Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !




 :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zagash
Page 1 sur 1


 Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé]

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyMer 5 Juin - 0:17
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah avait finalement obtenu un lead. Plus d'un an était passé depuis que Joël avait disparu des radars après lui avoir glissé entre les doigts. Une seule chose était sure, il avait mis la malle sur le continent My'tran.

Sans plus de détail, impossible de le dénicher sans passer le continent au peigne fin, et même si Joël possédait une certaine valeur, celle-ci n'était pas exactement stratégique au point de risquer une nouvelle guerre.

Kerrah avait dû se résigner à demander une recherche passive de tout indice pouvant indiquer où le fugitif se trouvait aux services de renseignement de l'UNE. Personne ne peut rester invisible à vie, surtout quelqu'un comme Joël dont la force principale était de causer des catastrophes partout où il se rendait.

Et enfin, la recherche avait donné des fruits. Plusieurs indics parmi la population locale avaient fait remonter l'existence d'un Daenastre vivant comme un ermite dans la montagne correspondant au profil de Joël prêt d'un village de natifs en Zagash.

Kerrah avait donc formé une petite escouade discrète pour monter une opération de kidnapping. Pour conserver leur présence discrète, Kerrah avait limité l'effectif à 4 personnes : Elle-même, un pisteur, et deux franc tireurs pour assurer leurs arrières en cas d'engagement à distance.

Ses prothèses dissimulées sous des gants et des manches longues, et l'ensemble du groupe portant des tenues classique Zagash, la traversée de la cote jusqu'au lieu désigné s'était passée sans encombre.

La cabane dans la forêt montagneuse était maintenant directement en vue de Kerrah. Un léger feu de cheminée laissait entendre que la cible était à son domicile.

- Connaissant l'animal, il va décamper comme un lapin au premier signe de grabuge. Heinrich et Bob, vous prendre deux points en hauteur pour couvrir les deux routes. Malt, tu approches ouvertement de l'entrée et tu vas toquer, sait-on jamais, s’il ne se méfie pas on peut peut-être lui mettre la main dessus aisément, quant à moi, je ferais le tour par derrière pour le surprendre. Je rappelle que l'objectif est de le ramener VIVANT. Tirez pour lui faire peur et pour l’appréhender au corps à corps.

L'équipe se déploya rapidement aux ordres de la légionnaire. Celle-ci, anticipant une course poursuite prolongée, s'injecta un stimulant pour être au sommet de ses capacités avant de tranquillement faire le tour.

Les coups de poings sur la porte commencèrent à résonner quand Kerrah commença à s'approcher d'une fenêtre à l'arrière de la cabane. Le feu de cheminé était bien visible, renforçant la confiance de Kerrah.

Alors qu'elle ouvrait la fenêtre pour rentrer discrètement dans la bâtisse, elle fronça les sourcilles cependant : Des toilées d’araignée ? Joël est un porc à bien des niveaux, mais en tant que fils d'aristocrate il était peu probable qu'il accepte de partager son domicile avec une armée d'araignée. Quelque chose cloch... MERDE

Kerrah n'eut pas le temps de crier que le craquement sinistre au combien reconnaissable d'une boule de feu traversant l'air résonna.

Malt, à l'épicentre de l'attaque, n'eut même pas le temps de hurler avant de se faire incinérer corps et âme. La déflagration souffla Kerrah, l'envoyant valdinguer dans l'herbe sonnée alors que des coups de feu commençaient à raisonner.

Une voix autoritaire et arrogante résonna :

- Qu'avons-nous attiré dans nos filets dites-moi. Quatre chiens de l’UNE ? Je n'aurais jamais pensé que répondre innocemment à la question d'un espion qui se croyait bien plus discret qu'il ne l'était nous rapporterait un tel gros lot. Les anciens ne pourront nier que l'UNE transgresse ses engagement cette fois !

Merde merde merde ! Des fous de guerres, la faction pro-guerre des My'trans, ils étaient tombés dans une embuscade. L'idée d'un piège n'avait même pas traversée l'esprit de la légionnaire, les My'Trans sont usuellement si ... niais. Ce genre de tactique fourbes était très exactement ce qu'elle attendait de ses propres concitoyens, pas de l'ennemi ici.

Kerrah roula sur elle-même pour éviter une flèche avant de se relever et de bondir, son entraînement et ses années en tant de soldat au front reprenant le dessus. Une dague apparue dans sa main et vola d'un geste précis dans la direction du tir, suivi par un son sec avant de plonger dans les fourrés


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Mer 19 Juin - 20:32, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyJeu 6 Juin - 22:19
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Des coups de feu résonnait encore dans les bois. Il semblerait qu'au moins l'un des deux gardes soit encore en vie. Kerrah ne disposant d'aucun moyen de s'assurer du nombre d'ennemi, elle devait automatiquement assumer le pire, à savoir qu'ils étaient encerclés. Pire encore, le leader ennemi était probablement un pyromancien de très haut niveau vu le souffle conséquent de la boule de feu.

La seule lueur d'espoir : L'ennemi n'était probablement pas en bien plus grand nombre qu'eux, ils auraient repéré tout mouvement massif de troupes sinon.

Cependant, une petite troupe d'élite est bien plus dangereuse dans un environnement tel que celui-ci qu'une large armée de chair à canon.

Déployant ses deux épées, et la pointe de ses prothèses de jambe se transformant en puissant crampons, Kerrah se laissa aller à ses instincts et passa en mode combat.

La légionnaire se pencha en avant, mettant en avant sa musculature noueuse, un sourire étrange se dessinant sur ses lèvres. Quelques images flashèrent derrières ses yeux, des souvenirs d'une époque passée au front. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus eu l'occasion de pouvoir laisser ressortir ses instincts.

Un guerrier émergea des fourrés en sprintant, visiblement prêt à en découdre. Cependant, il s'arrêta brutalement, son cœur manquant un battement. Là où il pensait s'abattre telle la foudre sur un soldat pris au dépourvu, il tomba nez à nez avec une bête sauvage.

L'homme d'une vingtaine d'année était considéré comme un adulte dans son clan, et un jeune guerrier très prometteur, cependant, devant la légionnaire chevronnée, il était un agneau qu'on emmenait à abattoir. Juste le regard rougeoyant de celle-ci suffit à le geler sur place. Il ne vit jamais la lame qui lui ôta la vie alors que Kerrah marchait tranquillement derrière lui avec avoir frappé en un élan rapide, sectionnaire la carotide de son adversaire.

- Si c'est du sang que vous voulez, je serais heureuse d'agréer à votre demande ...

Les coups de feu se turent d'un coup, attestant que le dernier des soldats était probablement mort. Kerrah était la dernière en vie de leur petite expédition, cependant à aucun moment l'idée de fuir pour sa vie ne lui traversa l'esprit. En terrain hostile, elle n'avait aucune chance de s'échapper face aux trappeurs Mytrans. Elle mourrait, ou tuerait les ennemis jusqu'au dernier.

Une flèche vola en direction de sa tête, qu'elle esquiva d'un mouvement rapide, non sans que celle-ci lui arrache un morceau de peau au niveau de la joue, causant un épais saignement, l'archer n'eut cependant jamais le temps d'encocher une autre flèche avant que Kerrah arrive sur sa position, se déplaçant comme un félin dans la forêt, ses prothèses de jambe laissant de profondes empreintes dans l'écorce des arbres où elle prenait appui.

Le leader de l'embuscade, un mage dans une longue tenue en cuir de bonne facture, démontrant d'un certain statut dans son clan, se tenait dans la clairière, écoutant avec attention les bruits de combat résonnant dans la forêt en fronçant les sourcilles.

Sa contenance martiale, ainsi que ses cheveux grisonnants et ses cicatrices laissait entendre qu'il était un vétéran de nombreuses guerres. Il n'était pas lui-même entrée sous le couvert des bois, préférant l'espace dégagé que lui offrait la clairière pour mettre pleinement à profit ses capacités.

Soudainement, les bruits de conflit s’éteignirent, seul le silence occupait maintenant la forêt.

Kerrah émergea des bois, trainant sans effort à l'aide de ses prothèse le corps d'un ennemi en le tenant par le crâne, ses doigts enfoncés dans la boîte crânienne de celui-ci au point de dégouliner de sang et de cerveau ne laissant aucun doute sur la mort de celui-ci.

Elle jeta le cadavre au pied du mage avec un sourire de contentement. Le sang noir ruisselant de sa blessure au visage coulait lentement sur des prothèses sans que la douleur semble particulièrement la déranger.

- Eh eh, celui-ci a un petit air de ressemblance avec toi Lance. Famille?

Bien des années auparavant, Kerrah avait déjà eu affaire à ce mage, Lance, un général Mytran bénéficiant d'une certaine notoriété, même côté Daenastre.

Lance fronça les sourcilles, visiblement peiné :

- Neveu. Je lui avais dit qu'il n'était pas prêt. Il rejoint nos créateurs avec honneur au moins.


Il se tourna vers Kerrah :

- Et qui es-tu exactement ? Que je sache le nom de la chienne qui accompagnera mon neveu dans l'au-delà.


Kerrah balança doucement sa main d'un air indolent :

- Oh, personne de bien important. Lors de notre dernière rencontre, il y a bien des années, j'étais un soldat parmi tant d'autre lorsque tu avais décimé mon escouade. Le nom est Kerrah.


Lance fronça doucement les sourcilles, semblant se rappeler quelque chose à la vue de la chevelure de Kerrah.

- Je me souviens de toi. Une bleu à l'époque, et pourtant déjà un instinct extrêmement pointu. Si je me souviens bien tu t'étais enfuie dès que tu as entendu le premier son de combat. C'est la première fois que je voyais un de ces animaux que vous appelez les légionnaires faire autre chose que charger.

Kerrah rit doucement, se souvenant de la scène elle aussi :

- Le sang-froid et le pragmatisme sont une arme plus efficace que le meilleurs des fusils. A l'époque j'étais à peine sortie de mon entraînement, et nous étions tombé dans une embuscade du puissant Lance. Inutile de se suicider, nous n'aurions jamais atteint le corps à corps.

Lance hocha la tête :

- Effectivement, si seulement nos jeunes guerriers pouvaient avoir l'esprit aussi clair que le tiens... Quel gâchis. Il est temps de conclure ce que nous avions commencé. Si j'avais de te poursuivre à l'époque plutôt que craindre un éventuel piège, mon neveu serait vivant aujourd’hui.

Kerrah éloigna les cheveux collés sur son visage par le sang avant de répondre avec un sourire :

- Nous sommes du même avis, cela fait longtemps que je me demandais quel gout aurait ton sang ...


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:37, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyVen 7 Juin - 23:39
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah bondit d'un puissant pas sur le côté, esquivant un trait de feu suffisamment puissant pour éviter crépiter l'air et instantanément réduire le tronc de l'arbre derrière la légionnaire à l'état de cendre.

D'un même mouvement, la légionnaire projeta une dague de lancée en direction de Lance que celui-ci dévia sans aucune difficulté de la longue épée qu'il venait de dégainer.

La légionnaire sprinta au corps à corps pour porter le combat dans la mêlée qui lui était favorable. De façon très surprenant pour un mage, Lance ne chercha pas à en retour augmenter la distance. Toute stratégie de ce type l'obligerait en effet à entrer dans le couvert des bois, ce qui réduirait fortement sa capacité de combat en plus de risquer un retour de flamme d'un de ses sorts dans l'environnement boisé.

Kerrah eut un sourire forcé. Il semblerait qu'elle soit tombée sur un os là, elle espérait vraiment en effet le forcé à reculer dans les bois. Quant à s'enfuir, ce serait lui donner l'occasion d'appeler des renforts et de lentement l'épuiser. Elle n'atteindrait jamais la cote ainsi.

Lance matérialisa une longue lance de flamme dans sa main gauche, sa main droite tenant son épée, et pris une position de combat. Le contraste n'était pas sans rappeler les épée jumelle de la légionnaire.

Kerrah sentit une goutte de sueur froide se former sur son dos alors qu'elle se rapprochait, foulée après foulée, de la confrontation. Son instinct lui hurlait de prendre ses jambes à son cou, et que cet adversaire était dangereux, cependant ce n'était pas une possibilité.

Le clash arriva, alors que les deux épées de Kerrah s’abattirent avec force sur la lame de Lance, manquant de l'envoyer au sol si la légionnaire n'avait pas du brutalement se retirer pour éviter de se faire incinéré par la lance de flamme de son adversaire.

Kerrah possédait un avantage conséquence de force et de vitesse, cependant son adversaire n'était pas un simple guerrier, mais un mage, et cette magie lui donnait une versatilité terrible qui mettait la légionnaire dans une position légèrement désavantageuse sans équipement magilithe pour atténuer celle-ci.

D'un balayage de sa lance, Lance força Kerrah à esquiver d'une pirouette en arrière, laissant une longue tranchée au sol qui pris feu instantanément.

La légionnaire jura, séparée de son adversaire par ce rideau de flamme, et fut forcée de plonger sur le côté par instinct pour éviter l'attaque qui suivi sous forme d'un autre trait de feu traversant le rideau à sa position précédente.

Ce combat était beaucoup trop compliqué. Elle n'avait presque aucune chance de gagner. Normalement, la légionnaire aurait pris la fuite dans une telle situation, mais elle était coincée entre le marteau et l'enclume.

Dans son désespoir, son cerveau tournait à plein régime, cherchant une lueur d'espoir dans sa situation semblablement impossible.

C'est finalement la certitude de sa mort prochaine qui désinhiba sa pensée dans une direction qu'elle n'avait pas anticipée.

- Si je survis à ça je jure de trancher les couilles de Joël et de les porter comme collier ...


Il était évident que Kerrah n'aurait qu'une seule chance de mener à bien son plan, et même ainsi ses chances de survie étaient au mieux de 50%.

- Qui ne tente rien n'a rien ...


Pour reprendre l'initiative, Kerrah dégaina poignard après poignard jusqu'à vider son stock et bombarda Lance d'une pluie de couteaux de lancés, tous lancés avec des angles vicieux, l'obligeant à paré ceux-ci, et un d'entre eux connectant même son épaule, perçant le cuir de son armure et se plantant dans celle-ci sans parvenir néanmoins à cause des dégâts significatif.

Kerrah surgit telle une furie, pivotant sur elle-même et fouettant l'air d'un coup de pied extrêmement puissant, arrachant l'épée des mains de Lance.

Celui-ci, ne pouvant parer les attaques de la légionnaire sans celle-ci, il tira un trait de feu de sa main droite pour empêcher la légionnaire de poursuivre et bondit en arrière.

Kerrah fut forcée d'esquiver, perdant l'initiative, cependant, contraire à la spéculation du mage, elle chargea droit sur lui, abandonnant toute manœuvre d'évasion.

- Si tu tiens tant que ça à abréger tes souffrances, laisse-moi t'assister.

Lance arma son jet, pour projeter sa lance de flamme droit sur la légionnaire. A cette distance, elle ne pourrait esquivée, et elle mourrait sur le coup.

La légionnaire bondit en arrière, visiblement pour se jeter à plat ventre, cependant, à cette distance, Lance sourit juste : Une erreur de débutante, quoi qu'il arrive il allait toucher.

Du coin de l'œil il aperçut le sac à dos de Kerrah que la légionnaire venait de projeter entre eux, la légère ouverture du sac laissa brièvement voir au mage son contenu à sa plus grande horreur. Le sac était rempli à rapport de dynamite, et vu la couleur de celle-ci, il ne s'agissait même pas de dynamite standard, mais de la dynamite magilithe.

Son temps de réaction une fraction de seconde trop long l'empêcha de retenir son geste avant que sa lance soit projetée, droit sur la légionnaire, et en plein sur la trajectoire du sac.

- Espèce de mania...


Le reste de sa phrase fut étouffée par l'explosion tonitruante qu'il suivit. Une colonne de flamme mêlant le rouge de la flamme magique, et le vert du feu grégeois creva le couvert des arbres alors que deux corps étaient projeté tel de fétus de paille d'une part et d'autre de son épicentre.

Kerrah était un peu mieux lotit que son adversaire, son bon en arrière l'avait éloignée de plusieurs mètres de l'épicentre de l'explosion, il ne pouvait en être dit autant de Lance qui avait presque été touché à bout portant.

L'apparence plutôt élégante du Mytran n'était plus visible. L'ensemble de sa peau était noirci par le feu chimique et son corps déformé par la déflagration.

Il était encore vivant, bien qu'à peine. Il tourna la tête pour voir Kerrah péniblement s'adosser contre l'arbre qui avait arrêté son vol plané.

