Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zolios
Page 1 sur 1


 Rien ne sert de courir, il faut voler à point

Leynar Gale
avatar
Sam 27 Oct - 23:12
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Losos, la ville aux dix couleurs et des feux d’artifices les plus impressionnant les un que les autres. Leynar était venu dans la ville autant pour faire quelques affaires que pour quitter Eoril, rester trop longtemps au même endroit quand on à rien a y faire est étrangement contre productif, et il devait bientôt retourner à Busad. Bien sûr il n’y retournerait avant d’avoir tissé quelques liens avec plusieurs artisans ou autres marchands des autres régions. Mais ce n’était pas la seule raison pour laquelle il avait quitté Eoril, le spectre de sa rencontre avec la tristement célèbre Zora Viz’Herei le suivait encore. Qui aurait pu croire que ceux qui auraient envoyé des mercenaires secouer Leynar auraient mal pris leur mort ? Si le khurmi n’appréciait déjà pas la situation qui se jouait auparavant il ne pouvait que détester ce qui se passait à présent, les relations qu’il avait avec les commanditaires des mercenaires étaient déjà glaciale, maintenant il ne pouvait que craindre des représailles, pour un fait dont il n’était pas l’instigateur pour une fois.


Il aurait très bien pu rester serein et se dire que tout irait bien, mais il n’était pas naïf et savait très bien que la réponse qu’on allait lui envoyer serait beaucoup plus violente que ce qu’il avait subit pendant les derniers mois. Mais c’en était trop, et il avait décidé de prendre des mesures, quitte à ce qu’il y ait de la casse il s’assurerait que ce qu’on lui infligerait serait rendu au centuple. Oh oui il avait eu l’occasion de ruminer sa rancœur pendant des mois et des mois, jamais tranquille à cause d’une petite erreur qu’il avait commise. Il continuait à hésiter, devait-il demander de l’aide aux Danseurs ? Ce serait sans doute une aide précieuse pour lui, surtout qu’il s’assurerait que cette aide soit largement récompensée. C’était l’avantage d’avoir pour ennemi des gens beaucoup plus riches que soit, les possibilités de vol étaient d’autant plus conséquentes et pourraient certainement motiver plus d’un voleur. Enfin, il aurait l’occasion d’y réfléchir plus longuement à Busad, même s’il était sous surveillance.


En attendant l’heure de sa vengeance il devait néanmoins s’évertuer à lier de plus en plus de contacts, ça lui serait certainement utile dans le futur et il fallait voir les choses à long terme, il ne comptait pas s’arrêter à Busad et il fondait de grands espoirs à développer ses affaires dans d’autres régions, en particulier Khurmag, et il visait surtout Reoni. Il y avait vécu longtemps et il savait que certaines affaires que l’on considérerait comme néfastes ailleurs y étaient autorisées, ce serait un bon point de départ pour des affaires moins conventionnelles. Mais ça restait un projet, il fallait encore le rendre réel.


C’est pour cela que Leynar continuait de mener ses petites affaires plus légales, marchant d’un bout à l’autre de Losos. Il ne passait pas vraiment inaperçu malgré sa capuche, il fallait dire qu’il était assez intriguant, étrangement le masque qu’il mettait pour cacher ses brûlures attirait plus d’attention qu’il ne l’aurait cru. Enfin, toute attention était bonne à prendre, tant que personne n’essayait de se faire passer pour lui bien sûr. Il ne faisait pas attention aux gens qui le dévisageaient pendant qu’il marchait tranquillement, ça l’amusait presque en fait, s’ils savaient ce qui se cachait sous ce masque ils tireraient des mines bien moins curieuses. Enfin, la curiosité restait un vilain défaut, il ne le savait que trop bien. Alors il continuait de marcher sans se presser, mais faisant attention tout de même, il portait à sa ceinture deux bourses, une qui contenait simplement des irys, mais l’autre contenait quelques pierres précieuses de petite taille, ce qui avait tout de suite plus de valeur à ses yeux. S’il ne craignait pas d’être volé pour une somme aussi dérisoire pour lui, que ce soit en pièces sonnantes et trébuchantes qu’en pierres précieuses, il n’avait pas envie de se lancer dans une course poursuite inutile. Aussi faisait-il attention, mais pas trop tout de même, il ne faudrait pas être inutilement paranoïaque, pourquoi un voleur craindrait-il de se faire voler après tout ?



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Ash
avatar
Dim 28 Oct - 18:23
Irys : 189966
Pérégrin 0
Un pas après l’autre, la rouquine avançait dans ces rues inconnues en affichant toujours la même mine réjouis. Comme une enfant, elle s’amusait de ses découvertes, de ces nouvelles couleurs, de ces gens si différents des daënars, mais à la fois si semblable. Leur allure, leurs vêtements, leurs coutumes de distinguaient certes en tout point, mais leur regard restaient le même. Apanage des humains la méfiance se reflétait dans leurs yeux. Alors même si la voleuse avait veillé à dissimuler tout ce qui faisait d’elle un être à part, ses cheveux blonds vénitiens, presque roux attiraient forcément les regards, de même que ses grands yeux bleus à la lueur trop enfantine pour être parfaitement honnête.

Ash avait depuis bien longtemps l’habitude de susciter pareilles œillades et de ce fait, ne s’en souciait pas plus que cela. Rien ne l’empêcherait d’avancer, d’observer partout, autour d’elle comme si elle se trouvait constamment à la recherche de quelque chose… Sans jamais découvrir quoi. Elle avait entendu dire que se trouvait dans ce village si particulier quelques maîtres artificiers. Durant l’une de leur nombreuse conversation, souvent à sens unique, la menestrelle lui avait décrit ces lumières colorées fendant le ciel à la nuit tombée. Évidemment, de telles choses existent également en Daënastre, ce n’était pas comme si la rouquine n’en n’avait jamais vu. Mais Mey avait insisté sur leur particularité et il n’en fallait guère plus pour éveiller la curiosité de cette grande gamine aux cheveux roux.

Alors la voilà, marchant au milieu des autres visiteurs et locaux au plein cœur de ce marché si singulier jusqu’en faire le tour… À plusieurs reprise. Ce n’est que lorsque son estomac commença à gronder que la belle décida de déserter les lieux. Ce n’était pas dans ce coin de la ville qu’elle trouverait de quoi se sustenter après tout, sauf si l’on était friand de poudre… Ce qui n’était bien évidemment pas son cas. À son arrivée, la voleuse avait repéré un petit étale, devant laquelle se tenait une femme avec un certain embonpoint vendant des brioches à l’allure bien curieuse. Elle s’était promis d’y repasser, mais à force de faire le tour et de multiples détours, l’étrangère se trouvait totalement perdue. Forte de son caractère, ce n’était pas ce petit détail qui allait l’inquiéter alors elle se contenta de marcher, au petit bonheur la chance, pas après pas.

Son attention se portait sur tout et rien. L’architecture un peu sommaire. Sur les gens et leurs tenues colorées comme pour rappeler le surnom donné à ce village. Elle aimait particulièrement s’attarder sur les visages, cherchant leur histoire dans leurs multiples expressions… Un visage ridé indiquant plus une vie difficile qu’un âge avancé. Un sourire signifiant plus une joie précaire qu’un réel bonheur. L’air malicieux d’un enfant. Le regard sévère d’un vieillard...Tant de choses à apprendre sur un visage. Elle se perdait alors sur ces contemplations jusqu’à tomber sur l’un d’eux totalement dénué d’humanité. Qu’importe sa tenue, sa capuche probablement destinée à cacher le masque recouvrant un visage totalement dissimulé, il n’en fallait pas plus pour l’intriguer.

Il n’avait pu la voir de là où elle se trouvait. Il… Car sa stature indiquait forcément qu’il s’agissait d’un homme… ou d’une femme totalement dépourvue de féminité. Par habitude, Ash se dissimula en reculant, cachant sa silhouette frêle derrière une masse humaine grouillante des badauds peu pressés. Elle le laissa passer devant elle, sans jamais le quitter des yeux et une fois que celui-ci se trouvait assez loin, la voleuse aux instincts bien plus félins qu’humain commença à le suivre.

Elle guettait le moindre de ses faits et gestes, essayant de comprendre la raison de l’existence de ce masque. Sa façon de marcher indiquait que l’homme n’était pas confiant. Il fouilla à sa ceinture, d’un coté, puis de l’autre… Signe de l’existence de deux bourses, ou d’une seule… Et de la présence d’une arme. Méfiante, mais toujours plus curieuse, la voleuse accéléra sa marche, assez pour dépasser l’homme au masque, se plaçant devant lui sourire aux lèvres. L’objet en lui-même n’était pas très beau, plus grossier qu’autre chose. Ce n’était donc pas une sorte d’accessoire de mode, ou alors celle-ci lui échappait totalement. Fixant les orbites de l’objet, Ash cherchait à capter le regard de l’homme dissimulé, cherchant inconsciemment, ou non, à provoquer une réaction chez lui… Réaction totalement illisible, ce qui la frustrait au plus au point.

Alors, juste par jeu et esprit de provocation, Ash lui adressa un clin d’œil avant de faire une pirouette calculée pour attraper l’une des bourses au vol… Avant de disparaître dans la foule. Son pas se fit plus rapide cette fois, comptant sur ses réflexes aiguisés pour se frayer un chemin parmi les passants… Mais pas pour le voler, même si la bourse pesait lourd dans sa main, simplement pour attirer sa proie dans un lieu un peu plus reculé. Encore fallait-il qu’il morde à l’hameçon.

Une fois le bon endroit repéré, l’acrobate se hissa dans les hauteurs pour surplomber ce qui n’était autre qu’une impasse somme toute assez banale, mais suffisamment intime pour jouer. Elle l’attendait, là , guettant l’arrivée de son jouet occasionnel sans même chercher à découvrir le contenu de la bourse qui finalement ne l'intéressait pas plus que cela.



Ash s'exprime en #ccccff et avec le sourire.
Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Mer 31 Oct - 22:42
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Leynar était confiant, peut-être trop pour son propre bien d’ailleurs, ce dernier était presque persuadé de ne rien risquer, trop confiant dans ses capacités à repérer ce qui pouvait lui faire du tort en quelques instants. On pourrait presque dire qu’il en devenait suffisant, ce n’était pas comme si quelques mois plus tôt il s’était fait voler par un homme qui était devenu quelques heures plus tard son collègue. La vie était bien étrange parfois, et d’une ironie amère, mais il devait avouer que ce qui lui était arrivé relevait plus de la bonne fortune que de la malchance. Bien sûr il avait perdu des marchandises dans l’opération, mais ce n’était pas le pire de ce qui lui était arrivé, loin de la même, et quand il comparait les gains à la perte de ce que lui avait volé Oskar il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait gagné au change. La vie de voleur était parfois plus rentable que celle d’arnaqueur, le point positif étant qu’on ne pouvait plus l’accuser de vendre de fausses marchandise, même s’il s’y prenait plutôt bien pour l’écouler et qu’il donnait une partie des bénéfices aux Danseurs du crépuscule. Il était dans l’organisation, il fallait bien qu’il paie sa part, d’autant plus s’il voulait demander leur aide pour régler l’épineux problème qui était le sien. Mais il  pouvait y réfléchir plus tard, tant que personne n’essayait de le coincer dans une ruelle sombre pour l’assassiner il considérait que ce problème pouvait être retardé dans la mesure du raisonnable. Non il n’attendrait tout de même pas de recevoir un coup de couteau dans le torse pour agir, il fallait être fou pour ça, ou suicidaire.


Mais toutes ces pensées si distrayante à propos des Danseurs ou de vengeance ne pouvaient le détourner de ce qui jouait devant lui. Il était assez étonné d’ailleurs, derrière son masque il haussait les sourcils qu’il n’avait pas, une certaine réaction de stupeur s’était formé sur son visage soigneusement caché derrière le masque. C’était presque un atout, personne ne pouvait décoder ses réactions puisqu’elles ne pouvaient être vu, il aurait fallu lui arracher son masque pour ça. Toujours était-il qu’il y avait quelqu’un devant lui, quelqu’un qui l’empêchait d’avancer et de continuer son chemin dans la foule. C’était une femme, elle lui souriait, il ne savait pas pourquoi et il était presque sûr qu’il se fichait éperdument du pourquoi. Oh il y avait une certaine part d’interrogation et de curiosité, mais c’était nettement moins dans ses priorités de savoir pourquoi on s’arrêtait devant lui en lui souriant que de tailler sa route et de continuer à mener ses petites affaires afin de mener à bien ses ambitions. Aussi comptait-il continuer son chemin sans tenir compte de l’obstacle devant lui, mais il semblait que l’obstacle était bien plus difficile à surmonter qu’il n’aurait cru.


Un clin d’oeil, c’était la dernière chose que la femme devant lui lui adressa avant de réaliser une pirouette fort acrobatique et s’engouffrer dans la foule, dérobant une des bourses accrochées à sa ceinture au passage. Bon sang, c’était bien celle qu’il pensait… ? C’était bien celle qu’il pensait, celle qui contenait quelques pierres précieuses. Ah il était nettement moins confiant d’un coup, l’irritation le submergea tandis qu’il se frayait un chemin dans la foule pour suivre péniblement celle qui l’avait volé avec tant d’adresse. On ne volait pas un voleur hein ? Qu’est-ce qui venait de se passer alors ? Il était presque furieux contre lui-même d’être aussi négligeant et de ne pas prendre au sérieux ce qui l’entourait alors qu’il voyait le résultat de sa négligence s’enfuir devant lui.


Il faisait de son mieux, vociférer contre lui-même ou contre la foule serait contre productif, alors il continuait dépasser petit à petit la foule, essayant de ne pas perdre de vue celle qui lui avait soutiré ce qui avait une grande importance pour Leynar. Il avait lui-même taillé les pierres après tout, plus que de la marchandise, c’était de l’artisanat dont il ne pouvait qu’être fier, il avait du talent après tout, et il ne comptait pas laisser en profiter quelqu’un qui le lui avait soutiré, même s’il devait avouer qu’il s’était fait voler en beauté. Oui parfois il fallait quand même qu’il avoue ses erreurs, c’était humain après tout.


Alors il continuait de suivre la voleuse, il remarqua qu’au fur et à mesure qu’il la suivait elle prenait des rues de plus en plus étroite, jusqu’à ce qu’il la perde de vue et qu’il dû chercher lui-même jusqu’à trouver ou elle s’était réfugiée. C’était une impasse, quelle curieuse idée que de venir se nicher dans une impasse, mais elle était en hauteur, elle pourrait s’échapper quand elle le voulait. Malin. Alors il commençait à réfléchir à un moyen de s’en sortir, pour le moment il privilégiait le dialogue, mais peut-être que cela changerait, il était patient après tout, enfin jusqu’à un certain point.  


-Bien, maintenant que cette petite filature est terminée, je veux récupérer la bourse que tu as prise. Ce n’est pas une demande si déraisonnable, si ? Je ne suis pas particulièrement rancunier alors j’oublierai cette histoire. A condition que tu me rende ce qui m’appartient.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Ash
avatar
Jeu 1 Nov - 14:28
Irys : 189966
Pérégrin 0
Rien de plus facile pour la jeune femme de circuler parmi les passants sans rien perdre de son aisance. Il la suivait et ce constat ne fit qu'accentuer son plaisir et son excitation de joueuse invétérée. Il n'existait rien de plus amusant que lorsque que le chat et la souris inversaient les rôles… Enfin, plutôt, lorsque la souris pensait, à tort, être le chat tandis que le félin ne perdait strictement rien de son instinct de prédateur. Elle le guida jusqu'à cette impasse, sans prendre réellement la peine de se cacher. Ash tenait à être vue, tout en restant hors de sa portée pour des raisons évidentes. Un couteau dissimulé dans sa manche, prêt à être saisis, assurerait sa sécurité en cas de dérapage, même si la voleuse préférait ne pas en arriver là.

Au bout d'un certain temps à l'observer, l'inconnu décida finalement d'ouvrir la bouche parlant d'une voix posée, mais ferme.

-Bien, maintenant que cette petite filature est terminée, je veux récupérer la bourse que tu as prise. Ce n’est pas une demande si déraisonnable, si ? Je ne suis pas particulièrement rancunier alors j’oublierai cette histoire. A condition que tu me rende ce qui m’appartient.

La prenait-il pour une imbécile, une amatrice peut-être ? Pensait-il que la femme face à lui était assez stupide et naïve pour obéir aveuglément à cet ordre déguisé ? Cela serait bien trop facile, pas assez amusant… D'autant que cela ne répondrait en rien à toutes ses interrogations.

-C'est ce que tu ferais à ma place? lui demanda-t-elle en le toisant de son poste d'observation. Tu obéirais bien gentiment à ta victime après t'être donné taaaant de mal à la guider jusqu'ici ? Tu n'es pas très joueur malgré ton visage de pantin.

Provocatrice la voleuse ? Si peu… Elle jouait, simplement, cherchant à découvrir la personnalité que ce masque si laid servait à dissimuler. Tout comme ce visage, encore inconnu, invisible qui attisait tant sa curiosité.

-Qui a-t-il là-dedans? lança-t-elle en agitant le sac par pure provocation. Je ne sais pas pourquoi, mais je doute que tu m'aies suivi pour quelques pièces.

Sa curiosité ne se portant absolument pas sur le contenu du sac, la voleuse ne prit nullement la peine de l’ouvrir. Elle se contentait de le secouer pour en écouter le son, bien différent de celui des pièces qui s’entrechoquent. Le poids aussi ne ressemblait pas à celui de l'argent, bien plus lourd, un peu comme s'ils s'agissaient de cailloux de petite taille… Mais de grande valeur, sans quoi, il ne l'aurait jamais suivis. Inutile donc de l'ouvrir pour deviner, aussi son sourire ne fit que s'élargir.

-Je me demande… minauda-t-elle en lui offrant son plus beau sourire. Que serais-tu prêt à faire pour récupérer ton bien ? Que dirais-tu d'un petit jeu ?

Comme cela la frustrait de ne voir aucune expression sur ce masque impassible, inhumain par nature. Point de réaction. Point d’interrogation, de surprise visible… Ce qui ne faisait qu’accentuer cette curiosité insatisfaite. Rien ne lui permettait d'anticiper ses réactions, elle ne pouvait lire dans ses regards puisque ceux-ci restaient tout aussi invisible que le reste. Était-ce là le but de ce masque ? Empêcher quiconque de le voir, lui, par-delà ce morceaux d'inhumanité, par delà la chair qu'il cachait… Pour Ash, l'objet ne dissimulait pas seulement un visage, mais l'humain en son intégralité. Tout se jouait dans les regards, les mimiques, absolument tout… Elle, le savait plus que quiconque puisque son propre masque était fait de chair, de sourires et de regards aguicheurs… Bien peu ressemblant à ce qui existait derrière cette facette perpétuellement exposée au monde. Ce masque-là, Ash ne l'avait fait tomber qu'une seule et unique fois en quatre ans avec une certaine mage… Une seule. Pour l’heure, celui-ci restait bien en place et attendait la réponse que la souris déguisée en chat.




Ash s'exprime en #ccccff et avec le sourire.
Voir le profil de l'utilisateur

Leynar Gale
avatar
Lun 12 Nov - 23:23
Irys : 406236
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Arnaqueur
My'trän +2 ~ Khurmag
Pourquoi Leynar avait-il donc l’impression que la voleuse allait rendre les choses difficile ? Ah, oui, parce que c’était le cas. Et en plus elle se moquait de lui, un pantin, lui ? Au mieux il s’en moquait, au pire ça lui faisait grincer des dents, mais il n’était pas de mauvaise humeur -pas pour le moment en tout cas- alors il ignora tout simplement cette remarque désobligeante. Surtout qu’il se doutait que cette remarque visait à le faire sortir de ses gonds. Il devait rester calme, ne pas se laisser emporter et attendre le bon moment pour récupérer ce qui lui appartenait. Alors il scrute, il regarde et il attend, sa patience serait sûrement récompensée, restait simplement à supporter les remarques de celle qui lui avait dérobé ses possessions si importantes.


Si en soi les pierres qui étaient dans la bourse n’étaient pas les plus chères que Leynar possédait, celui-ci tenait tout de même particulièrement à les récupérer. Pas pour leur valeur non, mais pour son égo, il n’aimait absolument pas l’idée de se faire déposséder, ça avait le mérite de lui rappeler qu’il n’était pas infaillible, mais c’était une leçon amère qui mettait à mal la fierté de l’arnaqueur. Il ne manquerait pas de maudire son manque de prudence et cette suffisance stupide dont il avait fait preuve.


Joueur il ne l’était pas vraiment, du moins il n’aimait pas vraiment suivre les règles des autres, il préférait de loin suivre les siennes. Après tout on ne peut pas perdre en jouant à un jeu dont on est le seul à connaître les règles. Mais il allait devoir faire une exception, pas parce que ça lui plaisait, mais parce qu’il devait bien récupérer ce qui lui appartenait. Bien sûr il aurait pu recourir à la violence de son arme ou de ses pouvoirs, mais aurait-ce été vraiment efficace ? Elle était en hauteur, il suffisait qu’il perde quelques précieuses secondes pour qu’elle disparaisse sans laisser de trace, comme un mirage. Et cette éventualité ne lui plaisait absolument pas, aussi allait-il devoir se plier à ce petit jeu qu’instaurait la voleuse. Avec déplaisir certes, mais il devait bien devoir coopérer s’il voulait récupérer ses possessions.


-Ce qu’il y a là-dedans ? Tu ne m’arracheras aucune réponse, si tu souhaite tant le savoir tu n’as qu’à regarder toi-même. Tu as réussi à voler ce qui était à moi, ce n’est pas un petit coup d’œil qui va te déranger… si ? Il n’y a rien de mal à regarder de plus près ce qu’on a volé après tout. Il prit un instant de réflexion, semblant gratter de sa main gantée une parcelle de peau inexistante sur son masque si froid. Un petit jeu ? Quel genre de jeu ? Exprime ta pensée et donne moi des détails, dis moi en quoi il consiste.


Derrière l’inexpressif se cachait l’expressif, tant de réactions cachées par ce masque froid et impassible si pratique. Mais pratique était-il bien approprié ? Après tout cela faisait déjà plusieurs années qu’il cachait son visage, le masque n’était que très récent et auparavant c’était une barrière de tissu qui maintenait à l’écart cette chose si horrible et infâme qu’il appelait son visage. La plupart du temps il s’évertuait à dire que ce masque, cette « protection » s’il avait osé l’appeler ainsi, n’était présent que pour épargner un triste spectacle aux autres. Est-ce que cette protection n’était pas tout simplement qu’une barrière pour éviter que quiconque ne s’intéresse trop à lui ? Après tout maintenant il portait ce visage impassible, froid et inhumain, mais ne portait-il pas ce visage depuis une dizaine d’années maintenant ? N’avait-il pas remplacé l’ancien ? C’était bien ce qu’il était, un homme qui cachait son visage. Un homme sans visage.



A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Couleur: #336699
Voir le profil de l'utilisateur

Ash
avatar
Mar 27 Nov - 13:34
Irys : 189966
Pérégrin 0
Voilà un jouet peu loquace, plutôt barbant. Celui-ci éludait chacune de ses questions, se contentant de rester planté là, bien caché derrière son masque hideux et inexpressif. Que cachait-il à la fin ? Cette question obsédait totalement la voleuse à la curiosité frustrée si bien que son regard se fit bien plus inquisiteur.

-Tu n'es pas drôle, n'est-ce pas ?

Sa voix, d'ordinaire presque chantante, si fit naturellement plus dure, plus rauque. Elle savait que peu importe la réponse que l'homme lui fournirait, celle-ci ne ferait que la frustrer davantage. S’il lui répondait, évidemment, or, la rouquine en doutait fortement.

-Mais tu es malin...

Jusque-là, debout en équilibre sur une corniche, l'acrobate s'assit, les yeux toujours rivés sur sa “victime”. De quand datait la dernière fois que la belle s'était retrouvée face à un homme intelligent… Pourquoi celui-ci semblait pouvoir mener le jeu avant même qu'elle n’ait énoncé les règles. Décidément, la voleuse ne savait plus comment agir. Alors elle l'observait, en serrant les dents puisqu'elle ne pouvait interpréter ses réactions. Elle réfléchissait, tout en empoignant fermement la bourse au contenu mystérieux, mais qui ne l’intéressait absolument pas. Ash volait par besoin, ou par envie… Pour le jeu, pour se distraire. Néanmoins, l'enjeu perdait tout intérêt.

-Que caches-tu à la fin ? grogna-t-elle à voix basse.

Qu'il tombe le masque, l'inconnu. Le tangible comme l'abstrait, car toutes ses questions ne faisaient que la contrarier, encore et encore… Ne sachant que faire, ni quel jeu lui proposer, la rouquine finit par ouvrir la bourse pour en découvrir finalement le contenu… Au fond, reposaient sagement quelques pierres colorées, finement taillées… La voleuse se saisit de l'une d'elle, petite, brillante et d'une couleur rouge orangée. La tenant entre ses doigts fins, elle ensuite la porta sous un rayon lumineux pour en admirer les détails.

-C'est du beau travail… Sacrée précisions même…

D'aussi bel ouvrage, Ash en avait déjà vu, en Daënastre. Là où les joailliers s'aidaient de technologie de pointe à la précision remarquable. Elle ne savait donc pas, qu'ici, sur les terres mages où la technologie était proscrite, une telle chose était possible. La voleuse avait décidément, beaucoup de choses à apprendre sur ces gens-là.

-Volées ? Achetées ? s'enquit-elle en laissant de nouveau glisser ses perles d'azur sur sa victime

Pouvait-il en être le façonneur ? Difficile à dire, même ses mains étaient gantées. Comment savoir si celles-ci se voyaient marquées par quelques cicatrices provoquées par des outils de précision. Elle ne savait donc rien, ne pouvait rien deviner et tout ceci commençait à l'agacer. Un jeu… C'est bien ce qu'elle avait proposé, mais lequel ? La pierre rejoignit ses sœurs au fond de la bourse avant que la belle ne la referme dans un geste vif pour la placer à sa ceinture.

Quelle était sa magie ? Était-elle puissante ? Était-il confiant ou non ? Les questions pleuvaient sans jamais trouver de réponse. S'il l’avait poursuivi, s'il restait là, c'était bien parce qu’il tenait à ses cailloux, non ? Quel jeu ? La voleuse poussa le fond de sa réflexion, avisant une nouvelle fois, ses mains et son visage si bien cachées. Un sourire étira ses lèvres, elle l'avait trouvé.

-C'est simple, lança-t-elle en se laissant tomber sur ses pieds agiles. Récupère ta bourse, puis va t'en…

Un jeu bien risqué, il est vrai. Sachant, en plus de cela, qu’elle ne pouvait savoir s'il était armé sous sa cape. La voleuse ne pouvait compter que sur son agilité si féline. Elle ne serait certainement pas si facile à atteindre, pas entraînée comme elle l'était. Restait à savoir si l'inconnu voulait effectivement jouer… Peut-être qu'une dernière provocation l'inciterait à jouer tout en satisfaisant un peu sa curiosité. Son sourire s'élargit lorsqu’elle s'approche de sa proie avec sa démarche féline. Son corps tendu frôle celui de l'homme quand ses doigts se posent sur sa nuque pour la parcourir lentement, de bas en haut, l'effleurant délicatement. Et tandis qu'elle lui offrait sourire et regard enjôleurs, la main se saisit prestement du masque pour lui ôter tout en s'éloignant rapidement sans lui laisser la possibilité de faire le moindre mouvement dans sa direction.

Elle avisa d'abord le masque entre ses mains avant de relever les yeux vers le visage mis à nu.



Ash s'exprime en #ccccff et avec le sourire.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé