Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury
Page 1 sur 1


 [mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard

Bolgokh
Bolgokh
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMer 6 Mar - 8:59
Irys : 749946
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Ce fut à la lumière des lunes jumelles que plusieurs dizaines de visiteurs s'avançaient au milieu de la cours du domaine. L'atmosphère y était inquiétante, les regards étaient méfiant si bien que personne n'osait décrocher un mot. L'on entendait bien ici et là des murmures de questionnement, mais la plupart s'envolèrent au gré d'un soupir d'Amisgal sans jamais trouver de réponses. En My'trä, pas de journaux ou de photographies pour reconnaître une personnalité, si bien que toutes et tous se demandaient si leur voisin ou voisine étaient celui ou celle a avoir organisé tout ce remue-ménage.

Puis les portes de l'imposante cave s'ouvrirent, poussées par un homme à la stature fine et au teint blafard. Ses cheveux long d'un blond lunaire ne pouvait à aucun moment laisser entrevoir les origines de cet homme, qui sous ses airs de Khurmi était en réalité l'une des personnalités les plus respectée de tout Zolios : Kimnas So'dryt, Khorog de Süns siégeant au Conseil de la Convergence. L'homme n'eut pas à faire de gestes pour que l'ensemble des braseros s'éveillent d'une volonté commune.

Des cris de surprises mêlés à de l'admiration s'élevèrent dans la foule.

« Chères sœurs, cher frères, enfants des divins et élus d'Irydaë, merci à vous tous d'être venu. Je suis Kimnas So'dryt, Khorog et Élu de Süns la flamboyante. »


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Süns, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~


Dernière édition par Bolgokh le Ven 26 Juil - 4:04, édité 1 fois

Kali Tal'göss
Kali Tal'göss
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyJeu 7 Mar - 16:17
Irys : 559540
Profession : Mercenaire/Maître d'arme
My'trän +2 ~ Zagash
Kali jetait des coups d’œil à la ronde, au milieu de cette foule hétéroclite. Elle apercevait des visages qui pouvaient venir de tout My'trä, aux profils, couleurs de cheveux et de peaux et vêtements aussi variés qu'il était possible de l'imaginer. Il y avait même quelques étrangers au milieu de tout ça, la plupart arborant des tenues typique du continent mais généralement dénoncés par un simple détail, dans la forme de leur visage ou dans leur manière d'agencer leurs vêtements.

Elle avait été attirée ce soir par de simples rumeurs portées par le vent que l'on retrouvait sur toutes les bouches de la région ou presque. Il y en avait de simples et concises tandis que d'autre versaient dans le fantasme le plus grandiose, mais la plupart s'accordait sur un fait simple : quelque chose d'important se tramait. La perspective de la guerre, bien sûr, était dans toutes ces rumeurs ou presque. Elle obsédait les esprits et l'on était juste à côté de Darga après tout, l'endroit où se réunissait le Conseil de la Convergence. Difficile de ne pas y penser.

Mais d'identité sur leur hôte, aucune ne ressortait du lot. Certains prétendaient même qu'un Architecte ferait son apparition. Ceux-là était souvent éméchés mais l'atmopshère de la cour était si sérieuse, si attentive, si prompt au mysticisme que finalement Kali n'en aurait pas été tant surprise que cela.
Mais tant que personne ne faisait son apparition elle restait là, au milieu des gens, droite et fière, les bras croisés sur sa poitrine. Elle paraissait presque immobile si ce n'était ses yeux qui scrutait toute la cour autour d'elle et de petits et soudain mouvements de tête pour regarder ce qui se passait au moindre bruit étrange qu'elle captait. Par deux fois un son plus métallique que les autres provoqua un tressaillement de bras, une main manquant bondir sur la poignée de son arme avant qu'elle ne s'arrête, constatant que ce n'était rien. Plus le temps s'écoulait, distendu par le silence oppressant du lieu, plus l'on pouvait percevoir une nervosité contenue sous un calme apparent.

Enfin, une silhouette apparue, sortant de la cave du domaine. Kali ne comprit pas d'abord de qui il s'agissait car l'homme ressemblait surtout à quelqu'un originaire de Khurmag plus qu'autre chose. Mais quand les braseros s'enflammèrent tout autour de la cour et qu'il se présenta, elle comprit son erreur et la situation dans laquelle elle se trouvait : s'il y avait une personne auprès de laquelle elle n'avait pas envie de devoir s'expliquer c'était bien un si haut représentant de Zolios.
Une grimace tordit les traits de son visage jusque là neutre et elle jeta des coups d’œils en direction des sorties de la cour. Quitter les lieux maintenant et trop précipitamment lui attirerait trop d'attention, elle le savait, mais ça n'empêchait pas de se rapprocher des points de fuite. Tant qu'elle n'était pas reconnue ou interpellée elle n'avait rien à craindre de toutes façons.
Profitant du mouvement de foule de ceux qui cherchaient à se rapprocher de l’Élu, elle se décala vers les bords de la cour, essayant de rester discrète. Elle s'appuya contre un pilier recouvert de plante grimpante, restant prudemment dans l'ombre. Toutefois elle ne pouvait s'empêcher de ressentir l'énergie d'un des braseros à quelques mètres d'elle. Le feu dansait dans sa poitrine, elle sentait sa chaleur se lover au creux de ses tripes, amplifier sa nervosité. Il aurait été si facile de puiser une grande quantité d'énergie et de fuir soudainement, bondir, sauter par-dessus le mur pour atterrir directement dans l'enclos des chevaux à l'extérieur. Si simple... Elle faillit faire un pas en avant et se ravisa. Non, elle ne voulait pas attirer l'attention et elle voulait savoir ce qui allait se passer.
Elle éteignit une flammèche insignifiante qui dansait sur sa main, l'étouffant dans le creux de l'autre, et reporta son attention sur la cour, la foule et le khorog en son centre, attentive à ce qui allait se passer, sans réussir à faire taire complètement sa nervosité et son envie de s'échapper de cet endroit sans plus attendre.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard 1520358989-avatar-zagashienne-sign-finale
Image par akreon et modifiée par Ophée
Kali utilise cette couleur : #99ffcc

Salem Maes
Salem Maes
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyJeu 7 Mar - 19:11
Irys : 136976
Profession : Manieur de dague
My'trän +1

Salem continuait ses pérégrinations sur le territoire My’tran dans l’expective de trouver la voie que Khugatsaa avait tracé pour lui. Mais aussi d’améliorer ses talents d’illusionniste. Il découvrait la région de Suhury et son climat estival particulièrement agréable. Le jeune homme espérait en partant vers le nord découvrir le lac de Mergen, immense point d’eau alimentant l’ensemble des habitants de la région Suhur.

Ce jour-là, en fin d’après-midi, le jeune homme était à l’arrière d’une caravane de marchand quittant la ville de Darga. Le commerçant devait faire un arrêt dans un domaine viticole pour prendre une cargaison de vin avant de reprendre la route. Lors de leurs arrivée dans le domaine, Salem descendit de la caravane et alla marcher le temps de se dégourdir les jambes. L’ambiance était mystérieuse, les gens parlaient d’une réunion devant avoir lieu devant une des caves du vignoble. Seulement l’identité de l’organisateur restait inconnue mais la plupart de gens était d’avis que ça allait être un évènement important. Cela attisa la curiosité de Salem qui décida de juger par lui-même. Il donna quelques Irys au marchand qui l’avait emmené jusqu’ici en le remerciant. Puis le jeune illusionniste patienta jusqu’à l’arrivée de la soirée et il prit la direction du lieu de l’évènement.

En arrivant sur place, il put voir une foule cosmopolite dans l’attente de l’arrivée d’une personne particulière. Les gens étaient silencieux voir inquiets, rajoutant du mystère à cette étrange ambiance. Salem prit position dans la masse de personne en attendant le moment de vérité sur les causes de cette réunion. Après plusieurs minutes, les portes de la cave s’ouvrirent enfin et un homme en sortit.

Lors de l’arrivée de l’hôte, les braseros entourant le lieu s’illuminèrent. L’homme avait préparé soigneusement son arrivée face à la foule. Puis des cris de surprises commencèrent à se faire entendre suivi de tonalités d’admiration. Salem ne comprit l’importance du moment que quand l’inconnu décida de se présenter. Il s’agissait du Khorog de l’architecte Süns et il se prénommait Kimnas So’dryt. C’était la première fois que le jeune illusionniste voyait une personne d’une telle stature mais il ne fut pas impressionné. L’homme ressemblait à un Khurmi avec son teint blafard et sa stature fine. Cependant Salem pensa qu’il s’agissait d’un des mages les plus puissants parmi les adeptes de Süns. Le jeune homme resta debout immobile, les mains dans ses poches, dans l’attente de la suite des évènements.

Voyons voir ce qu’il veut. Ce dit-il

Invité
avatar
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyJeu 7 Mar - 20:31
une réunion mystérieuse au claire de lune organisé par un homme tout aussi mystérieux... il n'en fallait pas plus pour attiser la curiosité de Kairos dont le voyage incessant l'avait mené jusqu'au doux pays de Suhury.


Il c'était rendu au lieu de rendez vous, suivant la foule qui chuchotait et spéculait sur l'identité du personnage et sur le but de cette assemblé. Les lunes transformaient les gens qui l'entouraient en ombres spectrales et donnaient à la scène un côté sombre presque inquiétant. Pourtant Kairos trouvait aussi un certain charme à cette scène.



Il affichait comme à son habitude son léger sourire et saluait aimablement les gens qui dont il croisait le regard. Ne restait plus qu'à attendre la venu de l’intéressé.  



Et il arriva. Son corps ne payait pas de mine et était assez banal mais les flamme qui le saluèrent et sa posture le trahir aux yeux du fidèle de Süns. Si son corps n'avait rien d’exceptionnel son âme et le pouvoir qui brûlait en lui devait être par contre brûler comme le soleil. D'ailleurs Kairos trouva qu'il était un peu arrivé comme le soleil. Sortant de sous la terre pour illuminer le monde et la nuit de sa prodigieuse lumière.


Puis l'homme se présenta, et le sourire de Kairos s'élargie. Lui dont la curiosité le poussait toujours dans les pires mésaventures, voilà qu'il faisait face à un des hommes pour ne pas dire l'homme le plus proche de Süns sur toute cette planète. L'architecte le guidait enfin sur le droit chemin. Lui qui avait erré si longtemps seul dans le noir avec seulement la petite bougie de sa foie et de sa conviction pour l'éclairer et ramener autour de lui d'autres fidèle voilà que Süns lui donnait un immense phare...


"
"merci Süns... je t'écoute et je saurais faire valoir ta suprémacie et celle de tes semblables.


Il murmura doucement cette phrase avant de tout de même nuancer un peu ses sentiments. L'homme n'avait pas encore parler et il était bien placé pour avoir qu'il y avait une grande différence entre se qu'un homme dégage et se qu'il est véritablement. Il croisa donc les bras se mordit la lèvre inférieur tout en gardant un fin sourire et se concentra sur les propos de l'homme afin de voir si ils concordaient avec ses idées. Dans tout les cas il était sur que cette soirée allait être riche, restait à savoir en quoi...

Leynar Gale
Leynar Gale
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyVen 8 Mar - 12:47
Irys : 681995
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Voleur
My'trän +2 ~ Khurmag
Il y avait eu des murmures, des rumeurs, des informations sur une mystérieuse réunion qui se tiendrait non loin de Darga. Intrigant, pourquoi tout ces mystères et ces précautions pour que cela ne soit pas trop visible ? Voilà qui piquait la curiosité de Leynar. Ses affaires pouvaient attendre, il avait le sentiment que c’était là un événement auquel il devait assister. Il avait essayé d’obtenir plus d’informations grâce à son appartenance aux Danseurs du Crépuscule, ou encore des sources qu’il gardait secrètes, mais pas un mot ni une information qu’il ne savait déjà. Quoiqu’il se passe, celui qui organisait ça devait tenir à garder la mainmise sur toutes les informations qu’il avait à sa disposition.

Et Leynar était loin d’être le seul à avoir répondu à l’appel, une foule hétéroclite se massait dans la cours du domaine, des suhurs, des zoliens, des gens de tout My’trä avaient répondu à l’appel. Et parmi toute cette masse une même question était sur toutes les lèvres : qui avait bien pu tous les faire venir ici ? Il y avait des spéculations, des hypothèses obscure sur son identité fantasmé. Leynar plissa les yeux, tout ce qu’il espérait était une réponse aux nombreuses questions qu’il se posait. Qui s’était donné tant de mal à rassembler tout ces gens ici, et pourquoi ? Le khurmi se mouvait dans la foule du mieux qu’il pouvait, peu concerné par les regards suspicieux que lui lançaient les gens autours de lui. Les imbéciles, ils n’imaginaient pas à quel point c’était mieux pour eux qu’il conserve son masque.

Puis les portes s’ouvrirent, dévoilant leur hôte. A première vue il n’avait rien de très impressionnant, mais sa stature ne fit plus aucun doute lorsque les braseros s’allumèrent comme s’ils étaient doués d’une volonté propre. La chaleur du feu qui dansait était bien trop proche au goût du khurmi, celui-ci commença à souffrir d’un léger tremblement qui s’accentuait bien trop au fur et à mesure qu’il restait à proximité des flammes. Les lèvres pincées, le regard bien moins sûr de lui, il entreprit de s’éloigner le plus possible de ce réceptacle de feu et de se placer à une distance de sécurité, s’il y en avait une. Déglutissant alors qu’il se frayait un chemin tant bien que mal, l’identité de l’homme ne lui était plus si prioritaire.

Une fois arrivé à une distance de sécurité toute relative, le khurmi lâcha un long soupir soulage avant de braquer son regard sur leur hôte. Si son apparence n’avait pas été si impressionnante au premier abord, sa stature et ses pouvoirs étaient écrasants. Celui à qui ils faisaient tous face n’était pas un homme ordinaire, loin de là, et lorsqu’il se présenta cette certitude se renforça. Derrière le masque du khurmi se cachait l’incertitude la plus totale. Un membre du Conseil de la Convergence, l’un des hommes les plus respectés de tout Zolios, rien que ça. Leynar prit une longue inspiration, peinant à calmer et à cacher le tremblement qui l’agitait depuis un moment déjà. Il regrettait déjà d’être venu.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard S5ml

A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Leynar conspire en #336699
En ligne

Nora Adarsa
Nora Adarsa
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMar 12 Mar - 14:26
Irys : 234962
Profession : Terroriste/Poseuse de bombe
Pérégrin 0
Les réceptions, ce n'était pas le genre de la maison, les Adarsa étaient des gens modestes, des personnes ordinaires qui n'avaient pour seule culture que celle de l'amour du monde. Nora portait ces valeurs que sa famille imposaient à ses membres et elle en était plus fière que quiconque aurait pu l'imaginer, elle en était si honorée qu'elle n'aurait jamais pu concevoir en être la honte. En dépit d'avoir pu faire de la paix domicile sa priorité, elle a décidé de privilégier la paix du monde ... en y semant la mort. Contradictoire, pour la plupart, mais pour elle, ça coulait de source. Sous la peur, les nations trembleraient, sous la peur, les nations hésiteraient, sous la peur, les nations négocieraient et sous la peur, les nations trouveraient la paix. Ils ne la trouveraient cependant qu'après avoir trouvé l'auteure de ces attentats, et si elle l'avait pu, la rouquine se serait donnée mille fois en tribut pour préserver ne serait-ce que la vision indistincte d'une trêve éphémère.

Elle avait entendu parler d'un obscur événement, le genre de rassemblement qui sonnerait aux oreilles des daënars, comme un complot. Pour avoir fréquenté les villes alexandares, Nora savait parfaitement à quel point la populace technologiste savait se montrer paranoïaque. C'était cette même peur du tout qui l'avait convaincue que son projet marcherait, c'était cette terreur infondée qui était la plus à même de déclencher une guerre. Tout l'objectif était de déplacer la peur vers une menace concrète, plutôt que de la laisser se traîner sur des incertitudes.

L'ambiance ici était pesante, comme si le poids de l'air s'abattait d'une seule masse sur les épaules de chaque personne dans l'assemblée. Ils marchaient tous comme condamnés s'avancent vers l'abattoir, elle-même, sans le réaliser, se surprenait à arborer les traits défaits de chaque individu présent. Pourquoi tout était-il si gris ? Le ton laissait supposer quelque chose de grave et Nora avait peur de la déclaration qui allait s'annoncer, elle se doutait parfaitement qu'une si importante assemblée, présidée par un membre du Conseil, allait aborder un sujet extrêmement perturbant.


Elle n'était pas venue pour faire exploser le tout, le doute lui avait fait admettre que tout ceci aurait très bien pu être une déclaration de paix. C'était ça, n'est-ce pas ? Tout le monde avait la pression parce que l'on s'inquiétait de cette trêve finalement arrivée ! Pourvu que ce soit ça, vraiment, pourvu que ce soit ça et rien d'autre.

Lorsque les braseros s'allumèrent, Nora n'eut aucun sourire à léguer, ici se jouait son avenir à elle, aussi. Sans paix, elle devrait continuer à faire souffrir, à se mettre en danger, à mettre son idéal en privilège pour le réaliser. Et si, par bonheur, la paix était officiellement déclarée, elle pourrait rentrer, vivre une vie de paix avec la famille qu'elle n'a que trop quitté. Une utopie à atteindre d'un côté, une utopie donnée en présent de l'autre. Par Delkhii, pourvu que ce soit vrai, pourvu que ce soit la paix. Aînée qu'elle était, Nora voulait revoir ses petites soeurs et à tout prix éviter d'assister une nouvelle fois à un seul éclat de bombe. Faîtes que ce soit la paix ...


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Ogl1

Nora s'exprime en #9966cc

Bolgokh
Bolgokh
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyLun 29 Avr - 22:05
Irys : 749946
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Kimnas n’était pas homme à apprécier ce genre de rassemblements. C’était un mage puissant, un croyant dévot, un grand esprit, mais surtout un quasi-ermite qui ne cherchait pas vraiment la compagnie des humains, préférant celle de Süns, bien moins envahissante. Pourtant, c’était lui qui se retrouvait là, devant toute cette assemblée qui n’attendait qu’une chose : qu’il parle, qu’il s’explique. Pourquoi tout ceci, alors, s’il rebutait vraiment de parler à une telle population ? La raison d’état, voilà la raison. La conviction profonde qu’il fallait agir, maintenant, pas demain, pas après une deuxième invasion de Daënastre sortie de nulle part, comme la dernière fois. Aujourd’hui, il allumerait la flamme de l’initiative chez un maximum de ces curieux. Ce ne serait pas facile, car Kimnas ne parlait jamais autrement qu’avec le cœur, ce qui ne fonctionnait que rarement pour convaincre un public. Mais il espérait, au fond de lui, que la puissance de ses sentiments et l’urgence d’agir saurait réveiller en eux un instinct de survie qui avait été savamment endormi par l’envahisseur technologique.

« Mes amis… Je suis heureux de voir qu’autant de gens ont répondus à mon appel, alors même que vous n’aviez aucune idée de qui se cachait derrière cette obscure convocation. Je m’excuse profondément pour tous ces mystères, mais ce que je vais vous dire me coûtera probablement cher. Mais il faut que je le dise, il faut que vous sachiez, mes enfants, et que vous alliez le répéter à tous ceux que vous allez croiser ensuite. Notre avenir à tous en dépend, que vous viviez à My’trä ou non, que vous soyez de fervents croyants, ou non. Notre vie à tous est en danger. »

Il fit une pause, observant tous ces visages dans la pénombre que n’avait pas totalement chassé la lueur des braséros. Son visage exprimait une sincère inquiétude qui sensibilisa déjà pas mal de gens dans l’assistance. Un homme aussi puissant, aussi sage et respecté qui s’inquiétait, ça ne présageait vraiment rien de bon.

« Vous le savez maintenant, après le Tulaan Khonzo, après cette guerre sanglante, nous avons été contraints de laisser l’envahisseur s’installer chez nous. Je… Je suis conscient que, parmi vous, beaucoup sont encore en colère face à cette décision que mes prédécesseurs ont pris à l’époque. Sachez que, au début de la guerre, je n’avais qu’une vingtaine d’années. Je vivais à Eoril et c’est à Khurmag, chez notre voisin, que ceux qui ont domptés les machines ont débarqués sans s’annoncer pour massacrer, piller, détruire. Vous savez ce qu’ils ont fait, ce qui en a malheureusement découlé, mais savez-vous pourquoi ils ont perpétré ce massacre ? Pourquoi ont-ils tenu à nous avoir au bout d’une laisse, à nous surveiller en permanence ? La peur, mes enfants. C’est leur peur qui a causé tout ceci. »

« Cette peur, elle est légitime. Ils ont rejeté les Architectes il y a plus de mille ans et, depuis, ils n’ont eu de cesse de le regretter. Une fois à Daënastre, la non-maîtrise de la magie leur a coûté cher en vies humaines, en sacrifices, en conflits internes. Aujourd’hui, cette même non-maîtrise les a poussés à nous détester, à nous craindre, parce qu’ils savent qu’un seul maître de la magie de Delkhii pourrait détruire leurs belles cités aux murs immenses ; parce qu’ils savent que nous, les My’träns, on ne connaît pas la peur. Les Architectes nous ont bénis en nous empêchant d’être paralysé par la peur de la mort, par la crainte de perdre nos êtres chers, parce que nous savons que nous finirons tous dans les bras des créateurs de ce monde et que même les plus puissantes technologies des Daënars ne leur ramèneront pas ce bonheur. »

Kimnas baissa les yeux, il était vraiment des plus anxieux, non seulement à cause de la gravité de son discours, mais parce qu’il sentait de plus en plus les regards appuyés de cette foule sur lui. Mais il devait tenir bon, il devait prévenir sa nation, son peuple, que le plus grand danger les guettait.

« Il y a deux ans, les Daënars ont subis des drames sur leur propre sol, certains perpétrés par des mages. Il y a un an, Süns nous est apparu dans sa toute puissance et a sauvé son frère des griffes de ceux qui veulent intentionnellement briser la paix. Je ne veux plus de cette paix, car les Daënars n’en veulent plus non plus et depuis longtemps. Ils reviendront, mes enfants, ce n’est qu’une question de temps. Ils sont même déjà ici, parmi nous. Je ne souhaite pas leur destruction, mais eux n’ont pas autant de considération pour nous. Ils voudront définitivement nous détruire et dans peu de temps ils enverront les forces pour le faire. Ce qui nous a coûté si cher il y a trente ans, c’est de ne pas avoir été préparé à cette invasion, d’avoir eu trop confiance en la nature humaine. Aujourd’hui, j’implore tous ceux qui peuvent m’entendre, tous ceux qui pourront transmettre ce message de le faire : Préparez-vous, parce que la paix n’est déjà plus. »

Soudain, un élan emporta le cœur du Khorog. Un brasier s’anima soudain et il prononça cette dernière phrase, non pas avec gravité, mais avec puissance, non pas avec un pragmatisme froid, mais un espoir flamboyant. C’était là le plus grand message qu’il souhaitait insuffler avec son discours : l’espoir.

« Et je refuse que nous soyons les vaincus une fois de plus ! Les Architectes sont avec nous, mes enfants ! Les Daënars le savent et ont peur de ce que nous pourrions faire si nous nous préparions au combat. Alors, montrons-leur, My’träns ! Montrons-leur qu’ils font une énorme erreur en essayant de nous détruire ! »


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Süns, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Leynar Gale
Leynar Gale
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyDim 5 Mai - 22:42
Irys : 681995
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Voleur
My'trän +2 ~ Khurmag
Parfois il fallait ne pas se laisser aller à une peur primaire inscrite dans le sang et la chair, Leynar essayait du mieux qu’il pouvait de ne pas se laisser aller à la panique à cause des braseros ayant été allumés plus tôt. Mais tout les braseros en ce lieu n’étaient pas que physique, et certains fumaient plus que d’autres, certains crépitaient et laissaient déjà s’échapper des étincelles depuis fort longtemps devant un situation qu’ils jugeaient insupportable. Une colère que Leynar comprenait, et qu’il partageait. Le Tulaan Khonzo n’avait pas été oublié, et encore moins pardonné, nombreux étaient ceux qui avaient perdu des proches dans cette guerre, et si la majorité les avaient oubliés, il y en avait qui ne pouvaient pas les oublier, certains se souvenaient toujours de ceux qui avaient été perdus, mutilés et déchirés par les griffes des technologistes.

Le khurmi serra sa mâchoire, si une forme de frustration et de colère commençait déjà à dominer dès le début de ce discours, la suite ne le faisait que plus bouillir. La simple mention du sort de Khurmag pendant la guerre le mettait presque hors de lui. Les illusions avaient beau masquer les dégâts que la région avait subit, son spectre régnait encore sur la terre des khurmis. Et dire qu’il se mettait autant en colère alors qu’il n’était pas spécialement quelqu’un de bien… Mais il y avait des priorités, Leynar aurait beau pester à longueur de journée à propos des habitants de certaines régions, il valait mieux être suhur et zagashien qu’être daënar. Oui, c’étaient des temps troublés, et il fallait se préparer en conséquence, et ne pas laisser ces satanés technologistes marcher sur les terres my’trannes comme ils l’avaient fait jadis.

Le profit, le vol, l’arnaque, tout ceci étaient de maigres buts alors que l’existence même des my’trans était menacée. C’était presque amusant, Leynar découvrait à peine une partie de sa personnalité qu’il ne connaissait pas vraiment jusqu’à présent, jamais il n’aurait cru se sentir aussi concerné, et pourtant il réfléchissait déjà à des moyens d’aider à la préparation de la guerre, car elle arriverait, ça ne faisait aucun doute dans l’esprit du khurmi, le tout était d’être efficace et méthodique. Leynar s’était trouvé un nouveau but qui avait remplacé ses précédentes considérations. Il fallait mettre de côté certaines rancunes afin de se concentrer sur le plus important, le khurmi réfléchissait même à collaborer avec certains anciens ennemis, même si cette idée le révulsait. Oh non, ils ne seraient plus les vaincus, plus jamais et pas s’ils avaient les moyens de l’en empêcher, et ces moyens ils les avaient.

Leynar leva ses prunelles bleues vers le ciel à travers les fentes de son masque, et espérait de tout son être que les Architectes veillaient sur eux, il allait falloir prendre de nombreuses décisions, certaines plus difficiles que d’autres. Lui qui avait peur du feu, le Khorog de Süns avait su raviver des braises encore rougeoyantes pour se faire s’élever un brasier. Un parmi tant d’autres.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard S5ml

A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Leynar conspire en #336699
En ligne

Nora Adarsa
Nora Adarsa
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMar 7 Mai - 16:18
Irys : 234962
Profession : Terroriste/Poseuse de bombe
Pérégrin 0
Les braseros étaient allumés, les oreilles, avives, les espoirs hauts, les peurs ... plus hautes encore. Lorsque le dévot commença son discours, Nora, dans le fond de la pièce, serrait les dents, forçant sur ses paupières en écoutant chaque mot prononcé par l'orateur. Chaque parole, chaque syllabe, chaque souffle qui sortait de la bouche du my'tran faisait se serrer la gorge de la rouquine. Il enchaînait formalité sur formalité, cérémonie sur cérémonie, tout pour retarder la conclusion qui semblait de plus en plus inévitable. La jeune femme espérait, elle aurait même prié si elle avait su à qui s'adresser pour qu'il enchaîné sur un "Mais ne laissons pas ces erreurs nous dériver du droit chemin". Rien n'en fit.

Le discours s'enchaîna, les perceptions de Nora se brouillant à chaque phrase terminée. Lorsque, enfin la conclusion ponctua ses verbes d'un tranchant "la paix n'est déjà plus", la terroriste ne sentit rien d'autre que son coeur dans son cou et une nausée grandissante entre ses tripes. Elle tenait encore debout, mais son expression était pâle comme la mort, sa bouche s'arrondit en une muette stupeur et ses paupières se gonflaient de rouge. S'ensuivit les protestations du public, les acclamations du public, mais elle n'entendait que ces dernières, elle n'entendait que les clameurs qui réclamaient vengeance, qui réclamaient le sang de ceux qui étaient différents, de ceux qu'ils ne pouvaient pas comprendre. C'était comme si tout le monde avait trouvé sa place dans les rangs de la guerre ...

Mais elle, alors ? Elle était la fille d'une my'tranne et d'un daënar, vivant en paix dans les campagnes de Nislegiin. Quel rôle avait-elle à jouer dans tout ça ? Elle avait tout donné de sa personne pour la paix, elle avait même donné ce qui n'était pas à elle pour que la peur de la guerre ne s'installe, et maintenant, plutôt qu'une impasse, tous considéraient le conflit comme leur porte de sortie. Nora avait donné trop de son sang, elle avait trop fait couler celui des autres pour vouloir voir tout ce qu'elle avait entrepris s'effondrer aussi rapidement en poussière.

Elle avait envie de vomir, mais elle se sentait ignorée, trahie par elle-même, trahie par sa cause. Comment tout cela pourrait-il se finir avec un discours quand elle a tué des innocents pour que tout s'arrange ? Hors de question qu'elle ait fait tout ça pour rien, hors de question qu'elle voit ce jour arriver tant qu'elle serait vivante ! Sentant son sang se retourner dans ses veines, elle écarta les gens sur son passage, tentant de s'approcher du délateur, criant finalement à plein poumons, jusqu'à presque s'en casser la voix.

- Attendez ! ATTENDEZ ! Vous ne pouvez pas faire ça ! Vous ne pouvez pas demander à ces gens d'aller quérir leurs semblables pour les envoyer à la mort ! Quel genre d'homme êtes-vous pour oser leur demander ça ?!

Elle n'avait pas l'habitude de se faire remarquer ... mais voilà, il y avait une première fois à tout, et c'était maintenant ou jamais.

- Vous l'avez dit vous-même ! Nous avons soufferts de nos morts, même en temps de paix, mais réfléchissez ! Lorsque l'exposition a explosé, il y avait autant de daënars que de my'trans dans les victimes ! Lorsque les pirates ont assailli le théâtre des Sept Coeurs, les deux sangs ont coulé ensemble ! Votre peuple a déjà souffert, sans qu'il n'y ait même de conflit, qu'en sera-t-il donc en temps de guerre ?! Et si vous perdez ? Que restera-t-il donc à défendre ?! Des ruines ? Et vous, vous êtes prêt à sacrifier tout ça au nom de la vengeance ?!


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Ogl1

Nora s'exprime en #9966cc

Kali Tal'göss
Kali Tal'göss
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMar 14 Mai - 19:59
Irys : 559540
Profession : Mercenaire/Maître d'arme
My'trän +2 ~ Zagash
Ainsi ils y étaient ? Ils allaient vraiment en finir avec ces traités stupides qui empêchaient les vrais croyants et défenseurs des Architectes de faire leur travail ? Kali imaginait déjà les mines effondrées, les hangars incendiés et les quais détruits dans les différentes colonies de Daënastre. Ce serait une vision glorieuse, un véritable autel à la grandeur des Architectes : enfin les errements des incroyants ne balafreraient plus les terres des fidèles.
Elle poussa un cri de joie et de colère mêlées, escaladant l'un des piliers pour se hisser au-dessus de la foule et prendre pied sur une pyramide de tonneau de vin, surplombant la foule assemblée qui écoutait le l'élu avec grande attention. Il y avait ceux qui le portaient en triomphe et qui s'agglutinaient autour de lui, le traitant en prophète sacré avec une ardeur inhabituelle. Il y avait aussi ceux qui ne semblaient pas apprécier ce qu'ils entendaient, minoritaires, jaugeant le spectacle de loin avec des regards désapprobateurs. L'un d'eux leva le regard vers Kali en entendant ses cris d'encouragement et la toisa avec un dédain manifeste. Elle se contenta de cracher à ses pieds quand elle le remarqua. Il fronça les sourcils et sembla prêt à relever l'insulte avant que sa voisine ne le calme d'une main apaisante sur son épaule, lançant au passage un regard noir à Kali, qui se désintéressa bien rapidement d'eux.
Il y avait également nombre d'indécis dans la cour ce soir qui ne savaient comment recevoir la nouvelle. Étaient-ils de ceux qui connaissaient leurs ennemis mais étaient trop lâches pour agir ? De ceux qui se souciaient des pertes futures mais ne pouvaient fermer les yeux sur les injustices présentes ? Ou tout simplement de ces gens trop prudents qui plutôt que de prendre une mauvaise décision préféraient ne pas choisir du tout ? Tout cela et bien d'autres raisons encore devaient se trouver sous le crâne des hésitants, mais tant que seul Kimnas parlait ils ne risquaient pas de se détourner de sa prêche.

Sauf qu'une inconnue décida de se faire remarquer. Kali avait pu la voir tenter de se frayer un chemin jusqu'à l'élu à travers la foule, en essayant de l’interpeller. Sa voix peinait à se faire entendre par-dessus les acclamations mais Kali pouvait en comprendre l'essentiel : elle appelait à la paix et à la coopération. Sauf qu'elle ne se sentait pas d'humeur à se montrer compréhensive et, quand son regard se posa sur une plante grimpante, elle en arracha l'un des fruits puis le lança. Le projectile décrivit une harmonieuse courbe en l'air avant d'atterrir sur l'épaule de sa cible. Kali eut une petite moue de déception, elle avait visé la tête.

« Assez de la paix ! » elle cracha ce mot comme s'il s'était s'agit d'une insulte : « Les daënars exploitent nos frères et nos sœurs dans leurs mines infernales, ils saccagent nos terres de leur machine répugnantes, pourquoi devrions-nous encore le tolérer ? Il ne s'agit pas de vengeance mais de fierté ! Ceux qui ne veulent pas se défendre méritent leur sort : la guerre n'est ni un mal ni un bien, c'est une nécessité ! »

Oubliée son inquiétude initiale, elle se dressait fièrement au-dessus de tous, toisant les sceptiques comme pour les défier de lui donner tort. L'adrénaline faisait battre son cœur à toute vitesse, le sang battait à ses tempes et elle avait du mal à contenir ses émotions. Ses cheveux roux, laissés libre, volaient dans la brise du soir et semblait flamboyer dans la lumière rouge des braseros, comme animés d'une vie propre par les courants d'air chaud de ceux-ci.

« Et avec l'aide des Architectes, nous vaincrons ! La victoire est dans la foi ! »

Elle avait hurlé ce vieil adage des tribus de Zagash de toute la puissance de ses poumons, galvanisée par sa propre témérité. Jamais elle ne s'était adressé à autant de gens, elle ne connaissait presque aucun d'entre eux mais elle leur avait parlé sans peur, portée par sa conviction.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard 1520358989-avatar-zagashienne-sign-finale
Image par akreon et modifiée par Ophée
Kali utilise cette couleur : #99ffcc

Bolgokh
Bolgokh
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMar 18 Juin - 18:02
Irys : 749946
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
La ferveur invoquée par le khorog avait, semble-t-il, trouvé un écho dans le cœur de certaines personnes présentes dans le public. Mais ces exaltations étaient motivées par des sentiments adversaires. Certains hurlaient d’approbation avec Kimnas, comme cette jeune femme aux cheveux de flamme qui se percha sur un promontoire pour manifester tout son enthousiasme à propos de ce que le mage avait évoqué et, par la même occasion, pour mettre au jour son prompt désaccord avec celle qui avait, en premier, élevé la voix dans la multitude et ce afin d’exhorter leur hôte de ne pas poursuivre sur la voie qu’il avait choisie. Mais elle se trompait lourdement. Kimnas n’avait rien choisi de tout cela. Regardez-le, s’il avait pu faire un quelconque choix il ne se trouverait pas ici, tordu d’anxiété face au brasier qu’il avait allumé par ses mots. La vérité c’est qu’il était de son devoir de faire tout cela et, surtout, qu’il n’était bienheureusement pas seul pour effectuer cette besogne. Alors que, très rapidement, une nette division vint trancher la foule en deux entre les partisans de la guerre et ses détracteurs, une voix se leva dans le dos du khorog et exigea le calme de tous, même de ceux qui montraient vivement leur soutien à Kimnas.

"Calmez-vous, tous ! Ecoutez-nous, au lieu de vous battre les uns avec les autres !"

Une silhouette vint se mettre à côté de Kimnas. Les adeptes de Dalai reconnaîtront sans peine l’un des plus grands guerriers de Zagash et l’un des plus fervents serviteurs de leur déesse aquatique. Katakan, gharyn suprême de Dalai. Une sorte de chat maigre en apparence. Fin, élancé, souple, mais terriblement agile et bien bête était celui qui sous-estimerai son pouvoir car il avait véritablement la possibilité de déplacer des mers, des lacs et des rivières. Sa présence était d’autant plus surprenante qu’il se trouvait aux côtés d’un khorog de Süns. Pourtant, une animosité séculaire animait les croyants de ces deux Architectes. Leurs unions étaient aussi chancelantes qu’éphémères d’ordinaire et même au sein du Conseil de la Convergence il n’était pas rare que les séances trainent en longueur parce que ces deux partis ne pouvaient tomber d’accord. Et pourtant le voici, Katakan, sûrement l’un des plus impulsifs et instables esprits de ce Conseil, qui s’allie avec son ennemi de toujours. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’un tel pas en avant n’avait pu être possible que parce que la situation était des plus dramatiques. L’assistance se tut immédiatement et le gharyn put expliquer les raisons de sa présence.

"Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Nous devons rester unis ! Regardez-nous ! Rien n’aurait pu nous rapprocher il y a deux mois de cela, rien ! Vous savez ce qui nous a poussé à collaborer ? L’urgence. Parce que notre destruction est proche si nous ne faisons rien. Parce que nos querelles n’ont aucune valeur comparées au péril qui s’approche. Parce que c’est une entité supérieure qui nous a demandé de vous adresser ces paroles. Qui donc ? Qui est supérieur à tous les Architectes, selon vous ? Leur maître, leur dieu, leur père, Bolgokh. Voilà qui nous a parlé. Voilà qui nous a prévenu du danger, parce que les Daënars ne menacent pas seulement My’trä. Ils ne sont pas dangereux que pour nous, mais pour Irydaë tout entier. La création même des Architectes est en danger. Leurs machines, leur avidité, leur crainte d’être détruit par plus fort qu’eux mènera notre monde à sa perte. Ils ne s’arrêteront jamais, voilà ce que Bolgokh nous a dit. "


Et à ce moment toute la rage que les adeptes de Dalai aiment tant évacuer, toute la colère qui animait le cœur de cet homme qui n’épargnait pourtant aucune occasion de s’en débarasser à coup de bagarres et hurlements, toute cette énergie fut employée à terminer son discours. Car il n’y avait aucune cause, aucune guerre qui ne méritait plus sa colère que celle-ci.

"Et il nous a chargé, à nous, le peuple élu par ses enfants, d’arrêter cette menace, d’arrêter cette escalade de puissance qui ne mènera qu’à la destruction de tout ! Par Dalai… Regardez qui vous dit ça, regardez ! Avez-vous déjà entendu un maître de la magie de Dalai qui vous lance de tels avertissements ? Non ! Parce que même notre mère du courroux n’a jamais eu affaire à une telle situation ! Ils veulent tuer nos dieux, mes amis ! Ils ne s’arrêteront pas avant d’avoir détruit tout ce qu’ils estiment être une menace ! Il n’y a qu’une seule solution pour nous sauver tous : les détruire, maintenant ! Voilà les paroles de Bolgokh !"

Une vive exclamation conquis instantanément l’assistance. Cette hargne était comme une pestilence se propageant à toute vitesse, tout autour de son premier porteur, mais est-ce que cette maladie n’était pas nécessaire, au fond ? Est-ce qu’il ne valait pas mieux souffrir de cette colère aveugle que de risquer la disparition du monde ? C’était l’intime conviction de Kimnas. Sinon, il n’aurait pas convié cet homme pour lui partager le message du Créateur. Mais, maintenant que Katakan avait pratiquement fait l’unanimité grâce à ses paroles puissantes, il était temps pour le khorog de transmettre la seconde partie du message de Bolgokh. Après l’urgence, après la colère, après la peur, il était tant de partager à cette foule leur espoir. Celui qui pouvait leur faire remporter cette guerre.

"Mes enfants, mes enfants ! Vous êtes déjà si enthousiastes… cela me touche, vraiment, mais attendez. Bolgokh nous a transmis un second message, cette fois-ci empli d’espoirs et de sagesse ! Bolgokh voit tout et il nous offre un moyen d’aller libérer nos frères et soeurs prisonniers des mines des technologistes. Il nous offre un moyen de les soigner ! De leur rendre le lien qui les unis aux Architectes ! "

Plus de peur dans la voix du casanier khorog, simplement le soulagement d’enfin révéler à son peuple que, c’est possible, ils pourront être guéris. Leurs filles, leurs fils, leurs cousins, leurs amants, tous n’auront plus à craindre les armes horribles de Daënastre qui pouvaient leur faire perdre tout pouvoir et, par la même, toute volonté de vivre s’ils ne pouvaient plus servir dignement les Architectes.

"Bolgokh nous a offert un homme qu’il décrit comme vivant quelque part dans les immenses et impénétrables montagnes de l’ouest du monde. Fort à parier que ce sont donc des montagnes de Khurmag qu’il s’agit. Cet homme est décrit comme ayant le pouvoir de rendre aux My’träns infectés leur magie car les ramenant dans le cœur de chaque Architecte car tous sont dans celui de Bolgokh. Cet homme se nomme Vildkaarl. Il habite un château de pierre servant de retraite au petit ordre qu’il a réuni autour de lui. Nous n’en savons guerre plus, mais nous ferons tout notre possible pour le retrouver. Voici notre espoir, mes enfants. Et grâce à lui nous l’emporterons."


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Süns, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Kali Tal'göss
Kali Tal'göss
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyVen 28 Juin - 2:35
Irys : 559540
Profession : Mercenaire/Maître d'arme
My'trän +2 ~ Zagash
Kali était là, toujours perchée au milieu de ce qui devenait presque un terrain d'affrontement, invectivant ceux qui se prononçaient pour la paix et la tempérance, encourageant à la guerre et, parce qu'elle ne se refaisait pas, prêchant pour Dalaï dès qu'elle en avait l'occasion. Elle faillit tomber de son perchoir lorsqu'elle esquiva un fruit lancé par un type dont elle était sûr d'avoir déjà vu le visage -et les circonstances de leur rencontre pouvaient sans nul doute expliquer son hostilité. Son pied glissa et elle manqua tomber en avant, ne parvenant à se retenir qu'en battant l'air de ses bras. Alors qu'elle reprenait pied tant bien que mal, trébuchant à moitié en arrière avant de se stabiliser, une voix imposa le silence. Et, pour une fois, elle le respecta parfaitement car l'identité de la personne qui venait d'apparaître lui coupait la voix.
Katakan ! Le gharyn suprême de Zagash, le guerrier dont elle ne pouvait que rêver être un jour l'égal. Elle l'avait déjà aperçue, de loin, à certaines occasions mais il s'agissait surtout de cérémonies ou d'apparitions publiques à côté desquelles cette assemblée, entassée dans la cour d'un simple domaine viticole, faisait presque figure de cadre intime. Il lui revint à l'esprit qu'elle se tenait debout, bien en vue de tous et donc y compris de lui. Il fallait donc qu'elle garde l'air digne : elle se fit la plus grande possible, dégagea quelques mèches de cheveux de son visage, bomba le torse et posa les mains sur ses hanches, dans une posture martiale et sûre d'elle qu'elle était loin de ressentir en son for intérieur.

Elle n'oublia pas pour autant d'écouter ce qu'il disait. Ainsi Bolgokh leur avait parlé ? C'était... pour le moins inhabituel, plus encore pour un gharyn. A moins qu'il ne s'était seulement adressé à Kimnas et que celui-ci avait convaincu Katakan ? Si c'était le cas, le khorog devait avoir de solides arguments, elle était bien placé pour savoir que les tensions entre Zagash et Zolios étaient loin d'être apaisées.
Elle réfléchissait trop ! Ce qui comptait, c'était le message et il était limpide : les daënars devaient disparaître. D'abord, des terres de My'trä, plus tard, du reste du monde. Elle hurla avec les autres à la mort de leurs ennemis, dans une démonstration commune de colère et de détermination qui servait d'encouragement collectif à la foule. Car du courage il allait leur en falloir, il serait idiot de penser que leur tâche serait facile.

Elle eut beaucoup de mal à se calmer pour entendre ce qu'avait encore à dire Kimnas. De quoi pouvaient-ils avoir besoin encore ? Ils avaient une cible, la motivation, la foi et la colère. Mais non, le message de Kimnas n'avait rien à voir avec ça, ou si peu : il parlait de guérison, de recouvrer leurs pouvoirs pour ceux qui les avaient perdus. Bien qu'elle n'avait jamais elle-même assisté au phénomène elle en avait entendu parler quelques fois et la perspective de perdre le lien aux Architectes lui semblait toujours aussi terrible. Elle ne pouvait imaginer le soulagement de ceux qui avaient été ainsi maudits et qui pourraient voir leur peine allégée.
Mais la compassion n'était pas son fort et l'envie de faire payer les daënars était trop intense pour qu'elle l'ignore aussi simplement. Elle décida donc de parler à nouveau, toujours au sommet de son tonneau. Elle s'éclaircit un peu la voix avant de s'adresser à la foule : il ne lui vint même pas à l'esprit que ce n'était peut-être pas sa place et que Kimnas ou Katakan risquaient d'en prendre ombrage.

« Mes frères ! Mes sœurs ! Je sais que chacun d'entre vous souhaite trouver ce guérisseur miraculeux et c'est bien normal : notre lien aux Architectes est ce qui nous définit avant tout et aucun my'trän ne pourrait souhaiter à quelqu'un d'en être privé, pas même à son pire ennemi. Mais les montagnes de l'ouest sont traîtres et ceux qui ne les connaissent pas pourraient passer à cent mètres de ce château sans même l'apercevoir.
Je suis certaine que parmi nous il y a des trappeurs, des voyageurs aguerris, des habitués de la montagne ou simplement que vous connaissez de telles personnes. Je les enjoins à se mettre à chercher Vildkaarl ou à parler de lui à tous ceux qui seraient susceptibles de réussir à le trouver. Et lorsque ça sera fait, tous nous pourrons nous atteler à aider nos frères et sœurs affectés par le poison des daënars à le rejoindre pour être débarrassés de leur malédiction.
« Mais en attendant, nous ne pouvons nous permettre de rester inactifs ! Nous ne pouvons nous contenter de soigner les maux, il faut prévenir leur apparition et détruire la cause de nos malheurs : les mines de magilithes des daënars et toutes leur installation sur nos terres ! Bolgokh nous a indiqué un remède, mais les Architectes nous ont depuis longtemps donné les moyens de nous protéger et jusqu'à présent nous avons faillis. Plus maintenant ! Plus jamais !
Je sais que certains sont attachés à l'illusion de la paix mais nous n'avons pas le choix. Qui sait si les pouvoirs de ce Vildkaarl lui seront toujours accordés ? Ou ce qu'il en adviendra à sa mort ? Bolgokh nous laissera-t-il encore une chance si nous ne prenons pas des mesures radicales ? Et si la guérison n'est plus possible, comment l'expliquerez-vous à nos enfants ou à nos petits-enfants qui s'étoufferont dans la poussière rejetée par les mines ? La paix vaut-elle ce sacrifice ?
« Je dis que non ! Je n'abandonnerai pas ce que nous sommes et je me refuse à l'inaction. Que ceux qui pensent comme moi me suivent pour éradiquer la tumeur qui gangrène nos terres. Mort aux daënars ! »


Elle avait levé les bras lors de sa dernière tirade, comme pour inviter la petite foule à la suivre. Elle les laissa retomber à la fin de son discours. Elle était étrangement épuisée, ruisselante de sueur et tremblait d'excitation et de trac. Son regard parcourait des yeux l'assemblée, à la recherche d'un soutien.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard 1520358989-avatar-zagashienne-sign-finale
Image par akreon et modifiée par Ophée
Kali utilise cette couleur : #99ffcc

Leynar Gale
Leynar Gale
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptySam 29 Juin - 0:30
Irys : 681995
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Voleur
My'trän +2 ~ Khurmag
Deux des hommes les plus influents de tout My’trä qui mettaient de côté leurs trop nombreux différents afin de faire face à un ennemi commun. Si la situation n’avait pas été assez alarmante du goût de certains, elle l’était désormais sans l’ombre d’un doute. Les conflits stériles, les guerres entre clan, rien de tout ceci n’avait plus d’importance, une menace d’envergure planait sur eux, et ils devaient tous rester unis pour avoir l’espoir de contrer ces infâmes technologistes. Oh oui ils étaient dangereux, ceux qui pensaient le contraire étaient des imbéciles naïfs qui continuaient et continueraient de se voiler la face. La technologie n’avait plus rien à faire sur le sol de My’trä, sur tout Irydaë, elle devait être méthodiquement détruite pour qu’il n’en reste plus rien.

Oui les daënars étaient une menace pour les my’träns et les Architectes eux-mêmes, le grand Khugatsaa n’avait-il pas subit de plein fouet les effets néfaste de la technologie ? Cette simple pensée faisait bouillir de rage le khurmi. Ce simple acte montrait à quel point la technologie était néfaste, et pourquoi il fallait la détruire coûte que coûte. Ce ne serait pas chose aisé, il y allait avoir des pertes, de nombreux sacrifices à faire avant que ce ne soit fait, mais la récompense vaudrait bien toutes ces peines. Du moins c’était ce que pensait et espérait Leynar, si c’était pour le bien des Architectes, alors la voie était toute tracée.

Il n’oubliait pas ceux qui avaient perdu leurs pouvoirs, ceux qui avaient perdu tout lien avec leur Architecte. Si la vie des autres n’avaient que peu de valeur pour lui, il ne pouvait que frissonner à la mention d’un tel destin. Être coupé des Architectes devait être horrible, le khurmi n’osait songer à ce qu’il pourrait ressentir à leur place. Mais si un homme était bel est bien béni par la capacité de rétablir ce lien alors il fallait le retrouver le plus rapidement possible et sans perdre une seule seconde. Le temps était une chose précieuse qui continuait de tourner pendant qu’eux restaient inactifs. Ils étaient restés passif trop longtemps, il était désormais temps de se lever comme un seul homme pour montrer aux technologistes qu’il ne fallait pas sous-estimer les my’trans, que ceux qui ont la faveur des Architectes protégeraient leur terre et leurs dieux.

L’intervention de Bolgokh était curieuse, mais cela avait le mérite de faire se propager l’espoir. Si le père des créateurs lui-même était de leur côté que pourrait-il leur arriver ? Oui, il n’y avait plus qu’à passer à l’action, mais il ne fallait pas se précipiter, il fallait être méthodique et viser juste, cibler les plus grandes faiblesses des daënars sur le sol my’tran. Les mines s’embraseraient, sans aucun doute, et les ports suivraient, les zagashien seraient plus que satisfait par la perspective de déchaîner les flots sur les ports daënar et de reprendre ce qui leur appartenait de droit.

La joie se répandait déjà parmi les fidèles des Architectes, l’espoir subsistait, un espoir qui les mènerai à la guerre contre les technologistes. Non loin d’où il était une voix s’élevait, une rousse perché sur des tonneaux de vin commençait à donner un discours à celles et ceux qui étaient autours d’elle. Était-ce l’effet de la passion ou de l’opportunisme calculé ? Le khurmi ne le savait pas, il s’en fichait à vrai dire. Elle oubliait sa place mais ce n’était pas important, elle véhiculait les mêmes idées que Kimnas et Katakan et elle aidait à motiver la foule, même si son impact était bien moins frappant.

Leynar s’éclaircit la voix, s’apprêtant à faire ce qu’il évitait le plus souvent à tout prix, mais c’était une occasion spéciale, il pouvait s’autoriser de sortir de l’ombre pour briller quelques instants, ce n’était qu’un maigre effort pour contribuer à la cause, à sa manière pour soutenir la rousse.

-Nous avons été trop patients et inactifs, nous avons tolérés trop longtemps la présence des mines et de la technologie ! Nous avons gaspillé un temps trop précieux, un temps que nous aurions pu utiliser pour empêcher les nôtres d’être empoisonnés ! Leur mines doivent être démantelées rapidement et méthodiquement, qu’elles ne puissent plus jamais être réimplanter et que les nôtres n’aient plus jamais à craindre d’y retourner ! Si nous ne faisons rien nous finirons tous dans des mines à travailler pour les daënars, qui voudrait d’un pareil destin ? Qui voudrait finir ses jours coupé de son Architecte à travailler pour ceux qui œuvrent à leur destruction ? Si nous ne faisons rien nous disparaîtrons, qui veut laisser cet héritage derrière lui ? Nous devons détruire les mines, et toute présence daënare à My’trä !

Être sur le devant de la scène n’avait jamais été le point fort de Leynar, il avait toujours préféré rester et œuvrer en coulisses, à observer la situation de loin tout en manipulant discrètement les événements. Mais ceux-ci prenaient aujourd’hui une toute autre ampleur, et les manipulateurs n’avaient pas d’avenir s’ils étaient menacés d’extinction. C’est pour cela qu’il fallait agir, même au grand jour.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard S5ml

A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Leynar conspire en #336699
En ligne

Bolgokh
Bolgokh
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyVen 26 Juil - 3:31
Irys : 749946
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Les deux hommes admiraient leur œuvre avec un regard mêlant parfaitement espoir et pragmatisme. Le pragmatisme en tout était la condition sine qua non de leur réussite. Il fallait être pragmatique quant aux solutions qui s’offraient à eux, mais également face à l’enthousiasme débordant qu’affichaient leurs confrères et consoeurs à l’annonce de toutes ces fracassantes nouvelles. Vous me direz que le pragmatisme ne peut s’accorder avec la croyance religieuse qui anime les My’träns. Sauf que sur Irydaë, il n’y a aucune croyance, il n’y a qu’idéologie. Même les Daënars les plus virulents ne peuvent nier que les Architectes existent et agissent, mais ils ont simplement choisi de s’en éloigner et, aujourd’hui, de les défier. Et ce constat amer est la raison première de leur présence ici à tous. Alors oui, Kimnas et Katakan étaient pragmatiques. Ils observaient le discours enflammé de la rouquine qui s’élevait au-dessus de la foule d’un œil neutre. Les adeptes de Süns et de Dalai sont les premiers capables de comprendre que l’enthousiasme fanatique peut être à la fois la plus puissante de nos armes et notre plus terrifiant poison.

Mais ils ne pouvaient nier que c’était de personnes comme elle dont My’trä avait besoin aujourd’hui. La foule autour de Kali Tal’Göss s’enflammait de plus en plus à chacune de ses paroles et elle leur offrait au moins autant de courage et d’espoir que leurs deux discours réunis. Alors Katakan décida simplement de lui sourire quand leurs regards se croisèrent. Un sourire presque paternel, un sourire de confiance et d’approbation. Elle les rendrait sûrement fiers, tous les deux, lorsque cette grande quête commencera. Et elle allait démarrer dans très peu de temps, car c’était ce qui leur manquait plus que tout : du temps. Il fallait se dépêcher de trouver Vildkaarl, il fallait détruire ces mines, rendre à leurs frères et sœurs ce lien si cher qu’on leur avait arraché. Et il fallait se préparer à la furie, pas seulement celle des Daënars, mais aussi celle du Conseil qui n’approuverait sûrement pas cette réunion nocturne et toutes ses conséquences.

C’est pourquoi il fallait s’assurer de garder un peu le secret. Oh, aucun des deux chefs ne se faisait d’illusion. Si ce n’était pas dans une semaine que le Conseil les démasquerait, ce serait dans deux voire trois s’ils ont de la chance. Mais ils ne comptaient pas fuir, ce serait autant de temps gagné à se préparer pour se défendre. Car plus les jours s’écouleront sans qu’ils ne soient attrapés, et plus My’trä aura eu vent de ce qu’ont annoncé ces deux hommes ce soir. Et plus la nouvelle se répandra et enflammera le continent, plus le Conseil se devra d’écouter attentivement les deux braves pyromanes à l’origine de ce feu d’enfer. Certes, ils portaient la parole de Bolgokh en personne, mais à quoi sert un message si important si l’on musèle la bouche qui le prononce ? Ce fut donc Kimnas qui prit le premier la parole alors que, de chaque côté s’élevaient des clameurs pour exhorter l’assemblée de suivre la voie de la guerre ou alors de défendre la trop lourde paix d’aujourd’hui.

« Mes amis… vous voir ainsi vous battre me fend le cœur, parce que je sais à quel point la décision est difficile à prendre pour certains d’entre vous. La paix vous rassure, elle vous rassure au sujet de vos enfants, de votre famille, de ce qui vous est précieux, car la guerre sera évidemment dure à vivre pour nous tous. Seulement, réfléchissez-bien. Si vous ne voulez pas aller à la guerre, c’est elle qui viendra à vous, et que vous soyez pour la paix ou non, elle ne fera pas la différence. Donc nous devons absolument être prêts, qu’on le veuille ou pas. Si vous ne voulez pas nous suivre, ce n’est pas grave. Rentrez chez vous, profitez de votre famille, peut-être allez vous réfugier dans les Montagnes Bleues, personne ici ne vous en tiendra rigueur, mais nous aimerions cependant que chacun d’entre vous ici fasse une chose. »

Ce fut ensuite Katakan qui s’avança, échangeant un regard avec son confrère pour ensuite s’adresser à l’assemblée à son tour.

« Nous souhaitons que vous répandiez la nouvelle, telle qu’on vous l’a annoncé ! La guerre arrive, elle est bien plus proche qu’on ne le pense. Et surtout, répandez l’espoir, cet espoir que nos frères et nos sœurs soient un jour libérés du joug des technologistes et qu’ils retrouvent le lien avec nos Architectes ! Toi, ma sœur, il s’adressait à la jeune femme rousse, toi qui brûle d’aller en découdre avec eux, alors vas-y, tu as notre bénédiction ! Veille seulement à ne pas foncer tête baissée dans le danger. Tu ne seras plus utile à cette cause s’ils te capturent ou t’exécutent !   Quant à toi, dit-il en se tournant vers Leynar, tes paroles sont sages et je te conjure de les répéter partout où tu le pourras, à qui voudra bien les entendre ! Notre parole doit être entendue, mes amis ! Il en va de notre avenir à tous ! Nous allons tous nous mettre en quête de Vildkaarl et peut-être que, bientôt, nous pourrons voir le miracle de Bolgokh redonnant à ses enfants, à nous, notre raison d’être et notre lien avec ceux qui ont béni notre existence. »

Kimnas acheva finalement le rassemblement avec cette dernière bénédiction.

« Puisse les Architectes et Bolgokh, le Créateur, être avec vous et nous comptons sur vous. Notre avenir à tous est entre vos mains. »

Spoiler:
 


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Süns, Khugatsaa ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Leynar Gale
Leynar Gale
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyMer 31 Juil - 23:33
Irys : 681995
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Voleur
My'trän +2 ~ Khurmag
Il y avait beaucoup à faire, anéantir les mines de magilithe et trouver Vildkaarl ne seraient pas chose aisées, et l’achèvement de ces deux tâches se payeraient avec le sang. Même si cela n’enchantait pas Leynar, c’était préférable à leur inaction pendant ces dernières années, trop des leurs avaient perdus leur lien avec leur Architecte sans que personne ne bouge le petit doigt. Mais ça allait enfin changer,  beaucoup s’en étaient rendu compte ce soir alors que d’autres se vautraient dans le déni. Le khurmi ne pouvait pas les blâmer, il avait été comme eux pendant longtemps. S’il était resté aveugle pendant longtemps à la triste réalité des choses il avait été obligé d’ouvrir les yeux. Les mines, la guerre, l’attentat de l’exposition universelle, des abus qu’ils n’auraient jamais dû minimiser, autant de rancunes qui explosaient au grand jour. Même les plus belles illusions finissent par s’éroder au fil du temps, la paix n’en était que la plus endommagée.

Leynar comptait bien répondre à la demande de Katakan, il transmettrait ce message à qui voudra bien l’entendre, et à leur tour ils transmettront ce même message. La triste vérité circulerait, que certains l’acceptent ou pas n’avait aucune importance, ils l’entendraient quand même. La vérité aussi pouvait être un fardeau. Un fardeau qu’ils devraient accepter s’ils ne voulaient pas se faire déchiqueter par la tempête que lancera Daënastre sur eux.

Le khurmi examina la foule d’un air pensif. Combien d’entre eux survivraient en cas de guerre ? La moitié ? Un quart ? Khurmag avait perdu la moitié de sa population pendant la dernière guerre après tout, et celle qui planait sur eux risquaient d’être au moins aussi meurtrière, si ce n’est plus. Il allait falloir motiver et persuader leur frères et sœurs, et il se demandait si les autres khurmis difficile à raisonner. Il l’espérait, il y avait là une possibilité pour eux, celle de démontrer aux autres my’trans que leur réputation de traîtres et de lâches était fausse. Ils pouvaient changer tant de choses, mais il fallait agir vite.

Ses yeux se posèrent sur la rousse qui avait pris la parole plus tôt. Leynar avait bien vu comment elle avait réussi à galvaniser la foule, à rendre plus confiant les indécis. Elle allait sans aucun doute briller et s’élever, elle en avait le potentiel. Seul un aveugle aurait pu dire le contraire. Elle avait réussi à rassembler, même si ça l’avait épuisé. Ils pouvaient peut-être s’entraider dans cette dangereuse entreprise qu’était l’anéantissement de la présence daënare à My’trä.

Un chuchotement bien distinct parvint aux oreilles de la rousse, un chuchotement directement adressé à son esprit.

-Vous devriez vous détendre, vous venez de gagner l’approbation claire d’une partie de la foule. L’animosité de l’autre partie n’a aucune importance, ils finiront par se résigner, ce n’est qu’une question de temps. Il laissa flotter un court silence avant de reprendre. Je pense que nous devrions parler, collaborer est devenu une nécessité.

Le khurmi réfléchissait déjà à ce qu’il devrait faire si la rousse refusait. Il ne comptait pas rester inactif, et il trouverait forcément un moyen d’aider et d’organiser des actions punitives envers les biens daënars.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard S5ml

A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Leynar conspire en #336699
En ligne

Althéa Ley Ka'Ori
Althéa Ley Ka'Ori
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyLun 12 Aoû - 16:07
Irys : 495800
Profession : Guérisseuse du Troisième Cercle
My'trän +3 ~ Suhury (femme)
Tout au long du discours, Althéa s'était gardé d'intervenir, ravie de constater la fougue et la haine que générait la promesse de la guerre, mais pourtant réticente à l’idée de se déclarer ouvertement en sa faveur. Quelques deux années auparavant, Zora et elle n'avaient eu droit qu'au pacifisme raisonnable et aux négociations futiles des guides My'träns pour seule réponse à leurs messages d'alerte, et ce brusque revirement de position de la part d'une partie seulement du conseil, qui plus est manigancé dans le plus grand secret, n'était que la moitié d'un bon signe. Le conflit débuterait au sein de la nation-même avant de s'exporter en Daënastre ; les peuples My'träns s'apprêtaient à prendre parti, et le clivage entre volontés belliqueuses et intentions pacifistes serait plus ardent et dangereux que jamais pour les porte-paroles de ces mouvements. Pour être tout à fait honnête, Althéa avait trop peu d'intérêt à afficher ses opinions à la vue et au su de tous à l'heure où le mécanisme de la guerre venait à peine d'être huilé.

Mais dorénavant, la couardise paraissait céder le pas au patriotisme. Il y avait dans les rangs des âmes défendant la paix, à l’image de Nora, mais celles en colère criaient plus fort - Kali avait bien dû percer les tympans de quelques malheureux. Les temps actuels nécessitaient un coup de peinture plus radical que le simple vernis de la politique ! Les discours se paraient enfin de rage, et les mots se mueraient bientôt en attentats.

Althéa prit appui contre une colonne, les bras croisés et le menton légèrement relevé. Seul son regard semblait animé de vie. Le reste n’était qu’impassibilité et calme. Au cours de l'année passée, la guérisseuse avait vu la mort en personne, visité Daënastre, palpé le mal et la noirceur, fréquenté le vice et la pénombre. Le regard ambré qui fixait à présent Kali semblait plus âgé que ce que le reste de son visage trahissait. Par conséquent, ces jours-ci, elle dégageait l'aura inquiétante des êtres ambigus de ce monde ; de ceux qui pouvaient alternativement se porter volontaire pour ramasser vos affaires ou tout aussi bien vous achever d'un coup traître. Elle semblait à la fois faite de douceur et dotée d'un coeur glacial. Les deux lui seraient essentiels pour répondre à l'envie irrépressible qui se formait dans son esprit.

Elle laissa retomber ses bras et se fit un chemin dans la foule jusqu’à la Zagashienne qui trônait au sommet de sa pyramide de vin. La jeune femme avait la détermination et l’impulsivité qu’il fallait, et une part de son cœur lui voua naturellement une confiance et une admiration des plus rares chez la disciple de Möchlog. Il fallait dire qu'elle avait de bonnes dispositions pour les rousses.

Arrivée en bas de son promontoire, elle porta sa main contre sa poitrine, puis tendit sa paume ouverte vers Kali, en un signe que tout Khurmi reconnaîtrait comme un symbole de respect. Toutefois, contre la contume, sa main resta tendue vers elle, comme pour lui serrer la main ou lui offrir un appui pour descendre. Dans un cas comme dans l'autre, Althéa ne jugea pas nécessaire de lui donner d'indication, laissant délibérement place à l'interprétation. Elle était par ailleurs parfaitement inconsciente des paroles télépathiques de Leynar.

    « Althéa, guérisseuse de Darga. »


La jeune Suhur resta volontairement vague quant à sa profession. Il était raisonnable de penser qu’elle n’avait pas mis les pieds dans un dispensaire depuis plus d’un an à présent, et avait par conséquent perdu le rang de guérisseuse attitrée. Néanmoins, les nécromanciens, qui plus est belliqueux, avait un devoir de discrétion particulier. Ressusciter les morts avait le don de donner des frissons aux être sensibles, et vouloir l’extermination de l'autre continent n’aiderait pas à faire bonne impression. Ses lèvres s’étirèrent pourtant en un sourire affable.

    « Je n'ai pas pu m'empêcher d'être piquée par la curiosité en vous entendant parler. Vous voyez, je suis curieuse de savoir si vous êtes de ceux qui sont aussi prompts à agir qu’à parler ou de ceux qui conversent sans fin et sans but. Si vous prévoyez de mêler les faits aux mots, alors je serais plus que ravie d'offrir mon aide. J'ai des qualifications qui pourraient vous être utiles. Je connais Khurmag, je connais les Daënars et je ne connais que trop bien leurs mines de magilithe. Et je suis déterminée à sauver ma contrée en exterminant la vermine qui l'exploite. »


Son sourire ne s’était pas effacé, mais son expression avait pris une teinte sérieuse. De plus, on ne pouvait s'empêcher de noter le ton presque taquin et la tournure quasi-accusatrice de ses paroles. Elle semblait vouloir titiller la fierté de Kali et obtenir une réaction quant à sa présumée disposition à l'inaction - un jugement de valeur fort audacieux étant donné le peu qu'elle savait d'elle. Que dire, on ne se refaisait pas.

    « J’ai même un marché à vous proposer, qui ne vous engage pas à grand-chose à vrai dire. J’ai moi aussi pensé primordial d’éliminer le mal à la source, c’est-à-dire en repoussant l’envahisseur de nos terres et en fermant les mines. Mais cela ne suffira pas. Nombre de nos pairs ont perdu leur lien divin.
    Ce n’est qu’une question de temps avant que les Daënars n’abusent de cette particularité pour passer à l'offensive. Que serons-nous lorsqu’ils auront éradiqué la moindre magie en nous ? Nous serons bien ridicules à devoir les repousser sans nos pouvoirs. Si en voyant les victimes de leurs abus, vous éprouvez la moindre empathie, j'aimerais requérir votre aide pour trouver ce guérisseur miracle.
    »


Dernière édition par Althéa Ley Ka'Ori le Mer 18 Sep - 0:30, édité 1 fois

Kali Tal'göss
Kali Tal'göss
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyLun 19 Aoû - 19:13
Irys : 559540
Profession : Mercenaire/Maître d'arme
My'trän +2 ~ Zagash
Elle n’était pas seule ! Une autre voix s’était élevée parmi la foule pour la soutenir. Une homme qui, fait étrange, portait un masque qui recouvrait tout son visage. Elle avait du mal à en comprendre qu’elles pouvaient être les raisons mais n’en fit pas grand cas : une autre voix était plus que bienvenue.
Toutefois, cet inconnu passa rapidement au second plan de son esprit. Aucun rapport avec le masque ou une quelconque forme de mépris mais elle venait d’accrocher le regard de Katakan et avait perçu le léger signe de tête qui lui était adressé. Un tel soutien venant de l’une des personnes les plus importantes de Zagash lui fit chaud au cœur. Si elle avait été plus proche, elle lui aurait probablement sauté au cou pour le remercier, mais comme ça n’était pas possible elle se contenta d’un franc sourire et d’un hochement de tête confiant. Elle n’envisageait pas un instant de le décevoir.

Quand les deux hommes reprirent la parole et que Katakan lui prodigua ses derniers conseils, elle frappa de son poing droit dans sa paume gauche et s’inclina légèrement dans sa direction.

« Je porterai la fureur des Architectes partout où ils me le demanderont ! »

Ce n’était pas une formule de salut ou destiné à aiguiser encore la volonté guerrière de ceux qui, désormais, l’écoutaient avec attention, mais bien un serment, prononcé avec une conviction sur laquelle on aurait pu plier des barres de métal. Elle pensait chacun des mots qu’elle venait de dire avec toute son âme et elle avait ce regard dur, cruel presque, qui précédait les batailles les plus sanglantes.
Le murmure aux portes de son esprit faillit la déstabiliser suffisamment pour que son pied ne glisse sur le tonneau et qu’elle ne s’écrase dans la cour, ce qui aurait été à coup sûr une sortie bien peu digne. Au lieu de ça elle se contenta de trébucher et de se rattraper juste à temps à l’un des cordages qui maintenait les tonneaux en place. Elle était désormais suspendue contre la pile, ses pieds ayant rapidement trouvés des appuis et sa prise sur la corde se raffermissant pour éviter une nouvelle glissade. Le tout pouvait sembler presque volontaire. Presque.
Elle pesta entre ses dents contre cette voix, mais elle parvint à la reconnaître comme la même qui, quelques minutes auparavant, venait la soutenir au devant -si l’on pouvait le dire d’un homme masqué- de toute la foule. Elle ravala donc ses insultes et se contenta de répondre :

« Très bien, venez me trouver et nous parlerons de comment détruire les technologistes. »

Elle parla à voix haute sans y réfléchir, pas suffisamment fort pour couvrir la foule mais suffisamment pour que ceux qui étaient proches puissent l’entendre. D’aucun se montrèrent surpris mais la plupart mirent cette bizarrerie sur le compte du stress ou pensèrent à une invitation à la suivre au combat étrangement exprimée. Ceux qui furent rebutés par si peu n’étaient sans doute pas de grandes pertes et elle n’y accorda pas plus d’attention que cela.

Ce qui attira son regard en revanche fut la jeune femme qui franchit le cercle de ceux qui l’accueillaient au bas de son perchoir. Jeune était le premier mot qui lui venait à l’esprit, elle lui semblait même à peine adulte mais quelque chose dans sa façon de se comporter lui disait de se méfier des apparences. Sa tenue, piquetée de pendentifs et colifichets dont les plumes étaient une composante essentielle, lui permis de deviner avant qu’elle ne l’exprime vers quel Architecte ses prières allaient majoritairement.

« Kali, guerrière du clan Saphery, originaire de Zagash. »

Elle s’identifiait encore à sa tribu bien qu’elle ne les accompagnait plus que très occasionnellement. Ils resteraient toujours sa famille et Zagash son peuple. Elle attrapa la main demeurée tendu et se laissa souplement tomber au sol juste devant Althéa. Ce nom lui disait quelque chose mais elle n’arrivait pas à remettre le visage ou l’aspect, plutôt particulier, de la jeune femme. Elle plissa un peu les yeux puis secoua imperceptiblement la tête, abandonnant les recherches dans sa mémoire pour plutôt se concentrer sur ce qu’elle lui racontait.
Elle semblait chercher à la provoquer. Voulait-elle la tester ? Si c’était le cas, elle n’allait pas être déçue. C’est avec un sourire presque féroce qu’elle lui répondit :

« D’habitude, j’agis avant de parler, en fait, mais je n’avais pas de daënar sous la main pour une démonstration. » Puis s’adoucissant un peu : « Ton aide sera plus que bienvenue, les seuls que je refuserais à mes côtés sont les pacifistes.
Je ferais ce que je peux pour aider à trouver Vildkaarl et y guider tous ceux qui ont souffert de la corruption daënastre. Toutefois je ne suis ni trappeur ni montagnarde, je te préviens.
Si tu es un peu patiente, je pense qu’un de tes compatriotes souhaiterai également nous parler. »


Elle tourna la tête en direction de là où était l’homme au masque la dernière fois qu’elle l’avait vu, cherchant à l’inviter à les rejoindre.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard 1520358989-avatar-zagashienne-sign-finale
Image par akreon et modifiée par Ophée
Kali utilise cette couleur : #99ffcc

Leynar Gale
Leynar Gale
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyJeu 12 Sep - 22:31
Irys : 681995
Profession : Marchand itinérant/ Joaillier/ Voleur
My'trän +2 ~ Khurmag
La glissade pleine de dignité de la zagashienne ne manqua pas d’amuser Leynar, il oubliait souvent que le premier contact télépathique était pour le moins surprenant. Sa réponse à voix haute surprenait évidemment le cercle formé par les gens autours d’elle, mais quoi de plus normal puisqu’elle ne leur était pas adressé. Un sourire satisfait se forma derrière le masque souriant du marchand, après tout il valait mieux accepter toute aide proposée pour une tâche aussi colossale. Il semblait d’ailleurs qu’il n’était pas le seul a proposer son aide. Une discussion avait lieu entre la zagashienne et une autre jeune femme, de cette discussion il n’entendit rien, se trouvant bien trop loin pour tendre l’oreille. Il se contentait pour le moment d’observer à distance la situation, attendant le moment opportun pour faire son entrée en scène, ou encore un signe. Et ce signe vint bien vite, au vu du regard que lui lança celle a qui il avait proposé son aide, il était attendu.

Le khurmi se fraya un chemin à travers la foule grouillante pour rejoindre les deux jeunes femmes, ce qui était parfois difficile au vu de l’animation encore présente. Les esprits avaient été échauffés, pour le moment ceux qui souhaitaient se débarrasser de la présence technologique étaient nombreux, mais combien le feraient vraiment une fois l’émotion retombée ? La moitié ? Le quart ? Leynar était curieux de le savoir, mais pour cela il fallait encore attendre. Oh lui aussi il s’était enflammé, mais il ne pouvait pas ignorer la demande de Katakan, c’était un engagement tacite, et le khurmi tenait toujours ses engagements quoiqu’il arrive.

Arrivant aux côtés des deux jeunes femmes, le sourire de son masque s’agrandit légèrement. Les petites illusions de ce genre l’amusaient beaucoup, même si elles étaient bien inutiles. Son masque semblait plus vivant grâce à ces parodies d’émotion, aussi grossières soient-elles, sans qu’il sache vraiment s’il passait plus pour un imbécile qu’un excentrique.

-Leynar Gale, marchand de Reoni. Se présenta t-il sobrement en inclinant légèrement la tête. Ne vous préoccupez pas du masque, il n’est pas vraiment important. Son regard balaya la foule. Je me demande combien se mettront à la recherche de ce fameux Vilkaarl, et en combien de temps ils le trouveront. Je connais certaines personnes désespérées qui n’attendent que de bénéficier de ses dons. Et bien d’autres qui seraient ravies de réduire en poussière les mines qui les ont mise dans cet état.

Le sourire du masque retomba, et son expression se figea. S’il y avait bien un sujet qui ne l’amusait pas c’était celui-là. A un tel problème il fallait une réponse ferme et expéditive, et plus que tout, il fallait qu’elle soit rapide.

-Il est plus que temps d’effacer ces horreurs de la surface de My’trä, ça ne fait que trop longtemps qu’il est permis aux daënars de récolter ce qui ne leur appartient pas. Et c’est notre devoir à tous que d’y remédier.

Le khurmi était d’une rare honnêteté, mais ces problèmes ne pouvaient plus être ignorés, il fallait y remédier de manière efficace, pour le salut des my’träns en général. Même lui se sentait obligé d'agir, rester simple observateur aurait été trop lâche, même pour lui qui n'était pas un modèle de courage et de bravoure.


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard S5ml

A man can have anything... If he's willing to sacrifice everything.


Leynar conspire en #336699
En ligne

Althéa Ley Ka'Ori
Althéa Ley Ka'Ori
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyDim 22 Sep - 22:13
Irys : 495800
Profession : Guérisseuse du Troisième Cercle
My'trän +3 ~ Suhury (femme)
Un sourire franc étirait à présent les lèvres rosées de la guérisseuse comme une réponse subtile au zèle de Kali. Les deux jeunes femmes contrastaient par leur caractère, mais guère par l’ardeur de leur patriotisme. Quelque chose de brûlant scintillait dans le regard féroce de son interlocutrice, et réchauffait le cœur d’Althéa sans la départir pour autant de son apparente froideur. Deux dévotes partageant la même croyance, aussi sommaire et primitive soit-elle que la destruction d’une autre nation, devaient rarement se faire violence pour se respecter.

« Tu as ma plus grande gratitude. Ainsi que mon impatience de voir un Daënar te tomber sous la main. »

Ou plutôt de le voir tomber à ses pieds, si elle pouvait se permettre la nuance. Quant à son absence de compétences montagnardes, Althéa n’eut pas le temps ni la volonté de lui expliquer son insignifiance. Pendant dix-sept ans elle avait voyagé parmi l’une des rares tribus nomades à arpenter la région du froid par temps de Khoral. Ce n’était pas pour ses qualités d’alpiniste qu’elle requérait ses services. Quelque chose de plus inquiétant que le climat et la géographie singulières de Khurmag l’empêchaient d’entreprendre un tel voyage en solitaire ; les mauvaises rencontres. Le souffle glacé d’un Möst Möch, à tout hasard, donnait aux vents khoraliens l’allure de brises printanières, et elle pouvait faire la comparaison en connaissance de cause puisqu’elle avait senti les deux lui parcourir l’échine.

Quoi qu’il en soit, cette discussion devait être repoussé, puisqu’un troisième confrère se dirigeait vers le duo. Son arrivée, quoiqu’annoncé préalablement par la rousse, la retrancha dans son impassibilité première, alors qu’elle glissait son regard d’ambre vers le nouveau venu. Il la dépassait bien d’un empan, mais ce qu’elle nota en premier fut le masque étrange qui couvrait son visage et se pourvut d’un sourire anormal. Son premier réflexe fut de vouloir toucher cet apparat que pour sa part elle jugeait extravagant plutôt qu’imbécile. Mais la raison lui fit rattraper le geste de sa main en une révérence respectueuse. Son héritage khurmi lui avait permis d’identifier la nature de son revêtement, mais cette magie n’avait de cesse de la captiver. Elle-même trouvait les illusions et les faux-semblants aussi artistiques que salutaires par bien des égards. Elle se contenta donc d’acquiescer à ses paroles.

« Ils seront trop peu et trop nombreux à la fois à chercher Vildkaarl. Trop peu car le sentiment d’urgence n’est qu’à peine perceptible pour certains, et qu’ils préféreront vaquer à leur routine. Mais trop nombreux parce que nos gharyns ont oublié de mentionner la dangerosité des montagnes de Khurmag. Des inconscients s’y rendront, mais à défaut d’y trouver un remède, ils y trouveront la mort. »

La fille de Möchlog avait appuyé d’une façon déconcertante le dernier mot de ses paroles, là où certains répugnaient à seulement le prononcer. Si les multiples plumes ivoires entrelacées dans ses tresses ne vendaient pas la mèche, son rapport apaisé avec la faucheuse aurait au moins le mérite de l’associer à Möchlog.

« Je ne me suis pas présentée, je suis Althéa du clan khurmi des Mahere. J’ai cru comprendre que vous vous joigniez à notre quête ? fit-elle d’un ton posé, avant d’englober Kali dans sa prochaine question. Avec tout le respect que je vous dois, puis-je vous demander quelles sont vos spécialités ? J’ai grande estime pour les commerçants, mais je doute que le marchandage ne soit de mise. »

Instinctivement, elle avait instillé une vague d’énergie vers ses deux interlocuteurs pour leur insuffler courage et détermination. Elle avait pris l’habitude de revigorer les personnes qu’elle côtoyait, au nom de l’ivresse qui la parcourait à l’usage de sa magie, mais également de la convivialité qu’un moral raffermi pouvait apporter. Sa présence pouvait certes paraître distante, mais son aura magique était chaleureuse et accueillante.

Alors que la conversation se démêlait sans résistance, l’ambiance de la cour illuminée vira à celle d’une taverne trop garnie où les débats font rage et la foule s’affole et s’apaise au gré des émotions exacerbées. Il allait sans dire que la chevêche préférait la tranquillité pour élaborer un tel plan d’attaque que celui de démanteler des mines daënars. Ces imbéciles qui défendaient le pacifisme ou le bellicisme sans ne rien entreprendre ni pour l’un ni pour l’autre, mais en s’adonnant à cœur joie à des disputes sans fin, n’étaient que des parasites sur l’échiquier politique. Pour sa part, elle était persuadée qu’une écrasante majorité se complairait dans l’inactivité dès qu’ils auraient quitté les lieux. Elle prit une inspiration, et offrit avec un ton plus joyeux qu’elle avait sans douté emprunté à Zora :

« Je possède des quartiers privés à Darga, et je serais ravie de vous y accueillir pour la nuit afin d’y discuter nos méthodes. Je ne pense pas sage de retarder ce que nos cœurs et notre foi nous suggèrent de faire sur le champ. »

Kali Tal'göss
Kali Tal'göss
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard EmptyJeu 26 Sep - 20:49
Irys : 559540
Profession : Mercenaire/Maître d'arme
My'trän +2 ~ Zagash
Kali n’aimait pas trop le masque de cet inconnu : d’une part parce qu’elle ne pouvait pas voir son visage ce qu’elle ne trouvait pas très agréable et d’autre part parce que le voir se mouvoir presque comme un visage humain lui provoquait un certain malaise. Aussi évitait-elle de le regarder en face, et tant pis si elle donnait l’impression d’être impolie. Peut-être que lui aussi ne la regardait pas en face après tout, elle n’en savait rien, donc elle décida de ne pas se préoccuper de tout ça.

« Ça dépend, si d’autres nous rejoigne ils risquent de ne pas posséder l’équipement adapté. Peut-être qu’un marchand pourra nous aider à trouver qu’il faut. Et plus encore lorsque viendra l’heure d’escorter des troupes entières de malades jusqu’à Vildkaarl.
Quant au combat… ma foi si vous savez par quel bout on tient une arme, on trouvera toujours un rôle pour vous sur le champ de bataille. »


Elle aurait toujours le temps de prodiguer quelques leçons de base si certains novices les suivaient, songea-t-elle. Elle se tourna vers Althéa quand celle-ci proposa de les héberger pour la nuit et pour discuter de leurs actions à venir. Et, chose qui l’étonna quand elle y repensa par la suite, aucun double sens ne lui vint à l’esprit lorsque la guérisseuse parla de ce que « leur cœur leur suggérait ». C’était, se dit-elle, la preuve qu’elle prenait le sujet au sérieux. A moins que ça n’avait à voir avec cette impression persistante qu’elle aurait du connaître ce nom.

« Je suis d’accord, nous y serons plus à l’aise pour déterminer la suite de nos actions. »

Ils gagnèrent donc Darga et passèrent la nuit hébergés par Althéa. Deux autres personnes s’étaient jointes à eux avant de quitter le vignoble, se disant interpellées par la situation et ayant entendu leurs échanges. Ils discutèrent longuement de ce qu’ils convenait de faire avant de se mettre d’accord : l’attaque se devait d’être spectaculaire aussi s’étaient-ils donné pour objectif de détruire la plus importante mine qu’ils identifieraient. Mais pour cela les forces de cinq personnes, tout aussi entraînés fussent-ils, n’y suffiraient pas aussi décidèrent-ils de se séparer pour répandre le message et recruter tous ceux qu’ils pourraient avant de se retrouver le vingt juin à Variel. De là ils s’organiseraient pour atteindre la mine et la détruire.
L’une des deux personnes qui les avait suivis, un maître chasseur habitué aux forêt de Suhury mais peu effrayé par les montagnes, décida qu’il irait chercher de l’aide parmi les trappeurs khurmis pour se mettre à la recherche du guérisseur miraculeux, espérant le trouver avant que trop d’inconscients ne viennent s’égarer dans les glaciers.


HRP:
 


[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard 1520358989-avatar-zagashienne-sign-finale
Image par akreon et modifiée par Ophée
Kali utilise cette couleur : #99ffcc

Contenu sponsorisé
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty
[mini-Event] - Agir avant qu'il ne soit trop tard Empty

Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Suhury