Elle était elle aussi couverte de traces de brulure, bien que celles-ci étaient bien moindre que son adversaire, elle saignait en plusieurs endroit ou des éclats avait lacéré sa chair, et avait probablement plusieurs cotes de cassé, mais elle survivrait.

- Monstre, aberration ...


Furent les derniers mots du mage avant de finalement mourir.

Le puissant Lance qui avait terrorisé les soldats de l'UNE pendant près de deux générations n'était plus.

Cependant Kerrah était elle aussi dans un piteuse état, et toujours en plein territoire ennemi. La satisfaction de savoir qu'elle n'aurait pas donnée sa vie pour rien fut sa dernière pensée avant de tomber inconsciente.


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:39, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptySam 8 Juin - 15:58
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Quand Kerrah se réveilla, ses épaules, ou à minima la partie encore faite de chair de celles-ci, l'élançait violemment. La légionnaire ouvrit lentement les yeux, passablement éblouie par la lueur du soleil, avant d'analyser sa situation.

Elle était attachée à un poteau, à genou, les bras derrières le dos. Elle ignorait depuis combien de temps elle était inconsciente dans cette position, cependant ses blessures les plus évidente avait traitée, l'odeur de cataplasme et des bandages rudimentaires étaient appliqués sur celles-ci.

Kerrah essaya d'analyser sa situation quand le bruit de bottes sur le gravier se fit entendre. Un jeune homme, un guerrier My'tran au vu de ses tatouages, s'approcha d'elle. Avant que Kerrah eu l'occasion d'observer son geôlier, la pointe froide d'une lance appuya sur cou, la forçant à relever la tête pour regarder en face son vis à vis.

L'homme était jeune, entre 20 et 25 ans tout au plus, sa stature et sa tenue ne laissait aucun doute quant au fait qu'il s'agissait d'un jeune prodige martial dans sa tribu.

Ses yeux d'un bleu gris et sa chevelure noir cascadant le long de son cou dressait le portrait d'une élégance naturelle. Le jeune homme était probablement un bachelor désiré, autant par sa compétence que par son apparence et son charisme.

Le jeune homme, visiblement habitué à détenir une certaine autorité, l'observa tranquillement, utilisant tranquillement son arme pour forcer la légionnaire à tourner la tête tel un cheval dont un observerait les dents.

Kerrah était à deux doigt d'exploser, mais la pression du tranchant de la lance sur son cou l'obligea à se tenir à carreau devant l'inspection.

Une voix de femme retentie derrière Kerrah :

- Eris, j'ai passé un certain temps à empêcher qu'elle se vide de son sang avant le jugement devant les dieu, pourrais-tu avoir un peu de considération pour ça?

Le dénommé Eris retira sa lance avec un raclement de gorge arrogant avant de s'éloigner sans un mot.

Kerrah se détendit, modifiant légèrement sa position pour réduire l'effort sur ses épaules.

Elle tourna la tête, observant une jeune fille, à peine une vingtaine d'année dans une longue robe de prêtresse, ou quel que soit le nom que donnait ces sauvages à la fonction.

Celle-ci mouillait des tissus visiblement pour nettoyer les plaies de la Légionnaire.

Kerrah était confuse : Quel était réellement sa situation ? D'un côté ils traitaient ses blessures, de l'autre le jeune guerrier lui avait démontré une hostilité extrême. Il y avait aussi cette histoire de jugement devant les dieux.

La jeune prêtresse la traitant en silence, non sans un certain mépris, Kerrah ne put s'empêcher de demander avec une voix encore rauque :

- Où suis-je? Pourquoi me soigner et m'emprisonner à la fois ?


La jeune prêtresse sembla peser ses pensées avant de répondre.

- Tu es dans le territoire de notre clan, nous avons enquêté suite à l'explosion quelques jours plus tôt, et avons trouvé les corps des nôtres, et de tiens. Quand un de nos jeunes guerrier a découvert que tu respirais encore, il a considéré mettre fin à tes jours pour venger les nôtres, mais mon Maître a refusé. A défaut d'en connaître plus sur ce qu'il s'était réellement passé, seul Dalai a le droit de décider de ton sort.


Voilà qui répondait à plusieurs questions de la légionnaire, elle était temporairement hors de danger, cependant la venue d'un jugement divin n'était pas sans saisir son estomac.

- Et comment Dalai va-t-elle rendre son jugement ? Je ne doute pas de son objectivité, cependant je doute qu'un Architecte se déplace pour ma pauvre personne.


La prêtresse ignora le trait d'humour et répondit simplement :

- A défaut de recevoir un Oracle de la déesse, le jugement est réalisé par combat rituel, sans armure ni magie d'aucune sorte, au Zenith.


Kerrah se gela un instant, avant d'afficher un sourire ne cachant pas l'ironie de sa situation :

- Donc tu me remets en état pour m'envoyer me faire découper de façon honorable. C'est ... remarquablement inefficace.


Visiblement irritée, la jeune femme approcha un couteau médical de l'œil de la légionnaire :

- Si tu souhaites plaider coupable devant Dalai nous pouvons aussi simplifier la procédure ...

Kerrah se tendit, poussant son dos en arrière autant que possible avant d'ajouté avec un air amiable :

- Qui suis-je pour discuter de la sagesse des Architectes? Jugement devant les dieux, c'est très bien pour moi ! Je suis plus ou moins en état, allons-y directement !

La prêtresse eu un petit rire de gorge avant d'ajouter :

- Vous autre Daënastre pervertissez la création, et qui plus est vous nous croyez ignorant de vos pratique barbare. Je peux sentir l'énergie circulant dans tes veines. Un combat rituel se fait sans autre ou aide d'extérieur autre que les armes rituelles. Nous sommes déjà plus qu'honorable en acceptant de te laisser tes prothèses, mais sans elles le combat serait une honte devant nos ancêtres. Cependant le crois pas que tu affrontera notre champion tant que cette substance courra dans tes veines, nous allons te drainer avant.

La prêtresse tourna les talons et s'en alla elle aussi, laissant la légionnaire seule avec ses pensées en trait de cuir en plein soleil. Malgré l'inconfort extrême causé par la chaleur, Kerrah sentit néanmoins une goutte de sueur se former dans son dos.

La drainer ... La légionnaire essaya de se rappeler quand elle s'était fait sa dernière injection de sang du démon, et calcula rapidement qu'elle commencerait à avoir les premiers symptômes de désaccoutumance très bientôt. Elle hurla avec une voix bien plus aiguë qu'à son habitude.

- Vous n'avez pas idée de ce que vous faites, tuez-moi tout de suite dans ce cas !

La prêtresse se retourna brièvement, ajoutant par-dessus son épaule :

- Nous savons très précisément ce que nous faisons, nous avons le moyen de te garder en vie, et tu perdras bientôt l'avantage que te procure cette substance. La souffrance n'est qu'un bonus appréciable...



Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:41, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyDim 9 Juin - 21:22
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah n'était plus qu'une coquille d'elle-même. Malgré la fraîcheur nocturne, elle transpirait abondement, baissant plus encore sa température corporelle dangereusement prêt de l'hypothermie. Cela faisait à peine une journée et demie qu'elle était attachée. Sa gardienne était passée plusieurs fois pour s'assurer que son corps tenait bon malgré l'agonie à laquelle était soumise Kerrah.

Le corps de celle-ci était comme brisé, reposant attaché contre le poteau, n'ayant même plus la force ni même la volonté d'essayer de soulager ses épaules.

Ses cheveux collaient sur son visage dans un mélange de larme, de sueur, et de bave.

Ses quatre membres reposaient inerte sur le sol, la seule partie de son corps qui ne soit pas soumise à des spasmes réguliers.

La légionnaire sursauta d'un coup et se pencha sur le côté, vomissant le peu que sa surveillante était parvenue à lui faire avaler.

Kerrah n'essaya même pas de s'essuyer la bouche, depuis longtemps au-delà de ce type de considération.

Ses jeux étaient injectés de sang, les rendant encore plus sinistre que d'habitude, et ses lèvres étaient gercées au point de saigner légèrement. Elle reposait au sol comme une marionnette brisée. Même l'envie de vivre lui avait depuis longtemps échappée, cependant la douce libération de la mort n'était pas à sa portée.

Respirant bruyamment, la légionnaire parvint à articuler péniblement :

- Des bâtards, voilà tout ce qu'ils sont, des animaux ...


Il n'était pas clair si ses élucubrations étaient le fruit d'une pensée cohérente, ou même à qui elles étaient destinées.

Le regard de Kerrah perdit de nouveau sa focalisation alors que sa tête retombait doucement sur le côté, grelottant dans la nuit.

La brulure du soleil la réveilla en fin de matinée, alors qu'elle peinait à ouvrir ses yeux dans un état de déshydratation.

Avant de parvenir à analyser son environnement, on força une gourde dans sa bouche pour l'abreuver. Ne cherchant pas à comprendre, Kerrah se contenta d'avaler l'eau qu'on lui offrait jusqu'à manquer de s'étrangler.

- Je ne passerais pas la prochaine nuit si vous ne me laissez pas m'injecter mon stimulant. S'il-vous-plaît...

La prêtresse répondit avec une moue moqueuse :

- Voilà que tu te souviens de comment supplier. Mais non. Même s'il est vrai que ton corps ne sait plus fonctionner sans supplémentant, il est par contre complètement faux que tu as besoin de cette substance pour vivre.


La prêtresse termina de préparer une substance en faisant bouillir des feuilles, puis elle l'approcha des lèvres de la légionnaire :

- Bois


Kerrah hésita, puis fini par abdiquer en se disant que sa geôlière n'avait pas besoin d'utiliser de ruse pour faire ce qu'elle voulait d'elle quoi qu'il arrive.

La substance sembla se répandre dans son corps telle une vague de chaleur, causant des fourmillements dans ses veines.

- Ce médicament n'empêchera pas la souffrance, ni ne te rendra les atouts pervertis de ton stimulant, cependant il devra jouer le même rôle que celui-ci et empêcher ton corps de de désagréger.


Kerrah forma un rictus avant de répondre :

- Je suppose que je dois te remercier pour ça ?

La jeune femme ignora l'ironie de Kerrah avant de répondre :

- D'ici deux trois jour, la magilithe devrait être purgée de ton système, à ce moment-là, tu pourras être présenté devant la justice divine.

Kerrah ne put s'empêcher d'éclater d'un rire rauque et difficile qui se transforma en toux :

- La justice divine. Si s'étriper gaiement a quoi que ce soit de divin je suis un archevêque d'à peu près toutes les religions connues de l'Homme à ce stade


La prêtresse fronça les sourcille, avant de répondre d'un ton froid :

- Moque toi autant que tu veux, cependant ces traditions ont guidés mes ancêtres, et les tiens avant qu'ils quittent la lumières des architectes, pendant bien plus longtemps que votre empire n'a existé. Au moins, notre peuple respecte ces traditions, tandis que votre ramassis de pourriture que vous appelez l'UNE sont capable de s'entretuer pour quelques pièces.


Kerrah perdit son sourire, et soupira doucement. Elle n'avait pas complètement tort sur ce point.

Les nuits suivantes furent au moins aussi agonisantes que la première, cependant Kerrah commençait à s'habituer à cet état de souffrance constant, lui permettant de mieux conserver ses forces jusqu'à l'aube du grand jour...


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:43, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyLun 10 Juin - 19:31
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Le jour du "jugement devant les dieux" était arrivé.

Kerrah ignorait tous des coutumes Zagash. Sa formation avait constitué principalement à savoir comment identifier ces fous furieux parmi une bande de My'Tran pour les éliminer les premiers.

On trancha ses liens, lui permettant en fin de se redresser et de s'étirer, bien que sous une garde vigilante et attentive.

Les premiers pas qu'elle fit, Kerrah tituba. Non pas que ses membres étaient raids, merci les miracles de la technologie, mais qu'elle ne s'était pas sentie aussi faible depuis ... depuis qu'elle était faite entièrement de chair.

Elle n'était pas capable d'utiliser plus de 50% de la puissance de ses prothèses de classe légionnaire sans risquer de détruire son propre corps, ce qui ramenait sa condition physique plus ou moins à celle d'une femme normale de sa stature.

La légionnaire, habituée à largement dominer sur le plan physique, se sentait d'autant plus vulnérable et peu confiante dans le duel à venir.

Elle retrouva progressivement son équilibre, testant ses limites jusqu'à ajuster sa démarche.

- Tu disposes de quatre heures pour te laver et pour te reposer avant le combat


La prêtresse laissa alors Kerrah à son sort sous une garde renforcée néanmoins.

Kerrah calcula ses chances : Les My'Trans ne connaissaient pas l'existence des deux épées intégrées dans ses prothèses. C'était le seul as qu'il lui restait, très littéralement "en manche".

Au sommet de sa forme physique, elle aurait peut-être pu écraser ses opposants et s'enfuir du campement, et encore, avec 50-60% de chances de réussite tout au plus, et une fois dans la nature le problème initial d'être traquée en terrain inconnu demeurerait, faisant tomber ses chances de survie à 2-3% au maximum, et c'est uniquement en conditions optimales. Telle qu'elle était à l'instant, ses chances de survie était abyssales tout au plus.

Elle écarta vite toute volonté de s'enfuir, décidant que se soumettre à ce "jugement" était probablement sa meilleure chance de s'en sortir à l'heure actuelle.

Malgré ses nerfs encore à vif, et l'état de douleur constant dans lequel était son corps, la légionnaire apprécia la possibilité de plonger dans un cours d'eau pour éliminer l'épaisse couche de crasse qui s'était accumulée sur son corps au cours des derniers jours.

Elle profita sa ce bref répit pour réaliser quelques étirements, et quelques gammes de mouvement martiaux pour s'ajuster à son physique affaibli.

Une fois au top de sa condition, elle fut escortée dans la forêt jusqu'à une arène rudimentaire en pierre, arène faisant néanmoins une dimension considérable compte-tenu des normes My'Trane, et qui pouvait probablement accueillir plusieurs centaines de personnes sans aucune difficulté.

L'ensemble de celle-ci était décoré de gravure aux traits de Dalai, ainsi que de scène mythique de la création du monde, soit disant présidée par Dalai elle-même. Il était évident que cette arène avait une valeur plus particulière aux yeux de la population local qu'un simple lieu de combat, c'était aussi un lieu sacré.

Kerrah fut menée dans une antichambre, ou différentes armes rituelles étaient disposée. Toutes semblaient taillée d'un seul bloc dans les os de créature titanesque, et ornées de runes aux significations inconnues de la légionnaire.

On lui expliqua brièvement les règles : Elle devait affronter le champion My'Tran décidant de porter le mantelet divin pour représenter la justice de l'Architecte. C'était un combat d'honneur, aucune magie, ni aucune traîtrise technologique ne seront toléré, tout contrevenant sera mis à mort.

Les seules armes autorisées sont les armes rituelles proposées.

Kerrah réfléchie avant de choisir une lance disposant d'une lame courbe à ses deux extrémités. Ce type d'arme était très dur d'utilisation, mais aussi plus imprévisible qu'une arme standard. La seule force sur laquelle pouvait se reposer kerrah dans l'arène était sur une expérience supérieure du combat et une longue maîtrise de différentes armes.

Elle fut enfin menée à l'arène elle-même.

L'arène était disposée en plusieurs sections. De façon évidente, chacune d'entre elles devait être attribué à une des clans locaux compte-tenu des armoiries ornant celles-ci.

L'arène n'était pas à capacité, cependant chaque clan avait envoyé un nombre certain de représentant pour assister au jugement. Un grand nombre de jeunes guerriers aux tenus variées étaient aussi venu assister au combat, probablement pour sa valeur instructive.

Face à elle, dans l'arène, se tenait le dénommé Eris, une simple lance en os à la main, et le torse nu, sans armure, tel le voulant la tradition.

- Fini de dormir? Temps de mourir.

Furent ses seuls mots alors qu'il se mettait en garde


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:44, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyMar 11 Juin - 21:50
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Les deux adversaires tournèrent lentement dans l'arène, dessinant un cercle dans le sable alors qu'ils se jaugeaient mutuellement. La seule différence, l'arrogance évidente du dénommé Eris face à la prudence presque peureuse de la légionnaire.

Le contraste entre les deux, en plus de leur différence d'âge respective donnait vraiment l'impression d'une jeune génération pleine de génie se servant de l'ancienne comme pierre pavant leur chemin.

Dans les gradins, quelques rictus et hochement de tête approbateurs se dessinaient sur les visages des différents spectateurs. C'était pour eux une représentation fidèle du courage de la nation My'Trane face aux couards de Daënastre, tout juste capable de se cacher derrière leurs fusils et leurs canons.

Pour Kerrah cependant, c'était sans importance. L'adrénaline et la tension du combat avait remplacé la furie qui courait dans ses veines depuis des années en l'absence de sang du démon. Elle sentait une boule se former dans son estomac alors que la sensation de peur prenait racine dans tout son être. C'était la première fois depuis une éternité qu'elle se sentait aussi ... humaine. Si vulnérable.

Même lors de son affrontement contre Lance, qui avait été un combat presque désespéré, elle ne s'était pas senti si "nue".

Seul des années d'entraînement et de combat lui permettait de conserver son calme et de continuer à lentement analyser son adversaire.

Kerrah sourit doucement avant de de chuchoter pour elle-même :

- Une adolescence passée à rechercher le risque pour me rappeler 20 ans plus tard que ma nature profonde est d'être une couard...

C'était peut-être cette disposition qui lui avait permis pendant ses années en tant que légionnaire de survivre, et de ne pas se perdre dans la soif de sang qui avait emporté nombre de ses frères et sœurs d'arme.

Les deux adversaires avancèrent de concert, croisant le fer plusieurs fois rapidement dans un tonnerre de métal avant de se séparer de nouveau.

Lors de ce premier échange, il avait semblé que les deux combattants avaient trouvé leurs égaux, cependant Kerrah fronça les sourcilles. Les traces de pas dans le sol montraient clairement qu’elle avait été repoussée par la violence des chocs tandis que son adversaire avait su rester parfaitement ancré dans le sol.

Ceci aurait pu être compréhensible vu leurs statures respectives, mais sans même compter la musculature puissance de Kerrah, quatre de ses membres étaient en acier, et la rendait en conséquence probablement plus lourde que son adversaire.

La seule explication serait donc la différence réelle de maîtrise et de force entre les deux adversaires.

Le cœur de la légionnaire s'assombrit : Son adversaire était un génie absolu. Sans même parler de sa condition physique, même sa technique et sa disposition martiale étaient largement au-dessus de la moyenne.

S'en suivi plusieurs échanges où les deux adversaires se testaient mutuellement, et où la légionnaire parvint à esquiver d'être blessée parfois par un cheveu.

Il était évident pour tout le monde qui dominait dans l'arène.

Contrairement à l'espoir de Kerrah, Eris ne sembla pas devenir intrépide avec son avantage, ne poussant celui-ci ni trop loin, ni trop peu au moins de la laisser respirer.

Il se battait tel un prédateur se préparant à dévorer sa proie mais ayant tout le temps du monde pour lentement l'épuiser sans prendre de risque.

Lors de l'échange suivant, le premier sang fut tiré. Contrairement aux attentes de tout le monde, ce fut une blessure mutuelle que les combattant s'infligèrent. Kerrah sachant que le statut quo ne jouait pas en sa faveur, elle avait commencé la lente action désespérée d'échanger les blessures en espérant retourner la donne.

Kerrah avait été touchée à l'épaule, et Eris au visage. Deux coupures sans conséquences cependant.

Eris sembla passablement courroucé de la situation, mais se repris avec un sourire narquois.

Les échanges suivant ne tournèrent pas à la faveur de la légionnaire. Coup après coup, les blessures légères continuaient de s'accumuler sur le corps de Kerrah, sans qu'elle parvienne à gagner du terrain sur son adversaire.

Une large partie de cette défaite était psychologique cependant. L'expérience martiale de Kerrah s'était construite sous l'influence du "sang du démon", être privée de celui-ci la terrorisait au point qu'elle perdait une large partie des compétences guerrières qu'elle avait accumulées au fil des années.

Ses poumons s'emplissaient d'air douloureusement à ce point alors que son cœur battait beaucoup trop vite, sa respiration était saccadée et le sentiment imminent de mort avait à ce stade, dépassé sa pensée rationnelle.

Lors de chaque échange, elle pouvait presque visualiser la lance de son adversaire séparer sa tête de son corps.

Lors de l'échange suivant, Kerrah fit brutalement tourner son arme, déviant la lance de son adversaire pour tenter de lui assener un coup rapide droit dans la gorge. Au lieu de ça, le point d'Eris s'écrasa violemment dans sa mâchoire la projetant au sol, sonnée.

Kerrah roula brutalement sur elle-même quand elle reprit ses esprits, cependant le coup qu'elle attendait ne vint jamais alors que son adversaire semblait attendre qu'elle se relève.

Le sang monta aux joues de la légionnaire : C'était ajouter une touche d'humiliation à sa présence situation.

La légionnaire se releva péniblement. Chaque souffle lui arrachait un râle de souffrance tant ses poumons étaient à vif. La perte de sang de ses nombreuses blessures commençait à lui faire tourner la tête et lui causer une migraine. le sable collait à sa peau et dans ses cheveux. Elle était si fatiguée, tellement fatiguée.

Bien qu'à peine, son arme s'abaissa légèrement.

L'adrénaline et le sentiment de mort imminente avait lentement sapé ses forces déjà bien affaiblies par la souffrance de plusieurs jour de désaccoutumance.

Elle allait mourir.

Cette réalisation lui apporta comme un certain soulagement.

Tout être vivant, quel qu'il soit, était appeler à mourir un jour. Certes, tous acquièrent assez tôt la peur du danger, et un instinct de survie. Cependant la réalisation froide et rationnelle qu'elle allait mourir ne lui avait jamais vraiment traversée l'esprit.

Celle-ci venait comme une brise rafraichissante, la glaçant jusqu'à l'os mais dénouant aussi le chaos émotionnel qui l'habitait.

La réalisation que tout ce que nous sommes va juste ... s'arrêter. Pas une connerie philosophique sur la trace que nous laissons sur le monde où notre leg à celui-ci. Juste ... la fin, la dernière page du livre.

Etrangement, ce fut une vague de soulagement qui parcouru le corps de Kerrah. Le dernier soupire n'était peut-être pas si mal finalement. La fin d'une vie de misère, de douleur et de violence. Mourir l'arme à la main n'était peut-être pas la pire façon de mourir, surtout pour un légionnaire.

Comme sentant l'imperceptible changement dans l'attitude de son adversaire, Eris fronça les sourcilles, visiblement déçu.

- Vous autres chiens de Daënastre êtes vraiment nos inférieurs en tout point ...


Il s'avança alors doucement, armant son geste pour délivrer le coup final


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyMer 12 Juin - 23:04
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah ferma les yeux, acceptant son sort avec une certaine paix intérieur. Pour reprendre un proverbe Unelien : Son vol prenait fin.

Au lieu de l'acier mordant de la lame, Kerrah sentit passer comme une décharge d'électricité dans son corps, elle rouvrit les yeux dans un bruit de tonnerre alors que son corps avait agi de façon purement instinctive pour parer l'attaque à pleine puissance d'Eris.

Le combattant My'Tran manqua de trébucher et fit trois pas en arrière, surpris par le soudain regain de puissance de la Daënastre.

Kerrah regardait d'un air tout aussi étonné le déroulement de son action instinctive.

Seul elle savait que le mouvement qu'elle venait de réaliser avait manqué de lui broyer l'épaule, sa condition actuelle n'étant pas adaptée à l'utilisation à pleine puissance de ses prothèses.

Toute autre tentative de faire ceci, et Eris n'aurait même pas besoin de lever le petit doigt pour l'achever.

Cependant, ce n'était aucunement la douleur, ou les dégâts qu'elle venait de s'infliger elle-même qui surprenais la légionnaire, mais bien la réaction de rage instinctive que son corps venait de produire.

Là où son esprit avait abandonné, et s'était résigné à son sort, il semblait que son cœur n'avait pas encore admis défaite.

Malgré son air déconfit accentué par ses cheveux collés sur son visage, Kerrah sourit alors qu'elle sentait la rage bouillir dans son sang. Pour la première fois depuis près de vingt ans, ce n'était pas la rage causée par le stimulant, mais juste le sienne, propre.

- Peut-être plus qu'une looser finalement ...

Kerrah ne s'était jamais rendu compte à quel point elle attribuait l'intégralité de ce qu'elle était devenue à sa transformation en légionnaire : le parfait petit soldat avec une fonction précise.

La peur tambourinait toujours dans ses tempes, la fatigue tiraillait toujours ses muscles, et ses poumons hurlaient toujours à l'agonie, mais son cœur était apaisé. Son état d'esprit était redevenu celui de Kerrah, la légionnaire.

Boum

Boum

Boum


Kerrah entendait son propre cœur battre, le sang tapant dans ses tempes, cependant, la peur de mourir ne la retenait plus cette fois-ci, et au contraire l'aidait à s'élever plus fort, plus longtemps, pour que chaque seconde compte.

Les pensée parasites s'effacèrent de son cerveau, et elle s'abandonna à cette lente régression.

Eris était initialement furieux d'avoir dû concéder cet échange, mais il frissonna brièvement en observant son adversaire. Non pas que la souris s'était soudainement transformée en loup, mais que toute souris qu'elle soit, Kerrah dégageait maintenant l'aura de folie froide d'un animal acculé et prêt à arracher un kilo de chair pour chaque centimètre concédé.

Que sommes-nous si ce n'est que des animaux un peu plus développés ? Et c'est exactement dans ce genre de situation que l'animal en nous se rappelle ... se rappelle les peurs ancrées profondément dans son code génétique. Malgré sa domination totale de son adversaire, Eris ressentit la peur pour la première fois, pas une peur de la mort comme Kerrah, mais la peur que provoque un adversaire ayant abandonné toute rationalité pour vendre chèrement sa peau.

Kerrah, de son côté, se sentait presque "hors de son corps", sans quoi elle se serait probablement déjà écroulée d'épuisement.

Plus rien n'existait dans son champ de vision que son adversaire, le mot "combat à mort" venait de prendre un tout autre sens alors que les deux adversaires prenaient conscience avoir atteint le stade où ils étaient venus à se considérer instinctivement comme un ennemi dont seule la mort pourrait leur permettre de survivre.

Les deux combattants se jetèrent l'une sur l'autre. Cette fois-ci, non pas en cours échanges techniques, mais en une mêlée dangereuse et vicieuse où la moitié des coups étaient échangés de façon vicieuse.

Kerrah fut de nouveau envoyé au sol, preuve de la supériorité martiale d'Eris, pas un coup de coude dans la pommette qui lui ouvrit une large coupure sur le visage.

Cependant, à peine sonnée cette fois-ci, elle rebondit tel un chat, tournant sur elle-même et atterrissant sur ses pieds deux mètres plus long. Bien lui en fit cette fois-ci car la lance de Eris s'abbatit sans pitié sur sa précédente position.

Le publique sombra dans un mutisme total cette fois-ci.

L'écart majeur de comportement d'Eris força une partie de l'assistance à observer avec une attitude songeuse le combat.

Eris, quant à lui, n'avait plus que Kerrah dans son champ de vision, visualisant sa proie avec le calme froid d'un prédateur.

Kerrah, quant à elle, était sur sa dernière jambe en termes d'endurance. Le prochain échange serait le dernier, le cerveau de la légionnaire bouillonnait, à mi-chemin entre une furie animale, et la réflexion rationnelle nez d'un millier de combat.

Comme le coeur du cyclone, les deux combattant bondirent dans un silence étourdissant.

Kerrah projeta la poignée de sable quelle avait ramassée en roulant par terre à la tête de son adversaire, qui esquiva sans un effort le coup bas, ayant depuis longtemps perçu l'intention de la légionnaire. Une attaque rapide de sa lance à travers l'écran de sable fit gicler le sang de la légionnaire qui elle aussi avait compté sur le fait que son adversaire esquive.

Cependant, à la surprise d'Eris, une main de fer se referma sur la manche de son arme. Kerrah avait littéralement encaissée une attaque potentiellement mortelle pour se saisir de l'arme de son adversaire, et brutalement l'engager l'empoigner au corps à corps.

Cette tactique n'avait aucun sens, compte-tenu de l'avantage physique de son adversaire sur elle, Eris accueilli donc le corps à corps sans aucune inquiétude, prêt à assener un coup meurtrier dans la gorge de Kerrah.

Kerrah cracha alors le sang qui s'était accumulé dans sa bouche droit dans les yeux de son adversaire, l'aveuglant une brève demi-seconde.

Loin de se démonter malgré la surprise, Eris tacla la légionnaire pour l'empêcher de lui assener un coup de genou ou de poing, ses prothèses en acier constituant des armes de choix dans la confusion.

Il eut tout juste le temps d'ouvrir les yeux pour croiser le regard de la légionnaire.

Son cœur se gela : Ce n'était pas les yeux d'un être humain. Sans même parler de leur couleur rouge, c'est le sentiment que lui évoquait ces yeux qui le terrifia jusqu'au plus profond de son âme : Le plus acharné des adversaires finis usuellement pas combattre avec désespoir, mais ce n'était pas le désespoir qu'il croisa dans les yeux de la légionnaire, mais la folie.

Le regard absolument fou qu'on croise usuellement uniquement dans les yeux d'une mère qui sait sa progéniture en danger : la volonté de mourir mille fois pour goutter le sang de son adversaire avant de trépasser.

Quand le sable retomba, l'assistance retint son souffle, avant d'observer un geyser de sang provenant de la gorge d'Eris alors qu'il s'écroulait au sol.

Kerrah n'était pas en bien meilleurs état, une longue balafre traversant son visage de haut en bas, ne laissant aucun doute quant à la perte de son œil gauche. Cependant elle était debout.

Les jeunes My'Tran les plus fougueux se levèrent en hurlant justice :

- Son arme est au sol, c'est impossible qu'elle ai ainsi tranché la gorge de son adversaire à mains nues ! Elle a triché devant les dieux ! A mort !

Ce à quoi Kerrah répondit en crachant un épais morceau de viande sanguinolente.

Seulement à ce moment-là est-ce que les spectateurs observèrent avec ébahissement que la légionnaire avait effectivement une densité particulière de sang sur la mâchoire, détail qui leur avait échappé tant elle était déjà couverte de son propre sang.

Kerrah se mise à rire avec un rire étranglé, visiblement à bout de force, aussi bien physiquement que nerveusement.

C'était un rire à glacer le sang, un rire de maniaque, dévoilant ses dents encore couvertes de sang.

L'assistance étant tombée dans un silence absolu, seul le rire de la légionnaire résonna dans l'arène pendant de longues secondes.


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:49, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyVen 14 Juin - 22:00
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
L'enthousiasme de Kerrah fut brutalement douché quand un ancien d'une des tribus se leva de façon impérieuse, et fit un geste aux gardes de maîtriser Kerrah.

La légionnaire caressa l'idée de se défendre, mais elle était déjà à bout de force, et face à 5 gardes lourdement armés, elle se laissa forcer à genou après une résistance symbolique, alors qu'ils liaient de nouveau ses bras dans son dos.

- J'ai vaincu mon adversaire devant "Dalai", par vertu de votre justice ou je ne sais quoi je suppose que je suis libre? Kerrah ajouta juste avec un air confiant.

L'ancien ignora complètement la Daënastre avant de s'adresser à la foule :

- Eris s'est montré indigne de Dalai. Être vaincu par un païen sans dieu démontre qu'il n'était même pas digne de la plus infime faveur de notre vénérée Architecte. Puisse son nom être rayé de l'histoire de son clan, et oublié à jamais.

Kerrah ne put s'empêcher de commentée de façon moqueuse, bien que sa voix n’a plus la force de porter dans l'arène :

- En plus d'être des barbares, vous êtes des ingrats. Il faut croire que le sang versé par les votre n'a aucune valeur tant qu'il ne sert par votre narratif.


L'ancien continua :

- Conformément à la tradition, tout guerrier est autorité à soit accepter que la faveur de Dalai fût avec l'accusée, soit prendre les armes s'il se sent plus digne que le précédent champion de représenter notre maîtresse.


Kerrah redressa brutalement la tête, se gelant sur place.

De nombreuses clameurs se levèrent dans l'assemblée, attestant du grand nombre de candidat.

L'ancien leva la main, obtenant immédiatement le calme de l'assemblée et témoignant de son autorité

- Je suis satisfait de voir autant de volontaire pour rendre justice à nos guerriers décédés, cependant, par respect pour nos valeurs ancestrale, la Daênastre ne doit être présentée dans l'arène qu'une fois guérie de ses blessures. Le prochain combat se passera dans 7 jours.


Kerrah n'écouta pas vraiment la suite des évènements, alors qu'elle se faisait escorter hors de l'arène et de retour dans sa "geôle". Tout ça, pour rien. Il semblerait que les Zagash n'avait aucune intention de la laisser partir. Seul leurs traditions faisaient qu'ils ne l'avaient pas immédiatement mise à mort. Quant à admettre qu'une Daënastre puisse bénéficier de la faveur de Dalai plutôt qu'un de leurs guerriers, ils étaient trop fier, et préférerais mourir jusqu'au dernier plutôt que de la laisser partir.

La sensation d'acceptance quant au fait qu'elle allait définitivement mourir aussi retourna dans l'esprit de Kerrah, mais cette fois-ci, son coeur réagit différemment. Au lieu d'une peur paralysante, cette considération ... la réconforta.

Si elle devait mourir en ces contrées loin de chez elle, elle le ferait en puisant jusqu'au plus profond d'elle-même la moindre goutte de potentiel dont elle disposait. Si elle devait être défaite au combat, c'est que le destin la voulait morte à tout prix, et non pas car elle avait hésité.

Kerrah retrouva sa position de captive, attachée à son poteau, et retrouva la routine des visites périodique de la prêtresse dont elle ignorait toujours le nom qui venait traiter ses blessures.

Celle-ci observa avec un air assez partagé la blessure de Kerrah à l'oeil, partagée entre le fait de ne rien pouvoir faire pour soigner cette blessure, et la satisfaction évidente de voir la légionnaire devenue borgne.

Kerrah ne put s'empêche de lui délivrer une pique :

- C'est ainsi que fonctionne votre "justice" de barbare, envoyer vos jeunes mourir pour le divertissement des plus anciens. J'en prendrais note la prochaine fois que vous traitez mon peuple de païens sans cultures.


La prêtresse répondit d'un ton égal :

- Eris s'est révélé indigne. Sinon, comment Dalai aurait pu autoriser ta victoire ?

Kerrah fulmina. Malgré son combat à mort contre le dénommé Eris, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un certain respect pour celui-ci. Si son propre sort demeurait la source principale de son inconfort, le dédain accordé au champion mort était la goutte qui faisait déborder le vase :

- Quand est-ce que votre bande sauvages vont comprendre que les architectes nous ont depuis longtemps abandonné, tous autant que nous sommes, My'Tran comme Daënastre. Des jouets abandonnés une fois qu'ils ont perdus leur attrait. Quoi que c'est finalement une leçon inspirante, vu que vous abandonnez vos morts dans la boue sans une arrière-pensée à la seconde où votre fierté est en jeu. Il semblerait que nous autres Daënastre avons au moins appris quelque chose de l’histoire.

Pour la première fois, la prêtresse perdit son calme une fraction de seconde :

- Eris était mon frère, tu crois que je ne ressens rien ?!


Avant de se ressaisir :

- Ce que tu penses que les Architectes te doivent ne provient que de ton hubris, et juger leurs actions selon ces principes moraux humains est risible.

La prêtresse termina sommairement de soigner Kerrah avant de brutalement partir.

Kerrah était quant à elle sous le choc : Quel genre de perversion de la nature était-ce de demander à quelqu'un de soigner la meurtrière de son propre frère. Kerrah eut une sueur froide et vérifia ses blessures pour vérifier que tout était normale, mais il semblait que la jeune prêtresse avant correctement fait son travail et l'avait vraiment rafistolée au mieux de ses compétences.

La légionnaire ne comprenait définitivement rien à la culture My'Trane


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?


Dernière édition par Kerrah le Dim 16 Juin - 21:51, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyDim 16 Juin - 1:14
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Kerrah s'étant habitué à la torture du sevrage, même si elle avait toujours l'impression que de l'acide coulait dans ses veines et que sa peau essayait de se décoller de ses os. Elle put profiter de cette semaine pour ajuster sa condition, le temps que les My'Tran refermaient ses blessures avant de la renvoyer à sa mort dans l'arène.

La situation était improbable. Capturée en territoire ennemis, son sort aurait dû être une mort rapide, cependant la fierté des Zagash était la seule raison qui faisait qu'elle était en vie, et soumise à ce "jugement" complètement irrationnel.

Kerrah appréciait presque cette forme de fierté farouche, si ce n'était que c'était la même fierté obstinée qui leur interdisait de la laisser repartir libre, la condamnant à se battre semaine après semaine jusqu'à ce que mort s'en suive.

L'avenir qui se présentait à Kerrah était morne tout au plus, risquer sa vie continuellement pour gagner quelques jours de répit et recommencer.

Les clans en présences étaient tous de petits clans isolés, et pas des villes majeures où siégeait des primo-Garyn, sans quoi son destin aurait été scellé bien plus vite : Même si les légionnaires avaient été désigné pour affronter les puissant guerriers My'trans, c'était en présupposant qu'elle était à 100% de ses capacités.

Cela voulait aussi dire, vu les tailles présumées des quelques clans dans la région, et en décomptant les mages qui ne se battraient pas dans l'arène sans recours à la magie, qu'il devait au maximum y avoir quelques centaines de guerrier dans ces tribus, la moitié d'entre eux qui n'était de façon logique pas du tout au niveau de l'affronter en duel dans l'arène et qui ne ne porterait en conséquence probablement pas volontaire à l'humiliation.

En comptant un combat par semaine, et donc une cinquantaine par an, cela voudrait dire qu'il lui faudrait plus ou moins 4-5 ans pour arriver au bout du stock de combattant potentiels.

Kerrah tourna ses yeux au ciel : la natalité. Elle avait oublié la natalité.

En tenant compte d'une vingtaine de nouveaux guerriers qui devaient devenir adulte tous les ans, cette durée pouvait alors s'étendre à 10ans. Bien entendu, il n'y aura pas besoin de tuer TOUT les guerriers Zagash pour arriver au bout de son problème, juste au bout des plus inconscients du lot.

Sauf que les jeunes guerrier Zagash étaient bien réputé pour être des têtes brûlé même selon le standard des légionnaires, les plus anciens avaient déjà fait leurs preuves, mais les plus jeunes considérerait sa survie comme une épice de ronce dans leur honneur.

La prêtresse entra, répétant les même indications qu’une semaine auparavant, enjoignant Kerrah à se laver et à se préparer au "jugement". Quelle tête aurait-elle fait si elle avait pu lire les pensées de la Daënastre et savoir ainsi qu'elle était en train de tranquillement calculer le temps qu'il lui serait nécessaire pour faire le génocide de plusieurs générations de preux guerriers de sa tribu, et des tribus avoisinantes. La prêtresse aurait probablement vomi du sang par pur colère si elle avait su.

Kerrah secoua doucement la tête, écartant ces considérations. De façon évidente, il était impossible d'imaginer qu'elle puisse parvenir à un tel exploit. Tôt ou tard, un simple coup de malchance, ou une blessure qui s'infecte aurait raison d'elle.

Reprenant l'état d'esprit qu'elle avait précédemment, à savoir celui d'une condamnée à mort en sursis, Kerrah se prépara tranquillement, de façon presque rituelle, jusqu'à pénétrer dans l'arène.

Cette fois-ci, elle abandonna toute prétention à un plan compliqué, se rendant compte que sa réflexion passé d'utiliser une double lance pour essayer de confondre son adversaire en erreur était finalement très stupide : C'était un combat d'arène, tous les adversaires choisissant de l'affronter étaient entraînés, et ne feraient pas d'erreur aussi stupide.

Elle choisit une longue dague, à mi-chemin entre couteau et épée courte, et opta pour un petit bouclier en bois.

Le bouclier n'était pas une arme rituelle, et sa présence parmi les armes proposée était visiblement seulement une courtoisie faites aux traditions martiales My'Trane, certaines région utilisant les bouclier de façon commune. Les Zagash eux préféraient usuellement les lances, les armes d'hast, ou l'ambidextrie, témoin de la sauvagerie certaine de ces terres.

Quand Kerrah pénétra sur le sable de l'arène, la scène qui se présenta à elle était très différente de celle d'une semaine auparavant. Les gradins étaient un peu plus remplis. Cette fois-ci cependant, la population de ceux-ci était assez différente. L'aspect "répété" du "jugement" faisait que moins d'anciens étaient présent, seule un clan était venu en force, probablement celui du champion qu'elle affrontait aujourd'hui. Au contraire, un grand nombre de jeunes guerriers, ou de simple badaud curieux de savoir qui avait terrassé le célèbre Eris, étaient présent.

Son adversaire était lui aussi, assez jeune, dans la fleur de l'âge, il se démarquait des autres Zagash par sa stature élancée, et sa taille, plus de 2 mètres. Une longue chevelure blonde cascadait sur son corps musclé. Si le contexte avait été différent, Kerrah aurait pris le temps de se rincer l'œil (Oui, l'œil, singulier) sur son physique digne d’un gigolo de luxe.

Dès que le début du combat fut donné, le jeune guerrier, maniant un trident acéré, abaissant celui-ci, se mettant en position pour une attaque vicieuse au niveau des jambes ou du bassin, et chargea en direction de Kerrah, se décalant pour essayer d'entrer dans l'angle mort de son œil gauche.

- Eris n'était pas digne de la faveur de Dalai. Il était faible. Permet moi de montrer à tous que je suis son supérieur en présentant ta tête à t...

Il fut coupé violemment dans sa phrase par une vision incongrue, alors qu'il était encore distance de plusieurs mètres de la légionnaire, son bouclier s'approcha lui plus rapidement.

Au lieu d'utiliser celui-ci de façon "conventionnelle", Kerrah s'en était immédiatement séparé pour le projeter tel un frisbee de toute ses forces, droit dans la tête du jeune apollon qui se croyait si malin à essayer d'exploiter son angle mort.

Le bouclier au bois explosa en un bruit sec en heurtant le visage du guerrier. Celui-ci ayant néanmoins le reflex d'offrir son front au point d'impact pour éviter une blessure potentiellement mortelle.

Il fut néanmoins sonné une fraction de seconde. Quand il essaya de rouvrir les yeux et de râler de colère, il se rendit compte qu'il ne maîtrisait pas sa langue correctement, ni à se concentrer. Sans comprendre ce qu'il se passait il chuta sur le côté, mort avant de toucher le sol, la dague de Kerrah enfoncée jusqu'au pommeau dans sa tempe, ne laissant aucun doute sur son sort.

- Tu parles trop.


L'assistance était muette. Tous étaient venus en espérant profiter du spectacle, après tout, le combat contre Eris avait été plein de rebondissements.

Le jeune que Kerrah avait affronté était légèrement plus faible qu'Eris, mais pas de beaucoup, et la légionnaire avait gagné son précédent combat par la ruse, sans parler du fait qu'elle avait perdu un œil dans l’affaire. Tous pensaient à un combat long, et anticipaient la victoire du My'Tran. La victoire éclair, propre et sans bavure de la légionnaire laissa toute l'assistance bouche bée.

Sans attendre son reste, Kerrah se dirigea vers la sortie de l'arène, brisant la stupeur des gardes qui s'approchèrent pour maîtriser la légionnaire qui n'avait visiblement aucune intention de résister.


Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Kerrah
Kerrah
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] EmptyMar 18 Juin - 23:47
Irys : 50363
Profession : Légionnaire disgraciée
Daënar +2 ~ Cerka (femme)
Les jours s’enchainèrent, puis les semaines, les mois.

Pour Kerrah, le temps n’avait plus aucune signification, un enchaînement de seconde qui menait inexorablement vers un nouveau combat, et donc le risque que celui-ci soit le dernier.

La contenance de la légionnaire avait changé. Elle était devenue plus … calme. Les mois d’abus sur son propre corps l’avaient laissé plus maigre, mais au lieu de lui donner un air cadavérique, cela lui donnait au contraire l’air d’un animal sauvage.

Son immobilité manifeste pouvait laisser à penser qu’elle était morte, cependant l’aura de sauvagerie qu’elle dégageait ne laissait aucun doute quant au fait que la Daënastre était à tout moment prête à bondir et déchiqueter ses ennemis.

Kerrah était elle-même dans un sommeil léger, à peine plus qu’une méditation, et pleinement consciente de son environnement immédiat malgré son état de repos.

A partir d’un certain point, la légionnaire avait juste constaté avoir perdu la capacité de dormir, elle sombrait juste dans des états de sommeil méditatif léger quand elle ajustait sa condition mentale.

Chaque seconde éveillée était passée à visionner ses précédents combats, analysant chaque mouvement, chaque décision qu’elle avait prise, et les passant sous un crible de critique pour affiner ses compétences martiales.

La prêtresse qui était toujours en charge de la soignée était quant à elle, perplexe. La mission qui lui avait été attribuée par le clan était sensiblement un honneur, une marque de sa valeur dans le clan. Préparer les combattant pour un jugement devant les dieux était une marque de confiance dans ses capacités. Ce devoir aurait dû se terminer il y a bien longtemps cependant.

La légionnaire s’accrochait à la vie tel un cafard, et le nombre de guerriers prometteurs tombés sous ses coups était inimaginable dorénavant. Parmi les clans représentés, presque toutes les familles avaient perdu une connaissance au moins.

Au point culminant du phénomène, quelqu’un avait même osé demander dans l’arène à ce que la légionnaire doive enchaîner plusieurs combats. L’ancien de sa tribu l’avait sévèrement réprimandé, en rappelant que si personne ne souhaitait relever le devis, il pouvait seulement admettre que Nalai soit en faveur de la légionnaire.

Les anciens à ce point ne savaient eux-mêmes plus quoi en penser. D’un côté, si plus personne ne souhaitait relever le défi, ils seraient forcés de reconnaître que leur Architecte porte sa faveur sur une Daënastre plutôt que sur leur propre peuple, ce qui était intolérable, d’un autre, leurs clans respectifs avaient été saignés à blanc pendant cette période.

Ces quelques morts n’étaient pas significatifs sur l’ensemble de la population de la région, cependant, les morts en question étaient tous de jeunes guerriers avec des avenirs prometteurs. Si l’effet ne se faisait pas sentir maintenant, dans les décennies à venir ces tribus seraient affaiblies par la disparition d’une génération d’élite et de leader potentiel.

A partir d’un certain point, les anciens, en vieux renards rusés qu’ils étaient, résolurent le problème en envoyant l’intégralité de leurs jeunes avec un bon potentiel en mission d’entraînement diverses loin de leur foyer, empêchant ces têtes brûlées de risquer l’avenir de la tribu en affrontant la légionnaire.

Cette situation soulagea énormément la pression sur les épaules de la légionnaire, non sans causer son propre lot de problème. Ses adversaires étaient dans la même situation qu’elle avait été contre Eris, et résolvaient à des tactiques désespérer pour essayer d’entraîner la légionnaire avec eux dans la mort, rendant ces combats tout aussi dangereux.

Un grand nombre de combattant plus âgés firent aussi leur apparition dans l’arène. Ceux-ci étaient inférieurs ont jeunes guerriers comme Eris par exemple, mais l’écart était moindre. Quant aux véritables piliers des clans, les anciens jeunes prodiges ayant déployés leurs ailes, ils étaient de nos jour des leader respectés de leurs clans. Le pragmatisme naturel de ceux tenant une certaine position voulait qu’ils ne s’occupent pas de ce genre d’affaire, leur mort risquant de précipiter leur propre clan dans l’abysse, surtout dans une région comme Zagash où les tensions territoriales étaient fortes.

Cependant, si l’hémorragie continuait, Kerrah se doutait qu’elle verrait tôt ou tard apparaître dans l’arène un guerrier de rang équivalent à celui d’un maître.

Dans sa condition optimale, Kerrah aurait une chance contre un tel adversaire, cependant, dans sa condition actuelle, elle pourrait au s’assurer de l’entraîner dans la mort avec elle.

Les combats s’enchaînaient donc avec une parfaite monotonie, la conclusion de ceux-ci de moins en moins surprenante au fur et à mesure que les compétences de Kerrah étaient affutées par la pression terrible de sa condition actuelle.

Cela n’empêcha point que Kerrah continua d’encaisser des blessures, certaines même graves. Cependant, au désespoir de la prêtresse, la légionnaire était plus tenace que la pire des anomalies.

La prêtresse était en train de vérifier sur Kerrah était en état pour son prochain combat, et ne pouvait s’empêcher d’avoir un frisson en observant le sourire que la légionnaire portait aujourd’hui. Après des mois à traiter celle-ci, elle ne pouvait s’empêcher de se demander d’où provenait ce changement d’attitude.

Kerrah, quant à elle souriait, car contrairement aux My’tran, elle avait reconnu ce léger bruit, presque imperceptible, qui avait dérangé l’air nocturne.


PS : La suite dès que l’event est terminé dans un RP commun avec Fabius !



Pourquoi critiquer l'arrogance d'Icare ? Se moquer de son corps brisé ?
Si nos nefs percent aujourd'hui les cieux, est-ce grâce à l'arrogance, ou à la moquerie?
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty
Eau et Sang [Rp Privé] - [Terminé] Empty

Chroniques d'Irydaë :: Les terres d'Irydaë :: My'trä :: Zagash