Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
-24%
Le deal à ne pas rater :
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
189.99 € 249.99 €
Voir le deal




 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Eireen Nahmani

Eireen Nahmani
Eireen Nahmani
Eireen Nahmani Empty
Eireen Nahmani EmptySam 4 Mai - 21:40
Irys : 41246
My'trän +2 ~ Zolios
EIREEN NAHMANI


   

   Passeport
   

   Nom : Nahmani
   Prénom : Eireen
   Surnom : "Poupée" (?)
   Sexe : Féminin
   Âge : 25 ans
   Métier : Gabier ou Aide-cuisinier (selon le besoin)
   Communauté : My'trä [Zolios/Süns] - La Flamme Noire
   Lieu de naissance : Esarim
   


   

   Aptitudes & possessions
   

  • Croyance : Süns
       
  • Magies affiliées:
    Magie de Zolios (Feu), niveau Adepte - Spécialisée en "Expression"
    Eireen se restreint néanmoins à une utilisation de son don prosaïque et pratique: allumer un feu pour cuisiner, maintenir celui-ci à une température constante, etc.
    Par le passé, Eireen maîtrisait parfaitement l'art de chauffer le métal pour ensuite le modeler ou de déclencher des explosifs, spécialité d'Esarim, mais cela fait plusieurs mois qu'elle n'a plus utilisé ces dons.

    Quelques mois avant l'accident, Eireen tentait de transposer ses capacités innées à faire fondre le métal sur l'être humain... mais depuis son exil elle n'a pas réessayé.
       
  • Armes et habiletés :
    - Deux dagues simples dont la lame mesure environ vingt centimètres et le pommeau figure un brasier, fabriquée pour elle par son père. Ce sont ses armes de prédilection, elle ne s'en sépare jamais. Elles sont soigneusement rangées l'une dans la manche de son justaucorps, l'autre dans un fourreau en bronze à sa taille.
    Eireen est passée maître dans l'art de manier ces deux lames avec grâce et précision.
    - Une claymore, "héritée" de son père et dont le pommeau est frappée du sceau de son clan, qu'elle porte dans le dos pour plus de praticité étant donné sa lourdeur et sa longueur.
    Eireen n'a jamais vraiment reçu un enseignement dédié pour manier cette épée. Elle a apprit sur le tas, en cachette, et sa dextérité laisse à désirer. Cependant, étant donné la taille de la jeune femme et sa musculature, elle n'a aucun mal à la soulever et à s'en servir comme un élément de dissuasion pour maintenir son ennemi à distance.
       
  • Familiers/montures : N/A
       
  • Autres possessions :
    - Une sorte de chiffon aux allures de griffon, un jouet d'enfant sans doute, une poupée (?)
    - Quelques vêtements.

   


   

   Profil psychologique
Autrefois, tout Esarim connaissaient les sautes d'humeur de la jeune Eireen. Gamine impétueuse, têtue et peu docile, la fillette s'était construit une solide réputation au sein de son clan. Il n'était pas rare de la voir courir les rues de la ville fortifiée, les vêtements à moitié déchirés, la crinière en bataille.
En grandissant, et malgré la patience indéfectible de ses parents, ses colères se firent plus terribles. Éternelle insatisfaite, la moindre contrariété devenait un échec cuisant et déclenchait cris et pleurs. Au demeurant, ce défaut lui valait les louanges de ses précepteurs: à force de travail et d'abnégation, portée par son perfectionnisme exacerbé, Eireen apprenait vite et ses dons étaient manifestes.

Les colères cessèrent du jour au lendemain, lorsqu'un petit être pleurnichard et rougeaud vit le jour, Ivy. Eireen, alors âgée d'une douzaine d'années, reporta toute sa fougue sur le nouveau né. Désormais lorsqu'elle courait les rues d'Esarim c'était derrière sa soeur, pour être sûre qu'elle ne trébuche pas, qu'elle ne se blesse pas, ne fasse pas de mauvaises rencontres...
Ce fut aussi à cette période que l'amour d'Eireen pour Süns commença réellement à se manifester même si elle l'avait toujours considéré comme une sorte de mentor lointain. La jeune femme vit en la naissance d'Ivy, un cadeau de l'Architecte, la clef de son apaisement et le début d'un renouveau. Au fur et à mesure que la petite grandissait, Eireen voyait ses propres dons se développer et l'admiration briller dans le regard de ses précepteurs.
Ivy apprit également à sa grande soeur à regarder le monde sous un autre angle. Eireen commença à prendre l'habitude de parler aux enfants, à leur offrir des sucreries ou des histoires et à "soigner" les bobos.

Les habitants d'Esarim se mirent à regarder Eireen avec presqu'autant de repect et de bienveillance qu'ils pouvaient en avoir pour son père. La gamine lunatique avait bien changé, elle était devenue une jeune femme affable, prévenante, dotée d'une empathie et d'une douceur certaines.

Seule Ivy savait que les sentiments conflictuels et les doutes d'Eireen envers le monde et elle-même n'avaient pas complètement disparus... Ils revenaient la hanter parfois, tard la nuit. Et lorsqu'elle se réveillait en pleurs d'un cauchemar, Ivy était toujours là, pour essuyer ses larmes.

--

En fuyant son passé sans le savoir et en laissant derrière elle nombre de ses souvenirs, Eireen est devenu une toute autre personne. Fini la jeune femme affable et prévenante, elle préfère désormais la solitude des haubans et les phrases monosyllabiques. Fini les sourires, elle ne se départit jamais de sa moue et de ses sourcils légèrement froncés, comme si elle était éternellement concentrée ou perdue dans ses pensées.

Ivy ayant été brusquement oblitérée de sa mémoire pour une raison qui lui est inconnue, Eireen peine à retrouver sa place dans le monde. Ses doutes reviennent souvent au galop, son amour pour Süns se voit souvent remis en question faute de repères et ses cauchemars se multiplient.
Eireen se retrouve dans une sorte d'entre deux... Elle ne peut ressentir ni la tristesse ni l'absence mais ne parvient pas non plus à profiter du bonheur et des plaisirs simples. Il lui est impossible de définir ce sentiment étrange qui semble l'envelopper en permanence. La mélancolie ne fait pas partie de la palette des sentiments connus des My'träns.

La seule chose que la jeune femme ait gardée de sa vie d'avant c'est cette propension naïve à aimer les enfants.

Raisons de l'amnésie d'Eireen:
 



   

   Physiologie
Eireen n'est pas, et n'a jamais été, le genre de femme qui se fond facilement dans la foule, malheureusement.

Un mètre quatre-vingt, soixante-cinq kilos, des muscles fins à peine saillants sous une peau claire et douce mouchetée de nombreuses tâches de rousseur, de longs cheveux aux reflets cuivrés et des yeux aussi gris que l'océan en plein cœur de la tempête.
Presque aucune imperfection, si ce n'est cette brûlure qui dévore la partie gauche de son visage, sa pommette, sa tempe, un amas de chair immonde, et son oeil... mort, toujours soigneusement caché derrière une mèche de cheveux ou une capuche. De loin, cela fait presque l'effet escompté, mais de loin seulement.

Depuis son exil, Eireen a changé. Les traits de son visage se sont durcis, des rides sont nées au coin de ses yeux et au milieu de son front. Il y a comme une certaine mélancolie au fond de son regard. Son sourire a disparu tout comme les tenues extravagantes qu'elle avait l'habitude de porter pour se mettre en valeur. Désormais elle cache sa poitrine généreuse sous des vêtements d'homme; des vêtements pratiques et simples qui lui permettent de grimper dans les haubans sans risquer de se prendre les pieds dans un jupon, et accessoirement lui évitent aussi les railleries des autres membres de l'équipage lorsqu'elle distribue les rations.
Quand on est une femme à bord, à défaut d'être laide et grosse, il faut savoir se faire discrète...



   

   Biographie
   


De son enfance à Esarim, Eireen se rappelait la chaleur des forges, la sueur sur le front des mineurs exploitant les filons de métaux, les hauts remparts enserrant la ville et ne laissant qu'entrevoir les sommets des montagnes alentours, les armures chatoyantes des soldats défilant au petit trot dans les rues. Elle se rappelait aussi la déférence avec laquelle on la regardait ou on s'adressait à elle; les petites gens avaient l'habitude de lui céder le passage dans les ruelles encombrées et les forgerons lui offraient sans se faire prier de petites figurines en métal qu'elle collectionnait soigneusement.
Eireen était née fille de Gharyn, et la confiance et le respect que son père avait glanés année après année auprès de son clan, lui offrait quelques avantages... et un certain nombre de responsabilités qu'elle aurait préféré s'épargner. Il n'était pas rare de la voir courir les rues dépenaillée pour essayer de se soustraire à quelques formalités.
Si ses espiègleries étaient célèbres, ses colères l'étaient tout autant. Ses cris rageurs atteignaient jusqu'aux oreilles des mineurs à l'autre bout de la ville. C'était même devenu source de railleries dans les rangs des ouvriers: aurait-on le droit à une crise de la "princesse" aujourd'hui? Certains bout-en-train avaient même commencé à parier de petites sommes.

Père et mère se désolaient de voir leur enfant s’adonner ainsi à ses humeurs à la moindre contrariété et sans la moindre retenue. Si le père d'Eireen avait lui aussi été connue pour ses accès de colère il y a bien longtemps de cela, il avait très vite appris à rentrer dans le rang, fortement incité par les coups de martinet de son propre père, le grand-père d'Eireen, mort dans un éboulement.
Leur seule consolation était de se dire que les frustrations de leur fille l'incitait également à travailler dur et les retours de ses précepteurs étaient plus qu'élogieux. Ceux-ci les rassuraient comme ils pouvaient en répétant inlassablement que les bienfaits de Süns auraient très vite raison de ses excès.

Les bienfaits de Süns se révélèrent être la petite soeur d'Eireen: Ivy. Lorsqu'elle vit le jour, la jeune fille changea du tout au tout. Elle pouvait passer la journée entière à bercer le bébé ou à le promener dans les rues de la ville, sous le regard amusé des passants et des artisans, aussi étonnés que ses parents de sa transformation subite. Eireen allait jusqu'à refuser poliment les figurines en métal qu'elle collectionnait si avidement par le passé: elle n'avait plus le temps, Ivy était le centre de son monde, le moindre de ses faits et gestes gravitait autour de la fillette. Malgré les remontrances de ses parents, elle allait même jusqu'à dormir à même le sol dans la chambre du bébé les soirs d'orage.

Ivy grandit, et Eireen avec elle.
Les amis d'Ivy vénérait la jeune femme. Elle leur refourguait pièce par pièce les innombrables figurines de son enfance, et elle avait toujours une histoire ou une friandise pour eux. Rares étaient les familles qui n'auraient pas souhaité l'accueillir comme belle-fille (et rares les garçons de son âge qui ne lorgnaient pas en direction de son décolleté). Comme sa mère auparavant, Eireen, eu égard au rang de son père, était chargée de distribuer les rations de nourriture aux mineurs et à l'image de ce qu'elle faisait pour les plus petits, elle rajoutait souvent biscuits et gâteaux dans la ration quotidienne. En parallèle, la jeune femme continuait soigneusement d'étudier la magie de Süns. Ses dons manifestes et sa soif éternelle d'atteindre la perfection n'avaient pas disparu au contraire, et il lui arrivait même parfois de les mettre en application dans la forge de son père, l'une des plus réputées de tout My'trä.
Eireen voulait être un modèle pour sa soeur.

Pourtant, ce n'était plus la grande soeur qui venait dormir dans la chambre de la petite les soirs d'orage, c'était la petite soeur qui rejoignait sa soeur sous les couvertures lorsqu'elle l'entendait pleurer dans son sommeil.
La colère d'enfant d'Eireen s'était transformé en des cauchemars sombres et morbides, qui finissaient bien souvent dans un bain de sang scabreux où flottaient le regard vitreux de sa petite soeur, le sien, enserrés dans un visage familier mais sur lequel elle n'arrivait pas à mettre un nom...
Eireen prenait bien soin de cacher ses égarements à ses parents, mais Ivy avait très vite compris que quelque chose ne tournait pas rond, même si elle ne connaissait pas le contenu exact des cauchemars de sa soeur, et elle avait pris l'habitude de l'entourer de ses petits bras lorsque les premiers sanglots se faisaient sentir.

Et puis il y eut cette nuit...
Que s'est-il vraiment passé? Personne ne saurait le dire. Un cauchemar plus violent que les autres? Une dispute? L'explosion d'un caractère sanguin et destructeur muselé pendant de trop nombreuses années? La jalousie? La folie?
Ce n'est que lorsque la fumée commença à se répandre dans les couloirs de leur demeure que les parents d'Eireen et d'Ivy se réveillèrent. Les flammes léchaient déjà les murs extérieurs de la chambre de la première. Il était impossible d'y entrer. Une odeur âcre de chair brûlé s'en dégageait.
La garnison la plus proche réussit à éteindre les flammes alors que le ciel s'éclaircissait au loin derrière les montagnes. D'Eireen, personne ne trouva de trace. Si ce ne sont des tâches de sang sur l'une des poutres calcinées qui jonchaient la pièce. Le cadavre qui fumait encore au milieu des cendres n'était pas le sien...
C'était celui d'Ivy. Sa petite quenotte recroquevillée enserrait une figurine en métal qui, sous l'effet de la chaleur, avait commencé à fondre. On aurait dit un griffon qui aurait perdu ses ailes.
Les soldats d'Esarim remuèrent ciel et terre pour retrouver celle que tout le monde considérait comme coupable. Le Gharyn fut contraint de mettre sa tête à prix, et sa femme, rongée par le chagrin d'avoir perdu ses deux filles la même nuit finit par perdre la tête. On l’inhuma six mois plus tard.
Personne ne remarqua l'étrange personnage qui quitta Esarim au matin de l'incendie. Son visage, bien que soigneusement caché sous une capuche ressemblait étonnamment à celui qui venait hanter les rêves d'Eireen...

--

[5 ans plus tard]

On toqua à sa porte.
"Poupée, bouge-moi ces p'tites fesses, on va pas t'attendre cent ans. On embarque dans vingt minutes. Qu'est-c'tu fous? T'sais bien que c'pas en te peinturlurant que tu deviendras belle!"

Elle poussa un profond soupir et écarta du revers de la main les draps trempés de sueur. Elle avait hâte de quitter la terre ferme: étrangement le ressac marin avait le don d'éloigner ses cauchemars.
"J'suis en bas dans cinq minutes Vlad!"
Elle attendit que le pas lourd du cuistot s'éloigne pour enfiler ses vêtements de la veille et passer un peu d'eau sur sa figure. Elle arrangea sa crinière en se servant de ses doigts comme d'un peigne, veillant à ce qu'une mèche de ses cheveux viennent cacher sa joue gauche.
Son paquetage était déjà prêt, la claymore dans son fourreau. Elle sangla l'arme dans son dos et balança son sac par dessus. Son ventre gargouilla brutalement, lui arrachant une grimace. Pas le temps de manger, on levait l'ancre dans quinze minutes maintenant.
Elle ouvrit la porte de sa chambre en grand, balaya la pièce du regard pour être sûre de n'avoir rien oublié. Son oeil gris et cerné se posa sur le bout de chiffon qui reposait sur l'oreiller éventré.
"Tsss... J'ai bien failli t'abandonner là toi."

Elle attrapa le chiffon, le fourra dans une des poches de son justaucorps et sortit.
Une nouvelle journée commençait. L'imposante silhouette de Vlad l'attendait sur le pas de l'auberge et il lui emboita le pas à peine fût elle sortie sur le quai.
La foule des matelots et autres grouillots en tout genre se pressait. Deux navires avaient déjà accosté ce matin et deux autres allaient appareillés sous peu.
Eireen n'écoutait pas le bavardage bourru et ininterrompu de son coéquipier. Elle fixait au loin les voiles du bateau sur lequel elle allait embarquer pour une traversée de plusieurs semaines. Machinalement, elle glissa la main dans la poche de son corsage et ses doigts rencontrèrent le tissu élimé du chiffon. Elle le caressa du pouce distraitement. Elle ne savait plus ni où ni comment elle avait récupéré cette poupée qui ne ressemblait à rien, mais c'était devenu en quelque sorte son porte-bonheur: elle ne pouvait s'empêcher de le toucher avant de partir en mer...


   


   

   Dans la vraie vie ?
   

   Quel âge avez-vous ? 27 ans
   Comment avez-vous découvert le forum ? Sur les recommandations d'une des joueuses.
   La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Je galère un peu pour l'instant, il y a beaucoup d'informations à digérer! Mais ça va le faire! Razz
   Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Nop, pas pour le moment!
   Code du règlement : [Validé par Süns]
   


Dernière édition par Eireen Nahmani le Sam 10 Aoû - 12:34, édité 13 fois

Bolgokh
Bolgokh
Eireen Nahmani Empty
Eireen Nahmani EmptyDim 11 Aoû - 18:54
Irys : 759949
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations d Eireen Nahmani
Réputation principale : Zolios (positive)


Réputation auprès de Daënastre
                                                                                                         

RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
-2.501/30.000
Le Tyorum--------
-2.501/30.000
Rathram--------
-2.501/30.000
Vereist--------
-2.501/30.000
Hinaus--------
-2.501/30.000
Daënastre--------
-12.505/150.000


Réputation auprès de My'trä


RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
7.501/30.000
Khurmag--------
0/30.000
Kharaal Gazar--------
0/30.000
Nomades d'Amisgal--------
0/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
7.501/210.000


Réputations annexes


GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Cités-État pérégrines--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000
La Flamme Noire--------
2.501/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Orshin, Dalai ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Chroniques d'Irydaë :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées