Revenir en hautAller en bas
Chroniques d'Irydaë
Bonjour, et bienvenue sur les Chroniques d'Irydaë. Déjà inscrit ? N'attends plus, et connecte-toi dès maintenant en cliquant sur le bouton "Connexion" ci-dessous !

Vous êtes nouveaux, que ce soit sur ce forum ou dans le monde du RPG ? Le choix d'un forum sur lequel vous pourrez vous épanouir n'est pas anodin, et il vaut mieux pour cela connaître l'univers dans lequel vous vous trouvez ! Nous avons pensé à vous, en vous préparant un guide qui vous permettra de découvrir pas à pas le monde des Chroniques d'Irydaë.

Si malgré cela, des doutes subsistent, n'hésitez pas à adresser vos questions aux Administrateurs.

En vous souhaitant une agréable visite !
-50%
Le deal à ne pas rater :
SMOBY Tricycle Enfant Evolutif – Be Fun
13.75 € 27.50 €
Voir le deal




 :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées
Page 1 sur 1


 Alias Sürel

Alias Sürel
Alias Sürel
Alias Sürel Empty
Alias Sürel EmptyLun 14 Oct - 20:25
Irys : 39997
My'trän +2 ~ Zolios
ALIAS SÜREL



Passeport


Nom : Sürel
Prénom : Alias
Surnom : /
Sexe : Masculin
Âge : 30 ans
Métier : Diplomate assistant
Communauté : My'trä - Süns
Lieu de naissance : Région de Losos



Aptitudes & possessions

  • Croyance : Süns
  • Magies affiliées : Adepte en magie du feu
    Il dispose maintenant de bonnes bases mais il a longtemps été freiné par ses mauvaises habitudes. Il est un bien meilleur Mage de l'Expression que de l'Evocation ou du Renforcement, même s'il souhaiterait que cela soit l'inverse. Il peut donc contrôler les flammes avec une remarquable habileté, mais il a toujours du mal à créer du feu à partir de son corps.
  • Armes et habiletés : En tant que représentant My'trän, Alias a reçu une instruction élémentaire concernant l'utilisation de lames et d'arc, il peut donc au moins se défendre, à défaut de pouvoir défendre quelqu'un ... Cependant, il dispose de bonnes connaissances tactiques en cas de conflits (que ce soit une émeute ou une invasion).
    Depuis un an qu'il est revenu à My'trä, il délaisse la stratégie et développe de plus en plus ses capacités physiques, même si son tempérament reste encore très intellectuel.
  • Familiers/montures : /
  • Autres possessions : L'ensemble du voyageur novice/intermédiaire, une épée de fonction, une torche de fonction.




Profil psychologiqueAlias est un My'trän qui s'est longtemps ignoré. Pour lui le nomadisme, la foi, la liberté, les émotions étaient autant de concepts qu'il pensait connaître mais dont il se sentait profondément étranger. C'était un intellectuel au sens Daënar du terme, dont la curiosité envers le monde et ses rouages témoignait en réalité d'une profonde peur de l'inconnu et de lui-même.
Récemment, certains événements marquants lui ont donné la preuve que brûle dans son ventre une flamme de passion bien plus violente qu'il ne l'avait pensé.
De l'extérieur, Alias est tout à fait sympathique. Il écoute, beaucoup, il parle quand il est nécessaire de parler et évite un maximum les remous, les conflits, sauf quand ceux-ci sont propices à faire évoluer les choses dans le bon sens.
Depuis peu, il a développé une passion pour Süns et un patriotisme envers My'Trä très puissants, mais qui reste encore très intellectualisés. Cette réflexion incessante peut parfois amener Alias a de véritables états de surmenage le rendant sombre et acariâtre pendant quelques temps. Car Alias possède une terrible exigence envers lui-même qui peut parfois plonger tout son entourage à le détester en raison de l'atmosphère démoralisante qu'il installe. Cependant, il reste quelqu’un de très facile à vivre la plupart du temps.
Alias ne suit pas d'éthique particulièrement fixée et développe sa propre vision du monde au gré de ses découvertes, il a donc un profond naturel indépendant. Il a cependant récemment compris dans quel marasme d'habitudes et de facilités de pensée il s'était installé et s'efforce à présent de se mettre en danger le plus possible au contact des autres.
Très doué pour remettre en question l'ordre établi, il l'est beaucoup moins lorsqu'il s'agit de concrétiser ses idées en actions concrètes, préférant largement l'anticipation de la réussite à la réussite elle-même.



PhysiologieAlias a 30 ans et mesure 1m74.
Son visage est légèrement rond et laisse une place importante à son front dont il tente de camoufler la taille imposante par une coiffure mi-longue typique de certaines régions Daënars. Les influences daënars sont d'ailleurs bien présentes, même s'il a toujours tenté de le dissimuler. La sobriété et la rigueur de ses vêtements n'est pas sans rappeler la mode des bourgeois d'Hinaus.
Ses yeux extrêmement sombres se baladent peu. Il fixe généralement quelque chose ou quelqu'un, soit pour l'étudier, soit pour mieux se réfugier dans ses pensées.  
Ses mains, et son corps de manière générale, sont mal habiles et ont parfois des gestes saccadés, imprévisibles et grossiers qui témoignent de l'agitation permanente de son esprit. Ne vous étonnez donc pas s'il frappe une porte sans raison, s'il tripote un bout de sa veste pendant des heures, s'il se lève d'un bon de sa chaise pour se rasseoir quelques secondes après.
Sa carrure est moyenne. Depuis qu'il est rentré à Eoril et qu'il s'est imposé un entraînement physique intense, l'embonpoint chez lui à petit à petit fondu pour laisser place à une musculature noueuse et de plus en plus compacte.
Les seules preuves de son attachement à Süns sont les marques de brûlure autour des lèvres et jusqu'au menton qu'il tente de dissimuler derrière une moustache touffue mais irrégulière. Transpirant extrêmement peu, sa peau est donc très sèche et il dépense une quantité ahurissante d'irys dans des soins censés nourrir et protéger l'épiderme. Ces crèmes n'étant pas forcément conçues pour supporter des températures extrêmement élevées, lorsqu'il est sous tension et que sa chaleur corporelle s'élève dangereusement certaines zones les plus chaudes de sa peau réagissent mal et roussissent légèrement, en particulier dans son cou et sur le contour des yeux.



Biographie

Alias grandit dans la région de Losos au sein d'une petite tribu de bergers. Ses parents lui portaient une attention toute particulière, lui prédisant une destinée unique. Car le caractère très calme et secret de Alias se manifesta rapidement et fut compris par son entourage comme la marque d'un esprit solide et d'une foi certaine en Süns. Il fut donc éduqué de la manière la plus stricte et formelle qui soit (ou du moins aussi strictement et formellement qu'une tribu de nomades pouvait éduquer un enfant). Ses parents le voyaient déjà Khorog.
Cependant, Alias ne parvenait pas à maîtriser la magie. Malgré l'acharnement de toute la tribu pour lui apprendre les fondamentaux, il n'arrivait qu'à des résultats dérisoires. Au bout d'un moment, on commença à remettre en question sa foi en Süns, on le soupçonnait de mentir. Il avait beau se défendre, redoubler d'efforts et de prières, rien ne semblait s'améliorer.
A ses seize ans, il rencontra en tête à tête le Khorog du village. Celui-ci le dévisagea pendant une heure entière, malgré le fait qu'ils se connaissaient déjà très bien depuis toujours. A la fin de son silence, le Khorog sourit tristement, pointa du doigt la poitrine de Alias et lui dit :
"Tu ne pourras jamais rien apprendre de moi, tant que tu n'auras pas regardé au moins une fois ton cœur dans les yeux."
Alias resta un instant stoïque puis fronça les sourcils :
"Qu'est-ce que je suis censé comprendre ?"
Le Khorog baissa la tête, ferma les yeux et dit lentement :
"Il n'y a rien à comprendre."
En voyant une larme pudiquement tomber de l'œil du Khorog, Alias se leva aussi respectueusement que possible et quitta la tente, déboussolé puis partit définitivement de la tribu pour rejoindre Eoril afin d'y approfondir ses études.

Car Alias était très doué dans ses études, peut-être même un peu trop pour un My'trän.
Il étudia principalement la diplomatie étrangère car cela ne nécessitait aucune maîtrise magique. Il n'étudia pas à l'école (car il n'y en avait pas) mais directement auprès de diplomates.
Il suivit pendant six ans un petit diplomate my'trän du nom d'Aléziane Höros. Celui-ci fut envoyé au bout d'un an par le Conseil de la Convergence en tant que porte-parole dans la ville d'Änkar de la région d'Hinaus. Il s'agissait clairement d'une mise au placard, car il n'existait pas ville plus éloignée des problématiques officielles my'trän à ce moment-là. De plus, il était évident qu'ils avaient été choisis car leurs performances magiques étaient plus que médiocres, or Hinaus étant surtout connue pour son exploitation de magilithe, aucun magicien digne de ce nom ne voulait se risquer à absorber des effluves toxiques à longueur de journée. Alias parti cependant avec beaucoup d'excitation car il trépignait de découvrir ce monde technologique si détesté de tous.
A son arrivée, Alias fut extrêmement surpris de l'approche des daënars et des points communs qu'il partageait avec eux. Leur curiosité, leurs discussions, leur ingéniosité le fascinaient. En tant que diplomate, il vivait dans un confort privilégié, disposant de gardes du corps, de véhicules et d'un appartement de fonction en plein dans le quartier solide d'Änkar.
Aléziane Höros fit un travail de diplomate relativement médiocre, mais très peu de monde s'en souciait. Il était là lors des manifestations officielles importantes, c'est tout ce qui importait. Alias ne trouvait pas son compte dans cette position de pur représentant. Commençant à s'ennuyer, il décida par curiosité de s'intéresser aux habitants My'träns qu'il était censé représenter. Petit à petit, il découvrit la vie précaire à laquelle étaient soumis tous les my'träns, et lentement il devînt de plus en plus actif afin d'améliorer leurs conditions de vie.
Au début, Alias utilisait la rhétorique daënar sur les bienfaits du travail libérateur et sur la foi que chacun devait avoir dans le progrès, mais plus il en parlait, plus il sentait les my'träns se refermer sur eux-mêmes et une boule au ventre grossir en lui.
Les années passaient et la situation des my'träns se dégradait. L'opinion publique était de plus en plus mauvaise et les articles de presse angoissants n'arrangeaient pas les choses. Alias commençait à se sentir perdu, ne sachant plus quoi faire. De représentations officielles en représentations officielles, Alias confortablement installé dans l'ombre d'Aléziane prit lentement conscience de la véritable mentalité des daënars. Les têtes enfoncées dans leurs journaux, ils pestaient en permanence contre le monde et ses injustices. Les yeux rivés sur leurs chaussures, ils contournaient les flaques et les sans-abris qui parsemaient la ville. Les bras croisés sur les places publiques, ils écoutaient leurs politiques les sourcils froncés de désapprobation. Les mains enfoncées dans leurs poches, ils tripotaient les quelques irys qu'ils avaient économisées en se demandant comment les investir au mieux. Ils se levaient chaque matin la mine abattue, se couchait le soir la mine abattue, en espérant se relever le lendemain un peu moins abattu que leur voisin.
Alias ne comprenait pas cela.
Un jour qu'il se promenait sur le mur de pierre du quartier solide, il prit le temps d'admirer la ville entre deux bourrasques. Les toits étaient si épais, les rues si étroites et les murs si hauts que Alias fut pour la première fois frappé par l'atmosphère étouffante qui régnait dans cette ville. En regardant la chaîne de montagnes à l'horizon d'où venait le vent glacial, Alias compris que cette ville tentait désespérément de se protéger de l'extérieur. Les mines au loin qui crachaient leurs fumées noires n'étaient que la manifestation de la volonté de contrôle de toute la société daënar sur un environnement qui la dépassait totalement. Alias trouva ça tout à coup vulgaire.
En rentrant chez lui ce jour-là, il constata que l'intérieur de son appartement était particulièrement sale et se demanda depuis combien de temps Anabelle n'était pas passée. Anabelle était la femme de ménage que la ville lui payait et qui devait passer au moins une fois par semaine. C'était une my'trän ancienne adepte de Dalaï. La ville avait prétexté que cela permettrait à Alias de se sentir moins isolé mais ce dernier savait que c'était principalement car aucune Daënar n'aurait accepté de nettoyer la chambre d'un My'trän. Il s'était pris d'affection pour elle et discutait de temps en temps avec elle lorsqu'il n'était pas complètement submergé par les affaires à régler et la paperasse à classer. En rangeant son bureau, il lut un message de la ville laissé dans son tiroir "A traiter" daté d'il y a trois semaines l'informant d'un ton neutre de la mort d'Anabelle projetée par le souffle d'une explosion dans l'une des mines principales, la fin du message indiquait qu'il pouvait à tout moment réclamer une nouvelle femme de ménage à la mairie. Il ne savait pas qu'Anabelle travaillait à la mine en même temps que son travail de maison. Assis à son bureau, il leva les yeux de la lettre et vit les piles de livres, de lettres et de journaux qui entourait son espace de travail comme les murailles qui encerclent chaque ville daënar. Il posa sa tête sur la table, dans le creux que formait la muraille de papiers et, pour la première fois de sa vie, il geint comme un enfant.
Après cinq ans de travail continu, à bout moralement, il profita d'une période politiquement creuse dans la région pour retourner à My'trä afin d'assister à la prochaine rencontre sur la stratégie politique extérieure de My'trä durant ces temps troublés. Alias voulait partir au plus vite de cette région qu'il trouvait fanatisée par la peur et l'hypocrisie.
Dans l’hôtel particulier qui lui permettait d'attendre le départ du navire pour Aildor, Armän, l'homme qui l'escortait dans tous ses déplacements depuis maintenant trois ans toqua à la porte de son salon. Alias n'aimait pas spécialement Armän. C'était un homme grognon et colérique qui se plaignait en permanence de l'état du pays. Alias sentait qu'Armän l'aimait bien et que cela lui posait intérieurement problème parce qu'Armän détestait tout particulièrement les My'träns.
"Monsieur Sürel, on m'a dit de vous faire passer un message."
- Oui Armän, je vous écoute.
- On vous souhaite bon vent.
- Ah, c'est très gentil. Vous direz à ce "on" que je lui souhaite bonne fortune.
- On vous dit aussi de ne pas revenir.
Un silence s'installa quelques instants.
- Ne pas revenir ... Comment ça ?
- Vous ne devez pas revenir à Daënastre.
Encore un bref instant de silence.
- C'est à dire ? C'est une menace ?
- Non non monsieur ! Justement, on vous aime bien !
- Ah ! On m'aime bien et on ne veut pas que je revienne ! C'est amusant !
- Il va se passer des choses à Hinaus bientôt, il vaut mieux que vous restiez chez vous à My'trä.
Alias prit une nouvelle fois le temps de traiter l'information.
- Quel genre de choses ?
- C'est pas important. On vous aime bien vous savez, il faut pas que vous traîniez là c'est tout.
Au vue de la situation entre les My'trans et les Daënars, Alias comprit qu'il s'agissait d'une purge. Il eut tout à coup l'image du dernier repas qu'il avait échangé avec les My'träns juste avant de partir pour Cerka.
- Qui c'est ce "on" ?
- ça n'a pas d'importance ! L'important c'est qu'...
- Oui j'ai compris, il est très gentil ce "on". Qui vous a ordonné de me dire ça ?
- Je ne sais pas.
- Vous ne savez pas ?
- Non.
- VOUS NE SAVEZ PAS ?!
La température de la pièce monta subitement, les yeux écarquillés de colère de Alias ressortirent d'autant plus que la crème hydratante sur le contour de ses paupières réagit à la chaleur et colora sa peau en un rouge vif.
- C'est la mairie, mais après je ne sais pas qui, on m'a donné une lettre !
- Tu n'as pas intérêt à prononcer une nouvelle fois le mot "on". Quand est-ce que ça va se produire ?
Alias perdait rapidement tout contrôle de lui, la vapeur d'eau qui commençait à sortir de sa bouche et de son nez embrumait de plus en plus sa vision.
- De quoi vous parlez ?!
- De ces "choses qui vont passer à Hinaus" !
- Je ... Je ne sais pas ! J'ai reçu cette lettre, la voici ! il tendit la lettre. Je n'en sais pas plus ! Il va y avoir des ordres qui vont tomber bientôt, les my'träns vont être obligés de partir.
- Des ordres de qui ?
Alias prit le temps de détacher chaque mot pour bien faire comprendre qu'il ne reposerait pas la question.
- Je ne sais pas ! On m'a dit de ... »
Armän s'arrêta net dans sa phrase. La feuille qu'il tendait de sa main droite s'embrasa d'un coup, il eût à peine le temps de la lâcher qu'il s'embrasa à son tour.
Alias avait totalement perdu le contrôle de lui. Le "on" d'Armän représentait tout ce qu'il détestait à présent chez les Daënars : cette évaporation de la responsabilité par la technologie qui tue en aveugle et par l'hypocrisie d'une hiérarchie qui fouette et berce en même temps tous ces membres.
Armän hurlait alors qu'il se consumait en se roulant par terre. Il réussit à articuler dans un cri le mot « Pourquoi ? ».
Alias, qui regardait encore à l'endroit où Armän se tenait debout quelque instants plus tôt, dit dans le vague en se rappelant un souvenir lointain :
« Il n'y a rien à comprendre. »
Le cœur d'Armän lâcha très rapidement et la combustion s'arrêta net, ne laissant qu'un corps à moitié calciné et fumant en plein milieu de la pièce. Alias était debout et reprit ses esprits, mais dans un spasme d'une extrême violence il s'accroupi et vomi sur le sol de marbre une énorme flaque de lave en fusion. Cette lave, en sortant de sa bouche, lui brûla la peau tout autour des lèvres et jusqu'au menton.
En se relevant, Alias complètement perdu traîna le corps d'Armän par les pieds, seule partie encore véritablement intacte, jusqu'au ponton de l’hôtel particulier qui donnait sur la baie profonde de Cerka. Il l'enroula dans le cordage qui servait à amarrer la barque de l’hôtel et jeta le paquet dans l'eau qu'il vit s'enfoncer comme une pierre. Il se rinça le visage pour couper la brûlure, puis attrapa ses affaires qui étaient déjà prêtes, fonça vers le port et embarqua sur le bateau qui l'attendait. Après une journée d'un sommeil de plomb dans sa cabine, il sorti sur le pont arrière du navire en ayant repris ses esprits. Il pensait maintenant aux My'träns qu'il venait d'abandonner et aux possibles conséquences terribles qui suivraient si l'on découvrait le corps calciné de son assistant daënar dans la baie. Il pleura de honte et de rancœur, et ses larmes partaient en fumée légère dans le ciel azuré. Une main chaude vînt se poser sur son épaule, il tourna la tête et vit le visage d'une femme d'une soixantaine d'années qui lui souriait avec un visage plein de compassion. En voyant ce visage il resta un instant figé puis fondit littéralement en larme en enfouissant sa tête dans les bras de cette étrangère.
« Ça va mieux maintenant ? »
« Oui, beaucoup mieux, merci ! »
L'étrangère sourit de plus belle, une larme coulant sur les cicatrices de brûlure qui longeaient ses pommettes.





Dans la vraie vie ?


Quel âge avez-vous ? 24 ans
Comment avez-vous découvert le forum ? Topsite
La création de votre fiche a-t-elle été fastidieuse ? Ca a pris quelques jours, mais on y arrive !
Avez-vous des suggestions pour rendre la validation plus facile ? Non aucune !
Code du règlement : [Validé par Süns]


Dernière édition par Alias Sürel le Mar 15 Oct - 9:28, édité 2 fois

Bolgokh
Bolgokh
Alias Sürel Empty
Alias Sürel EmptyMer 16 Oct - 1:24
Irys : 759949
Profession : Créateur de monde à temps partiel
Administrateur
Liste des réputations d'Alias Sürel
Réputation principale : Zolios (positive)


Réputation auprès de Daënastre


RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Ünellia--------
-2.501/30.000
Le Tyorum--------
-2.501/30.000
Rathram--------
-2.501/30.000
Vereist--------
-2.501/30.000
Hinaus--------
1.250/30.000
Daënastre--------
-8.750/150.000


Réputation auprès de My'trä


RÉGIONS
RÉPUTATIONS
POINTS
Suhury--------
0/30.000
Zagash--------
0/30.000
Zolios--------
7.501/30.000
Khurmag--------
0/30.000
Kharaal Gazar--------
0/30.000
Nomades d'Amisgal--------
0/30.000
Nomades d'Orshin--------
0/30.000
My'trä--------
7.501/210.000


Réputation auprès des Pérégrins

GROUPES
RÉPUTATIONS
POINTS
Pérégrins--------
0/30.000
Cité-État de Dyen--------
0/30.000
Cité-État d'Aalz--------
0/30.000
Cercles de l'aube--------
0/30.000
Ordre de la pénitence--------
0/30.000
Les Danseurs du Crépuscule--------
0/30.000
Les Vigilants--------
0/30.000
La Flamme Noire--------
0/30.000


~ N'hésitez pas à adresser vos questions par MP à Orshin, Dalai ou Möchlog, ils se feront un plaisir de vous aider ! ~

Chroniques d'Irydaë :: Gestion du personnage :: Registre des Initiés :: Identités classifiées