Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia
Page 1 sur 1


 Tire la chevillette...

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 19 Mar - 20:19
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Même moi, j’ai besoin de repos après tout ce qui c’est passé. Cette fois, je ne peux pas me perdre dans un défi. Une sorte de lassitude m’enserre en plus d’une fatigue envahissante. Le long voyage de retour n’en est responsable qu’en partie. Mes pas m’ont menée seuls en dehors de ma ville natale grâce au premier train en partance. Sans plus y prêter attention, je suis descendue à une gare anonyme, jusqu’à ce je pose mes yeux sur le hall de gare : impossible de ne pas reconnaître cette endroit où j’avais été témoin d’une folie étrange. Tellora. Encore un lieu où je n’ai pas envie d’être mais il est trop tard pour remonter dans le train et le prochain annoncé passe dans d’interminables minutes. Pas le choix, je pars à pied, loin de là.

Les rues défilent sans noms et sans distinctions. D’un coup, ou tout comme, elles ont disparu avec le bruit, les odeurs, les gens. Je suis sur une route avec personne. L’idéal. Ce n’est même pas encore la nuit. Un simple regard au ciel m’apprends la raison de ce vide, de cette obscurité : le ciel est noir comme jamais. À croire qu’il s’accorde avec mon esprit. Je sais que je n’ai pas ce pouvoir. Passer du temps chez les mages ne m’a pas transformé à ce point, du moins je crois. Stop, je n’ai pas envie de réfléchir à ça, c’est stupide. Maintenant que je suis seule avec moi-même, je n’ai plus trop envie de l’être. Pourtant faire demi-tour est aussi hors de question. Je m’arrêterai au prochain village, hameau ou que sais-je !

Un village se profile le long du fleuve. Personne en vue, mais c’est normal. Moi non plus, je ne devrai pas être dehors au milieu de nul part par ce temps. J’arrive en marchant, il est inutile de courir, je suis de toute façon déjà trempée. Mes cheveux collent à mes tempes malgré ma capuche et mes maigres affaires ramenées de My’tra doivent l’être tout autant à l’intérieur de mon sac à dos. Je dois vraiment ne ressembler à rien avec ce mélange de vêtements d’ici et d’ailleurs. Pas que ça m’importe vraiment, je n’ai jamais suivi la mode. J’ai toujours porté quelque chose de passe-partout et de pratique.

Puisque les rues sont vides, que j’aimerais éviter de chopper une saleté et que je ne vois aucun signe d’auberge, je toque au hasard aux portes. Choisissant seulement celles où je distingue de la lumière derrière la fenêtre. Pas de réponse aux deux premiers essais, à croire que quelque chose les a rendus frileux… Tout le monde a dû me voir passer même avec le bon gros rideau de pluie, la configuration du village le rend obligatoire : les maisons sont toutes installées le long du fleuve et de la route.

« Je sais que vous êtes là, ouvrez ! »

C’est totalement ridicule, je vois même une silhouette derrière le rideau ! Eux-aussi doivent me voir et on peut pas dire qu’à première vue je représente une menace ! On m’a qualifiée de beaucoup de chose mais pas de ça. Hors de question que je parte. Si personne ne m’ouvre, j’ouvrirai une porte toute seule. La colère remplace la fatigue et l’apathie comme un rebond d’énergie.


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMer 20 Mar - 8:23
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
Cette journée de mars avait commencé par un temps sec et frais.
Je savais que je n’aurais pas dû m’y fier.
Les jonquilles et les primevères avaient montré leur premières fleurs depuis quelques jours et ça m’avait donné l’envie de sortir sur le pas de la porte où j’avais fait le rencontre de cette jeune fille un peu perdue et affamée.
La jeune Moi venait de repartir en emportant quelques tranches de pain, du beurre et bien sûr les chaussettes que je lui ai données et qu’elle a adoptées.
Elle m’a raconté son histoire qui est bien triste.
Mais je ne veux pas, ne peux pas m'encombrer d’une gamine.
Il faudra bien qu’elle supporte de vivre seule, ses parents étant trop souvent absents.
Ses problèmes me confirment que la ville est un gouffre à mauvaises rencontres et vies dissolues.
Ses parents s'y perdent, rentrant soûls tous les deux et les poches vides.
Ce n’est pas mon problème.
Je dis ça et en même temps, je ne peux m’empêcher de culpabiliser un peu.
Diantre, j’ai passé toute ma vie à soigner, réparer et écouter et aujourd’hui je marmonne comme une vieille aigrie.

J'ai la bougeotte, rien à faire.
Je voudrais que le beau temps arrive.
Pourtant, l’hiver s’est passé tranquillement.
Quelques fièvres, refroidissements et une jambe cassée mais rien de bien grave.
Mes réserves d’huiles essentielles et de plantes s’en trouvent rassurantes.
Je pourrai tenir jusqu’aux premières floraisons.

Une soupe de pomme de terre, de choux un peu sec et de lard salé glougloute dans l’âtre.
Une salade de feuilles de primevères et une tisane de camomille termineront cette journée.
J'ai toujours été proche de la nature et elle me l'a bien rendu.
Je garde bonne santé grâce aux plantes et remèdes que je n'applique pas qu'aux autres.
Cette salade de Primevère m'apportera le plaisir de manger mais aussi les éléments pour une bonne santé.

Ce dont j’aurais dû me douter c’est que le temps était passé de sec ensoleillé ce matin, aux giboulées de mars.
J'ai vu Gustave, ma monture adorée, se blottir dans l'appentis accolé à la maison.
Le pré ne l'intéresse pas quand il fait aussi mauvais.
Il va falloir encore attendre quelques semaines avant de voir les températures remonter.
ça n’empêche pas, le soir tombant, d’entendre les merles et les moineaux papoter pour déterminer qui est le plus beau pour s'accoupler.
Chouette, ça c'est le printemps qui arrive, quelle que soit la météo.

Dehors il pleut des cordes et je me sens bien dans ma chaumine.
Je m'apprête à reprendre mon tricot en attendant que le souper soit prêt quand j'entends du bruit à la porte.
On dirait la voix d'une femme qui tempête et qui cogne contre le battant.

“Nom d'une pipe qui va là?”


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyJeu 21 Mar - 20:27
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Visiblement, je ne suis pas la seule à être énervée. Mais ce n’est pas tant le ton que la question qui me surprend. Elle est plus à sa place que moi pourtant. Une vie à entrer chez les gens quand ils ne sont pas là ou sous de faux prétextes ne donne pas vraiment les bons réflexes pour répondre à cette question toute simple. Je pourrais donner mon nom, même si je vois mal à quoi ça l’avancerait dans ce cas, on ne se connaît pas.

Pendant cet infime temps de recul, j’ai arrêté le tambourinement. Ma main est revenue se mettre le long de mon corps. Debout sous la pluie, parlant à une porte. Super ! Bon retour chez les technophiles… Ça fait plaisir d’être de retour à la maison, hein !

« Il suffirait d’ouvrir la porte pour voir… Une simple voyageuse, je me suis faite surprendre par le temps ! »

C’est pas qu’il fasse légèrement froid avec cette pluie, mais quand même ! Elle pourrait se dépêcher !  J’aimerais me mettre au sec, me changer, éventuellement manger. Me poser quoi. Avant de repartir et de trouver une auberge ou la personne qui fait gîte dans le coin, probablement pas l’une des maisons auxquelles j’ai déjà toqué vu l’absence de réponse… Ou pas, je n’ai pas vraiment de plan défini pour l’avenir proche ou même lointain. Ma route toute tracée depuis mon arrivée chez les Danseurs a subit un sacré détour et j’ignore où ça me laisse.

Oh, et puis zut ! J’ouvre la porte. Ou alors, c’est elle qui l’a fait ? Est-ce même vraiment important ? Je suis à l’intérieur, sur le palier. Je goutte littéralement sur le sol de sa maison bien chaleureuse. Chez moi, il n’y a jamais eu cette bonne odeur quand je rentrais. Ni de tricot ! L’hôte n’est pas de la première jeunesse sans pour autant être très vieille, je crois. Enfin, ce n’est pas comme si c’était important. J’ai juste besoin d’emprunter sa maison, pas de faire ami-ami.

« Vous alliez manger ? »

Difficile de rester totalement muette dans ce type de situation. Puis comme mon ventre s’est de toute façon déjà manifesté… Autre détails cruciaux :

« Ça vous dérange si j’enlève mon manteau et mes bottes ? »

Oui, ça m’arrive d’être un peu considérée. Je me vois mal me balader chez elle sans invitation, enfin devant elle vous comprenez, et en plus mettre de l’eau de partout. J’ai un minimum de bon sens et de savoir vivre.

HRP:
 


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyVen 22 Mar - 14:32
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
Ayant voulu ouvrir la porte, j'ai été devancée par la donzelle.
Le battant a failli me cogner face à sa détermination.
J’ai l’habitude de ces intrusions.
Ma porte n’est jamais fermée, j’ai même pu ranger la clef dans un tiroir.
Le village est calme et tout le monde se connaît, ou presque…
Ça fait quand même la deuxième inconnue, jeune de surcroît, qui passe la porte ce jour.

La voilà devant moi dégoulinante et qui me demande d’abord si je vais manger et dans la foulée, si elle peut s’installer.
Je n’ai pas trop le choix, elle va tremper mon tapis qui est suffisamment usé pour ne pas être boueux en plus.
Serait-elle malade qu’elle entre comme ça en coup de vent?
Par ce temps, ce ne serait pas étonnant.

“Vous pouvez vous débarrasser, entrez, ne restez pas dans le couloir.
Êtes vous malade, blessée?
Avez-vous besoin de mon aide?”


Je le regarde et constate qu’elle est bien trempée comme une soupe et un peu pâlotte mais son regard a l’air vif.
Elle n’a pas l’air à son aise et est peut-être intimidée?
Je fais souvent cet effet avant qu’on me connaisse.
Mon mètre quatre-vingt n’arrange pas les choses devant cette petite bonne femme toute menue.
Je m’efface pour la laisser entrer dans la pièce principale.

"La soupe sera bientôt prête mais est-ce que vous voulez partager mon repas?"

Je lui montre la marmite qui dégage de bonnes odeurs dans la maison.
J'ai moi-même une petite faim et je me dirige vers le vaisselier.
Je n'hésite pas, n'attends pas sa réponse et prends deux bols et deux couverts.

"Asseyez-vous, je vais vous servir. Vous habitez dans le coin?
Chez vos parents peut-être? Je ne vous reconnais pas.
Moui.. Un petit air de Bertha qui habite au bout de la rue...
"


Je me rends compte que je ne lui ai pas laissé la parole et lui assène mes questions sans même attendre les réponses.

""Je vous en prie, laissez vos vêtements mouillés dans le couloir et venez vous asseoir, vous me raconterez en mangeant"


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyLun 25 Mar - 18:07
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Voilà, je suis à table avec une parfaite inconnue. C’est très étrange. Même pour moi qui ne suis pas à cheval sur les conventions. Il n’y a absolument rien d’habituel dans cette situation pourtant mon hôte - car comment appeler autrement cette maman ours ? - agit avec un naturel déconcertant. Il faut que je réponde maintenant qu’elle s’est tu et que je ne suis plus occupée à me débarrasser de mes affaires trempées.. Mon aplomb habituel, présent encore il y a peine quelques instants, semble m’avoir déserté alors que suis assise là, les pieds à l’air et mon manteau posé à l’entrée avec mon petit sac à dos. Comme si c’était moi l’être vulnérable et non cette matrone qui laissait entrer n’importe qui ! Qui allait même jusqu’à m’assimiler à une simple villageoise. C’est presque drôle, non ?

« Merci. Je n’habite plus chez ma mère depuis longtemps. »

Pourtant je lui réponds sérieusement. Et pour quoi faire ? Je n’ai rien à lui prouver, je mange et je pars ! C’est tout, rien d’autre. Pas besoin de médecin, toutes les blessures que j’ai reçu sont guéries. Elles ont peut-être laissé des traces mais elles ne se font plus sentir et sont de toute façon invisibles sous ma tunique.

« Je me baladais et je me suis faite surprendre par le temps c'est tout. »

De mieux en mieux, je me mets à radoter en plus. Ce que je déteste les petits bavardages du genre. Et après, on va se mettre à parler de la météo. Je ne sais pas ce que je fais là. Tout dans cette maison transpire la campagne. On pourrait aussi bien se trouver à my’tra ! La magie en moins.

« Je suis en plein voyage. »

Sans aucune destination. Je vais juste éviter de me rendre dans les plaines avec les animaux géants. Du coup, ça laisse le nord par rapport ce village et l’ouest, si je continue le long de la rivière. Ou ici dans cet endroit sans nom et sans rien à y faire.

« Vous avez des gîtes ou quelque chose comme ça dans le coin ? »

Il y a bien quelqu’un qui s’occupe de recevoir les gens de passages. C’est peut-être même elle, ce qui expliquerait grandement cet accueil chaleureux et ce bol de soupe servi bien volontiers que j'ai déjà à moitié vidé.


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyLun 25 Mar - 19:22
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
“Bon appétit demoiselle. Ma soupe te plait?
OOh mais, je manque à tous mes devoirs et ne me suis pas présentée.
Je suis Gojo Kuracanto et je soigne les gens du coin.
C’est pour ça que je te demandais si tu as besoin de moi et si tu habites au village?
Appelle moi Gojo, je peux vous tutoyer?
Comment vous, t’appelle-tu?”


Je lui souris car je me trouve un peu idiote de demander la permission de tutoyer cette petiote.
J’ai toujours eu la parole facile, avec qui que ce soit et je tutoie d’emblée.
ça ne date pas d’aujourd’hui mais mon âge m’a enlevé tous les complexes
qui coince trop souvent les gens dans la parole fausse et contrainte.
Pas de ça chez moi, la personne qui est à ma table peut me tutoyer.
Et je rassure le donzelle.

“Tu peux me tutoyer aussi.
Quand on a mangé à la même table, on peut se le permettre.
Et quand tu m’auras dit ton nom, je pourrai te répondre et poser les  questions qui me viennent quand tu me parles de voyage.


Je continue à manger mon potage qui fait un bien fou.
La pluie continue de tomber et le vent de souffler mais le feu et l’ambiance confortable de mon intérieur laissent le froid dehors.
En attendant qu’elle finisse sa soupe qui a l’air de lui plaire, je la regarde.
Elle a des traits fins et féminins et pourtant je sens comme du masculin en elle.
Seraient-ce ses vêtements disparates?
Ou la fermeté de sa voix quand elle a frappé à ma porte?
Par rapport à elle je me sens grande et forte.
Pas que je sois grosse mais la vie ici m’a forgé des membres solides et dame nature m’a fourni le nécessaire pour plaire aux hommes.
Aujourd’hui j’ai sorti une tenue de printemps comme je l’appelle.
Mon pantalon et ma chemise sont d’un ton bleu lavande et j’ai piqué une fleur colorée que j'ai crochetée dans mon décolleté.
Une bande de tissu rose foncé m’a servi à tourner mes cheveux en un chignon lâche.
Mon habituel collier fait de plusieurs rangs de babioles diverses est pendu à côté de la cheminée.
Si j’avais su que je recevais une jeune femme qui ne demandait pas d'autres soins qu'un peu de soupe et le réconfort de ma maison, je l’aurais sans doute mis.

Si cela te convient, je peux t'installer pour la nuit. Tu ne trouveras pas d'auberge à moins de repartir vers la ville de Télora. Et ce soir, je te conseille de laisser sécher tes affaires. Je mettrai un couchage devant l'âtre.
Comment dois-je t'appeler?


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 26 Mar - 8:22
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
De nouveau, ça recommence. Elle parle, parle et parle. J’ai même pas le temps de lui répondre. Non pas que je me précipite pour le faire. Je préfère encore manger et la laisser soliloquer encore un peu. Puis laisser le silence s’instaurer, écouter le bruit du tumulte extérieur tout en profitant d’être maintenant au chaud. C’est étrangement agréable. Je ne pourrais dire la dernière fois que ça m’est arrivée. Dire jamais serait sûrement exagéré. Mais les souvenirs qui reviennent plus facilement à la surface sont ceux où la pluie a été un atout pour mes plans ou au contraire un frein. Le reste est tombé dans l’oubli plombé par son insignifiance.

« Gwen. »

Mon regard retourne se poser sur cette drôle de femme. Une soigneuse d’après ses dires. Bien plus aimable que nombre de ses compères à qui j’ai eu affaire. Est-ce le fait de vivre dans ce petit hameau ? Quoique, ça ne semble pas un trait bien partagé dans le coin vu l’absence de réponse de ses voisins à mes appels… Ou de ne soigner que des gens honnêtes ? La vie doit être bien plus paisible dans le coin, voire ennuyeuse.

« Je vais rester ici alors, merci. »

Difficile de rester grognon avec le ventre si bien rempli. Je m’en vais même jusqu’à poursuivre la conversation ! Puisqu’il est maintenant établi que nous ne parlons pas du temps et que je peux poser des questions tout en parlant peu, autant en profiter. Sans bouger de mon siège qui me semble si confortable avec la fatigue accumulée, je me lance sur le sujet qui me paraît le plus important si je reste plus d’un jour : l’activité et le passage.

« C’est un village de pêcheurs ? Il y a beaucoup de passage dans le coin ? »

Aucun doute, elle connaît les réponses. Je regarde mon assiette vide, le feu, la cheminée, dehors puis de nouveau mon hôte. Ça l’air d’être une dame aussi surprenante que celle que nous avons croisé avec cette voleuse, dont le nom m’échappe, à Prorig. Sous ces atours de banalité un brin clinquants, parce que ce truc plein de bibelot l’est, je me demande si elle cache un trafic du type de Swenn. En mieux. Qui irait la soupçonner ? Tout le monde devait l’apprécier dans le coin ou peu s’en faut.


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 26 Mar - 15:41
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
“Gwen? Un joli prénom !
C’est un diminutif de Gwendoline ou ton nom de naissance?


Apparemment les réponses laconiques de mon invitée seront les seules que j’aurai.
Elle ne me donne pas son nom de famille mais dans l'fond, je m’en fiche.
Elle n’est pas du coin apparemment sinon elle en saurait un peu plus sur le village;


"Il y a eu, en effet, un petit port de pêche.
Mais depuis quelques années, le dernier matelot a pris sa retraite et personne n’a repris son affaire. Les jeunes partent tous en ville.
L’arrivée du train jusqu’ici, au lieu d’apporter du monde, a permis que le village se vide.”


Je me souviens des fêtes de village, la Sanssaint, le Grand feu, la Saint Jean..
Toutes ces occasions qu’on prenaient de s’amuser.
C’est peut-être pour ça que je commence à m’ennuyer?
Je ne me sens pas encore prête à jouer à la vieille dame au chat avec son tricot.
J’ai plaisir à réaliser de jolies choses mais je n’ai plus de nouveautés depuis quelques temps.

“Il n’y a pas beaucoup de monde qui passe ici.
Il y a bien un commerçant de bric et de broc qui amène quelques nouveautés de Tellora.
Mais il ne passe qu’une fois par mois.
Tu es en voyage pour où?
Dis-m’en plus. Je serais peut-être intéressée par une balade.
Ce n’est pas visible mais j’ai des envies de partir d’ici.
C’est vraiment trop calme ces derniers temps”



HRP: Dis-moi si ma façon d'écrire te conviens? Trop? Pas Assez?


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyJeu 28 Mar - 19:52
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Qu’est ce que je n’aime pas cette forme rallongée de mon prénom ! En plus, ce n’est même pas celle que j’ai de naissance. Le mien a une plus jolie consonance. Je grimace légèrement, secoue la tête pour rectifier le tire sans donner plus de détails. Discuter de mon prénom ne m’intéresse pas vraiment. Pas plus que je lui demanderai d’où vient le sien et s’il a une signification.

« Gwenaëlle. »

Le train passe ici ! Mais il va où ?! Il y a rien dans le coin. J’ai jamais entendu parler de la ligne et je suis sûre de n’avoir rien vu dehors ! J’ai pas pu manquer quelque chose comme ça même avec la pluie. Je n’y crois pas. Mon doute me ferait presque retourner dehors pour vérifier cette histoire de mes yeux. Presque. Il y a le confort du siège qui s’oppose à tant d’effort pour pas grand-chose. Puis qui irait mentir sur un fait aussi facilement vérifiable ?

De toute façon, si cette idée est jamais venu me rendre visite, elle disparaît devant les nouvelles assertions de la soigneuse. Encore plus étonnant qu’un train qui se promène en campagne ; une casanière qui veut partir dans un grand voyage ! Bon, certes, elle a parlé de balade. Pas de changement radical de vie. Elle est un peu en phase inverse de moi en y pensant. Je cherche à me poser un peu, sans savoir si c’est possible, et elle, elle cherche à décoller de son nid douillet. S’en est presque drôle. Un sourire se dessine sur mes lèvres sans que je n’y prête garde. L’Ironie quand tu nous tiens. Quel est leur Architecte responsable de ça ?

« Je n’ai pas de destination en tête. »

J’aurai pu replonger dans mon mutisme après cette simple réponse, mais elle a su réveiller ma curiosité. Ainsi, au lieu de laisser de nouveau mourir la conversation, j’étoffe ma réponse pour en apprendre plus sur cette drôle de femme.

« Je vais probablement franchir le pas et aller en Rathram. Pas à Cerka j’y suis déjà allée et... »

Je hausse les épaules. Il n’y pas que des bons souvenirs là-bas, loin de là. Et pas d’amis non plus. Lauren a trop la bougeotte et Adam comme Swenn ne font pas partis de cette maigre catégorie, même s’ils m’ont aidée, un peu.

« Peut-être Ranviel du coup. Sans chercher quelque chose de précis, c’est aussi bien qu’ailleurs je suppose. Je pensais me déplacer de village en village comme je ne suis pas pressée, plutôt que de prendre le train. »

Je préfère encore monter de nouveau sur un stupide cheval que de retourner dans cette maudite gare ! Inutile d’en parler à Gojo ou d’entrer dans les détails. Ce ne sont pas ses affaires.

« Je suppose que tu trouveras ta place n’importe où en étant soigneuse. Tu fais partie des Cercles de l’Aube ? »

Aucun signe que oui, du moins rien que je n’ai pu identifier comme tel. Une allégeance de genre pourrait expliquer ses prédispositions à bouger ? Ou pas. Ce n’est pas comme si j’avais travaillé avec eux. J’ai juste entendu parler de mission de coopération avec eux. Ils allaient là où ça bougeait. Il paraîtrait même qu’ils étaient prêt à remettre ça en cas de guerre et à venir aider le Daënar en détresse. À voir si les quelques lignes que j’avais survolé dans le train avant de reposer journal avait une quelconque valeur… Je n’avais pas la tête à lire et je n’avais pas creuser plus que ça. L’actualité si importante à mes yeux avant de partir était devenu un concept assez lointain.

Bref, la question n’a pas vraiment de raison d’être. C’est juste une idée lancée au hasard. Même si elle fait partie de la Guilde, ça ne doit pas dater d’hier. Ça n’a vraiment aucun rapport. Je ne pourrais même pas dire pourquoi j’ai pensé à ça. Une connexion étrange.


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyLun 1 Avr - 18:33
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
“Tu voyages? C’est une très bonne chose. Les voyages forment la jeunesse. D’ailleurs, je te trouve bien jeune pour aller ainsi toute seule.”

Je regarde ce petit bout de chou et me demande ce qui l’amène ici et surtout où elle va comme ça?
à l’entendre, Gwen n’a pas l’air de vraiment le savoir.
Elle dit vouloir aller de village en village.
C’est une bonne idée.
Est-ce que je lui propose de l’accompagner?

“J’ai bien fait allégeance à la guilde de l’Aube mais n’ai guère eu de contact avec eux.
En son temps, il me semblait que c’était une bonne idée, étant soignante, de suivre un peu leurs actualités.
Mais je dois avouer que, ces dernières années, j’ai vécu un peu recluse ici.
J’ai envie que ça change et ma mère serait sûrement d’accord pour que je parte quelque temps”

Suis-je sotte de lui parler de ma mère. à 57 ans on pourrait croire que je fais ce que je veux!
Bizarrement, sous mes airs de solitaires endurcie et accomplie, j’aime assez demander conseil à mon aînée.
Ma mère ne parle plus beaucoup mais elle a toujours su m’écouter. Et pas plus tard que le weekend dernier, je lui racontais ces envies de voyage, de nouveaux horizons et de rencontres.
Une seconde adolescence en quelque sorte, moi qui me suis toujours occupée du bien-être des autres autour de moi.

“N’hésite pas à te resservir. La soupe va refroidir  et tu peux manger autant que tu veux.
J’ai toujours cuisiné trop pour moi. Il semble qu’aujourd’hui c’était une bonne idée.”


Me voilà soudain intimidée à l’idée de lui demander si je pourrais partir avec elle.
Et déjà mon esprit part à toute vitesse pour réfléchir à ce que je devrais prendre pour un voyage, Vérifier que les pieds de  Gustave sont bien parés? Et toutes ces choses qui me semblent indispensables, mais non,  trop lourdes à porter…

“Je me lance!
Est-ce que vous pensez que nous pourrions partir en voyage ensemble?
Après la nuit, évidemment.
Ou après demain s’il faut préparer quelque chose?
Gustave mon Dalavoï est toujours prêt pour aller en balade.
Je suis sûre qu’il sautillera  de joie dès que je le harnacherai.
C’est un grand bêta très docile s’il a à manger en suffisance.”


OOh quelle bonne idée. Moi-même je me sens pousser des ailes à l’idée de partir.
Vivre dehors, monter notre tente le soir, aller sous le vent et la pluie puis découvrir une auberge, un gîte au chaud chez l’habitant.
Comme je le fais à l’instant d’ailleurs. et puis, nous allons vers la bonne saison.
Ces giboulées vont bien vite passer et les oiseaux prédisent que le printemps est bien là.

“Je pourrais vous être utile. J’ai un tout petit pécule mais je pratique le troc en donnant mes soins et nous aurions des facilités car je suis avenante et toujours de bonne humeur. As-tu quelques talents qui pourraient nous servir pour voyager?


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyLun 1 Avr - 23:18
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Visiblement, elle doit se tromper sur mon âge ou la campagne est bien tendre avec ses jeunes. À la ville, ce n’est pas si rare de voir des gens travailler à cet âge, par voie de conséquence avoir de l’argent et éventuellement avoir une chambre quelque part, à défaut d’un appart entier. Ce n’est évidemment par les endroits que je visite le plus dans ma profession, mais l’immeuble où habite ma mère en a plus que ça part de ce genre d’habitants. La vie de luxe n’a jamais été pour nous. L’argent disparaissait comme il venait : par magie et instantanément. Je suis peut-être un peu mauvaise langue…

Hochement de tête pour montrer que je suis. Les yeux légèrement écarquillés, non pas à cause de son appartenance au cercle de l’aube, plutôt au fait qu’elle parle de sa mère, de son accord à son âge. Ses rapports avec les autres, sa famille sont à des lieux des miens. Perturbant, déconcertant, dépaysant.

Si ce n’est pour la soupe si généreusement offerte et dont je me suis resservie amplement, il n’y pas besoin de me proposer deux fois ce genre de chose, j’aurais probablement lancé une pique quelconque. Une remarque devant tant de…. ? Je ne sais pas. Je n’ai jamais rencontré personne comme ça. Sa sincérité est désarmante. Mon sarcasme en prend un coup. Que dire de cette femme qui a bien plus vécu que moi et qui me demande conseil, qui marchande même sa place dans un voyage à mes côtés. Maladroitement, son pécule m’intéresse, son côté avenant pourrait être utile, quant à sa bonne humeur elle sera encombrante.

« As-tu quelques talents qui pourraient nous servir pour voyager? » 

Trop, c’est trop ! Après m’être à moitié étouffée et avoir recraché de la soupe par le nez, j’arrive à tirer quelques mots. Alors même que je n’ai pas de plan, elle arrive à perturber mes idées sur la suite , à me déstabiliser ; moi qui voulait mettre mon talent en pause.

« Je touche un peu un tout. Je pourrais rendre de menu service aux besoins. »

Inutile de préciser la nature des services et le mécontentement de certain face aux résultats de ces derniers. Ce n’est pas qu’une question de prudence, crier sur les toits qu’on fait partie d’une Guilde de Voleurs n’est jamais très malin, j’ai aussi besoin de me déconnecter de tout ça. Difficile devant une personne qui s’ouvre si facilement et met les pieds dans le plat.

« Il n’y a pas forcément besoin de tout prévoir pour voyager. Suffit de se lancer. Un petit paquet de provision et on peut prendre la route dès demain. »

Mon ton manque d’entrain. Ou alors, c’est elle qui en a trop. Aucune de nous n’agit vraiment comme elle devrait, ou comme on s’y attendrait. Je ne m’appesantis pas sur cette impression fugace, quelque part derrière se cache le malaise que j’essaye de fuir.

« En attendant, je t’aide à ranger. »

Parce que c’est pas tout, mais j’ai fini de manger et j’aimerais dormir. Et si ses mots ne sont pas que des mots, nous aurons le temps d’avoir d’autres conversations.


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 2 Avr - 10:57
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
"En avant alors. Tu me parles de petit bagage mais j'aime mon confort.
Je suis habituée à Gustave qui porte mes affaires par tous temps et m'en vais le préparer.
Que penses-tu d'aller regarder mademoiselle  Mistral?
Ma tante Pétronille m'en a dit le plus grand bien. Elle est plus jeune que ma mère et va encore bien faire un tour à la capitale.
Il parait que la Mistral donne un spectacle qu'il me plairait d'aller voir.


Je me lève et commence à ouvrir tous les tiroirs de la commode derrière moi.

Je vais chercher la note sur laquelle j'ai inscrit les dates et endroits de ses prestations.
Va te coucher, je vois que tu tombes de sommeil.
Fais à ton aise et dors tout ton saoul, je veille au grain et vais sans doute déjà commencer à ranger.


La jeunette au lit, je sors mon matériel de campagne et vérifie que tout est propre.

Une toile cirée, des cordes et des crochets pour la tente.
Un sac de plantes séchées et d'huiles essentielles pour les maux les plus courants.
J'y ajoute quelques flacons vides. Il m'est souvent arrivé de trouver une huile, un liquide rare que je peux alors transporter.
J'ai une trousse de chirurgien, cadeau de mon père. Elle est très joliment décorée mais surtout, les ustensiles sont de très bonne facture.
Je la cache au fond d'une sacoche car elle signifie pour les gens qui la voie que je suis un médecin et donc chère.
Ce n'est pas le cas. Je n'ai jamais voulu m'enrichir avec mes talents.
On me dit très naïve mais je crois sincèrement qu'il ne faut pas grand chose pour être heureux. Comme dit ma mère qui est sage:
"L'argent ça doit bouger. C'est une énergie et toute énergie doit circuler sinon elle stagne et pourri ceux qui la tienne.
Pas de soucis avec moi. Je suis plus cigale que fourmi. Et jamais je n'ai manqué de quoique ce soit pour vivre heureuse.
Je n'adhère pas du tout avec les pratiques des malfrats de la santé.
C'est pour quoi je ne suis pas si proche de le guilde de l'Aube.
Tout le monde a le droit d'être en bonne santé.
Pas seulement pour être rentable et efficace dans la société.
Mais aussi pour être bien avec soi et avec les autres.
La guerre, à mon sens, n'est que le fruit d'envies de certains de pourrir l'argent dans leurs coffres.

Trêve de rêverie philosophique.
Il faut que je charge Gustave.
Pas trop, Gwen a l'air de ne pas vouloir  s'encombrer. Mais un minimum de confort et elle me remerciera lorsque nous aurons besoin de mon fourbi.
Je porterai un sac à dos avec un bon repas, du fromage et du lard pour mettre sur le dernier pain sorti du four ce matin.
Le couchage que nous mettrons sous la tente est enroulé dans sa toile cirée.
Je prends mes deux sacs en cuir épais pouvant être placé sur ma monture avec dans le premier:
Un alambic en cuivre et le nécessaire de chauffe. Un creuset en grès et mes ustensiles de distillation rejoignent mes plantes et mes huiles essentielles.
Dans le second: différents couteaux, une petite hache, un piolet et un tapis de sol.
J'aurai une petite casserole légère, 2 gobelets en fer et des couverts attachés ensembles.
Eux, je les ai reçus de mon grand père qui les avait piqués à l'armée.
Ils sont pratiques à utiliser et à laver avec un peu d'herbe.

J'emporte avec moi mon revolver 6 coups et sa pochette de balles de réserve.
Il est toujours sous mon matelas et n'en sort que quand je vais tirer sur quelques étourneaux qui détruisent mes cultures de fruits.

Après une bonne nuit de sommeil, je me réveille en pleine forme et ne pense plkus qu'à aller harnacher Gustave.
J'ai retrouvé la feuille de papier où j'avais noté les dates et lieux de passage d'Elodie Mistral.


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 2 Avr - 17:07
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
"Voilà, j'ai retrouvé ce fichu papier!
Il était coincé entre deux recettes de cuisine.
Je te le lis:
Je me trouverai  à "l'Ouest" d'Ankar entre Tellora et Mynith à partir du 14 ou 15 Avril. A cause des quelques problèmes que les bruits de la ville présentent aux aveugle, le spectacle se passera dans un village.
C'est chouette hein ça?
Tu voulais aller vers le nord. Ce sera parfait.
J'espère que ce n'est pas trop haut dans les collines, il y fait encore froid en cette saison."


Je suis contente de voir que la contorsionniste ne sera pas en ville.
Je déteste vraiment les bruits, la foule et la presse qu'elle représente.
Les gens collés à moi ça me fiche la trouille. Je n'ai jamais su pourquoi?

"J'espère qu'on va bien s'entendre. En tous cas, je ferai tout pour que ça se passe bien.
J'ai quelques défauts comme de me lever tôt et me coucher tôt mais tu verras, bien dormir c'est le mieux pour la santé.
Et si je suis trop bavarde, tu me dis. Je peux aussi écouter.
Même si je n'aime pas le bruit de la foule, j'apprécie les parlotes de bon aloi."


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Gwen Feien
Gwen Feien
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 30 Avr - 8:12
Irys : 1781814
Profession : Voleuse
Guilde +1 (femme)
Tout avait été dit la veille. Je ne connais pas cette Elodie Mistral mais je n’avais rien eu de mieux à proposer. Ça faisait un objectif à court terme. Alors pourquoi pas. Je ne sais même pas quel type de spectacle m’attend. Ça n’a pas vraiment d’importance. Pas plus que le nom de l’endroit où nous nous rendons, un village dont seuls les habitants retiennent le nom de toute façon. Le fait qu’on aille dans les montagnes par contre me fait légèrement grimacer. Mais ce n’est pas encore le plus gros problème : son Gustave vers lequel elle nous a mené n’est pas un cheval ! Non pas que j’aime spécialement ces bestiaux, juste que c’est mieux que… ce truc ailé.

« Ce n’est pas un cheval. »

Pourquoi a-t-elle une telle chose chez elle ? Pourquoi un médecin du Cercle de l’Aube paumé dans un village de daenastre a-t-elle un tel animal. Obnubiler par mes questions, je ne réponds pas immédiatement au flot de parole. L’inconvénient de voyager à deux, c’est qu’on ne peut pas laisser aussi facilement quelqu’un d’autre répondre pour soi.

« J’aurais sûrement besoin de vêtement chaud pour la montagne. On verra ça à son pied inutile de se charger encore plus maintenant. »

Voilà, c’est à peu près tout pour les infos pratiques. Les heures de couchés, etc, n’ont pas d’importance, je n’ai pas d’impératif et rien à faire le soir au milieu de la nature. Sauf si on croise des voyageurs… Rien à dire là-dessus ou sur le reste. Je n’ai jamais attendu qu’on me donne la permission pour être franche avec les autres.

« Je crois qu’on ne logera pas dans le village. »

Ce n’est pas les premières paroles échangées depuis notre départ. Loin de là. Gojo n’avait pas menti sur sa nature bavarde. Une première pour moi. Ce n’est vraiment pas dans mes habitudes d’avoir de tels compagnons de voyage. Mais, dans un moment où j’avais besoin de m’éloigner de tout, ce n’était pas un mal. En plus, la plupart du temps, je n’ai pas besoin de parler autant qu’elle.

Une évidence qui se profilent depuis quelques kilomètres déjà. Les habitants des villages alentours affluent en masse. On en a croisé nombre d’entre eux sur la route, à deux sur les chevaux de traits ainsi que sur bien d’autres animaux de ces montagnes que je ne serais pas forcément nommer. Le problème du logement est ainsi doublé à cause d’eux. On va être serré-collé...

« Tu veux essayer de traverser le village pour trouver où ça se passera ? »

Je n’ai clairement pas envie de devoir me faufiler dans cette foule bigarrée. Cependant, il va bien falloir y passer à un moment. Je n’ai pas marché des jours pour ce foutu spectacle pour ne pas y aller au dernier moment !

HRP:
 


Tire la chevillette... Pickpo10


Tire la chevillette... Rosex3
Gwen parle en #0033ff
Voir le profil de l'utilisateur

Gojo Kuracanto
Gojo Kuracanto
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... EmptyMar 30 Avr - 14:37
Irys : 354936
Profession : Naturopathe, ostéoparhe, kinésiologue
Pérégrin 0
Nous avions bien marché et j'étais contente d'arriver au rendez-vous à temps.
Gwen avait regardé Gustave de travers tout le long du chemin et je sentais sa réticence.
Il n'avait pas été question qu'elle monte dessus avec moi pour aller plus vite.

Je comprends, Gustave est impressionnant. Pourtant, derrière ses plumes bleu vif, sa queue interminable et sa belle moustache, c'est le plus gentil des animaux. Il est joueur et s'est approché un peu vite de Gwen la première fois mais je pensais qu'elle s'y ferait?
Ou bien est-ce qu'elle préfère marcher en silence?

Le chemin m'a plu car je suis une poète habituée à vivre seule mais j'aurais aimé pouvoir apprendre à la connaître.

Quand elle me dit qu'on ne logera pas dans le village, ça ne me contrarie pas. Nous avons un couchage confortable et mes fameuses couvertures en angora. De plus toute cette foule qui se rend vers le spectacle, ça me sidère, et me panique un peu.
à l'idée de traverser tout ce monde, je frémis déjà.

" Si tu veux, je vais survoler le village avec Gustave. ça nous fera prendre l'air et j'irai ainsi plus vite pour voir où se trouve la scène de mademoiselle Mistral. Veux-tu rester ici à l'orée de ce bosquet? D'en haut je repérerai facilement ce rocher en forme de chapeau pointu.

Aussitôt dit, aussitôt fait.
J'enfourche ma monture et nous nous envolons au dessus de cette quasi procession qui va vers le centre du village.
Même aujourd'hui, je suis encore assez fière de ma monture si particulière et profite de l'air ébahi des gens que je survole. Avec ses 37 ans, Gustave est dans la fleur de l'âge et le printemps fait briller ses plumes iridescentes.
Il s'amuse du vent doux qui nous porte et je le sens d'humeur taquine.
Je le laisse profiter un peu, nous avons le temps.

Rapidement, je repère le centre névralgique où est disposée la scène et dirige ma monture vers l'endroit que je puisse visualiser comment y arriver.

Un regard alentour me confirme qu'il ne sera pas possible de loger dans le village. Gwen avait raison.
Je préférerais faire le tour de la petite agglomération car j'ai vu un coin qui me plairait où monter notre campement.
Je rentre vers Gwen et descend à côté d'elle.

Gwen, j'ai vu un joli coin où nous pouvons aller monter notre campement ce soir. Il reste à peu près  trois kilomètre pour faire le tour du village et nous positionner au plus près de la scène. Cela nous permettra de rentrer à l'heure que nous voulons et d’éventuellement profiter d'un bon repas et des boissons qui l'accompagnent sans nous tracasser d'être éméchées.  


Gojo se déplace, agit comme ceci.
"Gojo parle, beaucoup, comme ceci"
Gojo décrit comme ceci
Les autres agissent comme ceci
"Les interlocuteurs parlent comme ceci"



Tire la chevillette... Pdoualb3f43
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Tire la chevillette... Empty
Tire la chevillette... Empty

Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: Daënastre :: Ünellia