Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 Le gang des cheveux colorés

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyDim 28 Oct - 14:43
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
Le temps passait de façon étrange. Ça faisait moins d’un an qu’elle était partie avec Ogn de chez elle pourtant elle avait l’impression d’avoir toujours fait ça. Il n’y avait pourtant pas réellement de routine dans son voyage si ce n’était rencontrer de nouvelles personnes, de nouvelles villes, aller vers les autres et découvrir d’autres coutumes. Ces débuts se ressemblaient sans vraiment se dérouler exactement pareil. Il fallait trouver où se loger, de quoi travailler un peu et laisser Süns comme Khugastaa guider ses pas pour trouver une nouvelle façon de marquer son entourage. Peut-être même trouver un maître pour changer le monde. Si elle ne cherchait plus à retrouver Finn, elle l’avait perdue il y a des mois de cela, elle n’abandonnait pas le projet qu’ils avaient eu ensemble. De son côté, il devait faire de même. Sûrement devait-il attendre d’aller mieux. Le connaissant, il ne s’était retirer que pour lui éviter de le supporter. Il avait toujours eu ce côté agaçant d’auto-flagellation.

Le village où ils se trouvaient présentement, son salkhi et elle, n’était pas bien grand. Pas plus d’une centaine d’habitants. Elle aimait ce genre d’endroit où les gens prêtaient vraiment attention aux autres. Même si tous ne posaient pas un œil sympathique sur les étrangers, encore plus quand ceux-ci marquaient leur différence aussi visiblement qu’elle. Le fait qu’elle n’ait récolté aucun sourire depuis son entrée dans le village ou de salutation, ne la démonta pas. Elle saurait percer leur carapace ! D’une façon ou d’une autre.

Comme il ne faisait pas froid, seulement frais, et qu’elle avait déjà mangé, elle se dirigea sur la place centrale. Les rares personnes présentes ne la saluèrent pas plus que les autres passants rencontrés et sur le tableau d’affichage un grand vide régnait, même pas un portrait de criminel ornait le tableau de bois. La vagabonde aurait pu aller à l’établissement qui faisait office d’auberge dans le coin pour prendre les infos manquantes, mais elle décida qu’il fallait avant tout égayer un peu cette place et ces gens. Ainsi, elle sortit des sacoches de son familier quelques couleurs ainsi que sa palette, simple planche de bois. Pas de pinceau, elle avait ses doigts pour peindre. Laissant libre son salkhi, elle s’approcha ensuite de la fontaine au centre de la place. Seul élément un peu vivant avec son mouvement d’eau perpétuel bien qu’un peu terne aux yeux de Tiha. Pour changer cet état de fait, après avoir installé tout son matériel sur le rebord du bassin, elle mit les pieds nus dans l’eau et commença à étaler un bel orange sur l’aile de la chouette grise. Un hommage à un Architecte, quel qu’il fut, se devait d’être flamboyant. Ce n’était pas le premier auquel elle redonnait un peu de couleur, même si d’habitude c’était sur les chemins plutôt qu’au milieux des habitations.

« Qu’un bel orangé,
Vienne illuminer
Le tourbillon de nos vie…. »


Elle s’appliquait sur la pointe des pieds tout en chantonnant, oublieuse de son environnement. Tout à sa tache, elle ignora les premières réactions des rares personnes présentes. Ou l’eau qui remontait le long de son pantalon bouffant ou bien les taches qui se formaient sur sa chemise déjà bien bigarrée et usée. Rien ne venait entraver ses mouvements. Ses maigres possessions étaient toutes dans les sacoches de Ogn, il n'y avait rien dans les poches de sa ceinture.
Voir le profil de l'utilisateur

Lavryn & Khardi
Lavryn & Khardi
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyVen 2 Nov - 4:27
Irys : 159968

Comme un murmure amer...

Un murmure, un battement de cœur, un frisson dans le dos. Une pensée sibylline, un sang glacial dans les veines et un retournement de l’âme. L’étincelle d’un brasier présumé éteint il y a bien longtemps, mais dont les cendres n’ont jamais cessé de rougeoyer en secret. Désormais, son feu s’est rallumé et vient vous lécher les doigts, Enfants du Chaos.

Le fléau de Khugatsaa court dans votre chair, insidieusement il a attendu son heure et dans votre esprit désormais s’éveille un instinct étranger. Accrochez-vous à votre âme, il pourrait vous prendre le reste.

Tiha Ludost est désormais victime de la pandémie.

Pour plus d'informations, c'est ici !

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptySam 3 Nov - 9:20
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

Ses pas foulent encore les vertes prairies de Suhury. Pieds nus, elle savoure chacune des caresses de l'herbe tandis qu'elle progresse en marge du chemin pierreux destiné à la mener vers les contrées glaciales de Khurmag. Elle appréhende peut-être autant qu'elle appelle de ses vœux la rencontre avec Vithis. Elle regrette de devoir laisser dans son sillage sa terre natale. Et même si elle sait désormais qu'elle est issue de l'Est et qu'elle ne peut réellement se revendiquer comme une my'tränne pure souche, ces contrées auront toujours une place particulière dans son coeur. Ici, c'est chez elle. Peu importe les origines du sang qui coulent dans ses veines...

Mais le pouvoir qu'elle convoite exige des sacrifices. Elle sait que les prochains mois la priveront de l'amitié et de la présence d'Althéa, qu'elle ne pourra arpenter Suhury autrement que dans ses rêves ou encore qu'elle ne pourra influer directement sur la destinée du continent. Qu'elle sera coupée du monde en compagnie d'une nécromancienne dont elle ne sait rien sinon le nom. Et qu'elle aura terriblement froid. Un frisson parcourt son être à cette simple pensée. Le Khoral a déjà failli l'emporter quelques mois plutôt. Obtiendra-t-il son dû cette fois-ci?

Elle lève son visage aux traits finement ciselés en direction du soleil qui la surplombe. Yeux fermés, elle savoure sa caresse bienveillante tout en tentant de graver ces agréables sensations de sa mémoire. Le vent balaie la mèche de cheveux que sa capuche laisse libre de virevolter au gré du souffle d'Amisgal. Pour l'instant, il évoque une caresse. Et bientôt, une menace charriant les neiges hostiles de Khurmag.

Le claquement des sabots l'arrachent de ses pensées. Elle rabat davantage le tissu qui enveloppe sa tête et détourne cette dernière lorsque trois soldats sur leurs montures passent au galop à côté d'elle. La fanatique se retourne et les observe s'éloigner. Ils ne l'ont pas reconnue. Elle est soulagée même si son ego lui commande d'être vexée par un tel manque de considération. Elle a obtenu l'attention de Möchlog. Ne mérite-t-elle pas celle de ses semblables?

Elle se fait à nouveau cette réflexion quelques longues minutes plus tard, au coeur du village qui marque une étape de son voyage, en observant le vide affligeant dominant le tableau d'affichage. Où se trouve son portrait? Les suhurs l'auraient-ils oubliée? Quelques mois sur Daënastre auront-ils suffit à balayer les souvenirs qu'elle a inscrits dans nombre de mémoires? Elle ne sait guère si elle doit s'en réjouir ou en contraire s'en offusquer. Tout comme elle ne sait pas comment elle doit interpréter l'indifférence que les habitants lui témoignent. Ne reconnaissent-ils pas leur future Impératrice?

Elle tressaille lorsque un cailloux plus pointu que les autres lacère la chair de sa voûte plantaire. Elle grimace mais n'infléchit pas sa route qui la mène à présent vers le bassin de la fontaine qui orne la place centrale. Elle trésaille davantage en découvrant l'adolescente qui s'emploie avec une légèreté irritante à maculer de couleur l'une des ailes de la chouette de pierre dominant l'oeuvre alliant roche et eau? Une métaphore de l'ascendance de Möchlog sur Dalaï et Delkii? Elle se plait à le croire...

La légèreté du champ de la gamine aux cheveux colorés vient caresser ses oreilles tandis qu'elle s'installe avec une certaine grâce sur le rebord du bassin de pierre et qu'elle entreprend de laver ses pieds éprouvés par le voyage. La terre et le sang se mêlent, forment des volutes emportées par le relatif courant que les gesticulations de l'adolescente auront réussi à imprimer à l'eau du bassin. Elle les observe un instant puis se focalise sur la plaie responsables des légères lancées qui remontent le long de sa jambe.

Il lui aura fallu presque un mois pour effacer du réceptacle confié par Orshin les stigmates laissées par cette lâche d'Arianna. Combien de jours faudra-t-il pour résorber cette blessure infligée par Delkhii? Un halo lumineux se forme autours du doigt qu'elle appose sur le sillon carmin. La chair réagit avec lenteur. Comme si elle avait soudainement décidé de refuser l'apport de cette précieuse magie curative. Son corps serait-il aussi fier que son âme?
"Tu vas t'attirer des ennuis si tu continues à maculer de peinture cette représentation de la divine Chouette, tu sais?" fait-elle finalement remarquer à l'adolescente. "Les gens des campagnes sont loin d'être aussi tolérants que ceux des villes..."
Il lui a fallut un instant pour choisir la réaction qu'il convenait d'adopter face à cet étalage artistique. Il est vrai qu'elle a songé à tuer celle qui s'en prend avec une telle légèreté à cette représentation de l'animal totem de Möchlog. Mais d'une certaine façon les couleurs incarnent la vie. Et après réflexion elle suppose que la divine Chouette apprécie plus qu'elle ne désapprouve cet hommage particulier. Et puis la rouquine est d'humeur nostalgique et non festive, aujourd'hui. Une chance pour la gamine et la quiétude des lieux.

C'est donc un vague sourire teinté de douceur qui s'installe furtivement sur les lèvres de la fanatique. Son regard vagabonde un instant sur les multiples nuances qui égaient la chevelure de sa cadette. C'est d'un goût... particulier! Mais l'originalité ne fait pas de mal. Spécialement sur un continent comme My'trä, respectueux du passé mais peut-être trop ancré dans ce dernier. Il faut du changement! Et cette gamine l'incarne à sa manière... Le regard de la disciple de Möchlog se pose un vague instant sur l'animal aux jambes imposantes qui se tient non loin de là. Ce salkhi appartient-il à la gamine? Elle suppose que c'est le cas:
"Mais quelque chose me dit que les locaux auront du mal à t'attraper s'ils se mettaient en tête de te lapider, pas vrai?"
La référence à la vitesse de l'animal est assez clair. Un autre sourire vient éclairer le visage de la fanatique qui retire alors sa capuche pour permettre à sa crinière rousse de s'exprimer. Il faudra probablement quelques minutes avant que les gens réagissent à cette vision et en tirent peu à peu les conclusions qui s'imposent. Ils douteront puis finiront par prononcer son nom. Il leur insufflera de la haine ou de la peur. Un schéma bien trop classique pour que les locaux s'y soustraient. Et bien trop habituel pour que Zora s'en offusque. Le temps où elle souhaitait la reconnaissance des siens et révolu. Aujourd'hui, elle se contenterait simplement de leur obéissance...

Elle trempe à nouveau son pied blessé dans l'eau fraîche et entreprend alors de nettoyer la terre qui s'obstine encore à s'accrocher sur sa peau. Le tout en se demandant si la première pierre sera lancée dans sa direction ou dans celle de l'adolescente. La réponse ne devrait pas trop tarder. Mais pour l'instant la fanatique n'a qu'une seule préoccupation: savourer ce simple, agréable et éphémère instant de quiétude.


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyJeu 8 Nov - 11:27
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
Son bel élan fut arrêté brutalement par la voix d’une importune. Sans aucune manière cette dernière était venue s’installer sur le rebord de la fontaine et avait commencé à lui donner des leçons. En fait, c’était comme si la rousse était la seule à oser. Les autres, les quelques badauds présents avaient commencé à vider la place. Impossible de dire si c’était à cause de leur présence ou simplement leur indifférence mêlé aux affaires du quotidien. Du moins, Tiha l’ignorait et ne s’en souciait pas. À tel point, qu’elle ne remarqua pas leur solitude pas plus que le silence brisé uniquement par le bruit de l’eau. À cet instant, être seule ne la dérangerait nullement. La statue était là pour combler le vide, à l’instar des Architectes. Ils méritaient d’être aussi lumineux que celle de leur présence dans sa vie.

L’idée était là au départ mais chaque coup de main, de caresse pour étaler la couleur, faisait disparaître peu à peu la motivation même de ses actes jusqu’au désintérêt le plus total. Sans un mot, elle sortit de l’eau laissant une trace de plus sur le rebord du bassin : une petite main orangé. Derrière, la chouette était à présent tachée sur l’avant de son aile droite de façon désordonnée tel un coloriage d’enfant non terminé.

« Je ne vois pas en quoi ça vous concerne. À moins que vous ayez aussi besoin de vous enfuir ? »

Planter devant l’impudente, elle la regardait droit dans les yeux les bras croisés, n’ayant cure des taches inévitables sur ses vêtements. Rien d’impulsif dans cette démarche même si la curiosité s’y mêlait un peu. Un simple regard circulaire lui permit d’attirer l’attention sur le vide inhabituel de ce lieu de vie. De retour sur la silhouette de l’inconnue, elle continua toujours aussi implacable : il s’agissait ici de prendre un risque calculé. Impossible de connaître l’identité de la jeune femme bien sûr, mais une chose était sûre : il ne fallait pas être totalement insignifiant pour vider une place aussi petite fut elle. Il pouvait s’agir d’une drôle de coïncidence, c’était possible, bien que dans ce cas elle n’aurait rien perdu. Rencontrer des gens ne lui faisait pas peur, ne lui avait jamais fait peur. C’était l’un des plus grands plaisirs de son voyage. Il n’y avait pourtant pas que des rencontres joyeuses ou qui se finissaient bien. Le Don des Architectes l’aidait à prendre du recul quand ça se terminait vraiment mal. Bien sûr, il restait des fois des dégâts comme pour Finn et des questions. Ainsi qu’un tourbillon d’émotion. L’appréhension n’était en tout cas pas la première d’entre elle quand elle entreprenait de parler à un étranger.

Son bluff était d’ailleurs gâché par son plaisir mal dissimulé. Son esprit avait beau être soudainement tourné vers le rationalisme, il n’empêchait pas ses yeux de pétiller face à cette situation intéressante, à cette personne intrigante. Cette nouvelle façon de penser, si elle modifiait son comportement, n’obstruait pas totalement son esprit joueur. Il le canalisait seulement d’une façon différente, tout comme pour sa curiosité. Assez fière d’elle même, elle réussit tout de même à ne pas sourire en faisant son offre, feignant une indifférence qu’elle était loin de ressentir.

« Vous pouvez venir avec moi si vous le souhaitez. C’est vous qui voyez. »

Maintenant, il était temps d’agir de montrer qu’elle était sérieuse. Naturellement et avec facilité, elle grimpa sur le dos du Salkhi. Puis, elle tendit l’une des mains colorées pour aider cette guerrière, elle devait l’être au vu de son arme aussi imposante qu’étrange, à monter derrière elle sur sa fidèle monture. Il n’y avait toujours aucun son aux alentours : cri, chant d’oiseau ou piétinement. Ou de mouvement. Rien ne les empêchait de partir mais rien ne les y poussait non plus. Un instant somme toute banale malgré l’étrangeté de l’ambiance…
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyJeu 8 Nov - 14:14
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

La réponse que daigne lui accorder la gamine est d'une sobriété absolue. Et l'aplomb de sa gestuelle arrache un sourire à la rouquine. La réaction de sa cadette est pour le moins logique. La fanatique n'aurait pas réagi autrement si leurs rôles avait été inversés. Bon, elle se serait abstenue "d'honorer" Möchlog avec un assemblage douteux de couleurs, elle. Mais ne dit-on pas que c'est l'intention qui compte? Le regard de la disciple de la Chouette passe ainsi de... l'oeuvre de l'adolescente à l'adolescente elle-même. S'enfuir? Quelle idée!

La fanatique détaille à nouveau les environs immédiats et constate que personne ne s'approche avec une arme, un regard haineux ou les deux. Elle se ferait évidemment un devoir de relever le défi. Pourquoi ne le ferait-elle pas alors qu'elle a reçu la bénédiction d'un Architecte? Les insectes qui se dressent sur son chemin peuvent, au mieux, retarder sa progression. Mais personne n'est en mesure de l'arrêter. On ne peut écarter une Élue de sa destinée...
"En général ce sont plutôt les gens qui me fuient!" nuance-t-elle, amusée. "Möchlog m'a gratifiée de beaucoup de dons mais m'a privée de la faculté d'être appréciée par mes semblables..."
Cela dit, vu les semblables en question, ce n'est peut-être pas plus mal. Zora n'est d'ailleurs pas certaine que la capacité à sociabiliser avec les autres soit une réelle qualité. En réalité ce serait peut-être le meilleur moyen de foncer dans les ennuis ou de les attirer à soi. L'amitié est une tare merveilleuse mais bien trop encombrantes. Et bien trop apte à vous détourner du pragmatisme nécessaire à la survie. Althéa est la seule exception que la rouquine tolère. Et Möchlog sait qu'elle a déjà eu l'occasion de regretter à maintes reprises l'affection qu'elle témoigne à la noiraude!

La fanatique adresse un vague signe de la tête à la gamine comme pour lui dire au revoir. La discussion fut brève et distrayante, mais cette fille aux cheveux colorés n'est rien d'autre qu'une forme d'interlude éphémère et, bientôt, oublié. Et pourtant l'intéressée fait à nouveau entendre sa voix. Surprise par l'invitation, Zora se retourne et considère la main tendue dans sa direction. Quel est le piège?
"Tu veux que moi, je monte sur... ça?" demande--t-elle en décochant un regard méfiant au salkhi. "Les animaux ne m'apprécient guère en général! Je les rends nerveux, je crois!"
Et ce n'est rien de le dire... À chaque fois qu'elle tente de capter l'intérêt d'une bestiole ou même de la gratifier d'une caresse, elle a droit à des réactions similaires: ils fuient ou montrent les crocs, les griffes ou tout ce qui peut servir à blesser une personne trop insistante. Même les créatures d'Orshin réputées pour la qualité de leurs flairs se montrent distantes et méfiantes. À croire que même le plus affûté des sens du règne animal n'est pas capable de discerner l'altruiste qui sommeille en elle...
"Mais... pourquoi pas après tout!" finit-elle par céder. "L'air ne tardera pas à devenir irrespirable par ici! Et puis je n'ai jamais eu la chance de monter sur une bestiole de cette taille guidée par une adolescente! Qu'est-ce que je risque, hein?"
Elle prend tout de même le temps d'essuyer ses pieds avec les pans de son manteau avant de sortir ses bottes de son sac et les enfiler. Suite à quoi elle dresse plusieurs petits boucliers en guise d'escalier improvisé pour rejoindre dans la dignité la croupe de l'animale et s'y installer aussi confortablement que possible. Elle tente tout d'abord de ne pas avoir recours au corps de sa cadette comme point d'appui mais la démarche étrange de l'animal la pousse bien vite à écarter cette option dictée par la fierté. Ses mains se posent donc sur la taille de l'enfant.
"Je vais vers l'ouest, en direction de Khurmag! Tu peux m'accompagner un peu si tu le souhaites!" glisse-t-elle, tentant de dicter la direction. "Cela dit, quand j'étais plus jeune, on me recommandait de ne jamais monter sur la monture d'un ou d'une inconnue... Tu t'appelles comment, l'arc-en-ciel?"
Sa prise se raffermit sur les flancs de la jeune fille lorsque l'animal fait un mouvement plus brusque que les autres. Elle estompe aussi vite qu'elle le peut la grimace qui s'est installée sur son visage. Maintenant elle se rend bien compte que ce n'était pas une bonne idée de contenter le caprice de l'adolescente...


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyMar 8 Jan - 8:33
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
Ses mots auraient certainement inquiété une adolescente normal avec un esprit pas couramment perturbé mais Tiha ne respectait ni l’un ni l’autre de ces critères. Au contraire, elle s’en servit froidement pour appuyer son bluff incertain.

« Ce n’est pas plutôt vous qu’il rende nerveuse ? »

La pensée fut très forte. Presque comme si les mots allaient vraiment sortir de ses lèvres. Cependant, une fois n’est pas coutume, la jeune fugueuse sut ne pas dire ce qui lui passait par la tête. Ne pas répondre une seconde fois à une question – qui n’en était pas une – aurait demandé un peu trop au miracle des Architectes.

« Ça fait plusieurs années que je monte Ogn, tu ne risques rien ! »

Puisqu’il y avait à présent une proximité physique autant lâcher la distance verbale ! Surtout que l’autre ne s’en était jamais encombré. La discussion pouvait aussi bien s’en alléger et s’accorder au ton amusé de la Po'Mbak.

« Je crois, qu’étant donné ta position, c’est toi qui m’accompagne ! Les recommandations de ce type ne valent rien, si tu ne parles jamais à personne comment les autres peuvent cesser d’être l’inconnu ? »

La rhétorique avait changé de côté pour s’allier à la plus jeune des deux. Tandis que leur avancé se faisait sans encombre grâce au Salkhi. Surtout pour Tiha qui savait adapté sa position à l’allure de l’animal. Ainsi, jeter un coup d’œil vers l’arrière n’était absolument pas problématique. Le but n’étant pas de voir la rousse, mais bien le village encore visible juste derrière elles. Des bruits de sabots avaient réussi à atteindre ses oreilles : les mots de plus tôt semblaient prendre forme en cette groupe de chasseurs.

« Je crois que les présentations devront attendre ! Accroche toi, il serait dommage de tomber maintenant. »

Vraiment. Les hommes et femmes derrières ne cherchaient certainement pas à les rattraper pour parler. D’ailleurs, maintenant qu’ils se savaient repérer les cris divers et variés ne cessaient de fleurir. Tous, presque sans exception, s’adressait à la grande criminelle. Il y en avait même pour l’exhorter à relâcher l’adolescente. Que des mots, les armes ne pouvaient pour l’instant couvrir la distance et lancer un sort sur un adversaire en pleine chevauchée était incertain. Quelqu’un le tenta quand même, venant créer des flammes en vain sous les pieds de la monture. La seule personne qui pouvait en être dérangé était la rousse. Le quadrupède comme son guide était insensible au feu. Mais, ce n’était pas une raison de l’ignorer totalement. Qui sait ce que tenterait le prochain mage ? Ou de quand ils décideraient que blesser une gamine pour capturer une criminelle de l’acabit de Zora en valait la peine.

« Ne t’inquiètes pas, ce ne sont pas des chevaux ou leurs pauvres montures qui risquent de nous attraper ! »

Comme la rousse avait largement eu le temps de bien stabiliser sa position, elle poussa son salkhi à aller encore plus vite pour semer la grosse poignée de gens à leur trousse. Fuir ainsi avait quelque chose d’exaltant, de vivifiant. Jamais, elle n’avait fait de course avec d’autres. L’autre fuyarde ne pouvait le remarquer, mais un large sourire s’étendait sur les lèvres de Tiha. Tourner la tête maintenant aurait relevé du suicide. Certes, Ogn savait éviter les obstacles, mais à cette allure il n’y avait pas trop de deux yeux pour parer à un imprévu. Quant à la destination, elle s’en inquiéterait plus tard. Le plus important était de semer les poursuivants et de ne pas se trouver bloquer dans une voie sans issue.

HRP:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyJeu 10 Jan - 6:41
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

Bon , elle marque un point: il est vrai que les animaux ne lui inspirent pas non plus une grande confiance. Ils sont imprévisibles. Il est difficile de distinguer une quelque forme de logique ou de raisonnement au fond de leurs yeux dénués de la moindre parcelle d'intelligence. Comment se fier à la plupart des créations d'Orshin, humains compris, qui arpentent Irydaë? Ils sont tous animés par l'égoïsme, la cruauté ou un simple instinct de survie qui les pousse à tuer avant de l'être. Non, décidément, les bestioles ne sont pas fiables. Et encore moins quand elles sont aussi grandes que le dénommé Ogn.

La tentative de la gamine pour la rassurer ne fait qu'accentuer le malaise qu'elle ressent lorsqu'elle décide - volontairement en plus! - de quitter le sol pour venir se percher sur ce qui doit tenir lieu de croupe à la créature. La rouquine refuse tout d'abord de s'accrocher aux flancs de la cavalière, fierté oblige. Et pourtant elle sait déjà qu'elle ne fera pas la fine bouche quand la chose aura démarré et qu'elle s'accrochera à la première chose qu'elle trouvera pour ne pas chuter. Cheveux colorés compris!
"Tu marques un point! Je n'ai jamais trouvé cette précaution très pertinente!" lâche-t-elle sur un ton absent en réaction à la remarque de l'adolescente. "Et puis elle n'a carrément aucun sens si vous êtes plus dangereuse que celui qui s'arrête pour vous proposer de partager sa monture, pas vrai?"
C'est une simple observation, rien de plus. Judicieuse, d'ailleurs. Elle hausse les épaules tout en s'accrochant donc fermement à la taille de la meneuse. Des échos désynchronisés de galops se greffent à celui de l'animal qui était sensé les mener loin de la témérité des villageois. Un coup d'oeil en arrière, calqué sur celui de la gamine, lui confirme ce qu'elle redoutait. Espérait? Elle n'est pas certaine du mot qui soit le plus adapté.

La boule de feu qui s'écrase dans les sabots de leur monture ne semble pas gêner l'animal. Pas plus que sa cavalière attitrée. Zora, elle, se penche sur le flanc pour éviter la vague de flammes. Elle tarde trop à lever son bouclier, surprise. Et si un réflexe lui commande d'un côté pour éviter la principale vague de flammes, ses vêtements en pâtisse. Tout comme sa peau qui ne tarde pas à protester en propageant une fulgurante onde de douleur dans son être. Une onde qui trouve son apothéose dans le cri que la rouquine finit par lâcher.

Elle perd un instant de vue les réalités. La souffrance et la colère née d'une fierté bien trop souvent écorchée ces derniers temps la distancient du monde alentours. La magie qu'elle s'acharne à libérer dans son organisme pour restaurer la chaire brûlée ne flamboie plus autant qu'avant. La guérison est lente. Trop lente. Du moins au goût de Zora qui est à nouveau confrontée à la perte de certains de ses pouvoirs. Et à la crainte qui accompagne cet état de fait...

La voix de la gamine parvient à ses oreilles et le bruit de la cavalcade s'amplifie tandis que la rouquine s'immisce à nouveau dans l'instant présent. S'inquiéter, elle? Ce n'est pas le genre de la maison. Ce qui la dérange en cet instant, d'ailleurs, ce ne sont pas les suicidaires lancés sur leurs traces. Mais bien le fait de les fuir. Que c'est dégradant! Pourquoi ne sont-ils pas restés bien sagement dans leur village?  On viendra encore lui reprocher de faire du zèle mais tant pis!
"Arrête ton machin, l'arc-en-ciel!" rugit-elle . "Je vais leur faire passer l'envie de griller leur impératrice, moi!"
Et pourtant la monture continue encore sa route! Zora n'en prend pas ombrage pour le moment puisqu'elle se retourne pour créer un bouclier dans les jambes de la monture adverse la plus proche. Un petit tour diablement efficace qu'elle a mis en oeuvre pour la première fois lors de son évasion, quelques jours plus tôt. Et le résultat est à peu près identique cette fois-ci. Un sourire mauvais se dessine sur les lèvres de la rouquine. Un de moins!
"Qu'est-ce que tu attends?" rouspète-t-elle, l'ordre qu'elle a donné à l'adolescente n'étant pas assez vite exécuté à son goût. "J'ai dit stop!"
Bon la suite est quelque peu étrange. Mais Zora croyant fermement que poignarder une gamine dans le dos pendant qu'elle régule l'avancée de leur monture n'est pas très avisé, elle se résout à utiliser une arme parfaitement cruelle mais ô combien efficace. Du moins si elle se fie à des expériences remontant à sa lointaine enfance!
"Ok! Va pour la torture!"
Et ses doigts se mettent alors à chatouiller frénétiquement les flancs de la cavalière...


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptySam 12 Jan - 18:55
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
Comme s’il suffisait de le dire pour que les choses arrivent ! Arrêter Ogn sur sa lancée était loin d’être instantané. Encore moins quand la personne qui le guidait n’avait pas spécialement envie qu’il arrêta sa course. Pourquoi attendre les autres alors qu’ils pouvaient les semer si facilement ? Quel intérêt de faire demi-tour ? La course était tellement plus palpitante ! Elle ne voulait pas laisser partir la sensation enivrante que lui procurait cette course sous adrénaline.

« Arrête, arrête…, c’est bon »

Le souffle court à cause de l’attaque vicieuse de sa passagère, ses mots étaient sans force. Tout comme les mains censées guider le salkhi. Heureusement que la situation ne dégénéra pas plus : la bête incommodée par les mouvements inusuels de ses passagères ralentit l’allure sans chercher à les désarçonner, il y avait après tout Tiha dessus. Petit à petit les poursuivants rattrapaient leur retard, pour ceux non touchés par l’autre attaque de la rousse. C’est à dire, quatre individus bien remontés. Les trois touchés directement, ou indirectement, étaient désormais des points immobiles ou presque dans le paysage.

« Tu veux récupérer une de leur monture, on ira pas si vite après... »

Elle supposait que le combat ne serait qu’anecdotique. Après avoir survécu à l’attaque sournoise de la rousse, elle avait pu remarquer l’état des poursuivants derrière elle. Aucune empathie ne venait entraver ses pensées. C’était eux qui étaient venu les chercher après tout. Elles n’avaient strictement rien fait de mal dans ce village, pas à sa connaissance en tout cas. Ils étaient vraiment trop agressifs.

Le gars au cheval gris, le même qu’avant, essaya encore une fois de lui dire de se pousser du chemin pour pas être blessé tout en exhortant sa monture.

« Je te laisse faire ? Ils en ont après toi. »

Elle détestait se faire voler la vedette, elle ne se permettrait pas d’en faire autant à quelqu’un d’autre. D’autant plus quand elle avait dans l’idée que cette dernière l’aida et que son cerveau était dans le bon état pour agir de façon réfléchi.

Ainsi, Ogn fut positionné face à une troupe de chevaux leur arrivant dessus montés par des hommes et femmes qui s’apprêtaient vraisemblablement à lancer les sorts.
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyMer 16 Jan - 17:24
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

Elle n'est pas peu fière d'avoir obtenu gain de cause même si les moyens utilisés ne sont guère conventionnels. À vrai dire elle pourrait craindre pour sa réputation si celle-ci n'était pas déjà écornée d'un bout à l'autre du continent. Que reste-t-il à sauver? Et puis elle a d'autres problèmes à régler avant de se soucier à nouveau de l'image désastreuse que les gens se sont fait d'elle. Il sera toujours temps de les ramener à la raison plus tard, que ce soit en gagnant leur respect ou... en leur arrachant!

La rouquine cesse donc ses assauts tumultueux sur l'épiderme de l'arc-en-ciel et ancre ses mains sur la taille de cette dernière, l'animal semblant réagir d'une manière qui n'a rien de rassurante. Ce n'est pas le moment de tomber après avoir obtenu de haute lutte le droit de mettre le pied à terre de façon plus... conventionnelle! Ce qu'elle parvient donc à faire quelques instants plus tard lorsque l'imposant animal servant de monture à l'adolescente ralentit puis stoppe sa course sous l'impulsions de sa maîtresse. Elle en profite alors pour observer ses vêtements calcinés et la chair malmenée, en dessous. Le simple fait d'observer les ravages - fort heureusement plutôt légers - du feu semble suffire à raviver la douleur. Et, dans la foulée, la colère de la fanatique qui darde bien vite son regard sur leurs poursuivants.
"Non, je me fiche de leurs montures!" répond-t-elle à sa camarade de fuite. "On va commencer par les massacrer et on avisera pour la suite!"
Si une personne considérée comme sensée par le commun des mortels aurait poussé l'avantage octroyé par la vitesse du Salkhi pour se mettre en sécurité, Zora n'entend pas permettre à ces gens de survivre. Elle aurait pu se satisfaire d'une fuite en bonne et due forme quelques instants plus tôt, oui. Mais le fait que leurs poursuivants aient réussi à la blesser dans sa chaire - et davantage encore dans son ego - l'a pousse désormais à réclamer vengeance. Le concept d'infériorité numérique ne valant rien aux yeux de celle qui se considère comme l'élue d'un dieu, elle ne ressent ainsi pas la moindre appréhension à l'idée de s'attaquer frontalement à la troupe qui s'est mise en tête de les déranger.
"Quand le monde te persécute, tu te dois de persécuter le monde!"
La remarque, glissée à la dérobée, lui arrache un sourire. La disciple de Möchlog lève ensuite sa paume droite en direction du ciel tandis que l'autre effectue quelques gestes travaillés. Un bouclier doré adoptant la forme d'un javelot ne tarde pas à prendre forme tandis que la rouquine est en train de choisir sa future cible. La décision prise, elle le décoche sur le cavalier le plus au centre de la formation. L'arme dorée croise plusieurs boules de feu en pleine course. Un échange de politesse, si l'on puis dire.

Le choc est violent. Presque trop! Le bouclier dressé à la hâte absorbe la première salve mais disparaît bien vite dans une poussière éclatante qui retombe délicatement sur l'herbe tapissant le zone. Comment ces péquenauds arrivent-ils à mettre à mal ses protections arcaniques? La fanatique plisse les yeux tandis qu'une grimace de rage déforme son visage. Et elle doit maintenant composer avec l'apathie de l'arc-en-ciel qui semble-t-il décidé de se poser en simple spectatrice. De quoi arracher un ricanement à la disciple de Möchlog...
"Après nous, tu veux dire!" corrige-t-elle sans grande délicatesse tant cela lui semble évident. "Tu t'es associée à moi! C'est plus que suffisant pour que tu deviennes également une ennemie à leurs yeux! Tu as l'impression qu'ils avaient peur de te blesser - voir de te tuer - tout à l'heure, en pleine course, lorsqu'ils nous décochaient leurs projectiles? Ou qu'ils sont disposés à écouter les explications d'une gamine qui s'est empressée de prendre la fuite en ma compagnie? C'est le moment de te réveiller, l'Arc-en-ciel!"
Une nouvelle salve de flammes, probablement la dernière avant le corps à corps tant désiré par la rouquine, s'écrase sur le bouclier qu'elle a relevé. Ayant eu plus de temps pour le façonner que le précédent, il absorbe avec plus d'aisance les impacts des flammes. Certaines d'entres elles glissent sur la surface miroitante et calcine l'herbe autours d'elles, formant une demi-lune noircie du plus bel effet sur le sol verdoyant.
"Nous sommes dans le même camp!" conclue-t-elle. "Et tu n'as pas le loisir de rester oisive! Pas quand je peux faire de toi l'instrument de ma vengeance!"
Zora dévie alors une partie de son énergie au bout de la main qu'elle tend à présent en direction de son improbable alliée. Un mince fil composé de pure magie ne tarde pas à la relier à l'adolescente. Sait-elle seulement se battre? Ce qui est sûr, c'est que la fanatique lui donne à présent les moyens de se dresser face à leurs poursuivants! Mais a-t-elle l'étoffe d'une guerrière ou se contentera-t-elle d’œuvrer pour un pacifisme qui n'a plus la moindre raison d'être au vue des circonstances?


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptySam 9 Fév - 16:52
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
Visiblement, les motivations de la rousse étaient toutes autres que ce qu’elle avait supposé. Aucun côté pragmatique. Du moins, pas celui auquel avait pensé Tiha. Les mots qui sortirent de la bouche de Zora frent immédiatement sens, trouvant écho dans des mois de réflexion. Quel meilleur moyen de se faire comprendre par des brutes, des destructeurs et autres nuisibles de la société, que de parler leur langage ? Malheureusement, il en existait aussi chez les my’trans. Elles en avaient un bel exemple sous les yeux. Un bien vivant et énergique.

Naturellement, il ne pouvait venir que pour sa passagère. Il était donc logique de la laisser s’en occuper. Sauf que la rousse lui expliqua que non. Encore une fois, sa logique prit le dessus sur celle de Tiha qui n’était pas vraiment habituée à raisonner de cette façon ou de l’autre. Passant outre le « gamine » et ne prêtant pas plus de valeur à une éventuelle instrumentation, elle entra dans la danse entraînée par un mystérieux regain d’énergie.

Sans rien dire à personne, comptant sur l’effet de surprise et le doute qui devait toujours habiter les attaquants encore debout devant elle, elle courut plus vite que jamais à leur encontre avec Ogn sur ses talons. Il était tout simplement impensable de la laisser seule en situation de danger. Les cavaliers s’écartèrent pour la laisser passer alors que leurs montures continuaient de charger.

« Vite, mets toi derrière nous ! »

Eux n’avaient pas de Salkhi. Il fut aisé une fois derrière eux de tracer un arc de feu dans les airs sans qu’il ne fut paré par les adeptes de Suns. Ce qui permit d’en désarçonner plus d’un violemment. Et de voir certain passer sous les bestiaux de leur camarade. Ce n’était ni coordonné, ni précis. Impossible de voir comment son alliée s’en sortait.

« Tu ne sais pas à qui tu as à faire ! »

Les choses s’accéléraient. Elle faisait maintenant face à la même personne qui pensait la secourir plus tôt. Maculée de poussière et de sang, elle était pourtant prête à se battre. Pas d’arme si ce n’est ses poings et ses pieds en feu. Toujours pleine de l’énergie inconnue, l’adolescente se munit des mêmes armes avant de se lancer dans la lutte.

« Toi non plus. »

Les coups s’enchaînèrent. D’un côté guidé par l’expérience de terrain et de l’autre par la jeunesse décuplée. En d’autres circonstances, la benjamine ne s’en serait pas aussi bien sortie, aurait probablement perdu sous la précision des coups. Mais les Architectes étaient de son côté, en plus de l’aide physique, son esprit n’avait jamais été aussi posé, clair.

« Tu vois, tu ne savais pas. Mais tu te rappelleras. »

Pas de ses mots, la femme était inconsciente, mais de leur rencontre. Ses yeux se détournèrent de l’inconsciente pour s’intéresser de nouveau à ce qui l’entourait. Ogn se tenait toujours non loin d’elle. Elle l’avait vu s’agiter à plusieurs reprises lors de son combat. Sûrement protégeant ses arrières. S’était maintenant à son tour de s’assurer qu’il n’était pas blessé en passant les mains sur ses flancs et vérifiant son regard.
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyDim 10 Fév - 7:00
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

Ses jambes cèdent et elle se retrouve agenouillée sur le sol.  Ses halètement se mêlent à celui de l'homme allongé à ses côtés. Elle tremble. Lui aussi. Unis dans la douleur et, d'une certaine façon, dans leurs destinées. Ou plutôt dans un fragment précis de leurs destins respectifs. L'une l'aura emporté sur l'autre. Une vie s'arrête et une autre continue. Quoi de plus naturel? Quoi de plus... logique? Le regard ambré croise celui, azuré, de l'inconnu. Au-delà de la haine que la rouquine devine dans son éclat, il y a également une supplique. Elle lâche un soupir las puis acquiesce doucement.

Elle retire l'acier de ce corps vaincu et permet au fluide vital de s'écouler avec violence sur la plaine tapissée d'herbe. La colère s'amplifie et réveille la douleur que sa magie n'arrive plus à contenir. Mais ce n'est pas la souffrance qui l'effraie mais plutôt les regrets qui s'insinuent en elle. Combien faudra-t-il encore de morts? Combien de ses frères devra-t-elle abattre avant que les my'träns acceptent l'évidence? Devra-t-elle les exterminer jusqu'aux derniers pour obtenir enfin ce qui lui revient de droit?

La fanatique laisse choir sa terre en arrière, vers les cieux qui annoncent l'arrivée de l'obscurité. Elle cherche les réponses qui lui font tant défaut dans les nuages ou les oiseaux qui survolent avec impassibilité le champ de bataille. Ce n'était pas un combat. Plutôt un massacre. La bonne volonté ne suffit pas toujours. Et celle de leurs assaillants n'aura pas suffit à compenser la différence de niveau.
"C'est ça, fuyez!" lâche-t-elle d'une voix ponctuée d'émotion. "Vivez pour mieux vous prosterner!"
Elle baisse finalement le regard et hoche tristement la tête avant de jeter au loin sa lame. Un mouvement qui lui rappelle à nouveau l'existence des plaies ou des brûlures sur son corps. Ses poings se serrent, animés par sa propre faiblesse. Puis elle finit par dissiper le sort qui la relie à l'adolescente. Son énergie, elle la focalise désormais sur sa propre guérison. Mais cela sera-t-il suffisant? Ses yeux se posent presque naturellement sur la lettre qui macule le dos de l'une de ses mains...
"Tu es douée!" souffle-t-elle à son alliée. "Sacrément douée, même!"
La rouquine observe à présent la femme en devenir sous un nouveau jour. L'intérêt s'est joint à la curiosité. Et probablement une part de reconnaissance. Seule, elle n'aurait jamais pu se débarrasser de ces assaillants. L'aide de la gamine n'aura pas seulement été précieuse. Elle aura été vitale! Et cela, même l'ego de la fanatique de Möchlog doit bien le reconnaître.
"Ai-je gagné le droit de connaître ton prénom, finalement?" lui demande-t-elle. "Ou peut-être que tu préfères que je commence..."
Elle acquiesce, prenant le silence qui lui répond comme un oui. Puis elle s'appuie sur le cadavre qui lui tenait compagnie pour se redresser. Elle contemple alors un instant les alentours et les corps tantôt calcinés, tantôt perforés qui dénaturent les lieux. Oui, cette fille s'est montrée efficace. Et pas uniquement à cause de la force qu'elle lui a insufflée pour se battre. Elle reconnaît le talent. C'est peut-être ce qui la pousse une nouvelle fois à se montrer honnête?
"Zora Viz'Herei! Paria à ses heures perdues et future Impératrice de My'trä!" glisse-t-elle avant de se fendre d'un sourire. "Même si je vais d'abord commencer par devenir la Reine des Kharaals..."
Elle lâche un vague rire amusé, consciente qu'il y a peu de chances que la gamine lui réponde autrement que par du mépris. C'est ce qu'ont fait tous les gens à qui elle a parlé de cela jusqu'à présent. Hormis Althéa. Mais Althéa est peut-être la seule personne qui arrive à la comprendre...
"Tu as le droit de te moquer, vas-y!" l'encourage-t-elle, ne se faisant guère d'illusions. "Mais seulement après m'avoir donné ton nom!"
Cette gamine lui insuffle un vent de fraîcheur bienvenue. Elle ne saurait dire pourquoi. Ou comment. Mais sa présence est distrayante, c'est un fait. Elle lui fait un peu oublier les affres d'un monde hostile. La rouquine finit par se redresser avant de tituber, affaiblie par les blessures autant que les efforts consentis pour manier la magie.
"Merci!"
Le mot est faible. Presque inaudible. Mais si les mots peuvent mentir, les regards ne trompe pas. Et celui de Zora exprime bel et bien de la gratitude. Qui sait ce qu'il se serait passé si la gamine avait décidé de prendre le parti de ses adversaires? Pourquoi ne l'a-t-elle pas fait, d'ailleurs?


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Tiha Ludost
Tiha Ludost
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyJeu 7 Mar - 9:09
Irys : 218747
My'trän +2 ~ Zolios
À peine sortie de cette confrontation brutale, elle se prenait un autre choc de face. Quelques mots suffirent à la replonger vers ce dilemme qu’elle fuyait depuis des mois. Cette question que les gens n’avaient de cesse de lui poser et à laquelle elle ne voulait pas répondre : comment s’appelait-elle ? Elle n’avait pas d’autre nom que celui de sa famille. Et une position par rapport à cette dernière. Ce qui n’avait aucun sens pour un membre extérieure au clan mais en avait beaucoup pour elle et ses membres. Sauf que, même si les étrangers l’ignoraient, elle ne souhaitait plus être lié à eux. Elle n’avait pas l’envie d’expliquer les raisons de cette absence de nom que tout le monde possédait par ailleurs. Pas plus qu’elle ne souhaitait donner Tiha comme prénom comme elle le faisait régulièrement. Pas cette fois, pas face à cette femme, qui le sentait-elle, avait son destin lié au sien. Son esprit plus éveillé que jamais lui faisait clairement voir ici sa chance de se démarquer, d’accomplir quelque chose de grand grâce à  Zora Viz'Herei. Peu importe que cette histoire d’Impératrice soit réalisable ou non.

« Je n’ai jamais eu de nom à moi. Mais tu peux m’en prêter un. »

Son coeur battait à la chamade. Encore plus assourdissant que lors de son affrontement si récent. Ce moment était important, décisif : elle commettait un sacrilège, c’était un tournant définitif dans sa vie. Le « prêt » ne pouvait masquer ce premier vrai pas vers la sortie de son clan : elle allait avoir un nom à elle ! Impossible de se mentir ou de l’ignorer.

Tellement prise dans son tourbillon de pensée, retrouvant un peu de son comportement habituel, elle ne prêtait pas attention au sang sur son interlocutrice ou sur ses difficultés à tenir debout. Ni même au fait qu’elles ne devraient pas rester là au milieu de corps d’humains et autres. Qu’inévitablement ceux ayant fuit reviendraient, plus nombreux, plus féroces et déterminés. Heureusement qu’il y en avait un qui ne souhaitait pas s’attarder. Doucement, Ogn vint pousser l’épaule de sa maîtresse avec son museau. À plusieurs reprises.

« Tu veux remonter avec moi ? »

Les joues encore rouge de l’émotion, la jeune fille ne détournait pas pour autant le regard. Ou alors juste pour faire le tour du regard pour la première fois, ou ce qui semblait être la première fois, du champ de bataille les entourant : les seules montures restantes à part le salkhii étaient mourantes ou déjà  mortes. La rousse n’avait donc que peu d’option : ses propres pattes ou celles du quadrupède. La question n’était pas pour autant posée de façon rhétorique, elle attendait une réponse. Comme une autre confirmation du lien qui les unissait. Même Ogn sage à ses côtés l'avait bien capté.
Voir le profil de l'utilisateur

Zora Viz'Herei
Zora Viz'Herei
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés EmptyJeu 7 Mar - 12:23
Irys : 2312204
Profession : Nécromancienne (en formation)
My'trän -3

Aucune moquerie... Zora entrouvre la bouche de surprise lorsque la gamine lui avoue qu'elle n'a pas de nom! Elle semble pourtant éduquée ou du moins accoutumée à la présence des humains. Quel genre de parents n'offrent pas un prénom à leurs enfants? La rouquine suppose que l'adolescente lui joue un tour, qu'elle cherche simplement à plaisanter. Ou peut-être qu'elle ne souhaite tout simplement pas lui divulguer son identité. Après tout elle a peut-être déjà entendu parler d'elle quelque part et estime plus sage de la taire. Mais le regard que l'inconnu aux cheveux colorés balaie presque immédiatement ses doutes. Serait-ce... de l'espoir dans ce regard?

Sans réellement comprendre pourquoi, la fanatique est emplie d'une certaine forme d'émotion. De la compassion? Non, ce n'est pas son genre. Mais peut-être une forme d'altruisme qui la pousse à vouloir réconforter cette fille qui semble abandonnée? Ne serait-ce que pour la similitude qu'elle perçoit à présent entre elles. Comme si Möchlog lui ordonnait de la guider vers la lumière. Aucune rencontre n'est due au hasard, elle le sait. Mais le destin les a peut-être réunies pour une bonne raison!
"Je vais faire mieux que t'en prêter un! Je vais te le donner!" glisse-t-elle solennellement "À partir de maintenant tu t'appelleras Ül!"
Un nom aux belles consonances mais dépourvu de sens. Elle guette la réaction de sa cadette en espérant percevoir une lueur de satisfaction. Mais la monture de l'intéressée vient perturber cet échange et rappelle ainsi à la disciples de Möchlog qu'elles n'ont pas véritablement le temps de converser. Une constatation qui aura également frappée Ül puisque cette dernière lui propose de poursuivre en sa compagnie.
"Ce qui ne tue pas rend plus forte..." soupire-t-elle, considérant l'animal. "C'est reparti pour la chevauchée fantastique!"
Un choix dicté par le bon sens, la nécessité mais aussi le désir d'économiser les faibles forces qu'il lui reste encore. Et puis également l'intérêt qu'elle porte à ce diamant brute ne demandant qu'à être taillé. Mais cette fille veut-elle seulement l'adopter en retour? La laisser la guider sur la voie de la véritable sagesse et vers une puissance dont elle pourrait se montrer digne? N'est-ce qu'une illusion ou une réelle possibilité? Comment le découvrir autrement qu'en essayant?

Difficile de dire combien de temps elles mirent par la suite pour rejoindre ce point d'eau aux confins du territoire zolien. Mais la fatigue accumulée et le soleil déclinant ne leur a de de toute façon guère le choix. C'est avec un certain soulagement que la rouquine glisse ses pieds dans l'eau fraîche avant de se pencher plus avant sur ses blessures. Regrettant une nouvelle fois sa perte d'aptitude, elle finit par tourner le regard en direction de sa camarade improvisée.
"Ül?" la hèle-t-elle. "Si tu as faim tu trouveras de la viande séchée et un peu de pain dans ma besace!"
Un partage équitable mais, surtout, mérité. Elle a fait ses preuves malgré son jeune âge. Et sans elle, la fanatique n'aurait peut-être pas pu profiter des instants qu'elle est encore en train de vivre. Les remerciements ne sont pas son genre. Mais leur absence serait trop flagrante et peut-être mal perçues. Dans le doute, autant rendre à Möchlog ce qui appartient à Möchlog!
"Tu veux bien me parler un peu de toi?" ajoute-t-elle, animée par une sincère curiosité. "Mais avant, si tu es blessée tu ferais bien de me laisser jeter un petit coup d'oeil!"
Elle n'a même pas songé à sonder le corps de sa partenaire, trop occupée qu'elle était à se soucier du sien. Elle promène son regard sur le corps de l'adolescente à la recherche d'une éventuelle plaie ou d'une attitude suggérant la présence d'une gêne. Il s'agit de ne pas la laisser mourir pour le moment...


Le gang des cheveux colorés 1547203393-zora-1

Zora s'exprime en: #8FBC8F (darkseagreen)

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Le gang des cheveux colorés Empty
Le gang des cheveux colorés Empty