Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Prendre aux riches pour donner aux incultes

Charline de Mougey
Charline de Mougey
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty
Prendre aux riches pour donner aux incultes EmptyJeu 7 Mar - 10:26
Irys : 59992
Profession : Archéologue
Daënar +1

En appui sur ses orteils, les jambes tremblant sous l'effort consenti depuis de longues minutes maintenant, Charline s'obstine à dévisser ce malfaisant boulon. Pour un peu elle l'imaginerait presque ricaner sous les assauts intempestifs mais bien dérisoires de sa clef à molette. Pourquoi faut-il que les inventions se rebellent constamment contre leurs créateurs? Un flot d'huile sombre jaillit et lui fait un lâcher un cri de surprise presque aussitôt suivi d'un juron enragé. Son pied s'écrase contre le train d'atterrissage de la frégate. Puis, le calme revenu, elle s'empresse de délester les courbes délicates de son visage du liquide poisseux qui le recouvre avant de décocher un regard mauvais au morceau de métal réfractaire.
"Tu veux la guerre? Tu vas l'avoir!" le menace-t-elle. "Et quand tu crieras grâce rappelle-toi que c'est toi qui a débuté les hostilités!"
Mais pas tout de suite! L'archéologue reste encore capable de hiérarchiser ses priorités. Et la plus importante de toute, pour l'instant, c'est de délester le Frelon de l'une des bières qu'il transporte. Ou peut-être s'agit-il d'un simple désir motivé par les efforts déjà consentis à l'entretien de l'appareil? Elle fait une bien terrible mécanicienne, c'est évidente. Mais elle pensait tout de même être capable de reproduire les gestes de son formateur de vol. Preuve en est que non!

Charline retire le liège séparant encore le breuvage de son gosier avant de prendre une longue rasade. Elle observe ensuite l'agitation relative de ce petit aérodrome de la périphérie d'Alexandria, assise sur le rebord de la porte latérale de sa tombe volante. En appui contre une caisse, les pieds dans le vide, elle s'acharne à laisser son regard vagabonder sur les appareils qui décollent ou atterrissent tandis qu'elle se perd dans ses pensées. Qu'arrivera-t-il si le Frelon la lâche en plein vol au-dessus de l'océan? Et en cas de panne dans une région inhospitalière? Ses projets relèvent-ils plus du suicide que du bon sens, au final?

Un sourire vient lentement s'installer sur ses lèvres: les grands explorateurs du passé avaient probablement les mêmes craintes! Ce qu'elle redoute, ils l'ont aussi redouté. Et obtenir une place dans l'Histoire mérite bien quelques sacrifices... L'archéologue s'allume une cigarette puis se passe une main dans la nuque avant d'observer la fumée qu'elle recrache s'écraser contre la partie supérieure de la carlingue.
"Tu ne me lâcheras pas, hein? Tu sais que maman t'aime, pas vrai?"
C'est bel et bien à la frégate qu'elle s'adresse. Une frégate qui continue de rester bien silencieuse mais qui continue de récolter l'affection de Charline. Ce coucou est devenu un peu comme sa deuxième maison. Les volutes invisibles de parfum qui se mêlent aux effluves de la mécanique suffisent à le prouver. Maintenant il n'y a plus qu'à espérer que la frégate ne se transformera pas en tombe...

Des bruits de pas réguliers attirent son attention et l'archéologue se penche en avant, curieuse, pour découvrir qui en est à l'origine. Elle se détend quelque peu lorsqu'elle reconnaît un visage devenu familier au cours des derniers mois. Sa main s'écarte de la crosse de son revolver et vient saisir une autre bouteille pour la tendre au nouvel arrivant. Pas besoin de lui demander s'il en veut une: ce type est un vrai soiffard!
"Le grand Chaf' en personne me fait l'honneur d'une visite surprise!" s'amuse-t-elle. "Et dire que j'étais justement en train de me demander quelle autre tuile allait me tomber sur la figure aujourd'hui!"
C'est évidemment une plaisanterie appuyée par un sourire et un ton taquin. Charline se laisse tomber au sol puis trinque avec ce visiteur impromptu. Il fait partie des rares personnes qui ne possèdent pas l'irritant pouvoir de rendre les conversations fatigantes. Elle l'apprécie. Et pas uniquement pour son talent à dénicher les objets susceptibles de l'intéresser. Sa compagnie est agréable, c'est un fait! Même si certains auraient probablement un tout autre avis sur le sujet...
"Oui, je sais que je suis recouverte d'huile..." soupire-t-elle, surprenant le regard amusé de son interlocuteur. "J'essaie de lancer une nouvelle tendance!"
Elle lui décoche un sourire en coin. Il sait déjà qu'elle n'y connait rien en mécanique. Et il sait également que sa fierté l'empêche de demander l'aide dont elle aurait pourtant tant besoin. La clef à molette se trouve d'ailleurs toujours à ses côtés, bien en évidence. Une manière de l'inciter à lui proposer son soutien pour résoudre son petit problème? Qui sait!
"Qu'est-ce qui t'amène?" lui demande-t-elle plus sérieusement. "Je sais que tu raffoles de ma compagnie mais j'imagine que tu n'es pas venu jusqu'ici pour une simple bière, mmh?"
Aurait-il localisé une nouvelle relique de My'trä jalousement gardée par un propriétaire égoïste? Elle plisse les yeux tandis que le bleu de son regard ampli de grisaille se darde obstinément sur Chafouin. Est-ce qu'elle l'a payé pour leur dernière... hum... virée? Elle a un doute maintenant...
Voir le profil de l'utilisateur

George "Chafouin" Deckter
George
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty
Prendre aux riches pour donner aux incultes EmptyJeu 7 Mar - 18:17
Irys : 436702
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2
Cette visite à l'aérodrome était en quelque sorte un défi pour Chafouin, il savait très bien ce qu'il avait à faire, il savait qu'il pouvait le faire, qu'il en était capable. Une petite voix dans sa tête lui répétait inlassablement qu'il ne devait pas passer à côté de son objectif, mais quoi qu'il puisse se dire, il s'imaginait déjà ne pas réussir à mener sa tâche à exécution, en grande partie à cause de la nature de la personne qu'il allait voir ce jour-là.

Charline de Mougey, archéologue, du moins c'est de ce nom qu'elle comptait se faire appeler de tous, était un contact régulier de Chafouin qui lui fournissait quelques informations gagnées çà et là, souvent des rumeurs sur l'emplacement de reliques my'träns dont il savait sa partenaire très friande. Chafouin s'assurait toujours d'éclaircir les rumeurs pour en tirer des informations fiables, question de professionnalisme tout d'abord et aussi pour s'assurer de la sécurité de sa cliente, la récupération d'antiquité pouvait se révéler une tâche bien plus dangereuse qu'il n'y paraissait. Et il tenait à ce que Charline court le moins de danger que possible.

Cela avait un aspect pratique évidemment, un partenariat de longue durée était un partenariat sain, mais cela aurait été mensonge que d'assurer que c'était la seule raison qui forçait Chafouin à appliquer autant de sérieux dans son travail. Il appréciait l'archéologue, elle avait ce je-ne-sais-quoi dont sont faits les héros, la fougue dans les actions, l'audace dans les paroles et surtout cet humour taquin et un peu immature qu'il raffolait chez elle. Ce n'était que les principales raisons qui lui faisaient apprécier la compagnie de la jeune femme, c'était aussi pour cette raison que son objectif d'aujourd'hui allait être particulièrement difficile.

Trouver Charline dans l'aérodrome n'avait pas été le plus compliqué non plus, il suffisait de repérer la mécanicienne qui galérait le plus et de s'en approcher, Chafouin savait que les compétences en mécanique de l'archéologue était toutes relatives, même si elle ne l'aurait jamais avoué devant lui. En revanche, il aurait volontiers admis son sens du relationnel quand elle dégaina une bouteille de bière à son attention alors leurs regards se croisaient. Bon sang, avant même de dire un mot elle savait déjà comment lui parler, si ce n'était pas le talent ça, il ne savait pas ce que cela aurait pu être d'autre.

Alors qu'elle l'accueillait avec une petite taquinerie, il la regarda en souriant tout en en parodiant son air fier. Il n'allait pas prendre des gants non plus pour la taquiner.

-C'est bien lui, mais je crois que je me suis trompé, je cherchais Charline de Mougey, une grande archéologue, mais je crois bien être tombé sur une mécanicienne au rabais.

Ils trinquèrent tout de même de bon cœur, signe que ce genre de plaisanterie était monnaie courante entre eux, Chafouin pris une lampée du breuvage qui se révélait pas mauvais pour un sou alors qu'il pensait Charline sans un sou vaillant, la voilà qu'elle s'affichait fièrement avec une frégate, une frégate dans un état plutôt relatif, mais une frégate tout de même ! Il se demandait où elle avait bien pu dénicher pareil engin. Il avait aussi remarqué les taches d'huiles constellant son visage et sa tenue.

-Je vois que tu t'es battu avec ta frégate et qu'elle a gagné. Ajouta-t-il.

La justification de la mode qu'elle comptait lancer le fit sourire, à d'autres, Chafouin devinait très bien qu'elle n'attendait que de l'aide pour l'aider à mettre ce tas de ferraille en piteux état en route. Il connaissait ses projets de partir en expédition à my'trä et elle devait brûler d'impatience, impatience qui devait lui faire oublier de prendre des cours de mécanique. Alors que Chafouin regardait fixement la clé à molette posée à côté d'elle, elle reprit un ton plus sérieux.

-Qu'est-ce qui t'amène? Je sais que tu raffoles de ma compagnie mais j'imagine que tu n'es pas venu jusqu'ici pour une simple bière, mmh?


Voilà on arrivait à la raison de sa présence en ce lieu, maintenant qu'ils avaient bavardé il en oubliait presque la raison de sa présence ici. Le fait est que la dernière fois qu'ils avaient fait affaire, la conversation avait tellement obnubilé l'esprit de Chafouin qu'il en avait oublié de se faire payer, bon la faute n'était pas tellement du côté de Charline, plutôt 50 % on va dire, mais d'habitude Chafouin avait une dent contre les mauvais payeurs. Il n'hésitait pas à les menacer voire même les tabasser pour leur faire comprendre qu'il ne valait mieux pas trop rigoler sur ce sujet là avec lui. Mais avec Charline c'était différent, il se voyait mal demander à ces deux yeux gris-bleus d"abouler la monnaie sans peine de quoi il devrait amocher ce joli visage, en plus cette frégate avait dû lui coûter un bras... Non non ! Pas de sentimentalisme à la noix sur ce coup-là, les bons comptes font les bons amis et il se devait de se montrer ferme, Charline devait payer, point barre.

*Aller Chafouin tu prends tes baloches à deux mains et tu exiges le paiement.*

-En fait j'ai fait tout ce chemin jusqu'à Ünellia juste pour t'embêter. Dit-il en reprenant le sourire jovial de la jeune femme.

*Mais quel con! Mais quel con ! *

Il esquiva son regard et pris la clé à molette en main pour trouver autre chose que se frotter la main derrière la nuque d'un air bête, il tapota la carlingue de l'appareil avec. Le monstre émis un drôle de bruit et Chafouin reposa la clé précautionneusement en craignant faire tomber l'appareil en morceaux, il fallait vraiment faire quelque chose là.

-Bon évidemment je suis pas vraiment venue ici juste pour ta compagnie et la bière même si... Non laisse tomber, j'ai une affaire intéressante à te proposer, certifié 100 % sûre. Mais avant que je t'en parle, je crois bien qu'il faut remettre d'aplomb ce coucou avant qu'il ne s'effondre pas vrai ? Même si je doute pas que tu pourrais t'en charger toute seule. Ajouta-t-il d'un clin d’œil.

Ça, c'était une manière particulièrement lâche de fuir ses besoins, mais au moins cela permettait de passer plus de temps avec elle. Donc bon. Il se saisit de la clé à molette tout en demandant par quoi il pouvait commencer, une fois mis en travail il regarda Charline et demanda d'un air innocent.

-Et sinon, ça va toi ? Quoi de neuf ?


Voix de Chafouin:
 



Chafouin baragouine en #009900

Naissance: 13 mai 896


Dernière édition par George "Chafouin" Deckter le Dim 10 Mar - 21:51, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Charline de Mougey
Charline de Mougey
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty
Prendre aux riches pour donner aux incultes EmptyVen 8 Mar - 7:28
Irys : 59992
Profession : Archéologue
Daënar +1

Elle arque l'un de ses sourcils tandis que Chaf' tente de lui faire croire qu'il est venu simplement pour l'embêter. Il a décidé de maintenir le suspens, lui! Charline hoche brièvement la tête de gauche à droite tout en levant les yeux au ciel pour manifester une désapprobation fictive. Mais le sourire qui s'installe ensuite sur ses lèvres exprime à merveille l'absence d'une quelconque frustration. L'homme est l'un des seuls à ne pas lui donner l'impression de gaspiller son temps. Elle lui en accorde ainsi volontiers même s'il doit se résumer à des discussion éloignées de la réalité d'un travail qui représente pourtant tout, aux yeux de l'archéologue.

Néanmoins le sourire se transforme en grimace à peine quelques instants plus tard, lorsque l'ancien militaire tapote la carlingue du Frelon avec la clef à molette dont il s'est saisi. La jeune femme s'immobilise comme si elle craignait qu'un mouvement trop brusque pousse définitivement l'appareil à se disloquer. C'est bête mais elle en est au point de craindre le moindre petit choc. Son épave pourrait s'écrouler à tout instant. Du moins est-ce l'impression qu'elle donne malgré sa vaillance en vol. Mais le temps ravage tout. Même la plus opiniâtre des mécaniques. C'est une réalité à laquelle rien n'échappe. De l'Homme aux montagnes, tout semble voué à disparaître face à ce monstre qui engloutit tout, tout le temps...

Charline, donc, décoche un regard désapprobateur à son camarade comme pour l'inciter à ne plus jamais recommencer ce qu'il vient de faire. La protestation du Frelon sonne comme un avertissement, lui aussi. Et le message semble reçu puisque Chaf' repose dans la foulée l'arme du crime avant de lui fournir davantage de précision sur les raisons de sa présence. Une affaire totalement sûre? Voilà qui ne peut qu'attirer l'attention de l'archéologue. Elle lui décoche un regard impatient comme pour l'inciter à ne jouer davantage avec elle. Raté!
"Ouais, c'est ça! Change de sujet!" s'irrite-t-elle. "Tu sais que tu peux très bien me donner un coup de main et me parler de cette fameuse affaire, hein? Les hommes sont parfaitement capables de faire deux choses en même temps! Même si vous vous acharner à nous faire croire le contraire..."
Les petits malins! Cela fait longtemps que Charline soupçonne l'existence d'une sorte de conspiration masculine visant à induire en erreur les femmes sur le sujet. Une manière de s'assurer qu'elles prendront les choses en main, agacées par l'incompétence du prétendu sexe fort. Ce n'est pas bête, en soi! Mais peut-être un peu trop évident! Elle lève à nouveau les yeux au ciel avant de se laisser choir de l'appareil puis de faire un signe du doigt à Chaf' pour l'inciter à la suivre.

Elle lui indique finalement le boulon réfractaire, lui confirme qu'elle aurait très bien pu le dévisser toute seule - fierté oblige - et lui explique qu'elle souhaite pouvoir accéder au compartiment moteur pour en vérifier l'état. Après quoi elle va s'adosser au train d'atterrissage pour laisser le loisir à son camarade de lui montrer l'étendue de ses talents. Le tout en espérant secrètement qu'il sera lui aussi baptisé à l'huile...
"Pour tout te dire je stresse un peu... J'ai rendez-vous avec le Haut-Général de Richtofen la semaine prochaine et je crains qu'il me retire ses subventions. Tu sais comment sont les militaires..." soupire-t-elle. "Toujours à vouloir des résultats!"
Et les résultats, elle n'en a pas beaucoup. Certes, elle a pu mettre la main sur certains objets grâce à l'aide de Chaf' ou de ses relations à la Faculté d'Archéologie d'Alexandria. Mais elle n'a pas encore posé le pied sur My'trä. Les derniers mois se sont résumés à divers entraînements censés la préserver des dangers les plus élémentaires. Une perte de temps. Mais une perte de temps nécessaire, malheureusement. La jeune femme tire nerveusement une bouffée sur sa cigarette avant d'expulser les volutes de poison en direction des cieux ombragés.
"Mais s'il ne me fait pas fusiller pour avoir gaspillé son argent je partirai au début du mois de juillet!" précise-t-elle. "Ce qui me fait penser... Tu n'aurais pas une année entière à me consacrer, par hasard?"
Un sourire amusé se dessine sur ses lèvres tandis qu'elle vient se placer derrière lui afin d'observer comment il se débrouille. Une manière de s'assurer qu'il ne fait pas de mal à la frégate et, surtout, qu'elle ne louperait pas une éventuelle possibilité de se moquer de lui. Il vient ce jet d'huile, oui?
"Non, plus sérieusement! Je ne cracherais pas sur un peu d'aide!" explique-t-elle. "Tout ce que je sais de My'trä, je l'ai appris dans des livres. Je manque d'expérience sur le terrain. Et toi tu es un ancien militaire, non?"
Elle hausse les épaules comme pour souligner la pertinence de l'argument. Elle sait bien qu'il l'apprécie. Ce genre de choses se sentent sans réellement s'expliquer. Mais il est probablement la personne à qui elle accorde le plus sa confiance pour ce genre de mission. La mérite-t-il vraiment? Elle aura peut-être l'occasion de le découvrir au cours des prochains mois...
"Ho et pour ton information: elle n'a pas gagné!" indique-t-elle en désignant du pouce la frégate dans son dos. "J'ai effectué un... repli stratégique dans le but de mieux contre-attaquer!"
Elle lui décoche un regard censé le dissuader de la contredire avant de retourner à l'arrière de l'appareil pour récupérer deux nouvelles bières. C'est qu'il y a encore tout un stock à terminer. Et il s'agit de rentabiliser les investissements de de Richtofen...
Voir le profil de l'utilisateur

George "Chafouin" Deckter
George
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty
Prendre aux riches pour donner aux incultes EmptyDim 10 Mar - 21:56
Irys : 436702
Profession : Homme à tout faire
Daënar -2
Il se lance dans ce périlleux combat contre le boulon rebelle, bien enfoncé dans ce trou, pas près de lâcher l'affaire, Chafouin se rend vite compte que ça va plus être une affaire de force qu'autre chose pour retirer ce petit rebelle de sa cachette, mais qu'importe. Sa position ne tiendra pas et une fois ce dernier éliminer, ils pourront facilement atteindre le moteur qui devait sans doute être infesté de gremlins vu l'état général de l'appareil. Chafouin pouvait presque les entendre derrière ricaner malicieusement pendant qu'ils devaient certainement arracher les fils et la ferraille.

Alors que le boulon résistait il écoutait attentivement Charline, il n'était pas d'accord avec ce qu'elle avait dit sur les militaires, certains voulaient des résultats c'était vrai, mais la plupart de ces gens-là était de l'état-major. Il savait bien que plus on montait l'échelle et plus le nombre de connards était proportionnel, mais pour s'attirer les faveurs d'un haut général, il fallait le faire tout de même ! Il se demandait bien comment elle avait pu convaincre une sommité aussi importante de lui fournir son propre appareil.

Mais visiblement, cela ne suffisait sans doute pas à ce haut général, De Richtofen c'était ça ? Chafouin avait souvent entendu parler d'Elenor Kingston vu que sa spécialité était la marine même s'il s'était entraîné dans d'autres branches à la fin de sa carrière. Mais le nom de ce type-là ne lui revenait pas, de plus il avait une certaine animosité avec les gradés, tout le temps qu'il avait pu passer avec son ancien colonel lui donnait matière à se plaindre. Charline lui annonça qu'elle souhaitait partir vers le mois de juillet et surtout, elle lui demanda s'il ne pourrait pas lui consacrer une année entière. Chafouin lâcha quelques secondes la clé, quelque peu déconcerté par cette demande il jeta un regard en arrière et alors qu'elle se plaçait derrière lui pour vérifier comment il s'en sortait, il reprit la clé et marmonna :

-Chais pas, faut que j'y réfléchisse.

-Non, plus sérieusement! Je ne cracherais pas sur un peu d'aide!  Tout ce que je sais de My'trä, je l'ai appris dans des livres. Je manque d'expérience sur le terrain. Et toi tu es un ancien militaire, non ?


Un peu d'huile coulait autour du boulon, il devait y avoir une fuite, l'odeur empestait autant sur Charline que dans l'habitacle, le boulon résista encore et Chafouin comprit que la majorité de l'huile avait été évacuée mais qu'il avait besoin d'un coup sec pour retirer ce truc, ce qui provoquerait sans doute un nouveau jet d'huile et évidemment, il n'avait aucun habits de rechange sur lui. Légèrement inquiété par cela il ne répondit que d'un vague grognement à sa partenaire.

-Mouais, pas envie d'en parler là.

Il ne savait pas trop pourquoi, mais il était légèrement embêté par ce qu'elle lui demandait mais s'il réfléchissait, ce qu'elle lui proposait était une occasion en or pour lui, aller en frégate à My'tra au frais d'un grand général c'était déjà une occasion en or. Mais il avait quelque chose d'autre qui l'intéressait, voilà pratiquement un an qu'il avait cette lettre au fond de son bureau, signé d'un seul « Z » comme un pseudonyme qui lui disait que des réponses sur ses origines se trouvaient à My'tra. La proposition de Charline arrivait alors à point nommée, cela lui laissait en plus suffisamment de temps pour régler des détails.

Et pourtant, il avait une certaine retenue, il avait en quelque sorte l'impression que Charline lui demandait d'être son porte-flingue, même s'il savait que ce n'était pas son intention, de plus tout ce qu'il savait de My'tra, n'était pas forcément plus développé que les connaissances de l'archéologue. Et lui n'avait jamais été à My'tra non plus, tout ce qu'il en savait qui ne relevait pas de la propagande, c'était les vieilles histoires des vétérans de l'armée et aucune d'entre elles n'étaient bonnes à entendre. Si elle lui demandait des conseils pour combattre les mages, eh bien Chafouin ne s'était que très peu battu contre ces terribles adversaires et tout ce qu'il avait pu en tirer aurait pu être ce conseil, « si tu en vois un, cours ».

Il resta silencieux, n'ayant pas envie de parler sur le moment, mais souris tout de même quand elle dit qu'elle avait effectué un repli stratégique, il sourit, les termes de l'armée, c'était pour l'impressionner ? Alors qu'elle se rapprochait de lui avec sa bouteille, il ne put s'empêcher de lui faire une petite farce, il reprit la manche et la clé et accrocha bien le boulon.

-Tu sais une contre-attaque, ça implique qu'on ait déjà une chance de gagner et surtout. Il se décala  et tira d'un coup sec sur le boulon, une dernière projection d'huile vint asperger l'archéologue. Et surtout qu'on soit sûr que l'ennemi soit vulnérable.

Il rigola tout en tâchant d'esquiver les divers projectiles qu'elle pouvait lui envoyer, jusqu'à ce qu'elle lui balance sa bière qu'il rattrapa d'un coup. Il la regarda d'un air malicieux avant qu'elle viennes enlever le bouchon d'un coup sec, il tenta de l’arrêter, mais pas assez rapidement, il regarda avec dépit sa bière mousser et déborder à cause du fait qu'elle se soit secoué dans tous les sens. Cette fois, ce n'était plus lui qui riait, il regarda Charline qui enlevait son propre bouchon en rigolait, pas de mousse pour elle, du moins...

-Ça te fais rire ? Tiens prends ça. Il tapa avec la plat de sa bouteille sur le haut de celle de Charline,  cette fois aussi la mousse remonta et déborda, il la regarda avec un sourire de diablotin. Ça t'apprendra, on rigole pas avec la bière.  

Mais il reposa bien vite sa bouteille malgré cette situation quelque peu comique, il allait falloir nettoyer tout l'endroit mais bon il était déjà assez sale de base. Ce qui l'intéressait en revanche c'était le moteur et le pourquoi du problème qu'avait Charline avec. Ils se penchèrent vite sur le sujet et Chafouin repéra bien vite ce qui clochait, c'était un problème assez simple en fait.

-Le soucis en fait, c'est les composants, ils sont très bien, pour aller sur une frégate de 910. Là, tes trucs sont justes usés et ils sont en fin de vie, rien de plus. Il réfléchit à ce qu'il voulait lui dire. On t'a refilé le fond du panier je crois bien, tu sais je crois que ton bienfaiteur... Il se rendit compte juste avant que les mots franchissent ses lèvres qu'il ne valait mieux pas lui parler du fond de sa pensée, du moins pas tout de suite. Non laisse tomber.

Il aurait voulu souhaiter continuer cette discussion, mais à vrai dire cela lui prenait plus la tête qu'autre chose, il préféra donc revenir sur un sujet bien plus intéressant pour eux deux. Il reprit deux bouteilles de bières et en tendis une à sa compère, sans jouer à faire mousser cette fois.

-Écoute par rapport à ce que tu m'as dit plus tôt sur ton idée de partir à My'tra et tout, ça m'intéresse bien sûr mais je peux pas tout quitter sur un coup de tête, il me reste quelques affaires à régler, mais je peux rien te promettre au jour d'aujourd'hui. Bon on en reparlera plus tard, laisse moi plutôt te raconter une histoire.

Il porta sa bière à sa bouche et pris un air plus tranquille en se remémorant les informations qu'il avait réunit pour elle.

-On est en 894, dans les derniers mois de la guerre contre My'tra, sentant que le vent allait tourner, un jeune lieutenant nommé Hensen Litcht rassembla quelques compagnons à lui et une nuit, ils désertèrent pour se lancer dans une chasse au trésor. Leur cible, « les yeux de Khugasta », une statue représentant ledit architecte et dont les yeux étaient des diamants précieux. Ils profitèrent alors d'une nuit pour s’introduire dans le tombeau du chef de clan qui était enterré avec la statuette. Selon les rumeurs, dès qu'Hensen aurait arraché le trésor aux mains du corps, lui et ses compagnons auraient entendu des voix indéfinissables qui leur auraient glacé le sang, moi je pense que c'est des conneries.
Il tira une lampée de sa bouteille avant de continuer.

-Une fois la guerre terminée et Hensen retourné à Daënastre il aurait peu à peu reçu des nouvelles de ses anciens compagnons d'infortune, certains se seraient suicidés, l'un d'eux aurait même tenter de l'assassiner, argumentant que c'était de sa faute et que la statue les avait maudit. Au final Hensen décida de la vendre à un riche collectionneur qui la plaça dans un manoir reculé dans les montagnes, pas loin de Lonfaure. Depuis elle n'a pas bougé de place. Quand à la malédiction, déjà l'information que je tiens viens d'un gars qui connais un des gardes ayant veillé sur la maison du collectionneur de la statue, il est passé des dizaines de fois devant l'objet et n'a jamais entendu de voix ou subi de malédiction à la con. Mon avis est que ces types ont commis trop de saloperies pendant la guerre et qu'ils ont trouvé cette excuse de malédiction plutôt que d'affronter en face ce qu'ils avaient fait. Mais enfin bon au final c'est pas important.

-D'après ce que je sais le collectionneur, Franz, ne vient quasiment jamais à ce manoir et il a disperser ses gardes quand il s'est rendu compte que personne ne trouverait jamais cet endroit perdu dans les montagnes, enfin jusqu'à ce que... Chafouin lui fit un clin d’œil. Franchement je sais pas ce que t'en penses mais ça à l'air d'une occasion en or, ce truc prend la poussière et personne ne peut en admirer la vue, de plus ya absolument personne pour le garder, je sais que t'accorde de l'importance à la culture, il serait pas mieux, affiché dans un musée tu penses pas ?

Et comme d’habitude il commençait déjà à oublier la raison première de sa venue ici.


Voix de Chafouin:
 



Chafouin baragouine en #009900

Naissance: 13 mai 896
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty
Prendre aux riches pour donner aux incultes Empty

Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia