Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 On l’appelle Chafouin

George "Chafouin" Deckter
George
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin EmptyDim 13 Jan - 22:27
Irys : 514998
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2
George "Chafouin" Deckter



Passeport


Nom : Deckter
Prénom : George
Surnom : Chafouin
Sexe : Masculin
Âge : 38 printemps
Métier : Homme à tout faire
Communauté : Daënastre - Le Tyorum
Lieu de naissance : Skingrad



Aptitudes & possessions

  • Armes et habiletés : L'équipement de base de Chafouin se compose : 

    -d'un revolver de petit calibre à six coups rangé dans un holster d'épaule,

    Spoiler:
     

    -une lame de combat de 30 cm habituellement fixée à la ceinture.

    Spoiler:
     

    -Il dispose en plus de cela de deux gants-grappins dynamiques.

    [ajout rp]-Un pistolet magnum

    -Son dernier petit atout réside en deux chevalières l'une au majeur de la main droite et l'autre à l'index de la main gauche, respectivement nommées diplomate et doc. Diplomate contient en réalité un minuscule surin dans la pointe trompe dans une neurotoxine paralysante, doc quant à elle contient la capsule d'antidote nécessaire pour soigner les effets de diplomate.

     Ce matériel est complété par les aptitudes martiales de Chafouin, ancien vétéran de la marine et roublard des cités, il a l'habitude des combats rapprochés, toute l'ergonomie de son équipement est ainsi pensée pour rendre le combat rapproché aussi aisé que possible, à savoir qu'il se sert autant de ses grappins comme un moyen d'échappatoire que comme une arme, étant un tireur assez moyen il privilégie d'avantage le couteau au revolver. De part sa expérience maritime militaire, il est très doué en abordage et à déjà accompli avec succès plusieurs combats contre des pirates, ancien voyou, il est aussi adepte de combat à mains nues et a déjà remporté deux fois un trophée de lutte à Prorig. Ses autres connaissances militaires incluent le maniement et rechargement de fusils, canon ou mortier militaire, mais cela se cantonne à des savoirs basiques en la matière. De manière générale au combat, il est extrêmement vicieux et n'hésite pas à user de tous les coups bas pour s'assurer la victoire, il analyse aussi rapidement les situations et possède un esprit tactique assez vif pour se sortir des situations désespérés. Ses principales faiblesses en revanche sont de ne pas maîtriser le combat à moyenne-longue distance.
  • Familiers/montures : /
  • Autres possessions : Il possède un bureau de travail à un étage nommé "le cabinet de Chafouin" situé sur le port de Prorig ce lieu contient tous ses effets personnels ainsi que l'indispensable de vie quotidienne.




Profil psychologiqueCet homme-là voyez-vous, c'est un sacré lascar, un débrouillard comme on en fait plus, vicieux, cupide, prêt à tout pour assurer sa survie et sournois ne sont là que quelques-unes de ses meilleurs qualités, mais il possède aussi quelques défauts ne vous en faite pas! Comme la passion de l'alcool et un tabagisme modérée. De manière générale, Chafouin est une personne assez nihiliste, très désabusé de la vie qui a énormément de mal à faire confiance, son caractère bourru ne lui a jamais permis de forger des relations stables ou d'avoir véritablement de personnes qu'il pourrait appeler "ami" ou même de relations amoureuses, valeurs qui le répugne d'ailleurs au plus haut point. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser Chafouin n'est pas qu'un mauvais bougre, il reste assez apprécié des gens avec qui il travaille ou protège pour son professionnalisme et son savoir-faire ainsi que sa discipline toute militaire, il dispose aussi d'un humour très acide associé à son nihilisme qui au mieux pourrait vous faire rigoler ou au pire vous provoquer une gène immense selon vos valeurs, son répertoire de blagues vaseuses contient autant les jeux de mot que la scatophilie en passant par des noms d'oiseaux toujours plus élaboré, car bien qu'il vienne d'un milieu très populaire Chafouin adore les belles phrases, les citations bien tournés ou les mots d'esprit, il cherche toujours à accroître son vocabulaire et à adapter son phrasé pour en faire sa meilleure arme car comme il le dit souvent "un mot nécessitera l'effort de boire alors qu'un balle vaudra l'effort de creuser une tombe." 

Paradoxalement à la société dans laquelle il vit c'est quelqu'un de très superstitieux en partie due au fait de son manque d'éducation, il a l'habitude de penser que la moindre défaillance mécanique est soit logiquement causé par des gremlins quand ce n'est pas directement l'influence des architectes eux mêmes, concernant ses croyances religieuses Chafouin, étant nihiliste ne pense pas vraiment en l'intervention d'une puissance divine guidant la destiné de chacun dans un but supérieur, il est aussi très pragmatique et a beaucoup de mal à croire en quelques choses qu'il n'aurait pas vu ou expérimenter lui-même, bien qu'il ne s'estime pas particulièrement croyant, il admet et reconnait l'existence des architectes et de leurs larbins par la connaissance des livres qu'il a lu sur eux mais considère leur existence au même niveau que celles des catastrophes qu'on ne peux expliquer, comme les tsunamis, les ouragans, la malchance aux cartes ou la chaude-pisse.

Politiquement ayant grandi dans un état très patriotique, il considère bien entendu Daênastre comme infiniment supérieur à My'trä bien qu'il n'ait jamais été dans ce pays pour comparer les deux système de vie, mais il n'est pas dupe, il connait bien le système et ses politiques pourries et corrompues jusqu'à l'os et n'a aucun mal à s'imaginer que cela doit être pareil de l'autre côté de l’océan. Cependant, ce qui le conforte à penser en la supériorité de son pays reste son niveau technologique supérieur, il est convaincu que la science et l'industrie sont le moteur d'une société heureuse et bien développée, bien qu'il considère que toute technologie contenant de la magilithe est contre nature et risque de mener à la perte son pays, cette pensée est en grande partie motivé par sa superstition et sa méconnaissance des capacités réelles du cristal magique. 

Sa carrière militaire l'a aussi laissé un spt (syndrome post-traumatique) léger, qui ne le handicape pas dans sa vie quotidienne mais rendent ses nuits de temps en temps agitées. Étant de nature assez extravertie, il possède de nombreux tics, volontaire ou non, paupière qui tremble, un œil ouvert en grand la pupille dilatée et l'autre à demi-fermé, les mains qui se serrent, tapotant la table ou la jambe tremblante sont aussi des signes récurrents de stress chez Chafouin.

Enfin sa dernière caractéristique et sans doute la plus importante, les surnoms. Tout d'abord vous aurez sans doute remarqué qu'il se fait appelé Chafouin et uniquement Chafouin, quasiment personne ne connait ou n'a découvert son vrai nom, pas qu'il cherche particulièrement à le cacher ou qu'il recèle un secret particulier mais c'est plutôt une habitude qu'il a acquis quand il était tout petiot, depuis il garde seulement ce surnom pour le définir, éventuellement il pourra donner son vrai nom à une personne de confiance, chose qui ne s'est bien entendue jamais encore produite. Cette attrait aux surnoms ne touche pas que sa personne, quoi que vous puisez dire, quoi que vous puisez faire, il finira toujours par vous trouver un surnom bien à vous, inutile de chercher à retarder l'inévitable en en dévoilant le moins sur vous ou en dissimulant vos manières, il sera à l’affût du moindre tic, du moindre indice pouvant vous attribuer ce surnom définissant pour lui toute votre personnalité. Vous pouvez toujours vous plaindre et lui dire que vous trouvez ce surnom ridicule, dégradant ou insultant et il finira peut-être par seulement vous appeler par votre vrai nom.

Éventuellement.



PhysiologieChafouin du haut de ses trente-sept printemps est un petit homme de taille assez moyenne, mesurant la bagatelle d'un mètre soixante-et-onze, il possède en revanche une musculature bien développée ce qui lui donne une apparence assez trapue, malgré cela il reste une personne en santé respectable, bien qu'il ait plusieurs vices comme l'alcool ou le tabagisme, il s'hydrate régulièrement et se lave tout aussi souvent en plus d'une activité physique régulière ce qui limite les impuretés de peau de son visage buriné. Son visage quant à lui est assez brute de pomme et on lui donnerai facilement dix ans de plus avec une pilosité très importante, décolorée depuis qu'il est tout petit, des yeux bien rentrés dans leurs orbites, des sourcils épais et une vilaine balafre parcourant le coté gauche de son visage du front jusqu'au menton, il n'est pas particulièrement avenant et rajouté en plus de cela le visage de marbre froid qu'il porte en permanence pour éviter l'attention des autres, cet aspect froid est totalement volontaire et assumé par Chafouin car il n'a aucun mal à se montrer souriant et à l'aise quand il est en bonne compagnie ou en discussion d'affaire. Il est légèrement voûté quand il se déplace, mais a le pas léger, il possède aussi des mains assez larges, le genre à vous donner l'impression qu'il vous arracherait l’œil en vous donnant une baffe. Au niveau de la voix, il produit un son très nasillard et graveleux faisant penser à une pierre descendant une pente, il force beaucoup la voix sur les sons en "et", elle fait penser aux méchants qu'on pourrait retrouver dans les contes et série, une voix vicieuse, celle d'un homme peu recommandable qui fait fuir les enfants.

Cette apparence est complété par une tenue assez sombre, un pantalon serré, une veste kaki sombre avec un numéro "2013" qu'il a gardé de son passage de l'armée sont complétés par un keffieh qu'il garde autour du cou, au dessus de sa veste militaire il porte soit des chemises hors de prix généralement acquises de manière pas vraiment légale ou alors un débardeur pour les jours de disette, il a l'habitude de porter un holster autour de l'épaule gauche pour dégainer rapidement, il porte aussi une ceinture avec un couteau accroché dessus ainsi que trois sacoches contenant au choix, des bandages de premiers secours, de l'argent, des munitions ou babioles diverses, il porte régulièrement ses gants grappins dont le mécanisme est suffisamment miniaturisé pour ne pas se douter de leur utilité première par dessus lesquelles il porte ses deux chevalières, diplomate et doc.



Biographie


Petite précision avant de commencer, sachez que la biographie est résumé en deux partie, une partie plus contextuelle et une partie sous la forme de flashback pour vous imprégner un peu mieux de la psychologie de Chafouin, si un texte aussi important vous rebute, ne vous inquiétez pas, les deux parties ne sont pas dépendantes l'une de l'autre et vous n’êtes pas obligé de lire les deux, mais rien ne vous en empêche si vous êtes bien motivé et curieux, sur ce bon courage et bonne lecture. ^^

Voici la vie de Chafouin, un homme simple ayant toujours souhaité vivre simplement dont un monde où la vie se bornait à être compliquée, enfant, il n'a jamais su dire où il avait pu naître ni qui était sa famille, son enfance, de plus loin qu'il puisse s'en souvenir a débuter dans les rues sales et abandonnées par l'espoir de Skingrad, il n'avait aucun parent, pas d'oncles, de tantes ni de grands-parents ou même de frères ou sœurs sur qui compter, tout ce qu'il connaissait c'était son nom et son prénom, George Deckteur dont les plus vieux du quartier le nommait, comment en étaient t'ils au courant? Il ne le sut jamais mais de toute manière cette dénomination se transforma assez rapidement en ce surnom qu'il garderait toute sa vie "Chafouin" et qui lui tiendrait lieu de seule appellation connue pour ses compères, ce surnom évidemment, il ne se l'était pas approprié lui-même, il l'avait gagné de la part des plus vieux et des adultes du quartier pourri où il avait grandit, c'était en grande partie son esprit sournois et sa débrouillardise qui lui avait valu ce surnom, il n'était jamais aller à l'école, tout ce qu'il avait appris c'était par "l'école de la vie" la rue elle-même, qui méritait d'être craint et qui méritait de se faire martyriser, comment apprendre à bien se battre et savoir quand il faut se la fermer pour éviter de se faire chopper par les grands ou la police et surtout comment voler sans se faire prendre. Tout ce qui était nécessaire à la survie d'un gamin d'une dizaine d'années, Chafouin l'apprit, mais il aurait pu rester durant longtemps un simple voyou survivant uniquement de petites combines et de coups fourrés.

Mais un jour au cours d'une altercation il rencontra un garçon, celui-ci était plus éduqué que les gens de la rue, allait à l'école et possédait une vraie famille, il s'appelait Joseph, malgré leurs situations et leurs caractères diamétralement opposé, les deux garçons se lièrent d'amitié, Chafouin protégeait Joseph des gamins voulant profiter de sa faiblesse pour lui subtiliser ses friandises et en retour il lui appris quelque chose que la rue n'aurait jamais pu lui apporter: la lecture et l'écriture.
Pour Chafouin, c'était une véritable révolution, pour lui, le monde se résumait à son quartier miteux et aux murs qui entouraient la ville, mais grâce à ce savoir, il découvrit grâce aux livres que le monde se révélait immensément grand, il possédait des plaines de minuscules graines jaunes à perte de vue, des lacs si immenses qu'on ne pouvait croiser l'ombre d'un navire à des centaines de kilomètres à la ronde. Mais aussi des rangées de pierre si monstrueuses qu'ont jurait qu'elles touchaient les cieux. Tout ce savoir fascinant l'enfant qu'était Chafouin mais il apprit bien vite que le monde n'était pas aussi beau qu'il l'imaginait, le tulaan khonzo était terminé depuis une dizaine d'années environ mais les rancœurs contre les My'Trâns étaient restées fortes et touts les journaux ou livres qu'avait pu lire Chafouin dépeignait les mages comme des marionnettes sans volonté exécutant seulement la volonté de ces monstres tyranniques appelés architectes, ces dieux du néant envoyait leurs patins chasser les humains qu'ils jugeaient "impurs", ces anomalies, elles-mêmes perverties par le contact avec la magilithe qui les transformaient peu à peu en monstres décérébrés ne vivant que pour subir le cruel destin de se faire abattre par les régisseurs et leurs chiens de chasse les gardiens. Cet état de fait horrifiait autant Chafouin qu'il éprouvait de la pitié pour les mages, quelle folie avait t'ils eu à vendre leur humanité à ces dieux impitoyables ! Il les estimait responsable de la prolifération de la magilithe, ce minerai terrifiait Chafouin depuis le jour où il avait vu une photo d'un humain en phase terminale d'une infection de magilithe dans un journal, savoir de plus que les nouvelles technologies employaient de plus en plus de ce cristal ne le rassurait pas plus et il fuyait chaque rumeur de la présence de ce cristal partout où il l'entendait.

La vie devint peu à peu plus stable et moins dangereuse pour Chafouin, il était devenu ami avec Joseph tant et si bien que les parents de ce dernier acceptaient de plus en plus fréquemment de le laisser dormir dans leur manoir pour lui éviter de dormir à la rue, cependant alors qu'il s'instruisait peu à peu, ses amis voyous le délaissaient, il "s'embourgeoisait" un peu trop à leur goût visiblement. Mais le garçon finit vraiment par provoquer sa perte lorsqu'un jour, il découvrit que le père de Joseph gardait de la magilithe raffiné pour son usage personnel, connaissant très bien le prix que valait le minerai malgré sa dangerosité et s'imaginant déjà vivre comme un roi, il tenta de subtiliser le précieux cristal, grand mal lui en pris, car le père de son ami le pris sur le fait, cela aurait du en rester là, mais il avait aussi découvert que le gamin volait régulièrement des objets dans sa propriété, et ce, depuis le début de son amitié avec Joseph. Il le mit à la porte et ce fut la dernière fois qu'il vit son ami ou le manoir qui l'avait hébergé. 

Alors commencèrent pour lui ce qui fut les pires années de sa vie, en retournant à la rue, il fut traité en paria, tous les anciens sur qui il avait pu compter pour l'aider lui avait tourné le dos, on lui crachait dessus, refusait le logis et il était régulièrement pris à partie pour être tabassé par des groupes en mal de victime, cette période sombre fit prendre conscience à Chafouin qu'on ne pouvait se fier à personne et que la seule façon de survivre était d'écraser les autres pour leur prendre tout. Il décida alors d'accepter des assassinats, de jeunes pas plus vieux que lui ou de grandes personnes, parfois pour à peine quelques irys et parfois pour un quignon de pain et l'équivalent d'une gourde d'eau. Il se rendit vite compte qu'il n'avait pas d'autre choix, mais qu'il aimait assassiner, les adultes ne se méfiaient jamais d'un gamin et les jeunes n'étaient pas assez costaud pour se défendre contre la force de jeune garçon, bien plus corpulent qu'eux. Mais plus ses méfaits étaient portés aux oreilles des autorités et plus il risquait pour sa vie, il décida de se lancer dans un travail moins dangereux pour sa sécurité, du moins juste un peu. À quatorze années il participait régulièrement à des combats clandestins à mains nues dans des caves sordides pour gagner de l'irys, du logis, de la bouffe, n'importe quoi  pouvant le garder en vie un jour de plus. Mais au final, il finit bien par se rendre compte que ce mode de vie auto-destructeur finirait par le détruire comme il détruisait ses connaissances qui se faisaient abattre par des gangs rivaux, ou attraper par la police pour les mettre au cachot quand ils ne disparaissaient pas purement et simplement dans des circonstances mystérieuses et/ou sordides.
Finalement, c'est après avoir presque perdue un œil lors d'un match bien trop déséquilibré qu'il décida de prendre une décision qui rétrospectivement lui sauva la vie : il décida de s'engager dans l'armée, après avoir rassemblé le peu d'affaire qu'il avait et pris autant d'objets de valeur qu'il avait pu trouver, il se rendis sur les ports de Skingrad et pris la première corvette pour l'engagement militaire, par chance l'armée recrutait sans cesse pour défendre les mers des pirates et préparer la prochaine guerre contre My'trä qui finirait bien par arriver un jour ou l'autre, c'était donc décidé, Chafouin partirait dans la marine de Fort-Felsberg.

Il passa les premières sélections sans problème, il préféra donner un faux nom et son surnom ne gardant que son pseudonyme pour seul souvenir de Skingrad, il dut aussi modifier son âge, car n'ayant que seize ans, heureusement les recruteurs, peu regardant sur ce genre de détail ne lui demandèrent pas plus de justificatif, à croire que l'armée Daënastrienne ne s'inquiétait pas de l'origine de ses soldats tant qu'il possédait deux bras et deux jambes. Ses classes furent pour lui un défi assez modeste, l'entraînement physique fut d'abord particulièrement difficile, mais, il finit par brûler l'embonpoint qu'il avait en trop tout en gardant sa carrure trapue, il était maintenant vraiment plus costaud que moyennement gras. Il n'était pas le seul à en baver, des dizaines de recrues comme lui étaient venues de différentes contrées pour s'enrôler, ils étaient de tous les milieux sociaux, paysans, ouvriers, fils de bourgeois ou marchand, au final son groupe n'était pas si différent des personnes de Skingard, il y avait l'éternel monsieur je-sais-tout qui ne pouvait s'empêcher de répondre à toutes les questions, la brute, l'arrogant, le petit fils de riche se prenant pour un chevalier, la victime du groupe et bien d'autres cas bien connus de Chafouin, dans ce groupe, il avait le rôle de l'arrogant, aucun de ses compères n'avait jamais vraiment appris à se battre ni n'avait connu la misère, la pisse et les bagarres comme il l'avait connu lui, si bien qu'il n'avait aucune difficulté à mettre des branlées lors des entraînements, il prenait particulièrement plaisir à martyriser les bourgeois, ces types qui se pavanaient à peu trop à son goût méritait une bonne correction et un apprentissage de la vie, la vraie, que seule l'armée pouvait leur offrir, mais son arrogance finie par lui causer du tort tel un retour de bâton, en voulant prouver qu'il était effectivement meilleur que tout le monde il défia son instructeur en duel, un vétéran du conflit de tulaan khonzo qu'il surnommait tortue à cause de ses mouvements lents et calculés et de son dos voûté tel un carapace de tortue. Le combat qui s'ensuivit dura approximativement 1,023 secondes et prouva à Chafouin que son chef n'avait rien d'une tortue.

Il se réveilla la gueule en sang et le nez fracturé, ses camarades étaient bien contents de voir cet arrogant voyou s'être pris la raclée qu'il méritait, Chafouin dut admettre qu'il y aurait toujours quelqu'un de plus fort que lui et lentement, mais sûrement son comportement changea, il devint un peu plus humble (un petit peu seulement) mais appris assez vite les valeurs de l'armée, la ponctualité et la discipline forgèrent autant son caractère que ses jeunes années de galère, son caractère arrogant s'atténua, mais il resta le meilleur de sa promotion, son truc, c'était les grappins intégrés aux gants que les apprentis s'évertuaient à maîtriser pour prendre l'avantage lors de l'abordage. Si la plupart des matelots en herbe ne voyaient en cet objet qu'un accessoire annexe, Chafouin lui, poussa l'utilisation à un tout autre niveau en s'en servant tout aussi bien de moyen de propulsion que d'arme à court ou à moyenne portée, après avoir prouvé que les grappins pouvaient aisément endommager les cibles d'entraînement, on lui confia alors le modèle supérieur, les grappins dynamiques.

Il finit alors major de sa promo et débuta son service comme marin à bord d'un groupe de chanlers devant traquer des pirates, les combats qu'il mena le ravirent au plus haut point, il n'avait aucun remord à tuer ses adversaires, il était même plutôt doué pour ça, tant et si bien qu'il fut assigné sur un des grands Krister pour faire partie du 2013ème corps expéditionnaire, les détails opérationnels et d'objectifs de ce corps furent très obscurs, ce qui est sur c'est que ce corps fut assigné en mission dans la jungle de carter, mais l'expédition fut un échec retentissant, le corps expéditionnaire dut se replier à cause de divers soucis de nature confidentielle et Chafouin dans tout cela? C'est justement expédition qui le mena à développer un spt léger, de plus il fut l'un des soldats les plus affectés par les carnages que subit le 2013ème corps expéditionnaire, cela modifia totalement sa vision du Monde, il devint moins avide de combat et de meurtre, on peut dire en quelque sorte qu'il mûrit par les épreuves terribles que cette campagne lui fit traverser. Et il décida après coup de quitter l'armée pour devenir indépendant. Il finit son engagement militaire vers l'âge de vingt-cinq ans et s'était déjà construit un petit réseau d'indics, qui lui conseillèrent de partir à Prorig, selon leurs dires il y avait nombre d'affaires à faire là-bas, de la cargaison à faire passer en douce, des gens à assassiner, des victimes à brutaliser. Après réflexion, il s'installa effectivement à Prorig, mais il partait de rien, il passa cinq longues années de galère pour se faire une réputation tout en évitant d'attirer l'attention des forces de sécurité de la ville, plutôt que de se proposer en simple tueur en gage il diversifia son activité, il décida de devenir homme à tout faire et bientôt le mot passa sur le port de Prorig. "Quelqu'un vous doit de l'argent et n'a pas réglé sa note ? Allez donc voir Chafouin ! Un concurrent risque de faire plonger votre commerce et vous souhaiteriez qu'il diminue un peu ses recettes ? Chafouin s'occupe de tout ! Vous avez une marchandise quelque peu compromettante et vous avez peur que la garde ne vienne fouiller de trop près de vos affaires ? Chafouin se charge de faire la mule à votre place !" Au terme de cinq années à trimer, il réussit finalement à réunir assez d'argent pour ouvrir son propre bureau qu'il nomma : "Cabinet Chafouin, homme de main, service à la personne, services généraux* (* voir condition générale) il avait comme qui dirait fait son trou, il avait obtenu ce qu'il avait désiré depuis des décennies, une vie stable, avec un métier qui lui permettait de vivre décemment. Il aurait pu continuer sa petite ville tranquille entre les contrats, la taverne et le bordel, mais une dernière rencontre allait ajouter une pierre importante à sa vie.

Un jour de mai 927 il fit la rencontre d'une gamine qui devait à peu près avoir le même âge que lui quand il se trouvait au fond du trou, la gamine était mourante et traînait dans la rue, logiquement il aurait continué son chemin en la laissant pourrir sans se soucier de son sort mais, dans un suprême effort de miséricorde il l'a recueilli et la surnomma Orange à cause de la couleur de ses cheveux, orange ne lui appris d'ailleurs jamais son véritable nom, pas plus que son passé et cela convenait parfaitement à Chafouin, il passa les années suivantes à lui transmettre tout ce qu'il avait appris, comment se comporter en dur à cuire, faire ce qu'il faut pour survivre quitte à laisser tomber les autres, mais malgré tous ses efforts Orange se raccrochait à une notion naïve de justice et d’héroïsme, elle aidait trop les autres même si cela impliquait de se jeter la tête la première dans une avalanche de merde. Il redoubla d'efforts pour lui faire rentrer dans la tête que la seule justice valable était celle qu'on exerçait soi-même et que le reste n'était que de la poudre aux yeux.

Quand il fut certain qu'Orange avait compris ces principes, il lui permit de se lancer dans des petits contrats en solo. Pourtant alors qu'il était certain d'avoir fait le bon choix, on vint le trouver pour le mener vers une ruelle sombre, son cœur ne fit qu'au bon dans sa poitrine, la cadavre d'Orange étendue sur le sol, un trou cramoisie dans l'un de ses flancs, on lui expliqua la situation en détail, mais il n'en avait pas besoin pour comprendre ce qui s'était passée, elle avait accompli son contrat mais avait fait du zèle. Et avait joué les héros.
Il décida de l'enterrer dans un coin tranquille, où elle pourrait passer le reste de l'existence en paix, il tacha de repentir un minimum d'émotion pour la seule personne à laquelle il avait jamais tenue et tacha de continuer de vivre sa vie tant bien que mal.
Nous sommes à présent en 933, Chafouin à largement fait son deuil et est passé à autre chose, il se contente de sa petite vie tranquille sans chercher rien d'autre, bien qu'effectivement, il ressent parfois un vide, son caractère bourru est toujours présent et il reste un solitaire sans famille, ni relations stables, mais il vient de recevoir une lettre qui pourrait peut-être bien tout changer. 





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? /
Comment avez-vous découvert le forum ? /
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? /
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? /
Code du règlement : /


Dernière édition par George "Chafouin" Deckter le Mer 17 Juil - 15:59, édité 8 fois
Voir le profil de l'utilisateur

George "Chafouin" Deckter
George
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin EmptyDim 13 Jan - 23:28
Irys : 514998
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2

Biographie





Année 10

"Allez prend toi ça Chafouin, ça t'apprendra à faire le mariole, espèce de minable !"

Chafouin se tordait en tous sens pour éviter les coups de pied que les triplés lui infligeait, ses bras étaient tout autant couvert d'ecchymoses alors qu'il les agitait dans une pittoresque parade de défense. Il l'avait peux être chercher après tout, les triplés s'étaient fait gauler en train de voler sur les comptoirs et le commerçant leur avaient foutu une belle rouste à chacun et leurs visages étaient couverts de bleus.

-Haha les minables, on est trop bruyant pour passer sans se faire repérer. Les avait-il nargués en faisant passer une pomme qu'il avait subtilisée entre ses mains.

Les triplés étaient surnommés ainsi non pas à cause d'un lien de parenté, mais plutôt à cause du fait qu'ils traînaient toujours ensembles, aussi loin qu'il s'en rappelle Chafouin n'en avait jamais vu un séparé des autres, mais les narguer avait été une grosse erreur, les triplés ne passaient peut-être pas inaperçus, mais ils couraient vite, plus vite que lui, il s'en était compte bien trop tard.

-Tu vois Chafouin, la différence entre toi et nous, c'est que nous au moins on a des parents sur qui compter pour nous soigner nos bobos.

-Ouais bien dit, toi t'a que dalle gros sac, allez, on te laisse pourrir dans le caniveau comme une merde, à plus!

Ils s'en allèrent en ricanant d'un air mauvais, comme une bande de hyènes ayant bien festoyée, Chafouin gémit pitoyablement alors qu'il se relevait, son visage était tuméfié et son ventre le faisait souffrir horriblement, de plus, ses vêtements étaient déchirés par endroits, il ressemblait plus à un mendiant qu'autre chose, il allait galérer pour se remettre de ses blessures et pour trouver de nouveaux vêtements. Bon sang crotte de Delkhii de triplés, ils ne perdaient rien pour attendre, mais ils avaient bien raison sur un point, ils se remettraient bien plus vite que lui, mais que faire, d'habitude pour éviter de dormir dehors, il se débrouillait pour rendre service dans les petits restaurants en effectuant la plonge des services et en logeant dans l'arrière-court et accessoirement, en pillant allègrement le garde-manger quand les patrons avaient le dos tourné, mais ça ne durait jamais assez longtemps et à force de faire à chaque fois les mêmes erreurs les patrons des restaurants du coin avaient finis par se passer le mot: "méfiez-vous du gamin aux cheveux blancs un peu grassouillet qui a l'air gentil et serviable de prime abord, on l'appelle "Chafouin" ça veut bien tout dire non ?" À vrai dire ce surnom, il n'en avait jamais voulu, c'était une accumulation de méfait qui lui avait voulu ce titre, mais au final il s'y était bien habitué.

En maugréant pour lui même tout en avançant penaudement, il se surpris à passer à côté des grilles de l'école du quartier, c'était la fin de l'après-midi et les gamins sortaient des portes de ce lieu interdit pour Chafouin, certains attendaient leurs parents, d'autres rentraient directement à leur domicile, ces gamins pour la plupart venaient de familles aisées voir riche, ils évitaient cette grosse brute de Chafouin et ses guenilles puantes en baisant la tête et en accélérant dès que le contact visuel s'établissait entre eux, il aurait bien voulu en saisir un pour le confronté les yeux dans les yeux et le sommer de lui dire ce que c'était, d'avoir une famille, avoir un toit au-dessus de soi tous les jours, de la nourriture, posséder le luxe de penser au lendemain plutôt qu'à l'endroit où on allait pouvoir dormir et où voler le plus facilement son repas. La nourriture, Chafouin n'en avait jamais manqué, il n'avait jamais hésité à tabasser les plus faibles que lui pour leur prendre leur maigre subsistance, il avait du gras, mais pas le mauvais gras dont les riches se targuent de posséder en quantité, son gras à lui, lui faisait survivre les hivers les plus rudes, lui permettait de rester en vie là où d'autres crevaient de faim.

Un mouvement attira son regard, un gosse de l'école s'était trop éloigné des sentiers battus et un voyou de son âge lui était tombé dessus, c'était une petite racaille que Chafouin connaissait bien, on l'avait appelé Charogne, c'était toujours lui qui choppait les plus petites parts sur les vols en bande organisée, il n'était pas bien costaud mais assez vif, il plaquait sa victime en faisant mine de faire copain-copain alors qu'il en profitait allègrement pour palper la bourse remplies d'Irys du petit écolier, Chafouin sourit, il avait déjà mis lui-même des branlées à Charogne et il comptait bien sauver le gamin, dans un but totalement intéressé bien sûr.

-Hey, Charogne, je crois que tu t'égares là, t'es en train d'embêter mon ami, t'a pas envie que je te casse la gueule comme la semaine dernière? Grogna-t-il en s'approchant le plus bruyamment possible.

Charogne le regarda affolé et détala sans demander son reste, l'écolier lui, souffla la bouche grande ouverte, il était rouge comme une tomate et quand Chafouin passa son bras derrière son cou dans une accolade faussement amicale, il déglutit, il savait très bien qu'il était sorti d'une galère pour retomber dans une autre, Chafouin le serra plus fort contre lui, à court terme le plus judicieux était de réclamer toute sa bourse d'irys en terme de dédommagement, elle devait être bien remplie et lui permettrait aisément de tenir trois-quatre jours, mais c'était penser sur le court terme, il décidait qu'il fallait mieux la jouer fine.

-Dis-moi mon gars, tu t'appelles comment ?

-J..Jo...Joseph Monsieur.

-Nan appelle moi Chafouin, c'est ce que tout le monde fait, tu vois Joseph, là, je viens de te sauver la vie, ça fait de nous des copains et les copains, ça se partage la nourriture, là, tu vois j'ai super envie d'une glace et je me dis que tu pourrais bien m'en payer une vu que t'es mon copain, t'es pas d'accord ?  Fit-il en resserrant son accolade.

-Si si, vo... Tu as raison Chafouin. 

-Bien sûr que j'ai raison ! Je sens qu'on va bien s'entendre toi et moi.
Année 16

-Ha putain, j'y crois pas, regardez-moi ce péquenaud, son gant s'est barré tout seul!

Chafouin tournait autour de la cible de sa moquerie, un gars qui devait facilement avoir plus de trois ans son âge mais qui semblait tout aussi vieux que lui, cela faisait très exactement huit mois que Chafouin s'était engagé dans la marine de Fort Felsberg et il s'était déjà fait remarquer, en bien comme en mal par ses supérieurs, ses capacités martiales étaient supérieures à la plupart de ses camarades, c'était un tireur modestement efficace mais il compensait cela par un esprit tactique très vif et un sens de la psychologie agressive très pointue, cette psychologie, il l'utilisait avant tout pour déstabiliser les autres comme aujourd'hui où ils s’entraînaient à l'utilisation des grappins mécaniques pour la première fois, du moins Chafouin en ayant déjà volé quand il était plus jeune pour s'en servir n'était pas étranger à son fonctionnement et il avait forcément attendu qu'un cadet fasse l'erreur de foirer l'attache du gantelet pour venir le bousculer.

-Allez, qu'est-ce que tu attends Pedzouille ? (le surnom que Chafouin avait trouvé au jeune, il était originaire de la campagne) Quand la tortue va venir te chercher faudra bien que t'explique où est passé ton gantelet, moi, je serai toi, j'irais tout de suite me mouiller pour le récupérer.

L'exercice d'aujourd'hui consistait en effet à passer d'un navire à l'autre à l'aide des gantelets-grappin, celui de Pedzouille avait fini sur le pont de l'autre bâtiment sans son propriétaire, il s'était agenouillé en cherchant comment réparer son erreur avant le retour de tortue qui lui mettrait facilement trois jours de corvée de latrines.

-Mais va donc te faire voir Chafouin, depuis le début tu fais que te foutres de la gueule de tout le monde et tu penses qu'à toi-même, ça se trouve tu ne vas même pas faire mieux que moi.

-C'est un genre de défi le paysan ? Très bien, donne-moi toutes tes capsules, tu en aurais plus besoin maintenant. Fit-il avec un sourire mauvais. Tu veux voir comment on fait, très bien, je vais te montrer, filer moi un autre gant, regardez bien tous, ça vaut pour tout le monde ! Je vais aborder le navire, buter le capitaine et revenir sans toucher le pont du bâtiment.

Il s'équipa d'un deuxième gant au poignet gauche, tout le groupe d'entraînement s'était rassemblé pour voir d'où venait ce vacarme, tout le monde ici considérait Chafouin comme un connard et c'était peux être enfin l'occasion de le voir échouer, personne n'était armé, comment comptait-t-il faire pour abattre la cible ? Tout le monde attendait et ne souhaitait qu'une chose : voir échouer cet arrogant voyou.
Il vérifia que ses gants-grappins étaient bien harnachés pour éviter de finir comme son camarade. Il pris une capsule entre ses deux rangées de dents et visa un des mat du navire ennemi, le grappin parti en vitesse pour se planter dans le mât, il fut transporté directement en sur l'autre bâtiment. Une fois arrivé à l'emplacement ciblé, il visa le mannequin de paille représentant le capitaine avec son deuxième gant et son accroche parti se planter directement dans la tête de celui-ci et le déclenchement du retour grappin vint désolidariser la tête du reste du corps, en revenant elle se paya même le luxe de se décrocher de son grappin, parfait. Chafouin se dépêcha d'enclencher deux nouvelles capsules dans ses gants et se décrocha du mat, il n'avait qu'à peine deux secondes d'erreurs, il tira une nouvelle fois sur le mat du navire d'origine pour revenir, le grappin ralentit sa chute lourdement quand il se fixa au mât et il enclencha le retour grappin, en remontant, il frôla le pont et réussi à récupérer le gantelet de Pedzouille de sa main valide. Le retour sur le bâtiment d'origine se fit dans la douleur alors que le grappin qui avait déjà été bien endommagé par les impacts s'arracha du mât heureusement Chafouin avait parcouru suffisamment de distance, mais put seulement atterrir en roulant sur le côté, il morfla en se relevant mais montra sa prise à Pedzouille, la Tortue ne le punirait pas aujourd'hui visiblement.

-Nom d'un architecte Chafouin, c'était putain d'grandiose ! Dit un des gars dans un éclat de rire.

-Ouais, moi aussi, je veux savoir, t'as appris à faire ça où, tu peux m'apprendre aussi steuplait ? En fit un autre.

L'attroupement se bouscula autour de lui dans une euphorie palpable, mais tout le monde se calma d'un coup quand ils entendirent la voix tonitruante de la tortue, le chef-instructeur.

-Mais qu'est-ce que c'est que ce bazar, en rang et plus vite que ça, je pars quelques minutes et quand je reviens, on dirait que vous foutez un bordel digne du tulaan Khonzo, un cadet pourrait t-il m'expliquer ce que se passe?

-Chef, c'est Chafouin, il a été sur l'autre navire pour décapiter le mannequin d'un coup de grappin, sur mes ancêtres que c'est vrai chef !

-Ah vraiment ? La tortue vint se placer devant lui, le toisa du regard et saisit une de ses mitaines, il en vérifia l'état et le regarda de nouveau avec un sourire bien décidé.

-Tu pourrais faire la même avec un modèle dynamique cadet Chafouin ?

-Chef, avec grand plaisir chef !

-Tant mieux parce que quand t'aura fini ton petit numéro, t'ira me récurer les chiottes avec une brosse à dent pour ne pas avoir respecter les consignes de l'exercice.

Les autres cadets ricanèrent, finalement, ils avaient eu ce qu'ils voulaient en quelque sorte et Pedzouille encore plus.


Année 18


-C'était parfait Chafouin. Gueula Pedzouille alors qu'il tirait une bordée au canon de 24 livres pour envoyer le Chnaler pirate dans les flots, Chafouin atterrit sur le pont d'un geste souple et commença à nettoyer ses grappins qui étaient tachés de sang.

-Merci Pedzouille, heureusement que vous étiez là pour les divertir sinon je n'aurai jamais pu les mettre à la mer avec mes petites merveilles. Ça fait le combientième papillon qu'on envoi dire bonjour aux Chotgors cette saison ?

-Le cinquième si je ne me trompe pas. Dit Pedzouille en rechargeant tranquillement son fusil. Si on continue comme ça, on va vraiment finir par arrêter de compter et toi Chafouin, tu finiras bien général ou quelque chose comme ça.

-Et finir comme cet enculé de Zakel? Plutôt crever ouais. 

En parlant de loup, le lieutenant Zakel, un type plutôt mauvais, exécrable et bourgeois en plus de ça s'avança vers les deux soldats, l'air remonté. Chafouin se mit au garde-à-vous, mais ne cacha pas son aversion dans son regard pour son supérieur.

-Lieutenant?


-Chafouin, vous pouvez m'expliquer ce qu'était cette manœuvre à l'instant ? Dit-t-il avec son ton acide.

-Un petit truc que j'ai mis au point à l'entraînement, ça vous épate ?

-Non ça ne m'épate pas, respecter mon rang Chafouin, ce genre de manœuvre est totalement déconseillé par le code militaire de la marine, vous passerez le reste du trajet jusqu'à Laurgal dans les soutes !

Un sergent de bord, Mathais, intervint alors, d'habitude lui et Chafouin ne s'entendait pas tellement bien, mais cette fois pourtant, il pris sa défense.

-Lieutenant, sauf votre respect, la manœuvre était peut-être risquée, mais elle nous a permis de couler ce chnaler sans aucune perte de notre côté et...

-Merci de votre intervention sergent, votre avis sera pris en compte le coupa Zakel.

 Il baissa la tête en signe de renoncement et reparti la queue entre les jambes. Le lieutenant s'approcha le plus près possible de Chafouin.

-Écoutez-moi bien vous, dans quelques jours, on arrivera à Laurgal pour préparer une opération de grande envergure, à l'inspection de mes troupes, je n'ai aucune envie de détenir des éléments dissidents dans mes rangs, alors pour le reste du voyage vous vous tiendrez tranquillement, vous et vos petites fantaisies dans la soute, est-ce-que je me suis bien fait comprendre?

Chafouin le fixa du regard pour le tester, mais une des seules qualités de ce lieutenant était d'être têtu, il ne détourna pas le visage une seule seconde, si cette situation s'était passée il y a des années à Skingrad, il serait déjà étendu par terre égorgé comme un porc.

-Je me suis bien fait comprendre première classe Chafouin ? Répéta-t-il avec plus de véhémence.

-Oui lieutenant... Bien compris lieutenant.

Zakel partit alors sans en demander plus, Pedzouille attendit qu'il s'éloigne assez loin avant de murmurer:

-Franchement quel fumier, c'est lui qu'on devrait envoyer nourrir les Chotgors.

Chafouin ne pouvait qu'agréer.


Année 20


La peur, la panique, l'horreur, ces sentiments se mélangeaient comme un torrent dans la tête de Chafouin, l'obscurité environnante ne l'aida pas alors qu'il fuyait à toute jambe du combat, l'impression de courir vers une échappatoire inatteignable lui enserrait les tripes, la panique lui avait fait lâcher son fusil, il courrait à travers un champ de terre alors que les coups de feu étaient encore audibles dans son dos, croyant apercevoir une lumière, il se jeta dans un fossé, un cri lui vrillait les oreilles et il se retrouva avec la bouche d'un canon sur le nez. Le soldat qui le reconnut poussa un soupir de soulagement, Chafouin l'avait surnommée coup d'pompe ou pompe tout court. 

-Putain, putain, j'ai vraiment cru que j'allais te descendre, il n'y a personne d'autre avec toi ?

-Aucune idée. Répondit Chafouin en reprenant son souffle. Dès que c'est devenu ingérable, j'ai balancé mon fusil et j'ai couru le plus vite possible pour sauver ma peau. Des gémissements se firent entendre derrière pompe, un autre soldat, Souris, se tenait les mains autour du crâne, il gémissait en pleurant à chaudes larmes.

-Bon sang qu'est ce qui lui arrive ? Demanda Chafouin.

-J'en ai aucune idée, je l'ai traîné jusqu'ici, j'ai cru qu'il s'était pris une balle, mais le sang sur ses mains n'est pas le sien, il n'a pas arrêté depuis que je l'ai balancé dans ce trou.

Chafouin rampa jusqu'à lui et tacha de maintenir le contact visuel avec Souris.

-Hey Souris, c'est moi, tu m'entends oh ? On a besoin que tu te ressaisisses.

Souris leva un visage hagard vers lui, on dirait qu'il ne voyait que l'image de son cauchemar en Chafouin.

-Non ! Je les ais entendus le déchiqueter, ils vont venir pour moi maintenant, c'est sûr. Il éclata en pleur en se recroquevilla de nouveau, le vacarme qu'il provoquait était bien trop bruyant pour Chafouin, il le secoua avec force.

-Bordel, mais ferme là, pour l'instant, on est en vie et il faut qu'on le reste, si on reste enterré dans ce trou sans faire un bruit, on a peut-être une chance de s'en tirer jusqu'à l'aube.

Mais Souris n'entendait rien, il pleura de plus belle et Chafouin jura, impossible qu'il se calme de lui-même et il n'était pas le genre de personne à rassurer par les mots, il empoigna Souris et passa son bras autour de son cou pour l'enserrer et il plaqua sa main sur sa bouche pour le faire taire. Souris tenta de se débattre, mais tomba bien vite inconscient.

-Quoi?! Me dit pas que tu la tuer ! Demanda Coup d'pompe avec un air affolé.

-Il est seulement KO. Chafouin récupéra son fusil et rampa aux côtés de Pompe. Maintenant, on zieute les ténèbres et on prie tout ce qu'il y a de bon dans ce monde pour que rien ne vienne nous tuer.

-Ok... bon sang, est ce qu'on a une idée de contre qui on se bat au moins ? 

Chafouin essaya de se rappeler l'embuscade, une tranquillité apparente d'une jungle épaisse et puis un rugissement, un abomination vaguement humanoïde mais bien trop rapide pour appartenir au genre humain bondissant en déchiquetant chair et os, d'autres la suivaient, puis tout ne fut que chaos dans la jungle de carter, c'est à ce moment que Chafouin avait décider de fuir pour sa vie

-Je n'en ai pas la moindre foutue idée, il faisait bien trop noir pour voir ce qui nous attaquait, tout ce que j'ai vu, c'est une sorte de créature, comme un hybride, on aurait dit un homme reptile, putain j'en ai encore des sueurs dans le dos

-Merde, on devrait tous maudire le colonel Zakel, c'est lui qui a eu l'idée de cette attaque nocturne. Ils arrêtèrent de parler et fixèrent l'obscurité de la jungle qui les entourait, le bruit des coups de feu durèrent encore facilement une bonne heure avant de se tarir.

Plus tard.

Le stress de la nuit avait tenu Chafouin bien éveillé, mais Pompe lui, commençait à avoir les yeux tremblants, combien d'heures avaient t'ils passer à fixer le noir complet devant eux, mystère, au final l'aube avait pointé le bout de son nez, Souris avait fini pour reprendre connaissance mais n'avait plus rien dit, il s'était contenté de fixer le sol à ses pieds, Chafouin regarda le soleil derrière lui et se prépara à dire aux autres de se mettre en branle quand un boucan attira son attention devant lui, il resserrant son fusil et mit la personne en joue.

-Salia, c'est Salia murmura Pompe avant de lever la tête doucement. Chafouin lui, restait sur ses gardes, par quel miracle la jeune femme avait t'elle survécu toute cette nuit dans la jungle?

Elle s'avançait en boitant tout en jetant des regards inquiets derrière elle pour être sur que rien ne la poursuivait, quand elle vit Pompe elle laissa tomber son revolver par terre et s'écria.

-Les gars! Putain vous imaginez pas combien ça fait plaisir de vous voir! Dit t'elle avec un cri de réjouissance mais elle cracha ensuite par terre en s'étouffant avant de continuer son avance vers ses camarades, Pompe tenta de sortir du trou mais Chafouin l'en empêcha.

-Reste là, il y a un truc qui cloche.

En effet, le rythme de Salia ralentit crescendo, elle trébucha avant de tenter de se relever mais retomba une nouvelle fois à terre en hurlant de douleur, elle se tordit les côtes et Pompe demanda:

-Merde qu'est ce qu'il lui arrive? Il faut venir l'aider!

Mais ils hoquetèrent de surprise, sous leurs yeux, le corps de Salia se métamorphosait lentement, sa peau vira au noir puis au rouge, elle pris un aspect plus écailleux, comme les créatures qui les avaient attaqués de nuit, Chafouin la mit en joue.

-Non fait pas ça, c'est Salia bon sang!

-Ça ne le sera bientôt plus, regarde ce qu'il lui arrive, elle souffre le martyr! Les deux soldats regardèrent leur camarade se tordre de douleur, aucune médecine au monde n'aurait rien pu changer, ils en étaient surs alors que des cornes commençait à apparaître sur le front de Salia, Chafouin engagea une balle et tira, puis il tira une seconde fois, une troisième fois pour ne laisser aucune place au doute la clairière redevint silencieuse et le corps déformé de Salia avait cessé de bouger.  

-Prend souris, on se casse de cet enfer. Ordonna Chafouin à pompe. Il lança un dernier regard au corps de la créature qu'était devenu Salia et déglutit en partant sans se retourner.

Plus tard

-Ça c'est vraiment passé comme ça? Demanda Pedzouille comme s'il avait du mal à y croire.

Chafouin ne répondit pas et se contenta de remplir son bol de soupe, Pedzouille avait passer le reste de la nuit à rapatrier tout les blessés qu'il avait pu trouvé, de nombreux soldats avaient des lacérations profondes mais aucun ne s'était transformé comme l'avait fait Salia, ce processus demeurait totalement insoluble pour les soldats.

-De toute manière, ce sera bientôt fini tout ça, quand les généraux vont avoir vent de ce qu'il se passe ici, ils vont envoyer des tas d'armures assistés et des putains de canons, on va cramer cette jungle tu va voir.

-Tu sais Pedzouille, je repensais à ce que la Tortue nous racontait de temps en temps. Déclara enfin Chafouin. Sur la guerre de 89-94, comme quoi, c'était la pire chose qu'il n'ai jamais faite, qu'il souhaitait une telle merde ne recommence jamais, je crois que je comprends de quoi il voulait parler à présent. Tu vois, j'ai surpris Zakel en écoutant à la porte, en vérité on est que des éclaireurs, il savait exactement ce qui allait se passer cette nuit, il nous a bien baisé.

Pedzouille écouta tout cela d'un air grave en ne sachant que dire, Chafouin n'osait pas lui raconter ce qu'il avait entendu par la suite : Officiellement le 2013ème régiment d'infanterie n'existait pas, cela afin qu'une entreprise aussi périlleuse ne puisse être utilisée par la presse contre l'état, ce qui signifiait, que tous les registres concernant, les soldats, les navires et la logistique en général seraient brûlés pour ne laisser aucune trace de cet échec, Salia, cette battante d'à peine vingt ans et tous les autres qui étaient morts dans cette jungle leurs efforts et leurs souffrances seraient effacés, comme s'ils n'avaient jamais exister, on attribuerait tout le mérite au prochains régiments et le survivants du colonel Zakel auraient leur silence acheté à coup de prime juteuse ou de menace de représailles si cela ne suffisait pas.

-Si c'est vraiment ça la guerre dont il parlait, elle peut bien aller se faire foutre, elle, le colonel Zakel et tout l'état-major du Daënatsre avec.

-Je crois que t'as ptet raison, mais Salia aurait peut-être qu'on lui rendre hommage en...

-Ferme ta gueule, juste.... ferme la. Je viens de prendre une décision, si c'est pour participer à ce genre de choses je préfère quitter l'armée, j'irais créer ma petite affaire, loin de tout ça.

Année 30

-Debout les prolos! Voici venir la pisse divine!

Du haut de son premier étage Chafouin vida son pot de chambre sans ménagement sur la chaussée, faisant pousser des cris d'effrois aux passants qui manquèrent de peu de se faire éclabousser par l'immonde contenu du pot. 

-Ferme la donc Chafouin. Tonna Crieur, non pas nommé ainsi parce qu'il indiquait beaucoup de choses, mais c'était son guetteur qui braillait le plus fort. Et retourne donc apprendre à écrire, putain d'illettré!

*Illettré ? Mais qu'est-ce qu'il me chante donc cet oiseau-là ?* 

Peu importe, son contact de dix heures allait bientôt arriver si on se référait à l'horloge du port, il descendit de l'étage de son bureau, fini de s'habiller et poussa la porte d'entrée, dix heures pile et son contact arriva exactement à l'heure comme d'habitude. C'était un homme très grand, tout le contraire physiologique de Chafouin, mince avec un chapeau en haut-de-forme, un teint blafard lui donnait un air de croque-mort et une prothèse à la jambe droite mal ajustée le faisant boiter, surnom dont Chafouin avait tenté de l'affubler mais que Denver Thomson n'avait jamais accepter jusqu'à menacer d'arrêter de travailler avec lui s'il n'arrêtait pas de le surnommer ainsi. C'était aussi un noble, le plus corrompu qu'il n'ait jamais vu, mais au moins Denver Thomson respectait les petites mains et ne crachait pas son venin sur le petit peuple, cela suffisait à avoir le respect de Chafouin. De plus c'était lui qui arrosait la milice pour aller voir ailleurs.

-Pile-poil à l'heure Thomson, regarde moi donc cette beauté que j'ai fixé sur mon établissement.

Il désigna la pancarte au-dessus de la porte, on pouvait y lire : "Cabinet Chafouin, homme de mein, service a la personne, service généraux *(sous conditions)
Thomson nota le panneau et rit en faisant un signe négatif de la tête.

-Main ça s'écrit m-a-i-n et il y a un accent au a de service à la personne.

-Quoi tu veux dire que le gars qui a construit le panneau m'a roulé ? Ah bah non c'est vrai que c'est moi qui lui ai envoyé noir sur blanc ce qui devait être écrit, j'ai plus qu'à acheter de la peinture alors.

-Effectivement, bon, tu supposes bien que ce qui me fait venir aujourd'hui ce n'est pas ton sens innée de l'orthographe mais bien ton entreprise, franchement Chafouin, quand t'es arrivé sur le port de Prorig il y a cinq ans, j'aurais pas parier un seul irys sur toi, mais maintenant tu as ton propre cabinet, ton réseau d'informateur et surtout, ta prouvé que t'étais efficace et je connais une tonne de personnes prêtes à payer pour cette efficacité, alors je te le demande, es tu près à passer la vitesse supérieure?

-Crotte de Delkhii pour sûr que j'en suis. Fit-il d'une voix déterminé.

-Et bien tant mieux, c'est la saison des assassinats et il y a une palanquée de personne à faire disparaître.

Année 31

10h

Le jour se levait une nouvelle fois sur Prorig et Chafouin se tenait déjà à l'entrée de son cabinet, c'était un jour d'été magnifique, beaucoup de navires avaient débarqué ce matin, déversant leurs lots de marchandises, de voyageurs fatigués, d'entrepreneurs débutant une nouvelle vie et bien sûr de dizaines de marins bourrus. Pour Chafouin ce genre de débarquement était synonyme d'opportunités, il savait par expérience que l'alcool et les putains déliaient la langue de ces matelots ayant passé des mois en mer plus facilement que n'importe quel interrogatoire musclé et que les infos obtenues étaient toujours intéressantes et croustillantes. Mais aujourd'hui, il était déjà occupé par une affaire, il attendait patiemment son rendez-vous de dix heures et il était 9h57 selon l'horloge du port. Un mouvement à la périphérie de sa vision attira son regard, une gamine, pas plus de 13 ans, visiblement, marchait d'un air épuisé en direction de l'ombre que fournissait le bâtiment en face du cabinet pour s'abriter de la terrible chaleur du soleil, la pauvre créature s'effondra dans un coin d'ombre, tenta de rafistoler sa chemise déchirée laissant apparaître une poitrine naissante de femme, Chafouin n'avait pas besoin de chercher bien loin pour comprendre de quel genre d'expérience ressortait la gamine, mais il la toisa et détourna le regard avec indifférence, ce n'était pas la première fois qu'une âme en peine venait agoniser sur le port de Prorig et ce ne serait sans doute pas la dernière fois. Dix heures, le contact commandé par Thomson arriva à l'heure prévue, une femme, plutôt mince tenait une mallette, comme prévu, Crieur apparu derrière elle et fit un signe discret de la main à Chafouin, lui indiquant qu'elle n'avait pas été suivie, le jeune garçon vint ensuite se placer à son poste habituel, juste à côté de la gamine en l'ignorant avec une suprême suffisance. La femme, quant à elle, vint se placer devant Chafouin et il lui fit signe d'entrer.

-Aidez-moi à fermer les volets, on va faire ça dans l'arrière-court, je n'ai pas envie que notre affaire attire du monde.

Une fois cela fait, ils ouvrirent la porte de derrière et arrivèrent dans l'arrière court qui était entourée par des bâtiments bien haut, aucune chance qu'on puisse les espionner, Chafouin pris la mallette des mains de la femme et s'équipa, gants, manteau bien épais, casque militaire, cagoule, lunettes de protection et bandana, il s'agenouilla, ouvrit la mallette avec précaution et méthodicité, à l'intérieur, comme prévu, une pierre de qualité, de la magilithe, purifiée qui plus est, excellent.

-Vous êtes sûrs que vous n'en faites pas un peu trop ? Ce truc est déjà purifié.

-Ma petite dame. Répondit Chafouin en se relevant et en refermant la mallette. Quand on a vu ce que j'ai vu, on prend plus aucun risque. Passons au paiement maintenant.

Une bourse changea de mains, la femme en jaugeant son poids, n'eut pas besoin de vérifier que le compte était bon, à vue de nez la somme paraissait astronomique, mais Chafouin savait très bien que la revente de cette chose lui permettrait de finir le mois en toute tranquillité. Il raccompagna son contact à la porte et sortit lui-même en fermant à clé, la gamine était toujours là, elle leva les yeux dans sa direction , mais Chafouin n'aurait su dire si elle l'avait vraiment remarqué, son regard semblait complètement perdu, comme si elle savait qu'elle ne pouvait espérer absolument aucune aide sur ce port, elle plongea sa tête entre ses bras et commença à trembler, Chafouin l'ignora, il savait très bien que d'ici ce soir elle aurait claqué et que son cadavre aurait disparu le lendemain. Il entreprit de passer faire un tour aux tavernes du port histoire de capter quelques histoires intéressantes de la part des marins, son prochain rendez-vous n'était qu'à 16h30, il avait largement le temps.

16h31

S'il y avait bien une chose que Chafouin détestait c'était le manque de ponctualité, on pouvait être à l'heure ou en avance il tolérait, mais être en retard lui faisait se hisser tous les poils de son corps, en plus de ça la gamine aux cheveux roux était toujours là et elle avait commencé à gémir, il commença à taper du pied et résista à l'envie de s'allumer une cigarette ou de traverser la rue pour faire taire la petite opportune, mais il n'était pas question de passer pour quelqu'un de non sérieux quand le client lui-même n'avait aucune connaissance de cette notion. Le type arriva finalement à 16h34. Chafouin vint directement à sa rencontre et l'homme, un type appelé Fred ou Richard? Il était professeur d'école... Non en fait Chafouin s'en foutait, tout ce qui comptait pour lui était qu'en libérant ses deux enfants d'une bande de voyous la semaine derrière, le petit type avait légèrement omis de préciser qu'il n'avait pas la somme convenue pour le sauvetage. 

-T'es en retard, on avait dit 16h30. Fulmina Chafouin alors que son client se ratatinait.

-Excusez-moi monsieur Chafouin, mais je me suis dépêché pour sortir plus tôt et...

-Ta gueule, c'est Chafouin tout court. Le coupa-t-il avec une voix d'ours. Aboule la monnaie si tu ne veux pas que je te fasse un deuxième coquard. (il avait en effet laissé une belle marque en guise de pré-paiement la semaine dernière.)

Sans dire mot, le petit homme sortit la bourse, Chafouin l'attrapa et se mit à compter un à un les Irys, ce qui pris dix minutes de gène intense pour le client, une fois qu'il eut fini, il lança un regard noir à l'homme, celui-ci devint livide, mais Chafouin pris une mine moqueuse.

-Au moins t'es pas con au point de m'entourlouper sur le prix convenu, allez casse toi maintenant, je veux plus te revoir dans le coin.

Le type détala et une nouvelle fois Chafouin se retrouva confronté au regard implorant de la gamine, il se souvint alors d'une scène dans sa jeunesse, un gamin avait écrasé une araignée, comme ça juste pour le plaisir, Chafouin avait foutu le gosse à terre, quand sa victime avait demandé à quoi il jouait, il lui avait expliqué ceci.

"Tu vois là, j'écrase un insecte, exactement comme tu viens de le faire, maintenant, pense aux architectes, tu vois, pour eux, on est comme de petits insectes, ils nous écraseraient facilement s'ils le voulaient, alors, si jamais t'en croise un estime toi heureux s'il ne t'écrase pas aussi facilement par pur plaisir comme tu viens de le faire, comme je pourrais le faire juste maintenant."

Bon sang, pourquoi cette image lui revenait juste maintenant, qu'est-ce que ça voulait dire, la petite fille était t-elle cette araignée pitoyable destinée à se faire écraser par le destin et lui le dieu omnipotent pouvant décider de sa vie ou de sa mort d'un simple caprice ? Attendez, est ce qu'il était en train de ressentir de la culpabilité en la laissant crever sur le caniveau ? Non pas possible, pas lui qui avait buté des types par palettes de douze sans l'once d'un remord ou qui avait perpétré des atrocités juste parce qu'on l'avait payé pour.................

Il rentra dans son cabinet et ressortit avec une orange dans la main, il la lança aux pieds de la fille qui regarda ce drôle d'élément, puis en réalisant ce que c'était elle se jeta dessus fébrilement, tentant d'arracher la peau, mais elle ne parvint même à réaliser cette simple tâche, elle arracha alors à pleines dents la peau, la chair et aspira le jus de l'orange. Chafouin regardait cette pitoyable créature lutter pour sa survie. *C'est vraiment de la merde de jouer le rôle de l'araignée* se dit t'il puis il rentra dans son cabinet en laissa la rousse à son maigre festin, il savait très bien que malgré l'orange elle ne passerait pas la nuit.

20H

En sortant de son lieu de travail, Chafouin avait une idée bien précise de ce qu'il comptait faire, aller au bordel de coin, partager un bon café avec Jessica sa préférée, se faire tailler une petite pipe et retourner tranquillement dormir pour commencer la journée suivante du bon pied, le soleil venait de se coucher et l'obscurité commençait à recouvrir le port, il dépassa un duo de marin ivre qui s'exclama en passant à côté de lui.

-Eh, mais regarde donc, si c'est t'y pas la gosse qu'on avait dans notre navire!

Ah oui elle, toujours en vie celle-là, Chafouin s'arrêta pour fixer les deux matelots, ils étaient étrangers, ils n'avaient pas l'accent du coin. Et l'alcool leur avait déjà enlevé toute inhibition 

-Eh eh eh, franchement regarde, on passe une bonne soirée, on a qu'à prendre la gamine et on la finit à deux, si elle est pas morte après ça on l'achève et on l'enterre.

-Bah, pourquoi on se ferait chier à faire ça ? Balançons là directement à la mer, la poiscaille se chargera du reste.

-Ah, ouais, ta raison, allez aide moi à la prendre.

Chafouin regarda la scène en essayant de ressentir de la culpabilité ou plutôt en essayant de trouver une bonne raison de sauver cette gamine, elle tentait de se débattre avec le maximum qu'elle pouvait donner, mais à vrai dire elle bougeait à peine. Chafouin laissa cela se produire et vit partir la gamine qui se mettait à pleurer en comprenant ce qui lui arrivait, il ne sut jamais ce qui le poussa à faire ce qu'il fit ensuite, ce fut comme une sorte de déclic, il rentra dans son cabinet et en ressortit pour poursuivre le duo, arrivé à leur hauteur, il les alpagua.

-Excusez-moi, messieurs, vous avez oublié quelque chose, il me semble.

À la seconde où ils se retournèrent, il leur colla à chacun une balle de revolver dans le crâne, leurs cadavres s'effondrèrent dans un bruit sourd, il regarda autour de lui, il n'avait même pas pensé à vérifier que le port était tranquille, mais à cette heure-là le coin était plutôt peu fréquenté et au pire ce ne serait pas la première fois qu'on retrouverait des cadavres sur les docks. Il traîna quand même les corps pour les balancer à l'eau et s'enquit ensuite de l'état de la gamine, elle était tremblante, mais encore en vie, de moins pour le moment, il la pris dans ses bras et entreprit de la ramener dans son cabinet et toute la soirée une seule phrase tourna en boucle dans sa tête :

*Idiot de Chafouin, tu ne vas quand même pas prendre une gamine à charge, déjà que tu as du mal à t'occuper de toi-même.*

Et cette question, il la justifia avec la réponse la plus stupide qu'il n'ai jamais pu trouver.

*Oui, mais ça aurait été dommage de gâcher une orange pour rien tout de même.*

Année 35

Cela avait pris du temps, cela avait demandé des efforts mais la petite rousse avait réussi à s'en sortir, encore mieux elle avait réussi à s'endurcir, Chafouin l'avait surnommée Orange bien évidemment, il n'avait jamais chercher à connaitre son passé ou son vrai nom et c'était tant mieux comme ça, au début la gamine ne parlait même pas, se contenant d'avaler tout ce qu'il lui apportait avec l'appétit d'un Nokhoi, au fil du temps, elle sortit de son mutisme, la base du langage s'établissant, Chafouin avait commencé par lui apprendre ce qu'il savait, à commencer par savoir se battre correctement pour se faire respecter, bien qu'elle ne payait pas de mine, la gamine était intelligente et elle apprenait vite, Chafouin avait eu l'impression de découvrir une version féminine de lui plus jeune. Mais il y a quelque chose qui différenciait les deux personnages, c'était ce besoin de justice.

-Alors, on n'est pas bien là, tout travail mérite récompense, c'est pas vrai Orange ?

-Ouais ouais Chafouin. Répondit t'elle en faisant mine de bouder. 

Ils s'étaient arrêtés à une boulangerie après un petit contrat de protection, mais en rentrant, ils étaient passés devant une ruelle ou une femme se faisait agresser par une bande de sept personnes, Orange avait voulu sauter sur l'occasion pour tenter de sauver la femme, mais Chafouin l'avait vite empêchée de faire cette connerie et ils avaient poursuivi leur route comme si de rien n'était.

-Je sais très bien à quoi tu penses petite, si on étaient intervenus ça n'aurait changé, on aurait seulement rajouté deux cadavres de plus dans cette ruelle, il y a des moments, faut savoir comment éviter d'attirer la merde sur soi.


-Mais ça signifie quoi ça à la fin ! On aide seulement les personnes qui nous paient et les autres, on les laisse mourir sans rien faire?! Cria Orange avec véhémence.

-Oui, c'est exactement ce que ça signifie ! Répondit Chafouin avec la même voix tonitruante. On aide les gens parce qu'ils nous paient  pour ça, point barre, tu veux rencontrer des héros? Moi, je connais des héros, ils ne sont pas difficiles à trouver, ils logent tous au cimetière du coin et ils ont tellement du mal à se trouver une place tellement y a des nouveaux arrivants chaque jour au cimetière des héros. Maintenant cette histoire, je veux plus en entendre parler aujourd'hui.

Orange se renfrogna, il crut entendre un petit "connard" sortir de sa bouche avant qu'elle ne croque dans son biscuit, au moins elle avait un sale caractère, une véritable qualité selon lui. Ils mangèrent dans un silence tendu tout en se lançant des regards en chien de faïence quand leurs yeux se croisaient.

-Bon et sinon je compte te laisser du temps libre en fin de journée, tu comptes en faire quoi ?

L'expression d'Orange changea du tout au tout, elle pris une mine enjouée, un peu gênée et débuta :

-Ben en fait, il y a ce garçon, Jeff qui...

-Jeff, le paysan ? Un air niait, qui essaie de se donner des airs de citadin en buvant comme un trou ?

-Oui ce Jeff-là. Poursuivit t'elle d'un air énervé. Je comptais le rejoindre au Dundaj rouge ce soir et après, on serait allé dans les champs pour faire... Enfin, tu vois, et j'aurais bien aimé que tu me donnes des conseils pour la chose.

-Quoi ? Quoi?! Il est hors de question que je te donne des conseils pour baisser ce roturier de plouc de prolétaire de Jeff, ça, c'est hors de question !

-Ouais ben c'est ça garde tes conseils pourris pour toi de toute façon, t'es pas mon père, tu ne pourras pas m'empêcher de la faire !

Chafouin retomba sur sa chaise dont il s'était levé quand elle avait annoncé son intention de coït, les clients de la boulangerie avaient commencé à se disperser en entendant ces deux grossiers personnages et la vendeuse leur lançait un regard noir. Oui, Chafouin n'était pas le père d'Orange, il l'oubliait parfois.

-Écoute petite, ta raison, je n'ai pas le doit de te dire quoi faire, mais quand je t'ai récupéré, quasiment déjà morte, je voulais vraiment que tu survives, pas seulement pour simplement rester en vie, mais aussi pour retrouver une vraie dignité, le truc, c'est que moi contrairement à toi, j'ai eu la chance de perdre ma vertu de manière consentante et j'aimerais que tu ais une première fois, une vraie première fois, où tu puisse vraiment profiter et te sentir en confiance et croit en mon expérience, le faire avec un type comme Jeff ça va seulement être très gênant pour vous deux et ça finira de te dégoûter de la chose à jamais. En plus de ça baiser avec un péquenaud c'est un coup à attraper la chaude-pisse et il est hors de question que mon employée chope une merde pareille.

-Ah ouais? et tu proposes quoi à la place ?

-Ben c'est très simple, on va au bordel et...

-Quoi?! Le bordel, mais je suis pas désespérée comme toi Chafouin!

-Ahhhh mais tait toi enfin bougre de gamine et laisse-moi terminer, les filles du bordel, elles connaissent un gigolo, Jodrick, d'après ce qu'elles m'ont dit c'est le genre de type très professionnel, tout comme nous tu vois, chaque personne qui vient le voir, fille ou garçon ne repart jamais déçu, alors tu vas aller le voir ce Jodrick plutôt que de perdre ton temps avec Jeff.

-Je sais pas, je pense pas que j'ai vraiment envie de faire ça.

-Ah, mais c'est toi qui vois après tout, tu peux toujours aller voir un type qui va te sauter dessus comme un taureau en rûte et te prendre sans aucun respect ou bien le faire avec un homme d'expérience qui prendra le temps de découvrir ce qui te fait plaisir et qui te fera découvrir des expériences que même les sept pourraient pas imaginer, enfin bon moi je dis ça, j'dis rien.

Il laissa Orange réfléchir à ça et elle y réfléchit, longuement, très longuement.

-Mais qu'est-ce que je vais dire à Jeff moi?

-Oh j'en sais rien, dit lui que vous resterez bons amis malgré tout.

-C'est pas un peu cruel ça? Dit elle en fronçant les sourcils.

Chafouin lui lança un sourire méchant bien appuyé, qu'elle lui rendit.

-Oui je sais ce que tu vas dire, qu'est ce qu'on en a à foutre après tout? Bon aller, file moi une clope et on se met en branle.

Plus tard

-Alors comment c'était? Lui demanda Chafouin en écrasant sa cigarette tandis qu'Orange sortait du bordel, l'air détendue.

-C'était.... Différent de ce à quoi je m'attendais, mais c'était agréable quand même. Dit t'elle en souriant. Elle poursuivit. Jodrick, c'est le type le plus gentil que j'ai jamais rencontré je crois bien, il met en confiance et c'est le genre de personne à qui on sent qu'on peut faire confiance.

Chafouin hocha la tête à l'affirmative, il se pencha vers elle et pointa un doigt dans sa direction.

-La confiance, c'est la chose la plus précieuse au monde, si tu trouves quelqu'un de confiance et que cette personne te la rend en retour, tu devras absolument lui être loyal quoi qu'il puisse se passer, tu comprends Orange?

Elle hocha elle aussi la tête à l'affirmative.

-Moi, j'ai confiance en toi Chafouin. Dit t'elle avec un grand sourire.

Il eut un mouvement de recul et cracha un "pfeuh" de dédain et se retourna en affichant un masque froid, mais Orange avait très bien remarqué qu'il souriait du coin de la bouche.

6 mois plus tard.

Bon ça faisait deux jours qu'Orange était partie faire sa première mission solo, un truc simple, confié par Denver Thomson en personne, il n'y avait donc aucun risque d'imprévu, en plus Chafouin l'avait entraîné encore plus intensivement en vue de son premier contrat.

Pourtant, elle n'était toujours pas revenue.

Il faisait les cent pas dans son bureau, se demandant bien ce qu'elle faisait, si elle en avait profiter pour débourser sa première paie dans la taverne, il allait se dépêcher de la retrouver pour lui mettre une bonne rouste, incapable d'attendre plus longtemps, il enfila son manteau de son ancien régiment et partit en quête de sa protégée, alors qu'il sortait, crieur se précipitait vers lui.

-Chafouin, j'ai un truc à te montrer, c'est urgent.

-Quoi, c'est grave ?

Il ne répondit pas à se mit directement en route, l'homme bourru jura et lui emboîta le pas, ils marchèrent pendant ce qui sembla des heures dans les dédales de Prorig avant d'arriver à l'entrée d'une ruelle, deux gamins étaient agenouillés autour d'un corps, Chafouin eut le souffle coupé en la reconnaissait, Crieur passa à côté de lui pour lui dire ce qui s'était passée, mais Chafouin l'avait déjà bien compris, le problème ce n'était pas le contrat, celui de libérer les deux gamins qui étaient agenouillés d'un duo de traîne-savate, non ça Orange avait été parfaitement capable de le faire, mais une fois les gamins libérés elle avait fait du zèle et les avait protégés jusqu'au bout. Elle avait joué au héros.
Crieur se tira  après avoir résumé cela et Chafouin avança lentement, les deux enfants jetèrent des regards larmoyants vers lui. "Monsieur aidez-nous, elle ne se réveille pas!"

-Rentrez chez vous les enfants, restez proches de vos parents, devenez de bonnes personnes, faites qu'elle ne se soit pas sacrifiée pour rien. Dit t'il d'une voix calme et contrôlé.

Alors que les enfants s'enfuyaient en pleurant, il s'agenouilla à son tour et regarda Orange, une perforation à la côte droite, elle s'était vidée de son sang, comme beaucoup de personnes avant elle dans ce coin, pitoyable. Il regarda son visage, un filet de sang s'écoulait de sa bouche, elle avait encore les yeux ouverts, mais son visage exprimait une étrange sensation de sérénité et de bonheur, il lui ferma les yeux d'un geste calme et prit le corps dans ses bras pour l'emporter loin de ce lieu pourri.

***

Les bruits de pelle laissèrent place à un silence seulement troublé par le vent qui soufflait à la fin d'après-midi, Chafouin avait trouvé une petite colline tranquille, avec une belle vue sur Prorig, son port et son océan qui se perdait dans le lointain, la lumière du soleil dessinait un tableau remplie de couleur sur l'horizon, les terres étaient colorées de jaune et de vert, on avait une vue imprenable sur Prorig se rendit compte Chafouin, sans avoir le bruit incessant des jacasseries humaines, il regarda se magnifique tableau pendant quelques minutes. *Alors c'est à ça que ça sert de se sentir vivant* se dit t'il. Une larme coula sur sa joue.

-Tu vois Orange, t'as vraiment de la chance, moi, je profite de ce spectacle aujourd'hui, mais toi t'y aura accès pour l'éternité.... J'ai besoin de rien t'expliquer hein, tu sais très bien ce que je pense, j'ai fait une erreur en te laissant partir toute seule... J'aurai dû faire en sorte que tu sois mieux préparée, j'aurai dû faire... J'aurai..... Je...

Il ne trouvait absolument rien à dire, il souhaitait pester contre sa bêtise, pester contre orange, maudire les sept et les insulter chacun, si seulement cela pouvait les faire mourir ou faire revenir Orange. 

-.................................... Dit-moi à quoi ça peut rimer, tu sais ce que c'est que la justice, l'honneur, il doit bien y avoir une explication à tout ça non ? Tu mérites cent fois plus que moi d'être en vie !

Aucune réponse ne lui parvint, il resta longtemps assis, ne pensant à rien, se contentant de regarder le coucher de soleil. Puis il se leva.

-C'est ta faute, tout ça, je t'ai mis en garde des dizaines de fois et pourtant t'en a fait qu'à ta tête, tu ne vaux même pas une moitié d'orange en vérité !

Il se tourna pour partir et fit quelques pas, non, il ne pouvait pas l'abandonner comme ça, il revint sur la tombe et s'agenouilla.

-Je crois que tu as mérité au moins quelque chose, mon nom... C'est Geroge Deckter, ça signifie peut-être pas grand-chose à première vue, mais toi et moi on sait très bien que ça compte énormément. (il posa la main sur la tombe.) Je reviendrais de temps en temps à l'occasion, t'inquiète pas, je serais jamais bien loin. 

Actuellement

Deux années étaient passées, Chafouin avait fini par faire son deuil, il était passé à autre chose, même s'il passait de temps en temps au cimetière déposer des fleurs, Orange n'occupait plus son esprit.

Il s'était peu à peu fait à l'idée qu'il finirait par passer le reste de sa vie à Prorig, il mourrait peut-être tranquillement dans son lit,  mais plus vraisemblablement dans une ruelle, après avoir fait un mauvais choix, ou alors assassiné par quelqu'un qui l'aurait pris en grippe, cette pensée ne le dérangeait pas vraiment à vrai dire, il s'était fait à l'idée que la mort était omniprésente dans sa vie en générale et qu'il ne fallait plus la craindre. Bien sûr des fois, il ressentait des moments de vide, comme quelque chose à combler, mais il arrivait toujours à chasser ces tristes idées par son petit train train quotidien.
Les contrats, les tavernes, les prostitués et ainsi de suite, il aimait ce qu'il faisait ici au final, alors pourquoi changer ? Il posa les pieds tranquillement sur son bureau et regarda ses deux trophées de lutte de Prorig de l'édition 928 et 929, il avait continué de participer à ces tournois, mais avait toujours échoué à récupérer un titre, ce pouvait être un objectif à atteindre cette année, oui, il allait se remettre sérieusement à la bagarre pour 933 et rafler le prix. 
Un bruit de glissement attira son attention, une lettre venait d'être glissée sous la porte, il se leva et la ramassa, avant de l'ouvrir, il sortit de son bureau, rien n'indiquait que la personne qui l'eut déposer soit resté, bizarre, d'habitude on frappait toujours au moins une fois avant de distribuer les lettres.

-Eh les parasites, vous n'avez pas vu qui a déposé cette lettre par hasard ? Demanda t-il à ses guetteurs de l'autre côté de la rue.


-Nan on a vu personne pourquoi?


Bizarre, il se décida tout de même à ouvrir le contenu de l'enveloppe.


George.


Si jamais tu te poses des questions sur ton passé, sache que tu pourras trouver des réponses à My'trä.


Z.



Il lut la lettre une première fois, une deuxième fois puis une troisième avant de jurer tout haut :


-Mais enfin, qu'est ce que c'est que ce bordel crotte de Delkhii !







Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? 24 ans
Comment avez-vous découvert le forum ? Une recherche en regardant sur les topsites
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Héhéhé, ben comment dire. Déjà merci à vous si vous avez été jusque là en lisant tout, pour moi le difficulté à surtout été de faire travailler mon imagination tout en restant concret pour rapport à l'univers d'Irydae (que je trouve très complet et fascinant au passage), je n'ai peux être pas pris suffisamment de temps pour assimiler parfaitement le background et s'il existe des incohérences dans mon récit je m'en excuse, ainsi que les fautes de Français, de frappe, de conjugaison de [rajouter le terme manquant ici] vu la taille du texte il doit forcément y avoir pas mal de fautes que j'ai pas trouver, n'hésitez pas à me les faire parvenir que je corrige ça. Mais de manière très plus générale, j'ai pris énormément de plaisir à écrire ce personnage et j'espère que vous avez pris autant de plaisir à le lire. Bon ben, c'était plutôt pas très court. Hum, à la prochaine pour de nouvelles aventures?

Bisous.  
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Et pourquoi pas plutôt la rendre encore plus difficile? [insert evil laugh here]
Code du règlement : [Validé par Momo]


Dernière édition par George "Chafouin" Deckter le Dim 20 Jan - 23:01, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Bolgokh
Bolgokh
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin EmptyJeu 24 Jan - 20:57
Irys : 539979
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations de Chafouin
Réputation principale : Le Tyorum (négative)


Réputation auprès de Daënastre

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
860/30.000
Le Tyorum--------
-12.400/30.000
Rathram--------
720/30.000
Vereist--------
0/30.000
Hinaus--------
0/30.000
Daënastre--------
-10.220/150.000
Réputation auprès de My'trä

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
-2.501/30.000
Zagash--------
-2.501/30.000
Zolios--------
-2.501/30.000
Khurmag--------
-2.501/30.000
Kharaal Gazar--------
-2.501/30.000
Nomades d'Amisgal--------
-2.501/30.000
Nomades d'Orshin--------
-2.501/30.000
My'trä--------
-17.507/210.000
Réputations annexes

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Cités-État pérégrines--------
460/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000
La Flamme Noire--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Süns, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~
Voir le profil de l'utilisateur

George "Chafouin" Deckter
George
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin EmptyVen 10 Mai - 23:50
Irys : 514998
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2
Chronologie

Jusqu'à 912: Enfance à Skingrad.

De 912 à 921: Service militaire dans la marine.

De 921 à 933: Vie à Prorig.

RP par ordre chronologique

Janvier 933: The nail that sticks out gets hammered En cours

Mi-avril 933: Comment renverser le système en quelques étapes simples En cours

Mi-octrobre 933: Passé décomposé Terminé

Octobre-novembre 933: Change, ou le monde te mangera En cours

Décembre 933: Le juge, les jurés et le bourreau Terminé

Janvier 934: Une disparition des plus louches Terminé

Janvier 934: Une journaliste à la mer Terminé

Janvier 934: Une soirée placée sous le signe de la bière ! En cours

Février 934: Comme un lundi Terminé

Mars 934: Prendre aux riches pour donner aux incultes En cours

Mars 934: Quand la méprise mène à l'infortune En cours

Mars 934: Besoin de renforts En cours

Avril 934: C'est à quel sujet ?  En cours

mi-Avril 934: Une cause pour laquelle mourir En cours

Fin Mai 934: Komoroh Rax, dit l'instable Terminé


Voix de Chafouin:
 



Chafouin baragouine en #009900

Naissance: 13 mai 896


Dernière édition par George "Chafouin" Deckter le Mer 17 Juil - 16:09, édité 3 fois
Voir le profil de l'utilisateur

George "Chafouin" Deckter
George
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin EmptyMar 21 Mai - 10:02
Irys : 514998
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2
Les relations








RPs en commun


Janvier 934
- Une disparition des plus louches


Arja Nafnlaus


"Le truc avec Grain de beauté, c'est qu'elle était capable de faire des trucs incroyables, comme garder un calme olympien dans des circonstances critiques et à coté, elle semblait convaincu que faire du recel de cadavre ne semblait pas être quelque chose de si grave que ça"












RPs en commun


Octobre-novembre 933
- Passé décomposé
- Change ou le monde te mangera



Laurelin


"J'aurai pu lui donner beaucoup d'autres surnoms, mais avec Laure, c'était assez compliqué, on était pas du tout fait pour s'entendre au début et dans d'autres circonstances je crois que je l'aurai étripé d'énervement. Mais, affronter un demi-dieu tueur et une bande de pirate ensemble, faut croire que ça renforce les liens.











RPs en commun


Décembre 933
- Le juge, les jurés et le bourreau
Janvier 934
- Une journaliste à la mer



Eylohr Lothar


"Chien fou, c'est le genre de type que tu peux pas garder dans ton dos, la première fois que je l'ai croisé, je ne savais même pas s'il serait de mon côté suffisamment longtemps avant qu'il ne pète les plombs et se mettent à m’attaquer, j'aurai aimé que ce soit la dernière fois que je le croise, mais le destin aime sans doute bien se foutre de ma gueule."












Charline de Mougey


"Charline c'est un peu l’héroïne qu'on rêve de rencontrer quand on est tout petit, énergique, un sourire grand comme ça, une envie de partir à la découverte et à l'aventure énorme et surtout, il a une paire grand comme... Mais je m'égare, je vais plutôt vous écrire deux-trois de nos aventures."











RPs en commun


Décembre 933
- Le juge les jurés et le bourreau



Luciole Aldebarra


"Ricaneur, c'est un chouette gamin, son sourire en serai presque contagieux s'il n'avait pas un regard de psychopathe et un ricanement terrifiant dès qu'il veut tuer des gens. Mais sinon c'est un chouette gosse oui."










RPs en commun


Février 934
- Comme un lundi



Morgane Forsythia


"Bon, j'avoue je suis un homme qui, parfois, a du mal à garder son calme, mais avec Lundi. Eh bien comment dire, même en faisant preuve de la plus grande objectivité du monde, je ne peux la décrire que comme ça : "INSUPPORTABLE"





Voix de Chafouin:
 



Chafouin baragouine en #009900

Naissance: 13 mai 896
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
On l’appelle Chafouin Empty
On l’appelle Chafouin Empty

Chroniques d'Irydaë :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées