Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Le cheval, c'est génial?

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 27 Oct - 18:52
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Le cheval, la plus noble conquête de l'homme, le fidèle destrier des aventuriers, le seigneur des plaines... Meylan connaissait une liste impressionante d'épithètes pour décrire cet animal et en usait régulièrement dans ses chansons. Cependant, parler de la bête était une chose, l'utiliser comme moyen de transport pendant des journées entières en était une autre. Certes, Oskar lui avait expliqué les bases (avec son style bien à lui, forcément), mais... mettre en pratique la théorie était une autre paire de manches.

Ca faisait donc trois jours que la ménestrelle remerciait Orshin d'avoir fait sa monture docile et avec une crinière assez fournie pour pouvoir l'agripper lors des quelques allures plus rapides qu'elle avait tentées. Sans ces deux caractéristiques, il y a belle lurette qu'elle aurait valsé par terre. Surtout aujourd'hui, où les courbatures de deux journées successives en selle la rendaient plus raide qu'elle ne se rappelait jamais avoir été. Elle était une danseuse, pourtant, souple grâce à de nombreuses années de pratique... mais cela ne suffisait apparemment pas. Elle avait même dû demander à son compagnon de route un coup de main pour se hisser à cheval ce matin, ce qui n'avait pas fait du bien à son amour-propre.

Et pourtant, l'inconfort de ses muscles un peu trop sollicités et de sa fierté blessée ne parvenaient pas à entamer sa bonne humeur. Elle était en route pour de bon! En route pour Khurmag, patrie par excellence du Griffon Blanc! Terre par excellence des illusionistes! Si les récits disaient vrai, l'art de Khugatsaa baignait chaque mètre carré, chaque plante, chaque pierre... Elle avait déjà eu un aperçu de l'effet qu'une telle immersion faisait quelques mois plus tôt, et, malgré les autres souvenirs loin d'être agréables associés à ces événements, elle avait hâte de ressentir à nouveau cette aura de magie pure dans laquelle elle avait été brièvement plongée.

Enfin, avant d'en arriver là, il faudrait un certain temps. Les boeufs qui tiraient les chariots contenant le gros du matériel et des provisions étaient fort pratiques, mais pas franchement rapides. Et même si Meylan piaffait intérieurement, impatiente d'arriver à destination, elle savait qu'elle devrait prendre son mal en patience. Et pas seulement à cause du convoi, mais tout simplement parce qu'elle aurait été bien incapable de foncer à bride abattue jusqu'à la destination tant attendue.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Oskar Medcalfer
avatar
Dim 4 Nov - 3:00
Irys : 304942
Profession : Voleur
Guilde +1 (homme)
Enfin ! V’là qu’ils étaient partis d’Eoril ! Ecoutez Oskar et il vous dira que c’était vraiment pas trop tôt ! C’est un bougeur Pattes-de-Velours. Laissez-le deux semaines au même endroit et y’a un bon potentiel pour qu’il devienne zinzin, ou qu’il aille en prison surtout… Mais tout est bien qui finit bien ! Muhahaha ! Y’avait mieux que de passer ses journées le cul vissé sur un cheval, mais le climat était frais sans être trop chiant, la caravane était vraiment sympa, pis il avait sa P’tite Fée qui lui offrait tous les jours un spectacle génial. Imaginez-la, cette petite gosse qui faisait, z’allez pas le croire, son premier voyage à dos de canasson ! Quand elle avait dit à Oskar que c’était pas trop son truc ces bestioles, bah lui il avait compris qu’elle connaissait un peu, mais qu’elle aimait pas, tu vois ? Bah nan, elle a jamais eu besoin de grimper dessus pour faire ses petites affaires. Alors là, j’vous raconte pas comment c’est la fiesta chaque jour avec elle à côté ! Muhahaha !

Rien que le troisième jour ! Le voleur se lève, tranquille, il mange un bout de pain avec un espèce de fromage local –oh bordel ça lui a fait du bien de retrouver du fromage !- normal, puis c’était l’heure de se mettre en route. Bah devinez quoi, la Meylan devait pas avoir bien dormi, parce que là elle arrivait plus à grimper sur son canasson ! Ah elle est belle la ménestrelle, à sauter trente-six fois en espérant que sa jambe passe miraculeusement de l’autre côté. M’enfin, on rigole on rigole, mais vous auriez vu la tête de Pattes-de-Velours quand il essaya de l’aider ! Parce que, bon, fallait pas y aller par quatre chemin et le voilà qu’il attrape la jambe droite de la P’tite Fée pour la tirer du bon côté et qu’elle se hisse dessus. Il a toujours ce p’tit problème de timidité, le zigoto. Mais au final c’est passé, et il a pu savourer la mine déconfite de la donzelle qui devait demander de l’aide à un gars qui avait sûrement moins monté à cheval dans sa vie que les gosses de cinq ans à l’avant du convoi.

M’enfin, après cette drôle d’aventure, il fallait entamer une autre longue journée à suivre la route en regardant le paysage. Ah ça, il était beau le paysage ! Y’a rien à dire là-dessus ! Mais on se fait quand même un peu chier, à la longue. Du coup l’Oskar passait surtout son temps à discuter avec Meylan, mais ça lui arrivait aussi de remonter le convoi, histoire de dérouiller un peu les pattes de son canasson tout gris là et de parler à d’autres gens, de faire connaissance. Au final, il allait bien finir par être apprécié ! Bah ouais, attends, il avait littéralement rien d’autre à faire que de faire la causette. Mais ouais, les gens du coin, même s’ils l’aimaient bien, étaient pas dupes. C’était pas l’un des leurs, et ça le serait jamais. Mais ça, Oskar il s’en fichait. Que ce pays l’accepte ou pas, aucun stress, il était pas le meilleur touriste t’façon.

Mais du coup, après avoir réussi à causer à deux-trois personnes, il était temps de revenir vers la P’tite Fée, parce que c’était un peu elle qu’il accompagnait et qu’il « protégeait », à la base. Ouais, l’était pas le meilleur garde du corps le bougre, mais on va pas se mentir, est-ce qu’elle en avait vraiment besoin la p’tite dame ? C’était juste une excuse de l’autre couillon pour avoir une raison de pas voyager tout seul ça ! Mais bon, tant que ça convient à Meylan, ma foi c’pas plus mal. Mais l’était p’têtre temps de la taquiner un peu et de la rappeler au bon souvenir du matin…

- Alors, P’tite Fée, tu t’embêtes pas trop ? J’ai entendu que dans pas longtemps on fera une pause. Tu m’diras s’il te faut de l’aide pour descendre de cheval surtout §

Son rire était pas tonitruant, mais il devait être assez fort pour piquer la fierté de cette demoiselle. En tout cas il espérait ! Et ouais, quand Pattes-de-Velours s’emmerde, il emmerde son monde, c’comme ça. P’tit con va.


Félicitations, mollusque ! T'as lu mon post jusqu'au bout !
Pour ta peine, tiens, c'est un rat mort. Je l'ai appelé Henry.
C'est sympa comme nom ça, Henry.
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Mar 13 Nov - 22:26
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Courbatures obligent, la première heure à cheval fut un supplice pour Meylan. Elle avait beau changer de position aussi souvent qu'elle le voulait au point que sa tranquille jument commençait à piaffer en réponse à ses gigotements, pas moyen de trouver une position confortable. Ou, faute d'être confortable, une position qui soulagerait quelque peu ses muscles endoloris.

Heureusement pour la cavalière en herbe, la douleur diminua au fur et à mesure que ses muscles se réchauffèrent, ce qui lui permit de se détendre un peu (avec pour effet secondaire bienvenu que son cheval se détendit aussi). Elle commençait à se faire à ce mode de voyage et à être plus à l'aise perchée à une hauteur qu'elle n'atteignait normalement jamais. Une chance qu'Alkhun ne soit pas bien grande: ça limitait les risques de vertige. Sa position surélevée était déjà assez impressionante comme ça.

Même si elle savait maintenant plus ou moins comment on décidait de la vitesse et de la direction, elle ne piquait pas de pointes de vitesse intempestives comme son compagnon de voyage. Courageuse, mais pas téméraire: elle préférait ne pas tenter le sort. Plus tard, peut-être, elle tenterait cette sensation qu'on disait grisante d'un galop à la vitesse du vent qui fait voler au vent crins et cheveux. Mais pour le moment, elle se contentait d'admirer les plaines bientôt verdoyantes et pour le moment plutôt enneigées qui les entouraient. Parfois, elle se demandait comment elle avait pu se passer de voyages pendant de si nombreuses années. Darga gardait une place spéciale dans son coeur, mais elle était incapable de s'imaginer reprendre une vie sédentaire.

Un autre avantage d'une vie de voyageuse était le nombre de rencontres qu'elle avait faites depuis son départ de la capitale my'tränne. Imprévues pour la plupart, certaines plaisantes et d'autres un peu moins... Une chose était sûre: son horizon s'était considérablement élargi. Et, puisqu'on parlait de rencontre, une des plus récentes venait se rappeler à son bon souvenir. Elle se doutait que son moment de faiblesse du matin lui serait rappelé d'une manière ou d'une autre, et ne s'étonna donc pas de voir ses soupçons confirmés et d'entendre l'éclat de rire qui suivit. Heureusement, elle avait eu le temps de soigner un peu son amour propre et répondit en souriant à la pique.

"Très aimable, mais je devrais être capable de me laisser glisser à terre. Etonnamment, c'est la direction qui a l'air la plus simple: j'ai déjà vu pas mal de monde tomber de cheval, mais je n'ai encore jamais entendu parler de quelqu'un qui serait tombé à cheval."

Ca serait bien pratique, mais étonnamment les Architectes ne semblaient pas avoir prévu cette possibilité quand ils avaient créé Irydaë. Un sacré défaut de conception, mais on n'y pouvait rien.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Oskar Medcalfer
avatar
Mer 21 Nov - 17:58
Irys : 304942
Profession : Voleur
Guilde +1 (homme)
Faut pas croire, l’Oskar se souciait vraiment de l’état de la P’tite Fée. Fallait juste s’habituer à son caractère tout pourri, mais ça on dirait que ça l’emmerdait pas. Par contre, lui, il était un poil déçu que sa boutade n’ait pas fait long feu. M’enfin, il avait tout le voyage pour taquiner la demoiselle, pis il comptait pas faire que ça non plus ! Il était chiant, sûr, mais pas une plaie ambulante. Du coup, il était bien obligé de rigoler aussi vu la répartie de Meylan. Ah ça, si elle était bien douée pour une chose c’était ça. Pis ça devait être bien plus utile tous les jours que d’avoir les fesses tellement collées sur la selle qu’elles deviennent du caillou.

Parce que, bon, elle avait beau essayer de cacher son malaise, tout le monde ici avait compris que ça devait lui secouer tous les muscles de rester comme ça toute la sainte journée. Et pourquoi tout le monde le savait ? Parce que tout le monde l’avait déjà vécu ! Muhahaha ! C’pour ça qu’Oskar avait la vanne facile aussi, au moins la P’tite Fée avait un minimum de dignité pour son premier voyage, mais vous avez pas vu comment Oskar s’était dandiné dans tous les sens quand il avait… emprunté son premier canasson ! Mais on va pas trop en parler histoire de pas donner trop de grain à moudre à cette petite qui arrivait déjà à retourner la tête d’Oskar sans le savoir.

- Buarf, ça va bien se passer ! De mon côté je pense commencer à entamer le début d’une intégration. Ils sont gentils comme tout, mais j’reste le pire gaffeur de cette satanée crêpe de monde, donc ça va prendre encore un moment.


Il se grattait l’arrière de la tête comme s’il était désolé, m’enfin ça l’emmerdait plus par rapport à la P’tite Fée. Lui il s’en fichait de paraître débile. Si y’a bien un truc qu’il a compris à la vie, Pattes-de-Velours, c’est qu’avoir l’air idiot te permet d’avoir une vie un poil plus longue que les autres. Mais c’était pour Meylan, quoi ! Imaginez-la se taper une réputation de traine-boulet pendant tout le trajet. Ah nan, Oskar c’était un voleur, pas un salopard. Y’a une nuance. Du coup bah il essayait d’aider comme il pouvait, mais y’avait pas grand-chose à faire. Du coup il regardait le paysage, ce qui le faisait un peu chier parce que ok c’était beau, mais ça restait un peu vide. Pis les animaux qu’ils croisaient étaient… juste bizarres et quand t’es passé à Daënastre et que t’as vu les espèces de montagnes qui bougent de partout dès que tu sors des villes… Nan, My’trä pour le moment c’était pas l’immanquable à voir une fois dans sa vie. Puis il commençait à avoir une de ces faims en plus…

- Ok tout l’arrière du convoi ! On va faire une pause près du point d’eau ! Tout le monde décroche son attelage et va faire boire les chevaux, les bœufs et tout le reste !

C’était étonnamment intelligent comme concept. Tellement que Pattes-de-Velours y aurait pas pensé tout seul. Eh il avait vraiment un train de retard sur comment voyager en groupe le lascar. Mais bon, le plus important c’était qu’ils allaient casser la croûte enfin ! Et le regard que l’Oskar lança à la P’tite Fée en disait long sur sa joie du moment. Par contre c’est là qu’on va rire, parce qu’un canasson sur un route de terre ça passe, ça secoue pas trop et ça avance tranquillement, par contre quand le machin va commencer à trottiner sur le sol cabossé dans tous les sens et essayer dix fois de chopper de l’herbe à se mettre sous la dent au passage, Meylan risque de moins apprécier. Est-ce qu’il la prévient l’Oskar ? Aller, il est gentil, il la prévient.

- Euh, P’tite Fée, un conseil, tu devrais descendre là. Ta bestiole va devenir sacrément lourde quand elle va avoir de l’herbe sous le sabot, fais-moi confiance.

Et comme c’était un bon prof, eh bah il montra l’exemple ! L’agilité l’aida pas mal à descendre avec, on va pas se mentir, une certaine grâce. Il prit son mignon petit compagnon gris par la bride et claqua la langue deux-trois fois pour lui faire comprendre que fallait le suivre. Bon, évidemment, le cheval essaya de temps en temps de grappiller deux secondes pour casser la croûte, mais le voleur avait la poigne assez ferme pour quand même le traîner jusqu’au point d’eau sans qu’il soit trop dissident.

Et c’était bien le moment de manger un bout ! Tout le monde pouvait lâcher sa monture un peu comme il voulait. Y’avait une donzelle, assez jolie quand même, qui utilisait va savoir quelle magie encore pour les empêcher de se barrer dans tous les sens. Enfin ça, c’est ce qu’on avait essayé d’expliquer à Oskar. Lui il avait juste percuté qu’il avait pas à s’inquiéter d’où allait finir son cheval et ça c’était le principal. C’pas qu’il avait pas envie de comprendre comment ça marche hein, mais ça faisait quelques années qu’il traînait à Daënastre et même s’il était pas de ces gars qui décapiteraient tous les jeteurs de sorts à sa place, il était quand même pas le plus à l’aise entouré comme il était. Mais bon, la P’tite Fée était là, il avait pas grand-chose à craindre !


Félicitations, mollusque ! T'as lu mon post jusqu'au bout !
Pour ta peine, tiens, c'est un rat mort. Je l'ai appelé Henry.
C'est sympa comme nom ça, Henry.
Voir le profil de l'utilisateur

Meylan Lyrétoile
avatar
Sam 8 Déc - 22:13
Irys : 870307
Profession : Ménestrelle
My'trän +2 ~ Khurmag
Pour être parfaitement honnête, tout le monde dans le convoi devait avoir compris que ni Meylan ni Oskar n'étaient des habitués de cette méthode de voyage. Oh, ces derniers mois la ménestrelle avait pas mal bougé, mais ça ne faisait tout de même pas si longtemps qu'elle avait troqué sa vie sédentaire contre une existence plus nomade. Comparé à la moyenne du peuple my'trän qui avait passé sa vie entière sur les routes du continent, elle dénotait donc presque autant que son compagnon de voyage. La seule différence était qu'au moins elle n'était pas étrangère, ce qui voulait dire qu'elle n'était pas perdue au milieu de coutumes et d'une culture à mille miles de celle de Daënastre.

Quoi qu'il en soit, le fait qu'une des leurs fasse apparemment confiance à un étranger semblait suffire comme garantie aux autres voyageurs constituant le convoi, et les deux bleus n'avaient pas eu trop de mal à se trouver une place dans ce groupe éphémère. Et si certains voyaient Meylan comme une traîtresse à sympathiser ainsi avec "l'Ennemi", personne ne l'avait encore montré en tout cas.

Même si ses muscles s'étaient un peu déliés depuis le matin, la cavalière en herbe lâcha un soupir de soulagement à l'annonce d'une pause. La prévoyance d'Oskar était une preuve qu'il prenait le rôle de "prof" que la ménestrelle lui avait plus ou moins imposé à coeur, et elle lui en était reconnaissante, parce qu'elle avait prévu de ne pas se casser la figure et d'arriver à destination en un seul morceau. Ce qui lui restait de sa souplesse habituelle lui permit de mettre pied à terre de manière plus ou moins élégante, même si l'atterrissage fut un peu plus rude qu'elle n'aurait préféré. Bon, au moins elle avait atterri sur ses deux pieds.

Prenant en main la guide de sa jument, elle se mit à suivre les autres cavaliers et... se vit assez rapidement arrêtée par une brusque secousse qui remonta de sa main jusqu'à son épaule. Elle se retourna, pour voir que sa monture avait apparemment décidé que l'herbe était assez appétissante là où elle se trouvait et que cela ne valait pas la peine d'aller plus loin. Oui, mais non, ce n'était pas le but. Meylan tira légèrement sur la bride, puis un peu plus fort quand son premier essai n'eut pas d'effet. La jument releva la tête à contrecoeur, la suivit quelques pas et...replongea la tête dans une touffe d'herbe. Non mais elles n'allaient jamais y arriver à cette allure-là! Elle finit tout de même par arriver à destination, moitié-tirant, moitié-encourageant sa jument à grand renforts de claquements de langue et de paroles modérément agacées. Elle aimait bien cette bestiole, mais Oskar n'avait pas exagéré en disant qu'elle risquait de devenir lourde là maintenant. Enfin, tout est bien qui finit bien, les chevaux furent bientôt laissés libre de vagabonder sans poids sur le dos et les voyageurs restés près des chariots avaient déballé de quoi casser la croûte.

Bientôt, des conversations animées s'élevèrent de l'aire de repos improvisée, le tout dans une ambiance bon enfant. Ceux du convoi à avoir reçu le don d'Orshin se relayaient pour veiller à ce que les chevaux ne partent pas à l'aventure tout seuls, les autres profitaient d'un moment de relâche dans la journée, conscients qu'il leur faudrait bientôt reprendre la route.

"Il y a des convois comme celui-ci aussi là d'où tu viens?"

La voix plus pensive qu'à l'accoutumée de Meylan et sa question, il faut bien l'avouer un peu naïve, révélait qu'elle avait beau en connaître un rayon à propos de My'trä, sa connaissance du reste du monde était plus que lacunaire. Oh, il y avait bien eu son bref passage à l'Exposition Universelle quelques mois plus tôt, mais elle avait à peine entraperçu la partie émergée de l'iceberg. Sans compter que le drame qui avait clôturé l'événement avait laissé une impression bien plus vivace dans sa mémoire que ce qu'elle avait vu durant les jours qui l'avaient précédé, à quelques exceptions prêt. Mais elle était curieuse. Elle avait beau ne pas faire énormément confiance à ceux du continent oriental en règle général, elle savait faire la part des choses entre les généralités et les individus.



x6

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé