Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Rathram
Page 1 sur 1


 La science au service du Diable

Ludwig Strauss
avatar
Sam 10 Nov - 22:23
Irys : 1044087
Profession : [Officielle] Propriétaire d'industries de l'armement [Officieusement] Baron du crime
Daënar -2


On disait qu’elle était intelligente et rusée. On parlait d’un esprit inventif et d’un talent certain pour les sciences obscures et mystérieuses de la chimie. Les petites gens, eux, racontaient parfois qu’elle était folle, manipulée par quelques curieuses forces occultes qui lui donnaient cette inspiration fiévreuse qui l’aidait à inventer ces étranges décoctions dans les tréfonds de son repaire. On racontait qu’elle n’aurait rien d’humain, toujours cachée sous un épais manteau et un masque plus sordide que le faciès de Möchlog dans l’imaginaire local des daënars les plus superstitieux. Certains affirmaient même qu’elle devait sans doute cacher d’horribles mutations, fruits de ses expériences dérangées. Écailles, pelage hirsute, peau gangrenée et couverte de cloques et même quelques esprits un peu trop imaginatifs qui parlaient de fantôme possédant les habits de docteur pestiféré.

Les rumeurs, les rumeurs. Voilà pourquoi Ludwig les trouvaient si intéressantes tout en les prenant avec des pinces. Elles étaient trompeuses et souvent exagérées, mais toute légende avait son fond de vérité, quelque part. Sous les épaisses fumées noires et aveuglantes se trouvait toujours un feu ardent et révélateur. Un fond de vérité. Surtout l’ingéniosité de l’intéressée. Mais n’y’avait-il pas assez de savants et génies à Cerka pour ne s’intéresser qu’à cette personne si peu recommandable ? La raison était simple mais importante. Le Baron désirait faire appel aux services d’une personne qui n’avait aucun souci d’éthique et d’humanitarisme, mais surtout quelqu’un qui devait sans doute agir dans l’illégalité, ou du moins être assez flexible dans ses principes pour plonger les pieds dans des affaires louches et souvent très mal-vues par le gouvernement et leurs chiens de garde.

En conclusion, quelqu’un qui se ferait une joie de répondre à son désir particulier pour peu qu’il soit appâté par l’argent promis par le fortuné mafieux, ou toute autre rémunération désirée et détenue par Ludwig.

Récolter des informations sur la localisation du scientifique débridé et ses activités ne prit guère énormément de temps, l’individu ne dressant pas de mesures de discrétion aussi strictes que celles de la police secrète daënare. Après avoir déterminé tout ce qu’il fallait savoir sur la dénommée Azercyn, il était temps d’entrer en contact avec elle.

~~~

La rue était calme, les passagers peu nombreux. Le quartier n’était pas des plus resplendissants en comparaisons avec les zones plus peuplées et agréables de la grande cité de la science. Un gamin solitaire faisait des rondes innocentes à travers les ruelles sur sa bicyclette grinçante. Visage crasseux, nez humide, vêtements tachés et casquette sur ses cheveux roux, on avait le parfait spécimen du gamin qui passait plus de temps à jouer qu’à se plonger dans ses livres, chose assez mal-vue à Cerka où les études étaient élevées au rang de véritable religion ! Donc quelqu’un qui n’attirait clairement pas l’attention. Un parfait coursier.

L’enfant avait une mission très simple : remettre un message au docteur au masque d’oiseau. Rien de bien compliqué pour l’esprit d’un simple enfant. Bien entendu, il fut sceptique et peu intéressé au début, mais le sbire de Ludwig qui s’était chargé de la communication se montra très convainquant en gavant le bambin de friandises tout en lui promettant de lui en fournir d’autres s’il remplissait sa tâche.

Le garçon s’arrêta devant la demeure citée par le mystérieux bienfaiteur et jeta le paquet en carton après avoir fait assez de bruit pour attirer l’intention de la maîtresse des lieux. Sans demander son reste, le garçon s’évanouit dans la brume qui gagnait les lieux.

Le paquet en question contenait un bien étrange contenu. Une liasse d’irys, quelques roses au parfum exquis mais surtout une lettre contenant une invitation vers un café local, sans signature. Les lettres étaient de formes différentes, chose qui signifiait que l’auteur désirait ardemment garder son identité secrète, même son style de calligraphie. La question était : est-ce qu’Azercyn serait assez curieuse pour répondre à cette invitation inédite ?


 X 8
Voir le profil de l'utilisateur

Azercyn Gwendelia
avatar
Mar 13 Nov - 10:30
Irys : 99987
Profession : Chimiste
Daënar -2
Aujourd'hui encore, la mange-rouille était écraser sur sa table, ronflant lourdement complètement écraser par une nuit de travail et d'études, encore une fois elle c'était endormie sans s'en rendre compte, autour d'elle différent précipité de différente couleurs étaient dans diverse fiole, a quoi donc pouvait-elle travailler cette fois ? Une nouvelle substance révolutionnaire ? Une chose était sure elle travaillait beaucoup trop.
Elle fut néanmoins réveiller par ces odieux mouvement de vers dans son crâne, donnant un coup de poing sur sa table en se redressant les cheveux complètement chaotique, Azercyn se dirigea lentement vers ce qui lui servait de salle d'eau, remplissant une bassine d'eau glacé elle vint plonger sa tête dedans pendant une bonne minute avant de s'essuyer le visage en grommelant. Saloperie de vers ! Saloperie de parasite qui prenait un malin plaisir a la torturer en permanence.

Etant désormais bien réveiller, la chimiste se dirigea cette fois vers le fond de son atelier ou se trouvait ses produits finit, malgré le capharnaüm qui régnait dans l'atelier, la marche-cuivre était très organisé à sa manière, elle savait ou trouver tout ce dont elle cherchait et c'est ainsi qu'elle vas lentement découvrir son bras qui était marquer d'une marque de piqûre qui commençait à s'infecter depuis plusieurs semaines et qui rendait sa chair nécrosé, attrapant une seringue remplie d'un liquide jaunâtre, elle vint doucement faire glisser la pointe dans le troue infecter, frémissant de douleurs mais aussi d'un étrange plaisir masochiste elle fit couler le liquide dans ses veine en soupirant de satisfaction. Lachant un râle de plaisir quand elle retira l'aiguille avant de venir désinfecter la seringue, afin de pouvoir la réutiliser à l'avenir. La Mange-rouille entendis un étrange bruit venant de devant sa porte. Enfilant son masque elle vint vérifier que personne ne lui tendait de piège, puis venant ouvrir les quatre verrous qui scellait sa porte en prenant soin de désactiver les pièges qui pouvaient se déclencher en ouvrant la porte, Azercyn découvrit un paquet au sol qu'elle ramena rapidement dans son atelier avant de refermer sa porte.

Lentement elle vint vérifier sous toutes les coutures le paquet récupérer, vérifiant bien qu'il n'était pas piégé elle vint doucement l'ouvrir, venant découvrir son étrange contenue. Une étrange liasse d'irys, quelque belle rose, mais surtout une lettre anonyme ! La personne conviait la mange-rouille à un café local, mais cette attention particulière à œuvrer sans qu'on puisse remonter sa piste illumina les yeux de la chimiste ! Cette personne était surement quelqu'un ayant compris ce qui se tramait a Cerka ! Elle avait peur que le gouvernement ne l'attrape ! C'était forcement cela ! Ainsi elle avait trouvé un allié en ces lieux ! Ainsi elle vint rapidement se rendre dans le café à l'heure que conviait la lettre. Bien sûr tout le monde la fixa avec surprise, la femme masquée attirait toujours les mêmes regards accusateur, ces regards qui la pointaient du doigt en disant qu'elle était démente !

Venant s'asseoir dans un coin à l'écart elle resta patiente, ne commandant rien et de toute façon elle n'avait pas confiance dans ce qu'on pouvait lui donner. Vérifiant constamment à droite et à gauche que personne ne tenterait quoi que ce soit contre elle, la femme masquée avait dans sa poche interieure de nombreuse fiole pouvant se montrer dangereuse dans les mains d'une femme expérimentée et bien sûr Azercyn en faisait partie.
Voir le profil de l'utilisateur