oeillade, il regardait la plateforme.

- Oh non, vous oubliez ça ! Ce machin fait tellement de bruits, c'est pire qu'un rail, et il est bien trop lent pour qu'on puisse s'en servir avant que quelqu'un ne défonce la porte ! Même s'il démarrait, ils sauteraient dessus ..!

La porte s'ouvrit subitement, arrachant un sursaut à Juno. Elle calma ses nerfs lorsqu'elle vit Dorian passer le battant, accompagnée d'une autre étrangère. Le jeune homme considéra sa collègue, puis l'homme qui était avec elle. Il n'y avait pas de temps pour les détails.

- Il faut que tu sortes de là, Juno !
- Mais la machine, ils -

L'autre entrée opposée à celle que venait d'emprunter Dorian fut soudainement secouée. Quelqu'un essayait de la défoncer de l'autre côté. Un autre écho résonna, et le bois s'abattit sur le sol en un claquement sec. Trois personnes entrèrent, l'une d'entre elles, Farah, affublée d'un grand sourire au visage, avait un pistolet en main. Attentivement, elle scruta la pièce ... mais ne sembla pas voir une seule des quatre personnes qui étaient présentes dans le grenier.

Dorian avait les yeux délestés de leurs pupilles, brillant blancs et fixant les trois visiteurs importuns. Il les maintenant sous illusion, leur envoyant une image de la pièce vide, sans machine, sans qui que ce soit. L'assistant pointa un levier à côté de la plateforme, murmurant un ordre qui sonnait comme un impératif de survie.

- Tirez sur la manette

Il était facile de deviner qu'actionner le mécanisme ferait irrémédiablement descendre la plateforme là où se concentraient les affrontements. Le jeune ingénieur savait qu'il ne pourrait pas les cacher à la vision d'autant d'yeux, rien que trois, c'était déjà compliqué et il ne pensait pas pouvoir tenir trop longtemps.

~~~~~~~~

Au-dehors, les affrontements avaient pris un tournant radical, le responsable de la sécurité, un instant retiré du combat, était parvenu à se démarquer de ses adversaires. Derrière sa ligne de défense, il avait observé la position des pirates. Ils étaient alignés derrière des barricades, mais néanmoins alignés. Se frottant les doigts, il s'en remit à la grâce de sa déesse. Repositionnant son épaule, il avança devant ses troupes. Levant le bras, il serra la main, la rabaissant doucement, contractant ses doigts comme si ses os s'étaient tendus dans sa chair.

Une balle volante vint l'atteindre à l'épaule, mais en une preuve surréelle de volonté, il en ignora la douleur. Déliant sa paume vers l'avant, il convia une immense onde tranchante, de la largeur des quais. Elle coupa les abris, déchiqueta les barricades des pirates fauchant une très grande partie d'entre eux. Les quelques survivants restants avaient déjà l'air d'être sur le pied de la retraite.

Données des dés:
 
En ligne Voir le profil de l'utilisateur

Aldartai Khargis
Aldartai Khargis
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyMer 12 Juin - 23:10
Irys : 129980
Profession : Guerrier itinérant, maître d'armes
My'trän +2 ~ Suhury
L’esprit d’Aldartai s’était remis de la violence de l’assaut dont il avait été victimes quelques minutes auparavant, la confusion induise par le boulet de canon n’était plus qu’un souvenir qui retardait une attaque aussi rapide qu’impitoyable en réponse à l’attaque pirate. La ligne de défense avait tenu bon, l’un des défenseurs devait avoir été béni par Amisgal, car sa contre attaque fût tout simplement magistrale, à lui seul il avait fauché une multitudes de ces racailles pirates et avait mis en déroute les autres. Voilà ce qu’on récoltait lorsqu’on sous-estimait un my’tran, le retour de flamme pouvait être d’une violence inouïe. Le suhur se releva, jaugeant du regard les pirates qui fuyaient déjà en lançant des regards affolé derrière eux. Des lâches et des vermines, le guerrier aurait apprécié de les pourchasser mais il n’oubliait pas que certains avait échappé à la frayeur et à la destruction, ceux qui étaient toujours dans le théâtre.

Raffermissant son emprise sur le pommeau de l’arme qu’il avait trouvé, il s’avançait déjà avec un objectif en tête : tuer lui-même quelques pirates pour venger ceux qui étaient tombé. S’engouffrant par la brèche qui avait été crée dans le mur du bâtiment, Aldartai recherchait déjà des cibles potentielles, un pirate imprudent et cupide qui se serait écarté du groupe pour mieux récupérer des babioles de valeur que des spectateurs avaient laissé dans leur panique. Et des imprudents il y en avait deux, des imbéciles isolés qui ne profiteraient pas longtemps des biens qu’ils avaient volés.

Il se mit à marcher de plus en plus vite, augmentant la cadence jusqu’à courir pour réduire le plus vite possible la distance qui le séparait de sa première cible. Il rassemblait sa concentration, chuchotant brièvement une prière à Möchlog pour le remercier de lui accorder la force nécessaire pour que les âmes de ces vermines pirates rejoignent le cycle. Sa propre force s’accroissait, s’il avait prêté ses pouvoirs aux gardes du théâtre il était meilleur lorsqu’il devait augmenter ses propres capacités physique. Lui qui possédait déjà une certaine force voilà qu’elle se décuplait bien au-delà de ce que certains pouvaient imaginer. Le temps de réaction du pirate était beaucoup trop long, et il ne comprit pas tout de suite ce qu’il se passait lorsqu’il sentit une main se poser sur son épaule. Ce n’est que lorsque l’emprise de la main se fît plus forte jusqu’à lui fracturer l’épaule et qu’il fût projeté en arrière pour tomber sur son dos avec une rare violence qu’il comprit mieux qu’il était attaqué, mais trop tard. Bien sûr pendant que lui était au sol à gémir sous le coup de la douleur son compère n’était pas resté inactif, il avait dégainé son épée pour faire face à Aldartai. Le pirate n’était pas un très bon escrimeur, ses mouvements étaient grossiers et excessivement larges, il ouvrait sa garde de trop nombreuses fois en essayant de toucher un point vital chez son adversaire. Le suhur attendit le moment propice pour contre attaquer le plus efficacement possible, et ce moment se présenta lorsque le pirate rata un coup destiné à la cuisse du guerrier. Le suhur dévia l’épée de son adversaire avant d’asséner un coup tranchant au ventre du pirate.

Ses deux adversaires hors d’état de combattre, il ne restait plus qu’une seule chose à faire : les renvoyer à Möchlog. Il évita d’avantage de souffrances à celui qui l’avait combattu, et mis fin à la douleur de l’autre. Ce n’était que le début.


Couleur: #336633
Voir le profil de l'utilisateur

Eylohr Lothar
Eylohr Lothar
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyVen 14 Juin - 15:57
Irys : 235477
Profession : (Officielle) : Pirate.
Pérégrins -2

  • De là où se trouvait le colosse, il disposait d’une vue imprenable sur la contre-attaque des défenseurs et des guerriers qui se trouvaient initialement parmi les participant à ce qui devait être une exposition pacifique de rapprochement entre les nations. Pour un rassemblement pacifique, cela demeure étrange de voir des guerriers… L’espace d’un instant, c’est la question que se pose le colosse venu de si loin. Tant de guerriers et de combattants dans un rassemblement pacifique… Quelque chose devait lui échapper à lui et aux autres. Pour peu qu’il en reste, des autres.

    Abrité mais pas confortablement installé, les yeux du colosse tentaient de trouver un moyen de s’échapper ou d’avancer, de pouvoir se replier ou mener à bien sa mission tout en restant vivant. Après tout, l’or que la capitaine pirate avait donné n’était pas suffisant pour se faire tuer ici. De ses propres yeux, il observe cette scène de destruction et de mort : une force invisible semble ôter la vie aux forces pirates aussi facilement qu’une balle chauffée à blanc sortie d’un canon de fusil. Et pourtant, cette vague agit sans un bruit et sans effusion directe de sang. On sait que les corsaires sont morts lorsque leurs corps démembrés, désarticulés ou simplement allongés libèrent d’immenses flaques de sang poisseux, alors qu’aucune lésion physique ne semble visible. Une mort un peu plus propre que celle occasionnée par les engins de mort des technologistes, somme toute. Le théâtre était également meurtri. Les emplacements des fenêtres semblent avoir disparus. Les colonnes sont coupées en deux, les murs volent en éclat, et les gravas jonchent le sol aux côtés de cadavres et des blessés appelant leurs parents. Leurs mères bien souvent. Et du sang, du sang partout. Du sang séché et du sang frai, du sang sur les murs, de grandes gerbes au sol, ou de petites rivières se rejoignant grâce à la légère pente du terrain pour former un ruissellement poisseux et ô combien horrible. Horrible ? Pas pour le colosse qui voit là l’essence de son existence : le combat, la mort et le sang. Il en est lui-même couvert.

    Conscient que les dernières pertes subies par les corsaires venaient de cruellement détruire leurs capacités de combat, le colosse n’avait plus que deux choix : avancer, ou s’enfuir. Il tenterait d’abord d’avancer, mais pour sûr, il ne risquerait pas sa vie pour un combat qui ne lui rapporterait rien.

    Il rangea un de ses revolvers, car il allait avoir besoin d’une main libre. En effet, non loin de lui se trouvait une femme au corps meurtri et qui n’en finissait plus de pleurer et de geindre. De toute sa force, il l’agrippa, et autant que possible, il cacha sa masse derrière cette femme aux cris redoublant d’intensité, qui servait dorénavant de bouclier humain. Dans le tumulte des décharges de fusils, des explosions d’obus et de tirs des canons, ces cris semblaient bien dérisoires et inutiles. Eylohr avançait, tout en cherchant une issue. Il s’arrêta, mit un genou à terre, et se cala contre ce qui devait être auparavant un office, une estrade ou un bar, allez savoir. Le dos couvert et l’avant protégé par la chaire de cette femme qui hurlait de moins en moins, un bruit mécanique, léger, mais tellement différent du brouhaha environnant, obligea le colosse à regarder derrière lui. Quelqu’un allait arriver, ou quelque chose. Une explosion vint détruire une partie du mur derrière lui, détruisant encore des fenêtres, provoquant encore des gravas, mais rien de bien dangereux. Eylohr vit alors qu'il s'agissait du petit coup de pouce dont il avait besoin. Il s'engouffra dans la brèche pour s'enfuir, laissant choir le corps encore chaud d'une femme qui n'avait rien demandé. Et prit la fuite, conscient que cette mission était un lamentable échec.


Let the night come, before the fight's won,
Some might run, against the test.
But those that triumph, embraces the fight's cause,
Their fear then proove that courage exist.
Hope.


Spoiler:
 


Voix d'Eylohr (Ronan l'accusateur):
 
Voir le profil de l'utilisateur

Swenn Milazzo
Swenn Milazzo
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 EmptyMar 18 Juin - 22:10
Irys : 1412315
Profession : Chimiste le jour - Dealer la nuit - Toubib de secours à toute heure
Daënar +1
Tout en cherchant un moyen d'échapper à cet endroit sans avoir à subir un face à face probablement fatal avec ces pirates, Swenn écoute les réponses de celle qui l'accompagne désormais. Sacré caractère qu'elle semble avoir. Cela étant, il n'est pas rare que les esprits les plus brillants soient également dotés d'une personnalité des moins banale. Il peut parfaitement faire abstraction de ces étrangetés pour le moment. Il y a bien plus urgent. D'autant plus que d'après l'organisatrice de la soirée, la seule issue qui semble praticable ne leur servira à rien.

- "Ce s'ra toujours mieux que..."

Trop tard. La porte s'ouvre. Ce n'est pas la première fois que le chimiste a l'impression de vivre sa dernière heure, ça pourrait presque commencer à en devenir banal. Au moins, il réussi à ne pas perdre son sang froid. Le regard droit, planté sur les nouveaux arrivants, il n'a pas l'intention de donner sa vie sans essayer de la défendre un minimum. Mais on dirait que cette fois encore, il aura droit à un sursis. Peut-être de très courte durée compte tenu de la situation actuelle.

De nouveaux coups retentissent et ils n'ont cette fois pas le temps d'envisager la moindre fuite que de nouveaux arrivants, bien armés pour le coup, entrent à leur tour. Un battement de cœur de raté, la scène a l'air de se dérouler au ralenti. Ou plutôt, tout à l'air figé. N'osant ni bouger ni prononcer le moindre mot, il lui faut de longues secondes pour comprendre. Enfin, imaginer comprendre, parce qu'il n'est pas vraiment habitué à toute cette magie ! De toute façon il s'en fout, le principal c'est que personne ne leur tire dessus, comme s'ils étaient invisibles pour les pirates. Mais il va bien falloir trouver une solution. A moins d'attendre qu'ils ne fassent demi tour ?

Ça ne semble pas être dans les projets du mage de l'équipe. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que cet ordre signifie que ce petit tour de passe passe ne risque pas de durer éternellement. Et il n'est pas temps de poser des questions pour essayer de comprendre ce qui se passe réellement. Ce type est visiblement le seul à pouvoir leur sauver les miches pour le moment, mieux vaut ne pas trop discuter dans ces cas là. Swenn n'attend donc pas davantage pour effectuer ce qui a été demandé (ouais, c'est bien parce qu'ils risquent de se faire descendre en deux secondes dans le cas contraire...) à savoir : tirer sur la manette !

Un vacarme qui attire naturellement l'attention de leurs assaillants (encore sous envoutement mais pour combien de temps...) suit cette simple manipulation. Dans l'immédiat, il faut échapper à ces pirates qui se tiennent en face, chaque problème en temps voulu. Le dealer se place donc sur la plateforme, essayant d'ignorer autant que possible les bruits d'affrontement plus bas. Là où ils se dirigent désormais oui. Mais c'est toujours beaucoup mieux que de rester dans la pièce où des cris raisonnent désormais.

Swenn n'attend pas longtemps avant de sauter hors de cette plateforme aussi lente que bruyante. Il n'a pas envie de faire office de cible de choix, perché là haut sur cet engin qui domine désormais le théâtre. Théâtre qui est méconnaissable. Manquant de glisser sur le sol poisseux de sang à son atterrissage, le chimiste réussit malgré tout à garder l’équilibre alors qu'une nouvelle explosion, beaucoup plus proche, retentit. Et en suivant, une silhouette colossale un peu trop connue du daenar qui s'engouffre par la sortie creusée dans les murs.

Même s'il a très envie de disparaitre de ce champ d'horreur, suivre ce même chemin parait être une très mauvaise idée. Non, mieux vaut garder une certaine distance avec ce type. D'ailleurs, ce ne serait pas beaucoup plus malin de se mettre à courir au beau milieu de ces tirs qui continuent à fuser dans tous les sens, de certains sorts et autres bruits de fers qui s'entrechoquent. Premier réflexe donc, attraper ce bouclier au sol non loin de son lieu d'atterrissage (ou ce qu'il en reste) qui devait appartenir à l'une silhouette désormais étendues au sol. Mouais, pas dit que ce soit d'une grande efficacité, mais ce sera toujours ça !  

- "Près de la scène, il y assez de monticules de pierres pour se protéger et d'ouvertures proches dans les murs s'il faut fuir le théâtre."

Analysant sommairement la configuration actuelle de la salle (qui n'a plus beaucoup de points communs avec ce qu'elle était il y a quelques minutes), l'objectif de Swenn est très simple. Survivre le temps que les gardes s'occupent de ce qu'il reste de pirates. Plus facile à dire qu'à faire quand il y a dans le lot celle qui doit être la cible de cette attaque. Mais s'ils peuvent effectivement se servir des dégâts amoncelés en tas de gravats plus ou moins imposants en guise de murs protecteurs, ça se tente. Encore faut-il pouvoir atteindre ce recoin de la salle sans être pris pour cible au passage...


"Hence to fight and conquer in all your battles
Is not supreme exellence"


Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 1521281898-law2-sign

"Supreme exellence consists in breaking ennemy's resistance
Without fighting"


[Sabaton - Art of war ; d'après Sun Tzu]
1 Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 D8aoL
Swenn râle en   #f77d40
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty
Une première pour l'art, une première pour le monde - Page 2 Empty

Aller à la page : Précédent  1, 2
Page 2 sur 2
Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: Nislegiin